Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 21:31

http://fr.wikipedia.org/wiki/Lutte_des_classes

On le savait déjà, le parti parti socialiste n'est plus de gauche depuis 1983 (30ans, bel anniversaire), mais depuis la chute du mur de Berlin en 1989, le parti communiste à perdu de sa couleur lui aussi. Il se serait pour ainsi dire "embourgeoisé" . Le fait d'être un élu change le statut sociologique. Et mieux nourri, on ne vit plus comme ses camarades du prolétariat . On rêve de villas avec piscine. Mais il était de plus en plus difficile d'être élu pour ce qu'on est, sans l'aide du grand frère socialiste. Mais moralement cela devient de plus en plus difficile d'être les supplétifs d'un parti de plus en plus orienté à droite. "Socialiste, c'est la manière la plus sympa d'être de droite!" disait feu, le maire socialiste de Pau, André Labarére. Mais les cadres du parti sont comme Marie-Antoinette au moment de son exécution: "Bourreau encore un instant" . Ils préfèrent jouir de leurs privilèges d'élu que de rompre avec un parti socialiste, qui les a trahi maintes et maintes fois (l'union de la gauche en 83, avec le tournant libérale et caviar de Mitterrand ...), et en particulier ici avec les dernières sénatoriales et législatives (Christian Bourquin a préféré faire élire l'UMP François Calvet plutôt que le communiste Philippe Galano. Et Jacques Cresta, s'est fait élire député à la place de Jean Vila) 

Lorsque Jean-Luc Mélenchon faisait un score de 11% au premier tour de l'élection présidentielle, les communistes le trouvaient formidable. Il faut dire que le précédent score de Marie-Georges Buffet aux présidentielles de 2007 était de 1,93 % des voix au premier tour, soit le pire score jamais enregistré par un candidat communiste à cette élection, et arrive en 7e position (sur 12), après Philippe de Villiers et devant Dominique Voynet.

Donc ceux-là ont la mémoire courte et l'ingratitude facile.

 

L'électorat ouvriers se tourne vers le FN puisque la gauche n'a plus qu'un discours de résignation "pragmatique" face au "réel"!

Avant, le parti communiste, à l'instar de l'église, participait au moment important de la vie ouvrière ou des petites gens en général, à l'instruction, aux loisirs. Il y avait de la solidarité. Aujourd'hui, ils sont d'accord pour constater l'augmentation de la précarité sociale, de l'augmentation de la misère, mais cela ne dépasse pas le stade de la posture. Il ne sont plus investis sur le terrain. Ils ne payent plus de leur personne. Du coup leur crédibilité s'affaiblit de plus en plus. Et voter pour eux, n'est plus un espoir . A la base, c'est différent, car on vit les mêmes choses que les autres. Mais ce n'est pas la base qui décide...Celle-la aura-t-elle le courage de se débarrasser de ceux qui envoient ce qui reste du parti dans le mur?

Voir aussi:

Bourquin conspué à la fête du travailleur catalan: l'enregistrement enfin!

http://www.larchipelcontreattaque.eu/article-bourquin-conspue-a-la-fete-du-travailleur-catalan-l-enregistrement-enfin-118844407.html

66 rentrée politique: Nicolas Garcia, maire communiste d'Elne, "le changement tarde à être maintenant" interview 

http://www.larchipelcontreattaque.eu/article-66-rentree-politique-nicolas-garcia-maire-communiste-d-elne-le-changement-tarde-a-etre-maintenan-109606029.html

Jean Luc Mélenchon à Perpignan: "Je ne comprend pas comment une zone frontalière peut avoir une économie faible!" interview 

http://www.larchipelcontreattaque.eu/article-jean-luc-melenchon-a-perpignan-je-ne-comprend-pas-comment-une-zone-frontaliere-peut-avoir-une-econ-118228401.html

Le travailleur Catalan,André Marty: toute une histoire!interview de l'historien Michel Cadé

http://www.larchipelcontreattaque.eu/article-le-travailleur-catalan-andre-marty-toute-une-histoire-interview-de-l-historien-michel-cade-par-nico-78010778.html

L’archipel contre… le PCF…

http://www.nicolas-garcia.com/article-l-archipel-contre-attaque-contre-le-pcf-112827805.html

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 21:17

le-renard-et-le-bouc--2-.jpg

A l'instar de Molières, les situations et les relations entre archétypes que propose Jean de la Fontaine sont toujours d'actualités.

Le coup des "subprimes", de leur "crise", et de comment des néo-libéraux, banquiers type Goldman and Sachs link, Morgan... fan des "chicagos boys"link (ce n'est pas un groupes de rock ou un club de basquetebol link), privatisaient les profits, et ont réussi par un tour de passe passe ("too big to fail" link ) à faire croire aux états qu'une seule banque tombe et toute l'économie est dépeuplée;  transformant leur dette privée ,en dette publique des états, que les cochons de contribuables devront payer, renonçant au passage à tout leurs aquis sociaux! Lisons comment, le banquier Renard a dupé le bouc état...

