Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

26 avril 2015 7 26 /04 /avril /2015 19:25
Les principes de la république, tous égaux en tant que citoyen français
Les principes de la république, tous égaux en tant que citoyen français

Bientôt près de 3 mois que je ne vis plus à St Jacques après prêt de 20 ans de vie commune. Cependant, je remonte à la place Cassanyes pour faire des courses et prendre un café. J'y ai entrevu des évolutions. Une petite affichette est mise dans cette certaines vitrines de quelques commerces du quartier qui annonce "ici on accepte toute personne sans distinction de sexe, d'origine, de religion..." signé du comité de vigilance anti-fasciste 66.

Comme si dans les commerces de St Jacques comme dans les boites de nuit, il y avait un physionomiste qui triait les personnes à l'entrée suivant que tu as des baskets halal ou pas! Quelle était donc cette utilité, que dis-je, cette urgence pour proposer cette affichette et son message dans le quartier.

Qui est donc ce mystérieux comité de vigilance anti-fasciste 66? Un comité de voisin? Les nouveaux gardiens de la morale publique et de la bien pensance? Des personnes qui pensent que sans leur action le monde ressemblera "aux années 30" , c'est dire qu'arrivent "les heures sombres" "des bruits des bottes" parce qu'il faut comme disait le pull qu'il porte "Zadig et Voltaire" "écraser l’infâme" dont "le ventre de la bête est encore fécond" (dans son cas, fait con) (d'ailleurs, si toi aussi tu maîtrises ses éléments de langage, tu peux devenir un de ces anti-fascistes post-moderne, sans armes intellectuelles, ni violence...)

Anti-fascisme avant, c'était une idéologie qui faisait face à une autre, une gauche qui faisait face à ce qui était devenue une gauche dévoyé, parce qu'avant qu'on le classe à l’extrême droite, à l'instar de l'instituteur socialiste Mussolini, il y avait des revendications de gauche, notamment dans le rapport à la violence de classe de George Sorel. Après la chute du mur, le capitalisme a déclaré la fin des idéologie, et même certains la fin de l'histoire. Le capitalisme se présentant comme l'incarnation du réel et de ce qui ne pouvait être que "pragmatisme" parce que sans idéologie, avec au passage le concept d'économie en tant que science.

Qu'est ce que le fascisme moderne? Se réduit-il à la phrase du directeur de notre lycée, lorsque déjà nous faisions un journal, mécontent d'un article où il était cité, nous convoque dans son bureau et nous dit:" Vous n'êtes pas d'accord avec moi: donc vous êtes fasciste!"

Le fascisme, selon des anti-fascistes actuels, se sont des méchants, et comme eux sont gentils ils les dénoncent et les traquent...par les mots.

Pour eux on reconnait le fasciste à certains critères, qui sont variables selon les besoins de la dénonciation. On est Charlie! Pour la liberté d'expression, mais il y a des choses que la liberté ne peut pas tolérer. Finalement, ils sont comme ceux qui disent: je ne suis pas raciste mais...

L'antifa moderne n'a pas d'idéologie, pas de culture politique et l'émotion forme la lame de fond de sa pensée: bref, c'est une forme sans structure ni os

Et pendant ce temps sur la même place Cassanyes

On voyait ce qu'on ne voyait pas avant: le concept de glissement. Un type en gandoura, plus blanche que blanche, à grande barbe, le salafisme à bout toussant du quartier, aller à la rencontre de groupes de maghrébins et leur tenir harangue...#communautarisme, #répupliquedivisiblenautantdintêretscommunautaires...

L'anti fa moderne, c'est l'histoire du gars qui a perdu ses clefs dans la rue, la nuit. Qui cherche sous un lampadaire. Et lorsqu'on lui demande si c'est bien là qu'il les a perdu, il répond: non, mais là, c'est éclairé!

Le 29 mai 2015 sera l'anniversairedes 10 ans des émeutes de Perpignan!

Voir aussi:

Perpignol 2014: que reste-il du MRC 66? par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/03/perpignol-2014-que-reste-il-du-mrc-66-par-nicolas-caudeville.html

Combien de temps jetterai-je des pierres dans la mer ! Je suis écoeuré des idolâtres de la pagode:  Kháyyám ! Qui peut assurer qu’il habitera l’Enfer ? Qui donc jamais visita l’Enfer ? qui, jamais, revint du Ciel ?
Combien de temps jetterai-je des pierres dans la mer ! Je suis écoeuré des idolâtres de la pagode:  Kháyyám ! Qui peut assurer qu’il habitera l’Enfer ? Qui donc jamais visita l’Enfer ? qui, jamais, revint du Ciel ?
Combien de temps jetterai-je des pierres dans la mer ! Je suis écoeuré des idolâtres de la pagode:  Kháyyám ! Qui peut assurer qu’il habitera l’Enfer ? Qui donc jamais visita l’Enfer ? qui, jamais, revint du Ciel ?
Combien de temps jetterai-je des pierres dans la mer ! Je suis écoeuré des idolâtres de la pagode:  Kháyyám ! Qui peut assurer qu’il habitera l’Enfer ? Qui donc jamais visita l’Enfer ? qui, jamais, revint du Ciel ?

Combien de temps jetterai-je des pierres dans la mer ! Je suis écoeuré des idolâtres de la pagode: Kháyyám ! Qui peut assurer qu’il habitera l’Enfer ? Qui donc jamais visita l’Enfer ? qui, jamais, revint du Ciel ?

Perpignan: "comité de vigilance anti-faciste 66" ou nouveau comité de salut public? par Nicolas Caudeville
Partager cet article
Repost0
21 avril 2015 2 21 /04 /avril /2015 20:56
Bob Maloubier: le maître espion français Bob Maloubier est mort lundi à 92 ans...

Espion légendaire qui a entre autres missions participé pendant la seconde guerre mondiale à la formation des agents du maquis limousin, Bob Maloubier, donné pour mort au moins 3 fois dans sa carrière, nous à quitté à 92 ans.Robert Maloubier, dit «Bob», saboteur au service de Churchill pendant la Seconde Guerre mondiale et père des nageurs de combat français, est décédé lundi soir dans un hôpital parisien à l'âge de 92 ans. «Il a mené son dernier combat contre la maladie en luttant jusqu'au bout», a précisé ce mardi sa compagne.

Né le 2 février 1923 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), Bob Maloubier s’engage à 19 ans dans la section française du Special Operations Executive (SOE), créé par Winston Churchill en juillet 1940 pour saboter et désorganiser les armées allemandes dans l'Europe occupée.

Il était un morceaux et le symbole de l'histoire de France de la deuxième moitié du XXéme siècle http://fr.wikipedia.org/wiki/Bob_Maloubier . Il avait un lien avec le département des Pyrénées-Orientales, puisque au lendemain de la deuxième guerre mondiale, il crée à Montlouis en Cerdagne le 11éme choc troupe commando des services de renseignements français. Celui qui avait été formé par les services de renseignements britanniques

(le SOE http://fr.wikipedia.org/wiki/Special_Operations_Executive) , créera aussi le corps des nageurs de combat à Toulon...

Le documentaire "L'espion vous salue bien" retrace sa carrière enfin en partie : la gloire des espions est silencieuse!

Voir aussi

Alexandre Adler:"Quand les français faisaient l'histoire" et les catalans? interview par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/02/alexandre-adler-quand-les-fran%C3%A7ais-faisaient-l-histoire-et-les-catalans-interview-par-nicolas-caudeville.html

Partager cet article
Repost0
21 avril 2015 2 21 /04 /avril /2015 09:38
 Chronique moscovite (épisode 14) : En rangs serrés, l'ennemi nous attaque...‏ par Félix Edmundovitch Dzerjinski

« Un spectre hante l'Europe — le spectre du communisme ». (Marx et Engels) Une bien belle citation. Au fait, petit Frantsouz, peux-tu me dire aujourd’hui quel est le spectre qui hante l’Europe, à moins que ce ne soit l’Europe elle-même…

« Que les classes dominantes tremblent devant une révolution communiste. Les prolétaires n'ont rien à y perdre que leurs chaînes. Ils ont un monde à gagner. Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! ». (Marx et Engels) J’aime assez, cela me rappelle ma jeunesse et je m’interroge en regardant le monde d’aujourd’hui, à croire que vous éprouvez un certain confort à porter vos chaînes… En tout cas, je vois peu de types de ma trempe pour vous aider à vous les ôter (Nicolas Garcia ? Jean Vila ? peut-être…).

Pour commencer, je vais me mettre les lecteurs de l’Archipel à dos, mais j’ai l’habitude, je suis tout de même tchékiste, donc je ne suis pas là pour être populaire ou pour faire joli. C’est pas ma finalité première. Camarades lecteurs, à la lecture de l’Archipel, je te trouve un peu étroit d’esprit. Tes centres d’intérêt se limitent à la vie politique locale (il y a mieux tout de même), à la gastronomie/art de vivre (pourquoi pas, mais c’est un peu limité) et à ta catalanité perdue (depuis 1659, t’as pas fini de la pleurer). Alors que ce brave Nicolas cherche à t’élever, t’offre des textes du Sieur Lhéritier joliment troussés comme une gueuse, t’informe sur le cinéma et la littérature, mais cela a l’air de ne pas trop t’intéresser. Tu sais, camarade, la culture, c’est important, c’est ce qui distingue. Nous autres, Bolcheviks, nous l’avions bien compris car sitôt arrivés au pouvoir nous avons entrepris de sortir le peuple russe, un peuple paysan, de l’ornière de l’analphabétisme et lui avons rendu la culture accessible. Et d’ailleurs, hormis les trucs qui font de la mousse, la culture, elle est toujours accessible dans mon pays. Les gens sont des passionnés. Prenons un ménage modeste, middle-class, et bien chaque mois, il va au théâtre ou à l’opéra et pour l’occasion, il se sape. Chez vous, ils vont au supermarché ou ils mangent du pop-corn en regardant une débilité américaine… En plus, camarade lecteur, je suis convaincu que tu te penses rebelles ou un truc dans le genre, mais quand l’heure de la révolution aura sonné, je ne pense pas voir beaucoup de Félix ou d’apprentis-tchékiste dans tes rangs. Plutôt des gens qui ont quelque chose à perdre et ça, ça fait pas des bons révolutionnaires.

Tiens, pour la fine bouche que tu es, petit Frantsouz et parce que je suis en forme, je voudrais commencer par évoquer avec toi le défilé d’anciens SS lettons (http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/03/16/97001-20140316FILWWW00118-d-anciens-waffen-ss-lettons-defilent-a-riga.php), le 16 mars. Ben ouais, c’est le printemps… Mais je ne suis pas mesquin et je ne suis pas prof d’Histoire, quoi que…, je suis plutôt grand seigneur et je vais juste te laisser te faire une opinion tout seul, comme un grand, si tu en es capable. En tout cas, elle est bien belle votre démocratie, ça, y a pas à dire et à redire, elle est exemplaire. Faut quand même se rappeler que pas mal de ces grands-pères ont contribué à l’extermination des juifs de leur pays et de leur région. Ils ont été tellement appliqués, que les pays baltes ont été déclarés judenfrei par les Einzatsgruppen. En tout cas, elle fait envie votre Union européenne, un espace de liberté… Et quand je songe à tout ce que vous dites et écrivez sur Blondin.

Et puis un petit coup de gueule pour Nicolas. Qu'est-ce que c'est que ces interviews d'un certain Nicolas Garcia, communiste autoproclamé... En plus à la terrasse du Républic café, haut lieu de la bourgeoisie locale, faut faire ça à la stalovaya. Mais camarade sergent Garcia, tu as oublié qu'un communiste et ben ça me ressemble, ça doit faire peur au richard et toi, tu fais pas peur, tu fais rire, tu fais peu. A mon avis, comme tes potes, tu as troqué la lutte des classes pour la lutte des places... Tu dois effrayer le bourgeois, il te faut le couteau entre les dents, être mal rasé, tout ébouriffé, sinon en tant que communiste, t'es pas crédible. Et c'est normal pour le bourgeois d'avoir peur, sans ça, à quoi ça sert d'être riche? Sergent Garcia, je vais te le dire amicalement, je pense que je t'aurais collé au mur toi et tes complices, et je ne parle pas de la volaille socialiste qu'un certain Thorez voulait plumer, mais ordre de Moscou oblige, il a viré sa cuti... J'imagine, camarade sergent Garcia, t'aurais croisé Jo le moustachu, t'aurais pas fait long feu ou peut-être que oui, qui sait, tu as peut-être le sens de l'adaptation si tu es reptilien. Faut toujours être plein d'espoir dans le genre humain. Bon, en tout cas, pour le côté avant-garde éclairée du prolétariat, tu repasseras!!

Pour ce gourmet de Nicolas, un restaurant où j’aime à aller déjeuner. Je crois que je vais finir par apprécier le capitalisme, faut que je me reprenne, faut pas mollir sur l’ouvrage mais ce restaurant se trouve à un jet de pierre de notre MID (Ministère des Affaires étrangère), un de ces bâtiments que Staline a fait édifier, une des 7 sœurs. Ce restaurant, le White Rabbit, est un des plus réputés de la capitale du capitalisme, ben ouais y plus que les Frantsouz qui vivent dans le pays du socialisme réel…, et je peux te dire que l’assiette est à la hauteur. J’y ai mangé un risotto au canard, divin, suivi, comme je suis un gourmand d’une cassata glacée qui te permet de côtoyer le paradis. En plus, ce jour-là, le restaurant était baigné par le soleil et tu as une vue sur la reine des villes à 360° si tu en fais le tour. Le soir, le lieu est plus animé que le midi et tu peux y déguster des cocktails et regarder la faune, c’est ça qui me plaît dans le métier. Bon, évidemment, l’endroit sent le fric mais quand même, y a du goût, faut l’admettre. J’ai pas mal roulé ma bosse en Europe et j’ai rarement vu de tels lieux, avec autant de bon goût dans la décoration. C’est très travaillé. Mais bon, petit Frantsouz, je pense que la façon dont oncle Félix se nourrit t’importe peu. Tu veux de nouvelles du pays, c’est ça qui t’intéresse même si tu as déjà ton opinion, forgée par des médias que tu crois libres, les tiens, qui souvent passent à côté des vrais enjeux et juge le politique à l’aune de critères moraux. Mais bordel, tu comprends que le politique, ben c’est différent d’une ONG, non ?

