Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

14 décembre 2021 2 14 /12 /décembre /2021 15:56

Attention: "ceci n'est pas un film de Barbet Schroeder https://www.youtube.com/watch?v=OzDKmB6bfQQ

Au cours de la nuit, le vieux roi Priam se rendit au camp grec pour supplier le héros de lui rendre son fils. Sa requête émut Achille, qui se souvint de sa propre famille, et il rendit la dépouille d'Hector. Ce dernier put ainsi avoir des funérailles solennelles.


Normalement le dimanche après-midi je vais siroter un lait-fraise dans un donjon, en bas de chez moi. Discuter avec des inconnu·es, dans une ambiance conviviale, reste, pour moi, la meilleure façon d’avoir un bon coup de fouet pour finir le week-end avant de démarrer une nouvelle semaine.

Mais hélas, du fait des restrictions sanitaires, le donjon est fermé. Bon, ça permet au taulier de refaire la déco et de rafraîchir les peintures. Ce qui est bien. Mais, moi, je me retrouve désœuvré en ce dimanche après-midi de décembre 2021.

Alors, pour rester dans le trip S&M, je me suis infligé les 2h35 du congrès de Carole Delga à Perpignan, avec Anne Hidalgo en guest star.

Et question souffrances, je peux vous dire, c’était quelque chose !

                                             .

 

On va être clair, si c’est bien Anne Hidalgo qui est la candidate du PS pour la présidentielle 2022, les organisateurs de ce meeting n’avaient pas d’autre intention que de mettre en avant Carole Delga.

Les militants, ou ce qui en fait office, tant le PS n’a plus de forces vives à envoyer sur le terrain, sont venus de toute la région. À tel point que Perpignan et les Pyrénées-Orientales n’ont même pas été mis à l’honneur, mise à part lors de la pitoyable intervention d’Hermeline Malherbe, qui nous a laissé penser que les rumeurs comme quoi le crack commencerait à circuler à Perpignan seraient fondées. Il doit y avoir un dealer près du quai Sadi Carnot.

Non, une personne sobre ne peut pas débiter autant d’ânerie. C’est biologiquement impossible.

Hermeline, qui est à Thuir, si vous voyez ce que je veux dire, est persuadée qu’EELV a soutenu le PS lors des départementales et des régionales 2021 ! C’est dire si on sombre dans le délire.

Pas de pot pour Hermeline, qui a essayé de vanter les vertus de l’union, et, donc de la primaire populaire, le PS a gagné seul en 2021 dans le coin.

Par contre, elle nous a lâché la vraie info du soir : Carole Delga s’y verrait bien à la place d’Hidalgo.

Ça ne sera pas pour 2022, mais en 2027 pourquoi pas.

« Notre candidate Carole Delga… » un lapsus tellement révélateur, surtout que Hermeline lisait ses notes. L’inconscient à parler, ce qui est logique pour une personne totalement inconsciente.

Si vous voulez, un de ces jours, on parlera de ce refus, totalement irresponsable, du CD66 de recruter des éducateurs de rue. Ça serait une bonne petite discussion, ça c’est sûr.

 

Entre Hermeline Malherbe et Carole Delga, seul du menu fretin est monté à la tribune. On a même eu droit à 10 secondes d’un boulanger de Besançon, histoire de dire que tout la France est derrière Hidalgo. Le côté pathétique de la chose saute aux yeux. Par manque de fond, on travaillerait la forme. Mais la forme, elle aussi, n’est pas travaillée.

« La gauche, vous pouvez en être héritier, on vous donne un canton, on vous donne une circonscription,…, c’est vrai, mais ce temps-là est moins acquis », a lâché Michaël Delafosse, l’insipide et amnésique maire de Montpellier. Et oui, camarade socialo, si tu veux un mandat, va falloir bosser !

Et pour appuyer son propos, Delafosse met en avant Christian Bourquin, l’homme de la réhabilitation de Robert Brasillach, et oubli Georges Frêche. Ingratitude du petit rien qui ne veut pas que l’on se souvienne de qui l’a mis là où il est. Oui, on est bien au PS. Pas de doute.

 

Et puis, sous les vivats de ses militants et les propos dégoulinants d’obséquiosités de Pipo et Mario, les deux clowns ridicules, à défaut d’être drôles, Carole Delga s’avance, prend la lumière et, surprise, fait un discours, presque, de gauche.

 

Après une heure à écouter des niaiseries, on pourrait se laisser avoir. Mais, Bibi, il a été élevé au Caramany et au schnaps, c’est dire si le Canada Dry il le renifle à des kilomètres !