Capitaine Renard allait de compagnie

Avec son ami Bouc des plus haut encornés  .

Celui-ci ne voyait pas plus loin que son nez ;

L’autre était passé maître en fait de tromperie.

La soif les obligea de descendre en un puits.

                Là chacun d’eux se désaltère.

Après qu’abondamment tous deux en eurent pris,

Le Renard dit au Bouc : Que ferons-nous, Compère !

Ce n’est pas tout de boire ; il faut sortir d’ici.

Lève tes pieds en haut, et tes cornes aussi :

Mets-les contre le mur. Le long de ton échine

                Je grimperai premièrement  ;

                Puis sur tes cornes m’élevant,

                A l’aide de cette machine ,

                De ce lieu-ci je sortirai,

                Après quoi je t’en tirerai.

Par ma barbe, dit l’autre, il est bon ; et je loue

                Les gens bien sensés comme toi.

                Je n’aurais jamais, quant à moi,

                Trouvé ce secret, je l’avoue.

Le Renard sort du puits, laisse son Compagnon,

................Et vous lui fait un beau sermon

                Pour l’exhorter à patience.

Si le Ciel t’eût, dit-il, donné par excellence

Autant de jugement que de barbe au menton,

                Tu n’aurais pas à la légère

Descendu dans ce puits. Or adieu, j’en suis hors ; 

Tâche de t’en tirer, et fais tous tes efforts ;

                Car, pour moi, j’ai certaine affaire

Qui ne me permet pas d’arrêter en chemin.

En toute chose il faut considérer la fin.

Voir aussi:

Paul Jorion à Perpignan : vidéo de la conférence

http://www.larchipelcontreattaque.eu/article-paul-jorion-a-perpignan-video-de-la-conference-112216792.html

Perpignan : Paul Jorion à cent mètres du centre du monde. Par Nicolas Chéradame

http://www.larchipelcontreattaque.eu/article-perpignan-paul-jorion-a-cent-metres-du-centre-du-monde-par-nicolas-cheradame-109516682.html

henri solans, la crise mise à nue

http://www.larchipelcontreattaque.eu/article-32776439.html

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 12:50

"prenons cet engagement: la guerre, c'est la paix, l'esclavage, c'est la liberté, l'ignorance, c'est la force"

Ce qui reste de citoyen dans le consommateur va avoir l'occasion de s'exprimer durant les deux ans à venir, en mettant des bulletins dans les urnes (et renoncer à leur souveraineté en élisant des représentants) Même si le systéme de scrutin majoritaire ne permet que la réélection, des partis dominants (partis dit de "gouvernement" voir de "gouvernance" UMP et PS) depuis des décénnies, ceux-ci, font toujours mine de s'inquièter de la montée des "extrèmes" (s'il ne voulait pas cette montée, leur action serait plus efficace dans la manière de redistribuer les richesses et la plus value link du travail collectif (ceux qui croient qu'ils sont individualistes sont idiots aux sens de la Gréce antique, parce qu'ils sont aussi dépendant du systéme que les autres, et qu'au mieux ils arrachent plus au "contrat social"link que les autres, ce qui a terme est préjudiciable pour tous), donc pour repeindre le réel aux couleurs d'un village Potemkine "pragmatique", "incontournable" et rassurant, ils sont passés de la Xyloglossie (littéralement : la langue de bois) à la Novlangue!

Novlangue:

link"Le novlangue (traduit de l'anglais Newspeak, masculin dans la traduction française d'Amélie Audiberti) est la langue officielle d’Océania, inventée par George Orwell pour son roman 1984 (publié en 1949).

Le principe est simple : plus on diminue le nombre de mots d'une langue et plus on fusionne les mots entre eux, plus on diminue le nombre de concepts avec lesquels les gens peuvent réfléchir en éliminant les finesses du langage, plus on rend les gens incapables de réfléchir, et plus ils raisonnent à l'affect. La mauvaise maîtrise de la langue rend ainsi les gens stupides et manipulables par les instruments de propagande massifs tels que la télévision.

