Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

12 octobre 2021 2 12 /10 /octobre /2021 18:40

Laurette Naranjo était en direct pour l'archipel contre attaque pour présenter une réunion d'information sur la pollution visuelle par la publicité dans l'espace de la communauté urbaine dans le cadre d'une enquête publique." C'est le Mardi 12 octobre 

undefined
Laurette Naranjo était en direct pour l'archipel contre attaque pour présenter une réunion d'information sur la pollution visuelle par la publicité dans l'espace de la communauté urbaine dans le cadre d'une enquête publique." C'est le Mardi 12 octobre

Du 4 octobre 2021 au 5 novembre 2021, une enquête publique portant sur le Règlement Local de Publicité intercommunal (RLPi) a lieu. Cette enquête a été lancée par Perpignan Méditerranée Métropole et concerne les 36 communes de la communauté urbaine.

Le RLPi c’est important, ça impacte toute la publicité extérieure sur le territoire de Perpignan Méditerranée Métropole, soit 655,8 km². C’est dire si c’est grand !

Et le RLPi il est vachement bien foutu. C’est un projet Jean-Marc Pujol à la base faut dire.

 

L’enquête publique en ligne : https://www.enquete-publique.perpignanmediterraneemetropole.fr/enquete-publique/128/observations

 

Oui, grâce au RLPi, et à toutes les dérogations qu’il contient, il sera possible d’installer de bien beaux écrans numériques sur le parking de Força Real (commune de Montner) ou au pied de l’escalier de l’ermitage Notre-Dame-de-Pène (commune de Cases-de-Pène).

Oui, le RLPi a été écrit par les professionnels de la publicité. Le bilan de concertation le prouve d’ailleurs, vu qu’il contient la liste des structures et personnes concertées.

Mais surtout, le RLPi, et là on sent la patte Jean-Marc Pujol, fait la part belle aux vendeurs de luminaires.

Oui, le RLPi permet, grâce à son article 4 et un jeu subtil de dérogations au Code de l’environnement, d’éclairer les publicités la nuit.

Oui, grâce au RLPi, ce ne sont pas seulement les écrans numériques qui vont pulluler, ce sont les panneaux éclairés qui vont pousser comme des champignons, à raison de 1 tous les 50 mètres.

Oui, le RLPi a été écrit pour et par les vendeurs de luminaires !

On est à Perpignan, faut pas oublier.

 

Hélas, pour le lobby des luminaires, des citoyens, conscients du problème, se mobilisent pour s’opposer au RLPi.

Et, autour d’associations comme Alternatiba 66 et de collectifs comme le Pacte pour la Transition (collectif de Toulouges), ils organisent la réponse à la communauté urbaine.

Et donc, le mardi 12 octobre, à 18h30, au cinéma de Toulouges (à l’étage de la salle des fêtes, place Louis Esparre), se tiendront une réunion publique d’information sur le RLPi, sur l’impact de la publicité et, d’abord et avant tout, sur comment lutter.

N’hésitez pas à venir !

Règlement Local de Publicité intercommunal (RLPi)
Article 5
Par ailleurs, toute publicité ou préenseigne est interdite en agglomération aux abords
de la Têt à Perpignan excepté sur le mobilier urbain où la surface de la publicité ou
préenseigne ne peut excéder 2 mètres carrés. Cette zone est délimitée sur les
annexes graphiques.
Le RLPi interdit donc de poser des enseignes et autres panneaux publicitaire au bord de la Têt, mais seulement en agglomération.
La carte, page 119 des annexes, montre la zone où l’interdiction s’applique.
En pratique cette interdiction ne concerne que la voie sur berges (la D900a). Le reste des berges de la Têt, de Canet à Saint-Feliu, n’est pas soumis à cette interdiction.
Deux observations à ce sujet.
D’abord, la loi interdit déjà d’installer des panneaux publicitaires le long des voies rapides. D’un strict point de vue juridique, l’article 5 n’apporte rien.
Ensuite, les voies le long de la Têt, notamment la piste cyclable reliant Perpignan à Bompas, pourront, dans l’absolu, recevoir des enseignes de petits formats.
Pour rendre cet article à peu près acceptable, il suffirait de supprimer le « en agglomération ».
Mais sans une forte mobilisation citoyenne, cela n’arrivera pas.
Vous savez ce qu’il vous reste à faire !
Règlement Local de Publicité intercommunal : quand le lobby des luminaires fait la loi! interview Laurette Naranjo par Nicolas Caudeville, article Philippe Poisse
Partager cet article
Repost0
10 octobre 2021 7 10 /10 /octobre /2021 21:39

ÉDITORIAL 2021

Des femmes et des hommes debout https://www.cinemas-carmaux.fr/festivals/

L’an dernier nous étions dans l’urgence, cette année le festival peut se poser un peu pour retrouver ses fondamentaux : diversité géographique des films, place faite aux films patrimoniaux, une variété des sujets entre fiction et documentaires, encore que souvent la frontière en soit ténue et poreuse.Certes encore une fois les films français sont les plus nombreux, mais c’est la conséquence d’une production qui entend faire la part belle aux phénomènes sociaux avec une audace qui n’exclue pas l’humour, faire devant cet état de fait la grimace serait imbécile et comme nous ne le sommes pas, enfin on l’espère...Pour les cinématographies d’ailleurs, on a fait le choix de privilégier le cinéma russe et soviétique pour jouer la double carte du passé et du présent, de donner à voir un regard américain et un regard belge http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/tag/jan%20bucquoy/, sans oublier, si le film est français, un parcours catalan http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2019/05/jordi-vidal-etait-en-direct-de-l-ubu-cafe-pour-une-conference-sur-son-oeuvre-et-repondais-au-public-nombreux-qui-etait-la-pour-lui-p