Bon, je choisis de passer sous silence les rumeurs sur la santé de Blondin, pure propagande américaine, à l’ancienne comme aux temps de l’URSS. Bientôt, ils enverront des Navy Seal pour récupérer du caca de Blondin pour l’analyser… Vraiment, ces Américains sont des dingos dangereux et vous n’en avez même pas conscience. En ce moment, Blondin prépare le 70ème anniversaire de la victoire sur l’Allemagne nazie. Il a fort à faire. Pas mal d’Européens vont bouder l’évènement, alors que lui, il était en Normandie en 2014. Bon, objectivement, nous pouvons nous passer des Baltes et des Ukrainiens vu leur contribution au génocide des Juifs. Blondin te prépare un truc à sa façon, pour marquer les esprits et la fierté nationale, comme le JO de Sotchi. Et Blondin, ça y sait y faire, pas à dire, il a été à bonne école, la mienne et celle de mes nombreux héritiers. Ben ouais, les organes sont là pour donner de la substance, de la saveur. En tout cas, nos nouveaux « amis » chinois seront de la fête. Pas comme le Britannique, ce suppôt du capitalisme et de l’impérialisme, qui fait sa chochotte à cause de l’Ukraine et du juste retour de la Crimée dans le giron de la mère-patrie, justement fêté par un Blondin qui a la patate et qui a même poussé la chansonnette, l’hymne, le 18 mars (regarde à partir de la 53ème minute, jusqu’à la 60ème : https://www.youtube.com/watch?v=sEKGuzwfQcI, pour ton information, la petite fête a débordé sur le pont où le ténébreux Boris fut abattu). Quel crooner, ce Blondin ! En tout cas, ce coup-là, personnellement supervisé par Blondin a été un coup de maître. Et maintenant, tous ces chiens d’Occidentaux travaillent sur le concept de guerre hybride… Amusant, non. Bon et pour l’Ukraine, vous travaillerez sur le concept de paix hybride. Et dire que ce maudit Obama vantait la capacité de son pays à innover. Il n’a pas compris que Blondin était un manipulateur de symboles et de concepts, et surtout un joueur d’échecs. Faut tout de même admettre que la population de mon bien-aimé pays paye le retour de Crimée et la guerre en Ukraine (ça, c’est pas nous) au prix fort : sanctions, inflation, gel des salaires et des retraites, chute du rouble, chômage…). Mais le pays en a vu d’autres, n’oubliez pas… Un récent sondage affirme que 83% des Russiens se disent fiers du retour de la Crimée dans le giron russe et surtout, ils trouvent cela juste ! Pas de doutes, Blondin joue sa réélection à la tête du pays en 2018 sur du velours et à mon avis, il a d’autres atouts en préparation. Surprises…

Enfin, ça y est, le Diestkiï Mir a rouvert après 10 années de travaux. Paraît que tu y as la plus grande horloge au monde. C’est tout nous les Russiens, ça, toujours à vouloir battre des records et pour quoi in fine… Inutile de te dire que tu es très loin du magasin pour enfants de la vaillante époque soviétique… D’ailleurs, c’est un truc britannique qui a pris le relais, Hamleys, je crois… Un truc bien standardisé pour les mioches… Consommateurs de tous les pays, unissez-vous !! Ce qui est frappant, c’est que le bâtiment, qui est sur la Loubianka, fait 4 étages et que pas mal de magasins n’ont pas encore ouvert, pas mal d’espace vide, cela fait un peu drôle, cela ressemble presque aux artères commerçantes de Perpignan. C’est juste un effet de la crise. Tu as vu , le Comité d’enquête est intervenu à l’encontre d’un magasin qui vendait des statues en plâtres de soldats nazis. Erreur majeure à un mois du 70èmeanniversaire de la victoire contre l’hydre nazie, notre Grande guerre patriotique !! Il est comme ça Blondin, ça le rend susceptible, lui qui se prépare à boire une tasse de thé avec l’ensemble des vétérans le 9 mai. Bon par contre, y fait pas grand’chose contre les bandes de néo-nazis qui pullulent dans le pays, faut croire que ces braves gens peuvent lui servir un de ces jours mais tout de même… Il s’offusque juste pour des statuettes en plâtre, un diorama… SI tu as le temps, regarde-toi Rossyia 88 : https://www.youtube.com/watch?v=ngS7Nit-jMA.

Pour conclure cette chronique et parce que je m’intéresse à l’humain, je voudrais te parler d’une délégation de tes chers parlementaires qui est passé à Moscou courant avril. Ah, les parlementaires, c’est l’expression de la démocratie et la démocratie, c’est bien et c’est joli. Et bien tes chers parlementaires, un peu les idiots utiles de Blondin, outre le fait qu’ils contredisent ton cher Groland sur la Crimée et l’Ukraine (mais ça, c’est vos affaires à vous), s’en sont payés une tranche. Certains d’entre eux sont allés gigoter au KM.19, tu sais la boîte porno-chic à putes ouverte par un Frantsouz un certain Jean-Michel, un véritable entrepreneur. Bon, ben lui, je te le dis tout de go, il est protégé par ma maison. Ben ouais, il nous alimente en petits films, photos, tu sais les kompromats. Tu vois, petit Frantsouz, tes parlementaires sont venus contribuer au redressement du PIB de la Sainte Russie. Ce sont de sacrés gigoteurs !! J’aime regarder l’homme tomber, j’aime voir ses faiblesse, c’est mon miel, que-dis-je mon caviar beluga…

Je suis allé au Centre du Judaïsme et de la Tolérance, inauguré par Blondin himself en 2012. C’est là qu’il a commémoré la libération d’Auschwitz, puisque les grands de ce monde, y compris certains dont les pays avaient collaboré avec les Nazis, ne voulaient pas de lui. C’est un musée d’excellente facture. Tu as tout sur le judaïsme en Russie, sa naissance, sa localisation avec le passage de la campagne (les shtetl) à la ville où éclosent les élites, son histoire. Cette partie est franchement intéressante, tu as les persécutions du régime tsariste avec les pogroms, la naissance d’une élite intellectuelle et politique (Bund, sionisme…à, la révolution d’Octobre, la guerre, le complot des blouses blanches, la dissidence… Ce musée, tu l’auras compris, c’est une autre façon d’appréhender l’histoire de mon grand pays. En plus tu y as des expos, et là, il y en avait deux, l’une sur le photographe Alfred Eisenstaedt et l’autre sur les avant-gardes russes (Chagall, Falk, Boulatov…). Un endroit passionnant, situé dans un ancien garage de bus, conçu par le célèbre architecte Melnikov. Franchement, si tu passes me voir, je te conseille ce musée et puis tu vois, nous allons à la rencontre d’une histoire d’une manière un peu plus franche que les Baltes dont je te parlais plus haut…

Bon, faut que je te laisse, je dois partir en mission chez les Turkomans ! Pense à moi le 9 mai, Blondin nous prépare un de ces trucs pour le 70èmeanniversaire de la victoire !!!

