Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

22 mars 2022 2 22 /03 /mars /2022 14:03

Bon, c’est officiel, Louis Aliot a un problème avec les trotskistes. On ne sait pas trop pourquoi, mais bon, chacun sa Némésis. Alors il aurait pu lancer un marché public pour acheter des piolets, et partir une semaine à Mexico, histoire d’oublier tout.

Oui, je fais des références à Luis Mariano, mais y’a pas de raison que je sois le seul qui souffre dans cette histoire !


https://youtu.be/r0UCGpqzEQY


Louis Aliot, histoire de bien montrer qu’il la joue taille patron, désire donc que la municipalité porte plainte contre Josie Boucher pour injure publique.


Les faits, rien que les faits


Le 6 mars 2022, l’Indépendant publie un article intitulé « Perpignan : plusieurs dizaines de militants politiques et des droits de l'homme réunis en soutien à l'Ukraine ». L’article est signé Sophie Babey, l’épouse de Stéphane Babey, le directeur de cabinet de Louis Aliot.*

https://www.lindependant.fr/2022/03/05/perpignan-plusieurs-dizaines-de-militants-politiques-et-des-droits-de-lhomme-reunis-en-soutien-a-lukraine-10150921.php


Louis Aliot ne supporte ni le concept de « cirque » – il n’aimerait pas les clowns, d’après la rumeur – ni le concept de « fasciste ». Donc il attaque. Mais pas en son nom. Au nom de la mairie.

Et ce n’est pas juste pour des raisons financières.

C’est d’abord parce qu’il confond sa personne, qui est parfaitement respectable, avec sa fonction de « maire », qui est bien circonscrite dans l’espace et le temps, et la municipalité, qui le transcende.

« Perpignan, c’est moi ! », comme dirait l’autre.


La baronnie de Perpignan


https://www.somsegarra.cat/personatges/noticia/2724/baronia-de-perpinya


Oui, Perpignan est une baronnie. La dernière personne à avoir porté ce titre est décédée en 2020, à 105 ans. Le titre est vacant depuis.

https://ca.wikipedia.org/wiki/Roser_Rahola_d%27Espona

Le titre, non attribué pendant près d’un siècle, a été « recréé » en 2010, par Juan Carlos Ier, le roi d’Espagne mis en place par Franco et connu pour des histoires de fraudes fiscales.

Si on se réfère à la « théorie des trois droites » de René Rémond, Louis Aliot appartient à la droite « légitimiste », c’est-à-dire à un courant de pensée contre-révolutionnaire et antilibéral. Vous noterez que Francesc de Nuix i de Perpinyà, premier baron de Perpignan en 1800, étant aussi contre-révolutionnaire et antilibéral. De là à dire qu’il y a une filiation, il n’y a qu’un pas…

https://www.franceculture.fr/oeuvre/les-droites-en-france


Dans un système monarchique, la personne du monarque se confond avec son fief. Il l’incarne, il est le territoire fait chair. C’est encore plus vrai dans les régimes de droit divin.

Louis Aliot semble être dans une dérive qui devrait le conduire à considérer Perpignan comme son bien propre. Il a déjà changé le logo, sans concertation, et ressorti un blason à l’historicité douteuse.

https://www.lindependant.fr/2022/03/01/perpignan-mais-quel-est-ce-blason-accroche-a-laccueil-de-la-mairie-10142063.php

Le jumelage avec Tchervonohrad, la ville d’où les réfugiés sont originaires, est aussi le fait du Prince. Pourquoi Tchervonohrad ? Parce que la municipalité a des contacts là-bas via une association des Pyrénées-Orientales.

Ce jumelage pourrait être un formidable projet, avec la création d’une « Casa de Perpinyà », office permettant de réaliser des opérations de développement culturel et économique, profitables aux deux villes. Mais le projet ne servant qu’à faire plaisir à quelques-uns et à assurer une bonne opération de communication, sans lendemain, il n’en sera rien. La précipitation et le manque de vista, choquant pour un passionné de rugby, vont gâcher ce qui aurait pu être un formidable projet.


Louis Aliot, comme beaucoup d’autres avant lui, de gauche comme de droite, et beaucoup d’autres après lui, de droite comme de gauche, se trompe lourdement sur la démocratie. Non, il n’est pas l’Homme qui a rencontré le Peuple de Perpignan. Il n’incarne rien, il a juste reçu un mandat de 6 ans, renouvelable 2 ou 3 fois à priori, et rien de plus. Il n’est en rien un « héros ».

D’ailleurs, s’il l’était, rappelons-nous les paroles de Simone Weil dans « l’Iliade ou le poème de la force », texte écrit alors que l’Europe connaît la Guerre Totale : « Le héros est une chose traînée derrière un char dans la poussière. »

https://blogs.mediapart.fr/calaotok/blog/030420/liliade-ou-le-poeme-de-la-force-simone-weil


Simone Weil est sans doute la philosophe qui éclaire le mieux ce qu’est la « guerre » et ce qu’est la « force ». La (re)lire n’est pas que de saison, c’est aussi une obligation pour ceux qui veulent comprendre le présent. Et, peut-être, le futur de l’Europe.


Du point de vue du droit


En 2014, Jean-Luc Mélenchon a gagné un procès en première instance contre Marine Le Pen. Celle-ci l’avait attaqué au motif qu’il l’avait qualifiée de « fasciste ». La cour avait considéré que le terme fasciste est « dépourvu de caractère injurieux lorsqu'il est employé entre adversaires politiques sur un sujet politique ».

https://www.leparisien.fr/faits-divers/fasciste-marine-le-pen-perd-son-proces-pour-injure-contre-melenchon-07-10-2015-5163561.php

https://www.ouest-france.fr/elections/presidentielle/taxee-de-fascisme-le-pen-perd-son-proces-contre-melenchon-4826566

Louis Aliot risque de subir une sacrée déconvenue au tribunal correctionnel. Notons que si la mairie de Perpignan perd son procès, dans le cadre de débats politiques, il sera possible de qualifier Louis Aliot de « fasciste » sans trop de risque d’être poursuivi. L’arroseur arrosé en quelque sorte.


Reste une question en suspens : quel est l’avis des réfugiés ukrainiens ? Eux qui ont été « sauvés » par un cadre dirigeant d’un parti qui, il y a quelques semaines, a tiré à 1,2 millions d’exemplaires un tract mettant en avant la stature internationale de sa candidate à la présidentielle grâce à une photo prise avec Vladimir Poutine, l’homme qui bombarde leur pays.

https://www.huffingtonpost.fr/entry/ukraine-ce-tract-du-rn-avec-une-photo-de-le-pen-et-poutine-tombe-au-pire-moment_fr_621e2a59e4b0afc668c63520

*Curieusement, la municipalité ne semble pas désireuse de porter plainte contre l’Indépendant, et n’a pas envoyé de droit de réponse ni demandé le retrait de l’article.


** Le 1er août 1990, Tchervonohrad est la première ville de l'URSS à supprimer un monument à la gloire de Lénine.

https://gazeta.ua/articles/politics/_pershij-lenin-vpav-1990-roku-yak-skidali-idola-komunizmu/873618

 

 

Partager cet article
Repost0
20 mars 2022 7 20 /03 /mars /2022 16:09

Nuit du samedi au dimanche, 1 h du mat’, ou à peu près, fatigué, souffreteux à cause du froid et de l’humidité, je suis seul chez moi, et, je m’ennuie. Alors, au bord du désespoir, je vais lire l’ordre du jour du prochain conseil municipal de Perpignan, celui du 24 mars 2022.

Oui je sais, j’aurai pu regarder « Krakowskie Potwory »https://www.seriebox.com/serie/krakowskie-potwory.html, ou lire un livre.

Mais non, il faut que je lise des trucs dont tout le monde se fout.

Les premières pages sont insipides. Ça démarre par une envie de sauver l’Ukraine. C’est dire si c’est convenu. Même si on se dit que fusiller 50 artistes, d’un coup d’un seul, ça pourrait être rigolo.

Ça ne s’améliore pas au fil des délibérations.

Et puis arrive la délibération 16.01 !

« Autorisation de dépôt de plainte au nom de la commune et à l'encontre de Madame Josie Boucher. »

Et là, on se dit : « putain ! Il cogne fort Loulou ! »

Bon, en 18 mois et des brouettes, Loulou a pas mal utilisé la menace de procès. Il a commencé par Bruno Nougayrède, menacé d’une plainte en diffamation suite à ses interrogations sur le coût des gardes du corps de monsieur le maire. Il a aussi menacé les Républicains de sortir des dossiers sur leur gestion, laissant, notamment, entendre qu’il existe des preuves d’achats de voix. Les subventions pour les associations sportives, ainsi que le dossier de la Bressola http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2021/10/videos/perpignan-ecole-bressola-au-couvent-en-avoir-ou-pas-interview-laura-bertrana-jean-sebastien-hayden-par-nicolas-caudeville.rep ont aussi été l’occasion de menaces, plus ou moins voilées, de dépôt de plainte.

Mais pour l’instant : rien !

Et là, on ne sait pas trop pourquoi, Loulou cogne.

Bon, il attaque l’extrême gauche, quelques semaines après le passage de Philippe Poutou à Perpignan.

Notons que Philippe Poutou est le seul candidat à la présidentielle à être venu à Perpignan, affronté directement l’extrême droite. Attention, le seul « vrai » candidat, Anne Hidalgo, ça ne compte pas. Les « petits » candidats, surtout quand ils n’ont rien à dire, on s’en fout un peu.http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2021/12/meeting-a-perpignan-partie-2-discours-d-anne-hidalgo-entre-vent-de-panique-et-diner-de-cons-par-philippe-poisse-featuring-nicolas-ca

Quand on est anti-fasciste, Perpignan devrait être « the place to be ».