.Pour les films de patrimoine nous avons visé haut avec La nouvelle Babylone (1929), un des rares films tournés sur La Commune, pour son 150ème anniversaire on ne pouvait faire mieux, d’autant que le film sera présenté avec un accompagnement musical et une boisson légère. Haut encore, avec La Grève d’Eisenstein (1924) qui entrera en résonnance avec Chers Camarades (2020), fim récent d’Andrey Konchalovsky. Exceptionnelle sera la projection de Fermeture de l’usine Renault à Vilvoorde (1997), un doc comme on en fait peu où la fiction s’éclate, de Jan Bucquoy, réalisateur belge, scénariste de BD, artiste en tout genre, anarchiste, situationniste et au-delà, qui sera, pour le bonheur de chacun.e, des nôtres. Tous au Larzac (2011) éclairé par le récent Gardarem Lo Larzac est-il un film de patrimoine ? A tout le moins un film qui parle du nôtre tout comme le tout récent, et en avant-première, Nous dansons sur un volcan de Jordi Vidal, qui sera présent et qui est de la même trempe que Jan Bucquoy, pour poser cette question iconoclaste : "et si une danse identitaire, la sardane, n’était autre qu’une danse révolutionnaire ?". Ouvrir des horizons nouveaux rien de plus passionnant pour un festival.L’ensemble français récent tourne, COVID-19 oblige, même s’il n’est pas nécessairement mis en scène, en partie autour du soin hospitalier comme à la personne :Debout les femmes !, et si les enquêtes de l’Assemblée nationale servaient à quelque chose ? La fracture, vrais soignants et acteurs dans un hôpital, un soir de manif de Gilets jaunes et la question du genre. Ensuite, une autre partie de cet ensemble aborde les laissés pour compte. Si on chantait de Fabrice Maruca, une avant-première en sa présence, des licenciés qui se lancent dans la chanson, un film joyeux sur une situation qui ne l’est pas, une ouverture optimiste ; Gagarine, le devenir des banlieues rouges dans un rêve intersidéral, intelligent et subtil, la banlieue telle qu’on ne la voit que rarement ; Les deux Alfred, le monde d’à peine demain démonté par un film joyeux et tendre, comme un air de réalisme poétique des années 1930 ; De bas étage, les OS de la délinquance, tristesse de la condition ouvrière reflétée dans le vol ; Les sans-dents, avant-première avec Pascal Rabaté son réalisateur, à la marge des marges et une certaine idée de la dignité, sans paroles ni musique mais pas sans son, comme un parfum des audaces de Claude Faraldo dans Themroc, une conclusion du festival dans l’ouverture !Nomadland de Chloé Zhao, traite à l’américaine des mêmes sujets, dans ce film magnifique qui emprunte ses techniques au doc, la lutte des classes se transcende en un conglomérat de choix individuels, marqués de liens précaires au rythme d’une déambulation dans tous les états ou ses états. Une autre façon d’appréhender la précarité sans solution collective mais pas sans dignité. Relire Montaigne ? De quoi nourrir la discussion en tout cas.

 

Michel Cadé

Président du Festival

 

La sardane est elle une danse révolutionnaire, une danse solaire de toute éternité ou des faits sociaux culturels récupérés par une droite indépendantiste catalane. Le certain regard de l'essayiste critique Jordi Vidal et son producteur François BOUTONNET au Clap Ciné de Canet. Première sortie au cinéma Jaurés d'Argeles sur mer le 29 octobre pour les rencontres Cinémaginaires. Mais avant à Carmaux au festival du film social et ouvrier. https://www.cinemas-carmaux.fr/festivals/

https://www.cinemas-carmaux.fr/festivals/

Vidéo: Conférence de Presse Festival du Cinéma Social et Ouvrier 2021 de Carmaux avec Jan Bucquoy, Jordi Vidal et
Vidéo: Conférence de Presse Festival du Cinéma Social et Ouvrier 2021 de Carmaux avec Jan Bucquoy, Jordi Vidal et
Vidéo: Conférence de Presse Festival du Cinéma Social et Ouvrier 2021 de Carmaux avec Jan Bucquoy, Jordi Vidal et
Vidéo: Conférence de Presse Festival du Cinéma Social et Ouvrier 2021 de Carmaux avec Jan Bucquoy, Jordi Vidal et
Vidéo: Conférence de Presse Festival du Cinéma Social et Ouvrier 2021 de Carmaux avec Jan Bucquoy, Jordi Vidal et
Vidéo: Conférence de Presse Festival du Cinéma Social et Ouvrier 2021 de Carmaux avec Jan Bucquoy, Jordi Vidal et
Vidéo: Conférence de Presse Festival du Cinéma Social et Ouvrier 2021 de Carmaux avec Jan Bucquoy, Jordi Vidal et
Vidéo: Conférence de Presse Festival du Cinéma Social et Ouvrier 2021 de Carmaux avec Jan Bucquoy, Jordi Vidal et

Voir aussi:

 

Covid19 / Occitanie: quel futur pour la culture en région? La réponse du président de la commission culture Serge Regourd, interview par Nicolas Caudeville

http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2020/10/covid19/occitanie-quel-futur-pour-la-culture-en-region-la-reponse-du-president-du-president-de-la-commission-culture-serge-regourd-i

 

Cinéma / Carmaux: il reste une humanité dans la patrie de Jaurés: le festival du film social et ouvriers! interviews,photos et reportages par Nicolas Caudeville

http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2020/10/cinema/carmaux-il-reste-une-humanite-dans-la-patrie-de-jaures-le-festival-du-film-social-et-ouvriers-interviews-photos-et-reportages

 

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2021 5 08 /10 /octobre /2021 15:03

Bon, Loulou, on a bien compris, t’as un problème là. Un gros problème même.

On a bien compris que Jean-Marc Pujol et Olivier Amiel t’ont laissé un dossier mal monté, incohérent, totalement stupide par bien des aspects. En plus, sur les 130 millions d’euros que l’ANRU leur avaient accordé, ces deux incompétents notoires en ont dilapidé près de 60 millions. Et pour pas grand-chose, soyons honnêtes.

 

Mais, franchement, Loulou !, c’est pas parce que tu n’as pas d’idée sur la rénovation urbaine à Saint-Jacques, qu’il faut accuser tout le monde de tremper dans le trafic de drogue. Non, c’est pas sérieux. En plus de ne pas être opérationnel.

Bon, là je sens qu’une petite leçon de choses s’impose.

 

D’abord quand on est un élu d’extrême droite, on est légaliste, sinon le coup des « je vais repeindre les quartiers en Bleu Blanc Rouge » ça marche pas. Donc, mon petit Loulou, si tu as des dossiers, tu dois les transmettre au procureur de la République. Si t’as pas l’adresse, pas de soucis, tu me passes un coup de fil, et je t’emmène au tribunal, histoire de faire les papiers. En plus, tu verras, le quartier est sympa, et s’il fait beau, on pourra aller manger une glace en terrasse. J’invite !

Parce que, je te rappelle, que, au titre de l’article 16 du Code de procédure pénale, alinéa 1, les maires et les adjoints, ont la qualité d’officiers de police judiciaire, et que, à ce titre, vu l’article 40 du Code de procédure pénale, s’ils sont au courant de comportement délictueux ou criminels, ils sont « tenus d’en donner avis sans délai au procureur de la République ».

 

L’article 16 du Code de procédure pénale : https://www.legifrance.gouv.fr/codes/article_lc/LEGIARTI000038311874/

L’article 40 du Code de procédure pénale : https://www.legifrance.gouv.fr/codes/article_lc/LEGIARTI000006574933/

 

Ensuite, on a bien compris qui tu vises. Et pourquoi.

La communauté gitane te pose problème. Ça gueule fort, ça gigote, ça ne se laisse pas si facilement que ça acheter. Et les leaders sont coriaces.

Beaucoup plus que prévu.

Donc tu t’es lancé dans une campagne de décrédibilisation, à petit frais. Ce qui est un peu con, parce que t’as quand même 70 millions en banque, et que quitte à faire une campagne de propagande, autant y mettre les moyens. Et les formes.

Bon, on va pas se cacher derrière son petit doigt. Il est des gens à Saint-Jacques, qui ne sont pas parfaitement honnêtes. Certains ont pu, pour diverses raisons, y compris la drogue, avoir maille à partir avec la Justice. Mais de là à accuser tous les « chefs de clan » d’être « liés à un certains nombres de trafics », c’est abuser. Non, Loulou, il ne faut pas jeter l’assistant parlementaire avec l’eau bain, c’est bien connu. http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2021/09/video/perpignan-duel-a-st-jacques-entre-louis-aliot-et-le-gitan-nounours-par-philippe-poisse.html

 

Et puis, Loulou, tu sais que je t’aime bien, dans le fond, que j’ai envie de te voir réussir. Surtout que la" très climaticide" Agnès Langevine en veut à ton siège. Et ça, c’est pas du tout acceptable.

Pour réussir, il va bien falloir parler, voire négocier, avec tout le monde. C’est pas juste une histoire de démocratie, c’est surtout une histoire de pragmatisme. Tu peux pas virer les habitants de Saint-Jacques, Loulou, va falloir les prendre en compte dans le montage des projets.

D’ailleurs, dans le fond, négocier avec des dealers c’est pas tellement un problème. Regarde la place Rigaud, les beaux aménagements que ta municipalité a réalisés depuis un an, ils ne sont utiles que pour eux. La palissade pour rendre la caméra de vidéosurveillance aveugle et ainsi permettre de commettre différents trafics en toute impunité, c’est rudement malin.

Tous les trafiquants de la place te remercient chaudement. Certains ont même promis de voter pour toi en 2026. S’ils ne sont pas en taule, bien entendu.http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2021/09/perpignan/place-rigaud-precis-de-decomposition-ou-la-mite-de-sisyphe-par-nicolas-caudeville.html 

 

Donc, Loulou, tu arrêtes de taper comme ça, de façon puérile sur les gitans, qui ne sont pas pire que le reste de la population, tu t’entoures de gens compétents, je sais, dans le coin ça manque un peu ce genre d’individu, et tu bosses sérieusement. Tu verras, pour 2026, ça te sera grandement utile.

Et puis, n’oublie jamais, pour les doutes métaphysiques, les peines de cœur et les rétrocommissions je serais toujours là pour toi.

 

 

PS : en fait, je suis surtout là pour les rétrocommissions.

