Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

1 décembre 2020 2 01 /12 /décembre /2020 18:09

 

Cher Nicolas, 

 

CO, puis VIDE.

Post coitum, homo tristis.

Le sais-tu ?

Il y a bien longtemps, j’apprenais le latin -quoique le verbe « apprendre » soit un peu abusif dans la mesure où si je l’avais effectivement appris, il en resterait plus que quelques mots en embourbés dans ma mémoire de sédimentation mais j’avais de l’intérêt pour la discipline, de l’estime pour l’enseignant et cela suffisait à me faire relire en vitesse la leçon qui sauverait une moyenne… Moyenne. 

 

L’une de mes facétieuses aïeules, nourrie au lait de Rabelais, du Catulle blessé qui écrit autre chose que des chants d’amour et peut-être, aussi, férue de Pétrone, me donna un jour une phrase griffonnée sur le revers d’une enveloppe dépliée. Tu sais, ce que l’on faisait, autrefois lorsqu’on désirait un papier-brouillon ? 

D’un côté de l’enveloppe son adresse ; de l’autre, quatre mots : « Post coitum, homo tristis » ; à sa bouche, une question : « Pourrais-tu demander à ton enseignant de traduire cette phrase qui me résiste ? » 

Le verbe « coeo » m’étant à peu près aussi inconnu que le « coït » qui en découle, j’étais la victime idéale pour ce genre de plaisanterie bouffonne… A ce propos, je me demande parfois ce qui m’a transformé(e) en Bestiole. Mais passons. Là n’est pas le problème. 

L’enseignant leva un sourcil circonspect : « qui vous a donné cela ? ».

Le sourcil se fit incrédule dès le premier mot de ma réponse : « ma grand-mère, monsieur ».

Rapidement, les yeux sous le sourcil devinrent rieurs : ils avaient lu sur mon visage cette candeur d’une touchante sincérité qu’ont parfois les imbéciles.

« C’est ici un sujet dont elle pourra manifestement vous entretenir mieux que moi. » 

L’échange était clos, comme l’enveloppe qu’il me remit alors, bien refermée sur la phrase mystérieuse et finalement prête à l’envoi pour un retour à l’expéditeur. J’en restai coi(te). 

Oui, je sais : cela ressemble à coït, mais sans le grand T dressé au masculin et en nettement plus passif. 

Où tout ce babillage veut-il en venir ? 

 

Je crois que nous sommes désormais tristes. 

Nous avons joui de toutes les consommations possibles et, après la grande débauche du grand banquet des années d’insouciance, nous voilà « homines tristes », de ce pluriel latin qui ressemble tant au français. Souviens-toi. 

A l’époque où mon professeur refermait sur elle-même la lettre facétieuse, une maladie nouvelle, le SIDA,  emplastifiait déjà le coït de ma phrase latine… Désormais, à peine quelques poignées d’années plus tard, une autre épidémie toute neuve semble vouloir maintenir l’animal politique à distance…

La salvatrice « distanciation physique ».

Comprends-tu, à présent, pourquoi ce souvenir sautille dans ma tête depuis le printemps dernier ? Le verbe COEO m’est soudain revenu, limpide comme dans le vieux Gaffiot qui dort si longtemps sous sa vieille couverture poussiéreuse, parce qu’il signifie d’abord « aller ensemble, se réunir »… 

 

Or, depuis le printemps, le CO de « coeo », de « communauté », de « cohésion » et -force est de le constater- de « cohérence » se dilue dans l’air vide.

 

Allez, Nicolas, VALE* !

*Porte toi bien.

 

                                                                                                                                                   Bestiole.

Partager cet article

Repost0
29 novembre 2020 7 29 /11 /novembre /2020 16:45
"Quand je viens vous voir, pour vous demander des trucs ; c'est l'enchanteur que je viens voir ; pour qu'il m'donne des solutions d'enchanteur : pas des combines à la noix ou des remèdes de bonne femme ! Vous êtes mon enchanteur, vous êtes pas ma grand-mère, OK ?"
  • Alexandre Astier, Kaamelott, Livre I, À la volette, écrit par Alexandre Astier.

On voit fleurir sur les réseaux sociaux et les comptes perso des séries de filtres qui marquent "le soutien". En rectangle sous forme d'affiche, en médaillon autour de votre photos de profil, il signifie que "là, yen a marre, qu'on peut plus laisser faire, que ce n'est plus tolérable", bref vous incarnez "l'homme révolté" ou la femme d'Albert Camus (enfin le temps d'un filtre)

Mais que faisiez-vous avant (deux heures moins le quart) ? Qu'est-ce qui a procédé à votre débordement ?