C'est donc une simplification lexicale et syntaxique de la langue destinée à rendre impossible l'expression des idées potentiellement subversives et à éviter toute formulation de critique de l’État, l'objectif ultime étant d'aller jusqu'à empêcher l'« idée » même de cette critique." Trouvé, sur le site des moutons enragés link, un diccionnaire de la novlangue de Michel Geoffroy, dans la lignée des 10 techniques de manipulations des masses de Noam Chomsky http://www.larchipelcontreattaque.eu/article-10-techniques-de-manipulation-des-masses-selon-noam-chomsky-106619765.html

• 

Petit cours de novlangue

http://lesmoutonsenrages.fr/nous-sommes-manipules/petit-cours-de-novlangue/

Voir aussi:


Partager cet article
Repost0
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 13:38

547622-le-co-president-du-parti-de-gauche-pg-jean-luc-melen.jpg

Martine Billard à droite link

A écouter tous les médiacrates qui sévissent sur les chaînes de télévisions et de radios, la modernité serait de passer ses dimanches dans les centres commerciaux. Un air de déjà entendu. C'était sous les gouvernements UMP. Le plus grand centre commercial à côté de Marseille, Plan de Campagne, était ouvert tous les dimanches dans l'illégalité la plus totale. Que fit le gouvernement ? Une proposition de loi portée par le député UMP du coin. Et déjà les mots qui circulaient étaient les mêmes qu'aujourd'hui : souplesse, volontariat, emploi... La loi ainsi votée obligeait tous les travailleurs des zones touristiques à travailler le dimanche, consentant ou pas, sans compensation salariale, et élargissait les zones de dérogation.

1385531_519428268138695_2073496950_n.jpg

Les commerces, pour lesquels le travail du dimanche est toujours interdit, ont compris la leçon. Ils ouvrent dans l'illégalité. Puis, au nom de la liberté de travailler, ils font manifester devant les caméras, les salariés ainsi embauchés le dimanche. Bizarrement pour ce type de manifestation sur le temps de travail, les employés sont payés par les patrons mais lorsqu'il s'agit de défendre leurs droits, là pas de paiement des heures non travaillées et très souvent la répression. Les syndicats ont donc décidé à juste titre de poursuivre en justice pour obtenir le respect de la loi. Qui est montré du doigt par les médias ? Les patrons délinquants ? Non, les syndicats. Et immédiatement le chœur des ministres libéraux entame à l'unisson le grand air de la souplesse (on croirait entendre Raffarin) et de leur modernité synonyme de travailler plus pour pouvoir survivre.

A écouter ces ministres et les éditorialistes grand prêtres du libéralisme, la rage nous prend et on a envie de leur dire : aller travailler, payés au SMIC horaire, tous les dimanches à la caisse d'un hypermarché et on verra si vous continuerez à vanter les mérites de votre modernité. Nous revendiquons le temps de vivre, le droit au bien vivre. Nous ne voulons pas d'une société dont le seul moteur serait la consommation entre Castorama et Mac Donald. Après l'allongement de la durée de cotisation nécessaire au départ en retraite, voilà maintenant la remise en cause du repos du dimanche. Mesdames et Messieurs du gouvernement, ne vous étonnez pas que le peuple se détourne de vous. Il a compris que vous défendiez les intérêts des patrons et pas ceux des travailleurs.

Voir aussi:

1380428_671429536201307_1712445274_n.jpg

La "vendeuse" Séphora vue en boucle à France 2, TF1, Canal+ etc., est en fait responsable des achats et ne travaille donc pas le dimanche. La voici en photo en bonne compagnie. 

Travail du dimanche: "Les bricoleurs du dimanche", financés et encadrés par Leroy Merlin et Castorama

http://www.huffingtonpost.fr/2013/09/30/leroy-merlin-castorama-collectif-bricoleurs-travail-du-dimanche-communication_n_4015571.html?utm_hp_ref=economie

Parti de Gauche: Francis Daspe pas prêt de sonner la retraite pour la rentrée! interview 

http://www.larchipelcontreattaque.eu/article-parti-de-gauche-francis-daspe-pas-pret-de-sonner-la-retraite-pour-la-rentree-interview-nicolas-cau-119987636.html

Jean Luc Mélenchon à Perpignan: "Je ne comprend pas comment une zone frontalière peut avoir une économie faible!" interview 

http://www.larchipelcontreattaque.eu/article-jean-luc-melenchon-a-perpignan-je-ne-comprend-pas-comment-une-zone-frontaliere-peut-avoir-une-econ-118228401.html

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 17:13

1236841_624640390891065_1257329345_n.jpg

Après une longue grève, 21 jours, les fermiers colombiens ont gagné leur bataille link. Le gouvernement a reculé sur l'obligation de planter des graines de Monsanto.Encore une victoire du populaire. Les fermiers sont acculés à la faillite avec les graines Monsanto.

 

De leur coté les boliviensLa Bolivie est devenue la première nation à se libérer de la malbouffe de McDonald link

 , qui a lutté pendant plus d’une décennie pour conserver son icône «rouge». Et cette victoire de la Bolivie a encore fait la une des journaux.

Après 14 ans de malbouffe dans le pays et en dépit des nombreuses campagnes de promotion, McDonald a été contraint de fermer en 2002, ses 8 restaurants boliviens dans les principales villes de La Paz, Cochabamba et Santa Cruz de la Sierra.