Mais pour ça il faut du courage.

Le courage, vous savez, le truc qui manque aux socio-démocrates.

Le NPA s’exprime de façon assez radicale contre la politique menée par Louis Aliot. Bon, on ne va pas se leurrer, ça n’est pas suffisant pour déstabiliser la municipalité, mais c’est toujours mieux que l’absence de discours de la « gauche institutionnelle », c’est-à-dire Agnès Langevine et Mathias Blanc, qui préfère se taire, quand elle ne salue pas le travail de Louis Aliot. Vous me direz, entre gens de droite, il n’y a pas de raison de s’attaquer.

Loulou va donc mettre une des responsables du NPA au tribunal.

Pour l’instant on ne connaît pas le détail de la plainte. Et on ne table pas trop sur la presse locale pour nous informer d’ici le conseil municipal. Loulou a payé un huissier de justice pour effectuer un constat en septembre 2021, à propos d’un article de Made in Perpignan, depuis plus aucun journaliste ne l’ouvre.

On sent bien qu’il n’y aura pas de polémique non plus. À Perpignan, il y a un patron, et c’est Loulou. Personne ne s’oppose, sinon gare, le monsieur a découvert le « lawfare ».

La suite de cette bien belle histoire le 24 mars.

Promis, juré, on sera bien médisant sur le coup !

Procédure judiciaire et dépôt de plainte : Louis Aliot a-t-il peur du NPA ? par Phillipe Poisse
Procédure judiciaire et dépôt de plainte : Louis Aliot a-t-il peur du NPA ? par Phillipe Poisse
Procédure judiciaire et dépôt de plainte : Louis Aliot a-t-il peur du NPA ? par Phillipe Poisse
Procédure judiciaire et dépôt de plainte : Louis Aliot a-t-il peur du NPA ? par Phillipe Poisse
Procédure judiciaire et dépôt de plainte : Louis Aliot a-t-il peur du NPA ? par Phillipe Poisse
Partager cet article
Repost0
28 février 2022 1 28 /02 /février /2022 11:33

Les vieux, faut dire ce qui est, c’est un bon business. Suffit de voir le patron d’Orpea pour s’en convaincre. Et puis, chez nous, les vieux, c’est pas ce qui manque. Alors nos élites, parce qu’on a des élites, oui ma p’tite dame, ont lancé la construction d’un « centre gérontologique » dans la zone de Torremilla. Avec une enveloppe de 49 millions d’euro, ce projet montre bien que pour la santé c’est comme pour la culture : tout est affaire de béton.

https://www.techopital.com/le-ch-de-perpignan-lance-la-construction-d-un-centre-gerontologique-en-partenariat-avec-l-association-joseph-sauvy-NS_6168.html

 

Dans 3 ou 4 ans, en fonction des retards du chantier, l’EHPAD de la Miséricorde sera vidé de ses résidents, qui partiront à Torremilla. D’un point de vue écologique il s’agit d’une très bonne idée, le crématorium étant de l’autre côté de la rue. Mais du point de vue patrimonial, c’est pas une très bonne nouvelle.

En effet, à en croire la presse locale, le bâtiment est vétuste et une mise aux normes coûterait un bras de bébé. C’est dire s’il y a comme un petit souci.

https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/300-lits-200-salaries-bientot-un-ehpad-geant-perpignan-1642791796

 

Jean-Marc Pujol avait bien une idée pendant les municipales de 2020 : tout raser et réaliser une belle dalle de bitume en plein soleil.

Comme on voulait d’autres avis et opinions, on a appelé Agnès Langevine, future maire de Perpignan en 2026, qui nous a dit : « on va faire comme pour la Perle cerdane, on démolit et on recycle les matériaux ! » Pour les détails, elle nous a invités à prendre contact avec Caroline Forgues, sa responsable « démocratie participative et ultimatum ». Mais comme elle devait se rendre à une séance de massage, elle n’a pu nous répondre.

Désespéré, on a passé un coup de fil à Loulou, qui, sobrement, nous a déclaré : « la mairie fera un appel à projet, et choisira le plus mauvais. Ainsi, nous sommes assurés que Carole Delga et Hermeline Malherbe mettront plusieurs millions dans l’affaire, sous formes de subventions. »

 

Faut être lucide, les élites du coin, volent pas haut. Donc, on a réfléchi un peu à la situation et, après une bonne tasse d’infusion aux fruits rouges, on a eu une idée.

Bon, qu’est-ce qui manque à Perpignan pour exister sur la carte de France ?

Un centre hospitalier universitaire !

 

Comme dirait Vladimir, avant de bombarder Kiev : Вам не нужно вилять задницей, чтобы срать прямо в бутылку, будущее Перпиньяна - это университетский больничный центр!

 

Bon, d’accord c’est du Google translate, mais vous avez compris le fond de ma pensée.

 

Perpignan a eu une faculté de médecine dans le temps. Elle fut fermée en 1793. Une histoire à perdre la tête que cette fermeture. À la fin des années 70, l’université a rouvert. Mais sans fac de médecine.

Au lieu de Perpignan, ce fut Nîmes qui fut choisi pour accueillir un CHU, en partenariat avec l’université de Montpellier. Évidemment l’incompétence et l’incurie des élites locales y est pour beaucoup. Il est vrai que voir débouler de jeunes étudiants, capables de penser et, pire, d’agir, est une menace très forte pour des responsables politiques et économiques se vautrant dans l’économie de la rente.

Perpignan et les Pyrénées-Orientales pourraient se développer. Il suffirait juste de virer les élites locales.

 

Certes, ces dernières années des choses se sont passées. L’État a supprimé le numerus clausus, mais il n’a pas modifié les capacités d’accueil des universités. Elles ont donc quelques problèmes de place avec un flux d’étudiants qui n’a pas été anticipé.

C’est dans ce cadre que l’hôpital de Perpignan accueille depuis peu des étudiants en médecine. Mais en tout petit nombre.

http://www.ch-perpignan.fr/actualites-109/accueil-des-externes-au-ch-perpignan-875.html?cHash=f16bccf4811a0dde0be8f180033239b4

 

https://www.lindependant.fr/2021/10/26/perpignan-lhopital-mise-sur-les-etudiants-de-la-faculte-de-medecine-de-montpellier-9891776.php

 

Dans les années à venir le nombre d’étudiants en médecine va augmenter, les CHU sont déjà saturés. Il y a donc une opportunité pour Perpignan, son hôpital, et, son université.

https://www.letudiant.fr/educpros/actualite/la-suppression-du-numerus-clausus-un-simple-effet-d-annonce.html

 

Alors je vous entends déjà, et je suis d’accord avec vous quand vous dites : « l’UPVD, c’est bien les blaireaux qui ont totalement merdé le Campus Mailly ? Pourquoi on leur ferait confiance ? »

Parce que pour réussir la création d’un CHU à Perpignan, il va bien falloir bosser avec les Montpelliérains, et eux, ils merdent un peu moins souvent que nos élites.

Et puis comme quelqu’un aura bien l’idée de lancer un projet transfrontalier, histoire de toucher des subventions européennes, le projet est sûr de réussir. Depuis 40 ans, les Catalans du sud, pour ce qui est de réussir dans le développement socio-économique, ont montré leur savoir-faire.

 

 

Mais, pour avoir un CHU, il faut un centre de formation. Et localement, on manque de place.

C’est là que la Miséricorde entre en jeu.

 

La Miséricorde c’est une belle bâtisse de plus de 4 000 m² au sol, à en croire le cadastre, doté d’un étage, de 4 cours, et, d’un portail surmonté d’une statue. Le bâtiment, bien que datant de 1887, n’est pas protégé.

Une fois les petits vieux qui y crèchent envoyés en face de la chocolaterie, la Miséricorde sera vide. Et il est clair qu’une remise aux normes, intégralement à la charge de l’hôpital, coûterait chère. Et comme personne n’a d’argent, sauf pour des ponts imbéciles et des extensions de port écocides, les lieux sont bien partis pour être laissés à l’abandon pendant pas mal de temps.

Dans le département, la Perle cerdane est un bon exemple d’installation de santé dont on ne sait plus quoi faire. À tel point que le bâtiment principal va être démoli.

L’ancien CFA, boulevard du Conflent à Perpignan, est vide depuis plus de 10 ans. En février 2022, le CD66 vient même de lancer un appel d’offre pour une étude de sa structure, histoire de savoir s’il ne risque pas de s’effondrer.

Un peu plus loin de chez nous, à Carcassonne, l’ancien hôpital Antoine Gayraud, est à la vente depuis 2014. Malgré un bon prix, 4,8 millions d’euros pour 43 000 m², il ne trouve pas acquéreur. Résultat, il coûte plus de 100 000 € en gardiennage au nouvel l’hôpital de Carcassonne (accessoirement construit en zone inondable).

https://www.lindependant.fr/2021/06/16/carcassonne-un-appel-a-projets-pour-vendre-lancien-hopital-antoine-gayraud-9609980.php

 

La Miséricorde va rester vide longtemps, avant que quelqu’un n’ait un projet à proposer. On a les élites qu’on mérite !

Il est possible de voir trois usages à la Miséricorde.

 

D’abord, le plus probable : en manque d’argent, l’hôpital vend à un promoteur ; il rase et construit du logement bas de gamme.

Le deuxième projet, c’est-à-dire l’objet de cet article : transformer la Miséricorde en centre de formation, capable d’accueillir des étudiants en médecine. Il est sans doute aussi possible d’utiliser une partie du bâtiment pour l’hébergement d’étudiants.

Et pour finir, le troisième projet, qui peut être associé au deuxième projet : réaliser un tiers-lieu, social et solidaire, ancré dans le territoire et favorisant la transition citoyenne à Perpignan.

 

Alors, arrivez à la fin de cet article, vous vous dites, et vous avez raison : « nos élites n’ont rien dans le crâne, elles vont encore nous démolir un beau bâtiment, qui est là depuis près de 140 ans. Tout ça pour couler un peu de béton ! »

Oui, nos élites sont incompétentes, la preuve en est l’état désastreux du département.

Mais bon, on peut aussi faire que ça change !

Perpignan / Hospice de la Miséricorde : plutôt que tout raser, pourquoi ne pas le transformer en école de médecine ? par Philippe Poisse
Perpignan / Hospice de la Miséricorde : plutôt que tout raser, pourquoi ne pas le transformer en école de médecine ? par Philippe Poisse
Perpignan / Hospice de la Miséricorde : plutôt que tout raser, pourquoi ne pas le transformer en école de médecine ? par Philippe Poisse
Perpignan / Hospice de la Miséricorde : plutôt que tout raser, pourquoi ne pas le transformer en école de médecine ? par Philippe Poisse
Perpignan / Hospice de la Miséricorde : plutôt que tout raser, pourquoi ne pas le transformer en école de médecine ? par Philippe Poisse
Partager cet article
Repost0
16 février 2022 3 16 /02 /février /2022 16:06

« Si vous ne voulez pas bosser, tel ou tel capitaliste, hé ben, restez chez vous. On en trouvera d’autres ! »

Jean-Luc Mélenchon, Montpellier, 12 février 2022

 

Blogueur médisant, c’est pas facile tous les jours. Entre les restos qui vous font payer le tiramisu, les insultes en tout genre, les moustachus imbéciles qui tentent d’organiser du cyberharcèlement, et, les gens étranges, mais alors vachement étranges, qui vous trouvent formidable, certaines journées sont longues.

Mais le pire c’est que, parfois, il faut se rendre dans des contrées nordiques, des régions balayées par un vent glacial, des pays battus par une pluie incessante.

Oui, ce dimanche 13 février 2022, j’ai dû aller à Montpellier. C’est dire, monsieur le juge, si je fais pas un boulot facile.

 

Donc, avec près d’une centaine de militants des Pyrénées-Orientales, je suis allé assister au meeting de Jean-Luc Mélenchon. Deux bus sont partis de Perpignan pour l’occasion.

Même si je suis plutôt road trip en solitaire, les voyages en groupe ça peut être sympa. On croise des ami·e·s, on discute avec des Gilets Jaunes qui, ho surprise, n’apprécient pas le leader minimo, et, finalement sans réelle surprise, on croise même des gugus de l’Alternative. C’est vrai que, bien qu’ayant passé les deux dernières années à insulter la FI, voire toute la gauche, ces gens se retrouvent le bec dans l’eau. La politique c’est sérieux. C’est même, diront certains, un peu plus que des massages à 2 000 €.

Bref le voyage était sympa.

 

Concernant les mesures sanitaires, si le passe vaccinal n’était pas obligatoire, la nourriture et les boissons étaient interdites à l’intérieur de l’Arena, et, à l’entrée, il fallait jeter son masque et récupérer un FFP2 (offert gracieusement).

Quand on pense que les mesures sanitaires seront fortement assouplies juste avant le premier tour, on a de quoi rire,…, jaune.

 

Question ambiance, c’était sympa aussi. Ça chante des « on est là, on est là, même si Macron le veut pas, nous on est là ». On a bien dû entendre l’Internationale une fois ou deux. Et on a la fanfare locale pour la musique, façon easy listening sudiste.

On n’est pas à un concert de black metal, mais il y a du bruit.

 

Le programme du meeting est simple : trente minutes de mise en bouche, assurées par des représentant·e·s du parlement de l’Union Populaire, présenté·e·s par Aurélie Trouvé ; puis une heure de Jean-Luc Mélenchon.

 

À 14h30, le patron entre en scène.

Sous les vivats !

 

Une heure c’est long, donc on ne va pas rentrer dans les détails. On va aller à l’essentiel. On va parler capitalisme. En même temps, ça répond à une remarque, voire une attaque, que Philippe Poutou a émise lors de la réunion publique du NPA, le samedi 12 février à Perpignan. Le détail de cette réunion est pour un autre billet. Un peu de patience, ça arrivera bientôt.

Mélenchon a déjà dénoncé le capitalisme à la française, qui n’est qu’un « capitalisme de bons à rien » dans le fond. Les Français, via leurs impôts, se retrouvent à financer des grands groupes, financiers ou industriels, totalement incapables d’investir, de créer de la richesse ou de la redistribuer. L’incompétence va jusqu’au point que, pour enrichir une partie, toujours plus limitée, des actionnaires, de nombreuses entreprises rachètent leurs actions. Or cette manœuvre, si elle est profitable pour une infime minorité, détruit le capital social de l’entreprise. Bon, remarquez, le capitalisme est basiquement antisocial, donc, tout ça est peut-être logique.

 

Pourquoi racheter des actions : https://youtu.be/6gbONovAl8A

 

Les ultra-riches, dont l’enrichissement s’accélère de plus en plus, sont aussi plutôt choyés par l’État. Entre les exonérations fiscales, les allégements de « charges », les aides directes, et, une véritable bienveillance dès qu’il s’agit d’évasion fiscale, on ne peut pas dire que ces gens-là ont des raisons de se plaindre.

Par contre, le Français moyen a des raisons de se plaindre, lui. Enfin, s’il reste des Français moyens. Parce que l’effondrement des classes moyennes, l’appauvrissement général, c’est bien ce qui a mis plus d’un million de Gilets Jaunes dans la rue, il y a à peine un peu plus de 3 ans.

D’accord, ça n’a pas été suffisant.

Mais c’est pas grave, on fera mieux la prochaine fois.

Promis juré !

 

Le programme de l’Union Populaire c’est, d’une certaine manière, mettre les capitalismes à contribution. Faut bien qu’ils bossent de temps à autre, ces gens-là.

Et qu’ils payent des impôts !

Certes, on n’en est pas encore à l’abolition du salariat, du patronat, et du capitalisme, mais ça va dans la bonne direction. Soyons optimistes et réjouissons-nous à l’idée que, d’ici peu, on va pouvoir tranquillement reparler « d’exploitation ». Parce qu’il faut être lucide, il est plus facile de mobiliser contre des « exploiteurs » que contre des « dividendes ». L’humain, y’a que ça de vrai.

 

Alors que retenir de ce meeting ?

Jean-Luc Mélenchon est le seul candidat anti-capitaliste qui peut passer la barre des 5 %. La barre des 10 % sera sûrement franchie. L’objectif reste donc une possible qualification au second tour. Cela reste possible, mais l’éclatement de la gauche n’aide pas. La porosité d’une bonne partie de l’électorat aux idées d’extrême droite, merci les médias des milliardaires, rend la tâche ardue.

Pour ceux qui veulent un programme marqué à gauche, avec une chance de peser dans la campagne, il n’y a pas d’autre choix.

 

Meeting à Montpellier : Jean-Luc Mélenchon dénonce l’assistanat, les parasites et les feignasses qui refusent de travailler ! par Philippe Poisse
Meeting à Montpellier : Jean-Luc Mélenchon dénonce l’assistanat, les parasites et les feignasses qui refusent de travailler ! par Philippe Poisse
Meeting à Montpellier : Jean-Luc Mélenchon dénonce l’assistanat, les parasites et les feignasses qui refusent de travailler ! par Philippe Poisse
Meeting à Montpellier : Jean-Luc Mélenchon dénonce l’assistanat, les parasites et les feignasses qui refusent de travailler ! par Philippe Poisse
Meeting à Montpellier : Jean-Luc Mélenchon dénonce l’assistanat, les parasites et les feignasses qui refusent de travailler ! par Philippe Poisse
Meeting à Montpellier : Jean-Luc Mélenchon dénonce l’assistanat, les parasites et les feignasses qui refusent de travailler ! par Philippe Poisse
Meeting à Montpellier : Jean-Luc Mélenchon dénonce l’assistanat, les parasites et les feignasses qui refusent de travailler ! par Philippe Poisse
Meeting à Montpellier : Jean-Luc Mélenchon dénonce l’assistanat, les parasites et les feignasses qui refusent de travailler ! par Philippe Poisse
Meeting à Montpellier : Jean-Luc Mélenchon dénonce l’assistanat, les parasites et les feignasses qui refusent de travailler ! par Philippe Poisse
Meeting à Montpellier : Jean-Luc Mélenchon dénonce l’assistanat, les parasites et les feignasses qui refusent de travailler ! par Philippe Poisse
Meeting à Montpellier : Jean-Luc Mélenchon dénonce l’assistanat, les parasites et les feignasses qui refusent de travailler ! par Philippe Poisse
Meeting à Montpellier : Jean-Luc Mélenchon dénonce l’assistanat, les parasites et les feignasses qui refusent de travailler ! par Philippe Poisse
Meeting à Montpellier : Jean-Luc Mélenchon dénonce l’assistanat, les parasites et les feignasses qui refusent de travailler ! par Philippe Poisse
Partager cet article
Repost0
4 février 2022 5 04 /02 /février /2022 16:37

« Si vous prenez pour argent comptant toutes les bêtises qui sont déversées par le journal local et par un certain nombre de blogs, vous n’aurez jamais la bonne information. »

Louis Aliot, conseil municipal du 2 février 2022.

 

Oui, Loulou a bien balancé une petite pique aux journalistes de l’indep’.

Et il a bien raison, vu la qualité de la rubrique « politique ».

 

On ne va pas refaire l’historique de l’Indep’, le nombre de caractères autorisé sur ce blog est trop faible pour ça. On reviendra juste sur deux ou trois moments d’anthologie, récents.

Par exemple, la rumeur, totalement sans intérêt, qui voudrait que Loulou soit candidat sur le canton Perpignan V. La version web est signée par la simple mention « l’Indépendant ». C’est classe, non ?

https://www.lindependant.fr/2022/01/21/perpignan-et-si-louis-aliot-etait-candidat-sur-le-canton-perpignan-canohes-10060401.php

 

Le cas de l’installation d’Amazon à Rivesaltes est aussi symptomatique d’un journal qui refuse le contradictoire.

https://www.lindependant.fr/recherche?q=amazon&type=&where=pyrenees-orientales%3Arivesaltes&year=&month=&day=

En 2021 le site web de l’Indép’ a publié 9 articles sur l’implantation d’Amazon. Il n’y a aucun article d’analyse de fond, et la tonalité est plutôt favorable à ce projet. Il est vrai que de gens osent s’opposer à Laurent Gauze, qui est, en même temps, adjoint au maire de Rivesaltes, vice-président de Perpignan Méditerranée Métropole et président de la CCI (élu grâce au MEDEF). Bref quand un homme d’influence raconte n’importe quoi, l’indép’ lui donne la parole. Tant pis pour l’avis de ceux qui ont bossé le sujet, ce qui inclus des macronistes. C’est dire !

https://www.latribune.fr/technos-medias/mounir-mahjoubi-accuse-amazon-de-detruire-7-900-emplois-et-appelle-a-acheter-francais-pour-noel-833788.html

 

Indépendant, certes, mais de quoi ?

Partager cet article
Repost0
2 février 2022 3 02 /02 /février /2022 15:53

« Il me semble important d’analyser cette situation avec beaucoup de sérénité et beaucoup de hauteur par rapport aux derniers événements. Nous ne devons pas nous laisser guider par la vox populi, ou par les réseaux sociaux, ou par quelques journalistes aigris en mal de reconnaissance, qui ne font, quelque fois, que jouer le rôle de toutous pour retransmettre la voix de leur maître. Nous devons avoir une position beaucoup plus digne par rapport à cette situation. »

Robert Vila, conseil communautaire de Perpignan Méditerranée Métropole du 31 janvier 2022

 

Non, Bob Vila n’a pas traité les journalistes de l’Indép’ de « toutous » d’Alain Ferrand. Il s’est juste un peu foutu de leur gueule. Et en cela il n’a pas tort.

 

L’Indép’, propriété de Jean-Michel Baylet, arrive à rouler simultanément pour Macron, cf. les éditoriaux sur la Covid 19 qui ressemblent à des plagiats des conférences de presse de Gabriel Attal, pour Delga, cf. la page pleine mensuelle dédiée au projet écocide de Port-la-Nouvelle, et, localement, pour Loulou, cf. la complaisance avec laquelle les dossiers perpignanais sont abordés. L’Indép’ touche aussi de l’argent de la part de la municipalité du Barcarès, sous forme d’achats de publicité. Ce qui est tout à fait légal.

Par contre, l’Indép’ ne brosse pas Bob Vila dans le sens du poil. D’un autre côté, faut être lucide, Bob ne fait pas d’effort pour être aimé. Quand a-t-il acheté une page pleine de pub dans le journal ?

 

Non, Bob fait sa pub dans Saint-Estève Magazine.

C’est petit, c’est mesquin.

Surtout que Saint-Estève Magazine n’a jamais défendu le bilan de Carole Delga. C’est dire si ces gens ne sont pas respectables !

http://www.st-esteve.com/download.php?ThemaID=2&CatID=35

 

 

Alors non, les journalistes de l’Indépendant ne sont pas les toutous d’Alain Ferrand.

Ils ne sont pas non plus journalistes, vu la médiocrité du travail fourni.

D’ailleurs on se demande bien ce qu’ils sont, dans le fond.

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2022 1 24 /01 /janvier /2022 14:20

« Les bourreaux qui se plaignent d’une écharde du manche de leurs haches… ils sont violents et s’étonnent de récolter une partie de leur violence… »

Commentaire sur la page Facebook de Thinkerview

 

« Par contre il faut concevoir l’État contemporain comme une communauté humaine qui, dans les limites d’un territoire déterminé – la notion de territoire étant une de ces caractéristiques –, revendique avec succès pour son propre compte le monopole de la violence physique légitime. Ce qui est en effet le propre de notre époque, c’est qu’elle n’accorde à tous les autres groupements, ou aux individus, le droit de faire appel à la violence que dans la mesure où l’État le tolère : celui-ci passe donc pour l’unique source du « droit » à la violence. »

Le savant et le politique, Max Weber, page 125, édition 10/18

 

En ce week-end du 22 et du 23 janvier 2022, deux événements forts ont marqué l’actualité des Pyrénées-Orientales.

D’abord, l’événement majeur, les défenseurs du patrimoine ont décidé de lancer une croisade contre le CD66, depuis Facebook. Celui-ci a, en effet, eu l’outrecuidance d’installer des panneaux de signalisation aux abords de l’abbaye de Saint-Michel de Cuxa. Sacrilège ! Les panneaux étant inélégants (mais conforme à la norme NF ASCQUER), les défenseurs du patrimoine rateront leurs photographies. Rappelons qu’entre rater une photographie au smartphone et sauver des vies en limitant les risques d’accidents de la route, le défenseur du patrimoine choisira toujours la photographie.

Bon, je n’irais pas plus loin à ce sujet, les défenseurs du patrimoine ayant l’habitude de me menacer, avec des propos relevant souvent de l’apologie du viol. Mais que vous voulez, les cons ça ose tout, et les cons y’en a partout !

Je vous invite toutefois à aller faire un petit tour sur le site du gouvernement dédié à la sécurité routière : https://www.onisr.securite-routiere.gouv.fr/

 

Non, l’événement dont nous allons parler, bien que secondaire, est l’agression de Romain Grau.

https://www.lemonde.fr/politique/article/2022/01/22/le-depute-la-republique-en-marche-romain-grau-pris-a-partie-tres-violemment-a-perpignan_6110594_823448.html

 

Romain Grau, qui ce coup-ci n’a pas eu le courage de se cacher dans les chiottes – cf. l’attaque de juillet 2019 https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/pyrenees-orientales/perpignan/video-perpignan-casseurs-attaquent-permanence-parlementaire-apres-rassemblement-gilets-jaunes-1704652.html –, est allé au-devant des manifestants et a pris quelques coups et gifles.

Mais ce n’est pas cette énième péripétie concernant celui-ci qui fut l’attaché parlementaire d’Henri Sicre et qui déclare que Renée Olive est son modèle – il l’affirme dans son livre http://blog.philippe-poisse.eu/index.php?post/2020/03/11/Le-Perpignan-que-nous-m%C3%A9ritons-tous- – qui est intéressant. Tout le monde a bien compris que, depuis l’élection de Macron, les insultes, menaces et actes de violence contre les élus ont explosé. Bon, tout le monde le sait, sauf Agnès Langevine qui ne cesse de se moquer dans la presse des deux gardes du corps de Louis Aliot. Quand je vous dis que les cons ça ose tout.

 

Non, ce qui est intéressant c’est la condamnation unanime de cette agression par toute la classe politique.

Et c’est là que la question de la légitimation de la violence se pose.

 

D’abord évacuons l’éléphant au milieu de la pièce. Si le petit monde politique condamne sans nuance la violence contre les élus, c’est parce qu’il sait qu’il peut prendre une baffe, ou pire, à tout moment. Il se sent donc directement concerné, voire agressé par procuration. Romain Grau prend une baffe, tous les élus du coin prennent une baffe.

L’élu est inviolable, faut que ça se sache !

« La personne du roi est inviolable et sacrée » disait l’article 2 du chapitre II de la Constitution de 1791. Vous vous souvenez de la suite ?

 

L’État, et ceux qui veulent participer du pouvoir politique, d’une manière ou d’une autre, ne peuvent tolérer la concurrence. On notera la façon dont les États modernes luttent contre la fausse monnaie et les cryptomonnaies. La puissance publique est tout à fait prête à sous-traiter la souveraineté monétaire à des banques privées, mais n’acceptera pas que des particuliers entrent dans la danse.

Et là, on en vient au trois sources de la « domination » que met en évidence Max Weber : la domination traditionnelle ; la domination charismatique ; la domination rationnelle-légale.

La classe politique alterne entre la domination traditionnelle et la domination rationnelle-légale, avec un petit délire du genre « je suis un leader charismatique » de temps à autres. Les partis sont là depuis toujours (appel à la tradition) et la loi définit leur rôle (article 4 de la Constitution de 1958). Vous rajoutez à ça que les élus de premier plan sont « charismatiques » et ont a fait le tour de la domination.

Bon, comme les politiques sont de braves gens, ils ont autorisé d’autres organisations à avoir droit à un petit bout de domination, et donc de violence légitime. On appelle ça, pudiquement, les corps intermédiaires. Les plus connus sont les syndicats.

Et ces corps intermédiaires sont souvent soutenus par les politiques lorsqu’ils commettent des actes violents. Pour une partie de la classe politique, généralement les partis de gauche, quand ils ne sont pas au pouvoir, la violence syndicale est « légitime ».