Qu'est-ce qui va changer maintenant que vous soutenez une cause par réseaux sociaux interposés ? Allez-vous dans la minute descendre dans la rue pour protester et ensuite générer des actions pour remettre de l'équilibre dans ce qui a perdu sa stabilité ?

En général, vous mettez un filtre "je soutiens" (existe aussi en panneau "je suis ..." pour les moyens de projection de soi dans les derniers victimes mises en ligne), pour mettre en scène votre compassion (La compassion (du latin : cum patior, « je souffre avec » et du grec συμ πἀθεια , sym patheia, sympathie) est un sentiment par lequel un individu est porté à percevoir ou ressentir la souffrance d'autrui et poussé à y remédier, par amour, morale ou éthique. Les termes « pitié » et « compassion » sont souvent utilisés comme synonymes, bien qu'il existe des différences qui font que la compassion peut être considérée comme une vertu et non un seul affect. La « miséricorde » ou « commisération » peut s'apparenter à la compassion avec une sémantique plus religieuse.https://fr.wikipedia.org/wiki/Compassion).

Vous brandissez votre vertu de manière exhibitionniste, pour nous dire à quel point vous êtes quelqu'un de bien.

À vrai dire, on en doute pas un seul instant. Mais surtout, on s'en fout. Dans la mesure où vous ne ferez rien de plus, pour la plupart, ensuite. Vous continuerez d'acheter en ligne (parce que quand même, c'est plus confortable, ya pas de parking à payer et on ne côtoie pas les miasmes de ses contemporains (derrière son ordinateur, c'est l'écran qui fait office de masque). Ou, allez-vous réparer la plomberie (qui fuyait depuis 3 ans déjà) du plus proche commissariat, ou, apporter aux policiers des "Donuts" ? Et pour ceux qui trouvent qu'il y a trop de violences policières, allez-vous vous lancer dans l'écriture d'un rapport argumenté de preuves, pour transmettre à votre député ou dans un documentaire qui fera un "hold-up" de vues sur le net ?

En fait, pas plus ! C'est juste pour vous, une opération bien-être, comme un SPA en un clic : ça évite une cure de jus de bouleau !

Et ceux qui vous "like", aimerez que vous fassiez de même pour eux, et que vous pensiez à votre tour, qu'ils sont elles aussi des personnes bien ! 

Alors votre soutien, sans action suivie d'effets, ne vaut que celui de la corde pour le pendu, et n'est que la continuation de la quête du nouveau Graal, votre quart d'heure warholien de gloire !" Mais à vivre sans péril, on triomphe sans gloire !"... même sur les réseaux sociaux !

Partager cet article

Repost0
28 novembre 2020 6 28 /11 /novembre /2020 18:45

"Toute chose cesse d'être drôle, à partir du moment où elle s'assoit sur vous !" Arthur Koestler

  • "ABSURDE, adj. et subst. masc.
I.− Emploi adj.
A.− [En parlant d'une manifestation de l'activité humaine : parole, jugement, croyance, comportement, action] Qui est manifestement et immédiatement senti comme contraire à la raison au sens commun ; parfois quasi-synonyme de  impossible au sens de « qui ne peut ou ne devrait pas exister »
 
Celui qui veut tromper les hommes doit avant tout rendre l'absurde plausible.
Citation de Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et réflexions (1749-1832)

Entre, Jackady et Jackass...Macron et Castex et leur cirque volant!

Moins on est légitime, plus il convient de culpabiliser par une projection de ses propres tares pour continuer de justifier sa place. On n’est pas là par hasard : on est là parce qu'on le mérite, soit parce qu'on a été élu, soit parce qu'on a les compétences (notez au passage qu'on est élu sans compétence #LOL )

Pour le pouvoir en France, la dérive est allée progressivement avec l'utilisation des anglicismes pour la désignation des modalités de la politique.

La langue française a été longtemps la langue de la diplomatie, " parce que ce qui se conçoit aisément s'énonce clairement !," comme disait Pascal. La langue anglaise lui était (et demeure la langue du commerce) parce qu'elle a la faculté de laisser assez d'angles morts pour y faire passer de la contrebande . C'est la langue parfaite pour des "bootleggers"

On est ainsi passé de la "politique" à la "gouvernance".

