Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

9 septembre 2018 7 09 /09 /septembre /2018 19:23

L'artiste plasticien Frédéric Iriarte est de Perpignan https://fr.wikipedia.org/wiki/Fr%C3%A9d%C3%A9ric_Iriarte .Il a fait ses études d'art aux regrettés beaux arts de Perpignan, fermés il y a 2 ans par le maire Jean-Marc Pujol . 

 Il est aussi l'organisateur depuis plusieurs année en Suéde du "Beat poet festival" à Stockholm. Les poêtes du rythme viennent en ville à partir du 12 septembre, il y aura des lectures de Beat Poetry à Stadsbiblioteket à Stockholm à 12h00, par l'international Beat Poets
mettant en vedette BEAT POET LAUREATES de Suède et des États-Unis https://biblioteket.stockholm.se/kalender/stockholm-beat-poetry-festival-p%C3%A5-stadsbiblioteket

Frédéric Iriarte était en direct pour l'archipel contre attaque pour présenter son travail d'aménagement urbain en terme de jardin et de parc et simultanément de création artistique qui ré-enchante la ville et crée, mieux que du "vivre ensemble", du"faire société". Avant la fermeture des beaux-arts de Perpignan, il avait proposé de créer une section" désign touristique". Aucunne réponse de la part de la mairie de Perpignan. Il a aussi dessiné un projet pour le futur musée Cuguhéneim d'Helsinki

Partager cet article
Repost0
19 août 2018 7 19 /08 /août /2018 19:03

L'acteur Sergi Lopez, parrain des Angelets de la Terra, appelle à participer aux Concerts per la Llibertat du 22 Septembre au Soler et du 13 Octobre à Pesillà de la Ribera, ainsi qu'à l'exposition de photojournalisme Visca per la Llibertat qui débute le 1er Septembre en centre-ville de Perpinyà.http://visca-llibertat.cat/ . Il annonce aussi qu'il fera tout pour honorer de sa présence les activités organisées par son ami Ramon Faura.

L'acteur catalan Sergi Lopez fait une vidéo de soutien aux concert per la llibertat et l'expo Visca pour la llibertat des Angelets de la terra!
Partager cet article
Repost0
19 août 2018 7 19 /08 /août /2018 16:02
Gitans Perpigan dans un article du New-York Time
crédit photo Dmitry Kostyukov

Adam Nossiter le journaliste New-york Time est venu à Perpignan enquêter sur le quartier St Jacques du vendredi 4 août au dimanche 5 avec le photographe Dimitry Kostyukov (voir le magnifique protfolio dans l'article du NYT ) voici ce qu'il a écrit https://www.nytimes.com/2018/08/18/world/europe/catalan-gypsies-perpignan-france.html
 

"Les gitans catalans, uniques et assiégés, résistent à la réduction des habitations"

Ce sont d'abord les 20 vieilles maisons démolies il y a plusieurs années. 13 balcons du 19ème siècle sont tombés en juin, avec des balcons en fer forgé et tout ce qui ne laissait que l'asphalte nu cuire à la chaleur estivale à Perpignan, une ville proche de la frontière espagnole et proche de la côte méditerranéenne.


Enfin, les habitants du vieux quartier Saint-Jacques de la ville avaient suffisamment souffert. Plus de 50 logements dans leur quartier ont été réduits en ruines depuis 2015.


À la fin du mois dernier, ils se sont rassemblés sur l’ancienne place du district, en haut d’une colline, alors qu’une excavatrice de la ville faisait un autre gâchis de briques et de fragments de murs déchiquetés à proximité.


Des dizaines de personnes ont défilé jusqu'à la préfecture, le représentant du gouvernement central, demandant à être entendu. L'hôtel de ville a reculé. La pelle a été retirée, les démolitions ont été stoppées

Ce qui a rendu les événements exceptionnels, ce n’est pas seulement la présence d’un des quartiers les plus pauvres de France. C'était également une manifestation d'une population unique, que les médias et les universitaires français appellent universellement les "gitans", ou les gitans.


