Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 15:50
Statut de Djerzinski en recontruction dans l'actuel Moscou
Statut de Djerzinski en recontruction dans l'actuel Moscou

« Nous retardons de cinquante à cent ans sur les pays avancés. Nous devons parcourir cette distance en dix ans. Ou nous le ferons, ou nous serons broyés. » (Joseph Staline)

« Le tchékiste a le cœur chaud, la tête froide et les mains propres. Le tchékiste est transparent comme le cristal. » (Félix E. Dzerjinski)

Tu avoueras que ces citations ont plus de gueule que « L’Europe, euh, c’est la paix » ou « Je tiens toutes les promesses, même celles des autres ». Elle est de qui celle-là, hein, chien de Pavlov ? Demande à Zemmour ! Mais je digresse, c’est l’âge, pardonne-moi, il va bientôt falloir que je parte me reposer dans un sanatorium en Crimée, à Artek, auprès d’accortes jeunes femmes à la peau bronzée par le soleil de Crimée (pas celui d’Austerlitz) ou en Corée du Nord. Mais revenons à notre Moscou forcément inscrite dans la post-modernité (ce qui n’est pas le cas de Pyong-Yang).

Me voici de retour, après quelques errances dans cette ville que je ne reconnais plus. Je suis perdu. Heureusement, j’ai du sang froid et je sais m’adapter à toutes les situations. C’est ça, le vrai tchékiste !

M'est d’avis que le p'tit Chura, la chose dont Nicolas a mis le clip en ligne la dernière fois, a dû mal finir. Vous imaginez, cette créature nous vient tout droit de Novossibirsk... Comment peux-tu me parler de Novossibirsk, toi qui n'as jamais connu Chura, comme aurait pu le chanter votre chanteur alcoolique, mal rasé, un certain Serge, made in Russia! Pas de doutes, vous avez hérité des meilleurs en Occident !! Moi, niveau musique, en ce moment, j’aime bien le petit Oleg Gazmanov, il te revisite l’histoire de l’Union Soviétique dans sa chanson « Sdelan ia v SSSR » (fabriqué en URSS)( https://www.youtube.com/watch?v=RmDcsZ1z9kI ), ça fait plaisir. En plus, c’est un hommage à Blondin d’une certaine façon ou Blondin a été inspiré par sa chanson car elle commence par « Ukraina i Krym i Moldova, eto moia strana » (Ukraine, Crimée et Moldavie, c’est mon pays). Et après, le petit Oleg, y déroule… C’est bon ça, ça montre que nous ne renonçons pas à l’empire et que nous n’avons pas oublié notre histoire et notre géographie !!! Heureusement que Blondin ne subit pas l’influence de Djigurda, ce chanteur décadent et vulgaire https://www.youtube.com/watch?v=YLedn_Ym2A4(j’avais demandé à Nicolas de le passer quelques jours avant, pour annoncer ma chronique, mais vous connaissez ce garçon, il a ses pudeurs… et veut ménager ta sensibilité, petit Frantsouz, pour ne pas dire ta délicatesse…), que j’aurais bien envoyé se faire redresser par un travail assidu quelque part du côté de Magadan. Poser des rails, par moins 20 lui aurait remis les idées en place !! Bon, avec ce fric qui irrigue notre société d’aujourd’hui, ça montre que nous sommes aussi sacrément schizophrène… D’un côté, je les vois bien les jeunots, dès qu’ils ont un rouble devant eux, ils n’ont qu’une seule ambition : ressembler à un Occidental, être sapé pareil, vivre comme lui, et la voiture, et l’écran plat, et l’Iphone, et les sapes… Bref, l’attrait du vide ! Alors que moi, les jeunots de mon époque, ils vivaient l’épopée. Ah l’épopée, ça t’a une autre gueule que remplir ton caddie chez Achan (ici, c’est comme cela que se dit Auchan, tu connais hein ?), te saper en Hugo Boss ou rouler en Maserati et aller bronzer son cul à Cuba, à Antalya ou à Phuket !! L’homme, il a besoin d’épopée, sinon, il se racornit… Eh regarde-toi, petit Frantsouz, cherche-la ton épopée. Ben, désolé, en ce moment t’en as pas… A toi les joies du vide ! A pieds joints. Mais fais attention, tu es en train de tomber, gare à la chute finale… T’inquiète ça peut mettre du temps. Regarde l’URSS, une longue agonie après la mort de Jo le moustachu…

Et à côté de ce fric, Blondin a réussi le tour de force à te leur inculquer l’amour de la mère-patrie et du sacrifice. Il est fort !