 

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2021 4 07 /10 /octobre /2021 14:57

"Où s’arrêtera l’ascension d’Éric Zemmour ? Alors que le polémiste n’a toujours pas officiellement déclaré sa candidature, il est désormais en bonne position pour se qualifier au second tour face à Emmanuel Macron, selon un sondage Harris Interactive publié par Challenges ce mercredi. Depuis le dernier sondage, il progresse de quatre points et enregistre 17 % des intentions de vote, devançant Marine Le Pen, la candidate du Rassemblement national (15 %, - 13 points depuis l’été)."https://www.lepoint.fr/politique/presidentielle-2022-un-sondage-qualifie-zemmour-au-second-tour-06-10-2021-2446523_20.php

 

"Dans ce maelström de pourriture, le commun des mortels était brisé, écrasé. Des hommes comme Max, Max le guerrier. Dans le rugissement d'un moteur, il avait tout perdu... Et il devint un homme vidé, consumé, ravagé, un homme hanté par les démons de son passé, un homme qui errait sans but par les terres désolées." MadMax 2

Que laisse paraître en creux ce sondage: c'est que la droite dure, ou extrême ou la droite extra dure (c'est comme pour le pain de mi sans croûte, ou pas, chacun choisira selon ses goûts ! ) compte pour 32 %  des intentions (l'enfer en est pavé...) de vote! Faut-il s'en émouvoir ?

Le problème de la démocratie, c'est qu'il faut laisser choisir entre tous les candidats la plupart des autres, même s'ils nous semblent mauvais (comme pour les paquets de cigarettes, il faudrait mettre un mot de prévention et une image dégueulasse sur les bulletins de votes de "certains" candidats #çaveutdirequoidégeulasse?) ! 

Dans ce maelström, l'homme qui pourrait bien survivre à tous ça et même en profiter, c'est le maire de Perpignan, Louis Aliot !   

C'est que l'un ou l'autre de Marine ou d'Eric peuvent gagner s'il arrivent à se combiner après le second tour pour peu, que l'un fasse la Kurt échelle à l'autre et hop...

Là, Louis Aliot ne sera pas obligé de choisir entre Papa ou Maman. Il sera comme Clint Eastwood dans "Pour une poignée de Collard !" : "Les baxters d'un coté et les Rodos de l'autre. Et moi au milieu..."https://www.youtube.com/watch?v=aBmcIKDW5D8

Il ferait un bon premier ministrable pour les 2. 

C'est se qu'entrevoit les yeux pleins de lumières son épouse et ses courtisans !

Et là encore, que découle-t-il en creux de cette équation ? Ils seront plus près du pouvoir et de ses hochets. Que de merveilleuses photos Facebook ou Instagram ne pourront-il faire? Ils pourront comme on dit dans le métier : "oser Joséphine et ses beaux harnais !".

Marcher sur l'eau, éviter les péages. Juste faire hennir, les chevaux du plaisir...osez, osez l'imaginez.https://www.youtube.com/watch?v=MaIDRUp2Luo

Et puis à la question de Laurent Fabius, pour Ségolène Royale? "Qui gardera les gosses? À savoir la mairie de Perpignan...Pas "Vivagel bien sûrs", mais le sémillant André Bonet. Qui d'autre ? En tout cas, lui, ni pense pas qu'en se rasant!

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2021 2 05 /10 /octobre /2021 13:37

Cette histoire se déroule au dernier conseil municipal

 

Le basket c’est sympa, moins que la pétanque, mais c’est sympa quand même. D’ailleurs, Loulou Aliot, quand on lui demande son avis, dit toujours « c’est un joli sport ». C’est dire si ça plaît aux gens.

Sauf qu’à Perpignan, l’ancien club avait beau s’appeler l’Étoile Sportive Basket Perpignanais, ça ne brillait pas des masses.

L’ancienne direction était surtout connue pour des histoires de rifles, pas franchement légales, pour des tensions violentes avec la fédération nationale, et une disparition prématurée. Faut dire que l’Étoile c’était la tentative de reprendre le Basket Catalan Perpignan Méditerranée, qui avait subi une liquidation judiciaire en 2015, avec sanction sportive à la clé.https://www.lindependant.fr/2016/04/01/rifles-du-perpignan-basket-prison-ferme-requise-contre-patrick-esteban,2178431.php

 

S’en sont suivies 6 années mouvementées, se clôturant fin 2020 par la décision radicale de Loulou de stopper les frais en expulsant l’Étoile des locaux que la mairie lui mettait à disposition.

 

Au début, naïfs que nous étions, on s’était dit que Loulou il voulait juste faire chier Pujol et sa compagne, Fatima Dahine, ancienne joueuse professionnelle au sein du club de Perpignan.

C’est clair, on était naïf.

D’abord parce que Loulou a eu le soutient de la fédération française de basket-ball. C’est dire si sur le coup il a réfléchi, ce qui lui arrivera rarement, faut reconnaître.

Ensuite, parce que Loulou il a remonté un club, tout seul avec ses petits bras. Et pour être sûr d’avoir des gens « honnêtes » à sa tête, il a pris des gars qui sont pas du coin. Des fois, il peut être malin Loulou.

 

Sauf qu’un club, ça coûte des sous, plein de sous, et qu’au démarrage, en général, les responsables sont fauchés comme les blés. Donc, en septembre 2021, la municipalité a voté une subvention de 50 000 € pour la saison 2021-2022. Vous me direz, et vous aurez raison, vu ce que certains sports touchent, c’est pas beaucoup.

 

Et c’est là que Fatima Dahine s’est, subitement, découvert une passion pour la défense des finances. Pour quelqu’un qui a participé pendant plus de dix à la gestion de la ville c’est surprenant.