McDonald a servi ses derniers hamburgers en Bolivie un samedi à minuit, après avoir annoncé un plan de restructuration global dans lequel il allait fermer ses portes dans sept autres pays à faibles marges bénéficiaires. Une victoire pour la santé des peuples du sud.

L’échec de McDonald en Bolivie a eu un impact profond qui a donné lieu à un documentaire intitulé “en Bolivie Por que quebro McDonald» ou «Pourquoi la Bolivie a fait faillite». Ce documentaire tente d’expliquer pourquoi les Boliviens n’ont jamais délaissé leurs empanadas traditionelles pour un Big Mac de merde et plein d’OGM.

Le documentaire comprend des entrevues avec des cuisiniers, des sociologues, des nutritionnistes et des éducateurs qui semblent tous d’accord sur un point ;  les Boliviens ne sont pas contre les hamburgers en soi, sauf qu’ils sont juste contre les «fast-food» « La malbouffe » est un concept largement refusée dans la communauté bolivienne.

Cette histoire a également attiré l’attention du monde entier vers la restauration rapide en Amérique latine. Le blogue de El Polvorin a déclaré: « Le Fast-food représente le contraire de ce que les Boliviens considèrent comme étant un vrai repas. Pour être un bon repas, la nourriture doit avoir être préparé avec amour, dévouement avec certaines normes d’hygiène, sans OGM et de temps de cuisson approprié ».

Voir aussi:

Le Programme des Nations Unies pour l’Environnement nomme Carlo Petrini, fondateur de Slow Food, Champion de la Terre

http://www.larchipelcontreattaque.eu/article-le-programme-des-nations-unies-pour-l-environnement-nomme-carlo-petrini-fondateur-de-slow-food-ch-120317258.html

Conférence de Jean Lhéritier sur le vin durable

http://www.larchipelcontreattaque.eu/article-conference-de-jean-lheritier-sur-le-vin-durable-119054234.html

Les enjeux du "bien manger" interview de Jean Lhéritier président de Slow Food France par Caroline Abal

http://www.larchipelcontreattaque.eu/article-les-enjeux-du-bien-manger-interview-de-jean-lheritier-president-de-slow-food-france-par-caroline-a-74461854.html


Partager cet article
Repost0
29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 18:26

Carlo-Petrini-the-founder-001.jpg

Le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) récompense le fondateur de Slow Food*, Carlo Petrini, pour sa contribution exceptionnelle dans le domaine de l’environnement et du développement durable, en le nommant parmi les huit gagnants du prix Champion de la Terre. Cette récompense, phare des Nations Unies, reconnaît les individus visionnaires et les dirigeants exceptionnels qui ont fait leurs preuves dans de nombreux domaines tels que la politique, la science, l'entrepreneuriat ou encore les actions de la société civile.

 Le 18 Septembre 2013, le Sous-Secrétaire Général des Nations Unies et directeur de l’UNEP, Ahim Steiner, a remis officiellement le prix à Carlo Petrini, pendant la cérémonie qui s’est tenue au Musée américain d’histoire naturelle à New York. Richard McCarty, Président de Slow Food USA, a représenté Petrini, qui n’a pu être là pour recevoir le prix en personne.

Les motivations que l’UNEP a donné en choisissant Petrini sont les suivantes: «Avec ce prix, nous reconnaissons votre remarquable accomplissement en tant que fondateur du mouvement Slow Food, constitué par un réseau de plus 100.000 personnes dans 150 pays. Compte tenu de l’impératif actuel de la consommation et de la production durable, et de renforcement de la sécurité alimentaire, votre mouvement est devenu une force formidable pour défendre les traditions alimentaires locales et protéger la biodiversité locale en promouvant les productions artisanales de qualité, avec un regard grandissant sur les investissements dans les pays du Sud. A travers les projets des Sentinelles et le réseau Terra Madre des communautés de la nourriture, vous avez aussi contribué à diriger l’attention sur le rôle important des peuples indigènes dans la sauvegarde des traditions alimentaires, et en tant que gardiens d’un patrimoine de savoirs irremplaçable. Le réseau de Terra Madre, qui comprend 250 universités et centres de recherche autour du monde, promeut également la recherche et le développement d’instruments appliqués à la production alimentaire durable, à travers l’éducation et la formation. »

 

Carlo Petrini et Mme Martha Isabel Ruiz Corzo, Directrice de Grupo Ecológico Sierra Gorda, au Mexique central, ont tous les deux été nommés Champions de la Terre, au titre de “l’Inspiration et l’Action”.

D’autres personnes européennes récompensées comprennent le Commissaire Européen pour l’Environnement, Janez Potocnik, reconnu pour son travail concernant le dépassement du modèle actuel basé sur la consommation intensive des ressources, y compris les objectifs de réduction de moitié les déchets alimentaires qu’il a fixé pour l’Union Européenne pour 2020. Potocnik a reçu son prix au titre de “Leadership politique” avec Izabella Teixeira, Ministre de Environnement du Brésil et Kapparov Nurlan Zhambulovich, Ministre de la Protection Environnementale du Kazakhstan.