Mes pérégrinations m'ont amené dans un parc, appelé Muzeon aujourd’hui, au cœur duquel est situé un musée dans lequel sont présentés des tableaux de mon époque, puis des année 30. De l'art, ça, pas comme les petites gesticulations dégénérées et autres singeries capitalistes occidentales ploutocratiques. Une de mes bonnes camarades françaises me racontaient qu'en son pays, certains artistes réalisaient des performances en sodomisant des poulets. Là, j'avoue, et j'en ai vu des choses durant cette guerre civile qui m’a permis d'établir la dictature du prolétariat, j'en ai vu je disais, mais ça!!! L'Occidental capitaliste, lorsqu'il se pose en rebelle face à sa société est vraiment pitoyable et en plus, il perd toute notion d’hygiène. Je crois que mon ami Blondin a eu des soucis avec des créatures de ce genre, des guenons hurlantes, dont le nom était « Emeute dans ta chatte ». Pas de doutes, faut vraiment avoir un problème, avant, nous traitions cela ou de manière expéditive ou alors, quand nous étions de bonne humeur, c’était l’asile psychiatrique avec une petite cure de neuroleptiques. Aujourd’hui, les dingos sont en liberté. Rrrah, mon vieux pays, je ne te reconnais plus !!!

Je disais donc, camarade, que dans ce musée, à toi les Kuzma Petrov-Vodkine, les Chagall, les Gontcharova, les audaces d'un Malevitch, les peintures sévères de Deyneyka, exaltant notre Mère-Patrie et ses corps bien vivants. Elles sont pas mal nos naïades made in Soviet Union, hein, tu salives petit Occidental... Et puis le père Guerassimov, avec ses tableaux à la gloire de Jo le moustachu où tu le vois avec son pote Kliment Vorochilov… Me demande comment il a pu survivre à la colère de Jo celui-là… Faut voir ça, plutôt inhabituel cet art pour toi petit Frantsouz… C’est de l’l’histoire, ça, autre chose que les dingueries d’aujourd’hui.

Ah oui, camarade, si jamais tu viens à Moscou, passe me voir dans ce parc, cela me fera plaisir, à moins que Blondin ne décide de me redonner ma place sur la place Loubianka, en face de ce magnifique immeuble où des travailleurs de choc veillent sur leurs compatriotes, forcément coupables, et sur la sécurité de leur pays. Tu savais que cet immeuble avait appartenu à une oscitété d’assurances avant de devenir le siège de la TcheKa ? S'il fait ça, je vois d'ici les articles dans vos gazettes d'Occidentaux tout mous. Blondin a même fait repeindre le siège de mon bureau, la Loubianka. C’est tout beau avec ces tons ocres… Le bâtiment ressemble à une bonbonnière, mais un conseil camarade, ne t’attarde pas, passe ton chemin parce qu’un jour, tu pourrais découvrir le charme de ses caves.

Non loin du parc des statues déboulonnées, se trouve Bolotnaya et son usine Krasnyï Oktyabr (Octobre rouge, de quoi te flanquer la frousse, non ? Non, en fait car tout cela n’est plus que du folklore et puis c’était du chocolat qui sortait de l’usine, des douceurs pour le peuple…). Je crois que c’est un des endroits les plus décadents de notre séculaire capitale. Il n’y a que des discothèque aux noms impérialistes (Gipsy, Rolling Stone…), dont le fameux Château de Fantômas, des restaurants, des boutiques de créateurs (de quoi, de richesses, de vent ?) et des galeries d’art (forcément décadent et incompréhensible pour les prolétaires)… Octobre rouge est bien loin et je vois s’approchant les hordes de Festivus-Festivus que décrit votre Philippe Murray. Tiens, Philippe Murray/Félix Dzerjinski même combat ? Non, lui c’est un impérialiste libéral alors que moi, je suis un authentique révolutionnaire, j’ai du sang sur les mains mais notre point commun, c’est notre absence de concession à cette sorte de modernité grégaire. Tiens en parlant de modernité, regarde désormais les culottes que les jeunes femmes peuvent porter !!!! De quoi exciter le mâle occidental décadent, en recherche d’un peu de chaleur humano-bestiale…

