Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

4 avril 2021 7 04 /04 /avril /2021 14:27

Perpignan : le centre d'art contemporain Walter Benjamin a perdu son nom par la vertu de ceux qui était sensés le défendre, mais la mémoire des peuples vaincus finira par triompher ; ceci est une chose commune...

http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2021/03/perpignan-face-a-louis-aliot-le-nom-de-walter-benjamin-efface-par-les-progressistes-interview-jordi-vidal-par-nicolas-caudeville.htm

 

Walter Benjamin Paris capitale du XIXe siècle et Walter Benjamin Le Passé opprimé sont des essais filmiques qui prennent la forme d’une dérive cinématographique. Nous accompagnons le poète tout autant que le philosophe dans son exploration du XIXe siècle parisien et de ses « passages » artistiques, culturels, historiques et théoriques. Ce qui est révélé au cours d’une telle exploration est une préfiguration de l’époque de Benjamin, comme de la nôtre. La flânerie parisienne initiale « de passage en passage » annonce de façon belle et significative la dérive situationniste et la psychogéographie. Cette flânerie devient, au fil des actes des deux films, une remise en cause de l’imaginaire fantasmatique de Paris au XIXe siècle, puis l’expression métaphorique d’un déplacement bien plus vaste dans le temps et l’histoire. Nous suivons le cheminement intellectuel de Benjamin qui, par une approche historique fondée sur la remémoration, en vient à contester le présent au nom du passé opprimé et à formuler une nouvelle pensée et conception de l’histoire. Réalisée à partir d’un montage d’écrits de Walter Benjamin, la voix-off des deux films traduit, à la première personne, son errance physique et intellectuelle dans le Paris du XIXe siècle, comme dans sa propre époque, celles des décennies 1920 et 1930. Elle donne à entendre la constellation des thèmes qui viennent tous contester l’image historiciste de Paris et plus globalement encore de l’histoire elle-même. La traversée critique du passé parisien est pour Benjamin une manière d’évoquer les dangers qui menacent son propre présent, tout comme le film entend le faire du nôtre. Les deux essais filmiques entrecroisent des thématiques qui, avant Benjamin, étaient toujours considérées de manière séparée. Nous explorons ce qui lie le nouveau Paris d’Haussmann « l’artiste démolisseur » à la Bourse, au capitalisme, aux chemins de fer, aux rêves d’avenir, aux barricades de la Commune de Paris et aux utopies révolutionnaires. Nous confrontons le monde de reflets des marchandises aux vitrines de magasins, aux cafés, aux Passages, aux Grands magasins, aux intérieurs bourgeois, à l’architecture en métal, aux expositions universelles et au mythe du progrès. Nous croisons les figures de la mode, de la prostitution, de l’oisiveté, de Baudelaire, du moderne et de l’éternel retour. À partir d’une déambulation urbaine et historique d’où surgissent les « images dialectiques » nous accompagnons Benjamin dans sa reformulation des notions de rêve, de réveil et de révolution. Par une nouvelle approche du temps et de l’histoire Walter Benjamin développe une théorie critique qui réfute le mythe du progrès et reformule entièrement les termes de la modernité et d’une culture toujours exposée à la barbarie. Pour ne pas réduire sa pensée à une accumulation de concepts abstraits, il confronte ses intuitions théoriques à l’histoire de la photographie, aux questions soulevées par la reproductibilité des œuvres d’art, à l’aura, à la trace. Il récuse, à partir d’exemples concrets, l’historicisme au nom de la remémoration, qu’il oppose à la mémoire ; du réveil, qu’il oppose à la catastrophe. Selon Benjamin, puisque le collectif qui rêve ignore l’histoire, il faut que le rêveur s’éveille. Pour y parvenir, pour que les choses ne continuent plus comme avant, pour éviter la catastrophe, il en appelle à dynamiter le cours de l’histoire officielle au nom du passé opprimé et refoulé. Les deux essais filmiques reconstituent la pensée et le monde du philosophe et du poète en un édifice filmique composé d’innombrables archives dynamiques. Celles-ci rassemblent des photographies et des fragments de films : les photographes que Benjamin a aimés, comme les films et documentaires qu’il a pu voir. Le film est organisé comme une déambulation en spirale qui donne à voir et à comprendre, tout autant le XIXe siècle parisien, que notre XXIe siècle. À la manière de Benjamin, les images qui composent les deux films ne sont plus seulement des images du passé, mais des images du présent : d’un présent toujours en péril. Elles expriment au plus près les idées, les intuitions du philosophe et du poète. Les deux essais filmiques témoignent de la cohérence d’une pensée qui organise les fragments comme des moments constitutifs d’un projet unitaire, mais, hélas ! Inachevé. Un tel projet retourne la dialectique négative en mettant en avant sa part de positivité ; il attribue un rôle messianique à chacun et fournit des armes théoriques pour éviter la catastrophe. Au nom d’un passé qui n’est jamais le même de par son histoire postérieure et son histoire antérieure, au nom d’un passé vaincu qui vient saturer le présent jusqu’à le remettre en cause, Walter Benjamin Paris capitale du XIXe siècle et Walter Benjamin Le Passé opprimé invitent le spectateur à un retour possible vers un autre futur.

