Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

17 septembre 2021 5 17 /09 /septembre /2021 05:46

Certains matins, tu préférerais rester au lit. T’as trouvé une Bene Geserit https://www.youtube.com/watch?v=04aw2ymZedw pour te faire des massages thaïlandais, avec ses petits pieds. De toute façon la météo est pourrie, vaut mieux rester au chaud, à écouter des mantras.

Et puis le téléphone sonne.

– Salut Leto, c’est Shaddam IV à l’appareil. Ça te dirait d’aller sur Arrakis, histoire de récolter de l’épice ?

Évidemment, t’es pas réveillé, t’as pas eu tes deux thermos de café, t’as pas les yeux en face des trous, alors tu réponds :

– Bien sûr !

Et là, t’es bien dans la merde.

Parce qu’entre les Harkonnen et les Fremen, le coin, c’est pas jojo. Et puis le commerce interplanétaire, c’est un vrai métier.

Et de toute façon, pour paraphraser Homère et Simone Weil, le héros c’est juste un cadavre, traîné dans le sable, à l’arrière d’un char.

Si vous avez de la chance, vous serez mort avant d’avoir la gueule enfoncée dans la boue.

 

À Perpignan, on fait pas trop dans l’épice, mais on a des trucs à moissonner. Notamment dans l’immobilier. Et puis ici, les élus, les candidats aux élections, et toutes les choses qui gravitent autour, façon scathophagidae, n’ont ni idées ni programmes, juste des lubies. Alors Jean-Marc Pujol, en 2014, eut une lubie. Le retour de la faculté de Droit en centre-ville !

Le président de l’université d’alors, un beau gosse doublé d’un bolos, ne fut pas dur à convaincre. Jean-Marc Pujol n’eut qu’à lui dire : « je vire les Harkonnen et les Fremen, heu…, pardon, les habitants je voulais dire ; la mairie paye pour tout, y compris le ménage, pendant 99 ans ; et avec la gentrification, on va toucher gros. »

À la fac, tout le monde a trouvé l’idée géniale. Ils ne savaient juste pas pourquoi.

On est à Perpignan, après tout, la ville où plus c’est stupide, plus ça plaît à l’élite locale.

 

L’astuce résidait dans le fait que la mairie finançait le projet dans le cadre du Contrat de Ville et du NPNRU. En clair, le bousin coûte dans les 30 millions d’euros, mais la mairie ne participe au financement qu’à hauteur de 10 ou 15 %. L’ANRU finance le gros des dépenses.

La combine est simple, les partenaires publics payent les lubies du maire, et l’université peut frimer avec un campus tout neuf.

Sur le papier tout le monde y gagne.

Sur le papier seulement.

Parce que le Contrat de Ville et le NPNRU, c’est d’abord du social. Surtout à Saint-Jacques !

L’ANRU et l’État imposent des obligations en termes de politiques sociales.

Et là, ça coince.

Sérieusement !

 

De 2014 à 2020, le discours de la municipalité d’alors est passé d’un optimisme imbécile à la méthode Coué résignée. En 2014, lors de la campagne municipale, le retour en centre-ville allait sauver Perpignan. En 2015-2016, on déclarait que l’on allait mettre en place des partenariats avec les commerces, histoire que les étudiants y dépensent leur argent. En 2017 on affirmait que 10 millions ça n’était pas assez, alors on lança une Phase 2, en injectant 20 millions de plus. En 2018 on paniqua face à la révolte des habitants qui, de façon prévisible, réclamaient leurs parts, et, surtout, du respect. En 2019 et 2020, on en était rendu à des « une fois les travaux terminés, le quartier sera transformé et les conditions de vie s’amélioreront. »

Le duo Pujol/Amiel fut balayé en 2020 par les Sardaukars de Louis Aliot.

Louis Aliot repris alors le dossier, sans vraiment proposer de changements majeurs, faute de connaître la situation et d’avoir une vision claire pour la ville.

En août 2021, lors d’une réunion publique, houleuse, Louis Aliot finit par lâcher qu’il ne voyait pas comment le Campus Mailly pouvait avoir un effet social positif sur le quartier. L’absence de projet social, connu de tous les intervenants depuis 2016, était enfin assumée en public.

 

Si du côté de la mairie on assume un possible échec, on rappelle aussi que l’université doit mettre en œuvre des programmes d’actions sociales visant à favoriser l’intégration du Campus Mailly et de ses étudiants dans le quartier Saint-Jacques.

Interrogé, lors de sa conférence de presse de rentrée de septembre 2021, sur la question de l’action sociale en direction des habitants de Saint-Jacques, Yvan Auguet, le nouveau président de l’université, n’a pas su répondre sur le fond. Nous serons d’accord avec lui sur le fait qu’il est difficile de lancer des projets tant que les étudiants ne sont pas arrivés en ville. Mais le projet a été lancé en 2014 ; il a failli capoter en 2018 lorsque la tentative de démolition de l’îlot Puig, manquant

de provoquer des émeutes urbaines ; depuis 2019 les travaux de la Phase 2 sont en cours. Depuis plus de 7 ans personne n’a été capable de proposer quoi que ce soit pour répondre au premier et principal objectif qui a guidé ce projet à 30 millions d’euros : redynamiser le centre-ville !

 

Si l’incurie de la mairie de Perpignan ne surprend plus personne depuis bien longtemps, l’incapacité de réfléchir sur les problèmes sociaux locaux de l’université surprend encore. À croire que tous ces braves gens ont eu leurs diplômes dans des pochettes surprises.

 

Ouais, certains matins, faut rester au lit !

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2021 2 14 /09 /septembre /2021 20:48

 

"C'est une lente et funèbre progression qui mène le capitaine Marlow et son vieux rafiot rouillé, par les bras d'un tortueux fleuve-serpent, jusqu'au "cœur des ténèbres."
Kurtz l'y attend, comme une jeune fille endormie dans son château de broussailles. Ou comme Klamm, autre K., autre maître du château tout aussi ensorcelé de Kafka.
Éminemment moderne, le récit de Conrad, écrit en 1902, suscitera toutes les interprétations : violent réquisitoire contre le colonialisme, féconde représentation d'une libido tourmentée, rêverie métaphysique sur l'homme et la nature, chacun de puiser selon son désir dans ce texte d'une richesse et d'une portée sans limites. Car au bout du voyage, les ténèbres l'emportent.
L'illusion domine un monde où pulsions de mort, masques et travestissements ont stérilisé l'amour. Mais pas le rêve qui, par la magie de cette écriture inflexible, se lève et déploie ses splendeurs comme une brume aux échos incertains. Scarbo

Le récit, au fil de la remontée d'un fleuve en forme de serpent, nous entraîne dans une expédition au coeur du continent africain, peuplé de combattants invisibles et de trafiquants d'ivoire rongés par la fièvre. C'est l'un d'eux, M. Kurtz, que Marlow, le narrateur, est chargé par sa compagnie de ramener en Europe. Mais le responsable du comptoir perdu s'est " ensauvagé ", et les indigènes tentent de s'opposer à son départ..."
Source : Mille et une nuits

"Quand j'avais 4 ou 5 ans j'avais tendance à parler de « feux dentifrices », le mot « artifice » était trop dur à prononcer. Allez savoir pourquoi.

La municipalité a aussi son côté infantile. Elle aime les lumières colorées, les diodes qui clignotent dans le noir de la nuit.
Peut-être une peur infantile des ténèbres se cachent derrière cet étalage de couleurs et de lumières, qui sait ?

Alors certains diront, et ils auront raison, que la municipale est à peine plus puérile que moi.
Sauf que moi, quand j'étais petit, j'étais tout mignon." nous raconte Philippe poisse auteur de la photo mais pas de l'installation...

St jacques et la place Rigaud peuvent crever étouffés par sa faune venimeuse, ses trafics et ses montées de fièvres: ça n'empêche pas de dormir le bourgeois. Mais au bord de la Basse, une fée semble avoir posé sa baguette. Et c'est une féerie de couleurs et de lumière à déguster la nuit . Comme dans" l'invitation au voyage" de Baudelaire, "ici, tout est beauté, luxe, calme et volupté". Ici on entend peut-être pas les feux d'artifices des jeunes des "quartiers sensibles" (de ces quartiers, qui ont la poésie au cœur) . Ici, il n'y a pas feu,mais il y a artifices, il y a subterfuges, il y a masques. Ici, on montre pour mieux masquer, ce qu'il y a ailleurs et ce que l'instigatrice, marchande de couleurs pour l'occasion, veut ignorer: la misère, la crasse, la puanteur...Tout cela n'a pas sa place dans le petit royaume de la "petite équipe" : Alice, son chapelier fou, et un lapin blanc de circonstance https://www.youtube.com/watch?v=9c4jeaYEOuQ.

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2021 5 10 /09 /septembre /2021 12:16

On rend souvent hommage plus souvent pour se mettre en valeur soi-même, que pour célébrer les qualités de la personne à qui l'on rend hommage. C'est un moyen de s'attribuer les qualités de la personne. On reconnait sa vie comme exemplaire, exemple dont on est un peu le reflet (et dans un peu le reflet, il y surtout un peu: comme dans la composition de certains produits alimentaires, on signale "traces de fruits à coques"),  comme l'a fait récemment le président Macron aux invalides pour l'acteur Jean-Paul Belmondo : "Belmondo, c'est nous en mieux !" #jesuismagnifique https://www.youtube.com/watch?v=x_cAbeWqZwY

La mairie de Perpignan de Louis Aliot et de son premier adjoint André Bonet, aiment les hommages, qu'ils soient collatéraux ou pas . Ils se sont attaqués, à l'occasion de l’anniversaire de l'assassinat par les talibans à éloge du commandant Massoud, mais à leur manière pataude et brutale, et dans l'à peu prés habituelle. Il sont à la communication, ce que les impressionnistes sont à la peinture. Au lieu de mettre un grand portrait visible par tous sur le palais des congrès ou sur le Castillet http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2021/08/perpignan-hommage-collateral-au-commandant-massoud-l-infini-mis-a-la-portee-des-caniches-par-nicolas-caudeville.html,ils ratiocinent sur une petite bâche, comme pour masquer l'ancien balcon que l'ancien maire Jean-Paul Alduy avait fait détruire. Ils rajoutent cette phrase pleine d’enflure : "Partout dans le monde, Perpignan soutient les combattant de la liberté" 

Ben voyons, les 300 spartiates à la bataille des Thermopyles porter déjà un T-Shirt de la ville (avec déjà son logo "Perpignan la rayonnante", mais en grec, pour bien affirmer qu'il était des combattants de la liberté),

de même que Garibaldi libérant la Sicile, sous sa chemise rouge avait le fameux T-shirt (qu'il disait avoir reçu des mains d'Hightlander lui-même, l'immortel catalan) ,pendant la guerre d'Espagne sur le front de l'Ebre, la bataille de Madrid, le siége de Barcelone, les parachutages de T-shirts dans les maquis de la résistance en France, et évidemment, le jour du D Day en Normandie : j'en passe et des meilleurs...

