Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

23 décembre 2020 3 23 /12 /décembre /2020 16:14

 

Non, il ne s’agit pas d’Errol Flynn, alias Capitaine Blood, mais d’Effet Flynn https://fr.wikipedia.org/wiki/Effet_Flynn une étude de James.R Flynn professeur à l’Université d’Otago en Nouvelle Zélande qui montrait que le Quotient Intellectuel dans le monde était, depuis 1945 en constante évolution jusqu’à ce que, pâte à traque, l’effet (Flynn) s’inverse à partir de la fin des Années 1990, autrement dit qu’on devient de plus en plus con… enfin, pas n’importe où : presque exclusivement dans les pays développés (USA, Europe). Christophe Clavé « professeur de stratégie et management INSEEC SBE » en a fait une brillante mini-synthèse publiée sur des sites aussi palpitants que Témoignage Fiscal ou l’Agefi, Agence Économique et Financière. Comme quoi il y a toujours un hiatus là où on s’y attend vraiment pas (et tant mieux). J’ai même rencontré des stratèges heureux.
 

L’effet de Flynn du nom de son concepteur, a prévalu jusque dans les année 1960. Son principe est que le Quotient Intellectuel (QI) moyen ne cesse d’augmenter dans la population. Or depuis les années 1980, les chercheurs en sciences cognitives semblent partager le constat d’une inversion de l’effet Flynn, et d’une baisse du QI moyen.

La thèse est encore discutée et de nombreuses études sont en cours depuis près de quarante ans sans parvenir à apaiser le débat. Il semble bien que le niveau d’intelligence mesuré par les tests de QI diminue dans les pays les plus développés, et qu’une multitude de facteurs puissent en être la cause.

A cette baisse même contestée du niveau moyen d’intelligence s’ajoute l’appauvrissement du langage. Les études sont nombreuses qui démontrent le rétrécissement du champ lexical et un appauvrissement de la langue. Il ne s’agit pas seulement de la diminution du vocabulaire utilisé, mais aussi des subtilités de la langue qui permettent d’élaborer et de formuler une pensée complexe.

La disparition progressive des temps (subjonctif, passé simple, imparfait, formes composées du futur, participe passé…) donne lieu à une pensée au présent, limitée à l’instant, incapable de projections dans le temps. La généralisation du tutoiement, la disparition des majuscules et de la ponctuation sont autant de coups mortels portés à la subtilité de l’expression. Supprimer le mot «mademoiselle» est non seulement renoncer à l’esthétique d’un mot, mais également promouvoir l’idée qu’entre une petite fille et une femme il n’y a rien.

Moins de mots et moins de verbes conjugués c’est moins de capacités à exprimer les émotions et moins de possibilité d’élaborer une pensée.

Des études ont montré qu’une partie de la violence dans la sphère publique et privée provient directement de l’incapacité à mettre des mots sur les émotions.

Sans mots pour construire un raisonnement la pensée complexe est entravée, rendue impossible. Plus le langage est pauvre, moins la pensée existe.

L’histoire est riche d’exemples et les écrits sont nombreux de Georges Orwell dans 1984 à Ray Bradbury dans Fahrenheit 451 qui ont relaté comment les dictatures de toutes obédiences entravaient la pensée en réduisant et tordant le nombre et le sens des mots. Il n’y a pas de pensée critique sans pensée. Et il n’y a pas de pensée sans mots. Comment construire une pensée hypothético-déductive sans maîtrise du conditionnel? Comment envisager l’avenir sans conjugaison au futur? Comment appréhender une temporalité, une succession d’éléments dans le temps, qu’ils soient passés ou à venir, ainsi que leur durée relative, sans une langue qui fait la différence entre ce qui aurait pu être, ce qui a été, ce qui est, ce qui pourrait advenir, et ce qui sera après que ce qui pourrait advenir soit advenu? Si un cri de ralliement devait se faire entendre aujourd’hui, ce serait celui, adressé aux parents et aux enseignants: faites parler, lire et écrire vos enfants, vos élèves, vos étudiants.

Enseignez et pratiquez la langue dans ses formes les plus variées, même si elle semble compliquée, surtout si elle est compliquée. Parce que dans cet effort se trouve la liberté. Ceux qui expliquent à longueur de temps qu’il faut simplifier l’orthographe, purger la langue de ses «défauts», abolir les genres, les temps, les nuances, tout ce qui crée de la complexité sont les fossoyeurs de l’esprit humain. Il n’est pas de liberté sans exigences. Il n’est pas de beauté sans la pensée de la beauté.

 

Christophe Clavé* Professeur de stratégie & management INSEEC SBE
 
Partager cet article
Repost0
22 décembre 2020 2 22 /12 /décembre /2020 18:30
"L'égoïste s'attendrit à l'aspect d'un naufrage en songeant qu'il aurait pu se trouver sur le navire. »

"L'épanorthose, du grec ἐπανόρθωσις / epanorthosis, de orthos, est une figure de style qui consiste à corriger une affirmation jugée trop faible en y ajoutant une expression plus frappante et énergique. Elle appartient à la classe des corrections, proche de la palinodie."

"Une palinodie est la partie d'un texte — en général la conclusion — dans laquelle l'auteur révoque volontairement tout ce qu'il s'est efforcé de démontrer dans le développement. Cet effet est utilisé en littérature, théâtre ou poésie. Un texte entier est une palinodie s'il contredit un premier texte du même auteur."