 
Voir aussi :
 
Partager cet article
Repost0
25 mars 2021 4 25 /03 /mars /2021 23:08

http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2021/03/perpignan-face-a-louis-aliot-le-nom-de-walter-benjamin-efface-par-les-progressistes-interview-jordi-vidal-par-nicolas-caudeville.htm

Perpignan : le centre d'art contemporain Walter Benjamin a perdu son nom par la vertu de ceux qui était sensés le défendre, mais la mémoire des peuples vaincus finira par triompher ; ceci est une chose commune...

http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2021/03/perpignan-face-a-louis-aliot-le-nom-de-walter-benjamin-efface-par-les-progressistes-interview-jordi-vidal-par-nicolas-caudeville.htm

 

 Le Passé opprimé Walter Benjamin Paris capitale du XIXe siècle et Walter Benjamin Le Passé opprimé sont des essais filmiques qui prennent la forme d’une dérive cinématographique. Nous accompagnons le poète tout autant que le philosophe dans son exploration du XIXe siècle parisien et de ses « passages » artistiques, culturels, historiques et théoriques. Ce qui est révélé au cours d’une telle exploration est une préfiguration de l’époque de Benjamin, comme de la nôtre. La flânerie parisienne initiale « de passage en passage » annonce de façon belle et significative la dérive situationniste et la psycho géographie.
 
Cette flânerie devient, au fil des actes des deux films, une remise en cause de l’imaginaire fantasmatique de Paris au XIXe siècle, puis l’expression métaphorique d’un déplacement bien plus vaste dans le temps et l’histoire. Nous suivons le cheminement intellectuel de Benjamin qui, par une approche historique fondée sur la remémoration, en vient à contester le présent au nom du passé opprimé et à formuler une nouvelle pensée et conception de l’histoire. Réalisée à partir d’un montage d’écrits de Walter Benjamin, la voix-off des deux films traduit, à la première personne, son errance physique et intellectuelle dans le Paris du XIXe siècle, comme dans sa propre époque, celles des décennies 1920 et 1930. Elle donne à entendre la constellation des thèmes qui viennent tous contester l’image historiciste de Paris et plus globalement encore de l’histoire elle-même. La traversée critique du passé parisien est pour Benjamin une manière d’évoquer les dangers qui menacent son propre présent, tout comme le film entend le faire du nôtre. Les deux essais filmiques entrecroisent des thématiques qui, avant Benjamin, étaient toujours considérées de manière séparée.
 
Nous explorons ce qui lie le nouveau Paris d’Haussmann « l’artiste démolisseur » à la Bourse, au capitalisme, aux chemins de fer, aux rêves d’avenir, aux barricades de la Commune de Paris et aux utopies révolutionnaires.
 
Nous confrontons le monde de reflets des marchandises aux vitrines de magasins, aux cafés, aux Passages, aux Grands magasins, aux intérieurs bourgeois, à l’architecture en métal, aux expositions universelles et au mythe du progrès. Nous croisons les figures de la mode, de la prostitution, de l’oisiveté, de Baudelaire, du moderne et de l’éternel retour. À partir d’une déambulation urbaine et historique d’où surgissent les « images dialectiques » nous accompagnons Benjamin dans sa reformulation des notions de rêve, de réveil et de révolution. Par une nouvelle approche du temps et de l’histoire Walter Benjamin développe une théorie critique qui réfute le mythe du progrès et reformule entièrement les termes de la modernité et d’une culture toujours exposée à la barbarie. Pour ne pas réduire sa pensée à une accumulation de concepts abstraits, il confronte ses intuitions théoriques à l’histoire de la photographie, aux questions soulevées par la reproductibilité des œuvres d’art, à l’aura, à la trace. Il récuse, à partir d’exemples concrets, l’historicisme au nom de la remémoration, qu’il oppose à la mémoire ; du réveil, qu’il oppose à la catastrophe.
 
