Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

9 décembre 2020 3 09 /12 /décembre /2020 17:20
Êcole Espagnole (Début XIXème) - Mathusalem

 

Bonjour Nicolas, 

 

L’as-tu remarqué ? 

Nos anciens tombent. 

Mais ils ne « tombent pas métaphoriquement », comme l’aurait dit mon ami C. 

Ni de la lune, d’ailleurs.

« Il y a cent ans, ou bien une minute, 

J’ignore tout-à-fait ce que dura la chute, 

Nous vivions démasqués, libres et insouciants. »

Libre interprétation, je sais… Masque de mots. 

Pour sourire un peu et faire le bravache par-dessus la tristesse.

 

Nos anciens tombent.

Mais ils ne tombent pas, non plus, au sens épique, comme tombent les soldats au cœur de la mêlée : ils ne sont plus soldats. Plus même réservistes ; inaptes au service. Que sont-ils exactement sitôt qu’un simple câlin semble devoir les tuer plus efficacement qu’une balle ennemie ? Où sont-ils ? 

Question rhétorique : entre les quatre murs qui préfigurent nos quatre planches à tous. 

A propos, Nicolas, sais-tu pourquoi on dit quatre quand il y en a six ?

 

Nos anciens tombent et…

Juste avant les six planches, et… 

Pour en reculer l’échéance, nous leur offrons une fin de vie préservée et…

« Privée de tout contact direct et prolongé avec d’autres dangereux humains » et…

Pendant que leurs descendants réapprennent difficilement la servitude, il semblerait qu’on les ait mis en conserve

Déjà en boîte en somme. 

Mais non, Nicolas, concentre-toi un peu, pas en boîte de nuit… En gérontothèque.

Point de danse, point de musique, point de contact… 

La gérontothèque, c’est une boîte-avec-la-télévision-pour-ne-pas-être-tout-à-fait-seul.

Memento, Nicolas : c’est un post coitum.

 

Et nos tristes anciens tombent.

Entre leurs murs, tout bonnement, au sens commun et redoutablement individuel, un peu partout, ici ou là : dans les escaliers, dans la douche, au lever, au coucher… 

Ils chutent physiquement. 

Souvent seul, comme d'insignifiantes poussières de météorites.

Je crois que c’est là qu’il convient, Nicolas, d’évoquer la gravité de la situation : ceux qui appartiennent sans doute à la génération qui aura vécu le plus longtemps semblent devoir subir le supplice des vestales, qui fait oublier leur enviable longévité. Je sais, Bestiole n’est pas membre du club très fermé des Historiens de l’Avenir. Bestiole ne devrait pas parler en spécialiste. Bestiole se tait.

 

Mais il pleut des anciens et Bestiole s’inquiète. 

Elle sait les malheurs des souffrances secrètes.

C’est qu’on ne marche plus entre ses quatre murs : 

Les muscles s’amollissent, le pas n’est plus sûr,

On mange sans fin, on s’ennuie, on s’habitue… 

On tombe, on casse, et puis… On ne se lève plus. 

 

Vale, Nicolas, 

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2020 2 01 /12 /décembre /2020 18:09

 

Cher Nicolas, 

 

CO, puis VIDE.

Post coitum, homo tristis.

Le sais-tu ?

Il y a bien longtemps, j’apprenais le latin -quoique le verbe « apprendre » soit un peu abusif dans la mesure où si je l’avais effectivement appris, il en resterait plus que quelques mots en embourbés dans ma mémoire de sédimentation mais j’avais de l’intérêt pour la discipline, de l’estime pour l’enseignant et cela suffisait à me faire relire en vitesse la leçon qui sauverait une moyenne… Moyenne. 

 

L’une de mes facétieuses aïeules, nourrie au lait de Rabelais, du Catulle blessé qui écrit autre chose que des chants d’amour et peut-être, aussi, férue de Pétrone, me donna un jour une phrase griffonnée sur le revers d’une enveloppe dépliée. Tu sais, ce que l’on faisait, autrefois lorsqu’on désirait un papier-brouillon ? 

D’un côté de l’enveloppe son adresse ; de l’autre, quatre mots : « Post coitum, homo tristis » ; à sa bouche, une question : « Pourrais-tu demander à ton enseignant de traduire cette phrase qui me résiste ? » 

Le verbe « coeo » m’étant à peu près aussi inconnu que le « coït » qui en découle, j’étais la victime idéale pour ce genre de plaisanterie bouffonne… A ce propos, je me demande parfois ce qui m’a transformé(e) en Bestiole. Mais passons. Là n’est pas le problème. 

L’enseignant leva un sourcil circonspect : « qui vous a donné cela ? ».

Le sourcil se fit incrédule dès le premier mot de ma réponse : « ma grand-mère, monsieur ».

Rapidement, les yeux sous le sourcil devinrent rieurs : ils avaient lu sur mon visage cette candeur d’une touchante sincérité qu’ont parfois les imbéciles.

« C’est ici un sujet dont elle pourra manifestement vous entretenir mieux que moi. » 

L’échange était clos, comme l’enveloppe qu’il me remit alors, bien refermée sur la phrase mystérieuse et finalement prête à l’envoi pour un retour à l’expéditeur. J’en restai coi(te). 

Oui, je sais : cela ressemble à coït, mais sans le grand T dressé au masculin et en nettement plus passif. 

Où tout ce babillage veut-il en venir ? 

 

Je crois que nous sommes désormais tristes. 

Nous avons joui de toutes les consommations possibles et, après la grande débauche du grand banquet des années d’insouciance, nous voilà « homines tristes », de ce pluriel latin qui ressemble tant au français. Souviens-toi. 

A l’époque où mon professeur refermait sur elle-même la lettre facétieuse, une maladie nouvelle, le SIDA,  emplastifiait déjà le coït de ma phrase latine… Désormais, à peine quelques poignées d’années plus tard, une autre épidémie toute neuve semble vouloir maintenir l’animal politique à distance…

La salvatrice « distanciation physique ».

Comprends-tu, à présent, pourquoi ce souvenir sautille dans ma tête depuis le printemps dernier ? Le verbe COEO m’est soudain revenu, limpide comme dans le vieux Gaffiot qui dort si longtemps sous sa vieille couverture poussiéreuse, parce qu’il signifie d’abord « aller ensemble, se réunir »… 

 

Or, depuis le printemps, le CO de « coeo », de « communauté », de « cohésion » et -force est de le constater- de « cohérence » se dilue dans l’air vide.

 

Allez, Nicolas, VALE* !

*Porte toi bien.

 

                                                                                                                                                   Bestiole.

Partager cet article

Repost0