Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 21:15
Chronique moscovite (5) : Les Grollandais parlent aux Russiens‏! par Félix Dzerjinski

Je me devais de réagir à l'événement, de toutes façons, cet exploiteur, ce koulak de Nicolas m'aurait demandé une chronique. Je trime pour lui en sortir une tous les mois et il me demande de réagir, de me secouer la couenne, d'accélérer la cadence, comme en plein plan quinquennal... Mais j'ai un métier moi, je suis Tchékiste!

Bon, petit Frantsouz, ton président est venu voir Blondin (il est pas venu te voir à Perpignan), certes pas longtemps, mais il est quand même venu. Faut dire qu'en ce moment, à cause de la petite province, l'Ukraine, les relations sont plutôt tumultueuses, tendues (comme la ficelle d'un string comme dirait un bon militaire français). Tous le monde montre Blondin du doigt, le traite de méchant, de voyou... C'est un peu pour cela qu'il va voir ses potes bridés (tu sais, tes banquiers), parce que vous ne le comprenez pas... Et Blondin, ben, il s'explique. Il dit qu'il n'y est pour rien dans tout cela, qu'à l'origine, ce sont les Ukrainiens eux-mêmes qui ont mis le boxon et que si les Européenns veulent récupérer cette province, ben faut préparer le chéquier (je crois que vous pouvez vous permettre ce luxe en ce moment...). Et les autres de traiter Blondin de menteur, de lui dire qu'il a envoyé nos vaillantes troupes libératrices dans le Donbass et pourquoi pas à Perpignan!!! Alors ton Grollande, il est venu pour écouter Blondin, parce que c'est toujours intéressant d'écouter ce que les gens ont à dire, même si Blondin est un peu coquin parce que tu vois, ici à Moscou, il est de notoriété publique que quelques uns de nos petits gars se font trouer la peau dans le Donbass face aux hordes fascistes. En fait, ils sont en vacances là-bas... Il est fort Blondin, je crois qu'il se fout un peu de la gueule des Européens.

Ton Grollande est donc venu, et c'est déjà bien, mais il n'est pas rester assez longtemps pour goûter à notre hospitalité légendaire, bania/vodka. Bon il est venu en demandant l'autorisation à la Fureur Angela... Là, il me déçoit un poil. Eh, Frantsouz, tu repasseras pour venir nous parler liberté et tout le reste parce que je te sens moyennement libre... Il est venu aussi sur les conseils du grand bey du Kazakhstan, Noursoultan (ça veut dire roi de la lumière) Nazarbayev, qui lui a dit: "Passe voir Blondin, c'est un bon mec, c'est un authentique libéral". Noursoultan a ses pudeurs, il aurait pu dire "comme moi", mais c'est un timide assis sur de l'uranium, du pétrole et autres bricoles qui rapportent gros... Et voila votre Grollande convaincu et je suis sûr qu'après avoir discuté avec Blondin , ton Grollande doit se dire, c'est un bon mec ce Blondin, mais gaffe quand même, je lui prêterais pas ma mobylette. Tu crois que ton Grollande a demandé de l'artiche à Blondin? Comme la blonde donzelle fille de son père? Ils en ont peut-être parlé... peut-être pas, parce que tous les deux, ils sont vachement préoccupés par cette province qui multiplie les indélicatesse à l'égard de la Russie éternelle. Ben ouais, ils nous disent qu'ils veulent adhérer à l'OTAN. Alors là, je vois pas comment Blondin ne peut pas réagir, c'est qu'ils nous l'ont énervé! Bon, mais comme il a été à bonne école, c'est un Tchékiste, il garde la tête froide et le coeur chaud! Faut qu'il fasse gaffe les Ukrainiens, parce que Kiev, c'est pas loin... Enfin, la venue de ton Grollande, ça fait plaisir à Blondin, parce que ça montre que le pays est au centre du jeu, ben c'est normal parce que je crois qu'aujourd'hui, avec Blondin, que tu sois d'accord ou pas (ce qui nous est vraiment égal) la Russie est le seul pays à écrire l'histoire.

Voir aussi:

Chronique moscovite‏(épisode 1) par Félix Edmundovitch Dzerjinski.

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/10/chronique-moscovite-episode-1-par-felix-edmundovitch-dzerjinski.html

Chronique moscovite (épisode 2) par Felix Edmundodvitch Dzerjinski. Gare au retour de l'antique!‏

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/10/chronique-moscovite-episode-2-par-felix-edmundodvitch-dzerjinski-gare-au-retour-de-l-antique.html

Chronique moscovite (épisode 3) A la recherche de mon pote le Chauve‏! par Félix Edmundovitch Dzerjinski

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/11/chronique-moscovite-episode-3-a-la-recherche-de-mon-pote-le-chauve-par-felix-edmundovitch-dzerjinski.html

Chronique moscovite (épisode 4) :FN, Emmenez la pompe à Phynances!! par Félix Edmundovitch Dzerjinski‏

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/11/chronique-moscovite-episode-4-fn-emmenez-la-pompe-a-phynances-par-felix-edmundovitch-dzerjinski.html

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 15:52
 DIX PETITS CONTES N°VII - L’ÉCHO DE NOS MONTAGNES par L'écrivain Henri Lhéritier

J’ai trouvé une première brebis, les pattes arrière brisées, un peu plus loin une seconde dont on avait arraché les sabots, d’autres encore, disséminées, puis je suis tombé sur une hécatombe, ça et là des brebis gisaient, à toutes il manquait quelque chose, qui une tête, qui un cou, qui des yeux, qui une langue. Spectacle de désolation !
Soudain m’apparut un bœuf, affaissé sur ses genoux, on lui avait brisé les pattes avant, il semblait en prière.
Pas loin de lui on avait déchiqueté un berger, on reconnaissait le bâton et sa veste de laine, mais sa tête avait éclaté, son bassin aussi et il n’avait plus qu’une seule main.
Le massacre a empiré, je vis successivement une bonne femme en robe bleue, décapitée, dépassant d’un voile blanc, sa longue chevelure blonde se devinait sous la paille qui jonchait le sol, un âne, couché sur le flanc, débarrassé de son côté droit, les oreilles détachées, un type à barbe, à l’air con, coupé en deux, et un enfant sans jambes dont les bras brisés pendaient à l’extérieur d’un berceau.
Quelque chose cheminait dans ma tête, une explication, des raisons de comprendre ce qui s’était passé, lorsqu’un type arriva dans mon dos en hurlant : vous l’avez vu, vous l’avez vu ?
Qui ?
Cet ivrogne qui passait, vous ne l’avez pas vu ? Il a emporté ma crèche de Noël, c’est lui qui a tout cassé, regardez, regardez, on le suit à la trace. Il s’appuya sur le mur et se mit à pleurer.
Je ne trouvai rien de plus malin à lui dire que : Ce n’est que du vulgaire plâtre, remettez-vous, bon sang !
Les anges, dans nos campagnes, aux ailes froissées, m’ont regardé l’air mauvais.

