Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

8 juillet 2021 4 08 /07 /juillet /2021 22:40

Juin 2021 : 12 mois d’Aliot à Perpignan première partie par Olivier GANDOU

Les 9 premiers mois du nouveau maire de Perpignan ont été ponctués d'annonces et de décisions.

http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2021/04/mars-2021-9-mois-d-aliot-a-perpignan-partie-2-par-olivier-gandou.html

Les 3 mois qui ont suivis ont été marqués par les élections départementales/régionales et par le déconfinement. Trimestre avec le premier craquellement de la majorité municipale. En revanche la machine à communiquer n’a jamais cessé à fonctionner.

 

**Élections cantonales et régionales

*Des volontaires indemnisés et les 30 000 perpignanais non-inscrits

Premier adjoint de Perpignan, Charles Pons indique en mai que le nombre de bureaux de vote passe de 75 à 152. Pour organiser les élections du 20 et 27 juin, il faut donc prévoir 4 personnes par bureau ; soit 608 pour les 152 bureaux perpignanais. La majorité municipale souhaite rémunérer des assesseurs.

Le 1 juin la presse communique que le code électoral interdit la rémunération des assesseurs : la participation doit rester bénévole. Dans un courrier daté du 8 juin la direction des sports de Perpignan adresse une lettre aux dirigeants d’associations sportives pour faire appel à leur sens du devoir civique.

La presse s’est intéressée à la décision du conseil municipal de mai d'indemniser les volontaires à hauteur de 300 euros pour les président(e)s et secrétaires et 200 euros pour les assesseurs. Certains medias locaux se sont attardés sur les envolées lyriques et philosophiques de l’opposition : “La politique, c'est servir la communauté, le bien commun de la Cité. L'esprit civique ne se paie pas". D’autres ont noté la citation des 30.000 majeurs non inscrits sur les listes.

Par conséquents les non-inscrits à Perpignan seraient plus nombreux que les électeurs de la majorité et l’opposition municipales réunies.

*Départementales 

Le 2 mai la presse annonce que Gilles Foxonet l'ancien élu de la ville de Perpignan sous Jean-Paul Alduy et maire de Baixas depuis 2001, sera finalement candidat pour ces élections départementales avec le soutien du maire RN de Perpignan. Dans l’interview il défend sa motivation pour le canton et que “ce projet a été validé par Louis Aliot qui m'apporte donc son soutien".

-Les cantonales RN une histoire de falemil

Le 3 mai la presse annonce que sur le canton perpignan 3, Bénédicte Lartigue Pons, la sœur de Charles Pons premier adjoint de Perpignan, est soutenu par le Rassemblement National. Elle forme un binôme avec Olivier Guillaumon frère de Frédéric Guillemon également adjoint à Perpignan.

Le 6 mai on peut lire dans la presse des informations sur les candidats RN. Louis Aliot, évoque une volonté délibérée d’éviter le cumul des mandats pour ses adjoints. Le RN présente des binômes dans l’ensemble des 17 cantons. Selon la presse aucun des caciques du parti ne figure parmi les 96 binômes titulaires.

Le Rassemblement National, via Le Mouvement Démocratie Locale, soutient François Sarlandie de la Robertie et Nathalie Vang. Cette dernière figurait en 54e position de la liste de Louis Aliot aux dernières municipales.

Le RN soutient Jean-François Lopez, attaché parlementaire de la député Catherine Pujol, et Christelle Martinez, conseillère municipale de la majorité de Louis Aliot.

Jean-Marie Dionet et Carla Muti sont candidats. Cette dernière est, depuis l’élection de Louis Aliot, membre du cabinet du maire de Perpignan. La presse annonce la semaine du 16 au 22 juin 2021 que Jean-Marie Dionet est inéligible sur son canton. En effet selon la loi : « Ne peuvent être élus mem- bres du conseil départemental : les directeurs et chefs de services régionaux des administrations civiles de l'Etat dans les départements où ils exercent ou ont exercé leurs fonctions depuis moins d'un an ».