Veerabhadran Ramanathan, professeur à Scripps Institution of Oceanography in California, a été reconnu pour son travail pionnier sur le charbon noir et nommé Champion au titre de la “Science et l’Innovation”. Enfin, les deux vainqueurs au titre de la “Vision d’Entreprise” sont Google Earth et Jack Dangermond, fondateur de Environmental Systems Research Institute (ESRI) et qui a développé un software GIS qui permet aux conversationnistes d’accéder aux meilleures technologies de visualisation et d’analyse géo-spatiale.

 

Pour davantage d’information sur les projets et les campagnes internationaux de Slow Food, visitez le site: www.slowfood.fr.

 

* Slow Food est une association à but non lucratif qui travaille pour un monde dans lequel tous ont accès à une nourriture bonne pour eux, bonne pour ceux qui la produisent et bonne pour la planète. Slow Food a été fondée en 1989 pour contrer les effets négatifs du fast food et de la fast life, la disparition des cultures alimentaires locales, et pour encourager les personnes à prendre conscience de l’importance de la provenance et du mode de production de leur nourriture et de l’impact causé par leurs choix alimentaires sur le monde. Slow Food croit que chacun a le droit fondamental au plaisir de la nourriture de qualité et en contrepartie, a aussi la responsabilité de protéger notre patrimoine de biodiversité, cultures et savoirs qui rendent ce plaisir possible. Slow Food compte plus de 100,000 membres, groupés dans 1,500 conviviums, – nos associations locales – autour du monde, ainsi que le réseau de Terra Madre de 2000 communautés nourricières qui pratiquent une production artisanale et durable d’aliments de qualité. A travers ses projets et ses activités, Slow Food engage des millions de personnes dans 150 pays.

Voir aussi:

Les enjeux du "bien manger" interview de Jean Lhéritier président de Slow Food France par Caroline Abal

http://www.larchipelcontreattaque.eu/article-les-enjeux-du-bien-manger-interview-de-jean-lheritier-president-de-slow-food-france-par-caroline-a-74461854.html

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 13:50

555880_10201583332119065_93534652_n.jpg

(Chronique parue dans la Semaine du Roussillon du 18 avril)

Mais qui est donc le maire de Perpignan ? Fantômas ou l’Homme invisible ? J’ai beau me creuser la tête, je n’arrive ni à visualiser son visage ni à lui donner un nom. J’ai demandé autour de moi. Personne ne sait. Y a-t-il un maire à Perpignan ? Sans doute. Je me souviens du maire d’avant. Oui, le fils de son père. Il est toujours là, d’ailleurs. On le voit souvent en photo dans le journal cisaillant l’air ravi des rubans. Et l’un des types qui posent à côté de lui est certainement le maire actuel. Mais comment s’appelle-t-il déjà ? J’ai son nom sur le bout de la langue. Rien à faire, je ne trouve pas. Sa tête ne me revient pas non plus. Cet homme doit être d’une grande modestie. C’est rare dans le monde politique. Détrompe-toi, me dit un ami bien informé, la modestie n’a rien à faire là-dedans. Le maire se montre partout en ville, en affiches, en photos, en chair et en os. Il serre plus de mains en un jour que tu n’en serreras dans toute ta vie. Il fait même des actions supposées être d’éclat : lettres au président de la République, drapeaux en berne un jour de fête, soutien public à un ex-président mis en examen. En vain. Tout ce qu’il entreprend pour se faire connaître tombe à plat. Comment est-ce possible, demandé-je.

Mon ami a une explication. On dit des acteurs populaires qu’ils accrochent la lumière. Cela signifie qu’ils ont une « présence », une aura qui les fait sortir du lot. Eh bien, le problème de ce maire, c’est qu’il n’accroche pas la lumière. Il n’y a rien chez lui qui impressionne durablement nos cerveaux. Sa voix, son visage, son nom même s’effacent comme une bande magnétique qui s’autodétruit. Il ferait un parfait espion. Mais pour un homme public, c’est un handicap. Mon ami est vraiment très fort. Je n’aurais jamais pensé à ça. Comment fait-on pour ne pas accrocher la lumière ? Le maire serait-il Nosferatu ? Il faudrait vérifier si les miroirs reflètent son image.