Voir aussi:

DIX PETITS CONTES N°VI - CESSER DE BOIRE! par l'écrivain Henri Lhéritier

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/12/dix-petits-contes-n-vi-cesser-de-boire-par-l-ecrivain-henri-lheritier.html

DIX PETITS CONTES:N°V - SCIENCE AFFLICTION! par l'écrivain Henri Lhéritier

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/11/dix-petits-contes-n-v-science-affliction-par-l-ecrivain-jean-lheritier.html

DIX PETITS CONTES N°IV - ILLUSIONS A PERDRE Je deviens fou! par l'écrivain Henri Lhéritier

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/11/dix-petits-contes-n-iv-illusions-a-perdre-je-deviens-fou-par-l-ecrivain-henri-lheritier.html

DIX PETITS CONTES N°III – SYMPHONIE INACHEVÉE par l'écrivain Henri Lhéritier

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/11/dix-petits-contes-n-iii-symphonie-inachevee-par-l-ecrivain-henri-lheritier.html

DIX PETITS CONTES N°II – VENDEUR DE CAUCHEMARS par l'écrivain Henri Lhéritier

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/11/dix-petits-contes-n-ii-vendeur-de-cauchemars-par-l-ecrivain-henri-lheritier.html

DIX PETITS CONTES N°I - AMOUR PATRIOTE par l'écrivain Henri Lhéritier

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/10/dix-petits-contes-n-i-amour-patriote-par-l-ecrivain-henri-lheritier.html

DIX PETITS CONTES:N°V - SCIENCE AFFLICTION! par l'écrivain Jean Lhéritier

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 14:23
 DIX PETITS CONTES N°VI - CESSER DE BOIRE! par l'écrivain Henri Lhéritier

La télé n’en finissait pas de montrer l’excellence du savoir faire français, exposant comme des œuvres d’art, dans ce salon aéronautique qui se tenait annuellement, ouvert à tous, même aux enfants, des armements, des matériels de guerre et, dernières nouveautés, des avions furtifs et des bombes intelligentes, les militaires sont meilleurs que les écrivains pour attribuer un nom à des saletés. Des types galonnés répondaient à des questions pertinentes sur le nombre de morts que pouvait faire tel missile, qu’il soit air/sol, sol/air, sol/sol, et sol/sur ta face, bouffon, etc. etc, à qui on les vendait ? si les affaires marchaient ? Oui, oui, disaient-ils, du feu de Dieu, on pétarade.
Quand donc se débarrassera–t-on des ces matamores, fis-je en tendant mon verre que je venais de vider, souhaitant le remplir d’une nouvelle charge d’Islay, sorte de bombe au phosphore, single malt de 15 ans d’âge, aussi délicieux qu’un sous-marin atomique convoité par une puissance émergente.
Fatigué de mes déclarations pacifistes, lui, installé à côté de moi, me dit, dans le son cristallin du scotch heurtant les flancs du verre :
- Mais mon vieux, l’armée n’est pas une concession à la guerre, c’est au contraire l’instrument qui signifie notre désir de nous y opposer.
Beau sophisme.
Soigne-t-on le mal par le mal ?
Je dis :
- Un glaçon ou deux, merci.
Puis :
- Tu sais, j’ai connu un ivrogne qui ne cessait pas d’arrêter de boire.
- Ah bon, fit-il.
- Un jour, je lui dis, pourquoi te remets-tu chaque fois à boire ?
- Lorsque je ne bois plus, répondit-il, je n’ai plus la connaissance de ce qui me cause tant de mal, alors je me remets à boire pour mieux comprendre les dangers auxquels je dois échapper.
Nous ne cessons jamais de boire.
Nous faisons la paix pour mieux profiter de la guerre.
Je ne sais même pas si c’est la morale de cette histoire.
Peux-tu me resservir, s’il te plait ?

Voir aussi:

DIX PETITS CONTES:N°V - SCIENCE AFFLICTION! par l'écrivain Jean Lhéritier

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/11/dix-petits-contes-n-v-science-affliction-par-l-ecrivain-jean-lheritier.html

DIX PETITS CONTES N°IV - ILLUSIONS A PERDRE Je deviens fou! par l'écrivain Henri Lhéritier http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/11/dix-petits-contes-n-iv-illusions-a-perdre-je-deviens-fou-par-l-ecrivain-henri-lheritier.html

DIX PETITS CONTES N°III – SYMPHONIE INACHEVÉE par l'écrivain Henri Lhéritier http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/11/dix-petits-contes-n-iii-symphonie-inachevee-par-l-ecrivain-henri-lheritier.html

DIX PETITS CONTES N°II – VENDEUR DE CAUCHEMARS par l'écrivain Henri Lhéritier http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/11/dix-petits-contes-n-ii-vendeur-de-cauchemars-par-l-ecrivain-henri-lheritier.html

DIX PETITS CONTES N°I - AMOUR PATRIOTE par l'écrivain Henri Lhéritier http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/10/dix-petits-contes-n-i-amour-patriote-par-l-ecrivain-henri-lheritier.html

DIX PETITS CONTES:N°V - SCIENCE AFFLICTION! par l'écrivain Jean Lhéritier

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 15:26
Symboliquement, un étudiant redore les lettres de l'école des beaux arts! foto Bettina Fauchier
Symboliquement, un étudiant redore les lettres de l'école des beaux arts! foto Bettina Fauchier

Comme le confirme l'interview de Michel Pinell adjoint à la culture par Julien Marion dans l'indépendant (http://www.lindep.clients.sdv.fr/2014/11/18/michel-pinell-adjoint-au-maire-de-perpignan-le-theatre-de-l-archipel-doit-faire-des-economies-significatives,1956972.php), où il laisse entendre la fin de l'école, et son hypothétique transfert à l'université, pour les étudiants, il faut se résigner où se battre: vaincre ou mourir!