Le binôme porté par le RN est Stéphane Lecalme et Marie-Thérèse Costa Fesenbech. Cette dernière est l’une des seules figures de proue que le parti de Louis Aliot a choisi d’investir dans cette élection.

-Aliot « en campagne »

Le 7 mai, Louis Aliot présentait les binômes soutenus par le RN. Il précise sa logique : “Le RN est dans une logique de rassemblement, de tous les patriotes, de tous les nationaux, et de tous les républicains, de droite ou de gauche”. Anaïs Sabatini, adjointe à la mairie, elle-même ancienne UMP devenu les Républicains, enfonce le clou : “Nous ne sommes pas ici pour diviser, ou exclure personne ; mais rassembler sans considération d’étiquette politique”. Louis Aliot inclus dans ce rassemblement les sociaux professionnels et les indépendants présents en nombre parmi les binômes ou leurs suppléants. Pour Louis Aliot, “il s’agit d’un rassemblement pour participer à un changement de majorité. Dans ce département qui a connu une bien mauvaise politique depuis maintenant bien trop longtemps”. Pour Louis Aliot, Hermeline Malherbe et la majorité départementale représentent peu ou prou ce que représentait Jean-Marc Pujol, maire de Perpignan battu en juin dernier :“Un vieux système dépassé, sans idée, sans idéal, sans plus aucune cohérence. Une espèce de coalition d’intérêts. L’état du département est à l’image de ce qu’était l’état de la ville de Perpignan. Un état déplorable en termes d’attractivité, de misère sociale, de dynamisme ; alors que tout ici pourrait se transformer en or pourvu qu’il y ait un tant soit peu de dialogue”. Le maire présente un département enclavé et où la misère sociale explose. “Les chiffres sont très mauvais, et ils le seront d’autant plus que nous accueillons tous les mois, un certain nombre de personnes clandestines qui n’ont rien à faire chez nous, mais qui sont à la charge du contribuable des Pyrénées-Orientales”. “Bien sûr que nous avons un cœur, mais nous ne pouvons accueillir toute la misère du monde”. Citant ainsi Michel Rocard, ancien premier ministre de François Mitterrand. “Ces accueils font exploser les compteurs de l’assistanat, des comptes sociaux, et les réseaux de trafics mafieux vivent sur cette misère-là”. “On se battra sur les 6 cantons perpignanais pour tenter d’agréger le plus grand nombre d’électeurs  Mais il y a aussi tous ceux de la 2e circonscription, dont j’étais élu député. Il y a des cantons qui comptent, la Salanque, Canet-Saint-Cyprien, celui de l’Agly. Au regard des scores que nous avons fait la dernière fois. On voit bien qu’il y a l’installation d’un électorat. Et surtout un basculement de la droite vers ma candidature, et vers notre famille politique. Cela préfigure la recomposition de la vie politique française. Je suis persuadé qu’il y a une majorité de gens qui pensent la même chose sur beaucoup de sujets : la sécurité, le communautarisme, l’immigration de masse, l’environnement…”. Mais Louis Aliot envisage déjà le fait de ne pas atteindre de la majorité (il en faut 9 cantons pour prendre la tête de cette collectivité). “Si nous n’en gagnons pas 9, il faudra bâtir une coalition pour gouverner ce département contre la gauche”. Louis Aliot souhaite ardemment voir au département “un exécutif proche” de celui de la mairie Perpignan. “On va enfin pouvoir travailler ensemble. Faire avancer les dossiers ensemble, sans qu’il n’y ait une guerre déclarée en fonction de son appartenance partisane. Les candidats que nous avons mis en place sont des candidats d’ouverture qui défendent un projet avec de véritables propositions”.