Vampire ou pas, il a des idées. On sent, en effet, dans cette ville, une ambition, une volonté de bouger les choses, d’innover, de surprendre. Notre maire inconnu serait, d’après mon ami bien informé, un spécialiste des concepts. Un concept, c’est un truc qui ne coûte pas cher et qui en met plein la vue. Il me cite en exemple le véhicule inauguré récemment en grandes pompes sous un nom ronflant et qui n’est en fait qu’un bus articulé comme il en circule un peu partout depuis le début du vingtième siècle. Mais baptisé bus-tram, il devient un moyen de transport d’avant-garde qui fait entrer Perpignan, selon le discours officiel, dans une « nouvelle ère ». Un tramway étant un véhicule sur rails, on se demande quelle est la part de « tram » dans le bus-tram. Personnellement, dis-je à mon ami, je vois dans cette appellation un hommage discret à Claude Simon qui a écrit un beau roman sur l’ancien tramway de Perpignan. Ne rêve pas, me dit-il, c’est tout simplement de l’esbroufe, coutume très répandue sous nos climats. Ils auraient pu aussi bien l’appeler bus-métro. Là, je trouve qu’il exagère, mon ami. Mais il est bien lancé maintenant. Leur stratégie, m’explique-t-il, c’est de bien envelopper les choses, même et surtout si elles sont, en réalité, une régression.

Les Estivales, par exemple. Je m’y attendais. Mon ami ne digère pas l’abandon du Campo Santo. Ils nous font croire, poursuit-il, que leur déplacement au théâtre de l’Archipel est un « plus », que le concept du « dedans-dehors » est génial, qu’elles ne seront plus perturbées par le mauvais temps, les bruits de la ville et tutti quanti. Bref, notre maire inconnu et ses conseillers viennent d’inventer le premier festival d’été qui n’aura pas lieu en plein air. L’idée est tellement bonne qu’on va nous la voler, c’est sûr. On verra bientôt les Carcassonnais rapatrier le festival de la Cité dans leur théâtre municipal. Et dans la foulée, Avignon désertera la Cour d’honneur du Palais des papes, Orange le Mur de son Théâtre antique, Aix la place de l’ancien Archevêché, Arles ses arènes, pour présenter leurs spectacles d’été, non plus sous le ciel étoilé du Midi -c’est si peu pratique et tellement commun !- mais dans des lieux fermés confortables, climatisés et tout et tout. Je vous l’ai dit, mon ami exagère toujours. Je ne peux plus l’arrêter. Et puisque tout doit se passer à présent au théâtre de l’Archipel, qu’ils y fourrent également Visa pour l’Image, les jeudis de Perpignan et, pourquoi pas, la procession de la Sanch ! D’ailleurs, ce théâtre porte très mal son nom. Un archipel donne plutôt l’idée d’un ensemble éclaté. Or ce lieu est plutôt une sorte de trou noir qui absorbe tout. On devrait plutôt l’appeler le théâtre Centripète. Il est trop excessif, mon ami. Je ne peux pas le laisser dire que l’Archipel absorbe tout. A-t-on jamais vu sur la scène du Grenat une troupe du cru ? Bon, alors ! Ma remarque lui donne une idée « géniale ». Il propose d’ajouter au programme des Estivales de l’Archipel une comédie musicale et locale à la gloire du maire dans le style de « Mary Poppins ». On l’appellerait « Mairie Perpign’s » ou « Le maire qu’on voit danser ». Il est déchaîné, vous dis-je.

Tout ça c’est bien joli mais je ne sais toujours pas qui est le maire de Perpignan. Peut-être, au hasard d’une rencontre, me le présentera-t-on un jour. Ah, c’est vous ? Je ne vous imaginais pas comme ça. Je vous voyais plus… enfin moins… ». Peut-être serai-je envoûté par sa conversation, sentirai-je passer un courant. Mais cela ne risque pas d’arriver. Je doute fort que nous fréquentions les mêmes gens, les mêmes lieux. Et c’est très bien comme ça.

Voir aussi:

Perpignan, Jean-Marc Pujol: la griffe de l'homme ! 

http://www.larchipelcontreattaque.eu/article-perpignan-jean-marc-pujol-la-griffe-de-l-homme-par-nicolas-caudeville-102435325.html

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 22:02

Photo0809.jpg

Municipales 2014:ça y la foire a commencé! On brandit des photos de Marine et on se traite de "terroriste" au conseil municipal à droite link. Et a gauche Jean Codognès confond vitesse et précipitation link. Il annonce une liste où, il aurait logé: les socialistes dissidents comme Frédéric Gonano, les gars du MRC comme Robert Folcher, le parti de gauche...bref, qu'il a fait carton plein et qu'il a la journaliste de l'indep "quin" . Là-dessus, s'auto proclame tête de liste devant Jacqueline Amiel-Donat. Sauf que le lendemain, Olivier Amiel secrétaire régional du MRC (Chevénement) réitère qu'"il est urgent d'attendre" link au moins jusqu'au mois de décembre, pour connaître la réponse de la rue de Solférino  sur le recours de Jacqueline Amiel-Donat face à la nomination locale de Jacques Cresta. Si Jean Codognès tente déjà de mettre la mains sur la coalition de gauche sans prévenir personne, à près de 6 mois du premier tour des municipales perpignanaises, laisse augurer l'ambiance à l'approche du jour fatidique. Mais, il n'est rien qu'une bonne camomille ne puisse solutionner! 