Le Pop Club, soirée de présentation public des actes de l'école et de ses étudiants, en est un de ces actes de bravoures. Au regard du nombre des personnes qui se sont déplacés pour l'événement, on peut penser la cause de l'école est fortement soutenue par les Perpignanais. Un débat autour de l'art et de son implication dans l'espace public organisé par les étudiants et animé par le professeur Wolkonsky, avec la participation de l'historien Nicolas Lebourg, de l'ancien journaliste de Libération et fondateur (entre autre) des "Rencontres photographiques d'Arles, de l'artiste Francesca Caruana, le commissaire d'exposition Eric Forcada, et l'éditeur d'art Richard Meier, a vu des échanges avec la salle des échanges comme ont dit au rugby:" Corrects, mais viriles!"

Le maire de PerpignanJean-Marc Pujol, son directeur de cabinet Michel Sitja et l'adjoint à la culture Michel Pinell, devraient faire de grosses provisions pour plusieurs hivers, parce qu'il semble que le siège de l'école va être très long. Bref qu'ils y sont encore pour bien au-delà du bicentenaire de cette école de 196 ans! Ne ratez pas le diaporama de la soirée en bas de l'article!

Voir aussi:

Perpignan/vidéo de la conférence:"Pourquoi un magazine artistique centré sur les artistes de la région ?" L'art dans l'air par Anne Devailly,animé par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/11/perpignan-video-de-la-conference-pourquoi-un-magazine-artistique-centre-sur-les-artistes-de-la-region-l-art-dans-l-air-par-anne-deva

Perpignan: Le centre d'art Walter Benjamin devient le centre Walter PPK en hommage à James Bond! par Nicolas Caudeville (Parodie)

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/10/perpignan-le-centre-d-art-walter-benjamin-devient-le-centre-walter-ppk-en-hommage-a-james-bond-par-nicolas-caudeville-parodie.html

Jean-Marc Pujol:LE MAIRE DE PERPIGNAN RATE LA RENTRÉE : LES BEAUX ARTS VONT FERMER! par Jean-Pierre Bonnel

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/09/jean-marc-pujol-le-maire-de-perpignan-rate-la-rentree-les-beaux-arts-vont-fermer-par-jean-pierre-bonnel.html

Perpignan/Fermeture des beaux-arts:Signez la pétition contre!

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/09/perpignan-fermeture-des-beaux-arts-signez-la-petition-contre.html

Perpignan: Si le FN voulait fermer l'école des beaux arts, vous auriez hurlé! par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/08/perpignan-si-le-fn-voulait-fermer-l-ecole-des-beaux-arts-vous-auriez-hurle-par-nicolas-caudeville.html

Perpignan: Si le FN voulait fermer l'école des beaux arts, vous auriez hurlé! par Nicolas Caudeville

Le Pop Club de l'école des beaux arts comme si vous y étiez: crédit Bettina David-Fauchier et Nicolas Caudeville
Le Pop Club de l'école des beaux arts comme si vous y étiez: crédit Bettina David-Fauchier et Nicolas Caudeville
Le Pop Club de l'école des beaux arts comme si vous y étiez: crédit Bettina David-Fauchier et Nicolas Caudeville
Le Pop Club de l'école des beaux arts comme si vous y étiez: crédit Bettina David-Fauchier et Nicolas Caudeville
Le Pop Club de l'école des beaux arts comme si vous y étiez: crédit Bettina David-Fauchier et Nicolas Caudeville
Le Pop Club de l'école des beaux arts comme si vous y étiez: crédit Bettina David-Fauchier et Nicolas Caudeville
Le Pop Club de l'école des beaux arts comme si vous y étiez: crédit Bettina David-Fauchier et Nicolas Caudeville
Le Pop Club de l'école des beaux arts comme si vous y étiez: crédit Bettina David-Fauchier et Nicolas Caudeville
Le Pop Club de l'école des beaux arts comme si vous y étiez: crédit Bettina David-Fauchier et Nicolas Caudeville
Le Pop Club de l'école des beaux arts comme si vous y étiez: crédit Bettina David-Fauchier et Nicolas Caudeville
Le Pop Club de l'école des beaux arts comme si vous y étiez: crédit Bettina David-Fauchier et Nicolas Caudeville
Le Pop Club de l'école des beaux arts comme si vous y étiez: crédit Bettina David-Fauchier et Nicolas Caudeville
Le Pop Club de l'école des beaux arts comme si vous y étiez: crédit Bettina David-Fauchier et Nicolas Caudeville
Le Pop Club de l'école des beaux arts comme si vous y étiez: crédit Bettina David-Fauchier et Nicolas Caudeville
Le Pop Club de l'école des beaux arts comme si vous y étiez: crédit Bettina David-Fauchier et Nicolas Caudeville
Le Pop Club de l'école des beaux arts comme si vous y étiez: crédit Bettina David-Fauchier et Nicolas Caudeville
Le Pop Club de l'école des beaux arts comme si vous y étiez: crédit Bettina David-Fauchier et Nicolas Caudeville
Le Pop Club de l'école des beaux arts comme si vous y étiez: crédit Bettina David-Fauchier et Nicolas Caudeville
Le Pop Club de l'école des beaux arts comme si vous y étiez: crédit Bettina David-Fauchier et Nicolas Caudeville
Le Pop Club de l'école des beaux arts comme si vous y étiez: crédit Bettina David-Fauchier et Nicolas Caudeville
Le Pop Club de l'école des beaux arts comme si vous y étiez: crédit Bettina David-Fauchier et Nicolas Caudeville
Le Pop Club de l'école des beaux arts comme si vous y étiez: crédit Bettina David-Fauchier et Nicolas Caudeville
Le Pop Club de l'école des beaux arts comme si vous y étiez: crédit Bettina David-Fauchier et Nicolas Caudeville
Le Pop Club de l'école des beaux arts comme si vous y étiez: crédit Bettina David-Fauchier et Nicolas Caudeville
Le Pop Club de l'école des beaux arts comme si vous y étiez: crédit Bettina David-Fauchier et Nicolas Caudeville

Le Pop Club de l'école des beaux arts comme si vous y étiez: crédit Bettina David-Fauchier et Nicolas Caudeville

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 16:31
le maire de Perpignan Jean-Marc Pujol et son adjoint à la sécurité de l'époque, Pierre Parrat, aujourd'hui à l'urbanisme!
le maire de Perpignan Jean-Marc Pujol et son adjoint à la sécurité de l'époque, Pierre Parrat, aujourd'hui à l'urbanisme!

