Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

4 décembre 2020 5 04 /12 /décembre /2020 16:44

La culture est un placement à long terme. Un placement trop long pour un gouvernement, une mandature. En matière de culture, les politiques se doivent d’être responsables, sceptiques et rationnels. Ils investissent volontiers dans l’immobilier culturel mais se méfient des valeurs volatiles des patrimoines immatériels. 

 

Les cotes du théâtre, de la musique classique ou contemporaine, par exemple, sont en chute libre.

Les titres des musées d’art contemporain, par contre sont très populaires et se négocient à la hausse sur des marchés très demandeurs. La pierre, c’est fait pour durer et le marché de l’art, grâce à la Chine, se porte comme un charme.  Donc quoi de mieux que de mettre à l’abri dans un temple de béton et de verre des objets de grande valeur et se constituer, à l’attention des électeurs, un patrimoine sûr, un trésor moderne que les nouveaux Chtchoukine et Morozov, de l’administration amasseront et bâtiront pour le bien commun. 

 

Il y a quelque chose qui fait sourire dans cette satisfaction d’être un peu, de loin, les possesseurs de ces malles à joujoux, ces greniers de grand-mères, ces coffres-forts aussi que sont les musées.

Et qu’y a-t-il de mieux dans la vie que de suivre les vertus de l’épargne et de l’accumulation primitive d’objets rares et chers.

La question, c’est de savoir si Marcel Duchamp est plus démocratique que Samuel Beckett, puisque, dans le fond, c’est cela la question que se posent les politiques. Car une bonne part du fantasme, du bras de fer culturel tourne autour de la question de l’élitisme, de la « démocratie » dans l’art.  

 

L’élitisme et le territoire. Un théâtre doit être de pro-xi-mi-té. Mais personne ne demandera jamais au MAC Val d’être un musée d’art contemporain «de proximité ». 

Il est pourtant aussi difficile « d’entrer dans une œuvre » que dans un accélérateur de particules. Dans les deux cas, une formation est demandée. C’est ce qu’on nomme parfois le travail du spectateur, ce sont les visites guidées dans les musées, la formation artistique dans les lycées, ad libitum.  

Il faut se poser la question du désintérêt des politiques pour cette part de la culture, le théâtre.  C’est sans doute loin d’eux, ce qui se traduit par loin du peuple, cela cible le bourgeois, le vieux blanc, le bobo, les profs socialistes, ce n’est pas une priorité, ce n’est pas la culture que demandent les gens. 

Je l’imagine cet élu « de proximité » tentant de percer le secret de la pissotière de Duchamp. Son cerveau sceptique est parcouru d’évidences brèves … 

 

  • Quelle m … cet urinoir 
  • Attention les collègues m’observent ! 

Je tente un sourire… intelligent, connaisseur, de bon ton.  

  • Montrer que je ne suis pas dupe. 
  • C’est clair. C’est une provocation cet urinoir. 
  • Oui mais. 
  • Oui mais il est là. A Beaubourg. 
  • Donc s’il est là, cette m… d’urinoir, 
  • C’est qu’à l’évidence, c’est de l’art. 
  • Donc, rester sur ses gardes.  

 

Comme j’aime ces admirateurs autodidactes, poètes de la microseconde, fixer impassible et secret, les mains croisées derrière le dos,  « l’œuvre »  qui ne s’ouvrira peut-être jamais.

J’aime le respect de l’art à cet instant. C’est le prix qu’ils admirent, le coût, la valeur.  Et ils s’activent vers la sortie

L’art dur à de toute évidence plus la cote que l’art mou. Le marbre, le bronze, le béton, oui, la chair non. Le volume oui, le corps, non. 

 

 

Voir aussi :

Patrick Sommier,ami du catalan Roda-Gil, de Moscou à Pékin, en passant par le MC93 enfin à Perpignan! interview par Nicolas Caudeville

http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2020/11/patrick-sommier-ami-du-catalan-roda-gil-de-moscou-a-pekin-en-passant-par-le-mc93-enfin-a-perpignan-interview-par-nicolas-caudeville.html

Patrick Sommier était en direct pour l'archipel contre attaque pour présenter le texte qu'on va publier sur la différence de traitement entre l'art contemporain et le "spectacle vivant" (surtout en cette période de confinement). Et faire la bande annonce de la prochaine émission en direct du Clap Ciné de Canet samedi 12 décembre 15h00, qui a pour titre : quand on me parle de culture, je sors mon con finement ! En présence de Jérôme Quaretti , François Viette , Monica Guillouet-Gélys

Partager cet article
Repost0

commentaires