Ce qui est courant, est vulgaire. Je crois que l'épanorthose est la chose la plus courante que je connaisse à Perpignan et en Catalogne Nord (après la guerre civile, oui, une guerre civile, c'est comme une guerre urbaine, c'est un conflit à coup de politesse... pour peu qu'on y rajoute "fort" : c'est une guerre fort civile, c'est une guerre fort urbaine, mais après vous !", "non, je n'en ferais rien". Après la guerre civile disais-je, on a séparé la Catalogne en deux parties,  nord et sud).

Est-ce des ce moment que le nord c'est emparé de l'épanorthose ? Etait-ce même là, un objectif de guerre, voire, même, un objectif de guerre principal ? En rouvrant les archives les historiens, tel Nicolas Lebourg, ou qui sait même Nicolas Marty, relateront les faits en la manière même où, ils se sont disposés. Peut-être même qu'à ce moment le cinéma saura arracher au passé cette histoire fabuleuse et lui rendre la puissance et la gloire d'alors.

Mais ne nous écartons pas du sujet, qu'il ne faudrait pas, par trop, étouffer ou étoffer, par des détails de mémorialistes aux rabais de feuilles de choux quotidiennes.

L'épanothose donc, faisait corps avec l'art de vivre d'ici (comme le rugby et la cargolade : la riz golade, étant une sorte de riz cuit sur des sarments ardents, comme la "galet" jade, etc). Revenir sur, le dit et le redit, en y rajoutant une couche, tout en prétendant ne s'être pas dédit. Et transformant à force de couches  le territoire en palimpseste ! Vous comprenez bien pourquoi la géographie semble ainsi réécrite et prend cette allure parcheminée.

J'espère, que dis-je ? Je suis sûr qu'on me rendra justice.

Je sens bien, qu'il n'est point temps pour ce type de révélation. Que vous prêtez plus l'oreille aux ragouts de petites cuisines, transformant nos vies en d'absurdes séquences pleines de Covid enfin démasquées, puisque sans fard ! Contrairement au lapin, qui lui est aveuglé par la vérité crue des phares d'une voiture. Ha, le voilà bien cuit.

L'histoire, si elle ne me donne pas Thor (parce que marteau, pas à travers), me rendra raison !

On ne nait jamais prophète en son pays, mais ce n'est pas parce que je suis né d'ailleurs, qu'on doive me discriminer ici ! Et c'est parce que les nords catalans, n'ont pas voulu m'intégrer dans leur épanorthose, que je ne ferais pas partie de leur histoire...

C'est dit, et je n'y reviendrai pas

 

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2020 6 19 /12 /décembre /2020 23:21
 
"L’écharpe tricolore, l’attribut arboré par les maires et les parlementaires, un symbole de notre république
L’écharpe tricolore fait partie de notre patrimoine culturel et politique. Elle est un des accessoires du costume officiel des élus communaux (maire, adjoints et conseillers municipaux) et des parlementaires à l’Assemblée nationale et au Sénat. Intéressons-nous à la fonction de cette écharpe particulière et hautement symbolique en matière d’autorité et de pouvoir dans la République Française."
 
"On veut trop être quelqu'un."
Henri Michaux Artiste, écrivain, Peintre, Poète (1899 - 1984)
 
Hier encore, il y avait une manifestation qui s'achevait place de la république à Perpignan, en l'occurrence celle-ci protestait contre le confinement des salles de spectacles et autres lieux de cultures. La manifestation était organisée par l'association des intermittents 66. Se sont rapprochés des discoureurs, une bande d'élus en écharpe"bleu, blanc, rouge". L'après-midi avait été occupée par 3 manifestations dans l'ambiance du moment :  les gens du spectacle et l'interdiction d'ouvrir leurs lieux, ceux contre la loi dite de "sécurité globale" avec ses articles ambigus 23 et 24, et celle des papiers pour les sans papiers...
 
On y pas vu le maire de Perpignan Louis Aliot! Alors que pour celles des commerçants, il était présent...
 
Que ce soit parce qu'il ne croit pas à la culture, et à ses lieux de dévotion. Ou parce que la culture soit dévolue irrémédiablement aux gauchistes et autres bolchéviques, et que s'y rendre serait un moyen de ne prendre que des crachats(ce qui en période de COVID-19 et en l'absence de vaccin serait une provocation). Toujours est-il qu'il y a envoyé ses suivants (à moins qu'ils s'y soient auto-envoyés ? C’est le syndicat d'initiative de la ville qui pourrait nous répondre.) Et voilà qu'ils sont avec leurs écharpes pour signifier que les notables de la ville soutiennent la manif des saltimbanques (dans saltimbanques, il y a banque, mais il y a surtout saltim) .
 
La question est celle-ci :
Trois robinets coulent dans un même bassin.
Le premier peut le remplir (seul) en 3 heures.
Le deuxième en 2 h 30 minutes.
Le troisième en 5 heures.
 
1) Si on les fait couler ensemble, quelle fraction du bassin auront-ils remplie en une heure ?
 
2) Sachant que la quantité d'eau déversée dans le bassin est alors de 2 800 litres, quelle est la contenance totale du bassin (en litres)?
 
3) Le bassin a la forme d'un pavé droit.
Sachant que sa hauteur est de 1 m, et que la longueur de sa base mesure 2 m , trouvez sa largeur.
 
Et là, vous me direz, "mais quel est le rapport avec la choucroute ?
 