Selon Benjamin, puisque le collectif qui rêve ignore l’histoire, il faut que le rêveur s’éveille.
 
Pour y parvenir, pour que les choses ne continuent plus comme avant, pour éviter la catastrophe, il en appelle à dynamiter le cours de l’histoire officielle au nom du passé opprimé et refoulé. Les deux essais filmiques reconstituent la pensée et le monde du philosophe et du poète en un édifice filmique composé d’innombrables archives dynamiques. Celles-ci rassemblent des photographies et des fragments de films : les photographes que Benjamin a aimés, comme les films et documentaires qu’il a pu voir.
 
Le film est organisé comme une déambulation en spirale qui donne à voir et à comprendre, tout autant le XIXe siècle parisien, que notre XXIe siècle.
 
À la manière de Benjamin, les images qui composent les deux films ne sont plus seulement des images du passé, mais des images du présent : d’un présent toujours en péril. Elles expriment au plus près les idées, les intuitions du philosophe et du poète. Les deux essais filmiques témoignent de la cohérence d’une pensée qui organise les fragments comme des moments constitutifs d’un projet unitaire, mais, hélas ! Inachevé. Un tel projet retourne la dialectique négative en mettant en avant sa part de positivité ; il attribue un rôle messianique à chacun et fournit des armes théoriques pour éviter la catastrophe. Au nom d’un passé qui n’est jamais le même de part son histoire postérieure et son histoire antérieure, au nom d’un passé vaincu qui vient saturer le présent jusqu’à le remettre en cause, Walter Benjamin Paris capitale du XIXe siècle et Walter Benjamin Le Passé opprimé invitent le spectateur à un retour possible vers un autre futur.
Partager cet article
Repost0
22 mars 2021 1 22 /03 /mars /2021 14:50

 

 

 Thierry Grillet (le mari Corinne Grillet ) et Maëlle Rouifed était en direct du Clap Ciné de Canet pour parler la création artistique d'ici et son enjeu culturel, social, politique et économique: soutient à la création, diffusion... Co interviewés par Mariya Marenych, Patrick Sommier et Nicolas  Caudeville ; toujours reçu par notre aimable hôte Jérôme Quaretti.
 
La création musicale catalane mérite-t-elle d’être soutenue ?
Oui ! (L’est-elle ? Non !)
Pourquoi ne l’est-elle pas ?
 
Parce que les institutions qui sont censées promouvoir et défendre la culture et la création préfèrent importer, par syndrome provincialiste, ce qu’elles ne savent ni voir, ni entendre, ni remarquer.
 
Salles de spectacle, médias publics, ne font pas ou peu de diffusion, pas de promotion extérieure, comme si la production musicale d’ici devait nous faire honte, comme ci celle-ci n'était pas de qualité.
 
Dans les autres territoires, il est naturel de présenter et d’être fier de ce qui est produit. Pourtant, des légumes bio à la scène locale, ce que nous faisons est de qualité. Pascal Comelade, Cali, Les Liminanas, ont été d’abord connus à l’extérieur. Et les élites locales ne les ont fêtés et reconnus qu’après, en faisant croire qu’elles les avaient soutenus dès le départ. Ici, on ne soutient que le folklorique, que le divertissement, ce qui ne remet culturellement rien en cause. Ou alors, lorsqu’on parle de culture, on ne sort pas son revolver, mais sa bétonnière (quand le bâtiment va, la culture aussi ?).
 
Archétype des protagonistes de cette situation, la radio publique France-Bleu Roussillon, dont les programmes sont plus liés à une représentation folklorique du territoire, façon "l'aççant catalan, rugby et cargolade", que consacrés aux débats et à la monstration de la production culturelle sérieuse. Et ce, au prétexte du "concernant" des auditeurs : "concernant" des auditeurs, qui doit les maintenir concernés, en maintenant simultanément l'audimat.
 
Donc, rien à leur reprocher, puisque l’audimat est au rendez-vous ?
 
Oui. Une radio de service public, n’est pas là pour faire de l'audimat, mais pour proposer des programmes enrichis et plus denses que ce que peut proposer une radio privée qui vit de la publicité, et qui utilise le moins-disant culturel pour rallier la majorité paresseuse des neurones.
 