Le 7 mai la presse analyse la stratégie d’Aliot pour les départementales “Même slogan, même opération dédiabolisation, mêmes arguments de campagne... Louis Aliot, leader sans être candidat de la liste soutenue par le RN, parie sur le même scénario que pour les Municipales à Perpignan lors des élections départementales des 20 et 27 juin 2021. Avec le maire de Baixas, Gilles Foxonet, comme prise de guerre. Un même slogan : "Les P.-O. en grand !" après "Perpignan en Grand !". Un même mantra : "Le pouvoir en place au Département représente peu ou prou ce que représentait Jean-Marc Pujol à Perpignan, une politique à bout de forces, sans idée, ni idéal". Une même opération dédiabolisation, avec des binômes pratiquement tous composés d'un membre du RN et d'un acteur de la société civile”.

La presse annonce la semaine du 16 au 22 juin 2021 que le RN a choisi l'imprimerie Impri- matur de Limoges pour éditer tous ses documents de cam- pagne (et pas une entreprise des P.O). Imprimatur est connu par ailleurs pour être l'imprimerie du FN et celle qui aurait fourni un emploi fictif au factotum de Louis Aliot, Mohamed Bellebou.

-Résultat

Au deuxième tour, le vote RN totalise sur les Cantons de Perpignan 13 792 voix soit 14,09% des inscrits.

 

*Régionale

Le 14 mai presse annonce que Xavier Baudry Adjoint au maire de Perpignan, conseiller régional sortant, et militant de longue date du parti de Marine Le Pen, mènera la liste de Jean-Paul Garraud dans les Pyrénées-Orientales.

-Le résultat du premier tour

Comme partout en France, l’abstention record marque ce premier tour des Départementales dans les Pyrénées-Orientales. 64,75%. Les Perpignanais ne se sont pas passionnés pour ces élections départementales. Dans la ville-centre, l’abstention atteint des résultats records avec dans certains bureaux une participation qui dépasse difficilement les 20 %.

Le lendemain du premier tour la presse informe qu4en 2015, Louis Aliot, tête de liste du FN avait remporté 69.688 voix. En 2021, Jean-Paul Garraud a perdu 30.172 de ces voix (39.516). le RN a fait sur Perpignan 7000 voix soit 10,6 % des inscrits. Soit la moitié des voix d'Aliot aux municipales 2020.

 

**Aliot et ses conseillers municipaux

Bernard Reyes a le 23 juin, peu avant le second tour, écrit au préfet pour lui signifier sa démission de ses fonctions avant d'en avertir dans l'après-midi Louis Aliot. Il reproche essentiellement à Louis Aliot d'avoir confié les rênes de la municipalité à son administration et à son cabinet. Aliot l’accuse de persécuter des fonctionnaires. À ces propos, Bernard Reyes se dit lui-même insulté par certains des fonctionnaires de la mairie du quartier Nord. Il déclare avoir déposé plainte et main courante à l’encontre d’un employé de la mairie depuis le 21 janvier. Suite aux insultes proférées, le salarié en question n’aurait reçu que “3 jours de mise à pied” se désole Monsieur Reyes ; précisant qu’il serait resté dans la mairie de quartier “3 semaines durant à (le) narguer”. Il aurait aussi des divergences aussi avec la directrice.

Reyes souhaite rester conseiller communautaire et municipal, rejoint bien les rangs de l'opposition LR puisqu'il a confié, selon nos informations, une procuration à l'élu d’opposition Bruno Nougayrede car Bernard Reyes a décidé de ne pas assister au conseil de juin.

**Aliot et son opposition municipale

*La justification de Perpignan « la rayonnante »

La presse informe que lors de la séance du conseil municipal de Perpignan le 6 mai en début de séance, le maire Louis Aliot répond à l'opposition au sujet de la mise en place du nouveau logo de la Ville de Perpignan. Louis Aliot suite à une intervention de Chantal Bruzy, chef de l’opposition (Les Républicains) qui regrettait la disparition du slogan “Perpignan la Catalane” au profit de "Perpignan la rayonnante” rappelle que l’ancien maire a voulu faire disparaître le slogan “Perpignan la Catalane”. Le maire s’Est justifié en rappelant le slogan “Perpignan la Catalane”, un auto-marketing vu d’ailleurs (qui imaginerait “Paris la Française ou “Figueres la Catalane” ?) a constitué un justificatif d’enracinement express et cosmétique pour Jean-Paul Alduy, maire 1993 à 2009, parachuté depuis Paris. L’opposition lui a rétorqué qu’à l’époque la population n’avait pas été consulté mais qu’une partie de l’opposition avait soutenu cette décision du slogan.

Par ailleurs on peut résumer l’argumentation d’Aliot par “à l’époque ils n’ont pas consuté les citoyens donc moi non plus”. Où est passé le défenseur de la démocratie?

-Le Castillet figurera sur le logo du congrès du Rassemblement national en juillet

Le 13 avril la presse informe qu’à Perpignan le Castillet figurera sur le logo du congrès du Rassemblement national les 3 et 4 juillet 2021 à Perpignan.

 

*Menace de procès

Le chef de la majorité municipale n’apprécie pas certaines critiques et menace de procès. Concernant le conseil municipal de juin 2021 la presse relève que l’opposition dénonce les gardes du corps du maire auraient été présents à la première communion de la fille de Charles Pons (1er adjoint) ; et ils seraient là quand Louis Aliot se déplace à l’autre bout du département pour soutenir ses candidats RN aux dernières élections. Louis Aliot dément. Il affirme avoir été présent à l’office religieux en tant que premier magistrat de Perpignan. Et conteste fermement s’être déplacé avec ses gardes du corps pour soutenir les candidats RN des Départementales et Régionales. La colère monte entre les deux élus. Le maire coupe le micro à son opposant. “Je réfléchis à des moyens de vous poursuivre en justice pour diffamation“, conclut le cadre RN.

**Stratégie de dédiabolisation ?

De l’aide aux personnes en situation de handicap aux prêts d’ordinateur le Facebook de la Ville valorise des actions de la mairie éloignées de l’image du vieux RN.

*Handicap

A l’occasion de la journée mondiale de sensibilisation à l’autisme, Louis Aliot, maire de Perpignan, Christine Rouzaud-Danis, adjointe au maire déléguée à la Santé et au Handicap, accueillaient ce vendredi 2 avril à l’Hôtel de Ville, les représentants de l’association Autisme 66 Espéranza., la Ville de Perpignan répondra présente à cet appel et illuminera tous ses monuments, dont le Castillet.

*Génocide arménien

Le 24 avril le Facebook de la mairie annonce : . "A l’occasion de la Journée de commémoration du génocide arménien, Louis Aliot, maire de Perpignan, en présence d’élus de la Ville et de la présidente et des membres de l’association Arménienne des deux Catalognes, a déposé une gerbe de fleurs à la mémoire des 1 500 000 victimes."

*Des micro-ordinateurs prêtés à plusieurs familles Perpignanaises

La presse communique que le 7 mai, Sophie Blanc, maire adjointe déléguée à l’Éducation, a remis 30 micro-ordinateurs prêtés à plusieurs familles Perpignanaises, à la salle des libertés. Contexte La crise sanitaire a des conséquences particulièrement importantes pour les habitants des quartiers prioritaires de la politique de la ville (Qpv) pour la mise en œuvre de la continuité éducative.

* « feuilleton » La Cigale : la convention pour un Centre d’accueil réservé aux personnes victimes de violences familiales

La mairie de Perpignan au cours conférence de presse a présenté le 18 mai un projet de création de centre d’accueil réservé aux personnes victimes de violences familiales. La mise en place et le fonctionnement de ce centre d’accueil seront le fruit d’une convention liant le Centre communal d’action sociale de Perpignan (CCAS) et l’association Stop violences 66. La première étape, la signature d’une convention avec Stop violences 66 pour 6 ans, par laquelle la Ville s’engage à mettre à disposition de cette association, créée voilà un an par trois avocates Mes Laetitia Aguilar, Eve Bernole et Céline Piret, les moyens d’accomplir ses fonctions d’écoute, de conseil et d’accompagnement. Plus concrètement, les bénévoles disposeront gracieusement d’un lieu d’accueil pour tenir des permanences mais surtout d’hébergements d’urgence (" qui font cruellement défaut ") dans les locaux de l’ancien hôtel de la Cigale, en haut du boulevard Jean-Bourrat. Un site rénové, dont le financement des travaux sera soumis au prochain conseil municipal fin juin.

Le maire se place comme un protecteur des femmes battues. il a déclaré “ C’est une modeste pierre à l’édifice de la protection, de la prévention et de l’éducation face à un vrai fléau mais il s’agit aussi d’alerter les pouvoirs publics sur les violences qui ont lieu à Perpignan. J’espère que d’autres collectivités pourront se joindre à nous et que des centres se mettront en place dans tous les quartiers comme cela est le cas à la maison de quartier du Haut-Vernet où l’association Stop violences 66 tient une permanence ".

 

** Aliot et la communication

*Aliot et les musulmans harkis

Le 13 avril la presse informe que le maire de Perpignan “Je souhaite un bon Ramadan à tous mes compatriotes français-musulmans et particulièrement à mes amis harkis avec qui nous partageons l’amour de notre beau pays la France avec respect et dignité."

*La communication fin avril sur l’aide aux devoirs

Le 17 avril en lisant les panneaux publicitaires ont pouvait se demander si le décrochage scolaire,est-il une “grande cause municipale” pour Aliot ? Ou une annonce comme beaucoup d'autres ? Le 2 mars Aliot a annoncé cette "ambition" mais un mois et demi après le recrutement semble toujours en cours ("la Ville recrute des enseignants bénévoles ") . et « engagez vous contre le décrochage scolaire") .

* "repeindre en bleu-blanc-rouge" les quartiers populaires

La presse annonce le 21 avril que sur RMC Louis Aliot veut "repeindre en bleu-blanc-rouge" les quartiers populaires

*Opérations nettoyage d’avril

Le 22 avril le facebook de la ville communique sur une nouvelle operation : "Visite d'Isabelle Bertran, adjointe au maire déléguée au territoire centre à l'impasse des maçons dans le quartier Saint Mathieu. Voici un aperçu AVANT-APRÈS de son état”.

*Le drapeau

Fin avril les grandes avenues perpignanaises sont remplies de drapeaux tricolores apparemment neufs. Marine Le Pen lance à l'occasion du 1er mai, sa campagne des élections régionales, qui prend une dimension nationale à un an de la présidentielle. La candidate à l'Élysée et présidente du Rassemblement national est allée déposer une gerbe de fleur à la statue de Jeanne d'Arc place des Pyramides à Paris, comme l'an dernier, pour célébrer la «fête du travail» et la «fête de la patrie» (selon le parti).

*Perpignan ville « verte » ?

Il y a quelques mois la mairie communiquait sur la « forêt » du nouveau square Jean Violet (un quare normal, en fait, avec quelques arbres et de la mineralisation). Quand des lotisseurs ont rasé des chênes centenaires sur un ex terrain communal, silence de la mairie. En mai le magasine municipal titrait en couverture «La nature à la ville ». Le 22 mai, Louis Aliot maire de Perpignan, accompagné de nombreux élus de l'équipe municipale, inaugurait la 11ème Fête de la Nature au Parc San Vicens, au coeur du territoire Est de la ville.

Et le 4 mai circulait sur les réseaux sociaux une photo situé à la rueJean-Pierre Pedrazzini d’un pied d’arbre recouvert recouvert d’un horrible revêtement synthétique.

-Grignotage des dernières zones naturelles de Perpignan : ZAC de 38 hectares en projet près du Mas Guérido

Le 6 mai la presse informe les écologistes se mobilisent contre la ZAC de 38 hectares en projet près du Mas Guérido. La zone d'aménagement concerté (ZAC) du Pou de les Colobres, en projet au sud-est de la ville, entre le Moulin-à-Vent et le Mas Guérido, a notamment fait l'objet d'un vote favorable du conseil municipal en février 2020. L'ambition du programme est de bâtir de quoi loger environ 3000 personnes et accueillir 1100 emplois. Mais le terrain est en partie inondable et présente de gros enjeux environnementaux.

*Le maire de Perpignan tente de séduire l’électorat policier

Début mai au conseil municipal, le maire demande une minute de silence pour Stéphanie Monfermé et Éric Masson assassinés dans l’exercice de leur métier de policier. Le 12 mai le Facebook de la ville communique que "Ce matin, Louis ALIOT maire de Perpignan, représenté par Charles PONS 1er adjoint au maire, assistait à la cérémonie commémorative des policiers morts pour la France, en présence de Catherine PUJOL, députée de la 2ème circonscription des Pyrénées-Orientales”.

*en mai : nouvelle opération de com sur le nettoyage des rues

Le Facebook de la Ville informe de l’« Opération coup de poing » ce mercredi 19 mai, secteur Lunette-Kennedy (quartiersud).

*La curieuse communication concernant le service médiation urbaine

Depuis juillet 2020 Louis Aliot avait fait de nombreuses déclarations et quelques décisions relatives à une politique de sécurité sous l’angle punitive et de surveillance. Mais l’angle préventif semblait quasi absent de la communication.

Après le conseil municipal, début mai 2021, des critiques (le coût des caméras, une politique uniquement répressive) ont émergé régulièrement, au cours de ce mois, dans des groupes Facebook et sur des sites d’informations.

L’association l'Alternative ! Endavant publie le 25 mai un communiqué relative au le manque de prévention dans la politique de sécurité d'Aliot.

Et le 27 mai le maire se décide à présenter en conference de presse le service de médiation urbaine qui sur le terrain existe depuis le 14 janvier 2021 avec les 14 médiateurs.

*Fleurs accompagnées d'un mot signé par le maire RN Louis Aliot

Certains commerçants du centre-ville de Perpignan étaient mécontents samedi 29 mai. Ce samedi, plusieurs commerçants de l'hypercentre de Perpignan ont distribué des roses à leurs clients. Une fleur accompagnée d'un mot signé par le maire RN Louis Aliot (: "Louis Aliot, Maire de Perpignan et le Conseil Municipal ont le plaisir de vous offrir cette rose et vous souhaitent une bonne fête des mères"). D'autres professionnels de la vente du centre-ville étaient, eux, étonnés d'être écartés de l'opération. Opération de communication qui a coûté un millier d’euros à la municipalité.

*Foot Américain à Perpignan

Le 31 mai le facebook de la mairie communique sur la satisfaction du maire le retour du Foot Américain à Perpignan, avec le déménagement des Grizzlys Catalans sur la ville après avoir démarré à Pia et St Laurent.

* Le square Jeantet-Violet, un nouveau "lieu de mémoire"

Louis Aliot a inauguré , le square Jeantet-Violet, entre la Basse et la place de Catalogne le 15 juin un projet lancé en 2019 par la majorité de Jean-Marc Pujol.  La presse informe qu’au milieu, un arbre "de la laïcité" et une plaque en hommage à Samuel Paty (Le professeur de collège victime d'une attaque terroriste en octobre 2020 à Conflans-Sainte-Honorine) ont été installés en collaboration avec le conseil de vie lycéenne d'Arago.

*en juin l'opération coup de poing de nettoyage

Le 25 juin la mairie communique sur la énième « Opération coup de poing » qui s'est déroulée de 07h00 à 16h30 sur le secteur Saint Gaudérique, réalisée en partenariat avec Perpignan Méditerranée Métropole.

 

**Aliot et la religion catholique

Le Facebook de la ville précise le 08 avril que pour : “le centenaire Cours Maintenon poursuit ses travaux d’agrandissement. Il a reçu ce matin la visite de Louis Aliot, maire de Perpignan, en présence d’André Bonet, adjoint à la culture. [•••] a précisé Claude Barate , très impliqué dans la vie de cet établissement et de l’enseignement catholique en general”.

 

**culture

*Flamenco et identité méditerranéenne de Perpignan

Le 25 avril la presse informe sur le futur festival de flamenco et cite André Bonet : "le festival va également contribuer à asseoir davantage l'identité méditerranéenne de Perpignan".

*"la Sanch par dessus les toits"

Le 19 mai ouverture de l'expo "la Sanch par dessus les toits" et exposition de dessins de Fernand Patrouix au centre d'exposition de la Sanch, sur le site de l'Ancien Evêché, 8 rue de l'Académie.

*19 mai : quatre lieux culturels municipaux accessibles gratuitement pendant un mois.

Le13 mai la presse annonces que les musées Hyacinthe-Rigaud, Casa Pairal, des monnaies et médailles Joseph-Puig , le Muséum d'histoire naturelle seront tous accessibles gratuitement du 19 mai au 19 juin 2021. Cette décision municipale est prise pour favoriser le retour des flâneurs et consommateurs dans le centre-ville de Perpignan.

*Le Comité consultatif de la culture et école des Beaux-arts à Perpignan

Le 15 juin, André Bonet, adjoint au maire délégué à la culture, a installé le Comité de pilotage pour la réouverture d'une école des Beaux-arts à Perpignan. Composé d'élus ainsi que de personnalités qualifiées, le Comité n'avait pas pu être réuni jusqu'à ce jour en raison des contraintes sanitaires. Cette réunion a permis de présenter les projets, les nouvelles acquisitions du musée Rigaud et les axes de la politique publique en termes de médiation culturelle et d'éducation artistique. Lors de cette 1ère réunion, le Comité de pilotage, composé de plasticiens et d'enseignants en arts plastiques et en histoire de l'art, ont débattu sur les objectifs et les orientations de la future école des Beaux-arts qui sera destinée à la pratique amateur pour les publics de tous âges.

*Exposition "Ruscino : on est sur la voie"

Le 19 juin 06 Louis Aliot, a inauguré l'exposition "Ruscino : on est sur la voie", et la mise en valeur du Centre et du site de l'Oppidum de Ruscino. site protohistorique et romain fait son entrée dans le dispositif patrimonial de la Ville ce jour. Exposition est ouverte jusqu’au 19 septembre.

*L’événement estival “Têt en fête”

Le conseil municipal de mai vote l’animation estivale de l’événement “Têt en fête”.

Le 13 mai la presse s’intéresse à ce projet estival présenté au conseil municipal de mai. L'événement qui se tiendra du 15 juillet au 15 août sera installé sur les deux niveaux des berges de la Têt, à hauteur du passeig Torcatis et le long du lit du fleuve. La partie haute rassemblera un village de 12 guinguettes gourmandes et une zone dédiée aux artistes et créateurs. Sur ce même passeig Torcatis, les restaurants et bars du quartier pourront déployer leur terrasse. Les kiosques alimentaires seront réservés aux commerçants locaux. Une scène de 40 m2 accueillera des artistes sélectionnés par la mairie. Une quarantaine de groupes a répondu à l'appel à candidature aujourd'hui clos. La municipalité pense prévoir ces animations musicales en soirée les jeudis, vendredis et samedis durant toute la période de l'événement.

Partager cet article
Repost0

commentaires