Le pire, c'est que tout le monde s'en fout, parce que la plupart des gens ne savent pas qui est le commandant Massoud, ni le sous commandant Marcos #yabasta

Là encore, Louis Aliot n’innove pas et reprend les pantoufles de l'ancien maire Jean-Marc Pujol voir Perpignan,Municipales 2014: qui sont les otages que veut libérer Jean-Marc Pujol? http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/article-perpignan-municipales-2014-qui-sont-les-otages-que-veut-liberer-jean-marc-pujol-par-nicolas-caudev-115458778.html

Tout cela ne nous ramènera pas Jordi Barre et ne fera fuir les dealers de Perpignan. 

Plus sérieux sur le sujet la projection samedi prochain du documentaire Alberto Marquardt  https://fr.wikipedia.org/wiki/Alberto_Marquardt sur l'Afghanistan : "Afghanistan le prix de la vengeance"à 18h au Clap Ciné de Canet en présence du réalisateur...

 

Perpignan: la ligue du lol affiche le portrait du commandant Massoud et affirme que partout dans le monde: elle soutient les combattants de la liberté! par Nicolas Caudeville
Partager cet article
Repost0
5 septembre 2021 7 05 /09 /septembre /2021 18:46

"J’aime l’odeur du napalm le matin. Tu sais, une fois on a bombardé une colline, pendant douze heures. Quand tout a été terminé j’y suis allé. On n’en a trouvé aucun, pas le moindre morceau de leur corps puant. L’odeur, tu sais, cette odeur d’essence, sur toute la colline. Ça sentait… la victoire."

Citation Louis Aliot dans le film Apocalypse Now de Francis Ford Coppola.

Tout avait commencé lundi dernier...Enfin recommencé. St Jacques, c'est depuis 1961, le lieu où se fait la politique municipale et autre. Il y a un coté Afghanistan, il n'y fait pas bon échouer ,ou vos espérances s'échouent avec vous. C'est une sorte de micro-climat vietnamien (on nem, ou on nem pas), au sens bourbier https://www.youtube.com/watch?v=TzB0a_jNroI.

Et que les politiques et investisseurs au sens de spéculateurs immobiliers ne veulent pas comprendre: comme en Afghanistan, comme au Vietnam, ils ne peuvent pas gagner peut importe la force,l'argent ou la violence employés, parce qu'ils ne se battent pas pour leur territoire et sous-estiment ses habitants, nouveau comme ancien. 

Et pourtant la clef de la "remontada" de la ville  se trouve là. Encore faut-il comme lorsqu'on croise le convoi du Graal, poser les bonnes questions au roi pêcheur. Donc, pour résumer l'histoire, à l'été 2018 les troupes pujoliennes avaient voulu détruire l'ilot de maison de trop à St Jacques http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2018/08/perpignan-l-article-du-new-york-time-sur-les-gitans-de-perpignan-traduit-en-francais.html, l'ilot Puig (C'est en cela que cette histoire a des relents de Diên Biên Phu , c'est une histoire de collines que l'on tient ou que l'on ne tient plus, de pyjamas noirs , moins que ce soit des robes de chambres roses et des mules à pompoms, et d'une caserne...)

Des opérations y sont financées par le clientélisme ou la drogue.

Il y a aussi des négociations officielles comme officieuses, des escarmouches au prorata des changements politiques...Enfin de la valse des étiquettes par qu'ici comme au pays du "guépard" : tout change pour que rien ne change.

Donc Louis Aliot est élu maire Perpignan. Les habitants de ST Jacques ont voté massivement pour lui parce qu'il s'oppose aux destructions de l'ancien maire Pujol. Et puis,il y a un butin pour reconstruire de près de 117 millions d'euros au nom de du NPNRU https://www.anru.fr/le-nouveau-programme-national-de-renouvellement-urbain-npnru mais qui, s'il n'est pas dépensé d'ici 2 ans reviendra au pot national. 

Autant dire que cela peut aiguiser l’appétit d'investisseurs et spéculateurs. Et  que à ce niveau de chiffre, l'habitant peut-être, juste, une valeur d’ajustement. 

Derrière Louis Aliot, il y a aussi la bourgeoisie de droite qui se sont rendus à sa victoire (parce qu'après tout, c'est un homme sympathique) . Mais comme rien n'est gratuit, ils se sont rapprochés pour qu'il ne soit pas tenté d'avoir des pulsions populiste et qu'il respecte la tradition de l'économie de la rente...Louis Aliot se trouve dans une situation donc politiquement dans une situation d'équilibriste qui ne supporte pas le "en même temps". C'est pourquoi la vie de St Jacques ne tient qu'à un fil...

Il y a quelques conseils municipaux de cela, le nouveau maire semblait réarmer la politique de l'ancien.

Confére des échanges entre nouveaux et anciens http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2021/05/perpignan/quartier-st-jacques-demolition-de-l-ilot-puig-annoncee-la-mairie-nous-nous-prepare-un-retour-vers-le-futur.html

Et puis lundi dernier conférence municipale public sur une partie du sujet à l'atelier d'urbanisme sur les remparts http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2021/08/perpignan/video-louis-aliot-fait-son-coming-out-je-suis-de-gauche-par-philippe-poisse.html

Les gitans du quartier s'invitent alors à la fête!

Et "Nounours " ex soutien de Romain Grau suite à une cuisine chinoise mal digérée http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2020/02/perpignan-romain-grau-le-corona-virus-explique-aux-gitans-dans-un-resto-chinois.html

, ex soutien d'Aliot en transition prend la parole http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2021/09/video/perpignan-duel-a-st-jacques-entre-louis-aliot-et-le-gitan-nounours-par-philippe-poisse.html

Le maire répondra le vendredi suivant à l’hôtel de ville en mode gluten et gypsy free...

http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2021/09/perpignan-betriu-radio-gitane-pour-louis-aliot-saint-jacques-sans-culture-pas-d-espoir-par-philippe-poisse.html

Le samedi, réponse du berger à la bergère: les séditieux gitans et maghrébins convoquent élus de différents bords, associations, journalistes pour une grillades conférence derrière Bétriu . On y croise l'élu communiste du conseil départemental Françoise Fiter, l'ex de la liste d’extrême gauche aux municipales "l'alternative" Jean-Bernard Mathon, le président d'une asso de patrimoine Olivier Poisson, des photographes badgés de Visa, le député et conseillé départemental LREM Romain Grau ancien futur candidat aux municipales et même l'ex candidat aux départementales Vincent Bondu....