 

Fatima, tentant de prendre la balle au rebond (je sais, là, la blague elle est nulle), tacle la municipalité au motif qu’une subvention de 50 % du budget prévisionnel c’est « du jamais vu ». En effet, l’association Perpignan Basket Catalan a présenté un budget de 102 000 € pour la saison à venir.

 

Et là, la réponse ne se fit pas attendre !

 

Comme l’a rappelé Sébastien Ménard, adjoint au sport, pour la saison 2015-2016, la subvention que cette brave Fatima avait fait voter en faveur de l’Étoile était de 70 000 €, pour un budget de 112 000 €. Et pour la saison suivante ce fut la même chose.

C’est alors, que, niant son Alzheimer précoce, cette pauvre Fatima s’emporta en accusant Sébastien Ménard de « communiquer sur des faux ». On notera que l’accusation est assez grave.

 

Alors, à l’Archipel contre attaque, comme on a peur de rien, et du temps libre, on est allé vérifier les bilans de la mairie pour 2015, 2016 et 2017. Les documents étant en ligne, on a même pas eu besoin de prendre une douche et de sortir dans la rue. C’est dire si on est doué.

Et qu’a-t-on trouvé dans les tableaux des aides et subventions aux associations ?

Pour 2015 une subvention de 20 000 €.

Pour 2016 une subvention de 50 000 €.

Pour 2017 une subvention de 70 000 €.

 

Vous pouvez voir le détail a cette adresse :

https://www.mairie-perpignan.fr/municipalite/finance

 

Alors oui, on est d’extrême gauche, en plus d’être gauche, et on n’aime pas l’extrême droite, mais sur le coup faut reconnaître que Fatima raconte n’importe quoi. Bon, c’est pas une surprise non plus. Ça fait plus de dix ans qu’elle est élue, on sait à quoi s’attendre.

On l’aime bien Fatima, c’est toujours sympa en soirée de raconter des blagues sur elle, surtout qu’elle se renouvelle tout le temps.

Mais on s’inquiète un peu quand même. Parce qu’à 48 ans, un Alzheimer précoce, ça pourrait nous gâcher le mandat !

Perpignan/Vidéo,Basket et subventions : Fatima Dahine souffrirait-elle d’Alzheimer ? par Philippe Poisse
Perpignan/Vidéo,Basket et subventions : Fatima Dahine souffrirait-elle d’Alzheimer ? par Philippe Poisse
Perpignan/Vidéo,Basket et subventions : Fatima Dahine souffrirait-elle d’Alzheimer ? par Philippe Poisse
Partager cet article
Repost0
4 octobre 2021 1 04 /10 /octobre /2021 16:33
C'est ignoblemais je vis de ce métier, moi comme cent autres ! Ne croyez pas le monde politique beaucoup plus beau que ce monde littéraire : tout dans ces deux mondes est corruptionchaque homme y est ou corrupteur ou corrompu.

Illusions perdues (1837-1843) de 

à l'occasion de la sortie du film "Les illusions perdues" au cinéma, adaptation du roman, tiré de la "comédie humaine" d'Honoré de Balzac https://fr.wikipedia.org/wiki/Illusions_perdues: il est bon de réinterroger  le journalisme aujourd'hui . Le journalisme est à la démocratie moderne, à ce qu'était le théâtre pour la démocratie à Athènes https://fr.wikipedia.org/wiki/Athènes : un pilier. Enfin, il est un pilier de la démocratie en ce qu'il exerce de manière impartiale (pas objective, parce qu'à partir du moment où l'humain est là, l'objectivité est impossible !) sa fonction d'informer ses "lecteurs" .

Ce n'est pas le support qui fait la qualité de l'information, mais le niveau culturel du journaliste, qu'il est fait son instruction par le chemin de l'école ou de sa version buissonnière. Ainsi, il faut se défier du nouveau terme qui veut remplacer l'historique terme de journaliste par celui de "producteur de contenu". Le glissement sémantique est important. Tant pour le journaliste qui s’apprêterait à cette transition que pour le lecteur qui a peut-être vraiment besoins d'être informé et pas de consommer du contenu...

Quel est le moyen de financier une presse indépendante?

La publicité est-elle un poids dans la ligne éditoriale (la publicité, c'est l'angle mort de la liberté de la presse) ?  Quel poids des collectivités territoriales dans la représentation journalistique? Pourquoi le désamour de la presse? "Un club de la presse et des communicants" est-il un moyen de brouiller le message pour le public, inscrivant toutes émanations comme du publireportage? 

C'est question seront posées au cours de la soirée pour l'avant première au clap's ciné de Canet le 14 octobre prochain à 20 heure, en partenariat avec la librairie Torcatis de Perpignan http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2021/08/video-conference-sur-l-etat-et-l-histoire-de-la-presse-locale-au-clap-cine-de-canet.html

 

Lucien est un jeune poète inconnu dans la France du XIXème siècle. Il a de grandes espérances et veut se forger un destin. Il quitte l'imprimerie familiale de sa province natale pour tenter sa chance à Paris, au bras de sa protectrice. Bientôt livré à lui-même dans la ville fabuleuse, le jeune homme va découvrir les coulisses d'un monde voué à la loi du profit et des faux-semblants. Une comédie humaine où tout s'achète et se vend, la littérature comme la presse, la politique comme les sentiments, les réputations comme les âmes. Il va aimer, il va souffrir, et survivre à ses illusions.
SEANCE EN PARTENARIAT AVEC LA LIBRAIRIE TORCATIS.
2 LIVRES DU CHEF D'OEUVRE DE BALZAC A GAGNER ! 