Voir aussi, les autres chroniques moscovites ici!

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/chroniques%20moscovites/

Concert en l'honneur de l'anniversaire de la réunification de la Crimée avec la Russie

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/chroniques%20moscovites/
http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/chroniques%20moscovites/
http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/chroniques%20moscovites/
http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/chroniques%20moscovites/
http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/chroniques%20moscovites/

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/chroniques%20moscovites/

 Chronique moscovite (épisode 14) : En rangs serrés, l'ennemi nous attaque...‏ par Félix Edmundovitch Dzerjinski
Partager cet article
Repost0
15 avril 2015 3 15 /04 /avril /2015 14:31
Affiche de protestation des étudiants de l'école d'art figurant l'adjoint à la culture de Perpignan
Affiche de protestation des étudiants de l'école d'art figurant l'adjoint à la culture de Perpignan

C'est sûr l'école en l'état ne sera plus en centre ville, comme c'était le cas depuis près de deux siècles. Plus des 3 premières années non plus. Les catalans n'auront qu'à aller à Nîmes et Montpellier. Resterait la 4 ième et 5 ième année à l'université de Perpignan. Déjà, ce ne sera pas D.N.S.E.P un diplôme d'écoles des beaux arts le dnesp http://fr.wikipedia.org/wiki/Dipl%C3%B4me_national_sup%C3%A9rieur_d%27expression_plastique

Mais un cocktail d'enseignements sans véritable pratique de l'art (il n'y a pas d'ateliers contrairement à l'école) . D'autant plus qu'il n'y a rien de définitif. Juste un projet composé par Francesca Caruana enseignante de sémiotique à l'université et artiste.

Il semble juste que la mairie de Perpignan n'assumant pas la fermeture d'une école bicentenaire refile le bébé à l'université . Ainsi si le projet de Master échoue, elle pourra dire que ce n'est pas de sa faute. L'adjoint à la culture laisse entendre, qu'il a sauvé les beaux arts à Perpignan et que c'est une sortie par le haut.

Quid des professeurs (vont-ils récupérer les anciens contractuels de l'école menacés de chômage) Quid du recrutement de ce master, Quid de ses débouchés.Il aurait été utile de faire appel à plus de personnes de cette branche à l'intérieur et à l'extérieur de l'université pour la composition de celui-ci, question de crédibilité.Sans quoi, ce Master aura la saveur et l'utilité d'un simple DU (diplôme universitaire http://fr.wikipedia.org/wiki/Dipl%C3%B4me_universitaire) Et les personnes qui ont commencé ailleurs un diplôme d'art ne verront pas l’intérêt de venir terminer leurs études à Perpignan si ce n'est pour le soleil,la mer et la montagne....

En attendant la Mairie de Perpignan ferait construire un bâtiment à coté de la médiathèque, et récupère un immeuble en centre ville: c'est bien digne d'un comptable qui ne voit pas plus loin que sa colonne de chiffre!

Voir aussi:

Serge Fauchier, dernier directeur de l'école des beaux-arts de Perpignan, libéré de son devoir de réserve! interview par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2015/04/serge-fauchier-dernier-directeur-de-l-ecole-des-beaux-arts-de-perpignan-libere-de-son-devoir-de-reserve-par-nicolas-caudeville.html

Perpignan:Michel Pinell, adjoint à la culture répond à l'archipel contre attaque! interview par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/07/perpignan-michel-pinell-adjoint-a-la-culture-repond-a-l-archipel-contre-attaque-interview-par-nicolas-caudeville.html

Le contenu des enseignements du master comme proposé par Francesca Caruana
Le contenu des enseignements du master comme proposé par Francesca Caruana

Le contenu des enseignements du master comme proposé par Francesca Caruana

Partager cet article
Repost0
14 avril 2015 2 14 /04 /avril /2015 11:39
LE PENSEUR DES POMPES FUNÈBRES par l'écrivain Henri Lhéritier

Quelle ne fut pas ma surprise en m’asseyant dans ce train de me trouver à côté de ce soi-disant penseur, philosophe du déclin, qui pérore partout qu’on est foutu, que l’on va dans le mur. Il avait installé, autour de lui, des Figaros et autres journaux aussi insipides, que je lui tendis, du bout de mes doigts pincés, comme du linge sale, afin de récupérer ma place.

Ce type, agité de tics, affiche sur tous les écrans où il passe l’air désespéré d’un entrepreneur des pompes funèbres en train de déposer son bilan, bavant sur notre époque, exprimant en substance l’idée que pour revivre une époque dorée, il suffirait de se débarrasser des enseignants, des jeunes, des immigrés et d’une manière générale de tous les humanistes. Mais à quoi servirait donc une résurgence de la nation, telle qu’on la considérait avant, sinon à indisposer nos voisins ? Serait-on enchanté d’entendre les Allemands retrouver leur vieux fond gothique, ou les Anglo-saxons leur roi Arthur et leur table ronde, chacun plaidant pour dire ce que le monde leur doit, ce qui fait qu’ils sont meilleurs que nous, et en tout cas que nous ne les valons pas ?
Alors que défilaient devant nous d’admirables paysages français qui curieusement ne m’envahissaient pas de la nostalgie d’un passé révolu mais au contraire d’un futur à édifier, je lui fis part, même s’il ne me demandait rien, de mon refus absolu d’une identité créée par lui de toutes pièces et dont le tri tout personnel exclue le siècle des Lumières, la Révolution, la Commune, c’est à dire toutes les idées émancipatrices au profit des pires pulsions sectaires et claniques de toutes les restaurations.
J’ajoutai, ses tics commençaient à s’accentuer, qu’en dehors des faits divers, je ne voyais nulle part, ce qu’il croyait voir, cette dégradation d’une culture et d’une société, dont il nous rebat les oreilles, mais les faits divers ne sont qu’une aubaine pour les télévisions et les philosophes en mal d’imprécations.
Tout tremblant, il me regarda avec rage, comme si je le suspectais de ne pas quitter sa télé et son canapé (à la vérité c’est ce que je crois fermement), sur lequel, s’excitant tout seul il établissait ses funestes théories de Cassandre illuminé, prédisant le déclin et même la fin de la société française.
Par rapport à ce que la jeunesse d’aujourd’hui sait et fait, enfonçai-je le clou, nous sommes mal placés et trop ignorants, pour des leçons de morale.
Il se leva, furieux, ramassa ses Figaros et ses sous-produits de presse et s’installa au fond du wagon (incroyable journée de malchance pour lui !) au milieu de jeunes Français, de toutes origines, et de toutes conditions, rejoignant une Ong humanitaire en Afrique.