Voir aussi:

Perpignan,Municipales 2014: MRC, "il est urgent d'attendre!"

http://www.larchipelcontreattaque.eu/article-perpignan-municipales-2014-mrc-il-est-urgent-d-attendre-120160796.html

Jean Codognès, Europe écologie les verts: comment survivre face à l'hégémonie de Christian Bourquin à gauche? interview 

http://www.larchipelcontreattaque.eu/article-jean-codognes-europe-ecologie-les-verts-comment-survivre-face-a-l-hegemonie-de-christian-bourquin-86209962.html

Perpignan,fraude à la chaussette: Jacqueline Amiel-Donat gagne l'appel face à Georges Garcia! interview 

http://www.larchipelcontreattaque.eu/article-perpignan-fraude-a-la-chaussette-jacqueline-amiel-donat-gagne-l-appel-face-a-georges-garcia-interv-117222723.html

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 16:52

romain_grau_alduy_perpinya_la_clau-1.jpg

Le club de réflexion Perpignan 2020 link, présidé par Romain Grau (UDI-PR), conseiller municipal  de Perpignan et délégué communautaire PMCA, n'est pas avare de communiqué pour montrer qu'à l'instar des miroirs, dans son ford intérieur, on y réfléchit! On se demande souvent comment la ville de Perpignan, son agglo, le département, ont pu en arriver à ce niveau de désastre!? Ce faisant, Romain Grau, oublie de mentionner les 60 ans d'alduysmes ont été fondamentaux pour les ratages (comme pour l'installation d'IBM entre autres choses...) Dans l'un de ses derniers communiqués, il s'interroge pourquoi, récemment, il n'y avait pas de politiciens locaux qui aient marqué la politique nationale (Même pas Jean-Paul Alduy, c'est une injustice link ).  La réponse est trés simple: cela n'avait pas lieu d'être! Aucun d'entre n'ayant inventé la poudre, ou le fil à couper l'eau chaude! Aller, pour rire un peu de la prose post-moderne de Romain Grau!

communiqué :

- « Il y a 100 ans, les Pyrénées-Orientales donnaient un candidat à l’élection présidentielle, Jules Pams. président du Conseil général des Pyrénées-Orientales, député, sénateur, ministre de l’Agriculture, futur ministre de l’Intérieur et ami de Georges Clemenceau, ce radical de la Côte Vermeille battu par Raymond Poincaré démontrait la possibilité d’une présence départementale au plus haut niveau national. Une telle performance paraît impossible en 2013, au constat d’une profonde dégradation. Depuis un siècle, qu’avons-nous manqué ? Sans doute, la saignée des deux guerres, le départ des élites, l’attractivité des emplois d’Etat et la crise des vins ont joué un rôle majeur.

Aux yeux de l’Hexagone, notre territoire est devenu le « Sud », autrefois réservé à la carte d’Etat-Major, la Mission d’aménagement touristique Racine consacrant en 1961 un axe économique nouveau, conçu comme moyen de subsistance. Le Roussillon, au  soleil vanté sur la carte météo, a assisté à sa propre dévitalisation en succombant à la fatalité du farniente, transformant ses mentalités.

Pourtant, Edmond Bartissol introduisant l’électricité en 1898 à Perpignan, Salvi Pi fondant la société mondiale de poupées Bella en 1946, ou le formidable succès des chocolats Cantaloup–Catala, aujourd’hui Cemoi, premier fabricant français, ont signalé un extraordinaire bouillonnement.

Le lancement du Cinéma Castillet dès 1911, devenu le réseau de salles Ciné Movida répandu en France, le leadership des papiers à cigarettes JOB, devenus Republic Technologies, les 36 millions de bouteilles de Byrrh inondant le marché planétaire depuis Thuir en 1935 identifient cette dynamique, obtenue sans Internet ni lignes aériennes.

Qu’avons-nous manqué ? Dans les rangs politiques, la dernière lueur d’un président de Conseil général appartient à Léon-Jean Grégory, qui a su, de 1973 à 1982, donner une ambition nouvelle par la maîtrise de l’eau avec les barrages, ou la modernisation de l’arboriculture avec la pêche nectarine. Depuis, l’institution départementale produit des routes, du vent et de l’assistanat appelé « social », au mépris des acquis productifs du territoire.