 

Soirée"Les illusions perdues" de presse au clap ciné de Canet ! par Nicolas Caudeville
Partager cet article
Repost0
24 septembre 2021 5 24 /09 /septembre /2021 08:21

"Tu connais pas ta force, barres toi pendant que tu te contrôles encore ! " https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Métamorphose_des_cloportes_(film)La métamorphose des cloportes https://www.youtube.com/watch?v=JPrYYc54nKs

Et soudain surgit face au vent mauvais de la déprime commercial du centre ville "un manager", "un développeur de centre vil " , une sorte de machine à cash, un génie du commerce venu du "carré d'or" (le centre commercial face à Carrefour route de Canet, qui semble ne s'être toujours pas réveillé. À la question est-ce que le carré dort? L'hypoténuse n'a toujours pas donné de réponse! ) http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2014/08/perpignan-commercants-du-centre-ville-la-manifestation-et-les-politiques-interview-bruno-delmas-par-nicolas-caudeville.html dont le journal l'indépendant brosse le portrait du pressenti : Stéphane Roussel créateur de l'agence SR immobilier, implantée au cours Palmarole à Perpignan. Sur le site de la société, l'expérience de "vingt ans dans la rénovation et l’immobilier d’investissement

https://www.lindependant.fr/2021/09/20/perpignan-un-cadre-du-carre-dor-pressenti-comme-futur-developpeur-du-centre-ville-9801494.php

Pourquoi on a pas mise sur le coup André Bonet , le monsieur "Je suis partout " de Louis Aliot ? Et que fait la maire de centre ville Isabelle Bertran, ou encore l'adjoint au commerce Frédéric Guillaumon . Eest-ce la punition (divine ?) pour ne pas avoir su résoudre l'énigme de la terrasse du restaurant "les 3 journées" ?

Jean Roure, Aliénor Ramounoulou et Véronique Souloy était en direct de la Terrasse du Figuier pour dénoncer une absurdité administrative faisant que le restaurant Les Trois Journées, situé place Baudoin de Bois Mortier, soit réduit à fermer parce qu'un décret municipal réduise sa terrasse à juste 2 tables. 2 tables ?, me dirait vous ?! Oui, parce 2 autres voisines commerçantes, une coiffeuse et une boutique de décoration revendique d'avoir aussi la leure (pendant le confinement la boutique de décoration à obtenu par la mairie d'avoir une licence pour faire du thé et du café à emporter). Vient de s'ouvrir un salon de thé qui lui aussi à besoin d'une terrasse. La logique voudrait que les commerces de bouche soient prioritaire sur la place. Mais pour le moment l'adjoint aux commerces de Perpignan, ne veut pas changer l'arrêté. Faudra-t-il pour lever l' absurdité que le maire Louis Aliot siffle la fin de la récréation ? En attendant, Jean Roure, le patron du restaurant le Figuier explique ce qu'oblige ce type de décision sur l'économie, le commerce et l'emploi pour un centre ville ravagé économiquement avant, pendant et après le Covid. Les 3 Journées ont 6 ans d'existence, une clientèle qui, c'est faite petit, une image. Le restaurant précédent tenu par l'excellent chef Sebastien Ausseil avait eu les mêmes problèmes avec les mêmes personnes. Il serait temps que la parole revienne au sens commun...

LE RESTAURANT EST DÉSORMAIS FERMÉ! Avec ce texte sur le facebook

 

"Chères clientes, chers clients, c'est avec tristesse que je vous annonce la fermeture momentanée du restaurant.
En effet, ma nouvelle demande de terrasse pour la fin de l'été et pour la période de Visa pour l'image a été refusée par la mairie.
Vous avez été nombreux à nous soutenir, notamment en signant la pétition, je vous en remercie, mais cela ne suffit malheureusement pas.
De plus, contrôler les clients pour le pass sanitaire ne me tente guère pour l'instant.
Je vous dis à bientôt, j'espère cet automne, dans notre charmante petite salle à l'étage.
D'ici là, portez-vous bien."
Partager cet article
Repost0
17 septembre 2021 5 17 /09 /septembre /2021 05:46

Certains matins, tu préférerais rester au lit. T’as trouvé une Bene Geserit https://www.youtube.com/watch?v=04aw2ymZedw pour te faire des massages thaïlandais, avec ses petits pieds. De toute façon la météo est pourrie, vaut mieux rester au chaud, à écouter des mantras.

Et puis le téléphone sonne.

– Salut Leto, c’est Shaddam IV à l’appareil. Ça te dirait d’aller sur Arrakis, histoire de récolter de l’épice ?

Évidemment, t’es pas réveillé, t’as pas eu tes deux thermos de café, t’as pas les yeux en face des trous, alors tu réponds :

– Bien sûr !

Et là, t’es bien dans la merde.

Parce qu’entre les Harkonnen et les Fremen, le coin, c’est pas jojo. Et puis le commerce interplanétaire, c’est un vrai métier.

Et de toute façon, pour paraphraser Homère et Simone Weil, le héros c’est juste un cadavre, traîné dans le sable, à l’arrière d’un char.

Si vous avez de la chance, vous serez mort avant d’avoir la gueule enfoncée dans la boue.

 

À Perpignan, on fait pas trop dans l’épice, mais on a des trucs à moissonner. Notamment dans l’immobilier. Et puis ici, les élus, les candidats aux élections, et toutes les choses qui gravitent autour, façon scathophagidae, n’ont ni idées ni programmes, juste des lubies. Alors Jean-Marc Pujol, en 2014, eut une lubie. Le retour de la faculté de Droit en centre-ville !