Pendant la campagne des municipales oncle Jean-Marc avait fait campagne sur le thème de la sécurité, alors même que dans son précédent mandat, il avait démontré avec son adjoint à la sécurité Pierre Parrat qu'il n'y pouvait parce que "c'était le monde qui était violent..."Et que me lui maire "c'était fait traiter de con dans la rue" Dans une interview de l'indépendant, les commerçants du centre ville se plaignent de la hausse de la délinquance et des "incivilités" . Le maire responsable de rien dans cette ville, vue que tout provient de facteurs extérieures, indépendants de sa possibilité d'action, répond dans son blog, qui est son canal officiel (d'habitude, il y préfère parler de géo-politique, mais dans cette article, il fait mine de se mettre au niveau des trottoirs!) que à l'instar de la chanteuse Alizée "c'est pas ma faute à moi L O L I T A, moi Lolita!"

"Récemment, des médias se sont fait l’écho d’une colère montante de certains commerçants et riverains du centre-ville, plus particulièrement d’un secteur géographique bien délimité, face à l’expression récurrente d’incivilités.

Ne nous leurrons pas sur la réponse nécessaire aux diverses incivilités dont souffrent nos concitoyens. Il s’agit là véritablement d’un problème d’éducation.

D’abord, des familles déstructurées qui n’ont plus l’autorité nécessaire pour éduquer et punir quand c’est souhaitable. Ensuite, une école où on enlève peu à peu aux enseignants la fonction d’autorité indispensable à la transmission du savoir. Enfin, l’absence d’un service civique ou militaire qui permettait de rappeler que toute construction humaine n’est possible qu’en respectant les règles de la société.

Ces comportements sont symboliques à la fois d’enfants perdus et d’une méconnaissance des règles de vie en société.

C’est sur ces deux points qu’il va falloir rétablir l’autorité."

Il va falloir rétablir l'autorité, dit-il: on parle toujours de ce qui nous manque!

Voir aussi:

Jean-Marc Pujol veut devenir maire en 2014! par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/article-jean-marc-pujol-veut-devenir-maire-en-2014-par-nicolas-caudeville-110489034.html

Mairie de Perpignan : Jean-Marc Pujol, Pierre Parrat, Marcel Zidani, Aminda Quéralt : on est dirigé par des manchots parce que les caméras coutent un bras !

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/article-mairie-de-perpignan-jean-marc-pujol-pierre-parrat-marcel-zidani-aminda-queralt-on-est-dirige-par-des-manchots-parce-que-les-cameras

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 14:00
L'écrivain Eric Dardill brandissant les romans de Gildas Girodeau et Gille Delpapas à la librairie torcatis
L'écrivain Eric Dardill brandissant les romans de Gildas Girodeau et Gille Delpapas à la librairie torcatis

Vous vous demandiez surement, ce que devenez l'écrivain Gildas Girodeau depuis le festival du livre de Collioure? Et bien vous aurez l'occasion de lui demander samedi prochain, en la librairie torcatis, ainsi qu'à son collègue grec marseillais ( Je me méfie des marseillais et de leurs cadeaux!) Gille Del Pappas qui y dédicacerons leurs romans . Offrez du romans frais, offrez du romans dédicacé!

En outre Gildas nous parles de son prochain roman "Antonia" qui sort en février aux éditions "Au-delà du raisonnable" Et des cours d'écriture qu'il donne en catalan au lycée Arago...Entretien

Voir aussi:

Collioures: festival "d'une mer à l'autre" , ça commence aujourd'hui! interview Gildas Girodeau

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/09/collioures-festival-d-une-mer-a-l-autre-ca-commence-aujourd-hui-interview-gildas-girodeau.html

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 14:38
Chronique moscovite (épisode 4) :FN, Emmenez la pompe à Phynances!! par Félix Edmundovitch Dzerjinski‏

Suite à l'information de médiapart selon laquelle, le Front National a reçu un prêt de plusieurs Millions d'une banque russe http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/11/23/le-front-national-a-emprunte-de-l-argent-a-une-banque-russe_4527889_823448.html, le camarade Félix Edmundovitch Dzerjinski a désiré réagir en dehors du rythme de ses chroniques habituelles!

Quoi, que viens-je d’apprendre en lisant la presse, la Russie, du moins une de ces banques finance un parti politique français, contre lequel, à mon époque, nous aurions lutté à mort. J’en perds mon russe et mon latin !!! Le monde a vraiment changé… Quoique, laissons passer l’émotion et concentrons-nous sur les faits, en bon tchékiste, gardons la tête froide. Allez, un peu d’histoire selon tonton Félix fera du bien… A mon époque, à l’époque de la patrie du bolchevisme triomphant, notamment sous la férule bienveillante du Chauve et sévère mais juste de Jo le moustachu, nous financions les partis communistes frères et les syndicats. C’est normal, ils étaient dans la débine et cela pouvait contribuer à mettre le bordel chez nos ennemis, chez toi par exemple petit Frantsouz. Tout cela était organisé par les organes. C’est comme ça que chez nous on nomme les services de sécurité. Je trouve que ça a de la gueule, que ça impose le respect et que ça montre comme ces organes, et ben ils sont vitaux. Je te le disais, c’est notre colonne vertébrale et cela le demeure encore, regarde Blondin d’où il vient. C’est pas un hasard s’il est arrivé là où il est…