Lorsque les Goodyears sont condamnés la gauche hurle !

https://www.usinenouvelle.com/article/le-proces-des-goodyear-epilogue-d-un-gachis-social.N485904

La violence dispose alors d’une double légitimation : l’appartenance au petit monde politique – en suivant la définition que Max Weber donne à ce mot – ; la lutte contre un ennemi clairement identifié, avec, de préférence une lutte théorisée d’une manière ou d’une autre.

Bref, si vous êtes du sérail et que votre violence ne dépasse pas certaines limites (interdiction de tuer, de mutiler ou de violer), elle peut être légitime pour le système.

 

Manque de pot, les Gilets Jaunes, les anti-pass, et un paquet d’autres mouvements contestataires, à venir pour certains, ne font pas partie des corps intermédiaires. Il s’agit juste de vulgaires rassemblement de citoyens, plus ou moins hétéroclites, qui viennent gueuler au même endroit, au même moment. Ils ne peuvent donc être perçus par les pro-systèmes comme une force politique, capable de revendiquer la pratique d’une violence légitime.

Le tir de grenade lacrymogène qui a tué Zined Redouane était un acte de violence légitime, Christophe Castaner, alors ministre de l’Intérieur, peut même minimiser les responsabilités de la police, et décorer l’officier commandant l’unité mise en cause.

https://youtu.be/tslv-bGaCNE
https://youtu.be/fxwmT-vf_0E

Par contre une gifle à Romain Grau, et tout le Landernau politique hurle à la mort.

Vous pensez « mépris de classe » et, pour certains, « racisme social » ?

Vous avez raison !

 

Le ridicule de cette délégitimisation de la violence de la part de simples citoyens, se regroupant dans un but éminemment politique (grosso merdo, c’est un peu la définition du mot « peuple », au sens politique), c’est qu’elle condamne, façon dommage collatéral, la violence que prônent ou valorisent certains mouvements politiques.

On a donc Louis Aliot, qui condamne fermement l’agression de Romain Grau et lui apporte son soutien, alors que celui-ci, nostalgique de l’Algérie française, refuse de reconnaître l’OAS comme une organisation terroriste et a organisé en mars 2021 une exposition photographique pour la réhabiliter. On attend mars 2022 et les soixante ans de l’indépendance de l’Algérie avec impatience.

https://www.francebleu.fr/infos/societe/a-perpignan-une-exposition-pour-un-hommage-aux-oublies-de-la-guerre-d-algerie-1616174046

On a aussi les élus PCF, se sentant sans doute menacés vu les politiques antisociales et/ou écocides du CD66, condamnant la violence contre les élus, alors qu’ils sont prompts à valoriser la Révolution, éléments de base de la pensée marxiste. Avec eux, en 1789, il aurait fallu demander une autorisation administrative pour prendre la Bastille.

 

Là où la classe politique, particulièrement médiocre dans le coin, montre son incapacité à penser la problématique « violence » est qu’elle oublie que la violence a toujours une cause. Quand le président de la République met en place des politiques pour « emmerder » une partie de la population il est logique que celle-ci réagisse mal. Le refus de la part des pro-systèmes, de tout bord et de tout poil, de mettre en place des politiques de réduction de la violence – ce que l’on appelle des politiques de désescalade – ne peut aboutir qu’à l’aggravation de la situation.

Les violences sociales, économiques, culturelles, que le système politique met en place et cautionne sont la cause première et principale des violences que subissent les élus. Sans changement en profondeur, voire, mieux, sans destruction du système actuel pour bâtir une nouvelle société, rien ne s’améliorera.

https://www.youtube.com/watch?v=BRZP-lYOMO8

 

Alors, la violence peut-elle être légitime ?

Sortie de la légitime défense, non !

Mais ça, ce n’est que mon avis.

 

 

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2022 2 11 /01 /janvier /2022 15:56

 

 

Tout en traduisant l’article du Guardian sur NasDas je me suis passé Appetite For Destruction. Et honnêtement, cet article me donne l’impression que Welcome To The Jungle parle de la politique locale.

Et l’envie de NasDas de s’engager dans les législatives renforce cette impression.

 

Welcome to the jungle, we've got fun and games

 

Bon, faut pas se mentir, la politique c’est la jungle. En version Straight Outta Compton, comme dirait l’autre. Les places sont rares et chères, les postulants nombreux. La lutte est souvent violente. Surtout que le niveau moyen est assez faible. Honnêtement, je n’ai pas souvenir qu’entretien à caractère culturel lors des élections locales ces 15 ou 20 dernières années. Ni les journaleux locaux, ni les politiques locaux n’ont les capacités pour ça. Et comme la violence est le dernier recours des imbéciles, je vous laisse imaginer comment ça se passe en interne, une fois les rideaux tirés et le public parti.

 

If you got the money, honey, we got your disease

 

Nasser Sari peut-il être candidat ? Oui ! Après tout, être candidat c’est juste une question d’argent. On est en ploutocratie, faut pas l’oublier.

Et puis on pourrait donner à Nasser un peu conseil : « Oublie que t’as aucune chance, vas-y fonce ! On sait jamais, sur un malentendu ça peut marcher ! »

 

You can taste the bright lights but you won't get there for free

 

Dans le « nanocosme » politique local Nasser Sari est un(e) grand(e) inconnu(e). Grosso modo, comme toutes les figures issues de Saint-Jacques, tous les responsables politiques l’ont croisé un jour ou l’autre. Mais personne ne pourra le situer clairement sur l’échiquier politique. Dans le doute, le RN et les Républicains le classeront, abusivement, dans la grande famille des « Romain Grau m’a promis un truc ». La gauche, elle, ne pense pas, donc elle n’a rien à dire.

Par contre, une fois la candidature officialisée, il faudra bien se positionner. Et là d’un coup, le regard du nanocosme change, il passe de bienveillant à hostile. T’es dans le camp d’en face, forcément, vu que t’es pas avec nous, et tu bouffes des voix, faut pas s’attendre à la tendresse. Une élection c’est pas une chanson de Bourvil !

Vous voulez un exemple ? Vous voyez la distribution d’argent et de cadeaux, qui font la force de la Chienneté, dans la vie de tous les jours, c’est légal, mais une fois l’annonce de la candidature faite, ça devient de l’achat de vote, et ça, c’est illégal, article L106 du Code électoral. Un faux pas, et hop, une plainte au pénal.

 

L’article L106 du Code électoral : https://www.legifrance.gouv.fr/codes/article_lc/LEGIARTI000006353253/

Achat de votes à Corbeil : https://www.dalloz-actualite.fr/flash/achat-de-votes-corbeil-n-jamais-vu-en-france-une-ville-livree-un-tel-degre-de-corruption

 

Welcome to the jungle, it gets worse here every day

 

La troisième circonscription, avec ses 85 600 habitants répartis sur 108 communes, c’est pas jojo. C’est surtout rural et montagneux. Avec de sacrés problématiques, qui n’ont rien à voir avec Saint-Jacques.

La RN 116, les pistes de ski qui n’ont plus assez de neige, la disparition des services publics, la déprise agricole, etc. La vallée de la Têt, c’est un coin où ça rigole pas politiquement. En plus le PS y est fort. Les résultats de 2017 n’étaient pas si mauvais que ça, malgré une candidate voulant taxer l’épargne des handicapés et trouvant que Manuel Valls est plus de gauche que Benoît Hamon. Faut dire qu’au PS on a du mal à trouver des candidats avec la tête sur les épaules. En 2021, le canton Pyrénées Catalanes avait même basculé au PS, malgré des candidats insipides.

Donc, entre un RN plutôt fort, une gauche divisée mais capable de réaliser de bons scores, une députée sortante LREM portée par la réélection de Macaron Ier, se faire une place au Palais Bourbon va être dur pour les nouveaux venus.

 

La carte des résultats de 2017 : http://www.cartesfrance.fr/geographie/cartes-elections/carte-elections-legislatives-2017.html

les résultats de 2017 : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lections_l%C3%A9gislatives_de_2017_dans_les_Pyr%C3%A9n%C3%A9es-Orientales#Troisi%C3%A8me_circonscription

 

And when you're high, you never ever wanna come down

 

Les réseaux sociaux donnent une fausse impression de « célébrité ». Le mot « influenceur » doit être compris de la même manière que le mot « idol » au Japon.

Un influenceur est principalement une personne assez connue et appréciée sur les réseaux sociaux pour pouvoir associer son image à une ou plusieurs marques. Le placement de produit est tout naturellement la source de revenu principale dans ce milieu.

Chaque influenceur va donc viser une niche et s’y tenir en termes de produits à vendre. Ce type de fidélisation nécessite une identification forte entre l’influenceur et les produits : l’influenceur EST ce qu’il vend. Cette démarche implique une vraie sincérité, sinon les ventes sont trop faibles pour que l’association entre la marque et l’influenceur soit rentable.

La niche de NasDas correspond-elle au corps électoral de la troisième circonscription ?

La réponse est non !

D’abord ses followers sont principales des 15-30 ans, là où les électeurs sont plutôt des plus de 35 ans. Les électeurs locaux seront donc peu perméables à Snapchat. Il faudra donc aller faire les marchés pour convaincre. À Prades, le marché bio c’est le samedi, le grand marché c’est le mardi ; aux Angles c’est le mardi aussi ; à Font-Romeu, c’est… Font-Romeu je m’en fous, je skie à Pyrénées 2 000. Va falloir se lever tôt le matin histoire de tracter dans le froid et la neige.