Le président de l’université d’alors, un beau gosse doublé d’un bolos, ne fut pas dur à convaincre. Jean-Marc Pujol n’eut qu’à lui dire : « je vire les Harkonnen et les Fremen, heu…, pardon, les habitants je voulais dire ; la mairie paye pour tout, y compris le ménage, pendant 99 ans ; et avec la gentrification, on va toucher gros. »

À la fac, tout le monde a trouvé l’idée géniale. Ils ne savaient juste pas pourquoi.

On est à Perpignan, après tout, la ville où plus c’est stupide, plus ça plaît à l’élite locale.

 

L’astuce résidait dans le fait que la mairie finançait le projet dans le cadre du Contrat de Ville et du NPNRU. En clair, le bousin coûte dans les 30 millions d’euros, mais la mairie ne participe au financement qu’à hauteur de 10 ou 15 %. L’ANRU finance le gros des dépenses.

La combine est simple, les partenaires publics payent les lubies du maire, et l’université peut frimer avec un campus tout neuf.

Sur le papier tout le monde y gagne.

Sur le papier seulement.

Parce que le Contrat de Ville et le NPNRU, c’est d’abord du social. Surtout à Saint-Jacques !

L’ANRU et l’État imposent des obligations en termes de politiques sociales.

Et là, ça coince.

Sérieusement !

 

De 2014 à 2020, le discours de la municipalité d’alors est passé d’un optimisme imbécile à la méthode Coué résignée. En 2014, lors de la campagne municipale, le retour en centre-ville allait sauver Perpignan. En 2015-2016, on déclarait que l’on allait mettre en place des partenariats avec les commerces, histoire que les étudiants y dépensent leur argent. En 2017 on affirmait que 10 millions ça n’était pas assez, alors on lança une Phase 2, en injectant 20 millions de plus. En 2018 on paniqua face à la révolte des habitants qui, de façon prévisible, réclamaient leurs parts, et, surtout, du respect. En 2019 et 2020, on en était rendu à des « une fois les travaux terminés, le quartier sera transformé et les conditions de vie s’amélioreront. »

Le duo Pujol/Amiel fut balayé en 2020 par les Sardaukars de Louis Aliot.

Louis Aliot repris alors le dossier, sans vraiment proposer de changements majeurs, faute de connaître la situation et d’avoir une vision claire pour la ville.

En août 2021, lors d’une réunion publique, houleuse, Louis Aliot finit par lâcher qu’il ne voyait pas comment le Campus Mailly pouvait avoir un effet social positif sur le quartier. L’absence de projet social, connu de tous les intervenants depuis 2016, était enfin assumée en public.

 

Si du côté de la mairie on assume un possible échec, on rappelle aussi que l’université doit mettre en œuvre des programmes d’actions sociales visant à favoriser l’intégration du Campus Mailly et de ses étudiants dans le quartier Saint-Jacques.

Interrogé, lors de sa conférence de presse de rentrée de septembre 2021, sur la question de l’action sociale en direction des habitants de Saint-Jacques, Yvan Auguet, le nouveau président de l’université, n’a pas su répondre sur le fond. Nous serons d’accord avec lui sur le fait qu’il est difficile de lancer des projets tant que les étudiants ne sont pas arrivés en ville. Mais le projet a été lancé en 2014 ; il a failli capoter en 2018 lorsque la tentative de démolition de l’îlot Puig, manquant

de provoquer des émeutes urbaines ; depuis 2019 les travaux de la Phase 2 sont en cours. Depuis plus de 7 ans personne n’a été capable de proposer quoi que ce soit pour répondre au premier et principal objectif qui a guidé ce projet à 30 millions d’euros : redynamiser le centre-ville !

 

Si l’incurie de la mairie de Perpignan ne surprend plus personne depuis bien longtemps, l’incapacité de réfléchir sur les problèmes sociaux locaux de l’université surprend encore. À croire que tous ces braves gens ont eu leurs diplômes dans des pochettes surprises.

 

Ouais, certains matins, faut rester au lit !

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2021 2 14 /09 /septembre /2021 20:48

 

"C'est une lente et funèbre progression qui mène le capitaine Marlow et son vieux rafiot rouillé, par les bras d'un tortueux fleuve-serpent, jusqu'au "cœur des ténèbres."
Kurtz l'y attend, comme une jeune fille endormie dans son château de broussailles. Ou comme Klamm, autre K., autre maître du château tout aussi ensorcelé de Kafka.
Éminemment moderne, le récit de Conrad, écrit en 1902, suscitera toutes les interprétations : violent réquisitoire contre le colonialisme, féconde représentation d'une libido tourmentée, rêverie métaphysique sur l'homme et la nature, chacun de puiser selon son désir dans ce texte d'une richesse et d'une portée sans limites. Car au bout du voyage, les ténèbres l'emportent.
L'illusion domine un monde où pulsions de mort, masques et travestissements ont stérilisé l'amour. Mais pas le rêve qui, par la magie de cette écriture inflexible, se lève et déploie ses splendeurs comme une brume aux échos incertains. Scarbo

Le récit, au fil de la remontée d'un fleuve en forme de serpent, nous entraîne dans une expédition au coeur du continent africain, peuplé de combattants invisibles et de trafiquants d'ivoire rongés par la fièvre. C'est l'un d'eux, M. Kurtz, que Marlow, le narrateur, est chargé par sa compagnie de ramener en Europe. Mais le responsable du comptoir perdu s'est " ensauvagé ", et les indigènes tentent de s'opposer à son départ..."
Source : Mille et une nuits

"Quand j'avais 4 ou 5 ans j'avais tendance à parler de « feux dentifrices », le mot « artifice » était trop dur à prononcer. Allez savoir pourquoi.