Le tout meilleur d'Henri Lhéritier ici

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/henri%20lheritier/

Partager cet article
Repost0
12 avril 2015 7 12 /04 /avril /2015 09:52
Albert Londres: du temps ou journaliste pouvait être  un métier glorieux
Albert Londres: du temps ou journaliste pouvait être un métier glorieux

J'ai épousé le journalisme plein d'idéaux, je l'ai quitté plein d'idées noires.

Un matin, je discutais avec une journaliste de Perpignan de Jean-Luc Mélenchon. « Je ne l'aime pas. Il crache trop sur les journalistes », se plaignait-elle.
Cette dame a tout à fait le droit de ne pas partager ses idées, mais non, madame, JLM (lui aussi ancien journaliste d’ailleurs) ne crache pas sur les journalistes, il crache sur la façon dont est aujourd'hui exercé ce métier. J'ai moi-même été journaliste pendant dix ans. Formé au CFJ par, entre autres, des journalistes du Canard Enchaîné, l'un des rares journaux dont on peut dire qu'ils sont indépendants, qu'on l'apprécie ou pas.
Dans ma chambre de bonne, j'avais affiché une reproduction de la une de l'Aurore du 13 janvier 1898. C'était le « J'accuse... ! » d'Emile Zola, un long billet destiné au Président de la République de l'époque, à propos de l'affaire Dreyfus. Le capitaine Dreyfus, dont le seul tort fut d'être juif à une époque où l'antisémitisme était prégnant, était alors condamné au bagne. Et le véritable traître, le commandant Esterházy, venait d'être acquitté en conseil de guerre alors que l'état-major avait les preuves de sa culpabilité. Oui, comme Zola, j'espérais qu'un jour ma plume puisse se révolter, dénoncer les injustices ou, tout au moins, révéler quelques vé
rités.

Ce fut, sans aucun doute, les mêmes idéaux qui animèrent ceux qui fondèrent les grands journaux d'aujourd'hui. Tous des journalistes, tous engagés dans des combats politiques. Il y eut ces journalistes issus de la Résistance et qui donnèrent naissance par exemple aux quotidiens Le Monde, Le Parisien - Aujourd'hui en France (qui s'appelait à l'époque Le Parisien libéré), Midi Libre, Sud-Ouest... ou encore à l'hebdomadaire Le Nouvel Observateur. On pourrait citer aussi Le Point et L'Express, fondés aussi par des journalistes engagés ; Libération, né sous l'égide de Jean-Paul Sartre. Quant à notre Indépendant catalan, il fut fondé par François Arago, républicain convaincu qui menait un combat politique contre la Monarchie de Juillet.
Tous ces journaux furent des étendards de la libre pensée politique, que l'on partage ou pas les idées qu'ils défendaient. Aujourd'hui, que sont devenus ces espaces d'expression ? On y recopie les mêmes dépêches AFP, les mêmes communiqués de presse glorifiant leurs expéditeurs, les mêmes rumeurs issues d'Internet sans en vérifier la véracité. On y écrit des articles à la chaîne, sans prendre le temps de recouper les informations, sans enquêter, sans prendre de recul. Chaque jour, certains surjouent l'indignation, pour faire « comme Zola », tout en oubliant totalement ce qui les avait choqués la veille. Ce ne sont pas les journalistes eux-mêmes qui sont en cause, mais la structure même de la presse qui les oblige à travailler de cette façon.

Car aujourd'hui, les journaux n'appartiennent plus aux journalistes, mais à des hommes d'affaires pas toujours fréquentables, à des sociétés de gestion plus soucieuses de leurs bénéfices que de la circulation de l'information. Alors on diminue les effectifs et les rémunérations des pigistes, on pousse les anciens vers la sortie pour embaucher des jeunes, plus malléables et moins onéreux, on coupe dans les budgets de sorte que certains sujets deviennent impossibles à traiter, on fait pression pour que les articles ne maltraitent pas tel ou tel annonceur afin de ne pas se priver de revenus publicitaires, ou tel ou tel appui politique, non pas pour des raisons idéologiques mais pour sauvegarder quelques avantages fructueux.
De plus en plus souvent, les journaux ne financent plus les voyages des journalistes. Ce sont des entreprises ou des partis politiques qui « invitent », parfois très généreusement. Ceux-là, pas question de les attaquer, ou alors très mollement. On ne mord pas la main qui vous nourrit.

Quand j'ai démarré ma carrière, plein d'idéaux comme je l'écrivais au début de cet article, j'ai d'abord écrit sur des sujets que j'estimais nobles : le travail difficile de certaines associations, des luttes sociales qui me semblaient justes... J'ai déchanté une première fois quand un grand quotidien soi-disant « de gauche » me proposa environ 500 francs pour un reportage qui m'avait demandé trois semaines de travail (reportage qui, d'ailleurs, passa dans ledit journal deux ans plus tard, mais sous une autre signature que la mienne...). Une deuxième fois quand une enquête sur la politique sociale d'un service public bien connu (plusieurs centaines d'emploi étaient menacés à court terme, des milliers à moyen terme. Pas toujours de façon « licite » puisqu'il était prévu d'exercer une pression morale sur certaines catégories de travailleurs) fut refusée par plusieurs « grands » journaux, non pas que mon travail fut mis en cause, mais parce que le sujet risquait de déranger. « Tu as fait un super boulot », m'avait dit un journaliste du Monde, « mais si tu sors ça, tu es grillé à vie »...
Alors j'ai fait comme de nombreux journalistes : de l'alimentaire ! Jusqu'au jour où j'en ai eu marre que des patrons de presse m'ordonnent de réécrire blanc alors que j'avais écrit noir, marre de voir des pigistes crever la dalle (la pige est encore moins payée aujourd'hui qu'elle ne l'était en 1996, lorsque j'ai débuté) et donc obligés d'accepter de rédiger tout et n'importe quoi le plus vite possible, marre de constater que la valeur d'un article n'est plus définie par sa qualité en terme d'informations, mais par son rapport qualité-prix.

Aujourd'hui, un photo-reporter est mieux payé s'il photographie une starlette au bord d'une piscine que s'il couvre un conflit à l'autre bout du monde.
Aujourd'hui, les faits divers font la une. Alors que par essence il s'agit de sujets secondaires qu'on traitait autrefois brièvement au sein de ce qu'on appelait « la rubrique des chiens écrasés ».
Aujourd'hui, on insulte Mediapart lorsque ce média d'information (l'un des rares à ne pas appartenir à des financiers) sort l'affaire Cahuzac. Puis, les mêmes l’encensent lorsque les faits sont avérés.
Aujourd'hui, on appelle journalistes politiques ceux qui ne sont en fait que les porte-parole des élus avec qui ils dînent le soir.
Aujourd'hui, les médias raffolent des petites phrases qu'on peut mettre en exergue pour attirer le public, tout en feignant de s'en offusquer. Sans ces petites phrases, serait-il encore possible d'évoquer des sujets de fond ? Certainement pas.
Aujourd'hui, on se dit intègre mais on ferme sa gueule. Parce que, comme des millions de travailleurs, le journaliste a besoin de manger à la fin du mois. Il n'est plus un esprit libre, mais juste le bras qui sert à diffuser du consensus et des idées reçues, à endormir le bon peuple, à entretenir l'idée que nous sommes encore en démocratie. Démocratie, combien ont oublié que ce mot signifie « souveraineté du peuple » ?