Les notions ne recouvrent pas la même significations.  Pour Kant, la politique est un art ' «  architectonique » (le terme est utilisé en substantif) désigne ce qui unifie nos connaissances et leur donne un caractère « scientifique » conception de la période moderne. La "gouvernance" quant à elle, sent la navigation au doigt mouillé. Elle n'anticipe que les bénéfices et les rétributions qui vont avec. La gouvernance n'envisage pas le global, mais la globalisation.

Aussi, ceux qui nous ont gouverné depuis un certains temps, sont ses fils spirituels.

Ils n'envisagent que la planification de leur image, en vue de pouvoir revenir la semaine suivante, comme le finaliste d'un jeu télévisé... Fini, le "gouverner, c'est prévoir !"

Pour des élites qui n'ont à l'esprit que le "cash and collect" (comme les armes de Goldorak:" Pantouflage..rétro-pantouflage, astéro-hache...), tout ce qui sort de ce cercle est incompréhensible. Ainsi, crise des migrants, attentats islamistes, gilets jaunes, jusqu'à la pandémie de COVID-19, en passant par les frictions géopolitiques avec le grand turc, tout cela semble échapper à leur modélisation (c'est notre capacité à modéliser un problème qui nous en donne la vision et la projection pour le résoudre).

Alors, quand un état ne tient plus que par sa police (c’est-à-dire, qu'il remplace l'autorité par le haussement de ton et de menton, par l'autoritaire), il n'a plus que l'outil de la confusion pour s'en sortir.

D'où le discours actuel : de Jean Castex : les stations de ski ouvertes mais les remontées mécaniques fermées !". Ceci n'étant que la queue de la comète des discours "matigno-élyséens" peuplés de pensées magiques, comme le suppositoire la glycérine. Dans la lignée de "c'est pas nous qui avons merdé, ce sont les français. C'est donc eux qui seront privés de dessert ! ( #mangetabuchedanslacuisineboomer) .

Et ce n'est que le début...

Plus ils merderont, plus ils feront un tapis de bombes de l'absurdité (vu que ya plus d'place sous le tapis) . Donc attendez-vous à :la distorsion entre le réel et le discours,  les injonctions contradictoires, la projection de l'incompétence personnelle sur un pays entier...

Pour finir, le "management" par l'absurde façon France-Télécom, semble être passé dans les mœurs politiques de la gestion de l'état et de la France, avec le même objectif de dégraisser à coup de suicide et de démissions ?http://archives.lesechos.fr/archives/1997/Enjeux/00130-080-ENJ.htm

 

Partager cet article

Repost0
26 novembre 2020 4 26 /11 /novembre /2020 15:25

 

"Perpignan valait toujours la peine, et vous receviez toujours quelque chose en retour de ce que vous lui donniez…"
Perpignan est une fête , 2024 de
 
"Si vous avez de la chance d'avoir vécu jeune homme à Perpignan, où que vous alliez pour le reste de votre vie, cela ne vous quitte pas, car Perpignan est une fête!"
Perpignan est une fête , 2024 de
 
Perpignan sera toujours Perpignan.Malgré la pluie de difficulté qui pleut en ce moment, Perpignan continue de résister! Résister , c'est vivre. C'est continuer d'éclabousser de sa "chatoyance" la grisaille du destin pour en faire un bouquet de roses parfumé de bonheur.  Un jeune écrivain a vécu dans ce Perpignan échevelé . Hway raconte ...
Un tourbillon joyeux et mélancolique de souvenirs dans le Perpignan des années 20, où malgré la pauvreté, le jeune Hgway et sa première épouse ont été follement amoureux et heureux de vivre. L'écrivain commença à rédiger ses " vignettes perpignanaises " ( titre original de l'ouvrage ) mais l'introduction nous apprend que le livre, maintes fois remanié par les éditeurs, ne parut qu'en 2024, trois ans après le suicide de l'écrivain. Fort heureusement, le texte est maintenant réédité dans sa version d'origine, introduit par Sean , son petit-fils. Chaque " vignette perpignanaise ", fragment de vie, est un peu comme une coupe de champagne - avec plus ou moins de bulles, plus ou moins fraîche, issue d'un grand cru millésimé ou d'un simple assemblage - toujours élaborée avec précision, sans artifice ou effet littéraire. Largement autobiographique comme le dit lui-même Hgway en introduction : " Cet ouvrage contient des matériaux tirés des remises de ma mémoire et de mon cœur. Même si l'on a trafiqué la première, et si le second n'est plus. " C'est en cela que l’œuvre prend toute sa valeur et a suscité mon intérêt. On ne croise pas tous les jours Cali, André Bonet, Raf Dumas, Jacques F... ont que l'auteur ressuscite pour son lecteur de façon très vivante avec des anecdotes souvent savoureuses. Hway nous livre ici par touches des éléments une ode à l'amour, l'amitié, l'inspiration artistique, le talent sans oublier une vue panoramique somptueuse sur Perpignan !

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2020 6 21 /11 /novembre /2020 18:31
 
"L'autorité, on la garde jusqu'à ce qu'on soit obligé de l'exercer..."
 
 
« Tant que les lapins n’au­ront pas d’his­to­riens, l’his­toire sera racon­tée par les chas­seurs… »
 
"Car, nous sommes noirs, nous sommes blancs, nous sommes jaunes,
et ensemble, nous sommes de la dy-na-mite !!!!"
 
Béruriers Noirs Porcherie
 
Les gilets jaunes seraient-ils les poilus de la première guerre mondiale sociale, à voir comme le symbole a été repris par les révoltes des classes moyennes déclassées à travers le monde (Chili, Liban, Gréce...) http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2018/11/gilets-jaunes-le-21-ieme-siecle-ne-sera-pas-spirituel-ce-le-19-ieme-plus-la-wifi-par-nicolas-caudeville.html
Dans un livre aux éditions du "chien rouge" à la fois roman http://cqfd-journal.org/Editions-du-Chien-rouge, témoignage, photographie historique d'un moment, qui se passe à la fois géographiquement en France sur tous les ronds point comme autant de tranchées pour les "gueules cassées" de la casse sociale, Sébatien Navarro plaide la cause "des jaunes"...Un garçon "insider" de la dite classe, fait ses confessions comme un enfant du siècle:
 
"C’est l’histoire d’un gars qui a lu plein de bouquins sur la révolution et qui a failli passer à côté de celle en train de germer sur le rond-point de son village.
L’histoire d’une rencontre entre un intello maladroit et une foule sortie de son mouroir périphérique pour hurler à la face du monde sa soif de dignité et de justice sociale. Une histoire de manifs organiques, de pétroleuses magnifiques et de rires-aux-larmes lacrymogènes. "
 
Il a failli rater l'affaire, parce qu'il croyait avoir assez lu sur les révolutions et les mouvements sociaux, pour croire que les gilets jaunes, étaient ce qu'on en disait dans les discussions et les médias "menstreams" : "des beaufs" ...Mais il a su aller au-delà de la phrase d'Oscar Wilde "la vulgarité, c'est la manière dont se comportent les autres!" Il s'est mis sur le chemin. Il l'a arpenté. Il a vu le foisonnement , la diversité des personnages qui composaient ce mouvement, et qui ensemble, réalisaient des miracles d'inventivité face à l'adversité.
 
Le "péage sud" est un "non lieu", par conséquent pour les latinistes, une utopie (c'est pour cela qu'il est situé dans l’œil du cyclone , au centre du monde)  .
 
Ce qui a est raconté là, avec les Myriams, les Polos, les Stans, nous tend un miroir, les réinscrits, ainsi que nous, dans notre humanité . Nous ne sommes pas que des êtres productifs à mettre au rebut une fois inutile, comme les "réplicants" de  "Blade Runner" nous commençons à avoir une ébauche d'émotions et de conscience... C'est pourquoi le système judiciaire semble si féroce (avec la police, il est la deuxième partie de mâchoire du système à broyer l'humain) . Il ne vaut mieux pas avoir un enregistreur qui se déclenche en plein tribunal...Ou l'on pourrait être traité comme un casseur de vitre: en France, on ne rattrape que ceux qui ne courent pas!  Ces "jaunes", s'inscrivent dans l'histoire de France, des révolutionnaires de 89 (ceux de 1984, n'existent pas encore) , de la commune de Paris (C'est la canaille , et bien j'en suis https://greatsong.net/PAROLES-LA-CANAILLE,LA-CANAILLE,777076.html) avec leur cri qu'ils ont repris aux 300 spartiates tombés au Thermopyles "Ahou Ahou Ahou" . Vous êtes tombez au Thermopyles camarades, on se retrouve à Salamine pour terminer le bouleau !
 
Face à un système libéral et capitaliste qui aime tellement la liberté, qu'il veut ne la garder que pour lui, les "jaunes" ne voulez que réinstaurer le message du CNR (conseil national de résistance https://fr.wikipedia.org/wiki/Programme_du_Conseil_national_de_la_R%C3%A9sistance) que "La France en Marche" dessus a décidé de faire disparaître en même temps que meurt le dernier "compagnon de la libération" Daniel Cordier , alias Caracalla, le secrétaire de Jean Moulin...
Gilets jaunes: l'ivre "Péage sud" de Sébastien Navarro : c'est la canaille, et bien j'en suis! (Yes we canaille) par Nicolas Caudeville
Gilets jaunes: l'ivre "Péage sud" de Sébastien Navarro : c'est la canaille, et bien j'en suis! (Yes we canaille) par Nicolas Caudeville
Gilets jaunes: l'ivre "Péage sud" de Sébastien Navarro : c'est la canaille, et bien j'en suis! (Yes we canaille) par Nicolas Caudeville

Partager cet article

Repost0
17 novembre 2020 2 17 /11 /novembre /2020 15:46

 

Alors ça y est . C’est arrivé. Nous voilà servis du coca-collapse « click and collect » 2020 qui longtemps sembla n’appartenir qu’à l’horizon fumeux des niches dystopiques de la littérature "bordeline" destinée aux illuminé(e)s sous Prozac et aux rêveurs et rêveuses dont les cauchemars teintés de douce ironie n’osaient s’épancher que dans les rayonnages obscurs du naufrage de la raison .

Et évidemment,comme le dit le proverbe « ce sont toujours les cordonniers les plus mal chaussés »… et les coups de sabot du petit cheval Blanc se perdent (comme moi) 

C’est donc ainsi que notre belle civilisation humaine née des aspirations humanistes et des mythes cosmogoniques des hommes mais aussi fruit dévoyé de l’aspiration à la propriété individuelle, échoue aujourd’hui sur les rives de l’ultra-capitalisme , telle Ariane abandonnée à Naxos qui se réveille avec un décollement de la plèvre, des membres endoloris et un amour trahi . (Fais moi mal, Johnny)

Quoi ? Ce modèle n’était-il donc pas pérenne ? Autant que l’Atlantide , apparemment.

Pourtant, Bill Gates, augure retors qui préparait ses vaccins en secret, nous avait bien prévenus en son temps mais bon , c’est pas pour dire mais Anne - ma sœur Anne elle-même- avait quitté son poste de guet, rassurée par la toute puissance du système et renonçant à son rôle de Sybille pour tenir un blog d’humeur, s’en remit aussi confiante que le Petit Chaperon rouge avec sa galette et son pot de lait sur le chemin de la maison de Mère Grand (laquelle avait bénéficié d’une plus-value avec sa déco vintage et sa cuisine ouverte à tous les loups ) à la destinée commune .

Alors me direz-vous, c’est qui le Grand méchant loup dans l’histoire ?

Le Covid, le manque de sagesse, l’impréparation des grands de ce monde, aveuglés par le profit à court terme, les pratiques irréfléchies des uns et des autres…

J’en sais rien, Demandez à Jacques Attali ou Séguéla. Ou Christophe Barbier. Ils parlent si bien sans rien savoir. Les paons font de si belles roues libres, c’est dans leur nature.

 

En revanche, ce que je sais , c’est que des milliers de petits commerces, les fameux acronymiques TPE, le maillage dentelé des poumons de l’économie urbaine, sont en train de se coucher le soir dans l’incertitude, juste après le rideau, dans l’espoir des 3 coups du brigadier le lendemain, peut-être ...en se demandant encore comment ressusciter ou même seulement récupérer une part de richesses qui continuent à exister.

 

P…Anne , ne vois-tu rien  venir? « un ciel qui poudroie, une herbe qui verdoie » non ?

Alors regarde bien sous l’escalier, oui,la boite, celle de Pandore , s’il y a une date de péremption sur le produit … ou de rédemption.

Pour qu’ils puissent enfin se recoucher de bonne heure.

Voir aussi , de la même auteure!

La 5 G ou Comment Macron nous commu-nique ! par Christine Pénaux

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2020/09/la-5-g-ou-comment-macron-nous-commu-nique-par-christine-penaux.html

Partager cet article

Repost0
16 novembre 2020 1 16 /11 /novembre /2020 15:56
Crédit photo David Tranchecoste

Manifestation avec près d'un milliers de manifestants aujourd'hui lundi 10 h place république à Perpignan (capitale de la sous préfecture de Prades) pour soutenir tous les NON ESSENTIELS par les commerçants de la ville et de manière générale, toutes les professions "non essentielles" étaient représentées. N'oublions pas la culture, le spectacle vivant, le sport, ... . Non essentiel dans son poème le Mondain Voltaire disait :" Tant décrié par nos tristes docteurs : Ce temps profane est tout fait pour mes mœurs. J’aime le luxe, et même la mollesse, Tous les plaisirs, les arts de toute espèce, La propreté, le goût, les ornements : Tout honnête homme a de tels sentiments. Il est bien doux pour mon cœur très immonde De voir ici l’abondance à la ronde,"

A l'agonie depuis des années les commerçants et artisants de Perpignan ont décidé de contre attaquer en masse ce matin place de la république en présence du maire Louis Aliot qui avait fait passer un arrêter pour leur ouverture malgré la décision d'état...
En amont, nous avions fait l'interview de nombreux commerçants et comment ils avaient contre attaqué face à l'absurdité léonine des décisions de l'état au prétexte du Covid19 , qui ressemble plus au fameux kamoulox de Kad et Olivier qu'à une gestion raisonnable de la crise...http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2020/11/perpignan/confinement-le-calvaire-commerces-de-perpignan-saison-2-interviews-joan-nou-guillaume-geniez-par-nicolas-caudeville.html
 
Confinement saison 2: des crêpes contre la déprime!

Les petits commerçants du centre ville résistent, s'organisent, continuent de vendre, livrent et font livrer, même au-delà de Perpignan. C'est le cas de la crêperie du théâtre, qui reste à votre disposition pour toute commande à emporter ou en livraison. 10h00 à 13h30 tous les jours sauf le dimanche !! 04 68 34 29 06 ou 06 16 12 95 35 Fermeture le dimanche.

Perpignan/  Confinement saison 2: une manif aujourd'hui place de la république des commerçants pour ne pas mourir! interview Eric Naudot Crépier de la rue du théâtre par Nicolas Caudeville
Perpignan/  Confinement saison 2: une manif aujourd'hui place de la république des commerçants pour ne pas mourir! interview Eric Naudot Crépier de la rue du théâtre par Nicolas Caudeville
Perpignan/  Confinement saison 2: une manif aujourd'hui place de la république des commerçants pour ne pas mourir! interview Eric Naudot Crépier de la rue du théâtre par Nicolas Caudeville
Perpignan/  Confinement saison 2: une manif aujourd'hui place de la république des commerçants pour ne pas mourir! interview Eric Naudot Crépier de la rue du théâtre par Nicolas Caudeville
Perpignan/  Confinement saison 2: une manif aujourd'hui place de la république des commerçants pour ne pas mourir! interview Eric Naudot Crépier de la rue du théâtre par Nicolas Caudeville
Perpignan/  Confinement saison 2: une manif aujourd'hui place de la république des commerçants pour ne pas mourir! interview Eric Naudot Crépier de la rue du théâtre par Nicolas Caudeville
Perpignan/  Confinement saison 2: une manif aujourd'hui place de la république des commerçants pour ne pas mourir! interview Eric Naudot Crépier de la rue du théâtre par Nicolas Caudeville
Perpignan/  Confinement saison 2: une manif aujourd'hui place de la république des commerçants pour ne pas mourir! interview Eric Naudot Crépier de la rue du théâtre par Nicolas Caudeville

Partager cet article

Repost0
14 novembre 2020 6 14 /11 /novembre /2020 16:35

C'était au dernier conseil municipal de Perpignan, dans ses débuts vers la 24 iéme minutes, lorsque le conseiller municipal d'opposition , après avoir averti le maire que la cathédrale de Perpignan n'était gardée que par le sacristain, et qu'il faudrait des renforts de police municipale pour qu'il n'advint pas, ce qui a eu lieu à Nice, il aenchaîné par cette histoire;

"Je signale, que hier, l'église St Martin dont on célébré le centenaire de la première pose, était ouverte . Je vous signale que depuis 3 mois, qu'il y a des indiciplinarités, une agression sexuelle, du vol de matériel à l'intérieur de l'église,et qu'une bande de jeunes qui font des prières musulmanes à l'intérieur, qui ont interdit un sacrement catholique, les prêtres sont allés voir le maire adjoint, ces prêtres demandaient des caméras à l'extérieur, et le maire adjoint leur a répondu (alors moi, je n'étais pas présent à cette réunion, la réponse m'a étonné) , les caméras, ça ne sert à rien . Donc, je crois qu'il faut répondre à l’inquiétude de ces paroissiens de l'église St Martin, de ce quartier. Parce que les exactions durent depuis trop longtemps, il faut mettre un terme!" Réponse de Louis Aliot : "Ce que vous dites est effectivement trés grave, d'ailleurs je ne l'ai pas lu dans la presse, j'aurais aimé lire mais..." Là le conseiller,reprend "vous savez que dans la presse, il y a beaucoup de chose qui ne sortent pas, malheureusement!"

Le moment est filmé en direct sur YouTube et visible en replay

Le prêtre de la paroisse voit la vidéo et contact directement le maire du quartier Ouest, Xavier Baudry, pour dire qu'il ignorait que sa paroisse serait le sujet d'une discussion au conseil municipal .

Qu'il confirmait pour les vols, l'agression sexuelle, s'est révélée être un "attentat à la pudeur", un homme s'est mis nu devant des paroissiennes qui accueillaient le public à l'entrée de l'église.Et quant à la " bande de jeunes qui font des prières musulmanes à l'intérieur, qui ont interdit un sacrement catholique" , le prêtre fait part d'un "Allah ouakbar" crié durant un office, et de cloches qu'on aurait fait sonner, puisque la porte n'était pas fermée et que le système de cloche est à l'ancienne (faites gaffe à pas trop tirer sur la corde quand même!) . Il se fait que la congrégation de "la croix glorieuse" (congrégation du renouveau charismatique https://fr.wikipedia.org/wiki/Renouveau_charismatique )qui s'occupe des paroisses de l'ouest, fait la charité au personnes du quartier en distribuant soupe et colis alimentaires. Il se fait aussi qu'il y a de nombreux squats dans le quartier peuplés notamment par des "mineurs isolés" .Ceci expliquant peut-être cela?!

Le conseiller municipal d'opposition ce sera alors peut être emballé...Mais après l'attentat de Nice, peut être vaut-il mieux prévenir?

Partager cet article

Repost0
14 novembre 2020 6 14 /11 /novembre /2020 14:42

"Le syndic de copropriété: est une personne physique ou morale chargée de la représentation du syndicat de copropriété et de l'administration des parties communes d'une copropriété.

Le syndicat de copropriété est l'ensemble des copropriétaires d'un immeuble. Le syndic de copropriété est donc responsable de la bonne gestion de l'immeuble - avec l'assistance du conseil syndical.Les réunions des copropriétaires sont aussi nommées réunions du conseil syndical ou assemblées générales (AG). Il y a deux types d'AG: l'AG ordinaire annuelle obligatoire, et ponctuellement les AG dites extraordinaires en cas de nécessité."

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F2608

"Oh c'était trop triste ce qu'il y avait dedans. Ça donnait une fausse image de moi. Parce que je suis d'un naturel rieur. D'après ma grand-mère en Macédoine, quand j'avais deux ans, j'étais blond, bouclé, et je souriais a tout le monde. Même aux étrangers. Toi par exemple, si tu m'avais connu quand j'avais deux ans, je t'aurais sûrement souri. Tu sais, comme j'ai détruit les tablettes, tu tomberas peut-être sur des gens qui voudront savoir comment j'étais. Dis leurs ça : blond, bouclé, toujours le sourire aux lèvres. Blond, bouclé, toujours le sourire aux lèvres... Toujours le sourire aux lèvres."
 
Tcheky Karyo, kaamelott, Livre VI, 7 : Arturus Rex, écrit par Alexandre Astier.
 
Lorsque Louis Aliot a été élu , on s'était dit "ça va tabasser sa race" , "il va faire ce que personne n'ose faire", "renverser la table"  (en fait,même pas les pieds dessus) et tutti quanti une espèce de Trump avec l'accent du Sud...Ou alors, c'est qu'il cache bien son Je!
 