Je vous répondrai, qu'avec la choucroute, aucun rapport, mais il en va de même pour la mise en scène de l'égo des élus avec leurs écharpes gonflées. Ils ont le droit de porter parce qu'ils sont élus, les désignant comme officiers de justice et d'état civil, mais pas à toutes occasions publiques, mais pas en toutes circonstances.
 
Cette après-midi, célébrait-on un mariage ? Que nenni ! 
 
Alors pourquoi cet exhibitionnisme cocardier ? Ceux-là, avaient-ils préalablement investi dans un AMAC ? Un partenariat "gagnant/gagnant" entre les collectivités territoriales et les artistes,  pour le maintien d'une culture artistique ou une de proximité en France, un partenariat de proximité entre un groupe de consommateurs et une exploitation locale, débouchant sur un partage de récolte régulier composé des produits des intermittents du spectacle.
 
La dernière fois qu'on les vit, ce fut pour la promotion d'un festival organisé par une des filiales de Vincent Bolloré "Live au Campo",
 
Alors, il y eut des râleries sur "la présence des fachos". Mais, ce n'est pas l'origine politique qui est problématique dans ce cas. Tout le monde à droit de défendre les arts, même si le prisme fait, qu'on ne peut pas aimer simultanément "Germania" et "l'art dégénéré".
 
Non, c'est que les représentants, n'ont rien proposé non plus aux problèmes du monde artistique local.
 
Ils sont arrivés avec la posture de la phrase de Jean Cocteau : "Ces mystères nous échappent : feignons d'en être les organisateurs !" Bref, ils veulent avoir la publicité du mécène: sans verser un liard !  Ils ne feront pas plus demain qu'hier.
Ils avaient juste envie de faire monstration de leurs écharpes tricolores comme des coqs leurs ergots...
 
Partager cet article
Repost0
19 décembre 2020 6 19 /12 /décembre /2020 16:15
 
- c'est pas un jeu. [Tom Bishop] - mais si c'est un jeu sérieux et dangereux où tu n'as pas le droit de perdre. [Nathan Muir]
Réplique de Spy Game, Jeux D'espions
 

"RED: Votre technique des claquements de langue a beau être impressionnante, vous savez comme moi, qu'éviter de se prendre un réverbère est très différent d'éviter de se prendre une balle en pleine tête."

The Blacklist saison 4 (épisode 1)

 
Salut petit Frantsouz ! Bah, ça faisait des lunes que je ne t’avais donné de mes nouvelles. Je me suis fait rattraper par cette vie émolliente sur l’île. Tu sais, le Russien, est parfois un gros paresseux, relis Oblomov de Gontcharov. Eh puis, j’ai été débordé de taf.
 
Figure-toi que Vova Blondin m’a confié une mission un peu spéciale mais je ne peux pas t’en parler pour l’instant. En fait, Vova Blondin est déçu de l’échec de l’empoisonnement de son opposant fétiche, Navalny, et par la publications récentes des photos des enfants de Felix et il souhaite travailler durablement sur la France.
 
Tout ça va passer par le recrutement et la manipulation d’agents que Vova Blondin souhaite très haut placés, un vrai métier d’espion, à ma hauteur, va me fallloir du flouze et de jolies petites pépées !
 
J’ai tout de même objecter que Mikron l’avait invité dans son castel de Brégançon en 2019, mais il m’a dit qu’il n’en avait cure et qu’il en avait assez de ces Frantsouzy qui promettent la lune et au final, tu as peau de zob. Esprit de Brégançon, es-tu là demandent les maîtres spirites Frantsouzy, Mikron et El Driano. Réponse : non, va f ancullo ! A chacun ses intérêts…
 
Mazette, quelle année ! Et tout ça à cause d’amateurs bridés de bonne chair. Le pangolin, un délice, c’est connu, y en a chez Fauchon et à la Grande Épicerie du Bon Marché ! Et patatras, l’économie mondiale qui boit le bouillon.
 
Forts, les Chinois ! En bon révolutionnaire, je pratique le défaitisme révolutionnaire et donc, je me réjouis d’avance des queues de chômeurs qui s’annoncent en 2021 et du mal-être généralisé. La conscience de classes devrait s’aiguiser… C’est bon pour mon business tout ça. Vivement le grand badaboum ! C’est pour bientôt, ton pays est le maillon faible.
 
Avec cette crise, une fois de plus, ton président, ton mini Führer Mikron s’est illustré. Ce discours, le 17 mars, « nous sommes en guerre ! ».
 
Je me suis bidonné comme jamais, quel talent comique ! Le mec met l’économie et la société de son pays à genoux, tout ça pour protéger des vieux, remarque, sociologiquement, le vieux, le retraité aisé, c’est un peu son électorat, c’est normal qu’il en prenne soin et puis, en plus, y a maman Brigitte… Tu as vu, toutes les décisions sont prises par des vieux dans ton pays, regarde le Delfraissy, quel âge ? 72 ans ! Castex ?
 
Les Frantsouzy acceptent donc de recevoir des ordres du maire de Prrrrrades !!
 
Mais quand même, dire « nous sommes en guerre », le mec a pas honte. Le Russien, il sait ce que c’est que la guerre. Le blocus de Leningrad, ça te parle ? Non, évidemment, tu es tellement con que tu mérites ce qu’il t’arrive et le dirigeant qui vont avec. Ben, le blocus de Leningrad a duré 900 jours, de 1941 à 1944. Les gens n’avaient plus rien à crougnoter, ils bouffaient même les cadavres. C’est la guerre, dans toute sa vérité, avec des choses que se font es gens, pas jolies jolies. Pas comme ta guerre à toi, avec Netflix, PornHub et Deliveroo…
 
Et à propos de guerre, tu demanderas aux Arméniens, ce qu’ils en pensent, non ?
 
Bizarre, j’ai pas beaucoup vu ton pays prendre position dans le conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Le Frantsouz s’est fait aussi discret qu’un parfum Hermès. Le truc était prévisible. Simple, les Azerbaïdjanais ont commencé à gagner un pognon de dingue dès que leur oléoduc et gazoduc vers la Turquie sont entrés en service en 2005. Après, c’est simple, ils ont fait leurs courses dans des pays peu scrupuleux sur les ventes d’armes et qui ont une vraie expertise, j’ai nommé le divin et magnifique État d’Israël, dont je suis un fervent admirateur, surtout vu les réussites de leur Mossad, mais ce n’est pas le sujet.
 
Les Arméniens, pendant ce temps, croyant que la logique du vainqueur était de leur côté ont continué à occuper le Haut Karabakh, peuplé majoritairement d’Arméniens, mais en plus quelques territoires occupés, que les Azerbaïdjanais n’avaient de cesse de réclamer par voie diplomatique. Sans résultat, ils ont décidé d’y aller aider par le Grand Truc, la Sublime Porte, et quelques mercenaires venus en Syrie, tu sais, the famous bandits en babouches.
 
Houla, Vova Blondin, il a pas aimé ça, en plus, c’est pas loin de chez lui… Y a plein de gens de par chez toi et des Arméniens, qui croyaient que Vova Blondin allait intervenir, au nom de la défense de la chrétienté face à l’envahisseur musulman. Quelle erreur, quelle ignorance de la realpolitik ! Vova Blondin s’est dit que cette guerre était une opportunité pour déstabiliser le premier ministre arménien, arrivé au pouvoir par la rue. Et ça, les mecs qui y arrivent comme ça, Vova Blondin, il aime pas… Et le bonhomme est effectivement mal. Il a été contraint d’accepter le cessez le feu made in Russia, parce que le boss dans le Caucase, qui est notre étranger proche, c’est pas toi, c’est pas le Teuton ou le CainCain, c’est le Russien ! C’est la géographie et l’histoire qui parlent, n’essaie pas de te hausser au niveau, tu es un nain !
 
Ah, je suis mort de rire, tu as vu qui l’allié CainCain a mis en une du très sérieux Time, Assa Traore !!
 
Incroyable comme les CainCains te chient dans les bottes et soutiennent ta délinquance maison, parce que la famille Traore, c’est une grande famille de délinquants et de poètes, c’est pas vraiment des Leonardo da Vinci, si tu vois ce que je veux dire. Des gens comme ça en Russie, à l’heure qu’il est, ils seraient en colonie pénitentiaire. Tiens, à propos de colonie pénitentiaire en Russie, regarde un peu le livre Zona, de Carl de Keyzer, photographe Magnum, tu te feras une idée. Petit Frantsouz, à mon avis, tu vas finir par être le cocu de l’Histoire.
 
Aaaaaaah, c’est l’heure de mon ouzo, après plage, après ouzo, après poulpe grillé, après Natacha, après Olga, après Ilona…
 
Quelle santé à mon âge, quelle vie ! C’est l’élan vital nietzschéen. Mais je reste le moine soldat que j’ai toujours été, l’ascète. C’est le secret de la longévité, se dépendre des plaisirs terrestres, prendre de la hauteur. Petit conseil lecture avant de se dire au revoir et te laisser baigner dans ta médiocrité avec tes dirigeants, tes bons bergers. Je t’ai parlé de guerre, relis donc Vie et destin et Pour une juste cause de Vassili Grossman, tu comprendras des choses.
Partager cet article
Repost0
17 décembre 2020 4 17 /12 /décembre /2020 15:27
 
Le Jardin des délices est une peinture à l'huile sur bois du peintre néerlandais Jérôme Bosch, appartenant à la période des primitifs flamands.

"Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté."

L'invitation au voyage  Charles Baudelaire

Salut, tu fais quoi pour les fêtes ? Le ski, c’est pas possible mais c’est normal parce qu’Emmanuel notre dieu-qui-guérit, il prend soin de nous, c’est son premier souci, notre bien-être.
Vraiment, un mec sympa ! Perso, j’irai passer deux semaines au Maldives et peut-être que je vais y rester, tu sais, le télétravail a ouvert l’espace des possibles. Et toi, tu fais quoi ?
 
Allez, raconte que je me marre en sirotant mon rhum haïtien Barbencourt, 15 ans d’âge… Haïti, quelle misère tout de même, ça devrait te rassurer par rapport à ton sort, y a des gens qui n’ont vraiment pas de chances mais ils ont de ces gueuses, callipyges, miam ! Si t’as ce genre de culs à Perpignan, j’arrive tout de suite ! Et la vie à Haïti
n’y est pas chère, diable, ça ressemble de plus en plus à Perpignan, et leurs vies ne valent pas grand-chose aussi. Je dis pas ça parce qu’ils sont noirs, je dis ça parce qu’ils sont pauvres.
 
Perso, je comprends pas pourquoi les gens font la gueule en ce moment. Tu les écoutes, ils te disent que 2021 va être apocalyptique avec tout plein de chômeurs et de pôôôôôvres.
 