Face à Bolotnaya, à un jet de pierre du Kremlin, actuellement squatté durablement par mon pote Blondin, au moins jusqu’à 2024, la cathédrale du Christ-Sauveur. Une immonde et indigeste meringue, bonne pour les bigots. Jo le moustachu ne la trouvait pas à son goût et l’avait faite rasé pour y édifier en lieu et place une piscine. Eh oui, un esprit sain dans un corps sain, c’est aussi ça le socialisme réel à visage humain, dans un seul pays (et voici la pensée de Jo le moustachu et consorts résumée… perso, j’étais plus internationaliste, moi, je voulais bien mettre le bordel un peu partout). Et voilà qu’à la fin des années 1990, le maire de Moscou, une ordure corrompue, entreprend de reconstruire la meringue. Beeeeeuuuuurk ! Je vais vomir. Heureusement, Blondin l’a démis de ses fonctions et l’a envoyé se faire pendre ailleurs lui et sa grosse Baba Yaga deBatourina, reine cougar du BTP et du mauvais goût. J’enrage, nous avons été trop indulgents avec la religion, nous n’avons pratiquement pas touché les églises de cette ville. Nous aurions dû les raser, les transformer en piscine, en école, en entrepôt. Nous aurions dû extirper cet obscurantisme. Mais Blondin est très fort et ils sait jouer du sentiment religieux. Le Patriarche, dans tous les sens du terme, c’est un ancien collègue de Blondin, un de mes petit-petit enfants, un ancien du KGB. Tu en perds ton latin, camarade, tu ne comprends plus rien et bien tu vois, c’est ça la Russie d’aujourd’hui, un brouillage permanent. Mais franchement, je vais te dire, ce qui domine aujourd’hui, c’est la loi du fric. Tu auras beau changer le décorum, un coup bolcho, le lendemain bigot-tsariste et le surlendemain plus rien, ce qui reste c’est le fric. Le voilà, le nouveau totem et sans tabou, Herr Freud !

Et du fric, tu en as à Moscou, camarade, à la pelle, mais pas touche, il n’est pas pour toi ! Le fric irrigue la ville comme le sang tes artères mais ce fric a vraiment du mal à irriguer toute la Russie. Moscou croule sous les boutiques de luxe, les restaurants, les clubs et les bordels de luxe comme le 19, tenu par un de ces Français à la fibre entrepreneuriale, avec ses 19 chambres (remarque, son krycha, le toit en français, c’est-à-dire sa protection, se trouve place de la Loubianka. Il doit nous fabriquer de sacrés kompromats-dossiers compromettants, notre Frantsouz). Toujours agréable de faire du fric sur le dos du cul des autres, du moment que ce n’est pas le tien... Bien sûr, ici le mot bordel est prohibé mais au final, c’est la même chose, peut-être en moins vulgaire que ce qu’ont tenté quelques Caucasiens, animé par la même fibre entrepreneuriale qui ferait rougir un étudiant en business school, en Catalogne dans un lieu-dit appelé la Jonquera. Eux, ils sont plutôt sur le mode abattage, ils privilégient la quantité. Faut dire, c’est pas la même clientèle… Il y a tellement de fric à Moscou que Paris ressemble à la capitale d’un pays du Tiers-Monde, ça tombe bien parce que les Frantsouzy, d’après ce qu’il m’a été rapporté, ils aiment bien le Tiers-monde. Regarde camarade ce qu’est devenu notre Place rouge : le GOUM regorge de marques occidentales de luxe, les alentours sont perclus de restaurants et de bar, y a tout pour Festivus, mais attention, un golden platinum Festivus. Vous ne pouvez pas savoir ce que c’est que ce Festivus, vous les Frantsouzy. Les Niçois, eux, ils savent un peu. A Courchevel itou.