Question, pourquoi France Bleu Roussillon(, ne fait-elle pas l’essentiel ) /ne participe pas en partie /de sa liste de diffusion (on ne va pas tout de même pas dire, "play-list") avec des groupes d’ici ?
Autre question, pourquoi la majorité de la programmation du soir est-elle issue de la programmation nationale depuis Paris, et pas le miroir de ce qui se passe ici ?
Pourquoi, lorsque la radio est partenaire d’événements, se contente-t-elle d’en faire l’annonce ; et de ne jamais (sauf pour le rugby) les retransmettre en direct ou en différé ? (exemples... diffusion de concerts en direct, présentation de sorties d'album d'ici etc...)
 
 
Vidéo MYSTIQUES LITTÉRAIRES ET MUSICALES EN TERRE D'AQUI Thierry Grillet  et Maëlle Rouifed interviewés par Mariya Marenych, Patrick Sommier et Nicolas Caudeville en direct du Clap Ciné de Canet
Vidéo MYSTIQUES LITTÉRAIRES ET MUSICALES EN TERRE D'AQUI Thierry Grillet  et Maëlle Rouifed interviewés par Mariya Marenych, Patrick Sommier et Nicolas Caudeville en direct du Clap Ciné de Canet
Vidéo MYSTIQUES LITTÉRAIRES ET MUSICALES EN TERRE D'AQUI Thierry Grillet  et Maëlle Rouifed interviewés par Mariya Marenych, Patrick Sommier et Nicolas Caudeville en direct du Clap Ciné de Canet
Vidéo MYSTIQUES LITTÉRAIRES ET MUSICALES EN TERRE D'AQUI Thierry Grillet  et Maëlle Rouifed interviewés par Mariya Marenych, Patrick Sommier et Nicolas Caudeville en direct du Clap Ciné de Canet
Vidéo MYSTIQUES LITTÉRAIRES ET MUSICALES EN TERRE D'AQUI Thierry Grillet  et Maëlle Rouifed interviewés par Mariya Marenych, Patrick Sommier et Nicolas Caudeville en direct du Clap Ciné de Canet
Partager cet article
Repost0
20 mars 2021 6 20 /03 /mars /2021 17:35
Galdric Verdaguer (Bouleternère, 15 septembre 1842 – Versailles, 22 février 1872) est un militaire français. Il fut un des protagonistes de l'insurrection du 18 mars 1871, qui amena à la constitution de la Commune de Paris.

Un CATALAN À l'origine de la commune de Paris ?

« IL Y A 150 ANS : PERPIGNAN BRÛLE-T-IL ? (mars 1871) GUEST STARS : Victor Hugo, Lazare Escarguel, Emmanuel et Etienne Arago. FEATURING : Alexandre Bacave from Saint Mathieu , Charles Vails from Thuir, Justin Alavaill from Céret, Galdric Verdaguer from Bouleternère. Sortie nationale le 18 mars. Avant-première exceptionnelle FB live pour l’Archipel contre-attaque mercredi 17 mars 16h . Avec Jérôme Quaretti, historien, doctorant et auteur de nombreux articles universitaires sur la Commune de 1871 dans les P-O

Public 27 mars 1871-27 mars 2021 Il y a 150 ans la Commune  à Perpignan? interview Jérôme Quaretti par Nicolas CaudevillePublic 27 mars 1871-27 mars 2021 Il y a 150 ans la Commune  à Perpignan? interview Jérôme Quaretti par Nicolas Caudeville
Public 27 mars 1871-27 mars 2021 Il y a 150 ans la Commune  à Perpignan? interview Jérôme Quaretti par Nicolas Caudeville
Public 27 mars 1871-27 mars 2021 Il y a 150 ans la Commune  à Perpignan? interview Jérôme Quaretti par Nicolas Caudeville
Partager cet article
Repost0
11 mars 2021 4 11 /03 /mars /2021 16:19
Lettre des héritières de Walter Benjamin à Louis Aliot pour débaptiser le centre d'art contemporain

Lettre des héritières de Walter Benjamin à Louis Aliot pour débaptiser le centre d'art contemporain

 
"Le meurtre du criminel peut être moral - jamais la légitimation de ce meurtre."
 
"L'humanité est devenue assez étrangère à elle-même pour réussir à vivre sa propre destruction comme une jouissance esthétique de premier ordre."
 
Jordi Vidal, l'ex-directeur de la culture de Perpignan, des beaux-arts essayiste, documentariste était en direct pour l'archipel contre attaque pour parler de la 3 morts de Walter Benjamin...
 
Philosophe, historien de l'art, critique littéraire, critique d'art et traducteur allemand, né le 15 juillet 1892 à Berlin et mort le 26 septembre 1940 à Portbou par suicide...«Dans une situation sans issue, je n'ai d'autre choix que d'en finir. C'est dans un petit village dans les Pyrénées où personne ne me connaît que ma vie va s'achever ». Et c'est à Perpignan que Jordi Vidal ouvre dans les années 2000, un centre d'art contemporain Walter Benjamin, avec la pensée stratégique qui va avec...
 