Si Carole Delga est la seule, je dis bien la seule, présidente de région à avoir été condamnée pour discrimination politique, ce n’est pas par hasard, et pas seulement par des juges, c’est d’abord et avant tout parce qu’elle n’a rien dans le crane.

Alors on aura droit à des attaques à tout-va. Contre Éric Z∴, l’ennemi médiatique du moment, contre Valérie Pécresse, contre Emmanuel Macron, contre Jean-Luc Mélenchon (tant pis pour l’union de la gauche).

Alors on définit ce qu’est la gauche. Parce qu’il faut bien mettre les points sur les i !

On convoque les grands anciens, comme Orwell, que l’on cite. Mais, il ne faut pas être grand clerc pour comprendre que Carole Delga n’a jamais entendu parler du roman « Le Quai de Wigan », sinon elle aurait moins de morgue. Puis on cite Jean Jaurès. Mais combien de fois faudra-t-il que ces militants de l’extrême centre l’assassinent ?

On a droit à de belles tirades, sur la responsabilité morale. On nous affirme qu’il faut lutter contre le déterminisme social. Et on apprendra qu’être de gauche c’est aimer l’entreprise. Fini les « mon ennemi c’est la finance », vive les « la finance est mon amie, la bonne finance ! ».

C’est la « gauche du réel ».

C’est la « gauche de Delga ! ».

Et là, toute la salle se lève.

Comme un bon petit chien voulant son susucre.

Oui, Carole Delga s’offre une standing ovation.

Oui, la « gauche de Delga », non pas la « gauche d’Hidalgo », a droit à des acclamations.

La patronne est là, à la tribune, qui jubile.

La roche Tarpéienne est pour avril 2022, mais là, dans ce Palais des Congrès, dans cette ville tenue par l’extrême droite, Carole Delga s’affirme, se fait acclamer par ses laquais, s’impose face à une candidate appelée à passer à l’équarrissage d’ici peu.

La vanité est le sceau de la médiocrité.

Carole Delga n’a pas lu l’Ecclésiaste, ni la biographie de Nicolas Fouquet.

 

Carole Delga veut faire croire qu’entre 1983, l’année du « tournant de la rigueur », et 2021, la gauche n’a pas existé. Non, ni les deux septennats de François Mitterrand, ni les 5 ans de Lionel Jospin comme Premier sinistre, ni le mandat de François Hollande, n’ont été de gauche. Sur les 40 dernières années, elle ne retient que le « mariage pour tous ».

Malheureusement, tout le monde n’a pas oublié son passage dans le gouvernement de Manuel Valls. Son discours pourrait être recevable si elle n’avait pas participé, activement, à la casse des services publics, si elle n’avait pas soutenu la loi El Khomri, dont le seul but était de précariser encore plus les travailleurs que Carole Delga prétend défendre au nom d’une gauche fantasmée.

Carole Delga n’hésite même pas à se citer elle-même, en parlant de l’importance des musées.

Et puis elle finit par un, biblique, « lève-toi la gauche ! ».

Oui, tel Jésus ressuscitant Lazare, Carole Delga veut ressusciter la gauche.

Être à la fois l’assassin et le résurrecteur, cela est cocasse.

 

L’assistance applaudit la patronne. Elle ne se soucie pas que cette dernière, avec une morgue largement supérieure à sa bêtise, condamne le parti a une longue agonie. Elle est trop galvanisée, elle est trop déconnectée du réel.

Saint-Jacques, et son combat social, n’est qu’à quelques centaines de mètres. Mais non, les socialistes n’y iront pas. Carole Delga n’ira pas voir les sans-dents. Ils ne sont pas dignes d’elle.

Louis Aliot, et ses projets de démolitions, eux, sont dignes de l’argent de la région Occitanie.

Carole Delga n’est d’une vaste blague. Sinistre et écocide.

Mais, en quittant la tribune, elle n’en a cure.

Elle marche sur l’eau, elle aussi.

Quelqu’un, quelque part, a déjà préparé les clous et les planches.

Comme le rappelle Simone Weil dans son analyse de l’Illiade, le héros est un cadavre que l’on tire dans la poussière, attaché derrière un char.

Les chevaux sont prêts !

 

Pour finir l’après-midi, sur une faute de goût, la présence d’Anne Hidalgo s’imposait.

Elle n’a rien a dire, mais il lui faut une heure pour le dire.

Mais, pour le détail, il faudra lire la partie 2.

 
 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires