Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

26 octobre 2021 2 26 /10 /octobre /2021 21:14

Faut-il une actualité pour interviewer le peintre, caricaturiste Emile Mustacchi ? Non, il est le logo de Perpignan, la vivante en marche! C'est pourquoi, on ne rend pas à César, ce qui est à Moustacchi.

Qui saura lui proposer enfin une rétrospective de son vivant. Parce que les morts sont tous des braves types . Heureusement qu'il y a André Bonet, l'adjoint à la culture de Louis Aliot . Mais qui ne l'a toujours pas rappelé. Un simple oubli, je suppose qui ne serait tarder à être réparé. Sinon saviez vous qu'Émile était né en Sicile et qu'il avait beaucoup voyagé avant d'arriver à Perpignan, de la Belgique au Maroc. Qu'il avait fait le portrait de la famille royale de Belgique, mais de manière plus douce que Jan Bucquoy. Alors qu'il est plutôt connu et reconnu comme caricaturiste.

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2021 2 26 /10 /octobre /2021 17:57

« Celui qui ouvre une porte d'école, ferme une prison. » Victor Hugo

 

Samedi dernier avait lieu la manifestation contre la volonté de la mairie de Perpignan de ne pas laisser s'implanter un nouveau lycée/ collège Bressola d'immersion en langue catalane Bressola. Ce sont près de 2500 personnes qui ont manifestés de la place de la Catalogne jusqu'au Castillet...Au départ, il était prévu d'arriver à la place de la loge, devant la mairie, mais le maire Louis Aliot avait disposé en stratège la confrérie du vin et ses stands. Ainsi, les athéniens ne s’atteignirent point...Voir plus bas reportage en vidéos et en photos 

Le vendredi, nous avions rencontré la directrice et le président de la Bressola pour interview...

Eva Bertrana et Jean-Sébastien Hayden étaient en direct pour l'archipel contre attaque pour exposer les tenants et les aboutissants autour de l'installation où pas du collège en immersion du catalan de la Bressola . Il y a eu manifestation ce samedi 11h de la place Catalogne à la place de la loge. Louis Aliot aurait tout à gagner à les rencontrer directement....

  

Vidéos /Perpignan: école Bressola au couvent, en avoir ou pas ! interview Laura Bertrana, Jean Sébastien Hayden par Nicolas Caudeville. Reportage Manif Philippe Poisse
Vidéos /Perpignan: école Bressola au couvent, en avoir ou pas ! interview Laura Bertrana, Jean Sébastien Hayden par Nicolas Caudeville. Reportage Manif Philippe Poisse
Vidéos /Perpignan: école Bressola au couvent, en avoir ou pas ! interview Laura Bertrana, Jean Sébastien Hayden par Nicolas Caudeville. Reportage Manif Philippe Poisse
Vidéos /Perpignan: école Bressola au couvent, en avoir ou pas ! interview Laura Bertrana, Jean Sébastien Hayden par Nicolas Caudeville. Reportage Manif Philippe Poisse
Vidéos /Perpignan: école Bressola au couvent, en avoir ou pas ! interview Laura Bertrana, Jean Sébastien Hayden par Nicolas Caudeville. Reportage Manif Philippe Poisse
Vidéos /Perpignan: école Bressola au couvent, en avoir ou pas ! interview Laura Bertrana, Jean Sébastien Hayden par Nicolas Caudeville. Reportage Manif Philippe Poisse
Vidéos /Perpignan: école Bressola au couvent, en avoir ou pas ! interview Laura Bertrana, Jean Sébastien Hayden par Nicolas Caudeville. Reportage Manif Philippe Poisse
Vidéos /Perpignan: école Bressola au couvent, en avoir ou pas ! interview Laura Bertrana, Jean Sébastien Hayden par Nicolas Caudeville. Reportage Manif Philippe Poisse
Vidéos /Perpignan: école Bressola au couvent, en avoir ou pas ! interview Laura Bertrana, Jean Sébastien Hayden par Nicolas Caudeville. Reportage Manif Philippe Poisse
Vidéos /Perpignan: école Bressola au couvent, en avoir ou pas ! interview Laura Bertrana, Jean Sébastien Hayden par Nicolas Caudeville. Reportage Manif Philippe Poisse
Vidéos /Perpignan: école Bressola au couvent, en avoir ou pas ! interview Laura Bertrana, Jean Sébastien Hayden par Nicolas Caudeville. Reportage Manif Philippe Poisse
Vidéos /Perpignan: école Bressola au couvent, en avoir ou pas ! interview Laura Bertrana, Jean Sébastien Hayden par Nicolas Caudeville. Reportage Manif Philippe Poisse
Vidéos /Perpignan: école Bressola au couvent, en avoir ou pas ! interview Laura Bertrana, Jean Sébastien Hayden par Nicolas Caudeville. Reportage Manif Philippe Poisse
Vidéos /Perpignan: école Bressola au couvent, en avoir ou pas ! interview Laura Bertrana, Jean Sébastien Hayden par Nicolas Caudeville. Reportage Manif Philippe Poisse
Vidéos /Perpignan: école Bressola au couvent, en avoir ou pas ! interview Laura Bertrana, Jean Sébastien Hayden par Nicolas Caudeville. Reportage Manif Philippe Poisse
Vidéos /Perpignan: école Bressola au couvent, en avoir ou pas ! interview Laura Bertrana, Jean Sébastien Hayden par Nicolas Caudeville. Reportage Manif Philippe Poisse
Partager cet article
Repost0
20 octobre 2021 3 20 /10 /octobre /2021 17:31

 

Dédé Bonnet est un homme de culture. Bon, on ne sait pas trop de laquelle, de culture, mais c’est un homme de culture.D’ailleurs, il lit des livres. Notamment ceux de Julie Andrieux. C’est dire s’il a du goût. Et un lave-vaisselle.Mais, hélas, il est bien seul.

Alors, en qualité de maire par intérim, il est contraint de travailler en catimini. Non, il ne peut pas lancer de grandes réunions de concertation. Non, il ne peut pas aller prêcher la bonne parole auprès des perpignanaises et des perpignanais.

Non, ses ennemis, et Dédé a beaucoup d’ennemis, ne peuvent pas comprendre qu’une « vraie » politique culturelle ne peut passer que par une politique de grands travaux.Oui, sans le BTP, point de culture à Perpignan.

Le Vernet, nouveau terrain de jeu du BTP

Le basket est « un bien joli sport », mais une salle à 15 millions d’euros, quand on n’a pas de club, c’est franchement inutile. Donc Loulou, avec la brutalité qui le caractérise dans la reprise de décision, a stoppé net le projet. D’un coup, d’un seul, sans discussion avec qui que ce soit.

Dans cette histoire, la mairie économise 5 millions, les partenaires réunis autour du NPNRU 10 millions.

L’argent étant budgétisé, théoriquement, il est toujours disponible.

Dédé, toujours désireux d’aider le BTP à émettre du CO2, a donc eu l’idée de construire une médiathèque en lieu et place de la salle de basket. La mairie a le terrain, la mairie a l’argent, la mairie a la volonté, donc Dédé lance le projet.

Courant octobre 2021, sans aucune forme de débat public, était annoncé un marché public pour une esquisse de la médiathèque. Cette annonce précise bien que le projet devrait coûter dans les 3,2 millions d’euros. L’esquisse sera facturée 13 000 €, ce qui est correct pour ce type de bâtiment. Par rapport à la salle de basket, Dédé se garde un volant de près de 1,8 millions, au cas où le projet serait un peu plus cher que prévu.

L’annonce légale : https://www.boamp.fr/avis/detail/21-132666/officiel

Le diable est dans le détail

Là, chères lectrices, chers lecteurs, vous allez me dire : « Certes, André fait sa médiathèque tout seul dans son coin, et, c’est pas gentil, mais les médiathèques c’est cool, non ? »Alors, je vous l’accorde, parce que je vous aime bien dans le fond, les médiathèques c’est cool. D’ailleurs on pourrait la nommer « Médiathèque André Malraux », et y installer la Phonothèque*.Sauf, qu’après dix ans de gestion Pujol, la municipalité est exsangue financièrement. Elle ne peut recruter qu’en créant du déficit.

Cette médiathèque risque fort de se réaliser à effectif constant. La bibliothèque Barande pourrait donc souffrir à termes, voire, fermer.

Et c’est là que l’affaire de la Bressola rend cette histoire intéressante.

Dans « catalan » il n’y a pas que « talent »

La Bressola est une association fondée en 1976. Aujourd’hui elle accueille plus de 1 000 élèves dans sept écoles et un collège. J’ai lu le dossier de presse, c’est dire si je bosse.Le besoin de développer l’enseignement immersif à pousser ses dirigeants à lancer le projet d’un collège-lycée. Après plusieurs visites, le monastère Sainte-Claire a été choisi.

Sur le coup, les dirigeants ont fait preuve de naïveté. Au lieu d’aller voir Loulou, qui, aux dernières nouvelles, est le patron à Perpignan, ils sont allés voir Charles Pons !

Hélas, mille fois hélas, Charly ne surfe pas ! Alors que l’odeur du napalm, au petit matin… Mais je m’égare.

Charles Pons n’est pas décisionnaire. Et comme l’avait déclaré, il y a quelques mois, lors d’un entretien avec l’Archipel contre attaque, Louis Aliot ne jure que par la « contractualisation ». En clair, si c’est pas écrit, ça n’existe pas !

 

Croyant avoir l’accord de la mairie, les dirigeants de la Bressola auraient donc signé un « sous-seing d’acquisition », mais ce ne serait pas la Bressola qui deviendrait propriétaire du monastère. Si ce genre de montage juridique est banal, la politesse aurait été d’en toucher un mot à la mairie.

C’est qu’il est susceptible Loulou. Et puis, c’est pas parce qu’il est avocat d’affaires qu’il est capable de savoir qui sont les sociétaires d’une SCI.

Résultat, avec la brutalité décisionnelle habituelle, la municipalité a préempté le monastère.

Quand tu préfères la politique de bas étage au Code de l’urbanisme

Alors les dirigeants de la Bressola s’insurgent et portent plainte. Ils perdront devant les tribunaux. Ce qui est de l’ordre du détail.

L’affaire permet aussi à la simili-opposition de brailler comme des putois, montrant ainsi qu’elle n’a rien dans le crane.

On pensera à Mark Knopfler chantant : « There's a protest singer, he's singing a protest song »

Si la simili-opposition agissait réellement contre l’extrême droite, celle-ci ne serait pas à la mairie. Et, surtout, elle n’aurait pas l’assurance d’y rester pour 3 ou 4 mandats.

Surtout que, si la mairie avait laissé l’affaire suivre son cours, le projet serait tombé à l’eau de lui-même.

 

En effet, le projet présenté par la Bressola prévoit un budget de 1 280 000 € pour l’achat du monastère et de 1 400 000 € pour les travaux de mise aux normes. Le montant des travaux dépasse la valeur du bien, et un changement de destination est obligatoire, un permis de construire est donc, lui aussi, obligatoire.

Le bâtiment deviendra une école, c’est-à-dire, vu le dossier, un ERP de type R et de catégorie 4.

La classification des ERP : https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F32351

Le monastère étant en zone inondable, avec un risque de l’ordre de 1 mètre d’eau au rez-de-chaussée, il est peu probable que le service instructeur, soit le service urbanisme de la ville de Perpignan, accorde le permis de construire.

Dans ce genre de situation, la Direction Départementale des Territoires et de la Mer (DDTM) n’accorde pas non plus de permis de construire.

Et si le NPNRU soutenait la culture catalane ?

Deux événements culturo-éducatifs ont lieu au même moment et dans le même Quartier Politique de la Ville (QPV), qui bénéficie en plus du NPNRU, soit une enveloppe de quelques dizaines de millions.

Si on réfléchit un peu, et qu’on pense « projet », en gros si on fait l’inverse de la méthode à Dédé, il est possible de tirer avantage de la situation.

La carte des QPV de Perpignan : https://sig.ville.gouv.fr/Territoire/QP066005

D’abord on notera que dans le QPV « Diagonale du Vernet » des terrains restent disponibles, et, qu’ils ne sont pas en zone inondable. La mairie en possède d’ailleurs certains.

On a donc du foncier disponible. Et constructible.

Ensuite, malgré les errements de l’époque Amiel/Pujol, il reste pas mal de millions d’euros dans la cagnotte. Autant mutualiser pour être, situation assez rare dans le coin, efficace !

Dans le fond installer un collège-lycée, en immersion, dans l’un des 30 quartiers les plus pauvres de France montrerait que la défense de la culture et de la langue catalane ça n’est pas juste un truc pour petit-bourgeois en mal de sensation. Cela montrerait surtout que la culture catalane est un formidable outil d’insertion socio-culturel et économique.

On ne va pas faire le détail des possibilités, ça serait trop long.La mairie pourrait récupérer le monastère Sainte-Claire pour y installer une médiathèque sous forme d’un « véritable » tiers-lieu culturel, solidaire et associatif ; pour y installer la Phonothèque ; pour aider au développement des quartiers nord, qui en ont vraiment besoin. Tout ça à la fois.

Le collège-lycée, lui, pourrait être construit à la place de la salle de basket, et, intégré dans le NPNRU, participer activement à lutter contre la pauvreté extrême que connaît le Vernet.

En conclusion

Bon, tout ça, c’est juste des idées de développement social, culturel et économique. Il s’agit de projets pouvant aider à améliorer les conditions de vie de milliers de perpignanaises et de perpignanais.

Des idées pour sortir les gens de la merde, quoi.

Donc, les « décideurs » locaux préféreront les balayer d’un revers de main.

Aquí, la culture est représentée par Dédé Bonnet, et, ça n’a pas l’air de gêner grand monde. Car, la seule culture qui vaille aquí, de droite comme de gauche, catalanistes ou franchouillards, c’est la culture de la lose.

 

Bref, comme dirait des escargots dans une cargolade : sem fotuts !

 

 

*Si, comme André Bonnet, vous ne comprenez pas la blague, c’est que, comme André Bonnet, vous êtes ...

 

Médiathèque du Vernet, monastère Sainte-Claire, la Bressola : pour André Bonnet, la culture c’est d’abord et avant tout du BTP ! par Philippe Poisse
Partager cet article
Repost0
19 octobre 2021 2 19 /10 /octobre /2021 14:43

« Je quittai Hong Kong en février 1956 (…) J'étais fatigué du monde des renseignements, j’avais raté la guerre en Indochine, je pensais en savoir assez sur les insurrections et je voulais tester certaines de mes théories. » "Pacification en Algérie" de David Galula

 

Résumé : Les parachutistes du colonel Mathieu cernent, en octobre 1957, la planque d'Ali la Pointe, actif partisan du mouvement indépendantiste algérien. Le militant se remémore son parcours. De petit délinquant, il devient rapidement l'un des chefs de la guérilla urbaine qui déchire Alger en 1954. La bataille qui oppose le FLN aux militaires français sera sans merci, les attentats répondant aux multiples arrestations, assassinats et actes de tortures. La surenchère de la violence tient de longs mois la ville à feu et à sang. Ali la Pointe, poseur de bombes et leader de nombreuses grèves, se retrouve en ce début octobre sur le point de tomber. Trois ans plus tard, l'indépendance du pays est proclamée et semble mettre un terme à cette guerre d'indépendance qui n'a pas dit son nom...

"Nous sommes en guerre civile mon cher!" Eric Zemmour 

"Attention, le premier degré nuit gravement à la compréhension: veuillez prendre cet article au second !"

L'empêchement d'une création d'un collège lycée d'immersion en langue catalane par la mairie de Perpignan par monsieur Louis Aliot est-il le signe que il soit un "malgré-lui" de la persistance rétinienne de la guerre d'Algérie?

Pour Louis Aliot, Perpignan est la capitale d'un département français, les Po (immatriculé 66) et pas celle de la catalogne nord. Alors lorsqu'il voit des éléments "exo-endogènes" (la pratique du "en même temps" peut-être ultra-local ) préparer la terraformation de sa planète d’accueil: il voit rouge comme le prince Actarus, lorsqu'il voit les Golgoths attaquer à la planète bleue (comme une orange)! https://www.mairie-perpignan.fr/actualites/louis-aliot-maire-de-perpignan-communique-2

Pour lui, demi fils de "pieds noirs", c'est une tentative des "endogènes" de préparer leur indépendance et d'arrêter "le grand remplacement" des catalans. On ne le foutra pas dehors 2 fois de l'Algérie française! ICI, il n'y aura pas de référendum d'auto-détermination! Et on ira pas mettre son bulletin dans une urne à la Bressola! Il a l'intention de bercer le berceau trop près du mur, c'est bon pour le développement cognitif! 

En attendant la manifestation de samedi prochain, place de Catalogne (doit-on la baptiser pour la nommer: place de la "Nouvelle France"?), doit-il mettre en place une stratégie de "contre-insurrection" comme le préconise le lieutenant Galula et réussir là où le précédent maire "pieds noirs" Jean-Marc Pujol a échoué ? http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2015/03/jean-marc-pujol-revise-l-histoire-de-la-guerre-et-de-la-paix-en-algerie-par-nicolas-caudeville.html

"Les armées occidentales actuellement engagées dans des conflits d'un type nouveau, face à un adversaire insaisissable, pourraient-elles s'inspirer de l'histoire des guerres révolutionnaires pour se sortir de l'impasse stratégique dans laquelle elles semblent installées ? L'influence du présent ouvrage sur la pensée utilitaire américaine relève du paradoxe : un Français disparu, inconnu dans son pays, est devenu une référence majeure pour la génération d'officiers de l'US Army aux prises avec les insurrections modernes. Dans son Contre-insurrection, théorie et pratique, rédigé au début de son exil américain, le lieutenant-colonel David Galula livre les leçons qu'il a tirées de sa longue pratique de ce type de conflit, de la chute de Tchang Kaï Chek à la guerre d'Algérie. pour lui. la victoire des insurgés n'est pas une finalité : en s'adaptant à la situation, le gouvernement de contre-insurrection peut. s'assurer du soutien de la population, qui est la clé du succès. Son approche de la question est donc avant tout politique, sans recours. systématique à la violence. Cette première parution en français du livre de Galula est l'occasion de relancer un débat dans lequel notre pays peut avoir toute sa place." https://www.amazon.fr/Contre-insurrection-Théorie-pratique-David-Galula/dp/2717855092/ref=pd_bxgy_img_1/259-4126358-9086053?pd_rd_w=lyLbK&pf_rd_p=3ee87bad-b849-4935-bc07-c2c555807d36&pf_rd_r=5WDGSHEZ6DR9Y006P5SA&pd_rd_r=dfbbe570-36e1-42c1-afc4-40c4b3b8298c&pd_rd_wg=DwhM3&pd_rd_i=2717855092&psc=1

 

En fait derrière cette affaire, il faut comprendre que le maire Louis Aliot n'est que le "lampiste" de certains de ses adjoints. Et qu'il se trouve à nettoyer derrière l'ivresse des autres. Cela, continuera tant que lorsque le maire sera à Paris, les souris continueront de danser!

Perpignan/ Bressolla/ Louis Aliot: face aux catalanistes, une théorie de la contre insurrection! par Nicolas Caudeville
Partager cet article
Repost0
14 octobre 2021 4 14 /10 /octobre /2021 17:41

"[À Lancelot] Ah ! À ce propos, je dois vous avouer que j'ai longtemps réflechi à savoir comment vous deviez m'appeler. [...] Éh oui ! Parce que vous êtes pas, à proprement parler, un de mes sujets. Vous êtes pas sous mes ordres non plus. "Sire" c'est quand même un peu ampoulé. Alors j'ai pensé à beaucoup de choses. "Loth", "Seigneur", "Monsieur"... Je me suis même demandé si vous deviez pas m'appeler "vieille branche", "mon p'tit pote" ou "canaillou"."

Kaamelott, Livre IV, Loth et le Graal

 

 "Non, c'est moi qui y suis pour quelque chose. Le coup d'Etat, c'est moi ! Le clan séparatiste, c'est moi ! Et d'une manière générale j'ai un lien plus ou moins direct avec tout ce qui se manigance de vicelard en Bretagne depuis ces trente dernières années, ça tout le monde le sait. Ce qu'on sait moins en revanche, c'est la raison qui me pousse à faire tout ça... [Arthur : Oui je vous écoute, qu'est ce qui vous pousse à faire tout ça?] L'amour ! Que je porte à ma femme, à votre sœur. [Arthur : Demi sœur!] Personne ne vous déteste plus qu'elle dans tout le royaume sire. Et moi, pauvre fou d'amour esclave de ses yeux, je ne cherche qu'à contenter ses désirs de vengeance. Me commanderait-elle de venir attaquer vos armées seul contre un million, je le ferai sans réfléchir. Alors quand cette salope a su que Lancelot organisait une armée séparatiste, elle m'a ordonné de m'associer à lui et de lui filer du pognon. Et moi, pauvre bête dressée, je me suis lâchement exécuté. Misa brevis et spiritus maxima. Ça veut rien dire, mais je suis très en colère contre moi même."

Kaamelott, Livre V, Corvus corone

Il faut savoir montrer sa force . Mais il ne faut pas non plus prendre des risques incalculés . Alors quand on ne peut pas se faire la main sur les trafiquants de drogue, on se venge sur les catalanistes: ça ne coûte rien. Donc récemment, le maire de Perpignan Louis Aliot à commencer d'enlever les panneaux d'entrer de ville de "la catalane" (ce n'était plus dans le bon ton) pour remplacer par "la rayonnante" . Puis les panneaux en catalan "Perpinya" ont aussi disparu .

Une légende raconte que ce serait un coup des rugbymans. Puis, la mairie empêche la construction d'un collège/lycée au monastère Ste Claire https://lieux-de-retraite.croire.la-croix.com/lieu/263-monastere-sainte-claire.html au quartier du Vernet https://www.bressola.cat/perpinya-bloqueja-el-projecte-de-collegi-liceu-de-la-bressola-n-1486-ca.html?fbclid=IwAR16IV5unwZOesQcfp4O98vsgQ-ieNvDFemia8sI93ARPIvcLpj2WB_Y_6k

Alors là, il y a 2 versions. Celle des catalanistes qui disent que s'ils n'étaient pas noirs, le projet aurait été accepté au Vernet. Et la version de la mairie qui dit, qu'on "est con comme on dit en Picardie", si on croit la première version "et qu'on ne connais pas le dossier sur le fond!"

Le problème comme dirait le docteur House, c'est que: "tout le monde ment!"

Et comme on ne sort de l’ambiguïté qu'à son propre détriment (conf Cardinal de Retz), ni les uns ni les autres ne toucheront un mot du fond (dans lequel, ils ne sont pas si mauvais...) . 

Louis Aliot est un monsieur Jourdain du wokisme, il fait de la cancel culture sans le savoir. Les pieds noirs ont souffert! Alors le privilège catalan doit disparaître...Tant la fête de Perpignan semble plus être le 19 mars que le 21 avril...

 

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2021 2 12 /10 /octobre /2021 18:40

Laurette Naranjo était en direct pour l'archipel contre attaque pour présenter une réunion d'information sur la pollution visuelle par la publicité dans l'espace de la communauté urbaine dans le cadre d'une enquête publique." C'est le Mardi 12 octobre 

undefined
Laurette Naranjo était en direct pour l'archipel contre attaque pour présenter une réunion d'information sur la pollution visuelle par la publicité dans l'espace de la communauté urbaine dans le cadre d'une enquête publique." C'est le Mardi 12 octobre

Du 4 octobre 2021 au 5 novembre 2021, une enquête publique portant sur le Règlement Local de Publicité intercommunal (RLPi) a lieu. Cette enquête a été lancée par Perpignan Méditerranée Métropole et concerne les 36 communes de la communauté urbaine.

Le RLPi c’est important, ça impacte toute la publicité extérieure sur le territoire de Perpignan Méditerranée Métropole, soit 655,8 km². C’est dire si c’est grand !

Et le RLPi il est vachement bien foutu. C’est un projet Jean-Marc Pujol à la base faut dire.

 

L’enquête publique en ligne : https://www.enquete-publique.perpignanmediterraneemetropole.fr/enquete-publique/128/observations

 

Oui, grâce au RLPi, et à toutes les dérogations qu’il contient, il sera possible d’installer de bien beaux écrans numériques sur le parking de Força Real (commune de Montner) ou au pied de l’escalier de l’ermitage Notre-Dame-de-Pène (commune de Cases-de-Pène).

Oui, le RLPi a été écrit par les professionnels de la publicité. Le bilan de concertation le prouve d’ailleurs, vu qu’il contient la liste des structures et personnes concertées.

Mais surtout, le RLPi, et là on sent la patte Jean-Marc Pujol, fait la part belle aux vendeurs de luminaires.

Oui, le RLPi permet, grâce à son article 4 et un jeu subtil de dérogations au Code de l’environnement, d’éclairer les publicités la nuit.

Oui, grâce au RLPi, ce ne sont pas seulement les écrans numériques qui vont pulluler, ce sont les panneaux éclairés qui vont pousser comme des champignons, à raison de 1 tous les 50 mètres.

Oui, le RLPi a été écrit pour et par les vendeurs de luminaires !

On est à Perpignan, faut pas oublier.

 

Hélas, pour le lobby des luminaires, des citoyens, conscients du problème, se mobilisent pour s’opposer au RLPi.

Et, autour d’associations comme Alternatiba 66 et de collectifs comme le Pacte pour la Transition (collectif de Toulouges), ils organisent la réponse à la communauté urbaine.

Et donc, le mardi 12 octobre, à 18h30, au cinéma de Toulouges (à l’étage de la salle des fêtes, place Louis Esparre), se tiendront une réunion publique d’information sur le RLPi, sur l’impact de la publicité et, d’abord et avant tout, sur comment lutter.

N’hésitez pas à venir !

Règlement Local de Publicité intercommunal (RLPi)
Article 5
Par ailleurs, toute publicité ou préenseigne est interdite en agglomération aux abords
de la Têt à Perpignan excepté sur le mobilier urbain où la surface de la publicité ou
préenseigne ne peut excéder 2 mètres carrés. Cette zone est délimitée sur les
annexes graphiques.
Le RLPi interdit donc de poser des enseignes et autres panneaux publicitaire au bord de la Têt, mais seulement en agglomération.
La carte, page 119 des annexes, montre la zone où l’interdiction s’applique.
En pratique cette interdiction ne concerne que la voie sur berges (la D900a). Le reste des berges de la Têt, de Canet à Saint-Feliu, n’est pas soumis à cette interdiction.
Deux observations à ce sujet.
D’abord, la loi interdit déjà d’installer des panneaux publicitaires le long des voies rapides. D’un strict point de vue juridique, l’article 5 n’apporte rien.
Ensuite, les voies le long de la Têt, notamment la piste cyclable reliant Perpignan à Bompas, pourront, dans l’absolu, recevoir des enseignes de petits formats.
Pour rendre cet article à peu près acceptable, il suffirait de supprimer le « en agglomération ».
Mais sans une forte mobilisation citoyenne, cela n’arrivera pas.
Vous savez ce qu’il vous reste à faire !
Règlement Local de Publicité intercommunal : quand le lobby des luminaires fait la loi! interview Laurette Naranjo par Nicolas Caudeville, article Philippe Poisse
Partager cet article
Repost0
10 octobre 2021 7 10 /10 /octobre /2021 21:39

ÉDITORIAL 2021

Des femmes et des hommes debout https://www.cinemas-carmaux.fr/festivals/

L’an dernier nous étions dans l’urgence, cette année le festival peut se poser un peu pour retrouver ses fondamentaux : diversité géographique des films, place faite aux films patrimoniaux, une variété des sujets entre fiction et documentaires, encore que souvent la frontière en soit ténue et poreuse.Certes encore une fois les films français sont les plus nombreux, mais c’est la conséquence d’une production qui entend faire la part belle aux phénomènes sociaux avec une audace qui n’exclue pas l’humour, faire devant cet état de fait la grimace serait imbécile et comme nous ne le sommes pas, enfin on l’espère...Pour les cinématographies d’ailleurs, on a fait le choix de privilégier le cinéma russe et soviétique pour jouer la double carte du passé et du présent, de donner à voir un regard américain et un regard belge http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/tag/jan%20bucquoy/, sans oublier, si le film est français, un parcours catalan http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2019/05/jordi-vidal-etait-en-direct-de-l-ubu-cafe-pour-une-conference-sur-son-oeuvre-et-repondais-au-public-nombreux-qui-etait-la-pour-lui-p