Mais je m’aperçois que je digresse et divague, me laisse emporter par les flots de l’hyper modernité, va petit mousse, que le vent te pousse… Beau mousse aimé des marins comme dirait Genet dans « Querelle de Brest »-Litovsk… et que je ne t’ai toujours pas dit ce qui fait que Moscou est et sera toujours Moscou…

Avant de nous quitter pour mieux nous retrouver, écoute ça : https://www.youtube.com/watch?v=GFIe68R8-tQ C’est une petite chanson d’un groupe, Alisa, histoire de te rappeler camarade occidental (car nous sommes camarades) que nous avons résisté aux Teutoniques, renvoyé les Mongols chez eux après deux siècles de joug, défait Bonap’, et largement écrasé Adolf… Et puis, camarade, tu auras noté que la Russie avec Blondin, c’est le seul pays au 21ème siècle, ce siècle de la post-modernitétriomphante, à réaliser des conquêtes territoriales. De quoi te ramener à la réalité, camarade, toi dont l’un des innombrables défauts est d’être hors-sol, oublieux de l’histoire et de la géographie… Alors, faut pas venir nous faire la leçon !!! Sauf si t’as une armée digne de ce nom et que tu es vraiment sûr de toi. Car comme le disait Jo le moustachu, ou nous le ferons, ou nous serons broyés. T’es averti !

Allez, je me presse, on se revoit en novembre, c’est un peu mon mois. Pense à moi, à nous, le 7 novembre ! Bon, et puis si tu ne sais pas à quoi correspond cette date, âne bâté, va voir ton wiki ou achète des livres d’histoire ou retourne au lycée et casse la gueule à ton prof qui t’a mal enseigné l’histoire et ne t’a donc pas préparé au monde d’hier ni à celui qui vient. Huum, c’est bon ça, je sens l’histoire qui s’accélère ! Allez, je t’aide, en tout cas, regarde la petite image et bois un canon à ma santé, un bon Rancio !

Voir aussi:

Chronique moscovite‏(épisode 1) par Félix Edmundovitch Dzerjinski.

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/10/chronique-moscovite-episode-1-par-felix-edmundovitch-dzerjinski.html

Chronique moscovite (épisode 2) par Felix Edmundodvitch Dzerjinski. Gare au retour de l'antique!‏
Chronique moscovite (épisode 2) par Felix Edmundodvitch Dzerjinski. Gare au retour de l'antique!‏
Chronique moscovite (épisode 2) par Felix Edmundodvitch Dzerjinski. Gare au retour de l'antique!‏
Chronique moscovite (épisode 2) par Felix Edmundodvitch Dzerjinski. Gare au retour de l'antique!‏
Chronique moscovite (épisode 2) par Felix Edmundodvitch Dzerjinski. Gare au retour de l'antique!‏
Chronique moscovite (épisode 2) par Felix Edmundodvitch Dzerjinski. Gare au retour de l'antique!‏
Chronique moscovite (épisode 2) par Felix Edmundodvitch Dzerjinski. Gare au retour de l'antique!‏
Chronique moscovite (épisode 2) par Felix Edmundodvitch Dzerjinski. Gare au retour de l'antique!‏
Partager cet article
Repost0
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 18:11
Perpignan/festival Alimenterre: jeudi, le film "la guerre des graines"

Jeudi prochain dans le cadre du festival Alimenterre https://www.facebook.com/events/366856423478772/?ref_dashboard_filter=upcoming

« LA GUERRE DES GRAINES» - Film de Stenka Quillet et Clément Montfort (2014)
, Cinéma le Castillet, 19h, entrée payante 3,50€
+ débat organisé par le Collectif Anti-OGM avec Guy KASTLER.

Les graines sont-elles une marchandise ou un bien commun de l’humanité au même titre que l’eau ou l’air ? Dans un avenir très proche, les agriculteurs n’auront peut être plus le droit de replanter leurs propres graines. En Europe, une loi émerge pour contrôler l’utilisation des semences agricoles… Derrière cette confiscation, 5 grands semenciers qui possèdent déjà la moitié du marché des graines et cherchent à étendre leur privatisation.

L’histoire que nous révélons dans ce documentaire, c’est celle d’une guerre silencieuse, méconnue et dont l’enjeu est pourtant crucial : notre indépendance alimentaire.De l’Inde à Bruxelles, en passant par les campagnes françaises et l’Ile du Spitzberg à 1000 kms du Pôle Nord, Stenka Quillet et Clément Montfort enquêtent sur cette Guerre des Graines qui menace plus d’un milliard d’agriculteurs sur la planète.

Les réalisateurs rencontrent des paysans qui doutent, des militants qui tentent d’alerter les opinions publiques et des politiques qui discutent les futures lois. Monsanto, leader sur le marché des semences leur ouvre exceptionnellement la porte de la plus grande usine en Europe.