Bon après la mort du Chauve et de Jo le moustachu, nous n’avons eu que des parodies de dirigeants, qui ont financé des parodies de partis communistes. Ben oui, les mecs étaient installés et ils n’avaient plus faim, ils étaient devenus de grassouillets bourgeois, ils touchaient leur chèque, installé dans leur routine de contestation molle, troussant la militante à l’occasion et construisant la villa 4 faces à Cabestany ou une autre de tes cité-dortoir. Puis après le monde a changé, chez nous y eu ce chauve avec sa tache de vin qui a bradé l’empire et que vous aduliez, pauvres inconscients, et tout est parti en quenouille. Le chaos et l’anarchie se sont durablement installés chez nous et à nos frontières immédiates. A mon avis, petit Frantsouzi, vous n’auriez pas aimé vivre ce que nous avons vécu… Oui, mais les organes, ils ont survécu, ils ont la peau dure et heureusement… Et puis après, c’est chez toi, petit Frantsouz que tout est parti en quenouille 2002, 2007, 2012… La dette, le chômage, la dèche… Et là voilà une donzelle, une héritière bon chic bon genre mais un peu punky quand même, la fille de son père, qui prend la tête d’un parti qu’à mon époque, nous aurions qualifié de fasciste et contre lequel nous aurions dégainé le Nagan, lequel parti, celui de la fille de son père, n’aimait pas beaucoup Moscou dans les années 80… Et la fille de son père, elle est pas bête, elle comprend que le monde a changé et qu’à Moscou, ce n’est plus les bolcheviks et qu’en plus, tiens c’est curieux, c’est un peu le même discours, nationaliste, anti-américain, anti-libéral… Y a que tes journalistes et certains de tes philosophes autoproclamés qui n’ont pas encore compris que Moscou n’est plus la Mecque du communisme. Ils n’ont pas encore compris que la Russie d’aujourd’hui, c’est le renard libre dans le poulailler libre. Et aujourd’hui, Blondin, qui est fin et matois, joue à la fois sur la fibre patriotique et nationaliste tout en se servant de notre glorieux passé. Et Blondin, il aime bien la donzelle, la fille de son père. Même qu’elle est venue plusieurs fois à Moscou et qu’elle a même vu le pote de Blondin, le président de la chambre basse, la Douma, Sergueï Narychkine. Je ne vais pas m’attarder sur lui, c’est un bon mec, mais je te dirai qu’il descend d’une famille noble, les Narychkine, apparentés à Pierre 1er, dit Pierre le Grand et qu’il est colonel du KGB (Ah, ma sainte maison !!), en plus supérieur hiérarchique de Blondin qui est lieutenant-colonel. Voilà pourquoi, le Sergueï, c’est un bon mec, comme Blondin. Le même bois ! Bon, là, maintenant que j’ai planté le décor, je pense que tu comprends mieux quand je te parle de colonne vertébrale, d’organes vitaux, du passé… Après qu’ils aiment le fric ou la philatélie, qu’ils soient corrompus, kleptocrates ou amis des animaux et de la nature nous importe peu. Ce qui est important, c’est d’où ils viennent et d’où ils parlent. Pour revenir à la donzelle, dont le compagnon sévit dans la ville de mon bon ami Nicolas, donc tu la vois, elle débarque à Moscou une fois, deux fois, trois fois puis elle dit à Sergueï, « tu vois, moi je vous aime bien, nous n’aimons pas la Commission européenne, nous ne voulons pas être les valets des Américains, nous sommes des patriotes, nous n’aimons l’étranger qu’à dose homéopathiques, dans le fond nous sommes pareils ». Et la donzelle, qui fréquente notre ambassade à Paris, elle dit : « Ah et au fait, j’ai des problèmes d’argent en ce moment, parce qu’à la BPI, la banque qui aide les PME qui n’en veulent, ben y z’ont pas voulu me faire une avance ». Et dans une de mes précédentes chroniques, je ‘avais expliqué que Blondin, il est toujours prêt à aider, c’est un gentil, un philanthrope, une sorte de George Soros mais contrairement à Soros, Blondin n’est pas vraiment post-moderne… donc les adeptes de la démocratie bordélique, le consensus mou, c’est pas son truc. C’est un homme d’ordre Blondin, et mon ami Nicolas ferait mieux de s’en inspirer en rangeant sa chambre !

Alors si tu as compris le fonctionnement du logiciel, qui est le même depuis près de 100 ans chez nous, comment ils réagissent Blondin et sa clique ? Ben, il lui avance l’artiche, via une banque que personne ne connaît, même à Moscou. Pas de problème, parce que Blondin il a analysé la situation et il comprend le potentiel du parti de la blonde donzelle et tous les bénéfices qu’il peut en retirer. Il a vu la donzelle faire un joli score aux élections européennes et il se dit, « Tiens, je vais avoir des alliés dans cette enceinte où je ne comprends rien car il n’y a rien à comprendre mais où la Russie est incomprise et ne compte que des ennemis ». Puis il se dit, « Et puis François, il est gentil mais en ce moment il me cherche un peu et je me retiens ». Et dans ce cas la donzelle et son parti, c’est un joli moyen de foutre le bordel chez toi, petit Frantsouz, comme dans les années 30, 40 et 50… Blondin est tellement généreux qu’il pourrait même financer des organisation de ces dégénérés d’écologiste contre le gaz de schiste, histoire de préserver notre monopole. Tout cela, c’est juste de la politique, les ennemis de mon ennemi, sont mes amis ! N’oublie pas que nous avons une boutade entre tchékiste, nous aimons à dire « tchékiste un jour, tchékiste toujours ». Ce qui nous caractérise, en bon professionnel, ce n’est pas l’idéologie mais le pragmatisme et c’est comme cela qu’après avoir financé pendant des décennies ton parti communiste, petit Frantsouz, que nous nous retrouvons à financer son ennemi, le parti de la blonde donzelle, car le monde a bien changé et nous avons nos impératifs stratégiques, désolé… Le monde a tellement changé que parfois, les discours de la donzelle fille de son père ont des résonnances quasiment bolchéviques… Je suis heureux aujourd’hui de voir que tu en perd, toi aussi, ton russe et ton latin.

Voir aussi:

Chronique moscovite (épisode 3) A la recherche de mon pote le Chauve‏! par Félix Edmundovitch Dzerjinski

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/11/chronique-moscovite-episode-3-a-la-recherche-de-mon-pote-le-chauve-par-felix-edmundovitch-dzerjinski.html

Chronique moscovite‏(épisode 1) par Félix Edmundovitch Dzerjinski. http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/10/chronique-moscovite-episode-1-par-felix-edmundovitch-dzerjinski.html

Chronique moscovite (épisode 2) par Felix Edmundodvitch Dzerjinski. Gare au retour de l'antique!‏ http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/10/chronique-moscovite-episode-2-par-felix-edmundodvitch-dzerjinski-gare-au-retour-de-l-antique.html