Personne ne se soucie, ni du nom, ni du lieu, ni de sa fonction, jusqu'au jour où Louis Aliot est élu maire de Perpignan.
 
Là, une certaine bourgeoisie culturelle des Albéres, ergote sur le fait que le nom du centre, soit celui d'un philosophe "juif"tenu par un maire supposer par eux: "fasciste" voir "nazi". La polémique remonte dans milieux intellectuels des Albères parisiens, par une pétition qu'ils signent, et plus tard une émission en direct via le mémorial de Rivesaltes sans quasi-spectateurs.
Pour finir Louis Aliot maire de Perpignan, pour ne pas avoir d'ennui et de mauvaise publicité, finit par, dans récent conseil municipal, par faire retirer le Walter Benjamin. Ainsi, ceux qui prétendaient défendre la mémoire du philosophe ont été les agents actifs de sa disparition par l'effacement de son nom, il efface au passage la porte d'entrée à sa pensée . En fait, ce qu'ils aiment chez Walter Benjamin: c'est leur portrait idéal de Dorian Gray...https://www.youtube.com/watch?v=RBD0N...

http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/tag/la%20societe%20du%20chaos/

http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/tag/la%20societe%20du%20chaos/
http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/tag/la%20societe%20du%20chaos/
http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/tag/la%20societe%20du%20chaos/
http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/tag/la%20societe%20du%20chaos/
http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/tag/la%20societe%20du%20chaos/

http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/tag/la%20societe%20du%20chaos/

Partager cet article
Repost0
8 mars 2021 1 08 /03 /mars /2021 13:54

 

La catalane french-tech a-t-elle mis fin à l'économie de la rente dénoncée depuis les années 80 ? Le territoire des PO renouerait-il, avec "la gagne" là, où on ne l'attendait pas : les nouvelles technologies? Les chefs d'entreprises perpignanais étaient à plusieurs reprises au salon des nouvelles technologies à Las Végas, et ce n'était pas de la téléréalité, même pas du "story telling" https://madeinperpignan.com/economie-de-la-communaute-urbaine-de-perpignan-interview-de-laurent-gauze/. Derrière cela, il y a notamment un homme.
 
Laurent Gauze , chef d'entreprise, élu CCI, PRÉSIDENT / PERPIGNAN MÉDITERRANÉE COMMUNAUTÉ URBAINE, élu à la mairie de Rivesaltes , initiateur de l'arrivée de "l'école 42" de Xavier Niel https://www.42.fr/ à Perpignan #Amazon #ecole42 #FREE #XavierNiel
 
"Ce sont les territoires qui sont en concurrence, les habitants d'un même territoire doivent travailler en complémentarité!" 
 
Vidéo:Laurent Gauze quel développement territorial: entre l'installation de "l'école 42" et Amazon? interview par Nicolas Caudeville, Mariya Marenych et Jérome Quaretti, en direct du clap Ciné de Canet
Vidéo:Laurent Gauze quel développement territorial: entre l'installation de "l'école 42" et Amazon? interview par Nicolas Caudeville, Mariya Marenych et Jérome Quaretti, en direct du clap Ciné de Canet
Vidéo:Laurent Gauze quel développement territorial: entre l'installation de "l'école 42" et Amazon? interview par Nicolas Caudeville, Mariya Marenych et Jérome Quaretti, en direct du clap Ciné de Canet
Vidéo:Laurent Gauze quel développement territorial: entre l'installation de "l'école 42" et Amazon? interview par Nicolas Caudeville, Mariya Marenych et Jérome Quaretti, en direct du clap Ciné de Canet
Vidéo:Laurent Gauze quel développement territorial: entre l'installation de "l'école 42" et Amazon? interview par Nicolas Caudeville, Mariya Marenych et Jérome Quaretti, en direct du clap Ciné de Canet
Partager cet article
Repost0
27 février 2021 6 27 /02 /février /2021 18:02
Vinoscopie 15 Jean Lhéritier était en direct pour l'archipel contre attaque pour présenter le Vinoscopie avec Séverin Barrioz du domaine Face B de Calce.http://vins-face-b.fr/

"Originaire de Lyon, et après huit années en Bourgogne où j’ai pu approfondir ma passion pour le monde viticole, j’ai décidé de vivre de cette passion et de produire mes propres vins. Le territoire des Pyrénées Orientales, et plus particulièrement le village de Calce, m’est apparu très vite comme une évidence. La richesse des paysages, la grande variété des terroirs et le dynamisme des viticulteurs calcetais m’ont naturellement dirigé vers ce village unique.  Dans le souhait de produire des vins de grande qualité, j’ai opté pour le travail des vignes et des vins en agriculture biologique et en biodynamie, ce qui me relie également à mes valeurs profondes."