.Pour les films de patrimoine nous avons visé haut avec La nouvelle Babylone (1929), un des rares films tournés sur La Commune, pour son 150ème anniversaire on ne pouvait faire mieux, d’autant que le film sera présenté avec un accompagnement musical et une boisson légère. Haut encore, avec La Grève d’Eisenstein (1924) qui entrera en résonnance avec Chers Camarades (2020), fim récent d’Andrey Konchalovsky. Exceptionnelle sera la projection de Fermeture de l’usine Renault à Vilvoorde (1997), un doc comme on en fait peu où la fiction s’éclate, de Jan Bucquoy, réalisateur belge, scénariste de BD, artiste en tout genre, anarchiste, situationniste et au-delà, qui sera, pour le bonheur de chacun.e, des nôtres. Tous au Larzac (2011) éclairé par le récent Gardarem Lo Larzac est-il un film de patrimoine ? A tout le moins un film qui parle du nôtre tout comme le tout récent, et en avant-première, Nous dansons sur un volcan de Jordi Vidal, qui sera présent et qui est de la même trempe que Jan Bucquoy, pour poser cette question iconoclaste : "et si une danse identitaire, la sardane, n’était autre qu’une danse révolutionnaire ?". Ouvrir des horizons nouveaux rien de plus passionnant pour un festival.L’ensemble français récent tourne, COVID-19 oblige, même s’il n’est pas nécessairement mis en scène, en partie autour du soin hospitalier comme à la personne :Debout les femmes !, et si les enquêtes de l’Assemblée nationale servaient à quelque chose ? La fracture, vrais soignants et acteurs dans un hôpital, un soir de manif de Gilets jaunes et la question du genre. Ensuite, une autre partie de cet ensemble aborde les laissés pour compte. Si on chantait de Fabrice Maruca, une avant-première en sa présence, des licenciés qui se lancent dans la chanson, un film joyeux sur une situation qui ne l’est pas, une ouverture optimiste ; Gagarine, le devenir des banlieues rouges dans un rêve intersidéral, intelligent et subtil, la banlieue telle qu’on ne la voit que rarement ; Les deux Alfred, le monde d’à peine demain démonté par un film joyeux et tendre, comme un air de réalisme poétique des années 1930 ; De bas étage, les OS de la délinquance, tristesse de la condition ouvrière reflétée dans le vol ; Les sans-dents, avant-première avec Pascal Rabaté son réalisateur, à la marge des marges et une certaine idée de la dignité, sans paroles ni musique mais pas sans son, comme un parfum des audaces de Claude Faraldo dans Themroc, une conclusion du festival dans l’ouverture !Nomadland de Chloé Zhao, traite à l’américaine des mêmes sujets, dans ce film magnifique qui emprunte ses techniques au doc, la lutte des classes se transcende en un conglomérat de choix individuels, marqués de liens précaires au rythme d’une déambulation dans tous les états ou ses états. Une autre façon d’appréhender la précarité sans solution collective mais pas sans dignité. Relire Montaigne ? De quoi nourrir la discussion en tout cas.

 

Michel Cadé

Président du Festival

 

La sardane est elle une danse révolutionnaire, une danse solaire de toute éternité ou des faits sociaux culturels récupérés par une droite indépendantiste catalane. Le certain regard de l'essayiste critique Jordi Vidal et son producteur François BOUTONNET au Clap Ciné de Canet. Première sortie au cinéma Jaurés d'Argeles sur mer le 29 octobre pour les rencontres Cinémaginaires. Mais avant à Carmaux au festival du film social et ouvrier. https://www.cinemas-carmaux.fr/festivals/

https://www.cinemas-carmaux.fr/festivals/

Vidéo: Conférence de Presse Festival du Cinéma Social et Ouvrier 2021 de Carmaux avec Jan Bucquoy, Jordi Vidal et
Vidéo: Conférence de Presse Festival du Cinéma Social et Ouvrier 2021 de Carmaux avec Jan Bucquoy, Jordi Vidal et
Vidéo: Conférence de Presse Festival du Cinéma Social et Ouvrier 2021 de Carmaux avec Jan Bucquoy, Jordi Vidal et
Vidéo: Conférence de Presse Festival du Cinéma Social et Ouvrier 2021 de Carmaux avec Jan Bucquoy, Jordi Vidal et
Vidéo: Conférence de Presse Festival du Cinéma Social et Ouvrier 2021 de Carmaux avec Jan Bucquoy, Jordi Vidal et
Vidéo: Conférence de Presse Festival du Cinéma Social et Ouvrier 2021 de Carmaux avec Jan Bucquoy, Jordi Vidal et
Vidéo: Conférence de Presse Festival du Cinéma Social et Ouvrier 2021 de Carmaux avec Jan Bucquoy, Jordi Vidal et
Vidéo: Conférence de Presse Festival du Cinéma Social et Ouvrier 2021 de Carmaux avec Jan Bucquoy, Jordi Vidal et

Voir aussi:

 

Covid19 / Occitanie: quel futur pour la culture en région? La réponse du président de la commission culture Serge Regourd, interview par Nicolas Caudeville

http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2020/10/covid19/occitanie-quel-futur-pour-la-culture-en-region-la-reponse-du-president-du-president-de-la-commission-culture-serge-regourd-i

 

Cinéma / Carmaux: il reste une humanité dans la patrie de Jaurés: le festival du film social et ouvriers! interviews,photos et reportages par Nicolas Caudeville

http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2020/10/cinema/carmaux-il-reste-une-humanite-dans-la-patrie-de-jaures-le-festival-du-film-social-et-ouvriers-interviews-photos-et-reportages

 

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2021 5 08 /10 /octobre /2021 15:03

Bon, Loulou, on a bien compris, t’as un problème là. Un gros problème même.

On a bien compris que Jean-Marc Pujol et Olivier Amiel t’ont laissé un dossier mal monté, incohérent, totalement stupide par bien des aspects. En plus, sur les 130 millions d’euros que l’ANRU leur avaient accordé, ces deux incompétents notoires en ont dilapidé près de 60 millions. Et pour pas grand-chose, soyons honnêtes.

 

Mais, franchement, Loulou !, c’est pas parce que tu n’as pas d’idée sur la rénovation urbaine à Saint-Jacques, qu’il faut accuser tout le monde de tremper dans le trafic de drogue. Non, c’est pas sérieux. En plus de ne pas être opérationnel.

Bon, là je sens qu’une petite leçon de choses s’impose.

 

D’abord quand on est un élu d’extrême droite, on est légaliste, sinon le coup des « je vais repeindre les quartiers en Bleu Blanc Rouge » ça marche pas. Donc, mon petit Loulou, si tu as des dossiers, tu dois les transmettre au procureur de la République. Si t’as pas l’adresse, pas de soucis, tu me passes un coup de fil, et je t’emmène au tribunal, histoire de faire les papiers. En plus, tu verras, le quartier est sympa, et s’il fait beau, on pourra aller manger une glace en terrasse. J’invite !

Parce que, je te rappelle, que, au titre de l’article 16 du Code de procédure pénale, alinéa 1, les maires et les adjoints, ont la qualité d’officiers de police judiciaire, et que, à ce titre, vu l’article 40 du Code de procédure pénale, s’ils sont au courant de comportement délictueux ou criminels, ils sont « tenus d’en donner avis sans délai au procureur de la République ».

 

L’article 16 du Code de procédure pénale : https://www.legifrance.gouv.fr/codes/article_lc/LEGIARTI000038311874/

L’article 40 du Code de procédure pénale : https://www.legifrance.gouv.fr/codes/article_lc/LEGIARTI000006574933/

 

Ensuite, on a bien compris qui tu vises. Et pourquoi.

La communauté gitane te pose problème. Ça gueule fort, ça gigote, ça ne se laisse pas si facilement que ça acheter. Et les leaders sont coriaces.

Beaucoup plus que prévu.

Donc tu t’es lancé dans une campagne de décrédibilisation, à petit frais. Ce qui est un peu con, parce que t’as quand même 70 millions en banque, et que quitte à faire une campagne de propagande, autant y mettre les moyens. Et les formes.

Bon, on va pas se cacher derrière son petit doigt. Il est des gens à Saint-Jacques, qui ne sont pas parfaitement honnêtes. Certains ont pu, pour diverses raisons, y compris la drogue, avoir maille à partir avec la Justice. Mais de là à accuser tous les « chefs de clan » d’être « liés à un certains nombres de trafics », c’est abuser. Non, Loulou, il ne faut pas jeter l’assistant parlementaire avec l’eau bain, c’est bien connu. http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2021/09/video/perpignan-duel-a-st-jacques-entre-louis-aliot-et-le-gitan-nounours-par-philippe-poisse.html

 

Et puis, Loulou, tu sais que je t’aime bien, dans le fond, que j’ai envie de te voir réussir. Surtout que la" très climaticide" Agnès Langevine en veut à ton siège. Et ça, c’est pas du tout acceptable.

Pour réussir, il va bien falloir parler, voire négocier, avec tout le monde. C’est pas juste une histoire de démocratie, c’est surtout une histoire de pragmatisme. Tu peux pas virer les habitants de Saint-Jacques, Loulou, va falloir les prendre en compte dans le montage des projets.

D’ailleurs, dans le fond, négocier avec des dealers c’est pas tellement un problème. Regarde la place Rigaud, les beaux aménagements que ta municipalité a réalisés depuis un an, ils ne sont utiles que pour eux. La palissade pour rendre la caméra de vidéosurveillance aveugle et ainsi permettre de commettre différents trafics en toute impunité, c’est rudement malin.

Tous les trafiquants de la place te remercient chaudement. Certains ont même promis de voter pour toi en 2026. S’ils ne sont pas en taule, bien entendu.http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2021/09/perpignan/place-rigaud-precis-de-decomposition-ou-la-mite-de-sisyphe-par-nicolas-caudeville.html 

 

Donc, Loulou, tu arrêtes de taper comme ça, de façon puérile sur les gitans, qui ne sont pas pire que le reste de la population, tu t’entoures de gens compétents, je sais, dans le coin ça manque un peu ce genre d’individu, et tu bosses sérieusement. Tu verras, pour 2026, ça te sera grandement utile.

Et puis, n’oublie jamais, pour les doutes métaphysiques, les peines de cœur et les rétrocommissions je serais toujours là pour toi.

 

 

PS : en fait, je suis surtout là pour les rétrocommissions.

 

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2021 4 07 /10 /octobre /2021 14:57

"Où s’arrêtera l’ascension d’Éric Zemmour ? Alors que le polémiste n’a toujours pas officiellement déclaré sa candidature, il est désormais en bonne position pour se qualifier au second tour face à Emmanuel Macron, selon un sondage Harris Interactive publié par Challenges ce mercredi. Depuis le dernier sondage, il progresse de quatre points et enregistre 17 % des intentions de vote, devançant Marine Le Pen, la candidate du Rassemblement national (15 %, - 13 points depuis l’été)."https://www.lepoint.fr/politique/presidentielle-2022-un-sondage-qualifie-zemmour-au-second-tour-06-10-2021-2446523_20.php

 

"Dans ce maelström de pourriture, le commun des mortels était brisé, écrasé. Des hommes comme Max, Max le guerrier. Dans le rugissement d'un moteur, il avait tout perdu... Et il devint un homme vidé, consumé, ravagé, un homme hanté par les démons de son passé, un homme qui errait sans but par les terres désolées." MadMax 2

Que laisse paraître en creux ce sondage: c'est que la droite dure, ou extrême ou la droite extra dure (c'est comme pour le pain de mi sans croûte, ou pas, chacun choisira selon ses goûts ! ) compte pour 32 %  des intentions (l'enfer en est pavé...) de vote! Faut-il s'en émouvoir ?

Le problème de la démocratie, c'est qu'il faut laisser choisir entre tous les candidats la plupart des autres, même s'ils nous semblent mauvais (comme pour les paquets de cigarettes, il faudrait mettre un mot de prévention et une image dégueulasse sur les bulletins de votes de "certains" candidats #çaveutdirequoidégeulasse?) ! 

Dans ce maelström, l'homme qui pourrait bien survivre à tous ça et même en profiter, c'est le maire de Perpignan, Louis Aliot !   

C'est que l'un ou l'autre de Marine ou d'Eric peuvent gagner s'il arrivent à se combiner après le second tour pour peu, que l'un fasse la Kurt échelle à l'autre et hop...

Là, Louis Aliot ne sera pas obligé de choisir entre Papa ou Maman. Il sera comme Clint Eastwood dans "Pour une poignée de Collard !" : "Les baxters d'un coté et les Rodos de l'autre. Et moi au milieu..."https://www.youtube.com/watch?v=aBmcIKDW5D8

Il ferait un bon premier ministrable pour les 2. 

C'est se qu'entrevoit les yeux pleins de lumières son épouse et ses courtisans !

Et là encore, que découle-t-il en creux de cette équation ? Ils seront plus près du pouvoir et de ses hochets. Que de merveilleuses photos Facebook ou Instagram ne pourront-il faire? Ils pourront comme on dit dans le métier : "oser Joséphine et ses beaux harnais !".

Marcher sur l'eau, éviter les péages. Juste faire hennir, les chevaux du plaisir...osez, osez l'imaginez.https://www.youtube.com/watch?v=MaIDRUp2Luo

Et puis à la question de Laurent Fabius, pour Ségolène Royale? "Qui gardera les gosses? À savoir la mairie de Perpignan...Pas "Vivagel bien sûrs", mais le sémillant André Bonet. Qui d'autre ? En tout cas, lui, ni pense pas qu'en se rasant!

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2021 2 05 /10 /octobre /2021 13:37

Cette histoire se déroule au dernier conseil municipal

 

Le basket c’est sympa, moins que la pétanque, mais c’est sympa quand même. D’ailleurs, Loulou Aliot, quand on lui demande son avis, dit toujours « c’est un joli sport ». C’est dire si ça plaît aux gens.

Sauf qu’à Perpignan, l’ancien club avait beau s’appeler l’Étoile Sportive Basket Perpignanais, ça ne brillait pas des masses.

L’ancienne direction était surtout connue pour des histoires de rifles, pas franchement légales, pour des tensions violentes avec la fédération nationale, et une disparition prématurée. Faut dire que l’Étoile c’était la tentative de reprendre le Basket Catalan Perpignan Méditerranée, qui avait subi une liquidation judiciaire en 2015, avec sanction sportive à la clé.https://www.lindependant.fr/2016/04/01/rifles-du-perpignan-basket-prison-ferme-requise-contre-patrick-esteban,2178431.php

 

S’en sont suivies 6 années mouvementées, se clôturant fin 2020 par la décision radicale de Loulou de stopper les frais en expulsant l’Étoile des locaux que la mairie lui mettait à disposition.

 

Au début, naïfs que nous étions, on s’était dit que Loulou il voulait juste faire chier Pujol et sa compagne, Fatima Dahine, ancienne joueuse professionnelle au sein du club de Perpignan.

C’est clair, on était naïf.

D’abord parce que Loulou a eu le soutient de la fédération française de basket-ball. C’est dire si sur le coup il a réfléchi, ce qui lui arrivera rarement, faut reconnaître.

Ensuite, parce que Loulou il a remonté un club, tout seul avec ses petits bras. Et pour être sûr d’avoir des gens « honnêtes » à sa tête, il a pris des gars qui sont pas du coin. Des fois, il peut être malin Loulou.

 

Sauf qu’un club, ça coûte des sous, plein de sous, et qu’au démarrage, en général, les responsables sont fauchés comme les blés. Donc, en septembre 2021, la municipalité a voté une subvention de 50 000 € pour la saison 2021-2022. Vous me direz, et vous aurez raison, vu ce que certains sports touchent, c’est pas beaucoup.

 

Et c’est là que Fatima Dahine s’est, subitement, découvert une passion pour la défense des finances. Pour quelqu’un qui a participé pendant plus de dix à la gestion de la ville c’est surprenant.

 

Fatima, tentant de prendre la balle au rebond (je sais, là, la blague elle est nulle), tacle la municipalité au motif qu’une subvention de 50 % du budget prévisionnel c’est « du jamais vu ». En effet, l’association Perpignan Basket Catalan a présenté un budget de 102 000 € pour la saison à venir.

 

Et là, la réponse ne se fit pas attendre !

 

Comme l’a rappelé Sébastien Ménard, adjoint au sport, pour la saison 2015-2016, la subvention que cette brave Fatima avait fait voter en faveur de l’Étoile était de 70 000 €, pour un budget de 112 000 €. Et pour la saison suivante ce fut la même chose.

C’est alors, que, niant son Alzheimer précoce, cette pauvre Fatima s’emporta en accusant Sébastien Ménard de « communiquer sur des faux ». On notera que l’accusation est assez grave.

 

Alors, à l’Archipel contre attaque, comme on a peur de rien, et du temps libre, on est allé vérifier les bilans de la mairie pour 2015, 2016 et 2017. Les documents étant en ligne, on a même pas eu besoin de prendre une douche et de sortir dans la rue. C’est dire si on est doué.

Et qu’a-t-on trouvé dans les tableaux des aides et subventions aux associations ?

Pour 2015 une subvention de 20 000 €.

Pour 2016 une subvention de 50 000 €.

Pour 2017 une subvention de 70 000 €.

 

Vous pouvez voir le détail a cette adresse :

https://www.mairie-perpignan.fr/municipalite/finance

 

Alors oui, on est d’extrême gauche, en plus d’être gauche, et on n’aime pas l’extrême droite, mais sur le coup faut reconnaître que Fatima raconte n’importe quoi. Bon, c’est pas une surprise non plus. Ça fait plus de dix ans qu’elle est élue, on sait à quoi s’attendre.

On l’aime bien Fatima, c’est toujours sympa en soirée de raconter des blagues sur elle, surtout qu’elle se renouvelle tout le temps.

Mais on s’inquiète un peu quand même. Parce qu’à 48 ans, un Alzheimer précoce, ça pourrait nous gâcher le mandat !

Perpignan/Vidéo,Basket et subventions : Fatima Dahine souffrirait-elle d’Alzheimer ? par Philippe Poisse
Perpignan/Vidéo,Basket et subventions : Fatima Dahine souffrirait-elle d’Alzheimer ? par Philippe Poisse
Perpignan/Vidéo,Basket et subventions : Fatima Dahine souffrirait-elle d’Alzheimer ? par Philippe Poisse
Partager cet article
Repost0