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2014 6 22 /11 /novembre /2014 20:41
 DIX PETITS CONTES:N°V - SCIENCE AFFLICTION! par l'écrivain Jean Lhéritier
Ils déplièrent une échelle métallique.
Hop ! ils sautèrent de la dernière marche, ce ne fut pas un grand pas 
pour eux, ils sentirent un sol gelé sous les pieds, et un vent, venu 
d’on ne sait où, qui avait dû passer à l’intérieur d’un congélateur, 
leur brûla le visage.
Pas très hospitalier ce lieu ! fit l’un.
Je n’y passerai pas mes vacances, fit l’autre, on ne voit pas le soleil.
Ils regardèrent vers l’horizon, il n’y avait pas d’horizon non plus, ou 
plutôt l’horizon était à leurs pieds, comme un qui est au fond de son 
garage et dont la porte serait l’horizon…, vous suivez, fit mon 
interlocuteur.
Je ne comprends rien à vos histoires, mais continuez, continuez.
En se retournant, ils aperçurent deux types qui ouvrant la bouche, leur 
dirent : « Que venez-vous faire ici ?». Mais ceci ils ne l’entendirent 
qu’au bout d’un temps qui leur parut immensément long, ils répondirent 
et cela arriva aux oreilles des autres avant la nuit, bien qu’il 
n’existât pas de nuit sur ce sol, ni de jour, mais une sorte de clarté 
telle qu’on la trouve dans une penderie lorsque surpris, on se cache 
d’un mari jaloux, vous suivez toujours, j’avoue que non, mais ce n’est 
pas grave, continuez…, ils répondirent donc, « On vient vous rendre 
visite », le son circulait avec une lenteur inouïe, car il n’y avait pas 
d’air pour véhiculer les particules sonores, c’est bien simple, il n’y 
avait rien.
Le lendemain ou deux jours après, on ne distinguait pas le jour de la 
nuit, ni le lendemain de la veille ou vice-versa, ils entendirent : « 
Nous sommes seuls ici, tous les deux et nous tenons à le rester, 
barrez-vous, on ne veut pas vous voir ».
Les deux cosmonautes, remontèrent dans leur capsule et ne revinrent jamais.
C’est fin, dit mon interlocuteur, ces deux individus craignaient pour 
leur identité, ils ne voulaient pas accueillir le moindre étranger, et 
pour leur faire comprendre qu’ils auraient tout à y gagner, à la vitesse 
où le son se propage sur cette satanée planète, il aurait fallu aux 
astronautes au moins un siècle terrestre.
On ne donna même pas de nom à cette planète, on laissa les deux 
extra-terrestres se geler les testicules sur leur glaçon et rester 
identiques à eux-mêmes.

Voir aussi:

DIX PETITS CONTES N°IV - ILLUSIONS A PERDRE Je deviens fou! par l'écrivain Henri Lhéritier

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/11/dix-petits-contes-n-iv-illusions-a-perdre-je-deviens-fou-par-l-ecrivain-henri-lheritier.html

DIX PETITS CONTES N°III – SYMPHONIE INACHEVÉE par l'écrivain Henri Lhéritier

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/11/dix-petits-contes-n-iii-symphonie-inachevee-par-l-ecrivain-henri-lheritier.html

DIX PETITS CONTES N°II – VENDEUR DE CAUCHEMARS par l'écrivain Henri Lhéritier

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/11/dix-petits-contes-n-ii-vendeur-de-cauchemars-par-l-ecrivain-henri-lheritier.html

DIX PETITS CONTES N°I - AMOUR PATRIOTE par l'écrivain Henri Lhéritier

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/10/dix-petits-contes-n-i-amour-patriote-par-l-ecrivain-henri-lheritier.html

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 10:45
Chronique moscovite (épisode 3) A la recherche de mon pote le Chauve‏! par Félix Edmundovitch Dzerjinski

« J'appliquerai le principe du plan d'une main de fer. Quelques-uns savent très bien que j'ai la main lourde et qu'elle peut frapper fort. Je ne permettrai pas que le travail soit fait comme il l'a été jusqu'à présent, c'est-à-dire dans l'anarchie. » (Félix E. Dzerjinski)

C’est tout moi ça mais avec ce que je vois à présent dans ma bonne ville, faut croire que je n’ai pas eu la main assez lourde et je n’ai pas frappé assez fort avec le recul…, heureusement, après moi, y a eu Jo le moustachu. Et puis après, tout est parti en quenouille, le pays a cessé de faire peur…

Novembre est presque achevé et je me devais, camarade, de te parler de mon pote le Chauve, le fondateur, parce que novembre, c’est notre mois à nous, les révolutionnaires internationalistes (si, si, ces mots ont encore du sens, plus que tu ne le penses…). Mon pote le Chauve, pas celui qui a bradé l’empire avec sa tache de vin, je parle du vrai, de l’authentique, de celui qui a ébranlé le monde, qui a fait peur aux bourgeois avec son escouade de couillus dont j’étais un des membres les plus affutés et le splus actifs, habite encore la ville. Il la hante. Le soir venu, son âme, accompagnée de la mienne, chemine de par la ville. Et nous regardons, hagards et étonnés par tant de vanités et de richesses, le spectacle étourdissant de cette ville, de notre Moscou, jadis révolutionnaire, rouge sang, aujourd’hui devenue la proie de l’argent-roi.

Quelques plaques apposées sur les façades de certains immeubles font remarquer qu’il était là, qu’il s’est adressé aux prolétaires (tiens, voilà un mot qui a disparu des éléments de langage de la plupart des partis de gôôôche, pourtant, petit Frantsouz, on est toujours le prolétaire de quelqu’un et le capitalisme a cela de fantastique c’est qu’il te fait croire, en t’affublant du nom de classe moyenne, que tu es un requin des temps moderne, mais non, tu es un esclave), y compris aux vaillants travailleurs de choc et prolétaires de ma très chère TchéKa. Vois l’hôtel Metropol (par ailleurs magnifique édifice art-nouveau avec des céramiques et des majoliques de Vroubel), l’hôtel Budapest, quelques immeubles sur Bolchaya Loubianka, Tverskaya, Okhotny Riad. Il a encore une bibliothèque à son nom et sa statue de trôner fièrement place Oktyabrskaya. Regarde la photo, c’est le Chauve et moi. Et puis y a Jo le Moustachu. Déjà, le petit coquin géorgien pointait le bout de son groin…

Mais pas moyen de lui rendre une visite sur la Place rouge. Fermé, le mausolée. Moi qui voulais lui claquer une bise prolétarienne, c’est raté. C’est sûrement Blondin qui a les clés et il doit ouvrir quand ça le gratte. Dire qu’avant, tu avais de longues files jusqu’à la flamme du soldat inconnu pour lui rendre hommage. Ils venaient de toute l’URSS, en pèlerinage. Le mausolée, c’est un peu notre Kaaba, notre Vierge de Lourdes ou de Fatima ou que sais-je comme bondieuserie. Et après, tu défilais devant les gloires de notre régime, Jo le Moustachu, Gagarine, Joukov… ça avait de la gueule. Par contre l’église de Basile le Bienheureux, celle-là elle est toujours ouverte. Bon, faut dire qu’elle a été édifiée parce que nous avions bouté le Mongol, mais quand même bonjour l'opium du peuple, comme dirait le Barbu des origines, et du touriste… Et puis en face, le GOUM avec ses magasins occidentaux capitalistes, les mêmes qu’à Londres, Paris ou Milan. La même came, les mêmes foules ou de richards ou de pauvres qui viennent admirer les richards… Y a rie de pire que le pauvra qui admire le richard et qui croit qu'un jour il en sera... Par les saintes moustaches de Jo, le pays est devenu maboul !! Je ne le comprends plus. D’un côté, ils veulent être tout pareil qu’à l’Ouest et de l’autre, ils vous montrent leurs muscles et ils vous disent qu’il peuvent bien se passer de l’Ouest, même pas mal les sanctions et attention en deux semaines, je peux être à Kiev, en trois semaines à Varsovie et en quatre à Berlin ! De toutes façons, je crois que dans notre histoire, on a eu à faire à des plus mastards que tous ces Américains et ces Européens bien-pensant et mal-agissant réunis. Donc relax ! Et puis la guerre, ça nous connaît, c’est comme le froid, ça ne nous fait pas peur.