On appelle parfois la presse « le quatrième pouvoir ». Parce que dans une démocratie, la presse est censée marquer son indépendance vis-à-vis des pouvoirs exécutif (l'Etat), législatif (le Parlement) et judiciaire (la Justice). Où est cette indépendance aujourd'hui ? Les plus grands propriétaires des médias français s’appellent aujourd’hui Serge Dassault (marchand d’armes et homme politique condamné pour corruption), Lagardère (marchand d’armes, encore), Bernard Arnault (homme d’affaires), Bouygues (entreprise de BTP, milieu ô combien habitué à corrompre les élus), ou encore Bernard Tapie dont on ne compte plus les casseroles… Le journaliste est assujetti aux désidératas de l'actionnaire du journal au même titre qu'un député de la majorité est assujetti au Gouvernement. Combien faudra-t-il de sujets étouffés par affairisme pour que les journalistes se réveillent enfin ? Car le véritable pouvoir désormais, celui qui supplante tous les autres, c'est l'argent. L'argent dont chacun a besoin pour survivre. A ce titre, la grande majorité des journalistes sont dans la même situation que les salariés de PSA ou d'ArcelorMittal, d'abord préoccupés à sauver leur emploi. C'est cela que je dénonce, et non pas la probité d'une profession ô combien nécessaire pour le bon fonctionnement d'une démocratie. C'est retrouver la liberté de la presse qui est revendiquée. Rendre la presse aux journalistes, pour qu'ils aient les moyens de travailler en toute indépendance. C'est aussi, n'en déplaise à certains, se débarrasser de ces « stars » médiatiques qui ne sont là que pour relayer la parole divine de telle ou telle élite.

Débarrasser la presse de la finance, véritable gangrène qui putréfie à la main du journaliste. Tenter de proposer au peuple autre chose que du voyeurisme organisé et des reportages bidon. Redonner ses lettres de noblesse à la presse afin qu'elle puisse à nouveau jouer son rôle dans le débat public et traiter de sujets qui font sens. Voilà quels sont nos vœux. Car le rôle de la presse est évidemment d'informer, mais aussi d'éveiller les consciences, pas de les abrutir.

Chateaubriand écrivait : « La presse, c'est la parole à l'état de foudre ; c'est l'électricité sociale (…) Plus vous prétendez la comprimer, plus l'explosion sera violente. Il faut donc vous résoudre à vivre avec elle ». Un siècle plus tard, Guy Bedos dit : « je croirai vraiment à la liberté de la presse le jour où un journaliste pourra écrire ce qu'il pense vraiment de son journal ». C'est symptomatique de l'état dans lequel se retrouve la presse. Redevenir la foudre, ce quatrième pouvoir avec lequel les autres pouvoirs doivent se résoudre à vivre, c'est ce à quoi les journalistes devraient aspirer.

J'ai épousé le journalisme plein d'idéaux, je l'ai quitté plein d'idées noires.
Demain, j'espère discuter avec de nombreux journalistes, de Perpignan et d'ailleurs, qui me diront : « j'aime mon métier, je vis bien, je me sens libre ». Comme je le souhaite à tous les hommes.

Voir aussi:

Quand le FN fait sa « comedia del arte »! par Axel Belliard

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2015/04/quand-le-fn-fait-sa-comedia-del-arte-par-axel-belliard.html

Sommes-nous prêts ? Esprit du 11 janvier où es-tu?Par Axel Belliard

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2015/04/sommes-nous-prets-esprit-du-11-janvier-ou-es-tu-par-axel-belliard.html

Charlie Hebdo: Nous avons tous tué Charlie! par Axel Belliard

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2015/01/charlie-hebdo-nous-avons-tous-tue-charlie-par-axel-belliard.html

Partager cet article
Repost0
11 avril 2015 6 11 /04 /avril /2015 22:22
L'écrivain Eric Dardill, l'auteur de "Je serais là demain" qui sera adapté au cinéma
L'écrivain Eric Dardill, l'auteur de "Je serais là demain" qui sera adapté au cinéma

La réalisatrice Fabienne Godet

(Le petit bureau http://www.unifrance.org/annuaires/personne/133632/fabienne-godet) a acheté les droit cinéma du livre d'Eric Dardill "Je serais là demain"

Eric Dardill comme son nom l'indique est catalan, mais né Montpellier. Ce jeune homme plein de talent comme monteur au cinéma où il assemble les histoires des autres, des réalisateurs comme Régis Warnier, Claude Miller ou Rémi Belvaux (C'est arrivé prés de chez vous). Il décide d'écrire ses propres histoires, c'est d'abords «Je serai là demain», puis un recueil de nouvelles, «Le phantasme numéro un des femmes!» que le public plébiscite puisque les deux titres sont rééditer en poche ( le deuxième, le sera effectivement en janvier 2010). Il vit et travaille désormais, en Roussillon.
Dans «Je serais là demain», le narrateur écrit à la première personne ce qu'est sa vie: un «désastre» «une passe difficile» mais qui dure. Il affronte dans ce roman des monstres dignes de «l'odyssée» d'Homère: des commissaires de police, des banquiers, des femmes et le plus dangereux son institutrice de CM1!

Fabienne Godet http://fr.wikipedia.org/wiki/Fabienne_Godet est la réalisatrice et la scénariste de nombreux films

1992 : La Vie comme ça
1994 : Un Certain goût d'herbe fraîche
1996 : Le Soleil a promis de se lever demain
1999 : La Tentation de l'innocence
2004 : Le sixième homme : l'affaire Loiseau
2006 : Sauf le respect que je vous dois
2009 : Ne me libérez pas je m'en charge
2013 : Une place sur la terre
Scénariste
1996 : Le Soleil a promis de se lever demain
1999 : La Tentation de l'innocence
2006 : Sauf le respect que je vous dois

La réalisatrice et scénariste Fabienne Godet

La réalisatrice et scénariste Fabienne Godet

La réalisatrice Fabienne Godet a acheté les droit cinéma du livre du thurinois Eric Dardill "Je serais là demain"! par Nicolas Caudeville

Lundi 19 mars 2009 au cnetre d'art à cent mètres du centre du monde à Perpignan:L'association ««le Malentendu», le mag culturel internet «L'oeuil du pharynx» proposent une lecture et show case autour du roman « Je serais là demain» d'Eric Dardill, lu par Joan Planes et Nicolas Caudeville et semé de notes par le sujet de sa majesté Benjamin Gross.