 

https://www.ledevoir.com/opinion/idees/658899/idees-comment-comprendre-la-valeur-des-influenceurs

 

Watch it bring you to your sha-n-n-n-n-n-n-n-n-knees, knees

 

Depuis 2017 j’ai suivi de près plusieurs élections. Notamment les législatives 2017 sur la troisième circonscription et les municipales 2020 à Perpignan. Dans les deux cas, les candidats que je soutenais ont fini en dépression, l’un après la campagne (façon trouble de stress post-traumatique), l’autre en plein milieu de la campagne. Ni l’un ni l’autre ne semblent s’en être remis, vu la relation qu’ils ont avec le milieu politique local. Dans les deux cas, s’être entourés de personnes toxiques, à l’inculture politique crasse, et, parfois, cupides jusqu’à la turpitude, est en grande partie la cause de l’échec, voire de l’humiliation, dans le cas de l’élection municipale et de ses suites.

La priorité est de bâtir une équipe solide, si possible rodée aux emmerdes électorales. Un bon conseiller politique, de préférence capable de dire « non », un directeur de campagne, voire de communication, sont de mises. Par contre, les massages thailandais sont à proscrire. Outre que ça coûte cher, ça ne peut que garantir l’échec.

La question est donc : Nasser Sari est-il capable de se bâtir une équipe de choc pour une éventuelle campagne ?

Seul lui peut y répondre.

Si la réponse est oui, la barre des 5 % est en vue.

Si la réponse est non, la fessée est en vue.

 

Quoi qu’il en soit, une candidature de NasDas, ça aurait de la gueule.

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=zaaoFbNsyf4

 

https://www.youtube.com/watch?v=o1tj2zJ2Wvg

 

PS : vous noterez que pour ce qui est de mettre du NWA et du GN’R dans le même texte, dans le coin, à part Bibi, y’a pas grand monde.

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2022 6 08 /01 /janvier /2022 13:22

Guardian, journal de gauche http://cqfd-journal.org/Picasso-a-Perpignan anglais, parés le "Time" américain http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2018/08/perpignan-l-article-du-new-york-time-sur-les-gitans-de-perpignan-traduit-en-francais.html, se pense sur le cas du quartier St Jacques à Perpignan, par le truchement de la figure de l'influenceur Nas Das...

Article original : https://www.theguardian.com/world/2022/jan/05/i-want-to-show-france-who-we-are-the-slum-influencer-with-his-sights-on-parliament

 

Nasser Sari s’est bâti une large base de followers sur les réseaux sociaux en documentant la vie dans l’un des quartiers les plus pauvres de France. Maintenant il veut entrer dans la scène politique nationale.

 

Influence n’est pas un mot qui vient en premier à l’esprit quand on parle de Saint-Jacques, le quartier gitan de la ville de Perpignan. Cependant, il y a peu lors d’une nuit fraîche un peu avant 20 h, l’ineffable main de l’influence est derrière une scène spontanée de théâtre de rue au pied des alignements de platanes de la place Cassanyes. Des gens arrivent en foules. À 19h50, ils sont plus de 200, principalement des jeunes hommes, en petits groupes turbulents. Fumant, criant, s’étirant, un groupe faisant des mouvements s’apparentant au cancan : on dirait Fast & Furious sans les voitures.

 

Un homme dans un survêtement Adidas rouge essaie d’aligner tout le monde le long de la place. Un phare dans une mer de vêtements de sport noirs, l’influenceur connu en tant que NasDas – né et ayant grandi à Saint-Jacques – est responsable de tout ce cirque. La nuit précédente, NasDas a posté pour ses 1,2 million de followers une photographie de lui posant avec un billet chiffonné de 500 €, suivi d’images d’une précédente course à pied Place Cassanyes. Ce soir c’est une redite, avec juste un plus gros prix. Mais cette fois la participation est beaucoup plus importante aussi. En live sur Snapchat, il est nerveux : « Sur ma mère, je ne pensais pas qu’il y aurait autant de monde, d’Avignon, de Marseille, de partout ! »

 

NasDas, de son vrai nom Nasser Sari, est parvenu a devenir l’influenceur français numéro 1 sur Snapchat, tout en venant d’un des quartiers les plus pauvres de France. Perpignan est la dernière ville sur la Méditerranée, à 32 km de la frontière espagnole ; à flanc de colline et à l’arrière du centre-ville se trouve Saint-Jacques, une enclave dense, du genre dur à cuire, dans un parcellaire issu du Moyen Âge, où 60 % des habitants vivent sous le seuil de pauvreté. Les trois quarts de la population, estimée entre 3 000 et 7 000 personnes, sont des gitans catalans ; les autres, coexistant parfois difficilement avec leurs voisins, sont arabes – tout comme NasDas, 25 ans, dont les parents ont émigrés depuis l’Algérie.

 

Quand des gens étrangers au quartier viennent à Saint-Jacques, la plupart du temps ils ne voient que les ordures omniprésentes. Mais NasDas voyait la vie, la beauté et l’humour dans son environnement quotidien. Il y a quelques années, il a commencé à filmer les petites affaires de la rue et les personnages autour de lui. « Je ne cherchais pas à être numéro 1, ou même à être un snapchatter ou un influenceur. Je prenais mon téléphone pour aller au café : ‘Qui va payer ? Toi ? Tu ne payes jamais ! Et je me suis rendu compte que les gens aimaient regarder mon quotidien. »

 

Il a commencé à ajouter des sketchs, partiellement préparés, comme une parodie d’un arriviste de banlieue, dans laquelle sa bande s’enfuit à Barcelone avec sa carte de crédit et fait le tour des boutiques de luxe, tandis qu’il reçoit des factures obscènes sur son smartphone. Mi-2020, ses observations malicieuses et son charme lui ont permis d’avoir plusieurs milliers de followers. Au centre d’un écran de smartphone, NasDas a un charisme fou, rappelant celui de Fozzie (l’ours du Muppet Show), rythmé par son slogan « la chiennété ! », qui peut se comprendre comme « une vie de chien ».

 

https://www.youtube.com/watch?v=IJBYDU1s8Bc

 

Curieusement, parmi les nombreux influenceurs français, très peu chroniquent les quartiers populaires comme lui. « Tu vas sur Snapchat, et c’est des gens en strings, dans des immeubles de luxe et avec de belles voitures. Toujours la même chose » déclare le manager de NasDas, un homme de 32 ans qui apparaît de façon anonyme dans les vidéos avec le surnom de « l’homme masqué ».

 

De nombreux rappeurs, danseurs, humoristes et maquilleurs viennent de ces quartiers, mais très peu d’entre eux documentent la vie au quotidien. Nordine Idri, un Marseillais de 17 ans qui raconte son ancienne vie de guetteur sur Youtube, est un autre cas isolé. Les films sur les cités (de la Haine à Intouchables en passant par Bande de Filles) ont tendance à être réaliss par des gens de l’extérieur (Les Misérables en 2019 sont un exemple rare, de très bonne factured’une histoire raconté par les habitants eux-mêmes). Mais il semble que, curieusement, les réseaux sociaux, où toute la technologie tient dans votre poche, n’ont pas produit plus de chroniqueurs des quartiers. Peut-être que la tendance dans ces quartiers pauvres est plus en direction de l’influence autour de l’ambition et du succès.

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/bouches-du-rhone/marseille/marseille-nono-l-ancien-guetteur-devenu-youtubeur-aux-2-millions-de-vues-2012215.html

 

NasDas aiment montrer l’argent, lui aussi. Mais la chose extraordinaire est qu’il semble en distribuer la plus grande partie. Il claque des billets sur son fil presque chaque jour. Cet été, il a été le premier influenceur Snapchat en France (ou du moins l’affirme-t-il, Snapchat ne confirmant pas avec des chiffres précis) et a réussi à monétiser son opération avec des contrats commerciaux et du placement de produits : pour des dentistes, pour l’application online CV, pour du thé glacé, pour des voitures de luxes, pour toute sorte de choses… Il estime qu’il distribue à peu près 80 % de ce qu’il gagne, la plupart du temps en privé affirme-t-il. Développer Saint-Jacques est sa priorité, avec des prospectus, au travers de l’éducation (il encourage les jeunes absentéistes à retourner à l’école et organise des ramassages de déchets pour son fil Snapchat) et en promouvant les entreprises locales.

 

Le jour avant la course à pied, ce Robin des Bois des réseaux sociaux buvait un café noisette assis à une table place Cassanyes. Mesurant 1m80, il est beaucoup plus décontracté en vrai que son personnage sur Snapchat, mais plus autoritaire aussi. Il affirme que le fait que des gens viennent de partout en France pour réaliser des selfies avec lui prouve que l’image de Saint-Jacques a changé. Pendant notre discussion, deux frères venant de Grenoble s’approchent pour passer un moment avec leur héros. Mais NasDas reconnaît que son quartier ne va pas changer en une nuit : « il y a une réalité qu’il ne faut pas cacher. Le niveau de violence est toujours élevé, malheureusement. À mon sens il est trop élevé, parce que je ne peux pas supporter la violence. » En août un jeune homme de 23 a été abattu devant une boulangerie à seulement quelques mètres de là.

 

https://www.lindependant.fr/2021/08/10/perpignancoups-de-feu-meurtriers-dans-le-quartier-saint-jacques-une-enquete-complexe-9725360.php

 

Au doigt, NasDas porte une chevalière en or en forme de lion. Peut-être est-ce en hommage à sa mère, qu’il décrit comme un « lion ». C’est d’elle qu’il tient son sens des responsabilités sociales ; elle l’a élevé seule, lui et ses quatre frères et sœurs, après que son père soit décèdé quand il avait 10 ans. Ils vivaient deux étages au-dessus du poste de police abandonné à l’angle de la place Cassanye, qui est devenu la plaque tournante du trafic de drogues à Saint-Jacques. Certains de ses amis gagnaient jusqu’à 300€ par jour quand il avait 16 ans, mais elle s’est battue pour le garder en dehors du trafic. Maintenant, avec sa toute nouvelle renommée, il prend Saint-Jacques sous son aile.