Eh les mecs, fallait faire comme moi, Sciences Po (attention, pas à Lille ou à Rennes, à Paris, merde, le vrai Sciences Po) et HEC. Franchement, en ce moment dans les M& A (mergers and acquisition, ah zut, tu parles pas anglais, donc les fusacs, ah, tu comprends toujours pas, c’est fusion-acquisition), on ne débande pas, ça crache du feu de dieu ! Je me fais un pognon de dingue en quelques clics et calls. Le bonus tombe,
ça ressemble à un bombardement chirurgical américain, je ne me suis jamais aussi bien porté.
 
Et quand tu sors, les mecs font la gueule, je supporte pas.
 
Mais tas de branleurs, même pas bon à devenir haut fonctionnaire parce que pour ça faut faire l’ENA, c’est-à-dire être bien né et avoir un peu de la culture de ton temps, faut te sortir le bras ! Faut te mettre à taffer, parce que sinon, t’auras rien, à peine un RSA et encore, ça, c’est parce qu’on est gentil avec toi. Il est temps que ce pays retrouve le goût de l’effort, du travail. Faut arrêter de demander la becquée à l’État, faut te prendre en charge, bouge, fais du sport ! Secoue ta mauvaise graisse de fonctionnaire dans l’âme ! Merde, ta seule ambition ne peut pas être de te trouver un planque au conseil départemental des Pyrénées-Orientales !! Tu serais Américain, tu serais mort, les Américains, ils aiment pas les loosers !
 
Allez, je te laisse, je vais m’ouvrir un nectar de Michel Couvreur, le Candid, un whisky légèrement tourbé, qui se mariera parfaitement avec mon Cohiba.
Ciao,
Partager cet article
Repost0
9 décembre 2020 3 09 /12 /décembre /2020 17:20
Êcole Espagnole (Début XIXème) - Mathusalem

 

Bonjour Nicolas, 

 

L’as-tu remarqué ? 

Nos anciens tombent. 

Mais ils ne « tombent pas métaphoriquement », comme l’aurait dit mon ami C. 

Ni de la lune, d’ailleurs.

« Il y a cent ans, ou bien une minute, 

J’ignore tout-à-fait ce que dura la chute, 

Nous vivions démasqués, libres et insouciants. »

Libre interprétation, je sais… Masque de mots. 

Pour sourire un peu et faire le bravache par-dessus la tristesse.

 

Nos anciens tombent.

Mais ils ne tombent pas, non plus, au sens épique, comme tombent les soldats au cœur de la mêlée : ils ne sont plus soldats. Plus même réservistes ; inaptes au service. Que sont-ils exactement sitôt qu’un simple câlin semble devoir les tuer plus efficacement qu’une balle ennemie ? Où sont-ils ? 

Question rhétorique : entre les quatre murs qui préfigurent nos quatre planches à tous. 

A propos, Nicolas, sais-tu pourquoi on dit quatre quand il y en a six ?

 

Nos anciens tombent et…

Juste avant les six planches, et… 

Pour en reculer l’échéance, nous leur offrons une fin de vie préservée et…

« Privée de tout contact direct et prolongé avec d’autres dangereux humains » et…

Pendant que leurs descendants réapprennent difficilement la servitude, il semblerait qu’on les ait mis en conserve

Déjà en boîte en somme. 

Mais non, Nicolas, concentre-toi un peu, pas en boîte de nuit… En gérontothèque.

Point de danse, point de musique, point de contact… 

La gérontothèque, c’est une boîte-avec-la-télévision-pour-ne-pas-être-tout-à-fait-seul.

Memento, Nicolas : c’est un post coitum.

 

Et nos tristes anciens tombent.

Entre leurs murs, tout bonnement, au sens commun et redoutablement individuel, un peu partout, ici ou là : dans les escaliers, dans la douche, au lever, au coucher… 

Ils chutent physiquement. 

Souvent seul, comme d'insignifiantes poussières de météorites.

Je crois que c’est là qu’il convient, Nicolas, d’évoquer la gravité de la situation : ceux qui appartiennent sans doute à la génération qui aura vécu le plus longtemps semblent devoir subir le supplice des vestales, qui fait oublier leur enviable longévité. Je sais, Bestiole n’est pas membre du club très fermé des Historiens de l’Avenir. Bestiole ne devrait pas parler en spécialiste. Bestiole se tait.

 

Mais il pleut des anciens et Bestiole s’inquiète. 

Elle sait les malheurs des souffrances secrètes.

C’est qu’on ne marche plus entre ses quatre murs : 

Les muscles s’amollissent, le pas n’est plus sûr,

On mange sans fin, on s’ennuie, on s’habitue… 

On tombe, on casse, et puis… On ne se lève plus. 

 

Vale, Nicolas, 

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2020 2 08 /12 /décembre /2020 23:23

La métalepse (du grec μετάληψις metalêpsis : « changement, échange ») est une figure de style qui consiste à substituer la cause pour la conséquence. Par exemple, l'expression « Il a perdu sa langue » (le mot « langue » renvoyant en réalité à la « parole ») est une métalepse. Elle constitue donc une substitution d'un mot par un autre, en raison du rapport qui existe entre les deux choses qu'ils désignent, le cas échéant le rapport de cause à conséquence ; la métalepse est donc un type de métonymie.

Littéraire
A. − Querelle de mots ; dispute dont l'origine repose sur l'acception légèrement différente que l'on attribue aux mêmes mots. Cette question est une pure logomachie. Il y a beaucoup de discussions qui ne roulent que sur une logomachie (Ac.). Les guerres ne roulent pas sur des disputes de mots : j'en dis autant des autres querelles, des querelles théologiques et des querelles scientifiques, dont on méconnaît la profondeur et l'importance quand on les résout en de pures logomachies (Cousin, Hist. philos. mod., t. 3, 1847, p. 217). Pour en finir avec cette logomachie (...) je répète que par abolition de la propriété, je n'entends (...) que l'abolition des revenus des capitaux (...) sans la moindre tendance communiste (Proudhon, Confess. révol.,1849, p. 272).
B. − Discours oiseux et empreint de verbalisme. Mon nouvel ami parle, les dents serrées, avec une charmante onction, une langue précise, pure, qui tranche sur la redondante logomachie d'alors (Blanche, Modèles,1928, p. 189):
Car il y a plus d'analogie entre la vie instinctive du public et le talent d'un grand écrivain (...) qu'avec le verbiage superficiel et les critères changeants des juges attitrés. Leur logomachie se renouvelle de dix ans en dix ans... Proust, Temps retr.,1922, p. 893.
 
Ce que n'est pas la logomachie !
 
La logomachie n'est pas une tradition hispanique (comme le chorizo ou le Caudillo) , qui consiste à plonger des banderilles dans le langage après l'avoir épuisé, en le faisant poursuivre par des cavaliers munis de piques, pour l'achever d'un coup d'épée masquée par une cape rouge. On plastronnera avec pour trophée les deux oreilles et sa queue... En cela, il est totalement improbable que vous signassiez une pétition contre la logomachie. Par contre, il est possible que vous vissiez une logomachie dans une arène. Depuis qu'elle a été abandonnée par les gladiateurs, on l'a aussi utilisé pour dispenser des discours non indispensables.
 
Ce que n'est pas la métalepse !
 
La métalepse n'est pas, contrairement à ce que dit ma belle-sœur, l'infini mis à la portée des caniches...
 
Par cet article, je viens de faire la démonstration que la proposition du titre de l'article était possible ! Olé
 
Dans cet article, j'ai bien montré que j'ai parlé pour ne rien dire de la métalepse. Je l'ai tellement logomaché qu'il n'en reste rien. Actuellement, elle passe dans mon tube digestif. Et poussière, elle retournera à la poussière. À moins que la tentation de se retourner sur ce qu'elle était soit trop forte, et qu'ainsi, elle se transforme en statue de sel. C'est notre lot à tous...
Partager cet article
Repost0
8 décembre 2020 2 08 /12 /décembre /2020 17:01


"Vivement mardi gras qu'on puisse enfin se déguiser
Comme l'année passée on va avoir un tas d'idées "

 chanson Mardi Gras par Les VRP

Par ces temps de malheurs, qu'il est bon d'avoir de bonnes nouvelles, la culture à Perpignan va ressusciter en juillet 2021 ! Preuve en est, nos antennes ont capté une émission sous la forme de la vidéo de la conférence de presse de "Live au Campo". Avec à l'affiche de la dite conf: André Bonet , l'adjoint à la culture, Louis Aliot, le maire de Perpignan, David Garcia des "déferlantes"https://www.lasemaineduroussillon.com/2019/09/04/apres-les-deferlantes-vivendi-rachete-live-au-campo/, une représentante de la région Occitanie.

On n’est jamais trop prévoyant en matière de culture à Perpignan. Et il ne faudrait surtout pas qu'on croit, qu'elle soit oublier au prétexte du confinement et du COVID-19. Et puis, c'est aussi un message d'espoir aux artistes d'ici et de las-bas : tout n'est pas perdu (sauf le pain), quand Perpignan résiste ! http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2020/11/malgre-le-covid19-et-le-confinement-perpignan-reste-une-fete-introduction-a-l-oeuvre-de-e-hway-par-nicolas-caudeville.html

Du 20 au 27 juillet retrouvez le festival Live au Campo à Perpignan ! À l’affiche de cette édition 2021 :Beth Hart ,Kendji Girac, Ines Reg, Véronique Sanson, Alain Souchon.
 
Et bé, on ne se fout pas de nos gueules, on innove, on dégaine l'audace comme un sabre laser !
 
Dans une ambiance TV RDA recolonisée pour l'occasion, des gens au regard sans illusions derrière veulent vous vendre culture et enthousiasme dont ils n'ont pas d'échantillons sur eux. À part nommer les artistes, et de rajouter que leur première partie sera assurée par des locaux de la Casa Musicale, on ne fait que parler de l'entreprise culturelle et ses déboires en mode condoléances. La représentante de la région dans une sorte de joie hystérique et crispée (quid de l'absence du président de la commission culture Serge Regourd ? http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2020/10/covid19/occitanie-quel-futur-pour-la-culture-en-region-la-reponse-du-president-du-president-de-la-commission-culture-serge-regourd-i) parle de tous les financements culturels de la région Occitanie dans les PO et en particulier l'investissement en subvention dans "Live au Campo". David Garcia, représentant de l'entreprise qui programme nous parle même de l'emplois généré par la "sécurité" du festival... Quand il ne concède pas que la moitié du programme est du réchauffé de l'année précédente, annulé pour raison de COVID-19.
Le même David Garcia signataire d'un appel d'avant deuxième tour, contre Louis Aliot, avec 49 autres membres du monde culturel et du divertissement :"Les acteurs culturels de Perpignan et d’ailleurs se battent pour des valeurs : la liberté d’expression, le droit à la subversion et à la lutte contre toute forme de sectarisme. Notre ville a besoin d’un monde culturel libre de penser, libre de créer, libre d’interpréter et de critiquer. La culture ce n’est pas une vision idéologique de l’histoire. L’art d’aujourd’hui est essentiel à notre expression culturelle, il est la seule forme d’art sans précédent. La culture c’est nous aussi. Le 28 juin 2020, ne permettons pas que cela change". https://www.lindependant.fr/2020/06/25/municipales-a-perpignan-mobilisation-du-monde-culturel-contre-louis-aliot,8949351.php
Comme quoi, le nouveau maire sait tendre l'autre joue quand il le faut...
 