Lundi 19 mars 2009 au cnetre d'art à cent mètres du centre du monde à Perpignan:L'association ««le Malentendu», le mag culturel internet «L'oeuil du pharynx» proposent une lecture et show case autour du roman « Je serais là demain» d'Eric Dardill, lu par Joan Planes et Nicolas Caudeville et semé de notes par le sujet de sa majesté Benjamin Gross.

Partager cet article
Repost0
11 avril 2015 6 11 /04 /avril /2015 20:58
http://www.jornalet.com/nova/4980/la-generalitat-prepausa-un-tren-regional-entre-catalonha-e-lengadoc?utm_source=dlvr.it&utm_medium=facebook
http://www.jornalet.com/nova/4980/la-generalitat-prepausa-un-tren-regional-entre-catalonha-e-lengadoc?utm_source=dlvr.it&utm_medium=facebook

La Généralitat de Catalogne à proposé mercredi dernier à Toulouse de bâtir un réseau trans-régional de train qui joindra Catalogne et Languedoc . Selon le conseiller catalan du territoire, Santi Vila, ce réseau, différent du TGV, le plus grand d'Europepourait être mis en fonction l'année qui vient et mettre en communication Montpellier/Toulouse/Lleida/Tarragone


L'idée est de proposer un service régulier de trains régionaux que connecteront les villes de Perpignan,Narbonne,Carcassonne,Béziers,Montpellier,Toulouse et Figuéres,Gérone,Barcelone,Lleida et Tarragonne .

Selon le même conseiller du territoire de Catalogne, les nouveaux services ferroviaires favoriseront les relations culturelles, économiques et professionnelles de ces territoires. Pour Santi Vila, la configuration du train à grande vitesse, rend impossible les relations efficaces des territoires trans-frontaliers parce qu'elles sont toujours subordonnées aux petits trafics horaires des TGV et à des horaires non adaptés aux besoins des citoyens, comme le prix des billets.

"L'étude de marché pourrait être complète cette année sans difficulté et le réseaux mis en service l'année qui vient " s'avançait Santi Vila. Et ce serait les régions qui à charge de mettre en service ce réseau et de le gérer . La Généralitat de Catalogne affirme la nécessité de l'implication et de l'engagement de l'état espagnol et français pour que l'idée puisse prospérer et surtout facilité le changement administratif.

Dans le même temps, il est prévu de donner plus de champ aux lignes à grande vitesse.Ceci pourrait aussi aider à l'aboutissement du projet. Selon Santi Vila, une autre option serait un accord de coopération en la SNCF et la Renfe

Partager cet article
Repost0
10 avril 2015 5 10 /04 /avril /2015 14:51
Le baiser de Judas selon son propre père?
Le baiser de Judas selon son propre père?

Depuis une semaine, pas un JT ne fait un gros titre sur ce FN qui serait en train de se déchirer suite aux nouvelles déclarations de Le Pen senior (les chambres à gaz sont un détail de la deuxième guerre mondiale, le FN compte de nombreux partisans de Pétain, etc.) qui auraient subitement choquées sa fille (Marine Le Pen) ou encore le compagnon de sa fille (Louis Aliot, que je connais un peu pour avoir été l’un de ses adversaires lors des dernières municipales). Du coup, on emploie des termes forts comme « le suicide du FN » et certains entrevoient la fin du FN… MLP nous promet même que le cas de son père sera examiné par les instances du parti, même si une exclusion semble… exclue (dixit Louis Aliot) ! Mais quelles blagues !

D’abord, il faut se rappeler que le FN s’est construit sur les bases de l’antisémitisme et de la xénophobie, de la nostalgie du régime de Vichy (collaborateur du régime nazi) et de l’Algérie française… Ainsi, une grande partie des cadres du FN restent sur cette ligne, tout comme une grande partie des militants les plus actifs. Marine Le Pen est-elle prête à se priver d’une majorité de ses effectifs les plus dynamiques ? Bien sûr que non.
D’autre part, Marine Le Pen (comme elle l’affirme aujourd’hui) est-elle réellement offusquée par les propos de son père ? Si c’était le cas, elle aurait fait l’objet d’une révélation quasi divine puisque, jusqu’à présent, elle avait toujours défendu les déclarations les plus haineuses de son papounet.

Ensuite, quand bien même des cadres du FN souhaiteraient réellement le départ de Jean-Marie, c’est techniquement quasi impossible. D’une part parce que les statuts du FN font que JMLP est « Président d’honneur » à vie. D’autre part parce que JMLP est, de fait, lui-même membre de la commission qui serait censée le juger !

Enfin, les dernières élections municipales, européennes et départementales ont vu le FN investir bon nombre de candidats ouvertement haineux, racistes, etc. Ce ne sont pas un ou deux candidats qui ont été pris la main dans le sac de déclarations au moins aussi violentes que celles de JMLP, mais des dizaines ! La grande majorité n’ont fait l’objet d’aucune sanction et certains ont même été élus (y compris des gens dont on sait qu’ils ont fait –ou font encore- partie de groupes néo-nazis).

Alors pourquoi tout ce tapage ? Pourquoi cette suite de petites phrases assassines entre la fille et son père ?

La réponse tient en un mot : déception. Oui, les dernières élections départementales étaient censées confirmer la montée d’un FN qui, à la suite du 1er tour, se voyait déjà gagner 2 ou 3 départements. Au final, aucune victoire (malgré des scores qui restent bien trop élevés) et le FN constate qu’après une très forte progression, la stagnation est désormais de mise et que la victoire souhaitée lors de la prochaine Présidentielle n’est pas acquise. Bien que quelques personnalités dites républicaines (comme Sarko) n’aient pas souhaitées se prononcer contre le vote FN, malgré le nombre important de votes blancs et d’abstentions, bien que ni l’UMP ni le PS ne soient en odeur de sainteté et que la gauche du PS soit de plus en plus anecdotique ; oui malgré tous ces paramètres qui auraient dû profiter au FN, force est de constater qu’une grande partie des électeurs français ont encore le réflexe « front républicain », autrement dit « tout sauf le FN ». Ouf !

Le FN doit donc parvenir à augmenter encore son électorat en poursuivant sa tentative de dédiabolisation, sans pour autant décourager la base fasciste du parti. D’où l’idée lumineuse de la famille Le Pen. Pendant que Jean-Marie brosse dans le sens du poil les plus haineux des frontistes, Marine joue les vierges effarouchées pour que le Français moyen la prenne en pitié. Tout cela n’est évidemment que pure comédie et puis, cela fait parler. Et plus on parle du FN, plus il se renforce… La réalité, c’est que Marine a toujours partagé les idées de son père et qu’elle continue bien sûr à le faire, mais elle ne peut plus le dire haut et fort au risque de se mettre à dos son électorat « modéré ». Dans le même temps, pas question de perdre les vrais militants du FN, ceux qui considèrent que Pétain fut un héros, que De Gaulle était un traitre, qu’Hitler sauva l’Allemagne et que les basanés comme les juifs sont des races inférieures… Non, pas question de les perdre car certains font partie des élus actuels du FN, des cadres dirigeants, ils organisent les meetings, les services d’ordre, les séances de tractage lors des campagnes, etc.