Là, c’est moi, je porte son cercueil en 1924. J’ai pas l’air, je serre les dents mais j’étais triste ce jour-là, je sentais que le souffle de l’histoire s’était arrêté et que Jo le moustachu allait écrire de nouvelles pages de notre histoire…

Mais merdre !, comme dirait Ubu, tout de même, le Chauve ou du moins son fantôme est là pour rappeler à tous ces richards, ces pourceaux qui se goinfrent sur le dos de mon peuple devenu une endive amorphe, des moutons tout juste bons à finir en chachkiks, que le bonheur est fugace et que rien n’est jamais acquis à l’homme comme dirait le poète (allez, dis lequel, chien de Pavlov). Le Chauve a mis un tel bordel que certains ont tout perdu. Il n’avait plus, pour les plus chanceux, à savoir ceux qui avaient pu fuir par Batoumi et Istanbul vers l’Europe (au passage, camarade, tu me reliras « Les gens d’en face » de Simenon), qu’à devenir taxi, danseuses, femmes de ménages dans les palaces, putes… Et puis relis Kessel, « La steppe rouge », « Les temps sauvages », « La nuit sibérienne », de quoi te donner le grand frisson et surtout, Alexeï Tolstoï, « Ibycus ». J’aime bien la scène ou nos rebuts de la société, les pourceaux de jadis, qui ont toujours su s’adapter aux circonstances, organisent des courses de cafards.. Ah le cafard, avec la punaise, c’est un peu l’insecte totémique de la Russie.

C’est que nos richards d’aujourd’hui, le Chauve leur a collé cette frousse, la frousse authentique. Tout perdre, du jour au lendemain, en slip dans les rues de Paris ou d’Istanbul, passer de prince à laquais. Le richard d’aujourd’hui, il sait qu’il peut tout perdre comme ça, pfuuit ! Et alors vas-y que j’investisse dans la pierre comme un Frantsouz, à Nice, Paris, Londres, Chypre… Ils ont la frousse durable, ce qui fait qu’en 20 ans, ce sont 800 Mds de dollars qui sont partis à l’étranger, chez toi petit Frantsouz (ne le prends pas mal si je t’affuble de ce qualificatif de petit mais ton pays est tout petit, comparé au mien, et ne pèse plus grand-chose dans le monde d’aujourd’hui). Blondin joue de cette frousse, il est à la fois good/bad cop pour parler le Obama correct. Lui, il a tout mis à l’abri, mais les autres. Il est bon de leur rappeler la précarité du monde, y a pas de positions acquises qui tiennent de nos jours. Il est fort Blondin. Son dernier coup en date, un certain Evtouchenkov, qui était maqué avec ce maquereau d’ancien maire de Moscou, Loujkov, le bâtisseur. Ce salaud te rasait un quartier entier pout y édifier un centre commercial. Maintenant, le petit père Evtouchenkov il est en résidence surveillée depuis septembre jusqu'en mars 2015, ce qui est gentil chez nous, parce qu’il peut y avoir pire, et tous les biens qu’il a (mal) acquis il y a 9 ans devraient revenir dans le giron de l’Etat. Eh camarade Macron, c’est ça l’Etat stratège !!! T’as vu ça, le p’tit Evtouchenkov y se croyait arrivé, serein et pfuuuit, 9 ans après, Blondin lui reprend tout… De quoi forcer à la méditation. T’imagine ça chez toi, petit Frantsouz ?

Et puis regarde, le Chauve fait encore peur. Ces paysans ukrainiens à moitié analphabètes et abrutis de propagande américaine et à moitié paresseux abattent encore ses statues comme à Kharkov. Chapeau le chauve, surtout que ces crétins, s’ils connaissaient leur histoire, ils sauraient qu’ils te doivent l’existence de leur province, aujourd’hui par accident de l’histoire et déconnade du chauve à la tache de vin devenu pays, à toi, le Chauve, le vrai, l’authentique. Et un peu aux allemands en 1918. Bon, je vais pas être mesquin, je suis un seigneur, moi, mais les Ukrainiens, ils ont toujours bien aimé l’Allemand et ils l’ont prouvé dès 1941 et il me semble qu’aujourd’hui encore dans le bordel ambiant, nos Allemands n’ont pas encore tout à fait renoncé à leurs buts de guerre…

Allez, je quitte cette Place rouge qui jadis fut noire des foules prolétaires rouges qui ont ébranlé le monde et qui me déprime, pour me balader dans ma ville. Cette Place rouge, même si elle est assurément belle, me donne envie de vomir. Je vais me balader du côté du Romanov pereulok, pas loin de la bibliothèque qui porte le nom du Chauve, histoire de raviver quelques souvenirs… C’est là, regarde ce bâtiment… Belle architecture, du solide, du russe, construit pour durer, comme nous !