« Toujours le vin sent son terroir. » http://vins-face-b.fr/

Adresse : 17 Route d'Estagel, 66600 Calce

Téléphone : 06 63 05 36 67
Partager cet article
Repost0
11 février 2021 4 11 /02 /février /2021 16:42

Nicolas Miralles du domaine de la Massanaise était en direct du 4e Mercat de la Terra dimanche dernier à Elne, 

65 Av. du puig del Mas BP 35
66650 BANYULS SUR MER

06 17 90 58 58

miralles@orange.fr

www.lamassanaise.fr

 

Slow Food Pays catalan, en association avec la Mairie d'Elne et l'Amap Perm'Amap66, pérennise le Mercat de la Terra qui en sera à sa quatrième éditons à Elne le dimanche 7 février. Ce Mercat a obtenu un succès considérable au cours de ces trois précédentes éditions et malgré le temps glacial de janvier nombreux ont répondu au rendez-vous. Il devient donc un des marchés incontournables du 66 ou produits qualitatifs se mêlent à une ambiance conviviale et joyeuse. Pourquoi un Mercat de la Terra?  C'est déjà l'assurance de trouver une palette de producteurs du pays catalan engagés dans une production saine et savoureuse pour l'homme, et protectrice de son environnement.  C'est l'opportunité de pouvoir faire l'ensemble de ses achats alimentaires au plus près des producteurs, en un même lieu. Vous retrouverez bien entendu fruits, légumes, plusieurs types de viandes, fromages, vins, bières, pain, condiments, produits transformés ... (toute la liste des producteurs en fin de texte).  En plus de trouver des producteurs sélectionnés par les adhérents Slow Food Pays Catalan pour leur qualité, leur proximité et leur éthique, vous aurez l'opportunité de faire vos courses dans une ambiance musicale enflammée : des bons produits, du bon goût et de bons sons…Oui, un marché avec de la bonne zic, c'est plus cool !!!  Si vous êtes gourmets, sachez que des dégustations sont assurées toute la journée par des vignerons et brasseurs enracinés dans le local et aux pratiques responsables. Les autres producteurs, tous bios certifiés ou engagés dans une agriculture de respect écologique, n’hésiteront pas aussi à faire vibrer vos papilles.  Faites vos achats mais aussi profitez de notre ginguette où officieront un couple de restaurateurs, eux aussi engagés, qui vous permettront de découvrir les produits du marché sublimés. Pour cette édition, c'est Florent Pasteur du restaurant le Catalogne Café à Perpignan viendra concocter des plats à emporter (COVID oblige) Places limitées contactez Florent au 0642235724 pour réserver.  Puis après tout cela, annonçons que côté musique, c'est notre Selecta préféré, Select Aïoli et Oliver Hoarau de la plate forme musicale Ramdam avec qui ça va déménager : si vous faites votre marché en musique, vous aurez de bonnes notes ! Donc on vous attend nombreux, sur cet événement local, gastro, artiste, bon goût, plaisir, responsable et populaire.... Il se déroulera sur l'espace situé devant la Chapelle Sant Jordi et l'office de tourisme, dans la ville haute (pas loin de la célèbre cathédrale).

Elne / Mercat de la terra 4: ne vous déplaise, en mangeant de la Massanaise! interview Nicolas Miralles par Nicolas Miralles
Elne / Mercat de la terra 4: ne vous déplaise, en mangeant de la Massanaise! interview Nicolas Miralles par Nicolas Miralles
Elne / Mercat de la terra 4: ne vous déplaise, en mangeant de la Massanaise! interview Nicolas Miralles par Nicolas Miralles
Elne / Mercat de la terra 4: ne vous déplaise, en mangeant de la Massanaise! interview Nicolas Miralles par Nicolas Miralles
Elne / Mercat de la terra 4: ne vous déplaise, en mangeant de la Massanaise! interview Nicolas Miralles par Nicolas Miralles
Partager cet article
Repost0
5 février 2021 5 05 /02 /février /2021 00:20

 

 
«Хорошее вино — как хороший фильм: быстро заканчивается, оставляя великолепное послевкусие; с каждым глотком в нем открывается что-то новое, и как это часто бывает с фильмами — оно рождается и возрождается в каждом новом ценителе»
Федерико Феллини
′ Le bon vin est comme un bon film : se termine rapidement, laissant un magnifique arrière goût ; quelque chose de nouveau s'ouvre à chaque gorgée, et comme le fait souvent les films - il est né et relancé dans chaque nouveau connaisseur ′′Federico Fellin
 
Jean Lhéritier était en direct pour l'archipel contre attaque pour Vinoscopie 14 http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/tag/vinoscopie/ avec Alain Casteix, un des "papes" du vin nature des vins du Cabanon de Trouillas.
 