Ne nous faisons pas avoir, quelles que soient les déclarations des uns et des autres, Jean-Marie reste le véritable leader charismatique du Front National, celui que les militants de toujours suivront coûte que coûte même après sa mort, celui dont ils appliqueraient les idées nauséabondes s’ils étaient au pouvoir. Et si Marine Le Pen était un jour élue Présidente, ce sont bien les idées de son père qu’elle appliquerait. Elle pourrait le faire d’autant plus facilement que l’évolution récente de notre Constitution, que le système de la Vème République et que les dernières lois liberticides envisagées pour nous protéger du terrorisme lui donneront tout latitude d’exercer une parfaite dictature.

Si elle était élue Présidente, elle pourrait donc faire passer les pires lois qui soient. Elle pourrait, par le biais de son Gouvernement, exercer une censure historique et culturelle (comme cela est déjà le cas dans des communes gérées par le FN). Elle pourrait même modifier la Constitution pour s’attribuer un pouvoir encore plus conséquent. Enfin, imaginez ce qu’elle ferait des lois votées au nom de l’anti-terrorisme : écoutes téléphoniques, surveillance illimitée des mails, des sms et de n’importe quelle utilisation d’Internet. Pratique pour repérer ses opposants, non ? Sous le régime de Vichy (fort apprécié au FN), les Résistants étaient considérés comme des terroristes. Nous, opposants au FN, serions considérés de même.

Vous trouvez que je fais dans le catastrophisme ? Alors laissez-moi vous raconter une anecdote datant d’il y a un an, lors de l’élection municipale de Perpignan où le « gentil » Aliot était candidat (et moi, donc, l’un de ses adversaires). Un jour de campagne, je croise l’un de ses colistiers. Pas n’importe lequel puisqu’il est aujourd’hui conseiller municipal. Ce dernier me regarde amusé. « Quand nous gagnerons Perpignan, vous serez bien obligés d’être avec nous » me dit-il. « Sinon quoi ? » je réponds. Et là, il passe le doigt le long de sa gorge. Je n’ai pas besoin de vous expliquer la signification de son geste… Voilà, c’est ça le FN. Ne soyez pas dupes.

Voir aussi:

Charlie Hebdo: Nous avons tous tué Charlie! par Axel Belliard

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2015/01/charlie-hebdo-nous-avons-tous-tue-charlie-par-axel-belliard.html


Sommes-nous prêts ? Esprit du 11 janvier où es-tu?Par Axel Belliard

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2015/04/sommes-nous-prets-esprit-du-11-janvier-ou-es-tu-par-axel-belliard.html

Qui sont "les idiots utiles" du front national? par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/article-qui-sont-les-idiots-utiles-du-front-national-par-nicolas-caudeville-120829633.html

Vidéo Politique: pourquoi l'extrême droite progresse-telle? conférence par l'historien Nicolas Lebourg

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/article-video-politique-pourquoi-l-extreme-droite-progresse-telle-conference-par-l-historien-nicolas-lebou-118363794.html

Sommes-nous prêts ? Esprit du 11 janvier où es-tu?Par Axel Belliard

Partager cet article
Repost0
10 avril 2015 5 10 /04 /avril /2015 14:34
Salses: Demain,2 ème RENCONTRE AUTEURS COMPOSITEURS À ROULETTES

Demain à 21 heure à Salses, au portail à Roulettes, 5à avenue du général de Gaulle!

Après deux ans d’attente, voici la deuxième édition des soirées auteurs compositeurs à roulettes le samedi 11 avril. Au programme trois groupes du cru :
Monsieur Jacques en trio, de la chanson sensible en français et franglais; Les femmes à barbes : un trio qui jouent de la musique de bouches et Aoudé : 5 musiciens autour de la chanson métissé!
Ils se partageront la scène une petite heure chacun.
Au total, 11 musiciens sur scène, 3h de compositions originales!

LES FEMMES À BARBES: Ce trio détonnant vous emporte dans un univers unique où les voix nous dévoilent tout leur potentiel et toutes leurs richesses .
Sons, rythmes, lignes de basse, chants, curieuses onomatopées, sublimes harmonies, grooves décoiffants… se mélangent se superposent, s’entremêlent, apparaissent tour à tour puis s'échappent de leurs voix et de leurs cœurs pour notre plus grand bonheur !! Aurélie, chanteuse et percussionniste de musique Africaine (notamment dans les groupes Namoukan et Barrio rumba) Maelle chanteuse et violoncelliste de formation classique, et Lili chanteuse guitariste et acccordéoniste (notamment dans le groupe Lili Baba) ont réunis leurs univers et leurs expériences autour d'un répertoire de compositions originales vocales où seuls quelques maracas, claves et tambourins arrivent parfois à se faire une petite place… Vous voulez en savoir plus ..?.. et bien venez les découvrir en live et vous en aurez plus… ces trois « barbues girls » et leurs « Musique de bouche » n'ont pas fini de vous surprendre !! ….

MONSIEUR JACQUES, c’est d’abord des chansons sensibles tendres, mystérieuses, caustiques, en français, en angliche : ça dépend de l'humeur. Monsieur Jacques sur scène, ça va du rire aux larmes.
Accompagné de Marco à la contrebasse, de Joël à la batterie et parfois de Guillaume à la clarinette et à de multiples instruments (trompette, mélodica, piano toy…), il fait vibrer nos cordes sensibles : une fausse nonchalance, la guitare en bandoulière, il se joue de notre condition humaine, se moque, intrigue et témoigne en souriant d’un quotidien qui l’amuse ou qui l’attriste.
Monsieur Jacques est une formation récente composés de musiciens professionnels qui ont écumé de nombreuses scènes avec d’autres projets : Hot club de Tordères, Lili baba, Kinda, Zykatok, Wizz us, Skamanians, Magic shook heads, Bolden Buddies

AOUDÉ vous embarque dans univers musical métissé. Un fleuve pas si tranquille, où l'eau ruisselle parfois comme une douce ballade, puis s'emporte dans des courants rock. Un peu plus loin elle s'apaise avec un reggae-ragga. Elle reprend ensuite sa trajectoire vers une valse musette en passant par des vagues hip-hop et finit par fusionner avec des flots orientaux et andalous. Bref, le groupe Aoudé propose un répertoire de compositions originales, des mélodies pleines de couleurs qui vous transportent vers une planète de verdure et de fleurs où l'eau n'est pas polluée. Aude est l'auteur de chansons qui reflètent sa vie, la vie en général, avec ses joies, ses peines et ses surprises. Elle les chante accompagnée de Samir à la guitare et à la voix, Roxane à la batterie/percussions et choeur, Claire et Nririna aux violons.

CONCERT À 21H

P.A.F.: 8 euros + 5 euros d'adhésions annuelle (obligatoire)

Un bon petit plat chaud sera servi dès 20h!

Partager cet article
Repost0