L’élite, les plus grands ont habité là, à commencer par le pote de Jo le moustachu, Kliment Vorochilov. Bon, il était pas très capable le Kliment, à se demander si y avait la lumière au fond du couloir…, mais il était pote de bouteille avec le Jo et cela a pu l’aider à survire aux inextinguibles colères de l’affreux Jojo. Je dis affreux comme ça parce que vous pensez comme ça, non ? T’avais Boudionny, un peu du même tonneau que Kliment, niveau comprenette… Face aux chars nazis, en 1941, il faisait charger sabre au clair comme durant la guerre civile. Quel crétin ! Jo le moustachu a vite fait de te le mettre à la réserve, heureusement, ce con avait déjà perdu plus d’un million d’hommes et l’Ukraine. Un détail… T’avais Mikhaïl Frounze. Alors lui, il était pas comme Kliment, il avait toute sa tête. Un vrai révolutionnaire, un tacticien, Ministre de la Défense qu’il a été, il a remplacé Trotski. Et puis un jour, Jo le moustachu lui dit « T’as l’air malade, t’es tout pâle, tu devrais te faire opérer ». Jo, il était un peu médecin, peut-être un peu guérisseur ou chamane, allez savoir avec ces Caucasiens.., il était un peu tout à la fois. L’autre, qui voit venir le Géorgien matois, y fait de la résistance et finit par céder. Ben, logique, il meurt sur le billard… Fortiche le Jo mais comme médecin, je recommande pas. Si cette anecdote t’intéresse et que tu as du temps à gagner car en lisant on en perd jamais, lis « Contes de la lune éteinte » de Boris Pilniak. T’avais que du militaire dans cet immeuble, t’avais le père Tchuikov. Tu connais ? Bah non, ils t’ont bourré le mou avec le débarquement en Normandie, gna gna gna, mais personne t’a raconté Stalingrad… C’était lui le défenseur de Stalingrad et après vrouuuum, il est arrivé à Berlin. Bon, je veux bien qu’en tant que petit Frantsouz vous ayez une gratitude éternelle pour les petits cain-cains qui sont venus mourir sur vos plages, mais faut pas nous oublier ! Mais putain, j’y crois pas, nos pourceaux capitalistes made in Russia sont tellement avides de fric qu’ils vendent un appartement dans cet immeuble à 7 millions de dollars !!! Mais réveille-toi Blondin, nationalise cet immeuble, patrimoine national !Tiens, y a Blondin qui te souhaite un joyeux anniversaire : http://www.youtube.com/watch?v=0xrZHX_0xXI

Bon maintenant, où je vais ? Allez, direction la Place Rouge même si je dégoise dessus… Après tout, nous avons tous nos contradictions, heureusement, y a la dialectique… Tu verras, petit Frantsouz, si un jour tu viens me voir à Moscou, cette place t’attirera comme un aimant, rien ne lui ressemble. Même si elle est envahie de baraques capitalistes, je l’ai dans la peau, cette place ! Tiens, j’entends un peu d’agitation. Bon sang, les bons mecs, ils préparent la commémoration du 7 novembre 1941. Bon, petit Frantsouz, tu peux pas savoir ce que représente cette date. Commençons par le début : le 7 novembre, ça te dit quelque chose, mais si, je te l’ai expliqué. Bon eh bien le 7 novembre 1941 tu as eu sur la Place rouge une parade de soldats, juste avant de monter directement sur le front pour bouter l’oncle Adolf et ses Teutoniques hors de Russie. C’est drôle, les Teutoniques y se croyaient arrivés, ils étaient aux portes de Moscou… Et blam, une claque, eux qui croyaient nous réduire en esclavage en pillant nos ressources naturelles. Tu vois les photos, et bien tu dois ta liberté aussi à ces mecs et pas uniquement aux braves cain-cains, ne l’oublie pas ! Ça te la coupe, hein, pas de chances de voir ça un 14 juillet, vous êtes du genre planqués aujourd’hui, vous avez plus le feu sacré. En même temps, pour quoi, pour qui veux-tu avoir le feu sacré aujourd’hui dans ton petit pays, petit Frantsouz… Eh oui, nous les Russes, je crois que nous aimons bien la guerre… Faut qu’elle fasse gaffe l’Angela parce que Blondin, à force de nous l’énerver, il pourrait regarder au-delà de Kiev ! Tiens, c’est drôle, le 5 novembre, y a un de tes journaux, « Libération », qui croit faire sensation, probablement parmi vos intellectuels décadents bon teint, qui lâche un article sur Blondin qui a rendu hommage à Jo le moustachu pour son action durant la grande guerre patriotique. Faut dire que Blondin a dit : « Il est difficile de dire si nous aurions pu gagner la guerre si le pouvoir n'avait pas été aussi implacable ». Bon, il dit aussi : « si nous avions perdu, quelles auraient été les conséquences ? » C’est sûr, cela fait réfléchir, allez, réfléchis un peu aux conséquences, il paraît que tu en as perdu l’habitude, petit Frantsouz, allez comme dirait Sade, « Français, encore un effort »…

Voir aussi:

Chronique moscovite‏(épisode 1) par Félix Edmundovitch Dzerjinski.

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/10/chronique-moscovite-episode-1-par-felix-edmundovitch-dzerjinski.html

Chronique moscovite (épisode 2) par Felix Edmundodvitch Dzerjinski. Gare au retour de l'antique!‏

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/10/chronique-moscovite-episode-2-par-felix-edmundodvitch-dzerjinski-gare-au-retour-de-l-antique.html

Chronique moscovite (épisode 3) A la recherche de mon pote le Chauve‏! par Félix Edmundovitch Dzerjinski
Chronique moscovite (épisode 3) A la recherche de mon pote le Chauve‏! par Félix Edmundovitch Dzerjinski
Chronique moscovite (épisode 3) A la recherche de mon pote le Chauve‏! par Félix Edmundovitch Dzerjinski
Chronique moscovite (épisode 3) A la recherche de mon pote le Chauve‏! par Félix Edmundovitch Dzerjinski
Chronique moscovite (épisode 3) A la recherche de mon pote le Chauve‏! par Félix Edmundovitch Dzerjinski
Chronique moscovite (épisode 3) A la recherche de mon pote le Chauve‏! par Félix Edmundovitch Dzerjinski
Partager cet article
Repost0
19 novembre 2014 3 19 /11 /novembre /2014 16:33
Jean-Marc Pujol plonge sa pensée par de là le bien et le mal!
Jean-Marc Pujol plonge sa pensée par de là le bien et le mal!

http://www.jeanmarcpujol.fr/2014/11/il-faut-livrer-les-navires-mistral-a-la-russie.html

C'est la poule qui philosophe d'habitude, mais cela semble être une malédiction qu'à la réélection un maire de Perpignan qui devient simultanément président d'agglo, s’intéresse à tout sauf à sa ville. Jean-Marc Pujol lui se prend pour Marc Auréle, l'empereur philosophe (sauf que son mentor n'est pas Épictète, mais Michel Sitja!): confère son blog. Il donne sa position sur ce que doit faire la France pour la ventes des navires mistral à la Russie, les rapports israëlo-palestiniens...L'herbe d'un autre pré est toujours plus tendre. Il faut regarder le blog du maire de Marrakech, peut être a-t-il des idées pour Perpignan et son agglo!

Voir aussi:

Jean-Marc Pujol, le peace-maker! par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/07/jean-marc-pujol-le-peace-maker-par-nicolas-caudeville.html

Partager cet article
Repost0