Les Tsiganes de Perpignan, qui parlent le catalan, semblent être distincts sur le plan culturel de la population plus large des Roms, parfois aussi appelés Tsiganes, mais ils sont à bien des égards non moins décriés et marginalisés en France.Saint Jacques, avec ses 3 000 à 5 000 habitants, est le plus grand quartier gitan de la métropole, une plaie pleine de pauvreté et de chômage.

Pourtant, dans sa lutte contre la destruction de son voisinage, la communauté a trouvé de l’aide auprès des conservateurs locaux et s’est alliée aux voisins nord-africains, avec lesquels elle s’est heurtée par le passé. La communauté a également mobilisé ses jeunes, dont 90 pour cent sont sans emploi et beaucoup d'entre eux traînent dans la rue après le coucher du soleil.


"Si vous donnez un coup de pied à un chien en colère, il vous mordra et il ne lâchera pas", a déclaré Alain Giménez, un dirigeant de la communauté, comme d'autres personnes qui s'étaient rassemblées à la Place du Puig, Catalan, acquiesça de la tête

"Alors, qu'est-ce que nous sommes ici, rien? Ils disent que nous sommes sales », a déclaré M. Giménez, qui s’appelle« Nounourse », ou ours en peluche, se moquant de sa propre portance. "Le problème est qu'ils ne nous parlent pas, ils disent juste que nous sommes sales."


La trêve réalisée avec la ville à la suite des démolitions n'est que temporaire, a déclaré Jean-Bernard Mathon, chef de la société locale de préservation. Au moins 37 autres bâtiments à Saint-Jacques devaient descendre, a-t-il ajouté.


"Ce que nous voulons, c'est la réhabilitation de l'ancien noyau", a déclaré M. Mathon. "Ce qu'ils veulent faire, c'est démolir. Mais ils n'ont rien reconstruit. C'est hideux. "


"Ce que nous voulons, c'est la réhabilitation de l'ancien noyau", a déclaré M. Mathon. "Ce qu'ils veulent faire, c'est démolir. Mais ils n'ont rien reconstruit. C'est hideux. "

M. Bern a écrit sur les réseaux sociaux qu'il était "scandalisé et choqué par les images de destruction dans le centre de Perpignan" et a promis "son soutien et sa solidarité".


Les défenseurs de la préservation  pointent vers les balustrades délicates du balcon, les moulures incisées du toit, la porte de temps en temps vieille de plusieurs siècles et le réseau routier médiéval complexe, et incitent à la rénovation plutôt qu'à la démolition.

Pourtant, dans un pays avec pleins de quartiers historiques à n'en savoir quoi faire ou avec quoi avoir de l'argent, Saint-Jacques est un vilain petit canard.


Le quartier est, frontière dans une frontière - l’Espagne est à seulement 20 miles - est vulnérable et les Tsiganes catalans, historiquement victimes de discrimination, se sentent eux aussi menacés.


Les Tsiganes de Perpignan parlent le catalan depuis le 16ème siècle, mais sont présents en semi-nomades dans cette région depuis le 14ème ou le 15ème siècle, a déclaré M. Mathon, défenseur du patrimoine.

 

Ils ont acquis des domiciles fixes seulement à la fin des années 1930, lorsque les Juifs ont été chassés de ce district pendant la Seconde Guerre mondiale.

M. Mathon a déclaré que les Gitans de Perpignan ne semblent pas avoir un lien ethnique avec les populations roms d'Europe de l'Est. D'autres sont d'accord.

"Les Roms ou les Tsiganes de Roumanie et de Bulgarie ne sont pas venus à Perpignan", a déclaré le principal sociologue de Perpignan, Alain Tarrius, professeur émérite à l'Université de Toulouse.

Dès que vous montez à Saint-Jacques depuis le centre-ville prospère de Perpignan, vous entrez dans un autre pays. Saint-Jacques a été construit au Moyen Age avec une grille étroite de maisons blotties les unes contre les autres.