La municipalité a aussi son côté infantile. Elle aime les lumières colorées, les diodes qui clignotent dans le noir de la nuit.
Peut-être une peur infantile des ténèbres se cachent derrière cet étalage de couleurs et de lumières, qui sait ?

Alors certains diront, et ils auront raison, que la municipale est à peine plus puérile que moi.
Sauf que moi, quand j'étais petit, j'étais tout mignon." nous raconte Philippe poisse auteur de la photo mais pas de l'installation...

St jacques et la place Rigaud peuvent crever étouffés par sa faune venimeuse, ses trafics et ses montées de fièvres: ça n'empêche pas de dormir le bourgeois. Mais au bord de la Basse, une fée semble avoir posé sa baguette. Et c'est une féerie de couleurs et de lumière à déguster la nuit . Comme dans" l'invitation au voyage" de Baudelaire, "ici, tout est beauté, luxe, calme et volupté". Ici on entend peut-être pas les feux d'artifices des jeunes des "quartiers sensibles" (de ces quartiers, qui ont la poésie au cœur) . Ici, il n'y a pas feu,mais il y a artifices, il y a subterfuges, il y a masques. Ici, on montre pour mieux masquer, ce qu'il y a ailleurs et ce que l'instigatrice, marchande de couleurs pour l'occasion, veut ignorer: la misère, la crasse, la puanteur...Tout cela n'a pas sa place dans le petit royaume de la "petite équipe" : Alice, son chapelier fou, et un lapin blanc de circonstance https://www.youtube.com/watch?v=9c4jeaYEOuQ.

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2021 5 10 /09 /septembre /2021 12:16

On rend souvent hommage plus souvent pour se mettre en valeur soi-même, que pour célébrer les qualités de la personne à qui l'on rend hommage. C'est un moyen de s'attribuer les qualités de la personne. On reconnait sa vie comme exemplaire, exemple dont on est un peu le reflet (et dans un peu le reflet, il y surtout un peu: comme dans la composition de certains produits alimentaires, on signale "traces de fruits à coques"),  comme l'a fait récemment le président Macron aux invalides pour l'acteur Jean-Paul Belmondo : "Belmondo, c'est nous en mieux !" #jesuismagnifique https://www.youtube.com/watch?v=x_cAbeWqZwY

La mairie de Perpignan de Louis Aliot et de son premier adjoint André Bonet, aiment les hommages, qu'ils soient collatéraux ou pas . Ils se sont attaqués, à l'occasion de l’anniversaire de l'assassinat par les talibans à éloge du commandant Massoud, mais à leur manière pataude et brutale, et dans l'à peu prés habituelle. Il sont à la communication, ce que les impressionnistes sont à la peinture. Au lieu de mettre un grand portrait visible par tous sur le palais des congrès ou sur le Castillet http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2021/08/perpignan-hommage-collateral-au-commandant-massoud-l-infini-mis-a-la-portee-des-caniches-par-nicolas-caudeville.html,ils ratiocinent sur une petite bâche, comme pour masquer l'ancien balcon que l'ancien maire Jean-Paul Alduy avait fait détruire. Ils rajoutent cette phrase pleine d’enflure : "Partout dans le monde, Perpignan soutient les combattant de la liberté" 

Ben voyons, les 300 spartiates à la bataille des Thermopyles porter déjà un T-Shirt de la ville (avec déjà son logo "Perpignan la rayonnante", mais en grec, pour bien affirmer qu'il était des combattants de la liberté),

de même que Garibaldi libérant la Sicile, sous sa chemise rouge avait le fameux T-shirt (qu'il disait avoir reçu des mains d'Hightlander lui-même, l'immortel catalan) ,pendant la guerre d'Espagne sur le front de l'Ebre, la bataille de Madrid, le siége de Barcelone, les parachutages de T-shirts dans les maquis de la résistance en France, et évidemment, le jour du D Day en Normandie : j'en passe et des meilleurs...

Le pire, c'est que tout le monde s'en fout, parce que la plupart des gens ne savent pas qui est le commandant Massoud, ni le sous commandant Marcos #yabasta

Là encore, Louis Aliot n’innove pas et reprend les pantoufles de l'ancien maire Jean-Marc Pujol voir Perpignan,Municipales 2014: qui sont les otages que veut libérer Jean-Marc Pujol? http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/article-perpignan-municipales-2014-qui-sont-les-otages-que-veut-liberer-jean-marc-pujol-par-nicolas-caudev-115458778.html

Tout cela ne nous ramènera pas Jordi Barre et ne fera fuir les dealers de Perpignan. 

Plus sérieux sur le sujet la projection samedi prochain du documentaire Alberto Marquardt  https://fr.wikipedia.org/wiki/Alberto_Marquardt sur l'Afghanistan : "Afghanistan le prix de la vengeance"à 18h au Clap Ciné de Canet en présence du réalisateur...

 

Perpignan: la ligue du lol affiche le portrait du commandant Massoud et affirme que partout dans le monde: elle soutient les combattants de la liberté! par Nicolas Caudeville
Partager cet article
Repost0

Articles Récents