Mais aujourd’hui, la nouvelle réussite du Roussillon est celle de la société Firebots, à Saint-Cyprien, en confiance directe avec Google, elle est celle du leader français du portail aluminium KSM, à Argelès-sur-mer. Elle est encore Ensto, qui imagine les villes intelligentes depuis Néfiach, elle est la brasserie Milles reconnue par le Japonais Suntory, les papiers médicaux Arjowiggins d’Amélie-les-bains et tant d’autres exemples, souvent discrets. L’envie économique se renouvelle dans la dépression générale, malgré un malicieux manque d’habitude au succès introduit au siècle dernier. A l’heure où l’Etat n’est que Communication, où l’Union européenne et la poussée internationale imposent des solutions territoriales, 1913, date si lointaine et si proche, accompagnée d’une puissante histoire économique, est un puissant repère. Source de confiance pour demain, elle appelle un retour de dignité économique et une volonté fédératrice, pour un siècle libéré des complexes provinciaux et de l’attente de solidarités extérieures qui ne viendront pas, dans une mondialisation qui ne date pas d’aujourd’hui ».

Voir aussi:

Romain Grau,l'homme de Perpignan 2020, sûrement présent aux municipales de 2014, mais souvent absent au conseil municipal! 

http://www.larchipelcontreattaque.eu/article-romain-grau-l-homme-de-perpignan-2020-surement-present-aux-municipales-de-2014-mais-souvent-absent-111583868.html

Jean-Paul Alduy: le best off des parodies! part one

http://www.larchipelcontreattaque.eu/article-jean-paul-alduy-le-best-off-des-parodies-part-one-119738754.html

Jean-Paul Alduy: le best off des parodies! part two

http://www.larchipelcontreattaque.eu/article-jean-paul-alduy-le-best-off-des-parodies-part-two-119781312.html

Perpignan, gare TGV, réactions politiques: Jean-Paul Alduy, un surfeur au bout du rouleau! 

http://www.larchipelcontreattaque.eu/article-perpignan-gare-tgv-reactions-politiques-jean-paul-alduy-un-surfeur-au-bout-du-rouleau-par-nicol-118617815.html

Politique 66:Le club de réflexion ,dit "Think tank", "Open Cat" fait son coming out: ils sont alduystes! 

http://www.larchipelcontreattaque.eu/article-politique-66-le-club-de-reflexion-dit-think-tank-open-cat-fait-son-coming-out-ils-sont-alduys-110579952.html

 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 17:02

1238886_10201534817826238_328853134_n.jpg

Robert Folcher et Olivier Amiel

Les médias locaux ont spéculé sur l'engagement du MRC sur les élections municipales, le parti socialiste ne faisant pas la maille actuellement, il veut ratisser large, même ceux qu'ils considérait encore hier comme des petits partis. résumer de leurs pensées et communiqué de presse: "Bonjour à tous,


Petite précision et rappel sur notre communiqué avec Robert Folcher concernant la position du MRC pour les municipales de Perpignan.


Notre priorité absolue reste l'union de l'ensemble des partis de gauche dans cette élection, mais nous attendons en préalable une clarification de certains de nos partenaires.


En somme, c'est "l'urgence d'attendre".

Conscient de l’importance de l’enjeu électoral sur Perpignan pour ses habitants, le Mouvement Républicain et Citoyen souhaite l’union la plus large possible des formations politiques à gauche.

 

C’est pourquoi, le MRC est disposé à s’engager pleinement aux côtés des partis avec lesquels nous travaillons déjà au sein de l’opposition municipale : Parti Socialiste, Front de Gauche (Parti de gauche et Parti communiste), Parti Radical de Gauche et Europe Écologie Les Verts.

 

Par notre activité durant le mandat en cours, nous avons progressé de manière significative et positive avec la plupart de ces formations dans l’objectif de l’élaboration d’une ligne commune pour les élections municipales.

 

Cependant, notre mouvement attend une clarification officielle du PS concernant sa propre situation interne. En l’état, il n’est pas possible pour le MRC de s’engager avec tel ou tel candidat proclamé du PS sans validation de la part de leur direction nationale (l’histoire locale de ce parti appelle à une certaine prudence en la matière). De plus, le MRC attend un signe fort de la part des plus hauts responsables de la Fédération catalane du PS afin d’effacer le mépris affiché depuis quelques années par les responsables fédéraux du Parti Socialiste des Pyrénées-Orientales envers notre formation (ne pas considérer le MRC comme un parti associé à la majorité de gauche du département, l’exclusion violente du siège d’un de nos militants, vociférations, etc.).

 

Même si le MRC demeure un allié responsable du PS dans la majorité de gauche de notre pays, il s’agit localement du préalable nécessaire à toute normalisation des relations entre nos deux partis.

 

La volonté d’améliorer la situation économique et sociale des perpignanais doit nous motiver afin de construire ensemble un projet digne de notre ville.

 

Le 18 septembre 2013

 

Robert Folcher

 

Conseiller municipal de Perpignan

 

Olivier Amiel

 

Secrétaire départemental du MRC

Conseiller municipal de Perpignan

 

Partager cet article
Repost0

Articles Récents