Aujourd'hui, il manque de gros morceaux de plâtre et de peinture sur les façades. Les volets sont fermés. Des habitations hautes et étroites se rassemblent dans des rues escarpées qui plongent vers l’horizon, avec les Pyrénées au loin.

Le soleil méditerranéen ne peut pas pénétrer l'ombre profonde. La buanderie est suspendue aux fenêtres et des poutres en acier jettent un pont sur les ruelles, soutenant les bâtiments. Les nettoyeurs de rue de Perpignan ne semblent pas se rendre à Saint-Jacques.

Tard dans la nuit, alors que la ville en dessous dort sous ses toits de tuiles oranges, les rues de Saint-Jacques sont vivantes avec des enfants, des grands-mères vêtues de noir assises sur des chaises en plastique et des hommes à la taille en été.


Les habitants vous préviennent de ne pas les déranger avant 18h. parce que la plupart vont dormir.

Les démolitions ont marqué le quartier avec des carrés "inutiles" - le mot de M. Mathon - mais son tissu social est intact.

"Regardez, il y avait une école là-bas", a déclaré Josiana Cargol, en montrant une place maintenant vide. "Ils coupent toutes les maisons. Est-ce correct? S'il y a plus de démolition, ils vont tous nous expulser. 

L'argument de la ville pour les démolitions est simple et tourne autour des chiffres. Soixante pour cent de la population du district vit en dessous du seuil de pauvreté. Quarante pour cent des logements sont vacants. Le chômage global est de 70%. Beaucoup d'enfants sautent l'école. Il est moins coûteux de reconstruire que de rénover.


"Vous ne pouvez pas laisser les gens vivre dans des conditions insalubres, simplement parce que c'est pittoresque", a déclaré Olivier Amiel, responsable de la reconstruction de Saint-Jacques, pour lequel 100 millions d'euros, soit environ 113 millions de dollars, avaient été fixés. de côté. "Compte tenu de l'urgence des conditions, nous ne pouvons pas attendre que ces débats esthétiques aient lieu", a-t-il déclaré.

"Ce programme est une dernière chance pour la communauté", a déclaré M. Amiel, qui a ajouté que plus de 50 réunions avaient eu lieu avec des représentants de la communauté. "Vous pouvez avoir de la conservation sans geler les choses", a-t-il déclaré, soulignant l'effondrement dangereux de plusieurs bâtiments.


M. Amiel a indiqué que 588 logements devaient être démolis, "restructurés" ou remis en état et que 312 nouveaux logements seraient construits. Mais M. Mathon dit qu'il n'y a pas eu de nouvelle construction où les maisons ont été démolies.


"Ils pensent que nous voulons les chasser du district, mais cela n’a jamais été notre intention", a déclaré le vice-maire, Pierre Parrat, dans son bureau à l’hôtel de ville, un élégant édifice du XIVe siècle situé en aval de Saint-Jacques.

"Ils ne vivent pas comme nous", a poursuivi M. Parrat. "Ils ont une notion différente de l'espace public", a-t-il déclaré, mettant en cause l'introduction du revenu minimum garanti de la France pour les problèmes du quartier. "Ils ont dit:" D'accord, nous n'allons pas travailler. "Et cela s'est retourné contre eux."


Les habitants du quartier, a-t-il dit, constituent un groupet attrayant, mais ils ont tendance à s’énerver pour rien».

La peur est réelle, cependant. Les Tziganes de Perpignan sentent l’université en expansion en contrebas se presser contre eux.

Les fonctionnaires veulent faire tomber le quartier, a déclaré Valérie Cargol, devant sa maison impeccablement entretenue dans une rue escarpée de Saint-Jacques. "Mais ils ne doivent pas."

Les fonctionnaires remettent en cause l'hygiène des gitans, mais la cuisine de Mme Cargol était étincelante.

"Il est là depuis 150 ans. Alors pourquoi casser le tout? "Demanda-t-elle. "Pause, pour quelle raison?"


Paul Orell, 34 ans et sans emploi, a déclaré qu'il était impatient de participer à la reconstruction du quartier. "Ces maisons étaient habitées par nos grands-parents", a-t-il déclaré. "Nous avons été abandonnés."


Avec les nouvelles ruines de la place du Puig derrière lui - «Beyrouth», comme certains l’appellent - Nick Giménez, un des anciens de la communauté, a déclaré: «Nous sommes nés ici. S'ils nous expulsent, nous sommes morts. "

.

 

Voir aussi:

Perpignan: dans le silence de la chaleur de l'été la mairie de Perpignan détruit du patrimoine bâti et l'identité gitane roussillonnaise au quartier St Jacques! interviews d'habitans gitans et un payou par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2018/08/perpignan-dans-le-silence-de-la-chaleur-de-l-ete-la-mairie-de-perpignan-detruit-du-patrimoine-bati-et-l-identite-gitane-roussillonnaise.html

Perpignan/ St Jacques: lorsqu'on veut abattre le patrimoine, on ne dit pas qu'il a la rage, mais qu'il est ''insalubre''! interview Jean-Bernard Mathon

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2018/08/perpignan/st-jacques-lorsqu-on-veut-abattre-le-patrimoine-on-ne-dit-pas-qu-il-a-la-rage-mais-qu-il-est-insalubre-interview-jean-bern

Perpignan / destruction du centre ancien: ''Ce n'est pas en charcutant la ville que l'on va résoudre les problèmes des quartiers'' interview Olivier Poisson par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2018/06/perpignan/destruction-du-centre-ancien-ce-n-est-pas-en-charcutant-la-ville-que-l-on-va-resoudre-les-problemes-des-quartiers-intervie

Perpignan/destruction du patrimoine de St Jacques:le pourquoi du comment du Bern'out d'Olivier Amiel et la discrétion de Jean-Marc Pujol! par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2018/06/perpignan/destruction-du-patrimoine-de-st-jacques-le-pourquoi-du-comment-du-bern-out-d-olivier-amiel-et-la-discretion-de-jean-marc-p

Partager cet article
Repost0
17 août 2018 5 17 /08 /août /2018 15:34

🕊️ce soir 21h : Pere Figueres au festival Les Nits d'Eus
nous jouerons "Ocells" de Jordi Pere Cerdà 🐦 – avec Pere Figueres.

Pere Figueres ,chanteur de l'identité catalane d'ici , mais aussi citoyen de coeur de la future république caatlane 
 

Partager cet article
Repost0
23 juin 2018 6 23 /06 /juin /2018 21:17

Nicolas Salvadó était en direct de la terrasse de l'hôtel El Palace (ancien Ritz) à Barcelone pour les 7 ans d'équinox radio, la radio des français de Barcelone, dont il est le co-créateur. Nicolas Nicolas Salvadò avait débuté à la radio des jeunes de Perpignan, il y a prés de 15 ans , radio Zygomar!

Partager cet article
Repost0
16 juin 2018 6 16 /06 /juin /2018 23:14

Ce flamand, c'est un peu Tim l’espiègle au service de la future république catalane. Il se fait l'avocat auprès des médias et des sociétés civiles d'Europe et au-delà de la cause du Principat , argumentant sur tous les fronts: économique, géo-politique...avec plus ou moins de succès. Parce que cette cause est âpre . On y gagne que centimètre par centimètre pour sortir de l'enfer et accéder à la lumière . C'est dans un moment de détente à l'anniversaire d'équinox radio , la radio des français de Barcelone. Interview sur-réaliste sur la terrasse de l'ancien Ritz de Barcelone.

Les autres tribunes de Christophe Bostyn 

 

ANC talks down economic impact on possible Spain-Catalonia split

http://fj.jour.hkbu.edu.hk/2018/05/30/anc-talks-down-economic-impact-on-possible-spain-catalonia-split/

Zou België een onafhankelijk Catalonië nooit erkennen?

https://www.demorgen.be/opinie/zou-belgie-een-onafhankelijk-catalonie-nooit-erkennen-bdd871ac/

 

Partager cet article
Repost0
14 juin 2018 4 14 /06 /juin /2018 20:28

Elisenda Paluzie la présidente de l'ANC (assemblée Nationale Catalane)  https://fr.wikipedia.org/wiki/Elisenda_Paluzie était en direct à à la fêtes d'anniversaire d' Equinox Radio des français Barcelone pour les 7 ans, on l'a interviewé sur le thème de:" où en est le processus d'indépendance catalane", "les changement depuis la destitution de Mariano Rajoy",et l'arrivée de Pédro Sabchez le nouveau premier ministre socialiste et son impacte sur la Catalogne. Et un message de réconfort pour les marchés et les investisseurs : la Catalogne et son économie son viable!

Partager cet article
Repost0
10 juin 2018 7 10 /06 /juin /2018 19:03

Ludovic Lamant est journaliste à Médiapart , il a traîné ses guêtres dans toute l'Europe et particulièrement dans les villes d'Espagne où des mouvement comme occupas ou indignados sont passer de l'action locales à la prise du pouvoir locale notamment à Barcelone et à Madrid.Il en a tiré un livre paru en 2016 :" Squatter le pouvoir" . il a été aussi le journaliste de Médiapart qui a couvert la crise catalane avec une vision différente que la plupart des journalistes français. C'est à partir de ses articles, que Edwy Plénel s'est forgé un point de vu qui lui a permis de faire une déclaration de soutien aux prisonniers et exilés politiques catalans à sa dernière venu à Perpignan http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2018/05/catalogne-pour-edwy-plenel-c-est-un-drame-pour-l-europe-aujourd-hui-qu-un-desaccord-politique-sur-le-futur-de-l-espagne-et-la-place 

Alors je lui ai demandé si pour lui, ces catalans mis en prison préventive à Madrid depuis plus de 8 mois étaient des prisonniers politiques ou des "droits communs" . Dans sa réponse , il reste français, dans le sens où, il dit ne pas vouloir utiliser le terme "prisonniers politiques" , "parce que ce serait reprendre les propres termes d'un des deux partis" .

Il fustige par contre l'inaction de l'Union Européenne et donne son analyse de la raison de cette attitude. C'est à la 43iéme minute de la seconde vidéo jusqu'à la fin de la troisième vidéo (Je vous rassure, il y a un cursus sr les vidéos qui vous permet d'arriver directement au moment que vous voulez écouter) 

L'invitation de Ludovic Lamant au cinéma le Castillet était à l'initiative de Kévin Courtois de la Librairie "L'atelier du parti pris" qui avait déjà invité Alain Badiou et Edwy Plénel . L'animation était à la charge de Claude Farge.

Perpignan/Castillet: ne ratez pas ''Squatter le pouvoir, les mairies rebelles'' par Ludovic Lamant de Médiapart ! interview Kévin Courtois par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2017/10/catalogne-le-nouveau-dessinateur-de-corto-maltese-ruben-pellejero-ira-voter-aujourd-hui-pour-le-referendum-sur-l-independance-interv

Catalogne: pour Edwy Plenel:" c'est un drame pour l'Europe aujourd'hui qu'un désaccord politique sur le futur de l'Espagne et la place de la Catalogne se traduise par des emprisonnements fermes." article,interview par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2018/05/catalogne-pour-edwy-plenel-c-est-un-drame-pour-l-europe-aujourd-hui-qu-un-desaccord-politique-sur-le-futur-de-l-espagne-et-la-place

 

Perpignan:François Hollande l'ex président le la république répond aux questions sur les événements de Catalogne, ses prisonniers et exilés politiques, la candidature de Manuel Valls à Barcelone posées par l'archipel contre attaque! interview par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2018/05/perpignan-francois-holande-l-ex-president-le-la-republique-repond-aux-questions-sur-les-evenements-de-catalogne-ses-prisonniers-et-e

Perpignan: pour le philosophe Alain Badiou, Marine Le Pen n'est pas fasciste, mais l'idiote utile d'Emmanuel Macron! interview par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2017/06/perpignan-pour-le-philosophe-alain-badiou-marine-le-pen-n-est-pas-fasciste-mais-l-idiote-utile-d-emmanuel-macron-interview-par-nicol

Partager cet article
Repost0
8 juin 2018 5 08 /06 /juin /2018 16:15

C’est de Bruxelles, dans le ventre de la bête, que Ludovic Lamant a couvert pour Mediapart les crises européennes.
Aujourd’hui à la direction éditoriale, il reste LE journaliste de la crise en Catalogne. Sa connaissance et son analyse, sans préjugés, reste un des meilleurs éclairages pour comprendre et appréhender au mieux ce vacillement de la démocratie. Il nous présentera son livre Squatter le pouvoir, les mairies rebelles d'Espagne :

"Et si c'était dans les villes que l'Europe sociale voyait le jour? Si c'étaient les maires qui faisaient advenir le projet de communauté défiguré par les banques, la troïka et de médiocres économistes? Voilà l'un des espoirs que nous donne l'Espagne d'aujourd'hui. Loin du marasme austéritaire et cravaté, des mairies indignées et rebelles ont surgi dans des dizaines de villes, dont Barcelone et Madrid. Malgré les promesses de Podemos, la politique nationale espagnole bégaie. Mais à l'échelle municipale, des figures fortes et charismatiques, comme l'ancienne squatteuse Ada Colau et la juge antifranquiste Manuela Carmena, explorent de nouvelles façons de faire de la politique.Ludovic Lamant a rencontré des dizaines de femmes et hommes des marées citoyennes qui ont déferlé sur la péninsule ibérique. Alternant témoignages, reportage et analyse politique, il remonte aux origines politiques, historiques et sociales du phénomène et en propose un premier bilan. Portrait de plateformes citoyennes inédites en Europe, ce récit d'un soulèvement qui perdure se révèle être aussi une boîte à idées pour les mouvements de défense des communs ailleurs dans le monde."

Squatter le pouvoir
Ludovic Lamant
Editions Lux Quebec
Prix : 16 euros

Partager cet article
Repost0
3 juin 2018 7 03 /06 /juin /2018 21:01

Ramon Faura-Llavari était en direct pour l'archipel contre attaque pour le lancement de"Visca pour l'image" ou Visa pour la llibertat " en réaction à l'absence d'exposition photographique au festival Visa pour l'image des événements de Catalogne de par la décision de son directeur parisien Jean François Leroy dont l'argument est" ça ne vaut pas la peine de faire une exposition pour 40 drapeaux "Mais il est déjà à 9 photographes et une dizaine de commerçants pour les exposer en ville. Jean François Leroy n'est courageux que lorsqu'il peut aboyer de loin au travers des expositions qu'il choisit (ce n'est pas lui qui risque sa peau pour donner "l'émotion à Perpignan"). Il n'a pas pris non plus le risque pour une expo sur les émeutes de Perpignan en 2005. Ainsi face à un président Macron qui se cache derrière la légalité et les affaires internes de l'Espagne pour soutenir un gouvernement et son premier ministre Rajoy qui au passage vient d'être destitués pour raison de corruption, Jean François Leroy reste le doigt sur la couture du pantalon...Le photojournalisme à Perpignan , c'est aussi un centre international du photojournalisme ouvert en grande pompe, en passe de fermer. Et que dire aussi de ce festival lorsque un des principaux sponsor fut longtemps Gettyimage, une banque d'image (comme il y a des banques de sperme! ça aussi , ça en met plein les yeux!) qui met en coupe réglée la liberté et le travail des photojournalisme par le billet du copyright, et pas le paiement du droit d'auteur...Il n'y a pas de copyright sur les images de la marche à 'indépendance de la Catalogne...

Voir aussi:

Perpignan: la mairie projettera l'opéra Manon Lescaut en direct du Licéu à Barcelone, place Gambetta, pour faire oublier que Visa pour l'image ne fera pas d'expo photos sur les événements de Catalogne! par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2018/05/perpignan-la-mairie-projettera-l-opera-manon-lescaut-en-direct-du-lyceu-a-barcelone-place-gambetta-pour-faire-oublier-que-visa-pour

Partager cet article
Repost0