Sur le programme en lui-même, c'est entre Radio Nostalgie et Chérie FN (heu FM). Bref en juillet 2021 , sortez vos boules à facettes et vos bob Pernod Ricard, c'est Live au Camping paradis : comme dans la chanson des VRP's, ambiance "mardis gras" assurée ! À vous faire regretter "Les Estivales" de Marie-Pierre Baux http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/article-festival-les-estivales-les-eclats-de-memoires-de-marie-pierre-baux-rafraichiront-ils-celles-de-121640498.html
Il n'y aura pas de paillettes dans nos vies!
Partager cet article
Repost0
4 décembre 2020 5 04 /12 /décembre /2020 16:44

La culture est un placement à long terme. Un placement trop long pour un gouvernement, une mandature. En matière de culture, les politiques se doivent d’être responsables, sceptiques et rationnels. Ils investissent volontiers dans l’immobilier culturel mais se méfient des valeurs volatiles des patrimoines immatériels. 

 

Les cotes du théâtre, de la musique classique ou contemporaine, par exemple, sont en chute libre.

Les titres des musées d’art contemporain, par contre sont très populaires et se négocient à la hausse sur des marchés très demandeurs. La pierre, c’est fait pour durer et le marché de l’art, grâce à la Chine, se porte comme un charme.  Donc quoi de mieux que de mettre à l’abri dans un temple de béton et de verre des objets de grande valeur et se constituer, à l’attention des électeurs, un patrimoine sûr, un trésor moderne que les nouveaux Chtchoukine et Morozov, de l’administration amasseront et bâtiront pour le bien commun. 

 

Il y a quelque chose qui fait sourire dans cette satisfaction d’être un peu, de loin, les possesseurs de ces malles à joujoux, ces greniers de grand-mères, ces coffres-forts aussi que sont les musées.

Et qu’y a-t-il de mieux dans la vie que de suivre les vertus de l’épargne et de l’accumulation primitive d’objets rares et chers.

La question, c’est de savoir si Marcel Duchamp est plus démocratique que Samuel Beckett, puisque, dans le fond, c’est cela la question que se posent les politiques. Car une bonne part du fantasme, du bras de fer culturel tourne autour de la question de l’élitisme, de la « démocratie » dans l’art.  

 

L’élitisme et le territoire. Un théâtre doit être de pro-xi-mi-té. Mais personne ne demandera jamais au MAC Val d’être un musée d’art contemporain «de proximité ». 

Il est pourtant aussi difficile « d’entrer dans une œuvre » que dans un accélérateur de particules. Dans les deux cas, une formation est demandée. C’est ce qu’on nomme parfois le travail du spectateur, ce sont les visites guidées dans les musées, la formation artistique dans les lycées, ad libitum.  

Il faut se poser la question du désintérêt des politiques pour cette part de la culture, le théâtre.  C’est sans doute loin d’eux, ce qui se traduit par loin du peuple, cela cible le bourgeois, le vieux blanc, le bobo, les profs socialistes, ce n’est pas une priorité, ce n’est pas la culture que demandent les gens. 

Je l’imagine cet élu « de proximité » tentant de percer le secret de la pissotière de Duchamp. Son cerveau sceptique est parcouru d’évidences brèves … 

 

  • Quelle m … cet urinoir 
  • Attention les collègues m’observent ! 

Je tente un sourire… intelligent, connaisseur, de bon ton.  

  • Montrer que je ne suis pas dupe. 
  • C’est clair. C’est une provocation cet urinoir. 
  • Oui mais. 
  • Oui mais il est là. A Beaubourg. 
  • Donc s’il est là, cette m… d’urinoir, 
  • C’est qu’à l’évidence, c’est de l’art. 
  • Donc, rester sur ses gardes.  

 

Comme j’aime ces admirateurs autodidactes, poètes de la microseconde, fixer impassible et secret, les mains croisées derrière le dos,  « l’œuvre »  qui ne s’ouvrira peut-être jamais.

J’aime le respect de l’art à cet instant. C’est le prix qu’ils admirent, le coût, la valeur.  Et ils s’activent vers la sortie

L’art dur à de toute évidence plus la cote que l’art mou. Le marbre, le bronze, le béton, oui, la chair non. Le volume oui, le corps, non. 

 

 

Voir aussi :

Patrick Sommier,ami du catalan Roda-Gil, de Moscou à Pékin, en passant par le MC93 enfin à Perpignan! interview par Nicolas Caudeville

http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2020/11/patrick-sommier-ami-du-catalan-roda-gil-de-moscou-a-pekin-en-passant-par-le-mc93-enfin-a-perpignan-interview-par-nicolas-caudeville.html

Patrick Sommier était en direct pour l'archipel contre attaque pour présenter le texte qu'on va publier sur la différence de traitement entre l'art contemporain et le "spectacle vivant" (surtout en cette période de confinement). Et faire la bande annonce de la prochaine émission en direct du Clap Ciné de Canet samedi 12 décembre 15h00, qui a pour titre : quand on me parle de culture, je sors mon con finement ! En présence de Jérôme Quaretti , François Viette , Monica Guillouet-Gélys

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2020 4 03 /12 /décembre /2020 17:35

 

"RED : Dois-je vous rappeler que je ne vous ai pas offert mes services dans le but de vous aider à attraper de vulgaires trafiquants ou criminels. Le FBI semble faire preuve d'une grande médiocrité dans ce domaine là déjà. Ce qui m'intéresse moi ce sont des poids de taille. Celles qui ont de l'importance."

(épisode 4) S1 The Blacklist

"Pervitine \pɛʁ.vi.tin\ féminin

  1. (Pharmacologie) Drogue psychostimulante, forme hydrochlorée de la méthamphétamine.
    • Molécule découverte pour la première fois au Japon par le professeur Akira Ogata en 1919, elle fût commercialisée en Allemagne en 1938 par le laboratoire Temmler Werke. Certains médecins tenteront de limiter l’usage de la pervitine, craignant de transformer la population en drogués dépendants, mais ils ne seront pas suivis par les hommes de troupes, préférant jouer avec leur santé pour augmenter leurs chances de survie au combat. — (« Captain America : le sérum du supersoldat a-t-il existé ? », Futura-Sciences, 17 aout 2011)
    • « Nous avions reçu de la pervitine. C’est un médicament qui devait nous doper pendant quatre jours et estomper les effets de la fatigue ; mais après ce délai, la fatigue était accrue. » — (Jean Prieur, Hitler médium de Satan, 2004) "
    • Attention :Cette définition est aux antipodes de ce qui va suivre !

Pourquoi les séries nous accrochent-elles ? C'est ce savant mélange entre l'histoire qu'elles nous racontent, l'interprétation des acteurs, et le langage du montage de l'image. Pourquoi l'actualité politique des PO suinte l'ennui à tel point  que l'odeur passe la barrière des masques.

1"Quoi de neuf dans le Landerneau madame Michu ?

Figurez-vous madame Lopez, que le maire de Perpignan, monsieur Aliot, s'est prononcé pour l'arrêt des bus transfrontaliers en provenance de Catalogne Sud ! Ha, ne me dites pas. Oui, c'est par patriotisme économique, pour les commerces du centre-ville de Perpignan, endeuillés par le COVID-19, où on ne peut plus skier par interdiction d'utilisation des remontes-pente et de l'ascenseur social.

Alors qu'en Espagne, on peut skier : du coup, les bus, c'est de la concurrence déloyale.

Ha bé , c'est que madame Michu, c'est ductile comme question : il faut considérer chaque point de vue avant de poser son propre diagnostique. C'est une question de balance commerciale. Si les catalans du sud dépensent plus ici, lorsqu'ils viennent (et ils viennent, valses) par rapport aux devises de catalans du nord dépensées au Sud... C'est comme tout, ça se calcule.

Madame Lopez, je crois que ce ne soit qu'un coup de com du maire, qui se sert de certains catalanistes, comme "idiots utiles" afin de complaire aux commerçants de son côté de la frontière...

Ha, vous croyez ? Ne pensez-vous pas que dans l'affaire de l'arrêt des bus transfrontaliers, chez le maire de Perpignan Louis Aliot il y a comme la rémanence de la volonté de "la désignation de l'ennemi" comme le décrit Karl Schmitt. Perpignan et sa frontière Pyrénéenne font alors office de rempart face à un désert des tartares très peuplé, de barbares très civilisés... ceci étant à prendre au second degré.

Là, madame Lopez, vous me faites douter."

 

2 Et pendant ce temps-là et même pas à Véra Cruz...les verts des PO se réunissent pour virer Agnès Langevine du parti...

La partie locale de EELV, s'est réunie autour de Nicolas Berjoan (retenez bien ce nom) et d'un nouveau rallié de "l'ultra gauche" Kévin Courtois, et  ont poussé l'ex-candidate de la gauche rassemblée vers la porte (ouverte ?) . L'acte d'accusation fait savoir qu'elle serait une taupe de madame Delga, la présidente socialiste de la région Occitanie, dont elle est, elle-même vice-présidente (pour cent balles occis, t'as rien).

C'est pour les prochaines élections régionales et départementales qu'ils puissent se présenter, indépendamment du rôle de supplétifs du parti socialiste (l'histoire nous dit que ça finit rarement bien... ou au camp de Rivesaltes !) .

 

Ha ben oui, dans les 2 cas, y'avait urgences à avoir l'info!

Comme dans le "Candide" de Voltaire à la fin lorsque Pan gloss demande à l'ermite s'il est au courant de l'assassinat du "grand Mufti" (enfin presque, avant le retour au jardin personnel qu'on doit cultiver,  et refuser de "croire" et d'"admirer"), et que celui-ci pour toute réponse les met dehors au grand scandale de Pan gloss...

La morale de cette histoire, c'est qu'au regard des temps présents, ce n'est que tempête dans un d'eau du Boulou (ça fait plus de mousse, parce que ya des bulles!)

Partager cet article
Repost0

Articles Récents