 

À la fête foraine de Perpignan, le ciel crépusculaire a viré à l’ocre foncé alors que les lumières fluorescentes des manèges occultent les étoiles. La Team NasDas essayent de faire une sortie « profil-bas », de manière à ce qu’il puisse surveiller ses nièces et ses neveux. Du moins, aussi profil bas que possible lorsque vous-même et votre bras droit, Samos, êtes vêtus de survêtements blancs assortis. À l’entrée, les gens jettent des coups d’œil et murmurent : « il y a NasDas (sa nièce porte utilement un t-shirt « NasDas la Chiennété »). Rapidement ils se faufilent pour un flux de photos non-stop. À côté des waltzers, nous sommes coincés au milieu des fans et des sympathisants pendant presque 20 minutes. « Il est tellement drôle » lance deux jeunes femmes du coin d’une vingtaine d’années. « Il s’en fout. »

 

Tout au long de centaines d'interactions, NasDas est résolument amical, mais il y a de la lassitude dans son regard. Il admet qu’il a souffert à cause de son ascension fulgurante vers la renommée, et les demandes constantes d’argent et d’aide : « à un certain moment j’ai cru que j’allais devenir fou. Je voulais juste aller boire un café comme tout le monde, et je ne le pouvais pas. » Quand il a commencé à avoir des attaques d’angoisse, son manager l’a amené à la campagne pour l’aider à remettre les choses en perspective. Quelques séances avec un thérapeute plus tard, il s’est remis en selle.

 

La plupart des membres de la Team NasDas sont présents autour de lui à la foire : Samos, l’ami filiforme aux dents cassées, qui lui sert souvent de compère dans les vidéos ; Tounsi, un grand baraqué bourru d’une vingtaine d’années qui est l’un des seuls dont NasDas était proche avant d’être connu ; 4BDV, un jeune de 17 ans à l’allure d’un gamin des rues de 12 ans et que NasDas a hébergé chez lui lorsqu’il est arrivé à Saint-Jacques après avoir traversé la Méditerranée en bateau (l’influenceur a demandé à pouvoir être son représentant légal) ; seul Billy DZ, malade, semble-t-il, n’est pas présent.

 

Maintenant une véritable infrastructure soutient la Team : au total 40 personnes – dont deux agences d’influenceur à Paris – s’occupant du support technique, de l’organisation d’événements, des débouchés commerciaux et de la stratégie. Et NasDas commence à cerner le monde au-delà des réseaux sociaux : il va prochainement apparaître dans un talkshow à la télévision, Netflix l’a contacté pour un possible documentaire, et il prévoit de monter sur scène pour un one-man-show à l’Olympia l’an prochain.

 

Mais tout cela ne pourrait être qu’un début. NasDas aime utiliser son fil pour faire jouer sa conscience sociale, au-delà des aides pour les habitants. Il a souvent critiqué la gestion de Saint-Jacques par la municipalité : dysfonctionnelle et corrompue sous la précédente administration, mais maintenant avec un côté vindicatif sous Louis Aliot, le seul maire RN d’une ville de plus 100 000 habitants. L’influenceur a récemment tourné son smartphone vers l’affaire d’un enfant de 8 ans emmené au poste de police (avec 4BDV) après avoir été filmé par les caméras de vidéo surveillance avec un fusil à billes. Le stationnement payant place Cassanyes imposé en septembre, que beaucoup d’habitants ne peuvent pas assumerest aussi une des cibles de NasDas. Que ce soit judiciaire ou économique, il perçoit l’effet escompté en des termes directs : « c’est de la répression. »

 

https://www.lindependant.fr/2021/09/09/perpignan-saint-jacques-en-emoi-apres-linterpellation-dun-enfant-de-8-ans-avec-son-fusil-a-billes-dans-la-rue-9779550.php

 

Maintenant que NasDas est devenu un personnage public, la municipalité s’intéresse à lui, affirme-t-il. « Je pense qu’ils se sentent vexés parce que je ne leur demande pas d’aide. Ça les perturbe : un jeune maghrébin qui ne demande pas d’aide et qui réussi à organiser le quartier. » La municipalté n’a répondu aux demandes d’entretien.

 

Mais il pourrait avoir la parfaite réponse. Il prévoit de se présenter aux élections législatives de juin pour essayer de devenir l’un des quatre députés des Pyrénées-Orientales, dont Perpignan est la préfecture. « Je veux briser les clichés », déclare-t-il. « Je suis jeune, racisé, quelqu’un qui entreprend. Je veux un peu ennuyer les gens. Montrer à la France qui ont est. » Les Pyrénées-Orientales comptent près de 350 000 inscrits sur les listes électorales, si seulement une fraction de ces followers votent pour lui, il pourrait snapchatter depuis l’Assemblée nationale l’an prochain.

 

Les pressions sur Nasdas ne viennent pas que de l’extérieur. Saint-Jacques a une longue histoire de dépendance malsaine à des leaders de la communauté ayant un accès privilégié au pouvoir. Durant les années 1970, d’aucuns affirmaient que les patriarches issus de certaines familles gitanes de Saint-Jacques auraient vendu la communauté en échange de faveurs politiques. Des sommes d’argent liquide et de l’électroménager aurait été distribués après les élections. Récemment ce serait des emplois et de l’influence qui auraient été distribués au travers de la très décriée rénovation urbaine de ce quartier délabré.

 

https://www.theguardian.com/cities/2019/sep/05/the-soul-of-perpignan-how-a-gypsy-community-halted-the-bulldozers

 

Aujourd’hui NasDas, par le biais du pouvoir conféré par les réseaux sociaux, est celui qui dispose de l’influence. Il n’est pas possible de douter de sa sollicitude pour Saint-Jacques, mais il est possible de se demander comment il va résister aux pressions qu’il va probablement recevoir de l’intérieur du quartier.

 

Juste avant la course, alors que nous discutons, il est interpellé par un « grand frère », qui l’harangue en arabe. Dix minutes plus tard, il revient, demandant que NasDas parle à quelqu’un au téléphone. De quoi s’agissait-il ? Apparemment, l’homme est un des intermédiaires, ce qui inclut l’homme au téléphone et quelqu’un d’autre en prison, qui facilitent un placement de produit sur Snapchat pour une entreprise à Paris. Il essayait d'obtenir de NasDas qu'il baisse ses honoraires à 5 000 €, afin de pouvoir prendre une plus grande part, 3 000 €, du prix initial.

 

L'influenceur insiste sur le fait qu'il ne s'agit que d'un cas isolé, qu’il ne connaît pratiquement aucune jalousie ouverte et que 99,99 % de Saint-Jacques le soutient. Mais il est à parier que cette convoitise de l'argent et de la publicité que NasDas génère va s'accroître au fur et à mesure que son étoile montera. En tout cas, il est furieux : « Ce sont les gens d'ici qui te tirent vers le bas. Les gens en prison qui te tirent vers le bas ».

 

Une demi-heure plus tard, sur la piste d’athlétisme de la place Cassanyes, un autre type de gestion des personnes s'impose. A 20h05, la place est en ébullition. « Dispersez-vous ! » insiste NasDas – et la foule flânent au quatre coins de la place, essayant de passer aussi inaperçue que le peuvent 300 personnes réunies pour une seule et même raison.

 

Cinq minutes plus tard, NasDas a annulé la course. Trois policiers à vélo se mêlent à la foule ; Tounsi pense que c'est un coup de semonce. Avec Aliot qui surveille, il ne peut y avoir aucun faux pas. La foule déçue commence à s'éloigner.

 

Avec un sourire incrédule – comme s'il se demandait comment tout cela a pu arriver – NasDas se retire dans un café pour diffuser ses réactions. Il ne va nulle part : « J'étais à Saint-Jacques avant les médias sociaux, je suis ici pendant les médias sociaux, et je serai ici après aussi ».

 

Traduction de Philippe Poisse, avec un petit coup de main de Maïté Torres

 

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2021 4 30 /12 /décembre /2021 14:15

Le conseil municipal de décembre 2021, le dernier de l’année, était un peu mou. Dans le fond, le seul qui a brillé c’est François Dussaubat. Si on en est à trouver que les affaires de DRH c’est sexy, c’est qu’on a besoin de vacances.

Noël approche, ça nous fera du bien.

 

Mais, au détour du point 12.02, consacré au RIFSEED, le moment de grâce est venu !

Alors oui, on pourrait parler pendant des heures du RIFSEED. On pourrait aborder de front sa complexité. On pourrait analyser ses incohérences géographiques.

Oui, on pourrait.

Mais d’abord, le RIFSEED, c’est comme le BDSM, y’a des lieux pour ça. Et ensuite, j’ai chopé un site où on peut visionner des films d’horreur venus tout droit de Malaisie, alors vous pensez bien que j’ai d’autres priorités.

Allons droit au but !

 

Après la présentation du RIFSEED par François Dussaubat, avec le magnétisme animal que l’on lui connaît, Bruno Nougayrède et Pierre Parrat sont intervenus pour parler d’une histoire de diffamation à l’encontre de fonctionnaires territoriaux travaillant au sein de la mairie de Perpignan et d’élus. Dans le cadre de l’enquête publique pour le Règlement Local de Publicité intercommunal (RLPi), des propos, que certains jugent diffamatoires, ont été tenus, par écrit, dans un courrier adressé à la commissaire enquêtrice, par une entreprise locale spécialiste de la publicité extérieure.

 

Commençons par un petit rappel sur le RLPi, histoire que tout le monde parte sur de bonnes bases.

Le but, officiel, du RLPi est d’uniformiser la réglementation de la publicité extérieure sur le territoire de Perpignan Méditerranée Métropole (PMM) et de limiter la pollution visuelle, tout en garantissant un bon niveau d’activité économique.

Le but, officieux, du RLPi est d’assurer que Perpignan encaisse le gros des contrats publicitaires.

Avec ce règlement la municipalité de Perpignan sécurise un marché de l’ordre du million d’euros annuel, en créant, artificiellement, une pénurie d’emplacement, et, dommage collatéral, évacue les petits acteurs économiques.

Pierre Parrat, à l’origine du RLPi, est vraiment un petit canaillou !

 

Dans les dommages collatéraux nous trouvons la société Publissud et sa directrice commerciale, Vanessa Poloni.

 

Publissud est, certes, un acteur important de la publicité extérieure, mais, localement. Avec 1,4 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2019, on ne peut pas parler d’une grosse boite. Je ne lis plus le classement annuel d’Objectif Languedoc-Roussillon, je sais, j’ai honte, mais Publissud ne doit pas être dans le top 100 des plus gros CA des PO.

Donc, ce genre de boite ne peut pas rivaliser avec JCDecaux ou Clear Channel, les acteurs majeurs du secteur. JCDecaux verse 940 000 € par an à la municipalité de Perpignan pour avoir le droit, entre autres, de défigurer le centre ancien. C’est plus que la trésorerie de Publissud. Impossible de s’aligner.

Alors, à la lecture du RLPi, on comprend que la directrice commerciale ait vu rouge.

Surtout que Publissud avait participé à la farce sinistre, pudiquement, appelée « concertation ».

Puis, après deux ans, pas un coup de fil, pas un email, pas un SMS, rien, nada. On comprend que chez Publissud on soit furax.

 

Apprenant le lancement de l’enquête publique par hasard, PMM refusant, par déni de démocratie, de communiquer sur les concertations et les enquêtes publiques, cette chère Vanessa a décidé d’écrire une bafouille pour exprimer son mécontentement.

L’intégralité du courrier est disponible en annexe du rapport, à partir de la page 122, de la commissaire enquêtrice.

https://www.perpignanmediterraneemetropole.fr/single-post/2018/09/11/rlpi

 

En avant pour des extraits, pas piqué des hannetons.

 

D’entrée, Vaness’ affiche sa surprise et attaque la « fausse » réunion de concertation à laquelle elle a participé. Elle critique aussi l’incapacité de PMM à communiquer correctement. Personne ne lui a parlé du lancement de l’enquête publique.

Mais, grâce à Alternatiba 66 elle a eu l’information. Par hasard, certes. Ce qui montre bien que la seule Alternative ! aux majorités communautaires et municipales c’est le travail.

Travailler plus pour gagner plus, électoralement, s’entend.

On passera sur la pique envers Alternatiba 66, qualifiée de « anti-tout ». Venant d’une personne dont le secteur d’activité est une des causes majeures de la crise environnementale c’est un compliment. Il est toujours positif d’être attaqué par ceux qui soutiennent l’écocide mondial qui, accessoirement, nous fout bien dans la merde.

 

Dès la fin de la première page, Vaness’ sort les crocs. Le service dédié à la mairie se distingue « par son manque de formation et ses lacunes juridiques ».

Ça se conçoit, ça se dit en privé autour d’un verre, mais ça ne s’écrit pas.

Du point de vue pénal, on est déjà entre l’insulte et la diffamation. Mais Vaness’, elle s’en fout. Vous voyez Juliette Lewis dans « Tueurs nés » ? Vaness’, elle est pire !

 

Oui, elle cogne fort, façon serial killer entrant, le fusil à pompe à la main, dans un Diner, histoire de faire un carton.

Page 124, on apprend donc que le dossier de Go Pub, prestataire choisi pour élaborer le RLPi, a été modifié « en toute discrétion ». Un constat d’huissier prouve ce bidouillage. Il serait intéressant d’avoir l’avis d’un juge sur cette histoire.

 

Sur l’aspect économique, l’analyse de l’impact du RLPi est une charge contre le colbertisme et le centralisme. Chez Publissud on vit mal la distorsion de concurrence entre grands groupes et TPE, et, on défend son modèle économique, en précisant que les bailleurs, louant des espaces pour poser des panneaux, pourraient perdre 1 million par an, à termes, dans cette histoire.

À court d’argument on sort le chantage au loyer.

C’est un peu éculé comme procédé, mais bon, quand on crèche dans un secteur d’activité condamné à disparaître, tous les moyens sont bons.

 

Enfin, l’apothéose ! La conclusion du courrier est une merveille. Chaque mot de cette conclusion est une perle !

L’ordre dans lequel ils sont mis, par contre, laisse à désirer.

Vaness’ rappelle ce qui est pour tout le monde une évidence : le dossier est mal monté.

On est à Perpignan, n’oublions pas, tout est fait avec une certaine légèreté, voire une légèreté certaine. Si les pouvoirs publics bossaient sérieusement, les P.O. ne seraient pas le département le plus pauvre de France métropolitaine. On le sait que ça bosse mal, voire, pour certains, que ça ne bosse pas du tout.

Mais, le petit bourgeois ne réalise que le système est pourri que lorsqu’il se le prend dans la gueule, le système.

 

Et là, dans un pénultième paragraphe, mis en gras, pour être sûr qu’il soit lu, Vaness’ met en doute la probité de Pierre Parrat, himself !

« …nous nous posons la question… sur la probité de l’ancienne majorité municipale… »

Et là, Vanessa passe les bornes. Oui, Parrat est un canaillou, mais de là à mettre en doute sa probité, il y a un pas, que dis-je, un gouffre. On sait qu’il n’aime pas le football américain, il est contre le mariage pour tous, et, il a salué l’exposition organisée par Louis Aliot le 19 janvier 2021, exposition visant à réhabiliter l’OAS, en montrant que ceux d’en face ils étaient pas gentils. Si on reprend la théorie des 3 Droites de René Rémond, Pierre Parrat appartient à la catégorie « légitimiste ». Remarquez, Louis Aliot et Éric Z aussi.

Pierrot appartient aussi à la catégorie « petit être délicat », il a donc la plainte en diffamation facile.

http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/article-pierre-parrat-m-attaque-en-diffamation-le-cote-au-secours-de-la-farce-par-nicolas-caudeville-74065410.html

 

Pour finir, Vaness’ menace d’un recours devant le tribunal administratif. Ça ne mange pas pain, et clôt parfaitement les débats.

 

À la lecture de ce courrier, il est donc logique que les fonctionnaires et les élus incriminés demandent la protection juridique, c’est-à-dire que la mairie prenne en charge les frais de justice en cas de plainte. Ce qui doit passer par un vote en conseil municipal.

 

Et Rémi Génis alors ?

 

Rémi Génis est à la fois un élu de la majorité municipale et le gérant de Publissud, à en croire son profil Linkedin.

https://www.linkedin.com/in/r%C3%A9mi-genis-390995224/?originalSubdomain=fr

En février 2022, lors du prochain conseil municipal, il risque fort de devoir voter la protection juridique pour des gens qui vont attaquer en justice son entreprise. La mairie pourrait aussi attaquer Publissud.

La solution serait de virer la directrice commerciale, mais là, c’est un beau procès aux prud’hommes qui lui pend au nez.

 

Rémi Génis, qui clairement ne tient pas ses salariés, est aussi conseiller communautaire. Il devra donc voter le RLPi, lorsqu’il sera mis à l’ordre du jour des réunions de PMM.

Ainsi donc, il devra lâcher sa directrice commerciale, qui risque de passer un sale quart d’heure au tribunal, et valider un texte réglementaire qui va faire perdre de l’argent à son entreprise.

Oui, Rémi Génis a le sens du sacrifice. Le sien, ou celui des autres. C’est selon.

 

De toute façon, c’est ça ou démissionner.

Perpignan/ Diffamation et publicité : Rémi Génis va-t-il fesser sa directrice commerciale en conseil municipal ? par Philippe Poisse
Perpignan/ Diffamation et publicité : Rémi Génis va-t-il fesser sa directrice commerciale en conseil municipal ? par Philippe Poisse
Perpignan/ Diffamation et publicité : Rémi Génis va-t-il fesser sa directrice commerciale en conseil municipal ? par Philippe Poisse
Perpignan/ Diffamation et publicité : Rémi Génis va-t-il fesser sa directrice commerciale en conseil municipal ? par Philippe Poisse
Perpignan/ Diffamation et publicité : Rémi Génis va-t-il fesser sa directrice commerciale en conseil municipal ? par Philippe Poisse
Perpignan/ Diffamation et publicité : Rémi Génis va-t-il fesser sa directrice commerciale en conseil municipal ? par Philippe Poisse
Perpignan/ Diffamation et publicité : Rémi Génis va-t-il fesser sa directrice commerciale en conseil municipal ? par Philippe Poisse
Perpignan/ Diffamation et publicité : Rémi Génis va-t-il fesser sa directrice commerciale en conseil municipal ? par Philippe Poisse
Perpignan/ Diffamation et publicité : Rémi Génis va-t-il fesser sa directrice commerciale en conseil municipal ? par Philippe Poisse
Partager cet article
Repost0