Mais il s’avère depuis ses mois d'exercice du pouvoir au seing de la capitale des PO, que Louis Aliot soit un "Jean-Marc Pujol" comme les autres . En témoignent les conseils municipaux . Vous me direz, "mais il y al e Covid19 qui fausse votre jugement jeune homme!" (et je vous remercierez pour le jeune homme) . Je pense qu'avec ou sans Covid19 le rythme est lancé: l'enthousiasme d'une réunion de syndic de copropriété!  Dans ce cas précis, il y avait les anciens propriétaires la Pujol's Bande avec pour chef de file Chantal Bruzi, l'ex adjointe à la sécurité, et un porte flingue à écharpe bleu pale, un certains Noguaréde. De l'autre côté, la fine équipe à "Loulou la purge" (surnom ancien du temps qu'il était dans la Marine) , pas de Pierrot le Gros, ou de Joe le balafré...Plutôt...mince j'ai pas retenu les noms (mis à part André Bonet :"cher André" selon le maire, qui avait des langueurs et des effondrements, lorsqu'il ânonnait les textes à voter pour la culture ) Ce petit monde échangeait des piques à cubes de gouda au cumin ou olives aux anchois entre 2 votes . Avec des commentaires de l'opposition du genre: "à l'époque vous disiez le contraire", "à vous voyez que ce n'est pas si simple d'être à notre place";;. Bref, le dialoguiste ne s'appelait pas Michel Audiard, auquel cas nous eussions eu droit à du :"J'ai été enfant de chœur, militant socialiste et bistrot. C'est dire si j'ai entendu des conneries... " ou "Dans des circonstances que je tiendrai secrètes, une personne dont je tairai le nom m'a dit des choses que je ne peux pas répéter." voir même "Il a fallu que je vive longtemps parmi les chiens pour apprendre à mordre." .
Enfin tout cela n'avait rien de la scène de la cuisine dans les "Tontons flingueurs"https://www.youtube.com/watch?v=lGGI3ubLmaU&t=138s , c'était pas de la "boisson d'homme" et aucune polonaise n'aurait pu s'en rincer les esgourdes au petit déjeuner!
Seule chose qu'on a pu "retiendre" , pas de hall aux sport : ici on ne fait pas la main au basket. Et le Campus Mailly à St Jacques aura sa propre cantine...pour le reste : tout semble reconduit...Oncle Fernand réveilles-toi, ils sont devenus flous!
Mais prenez un ramequin , vous vous ferez une idée la vidéo est en dessous.

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2020 4 05 /11 /novembre /2020 15:07
"Archie (en voix off) : Les gens posent la question « C'est quoi un RocknRolla ? » Alors je leur dis, c'est pas une question de riffs, de snifs et de perfs, oh non, c'est bien plus que ça mon frère. On veut tous mener la belle vie. Pour certains, c'est le pognon, ou la drogue. Pour d'autres, c'est la baise, les paillettes, le prestige. Mais un RocknRolla, c'est différent. Pourquoi ? Parce qu'un vrai RocknRolla, il lui faut la totale."
  • Mark Strong, RocknRolla (2008), écrit par Guy Ritchie

« Si nous [les aristocrates] ne sommes pas là nous non plus, ils [les garibaldiens] vont nous arranger la république. Si nous voulons que tout reste tel que c’est, il faut que tout change. » – Tancredi Falconeri in "Le guépard" Lampéduza https://miscellanees01.wordpress.com/2019/06/24/il-faut-que-tout-change-pour-que-rien-ne-change/

Plus de 50 ans d'un même pouvoir ça laisse des traces que même la meilleure des lessives anti-redéposition à du mal à nettoyer . Et il y a même un côté mythe de l'éternel retour, dans l'élection de Louis Aliot.

Pour casser le plafond de verre de son parti d'origine, il a du consentir à des réseaux ou des corps constitués, des garanties pour avoir en retour leur soutien,  Mais parfois, on se retrouve soutenu, comme la corde soutient le pendu. Et l'on sait aussi, ce qu'on doit faire lorsqu'on a un souteneur, voir plusieurs: on s'oblige à faire le tapin pour eux. Avec une abstention à 52.77%, le nouveau souverain est plus encore lié à ceux qui ont su faire se déplacer les électeurs:comme le banquier est possesseur de la maison qu'on a payé à crédit . Il sera obligé de leur distribuer des rubans valant titre et des terres. Ainsi, au-de-là de la geste "démocratique", il aura reconduit les anciens pouvoirs. Quelle marge de manœuvre reste-il au nouveau "prince" pour sortir de cette "impasse mexicaine" ?

https://fr.wikipedia.org/wiki/Impasse_mexicaine bien comprendre

En fait, il peut bien comprendre que parce qu'il est le nouveau "prince"  faire comme Alexandre face au nœud gordien, ne pas chercher à dénouer, mais à trancher vu l'urgence de la situation https://fr.vikidia.org/wiki/N%C5%93ud_gordien

Sans quoi, en fait de maire, il se verra l'éternel gérant pour les réels tauliers: même si au passage les compensations  ne sont pas désagréables .Mais , serait lâcher la proie pour l'ombre en ne voulant que la lumière du pouvoir!

Partager cet article

Repost0