"N'y allons pas par quatre chemins, Alain Castex est un véritable monument ! Après avoir créé le Casot des Mailloles à Banyuls, qu'il a depuis cédé à Jordi Perez - qui conduit le domaine actuellement - ce grand monsieur du Vin Nature continue à sortir de gros canons sous le joli nom des Vins du Cabanon (Cabanon = Casot en Catalan, héhéhé ...). Les cuvées Poudre d'Escampette, Canta Mañana et Tir à Blanc l'ont suivi dans cette nouvelle aventure, et il n'y a rien à dire, c'est toujours aussi bon ! Merci Alain de nous faire encore rêver avec tes vins !"https://www.vinscheznous.com/155_alain-castex
 
En bonus Jean Lhéritier nous fait sa tête de veau pour l'anniversaire du 21 janvier ...https://www.youtube.com/watch?v=iyv946A2q6g
 
Chez nous,le 21 janvier : on mange de la tête de veau! C'est le 21 janvier, jour anniversaire de la décapitation du roi Louis 16 . Pour le coup, il y a 2 traditions ce jour-là : ceux qui vont à la messe, et ceux qui mangent de la tête de veau. Choisis ton camps camarade . Jean Lhéritier pour se restaurer après Vinoscopie à cuisiné , une tête de veau sauce gribiche...vive la république!
Vinoscopie 14 : Alain Casteix, un des "papes" du vin nature des vins du Cabanon de Trouillas (featuring Bonus Tête de veau).par Jean Lhéritier
Vinoscopie 14 : Alain Casteix, un des "papes" du vin nature des vins du Cabanon de Trouillas (featuring Bonus Tête de veau).par Jean Lhéritier
Vinoscopie 14 : Alain Casteix, un des "papes" du vin nature des vins du Cabanon de Trouillas (featuring Bonus Tête de veau).par Jean Lhéritier
Partager cet article
Repost0
2 février 2021 2 02 /02 /février /2021 20:59
Nous ne sommes pas des intrus à St Jacques, nous voulons participez à la radio Gitane

« Une ambition pour l’UPVD et son territoire ! L’Université Perpignan Via Domitia (UPVD) est une belle université, à taille humaine et proche des territoires. Ces campus universitaires, implantés dans les villes de Perpignan, Narbonne (Aude), Carcassonne (Aude), Tautavel, Mende (Lozère) et Font-Romeu-Odeillo-Via, assurent un enseignement de qualité et de proximité.

Le classement des villes étudiantes 2020-2021 par l’Etudiant.fr en est la preuve. Notre université obtient la note de 6/10 pour la part des étudiants en 3e cycle. Et une note de 5/10 pour le panel de formation ainsi que pour son taux de réussite en Licence. L’UPVD obtient même la note de 10/10 pour la part d’étudiant international.

Des notes qui démontrent la qualité de l’enseignement qui y est proposé. Pourtant ce même classement, place Perpignan 40e sur 44 villes universitaires en France.

Ce positionnement n’est pas dû à la qualité de l’enseignement mais à la qualité de la vie étudiante et du cadre de vie proposé aux étudiants de l’UPVD.

En effet, Perpignan pêche en trois points: -L’offre culturelle notée 3/10 -Les initiatives locales, c’est-à-dire les politiques envers les étudiants qui sont notés 3/10 -Et enfin, la mobilité et l’offre de transport qui obtient également la note de 3/10. Ces scores faibles tirent Perpignan vers le bas, et les conséquences sont graves. Ils créent une mauvaise image de l’UPVD, ce qui favorise la fuite d’un certain nombre d’étudiants vers les autres universités comme celles de Montpellier ou Toulouse.

Soyons honnêtes, nous connaissons tous un étudiant qui est parti dans une autre ville universitaire alors même que l’UPVD proposait la formation qu’il recherchait.