L'archipel contre attaque était présent nous avons interviewé Nasser , alias Nass Dass influenceur pro ST Jacques sur "snap chat" pour avoir un autre regard

 

 

Perpignan/ quartier St Jacques: apocalyspe now sur Bétriu ! interview Nasser par Nicolas Caudeville
Perpignan/ quartier St Jacques: apocalyspe now sur Bétriu ! interview Nasser par Nicolas Caudeville
Perpignan/ quartier St Jacques: apocalyspe now sur Bétriu ! interview Nasser par Nicolas Caudeville
Partager cet article
Repost0
29 août 2021 7 29 /08 /août /2021 21:40

"Des chefs comme ça, il n'y en a presque jamais. Mais tu sais ce qu'ils ont tous en commun, tu sais ce que c'est leur pouvoir secret ? Ils ne se battent que pour la dignité des faibles. » Kaameloot

"C'est le 9 septembre 2001 que le lion du Panshire Massoud shah était assassiné par deux faux journalistes et une caméra piégée . Il revenait d'une tournée en Europe et en particulier en France pour alerter les gouvernements d'une attaque terroriste qui aura lieu 2 jours après sa mort: un certains 11 septembre. On a pas voulu l'écouter et en France, il n'a pas été reçu à la présidence: seulement à l'assemblée nationale..."

Dans son discours d'ouverture du 33ième festival de photojournalisme Visa pour l'image, le nouveau maire Louis Aliot annonçait qu'il allait installer un portrait du commandant Massoud https://fr.wikipedia.org/wiki/Ahmed_Chah_Massoud, dont le 20ième anniversaire de sa mort arrivera le 9 septembre prochain.

Si l'idée en elle-même est bonne, c'est dans le détail de sa mise en place qu'il y a à redire...Que la ville de Perpignan, capitale du photo-journalisme revendique la figure d'un combattant non islamiste pour la liberté de l'Afghanistan, peu de jour après la chute de Kaboul qui semble sidérer les foules occidentales, c'est une bonne chose.Mais que finalement on ratiocine en installant juste sur la façade de l’hôtel de ville, ce qui aurait eu plus de gueule sur le palais des congrès qui durant la semaine professionnelle de Visa accueille la presse et les agences de photos du monde entier. Voir même sur le Castillet.

Le fait de le mettre sur la façade de la mairie de Perpignan, c'est vouloir s'approprier en tant que municipalité la figure qu'on affiche.

On ne fait pas pour soutenir ou donner en exemple l'image qu'on affiche, mais pour montrer sa propre vertu. Hors la vertu émolliente de la municipalité: on en a rien à foutre...Comme les perpignanais qui croiseront la figure de Massoud, n'en auront rien à foutre. Ils s'étonneront peut-être de ce qu'une mairie RN, s'associe à la figure d'un arabe (les afghans ne sont ethnologiquement pas des arabes, même s'ils sont tous les deux des asiatiques...), la rendant ainsi plutôt inclusive.Dans ce précis, on revendique Massoud, comme figure de défenseur de la liberté dans sa version non occidentale (contrairement à John Rambo https://www.youtube.com/watch?v=PK--aOvYcJ4 ) après le traumatisme de la prise par les talibans de la capitale afghane, 20 ans après la guerre américaine du aux suite du 11 septembre. Et au delà des implications pratiques en matière de mouvement migratoire induit, droit de la femme, de l'homme et potentialité terroriste...

Mais partant d'une bonne idée, la mairie se voit rattrapée par elle-même, en mal localisant son symbole. Quitte à mettre un portrait, la mairie aurait bien pu mettre l'affiche de Rambo 3...dédicacé par Stallone cela va sans dire ! https://www.youtube.com/watch?v=d3fsCBSLCpg&t=18s

Partager cet article
Repost0
18 août 2021 3 18 /08 /août /2021 16:53

Imaginez une île. Une grande île, au milieu d’un océan paradisiaque, où il fait toujours beau et où la mer est à 25° en permanence, été comme hiver. Un lieu parfait pour les vacances, où les gens sont souriants et accueillants.

Cette île est divisée en deux.

À l’ouest, un pays en cours de développement, tourné vers le tourisme, la drogue et la prostitution.

À l’est, un pays pauvre, à flanc de montagnes, où l’on trouve des cassaves et des chèvres.

 

Comme tout un chacun, les gens de l’est ont besoin d’énergie, principalement pour faire cuire leur nourriture. Comme ils sont pauvres, mais que la terre est riche, pendant longtemps ils ont utilisé le charbon de bois. Les forêts tropicales étaient abondantes et luxuriantes. Le bois était de qualité. D’ailleurs les colonialistes blancs, venus d’outre-mer, l’ont bien compris, eux qui ont pillé le pays pendant des siècles.

Mais la population a augmenté au fil du temps, et avec elle les besoins en charbon de bois. Mais la ressource n’a pas été gérée. Le capital que la Providence avait si généreusement offert aux habitants partit en fumée. Les forêts disparurent, la terre fut mise à nu.

 

Battus par les vents, les ouragans, les cyclones et les pluies diluviennes, les montages s’érodent inexorablement. Les terres arables s’écoulent en coulées de boue vers la mer. Ces coulées de boue ravagent les champs, les villages, et, malheureusement trop souvent, tuent les habitants.

Et le charbon de bois, lui aussi, est venu à manquer.

Dans le nord de l’île, là où les pirates boucanaient et cuisinaient de la soupe de tortue, certains villageois, pris à la gorge par l’incapacité à disposer de charbon de bois pour la cuisine, prennent des risques énormes pour garantir leur approvisionnement.

De simples agriculteurs, ils se font marins, histoire de traverser les bras de mer, larges de plusieurs kilomètres, si ce n’est plus, qui les séparent de petites îles où les arbres poussent encore.

Hélas, ce ne sont que de simples agriculteurs, pas des marins, ni même des pêcheurs. Au moindre coup de vents, leurs frêles esquifs chavirent, et les marins de fortune se noient.

 

Pour remédier à ces problèmes, et essayer de sauver des vies, la Chambre d’agriculture a lancé un programme de plantation d’arbres. Les agriculteurs ne furent pas durs à convaincre. Ils participèrent activement au projet. Pragmatiques, ils comprirent vite l’intérêt pour eux de ces plantations.

Mais les premières tentatives furent des échecs !

Les agriculteurs de ces régions plantent du manioc, pour les cassaves notamment, et élèvent des chèvres. Les chèvres gambadent librement dans les montages et rentrent à l’étable quand elles le veulent. Depuis des siècles il en est ainsi, et c’est très bien pour les habitants du coin. Libres de paître dans les plantations d’arbres, les chèvres broutèrent les jeunes pousses, vouant à la mort les arbres fraîchement plantés.

Voyant cela, les techniciens de la Chambre d’agriculture eurent une idée simple pour régler le problème. Il suffira de protéger les champs où les arbres sont plantés par des clôtures. Une solution simple, peu onéreuse, et, rapide à mettre en œuvre.

Des espaces furent clôturés, des arbres furent à nouveau plantés. Et ce programme échoua lui aussi !

 

Les clôtures entravent la liberté de circuler des chèvres. Et cela est intolérable !

Les gens du coin détruisirent donc les clôtures, restituant aux chèvres leur liberté. Dans un pays dominé par le vaudou, même le Baron Samedi approuva la démarche.

 

Les chèvres sont libres, un point c’est tout. Toute entrave est intolérable !

Les hommes préfèrent mourir en mer, sur des bateaux de fortune, pour un peu de charbon de bois, plutôt que de clôturer des champs. La Liberté et la Mort, diront certains.

 

Personne n’est là pour leur dire que le vrai combat est dans l’élaboration d’un nouveau Contrat social, incluant les caprins. Personne n’est là pour leur dire qu’il existe des alternatives aux charbons de bois. Personne n’est là pour leur apprendre une agroforesterie protégeant les sols, protégeant les hommes, protégeant les chèvres.

Personne n’est là pour leur dire que c’est le Système qu’il faut abattre, pas les clôtures !

Alors, les habitants continuent comme avant la déforestation, enchaînant les coulées de boue et les noyades.

Alors, les habitants continuent comme avant la déforestation, souffrant d’un système social, économique, culturel et politique, que le temps long, l’habitude et une forme de manque d’imaginaire leur ont appris à accepter, voire à aimer.

Si de temps à autres, les habitants de l’île manifestent, parfois violemment, contre le Système, inexorablement, ils y retournent, faute de connaître les alternatives possibles.

 

Les chèvres sont libres, les hommes se noient, les femmes pleurent.

 

 

PS : si vous passez dans le coin, essayez le tasso de cabrit. De la chèvre frite avec des bananes plantains, relevée aux épices locales, une vraie tuerie !

Partager cet article
Repost0
15 août 2021 7 15 /08 /août /2021 21:21

"Le duc de Valentinois, dont je citerai toujours l’exemple lorsqu’il s’agira d’un prince nouveau" Machiavel in "Le prince"

"Il y a trois sortes d'esprit. Les uns entendent par eux-mêmes ; les autres comprennent tout ce qu'on leur montre ; et quelques uns n'entendent, ni par eux, ni par autrui. Les premiers sont excellents, les seconds sont bons, et les derniers inutiles." Machiavel in "Le prince"

César Borgia (en valencien et en CatalanCésar de Borja), dit « le Valentinois » (Il Valentino), est un prince italien de la Renaissance, né le  à Rome et mort le  à Viana, en Navarrehttps://fr.wikipedia.org/wiki/César_Borgia 

"Faire de César Borgia le modèle du prince, voilà ce que, se détournant de toute la tradition philosophique qui met en avant la dimension morale du pouvoir, Machiavel a tiré de sa « longue expérience des choses du temps » mais aussi, ajoute-t-il dans sa dédicace, de « la lecture continuelle de celles de l’Antiquité », surtout des historiens romains. Machiavel signale d’abord ses capacités mûries d’homme expert dans les cose di stato, le politique averti des affaires florentines, mais plus encore attentif à celle, essentielle à tout État dans un monde instable, de son maintien. La situation réelle de l’Italie contemporaine soulevait sans répit la question primordiale de son existence, et imposait, par là, l’importance de la diplomatie et de la guerre."https://www.cairn.info/revue-l-enseignement-philosophique-2016-2-page-5.htm

 

Même, si César Borgia est né à Rome et fils de Pape. La famille de Borja vient du pays Valencien et spécifiquement de Xativa https://books.openedition.org/pulm/1268?lang=fr

Ils sont donc d'ascendance aragonaise/catalane...Ainsi donc, le livre qui a fondé et fonde encore la pensée politique occidentale, écrit par le florentin Nicolas Machiavel au début de la "Renaissance"a pour modèle un catalan!

Pour aller à la rencontre de ce personnage, il est bon de lire le roman de Vasquez Montalban (le père du détective Barcelonais Pépé Carvalho) dans le roman qu'il lui consacre "Ou César ou rien" , titre tiré de la devise de César Borgia.

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2021 3 28 /07 /juillet /2021 03:13

Donc le Conseil régional socialo-communiste d’Occitanie, saison 2021-2027, vient de voter une augmentation des indemnités des élu·es de 9,8 %.

Le montant de cette augmentation est justifiée par l’inflation. En effet, Carole Delga a expliqué, posément, qu’entre 2015 et 2021 l’inflation a été de près de 9,8 %. Il est donc logique les élus voient leurs indemnités augmenter d’autant. En Euro constant leurs indemnités ne bougent pas.

On appréciera le sacrifice.

C’est beau, c’est admirable, c’est socialo-communiste !

 

Mais on entend déjà les pisse-vinaigre, de droite comme d’extrême gauche, dire : oui, mais l’INSEE dit que l’inflation est plus faible que ça !

Alors on est allé sur le site de l’INSEE vérifier les chiffres.

Et ça donne le tableau suivant :

2020 0,5 %

2019 1,1 %

2018 1,8 %

2017 1 %

2016 0,2 %

2015 0 %

2014 0,5 %

Attention, les pourcentages ça ne s’additionne pas, on doit passer par un coefficient multiplicateur pour avoir le taux d’inflation sur la période 2014-2020.

Je vous passe les détails de la formule, qui n’est pas compliquée en soi mais un peu longue à expliquer.

Le taux d’inflation est donc de 5,2 %.

 

Où sont donc les 4,6 points d’écart avec ce qu’annonce cette chère Carole ?

Carole se serait-elle trompée ?

Les services économiques et financiers du Conseil régional sont-ils peuplés d’imbéciles ?

Les socialo-communistes sont-ils des gens avides d’argent qu’aucun mensonge n’arrête ?

Non, et non.

La Vérité est ailleurs !

 

L’INSEE ment !

C’est pas compliqué à piger tout ça.

L’INSEE n’est rien d’autre qu’une officine macroniste à la solde du Grand Patronat et dont le rôle est de propager des mensonges pro-systèmes, dans le seul est unique but d’affamer le peuple.

Oui, Carole Delga a démasqué les mensonges de l’INSEE !

Oui, Carole Delga a démasqué les mensonges de la Macronie !

Oui, Carole Delga a démasqué les mensonges du Grand Patronat !

Oui, Carole Delga sera la Première Ministre d’Anne Hidalgo en 2022 !

 

Carole Delga rejoint la, trop courte, liste de ces élu·es courageux·ses qui ont su braver la Macronie, ses officines, et ses mensonges. Oui, elle rejoint Jean-Marc Pujol qui, en février 2016, avait augmenté, jusqu’à 600 % pour certains, les élu·es de sa majorité municipale. Oui, elle rejoint Louis Aliot, qui, avec un courage à nul autre pareil, avait montré son refus de se soumettre à la Macronie et à l’INSEE, en s’augmentant de 17 % dès son arrivée dans le fauteuil du maire.

 

Les occitaniens doivent être fiers de Carole Delga, lumière dans les ténèbres, et dernier rempart contre les extrémistes, de gauche comme de droite, voir même, contre l’écologie.

Gloire aux socialo-communistes !

Gloire à Carole Delga !

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2021 7 18 /07 /juillet /2021 22:49

« L'objet de la peinture, c'est la peinture elle-même et les tableaux exposés ne se rapportent qu'à eux-mêmes. Ils ne font point appel à un « ailleurs » (la personnalité de l'artiste, sa biographie, l'histoire de l'art, par exemple). Ils n'offrent point d'échappatoire, car la surface, par les ruptures de formes et de couleurs qui y sont opérées, interdit les projections mentales ou les divagations oniriques du spectateur. La peinture est un fait en soi et c'est sur son terrain que l'on doit poser les problèmes. Il ne s'agit ni d'un retour aux sources, ni de la recherche d'une pureté originelle, mais de la simple mise à nu des éléments picturaux qui constituent le fait pictural. D'où la neutralité des œuvres présentées, leur absence de lyrisme et de profondeur expressive. »  juin 1969, lors d'une exposition au musée du Havre intitulée « La peinture en question », Louis Cane, Daniel Dezeuze, Patrick Saytour, et Claude Viallat écrivent dans le catalogue

On ne vit que par le regard des autres. C'est comme pour l'urinoir de Duchamp https://fr.wikipedia.org/wiki/Fontaine_(Duchamp), "c'est le regardant qui fait l'oeuvre !" En effet, dans le nombrilisme de l'individu, plus mon regardant et haut placé, plus je suis un chef d'oeuvre, dont je puis être fier, puisque j'en suis l'auteur...

Mais c'est un plaisir supplémentaire lorsque l'on se met en scène à la façon d'un anti-panoptique de Bentham https://fr.wikipedia.org/wiki/Panoptique  en gardant l'effet d'éblouissement pour les masses d'un retable baroque...

Ne se mettre en scène qu'avec des alters-égos, pour que mes pairs mettent aux regards des lambdas le niveau de ma jauge symbolique. Ils sont la mesure du sommet de ma hauteur. Et vous, nos regardants, les piliers qui soutiennent notre gloire. 

Voilà où la formule "Jouir sans entrave" à mené le collectif, il n'en reste plus que sa version "support surface" https://fr.wikipedia.org/wiki/Supports/Surfaces

 

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2021 6 17 /07 /juillet /2021 16:21

Juin 2021 : 12 mois d’Aliot à Perpignan deuxième partie par Olivier GANDOU

Dans la première partie de ce récapitulatif trimestriel, nous avons abordé les élections cantonales et régionales, Aliot et ses conseillers municipaux, la stratégie de dédiabolisation, la communication, la politique culturelle.

http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2021/07/juin-2021-12-mois-d-aliot-a-perpignan-premiere-partie-par-olivier-gandou.html 

Il reste des informations à rappeler sur les mobilités, les aménagements en cours et le sport. Mais pour commencer il me semble important de s’intéresser aux diverses tensions sociales de la ville. Des faits divers mais aussi certains indicateurs statistiques révèlent une souffrance de la population perpignanaise. Souffrance qui ne semble pas être la priorité de cette municipalité.

 

** « Voyoucratie », pauvreté et tensions sociales

*Pauvreté : migrants, crédit municipal, prime d’activité des salariés, Restos du Cœur…

-l’agglo : aider les étudiants précaires

La presse annonce le 9 avril 2021, Perpignan Méditerranée Métropole a livré des denrées alimentaires au collectif “Entr’Aide Étudiant”. Un collectif créé pour aider les étudiants précaires à faire face aux difficultés accentuées par la crise sanitaire.

-Le curieux silence sur les migrants à Perpignan

Le 10 avril  la presse révèle :  «L'explosion des arrivées sur les côtes espagnoles depuis l'été 2020 trace une nouvelle route de l'immigration par la côte Vermeille des Pyrénées-Orientales. Ce flux se répercute jusqu'à Perpignan, où les associations ont du mal à faire face. (…)"On a constaté que depuis 9 mois, il y a de plus en plus de migrants qui sont ramenés à Portbou et qui reviennent à Perpignan. On en voit une cinquantaine de nouveaux chaque jour. Ils arrivent sans un euro, sans rien à manger, ils ont soif, n’ont plus de chaussures. Et, depuis la fermeture des frontières en Algérie, ils ne peuvent pas repartir. 200 bouteilles d’eau quotidiennement ça ne suffit plus. Avant, on distribuait 40 repas par jour, maintenant 250 ce n’est pas assez. On avait un local mais on nous l’a fermé". Au vu de la situation, voilà quelques semaines, Fatouma a décidé d’alerter le maire de la ville Louis Aliot, mais aussi le député Romain Grau et les autorités.»

*Pauvreté perpignanaise : la fréquentation du Crédit Municipal 

Le 13 avril la presse révèle l'augmentation de la fréquentation du Crédit Municipal. La responsable adjointe de l'agence perpignanaise du Crédit Municipal “ témoigne de l'augmentation de la fréquentation du site de l'avenue Général-de-Gaulle.   Comment avez-vous constaté l'augmentation de la fréquentation du Crédit Municipal ?  Nous le voyons avec les nouveaux clients. Ils sont quarante tous les mois, c'est énorme. Je suis arrivée en 1999 et, à cette époque, nous n'avions quasiment pas de nouveaux usagers. Cette tendance est particulièrement significative depuis le deuxième confinement. Sur Perpignan, nous avons 3 200 clients actifs,...Le prêt sur gage explose à Perpignan : "Beaucoup ont honte de dire que cette pandémie les a mis plus bas que terre, pas moi"

-Pauvreté de Perpignan : les "bataillons de la prévention"

La presse informe le 15 avril 2021 que parmi les 45 quartiers prioritaires de France choisis par l'Etat pour déployer les "bataillons de la prévention", deux se situent dans la capitale du Roussillon : le Champ-de-mars et le Centre-ancien.

-Les distributions pour les étudiants continuent : un exemple

Le 6 mai 2021 L'Indépendant, l'UPVD et Leclerc Perpignan nord et sud “s'unissent” pour distribuer 400 sacs de denrées alimentaires et produits d'hygiène aux étudiants de Font-Romeu et Perpignan, ce jeudi.

Le 11 mai la presse précise que les bénévoles du Secours populaire tiennent la permanence chaque lundi et jeudi, de 12 h à 15 h. Les étudiants, qui peuvent s'inscrire sur simple présentation de leur carte étudiant, viennent ensuite tous les quinze jours pour constituer leur colis. Les denrées sont installées sur des tables, à disposition des bénéficiaires. À chaque permanence, les bénévoles distribuent 50 à 80 colis et comptabilisent d'ores et déjà environ 350 inscrits :

Une bonne partie de la solidarité est invisible. Plusieurs collectifs agissent chaque semaine sans échos dans les medias locaux. 

-mairie : une discrète subventions pour les pauvres

Le conseil municipal de mai vote une subvention pour les pauvres (Restaurants du Coeur, Banque Alimentaire, Croix Rouge…). Majorité et Opposition ne disent rien à propos des gens concernés. 

-La prime d’activité des salariés du département

Le 25 mai la presse communique que dans les Pyrénées-Orientales, 40 000 salariés touchent la prime d'activité car leur salaire ne leur permet pas de vivre dignement.

-Moins d’allocation logement

Le 29 juin la presse communique sur les inquiétudes exprimées de syndicats au sujet des impacts de la réforme de l'aide au logement. Depuis la mise en place de la réforme, 4 400 bénéficiaires ont perdu leur allocation logement dans les Pyrénées-Orientales.

-Les Resto du Coeur

La presse communique que le 29 juin 2021 Patrice Douret, président national des Restos du Cœur, est venu à la rencontre des bénévoles catalans. L’interview révèle qu’avec la crise sanitaire, les plus précaires ont été davantage fragilisés et l'association a vu apparaître de nouveaux profils dans ses bénéficiaires. "Des artisans, des étudiants, des commerçants..., précise Odile Brégand, il y a eu 15% de bénéficiaires en plus entre le mars et juin 2020 dans les P.-O.". Dans le même temps la solidarité a aussi augmenté. " Pendant la crise sanitaire, nous avons observé dans le département une augmentation de 20% des dons financiers et en mars 2021, le fruit des collectes a augmenté de 28% en comparaison avec l'année précédente" .  

 

*Les morts de la rue en 2020

Un média rappelait le 14 avril 2021 les 12 Morts de la rue à Perpignan en 2020. 

 

*La prostitution 

La presse Interview le 26 avril le chercheur  Alain TARRIUS qui explique ses découvertes sur la prostitution à Perpignan et à la Jonquera. En Roussillon  une autre mafia italienne qui a pris la direction des logistiques prostitutionnelles et de la drogue. Les dealers traditionnels ont presque disparus où l’on a vu arriver leurs remplaçants qui ont commencé à démarcher les gamins devant les centres d’apprentissage et de formation, les collèges et les lycées de Perpignan et du département. Il précise aussi dans l’article : « Quand les gosses commencent à toucher à ça à 12/13 ans […] surtout que cette consommation incite à la prostitution occasionnelle qui sert à acheter les stupéfiants ». Le profil des jeunes perpignanais(es) qui se prostituent sont des « garçons […] ce sont des garçons pauvres qui cherchent une indépendance à partir de 14 ou 15 ans souvent après des échecs en centre de formation ». Concernant les clubs prostitutionnels de la Jonquera : « quarante majeurs dont seize viennent des Pyrénées Orientales ». Le recrutement depuis la Jonquera par des «  hommes de mains des putaclubs viennent de plus en plus fréquemment chercher des Perpignanais et Perpignanaises. Les mineures sont emmenées dans les garages où elles font leurs armes dans les garages ». Le chercheur déclare que les autorités ferment les yeux :  «[…] l’omerta règne. »

Le 7 mai la presse interview Jimmy Paradis du syndicat Strass des travailleurs du sexe dans les Pyrénées-Orientales. Il décrypte le contexte local, des studios et salons de massages à la rue où exercent 134 professionnelles (72 fixes en 2016 et 134 aujourd'hui). Sans compter les centaines d'adolescentes, mineurs, adultes, hommes et femmes qui travaillent via les réseaux sociaux et les sites dédiés pour des prestations permanentes ou occasionnelles tarifées entre 150 et 200 euros. Depuis la pandémie Covid, sur le trottoir, la fellation est tombée à 5 euros à Perpignan. Contrairement à une prostitution de “luxe” 150-200€ la prestation.

 

*« Voyoucratie » : violences, armes 

-meurtre par arme à feu la nuit en pleine rue

Le 2 mai, peu après 23 heures, un homme est abattu dans la rue, dans le quartier Saint-Mathieu à Perpignan. L’homme, qui serait âgé d'une trentaine d'années et serait en situation irrégulière sur le territoire, aurait été atteint par au moins un coup de feu. Le mobile du crime pourrait être lié à une rivalité amoureuse et l'ex petite amie du défunt aurait été présente sur les lieux.

L’homicide a créé un intérêt passagers pour les tensions dans le quartier : “Les riverains racontent le quotidien ponctué de bagarres. "Ça fait quarante ans que j'habite là, dit un homme. Vous savez, ça devient un quartier dangereux. On commence à en avoir l'habitude." Les habitants du quartier, choqués mais peu surpris par cet évènement violent”. 

Au conseil municipal le maire fait une minute de silence pour… un policier assassiné en France. L’opposition évoque ce meurtre. 

-Des armes de guerre circulent

Le 6 mai la presse révèle qu’à Perpignan un réseau de cambrioleurs a été démantelé. À l'occasion de leur perquisition, les enquêteurs ont également trouvé des armes de guerre, notamment des kalachnikovs. 

-Menace par pistolet d'alarme

La presse informe que le 8 mai 2021 dans le centre de Perpignan après le couvre-feu un jeune homme a fait du tapage. Le voisinage s'indigne, le somme de quitter le secteur et d'arrêter ses nuisances. Mais l'homme descend de son véhicule, commence à vociférer et exhibe soudain une pistolet d'alarme. À l’intérieur de l'habitacle de sa voiture il transportait aussi une hachette.

 

*Trafic de cigarettes

Le 12 mai la brigade anticriminalité de Perpignan intercepte un conducteur. À bord du véhicule, les policiers trouvent 425 cartouches de cigarettes, pour un montant estimé de 17 675 €. Pour pouvoir s'acquitter de cette somme, l'homme, âgé de 45 ans, aurait emprunté de l'argent à des connaissances, dans l'objectif ensuite de revendre ces cigarettes aux alentours de 6 € le paquet, ce qui lui aurait permis d'encaisser un bénéfice de près de 8 000 €.

Le 18 mai, police ont intercepté un automobiliste âgé de 26 ans à hauteur du boulevard Desnoyés dans le quartier du Bas-Vernet à Perpignan. Dans le coffre les forces de l’ordre ont découvert pas moins de 413 lots de tabac, dont 108 paquets de tabac à rouler, 100 cartouches Elixir et 205 cartouches de Philip Morris. Le tout pour une valeur marchande de 46 270 euros.

Le 20 mai les policiers du commissariat de Perpignan, procédaient à une opération de contrôle des épiceries dans le quartier du Vernet et dans le centre ancien. Huit épiceries ont été visées simultanément. L'opération a donné lieu à la saisie de 33 cartouches de cigarettes espagnoles.

Le 21 mai la presse révèle que les services des Douanes des Pyrénées-Orientales ont saisi 10,2 tonnes de cigarettes et plus de 3 M€ saisis par les douanes en 2020.

 

Partager cet article
Repost0