Les conséquences ? Une baisse de l’attractivité étudiante de Perpignan et de son département, ainsi que dans les autres départements et villes des campus de l’UPVD. Ainsi qu’une fuite des cerveaux, qui auraient pu, après obtention d’un diplôme, apporter de la richesse, de l’innovation et des emplois pour notre territoire. Voilà pourquoi nous avons créé l’Association « Une ambition pour l’UPVD et son territoire ! » , une association composée d’élus étudiants (élus lors des dernières élections universitaires du 20 octobre 2020) et d’étudiants de tous les horizons. De ces constats, et via cette association, nous voulons proposer, créer une alternative, une nouvelle dynamique afin de faire de Perpignan et des autres villes de l’UPVD des villes universitaires à la hauteur des ambitions des étudiants de notre territoire. Proposer une vie étudiante épanouissante, une offre culturelle de choix et des conditions de vie de qualité et reconnues afin d’être un territoire attractif. Le tout dans l’objectif que Perpignan redore ses couleurs dans les classements et qu’ainsi, nos diplômes soient revalorisés et reconnus.

Notre territoire en a le potentiel. Étudier ici ne doit pas être une honte mais une fierté !

Pour ce faire, nous avons un projet, une ambition ! Et nous allons très rapidement nous rapprocher des institutions, des villes, des départements, de la communauté Urbaine Perpignan-Méditerranée Métropole (PMM), de la communauté d’Agglomération du Grand-Narbonne, de la communauté d’Agglomération Carcassonne Agglo, de la Communauté de Communes Cœur de Lozère, de la Région Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée et du CROUS* Montpellier pour mettre en place ce beau projet que nous portons avec fierté. Aucun étudiant ne sera oublié !

Nous sommes persuadés, que l’Université Perpignan Via Domitia peut être un acteur de développement de notre territoire.

N’oublions pas que les étudiants, dont nous faisons partie, consomment et fréquentent les espaces publics. Ils peuvent participer à la redynamisation des centres-villes, à la relance économique et à la revalorisation d’un territoire. Une université et une ville doivent fonctionner comme les poumons du corps humain, en symbiose afin de faire vivre, faire vivre un projet, une ambition et une réussite commune. Nous sommes jeunes, motivés, dynamiques et avons la ferme volonté de défendre et de faire progresser notre territoire et son université ! ». *CROUS = Centre Régional des œuvres Universitaires et Scolaires. Contacts et + d’infos : uneambitionpourlupvd@gmail.com Page Facebook: https://www.facebook.com/Une-ambition...

Perpignan / Université: quelle ambition pour quel territoire? interview Alexandre Ortiz-Bodiou l'association "une ambition pour L'UPVD et son territoire" par Nicolas Caudeville
Perpignan / Université: quelle ambition pour quel territoire? interview Alexandre Ortiz-Bodiou l'association "une ambition pour L'UPVD et son territoire" par Nicolas Caudeville
Perpignan / Université: quelle ambition pour quel territoire? interview Alexandre Ortiz-Bodiou l'association "une ambition pour L'UPVD et son territoire" par Nicolas Caudeville
Perpignan / Université: quelle ambition pour quel territoire? interview Alexandre Ortiz-Bodiou l'association "une ambition pour L'UPVD et son territoire" par Nicolas Caudeville
Perpignan / Université: quelle ambition pour quel territoire? interview Alexandre Ortiz-Bodiou l'association "une ambition pour L'UPVD et son territoire" par Nicolas Caudeville
Perpignan / Université: quelle ambition pour quel territoire? interview Alexandre Ortiz-Bodiou l'association "une ambition pour L'UPVD et son territoire" par Nicolas Caudeville
Perpignan / Université: quelle ambition pour quel territoire? interview Alexandre Ortiz-Bodiou l'association "une ambition pour L'UPVD et son territoire" par Nicolas Caudeville
Perpignan / Université: quelle ambition pour quel territoire? interview Alexandre Ortiz-Bodiou l'association "une ambition pour L'UPVD et son territoire" par Nicolas Caudeville
Perpignan / Université: quelle ambition pour quel territoire? interview Alexandre Ortiz-Bodiou l'association "une ambition pour L'UPVD et son territoire" par Nicolas Caudeville
Perpignan / Université: quelle ambition pour quel territoire? interview Alexandre Ortiz-Bodiou l'association "une ambition pour L'UPVD et son territoire" par Nicolas Caudeville
Perpignan / Université: quelle ambition pour quel territoire? interview Alexandre Ortiz-Bodiou l'association "une ambition pour L'UPVD et son territoire" par Nicolas Caudeville

Voir aussi:

Partager cet article
Repost0