Voir aussi:

Santé:Monsanto : les produits à boycotter

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/article-sante-monsanto-les-produits-a-boycotter-121387205.html

Europe: vers l'interdiction des potagers privés, l'Europe nous casse les graines!

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/article-europe-vers-l-interdiction-des-potagers-prives-l-europe-nous-casse-les-graines-119506293.html

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 16:22
Vincent Corpet, Jean Le Gac, Artur Heras et le patron : Vincent Madramany
Vincent Corpet, Jean Le Gac, Artur Heras et le patron : Vincent Madramany

Àcentmètresducentredumonde fête ses 10 ans avec une exposition retrospective des 50 expositions présentées depuis juin 2004

UNE DÉCENNIE DE PASSION(S)

Depuis 10 ans, le Centre d'Art Contemporain "ACentMètresduCentreduMonde" propose à ses visiteurs, amateurs passionnés ou néophytes curieux, une sélection de travaux d'artistes dont l'éclectisme n'est pas la moindre des qualités. Essentiellement axé sur la création européenne, ne reniant pas pour autant les influences récoltées hors des limites du vieux continent, le choix des œuvres présentées tente de conjuguer deux exigences complémentaires : celle de la pertinence et celle de la cohérence. Pertinence dans un discours général sur l'état de l'art contemporain et cohérence dans la diversité même de l'expression artistique d'aujourd'hui.

Pour marquer cette décennie de présence sur la scène culturelle perpignanaise, l'exposition "10 ans" se fixe pour objectif d'offrir au public un résumé foisonnant et multiforme des tendances, expériences et productions des artistes ayant investi le Centre d'Art depuis son inauguration, en juin 2004.

On retrouvera, dans ce "melting pot" pictural de grandes figures de l'art contemporain tels que Claude Viallat et son empreinte inspirée, Ben et sa tonitruante originalité, Guinovart et ses fulgurances profondes ou Le Gac et son génie du trait. Chacun d'eux, à sa façon, par son histoire, a réussi à composer une image qui le définit infailliblement. Les talents confirmés et reconnus internationalement proposent une palette d'oeuvres protéiforme où se côtoient, en bonne entente, les évocations transcendantales d'un Manolo Boix, les questionnements perspicaces d'un Artur Heras, la rigoureuse vigueur d'un Tony Bevan, le minimalisme contemplatif d'un Georges Ayats ou les surprenantes compositions de Rafael Armengol.

Libre au visiteur d'aller musarder au gré de son propre désir, de ses propres projections parmi ce kaléidoscope d'expressions; la pluralité des propos impliquant la pluralité des regards. Puisse-t-il ne pas perdre de vue que tout ceci n'est pas le fruit du hasard mais plutôt le reflet de l'élément essentiel qui a guidé l'action déterminée de l'équipe du Centre d'Art : la PASSION de l'ART.

Voir aussi:

Perpignan, le vrai centre du monde est à cent mètre! Fuck Maître interview de Vincent Corpet par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/article-perpignan-le-vrai-centre-du-monde-est-a-cent-metre-fuck-maitre-interview-de-vincent-corpet-par-nic-110116745.html

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 14:40
Les écrivains: Henri Lhéritier (à gauche) David M Thomas(au centre) Gildas Girodeau (à droite)
Les écrivains: Henri Lhéritier (à gauche) David M Thomas(au centre) Gildas Girodeau (à droite)

Le propre d’un écrivain c’est la digression, un écrivain ne sait répondre à aucune question, pourquoi le saurait-il, par quel mystère aurait-il un avis plus éclairé sur ceci ou sur cela qu’un non-écrivain ? Il possède seulement cette forme d’inconscience qui lui fait rapprocher les idées les unes des autres, n’importe quelles idées entre elles et il exploite leur collision (que fait d’autre un peintre avec la couleur ?), rien ne l’autorise à profiter de ces rencontres mais puisque nous, horrifiés et respectueux de l’ordre, emprisonnés par la raison et la logique, nous refusons de le faire, alors il saute le pas, de ces chocs aléatoires il parvient à tirer quelque chose et, toujours avec la même inconscience, il donne à ce quelque chose une forme. Le seul talent d’un écrivain consiste à offrir un tapis de jeu à un mikado mental, il ne lui reste plus qu’à faire croire qu’il invente. Une nouveauté est bel et bien apparue grâce à ses mots mais il n’en est que l’entremetteur et le plasticien littéraire. Il lui a simplement fallu du culot, c’est le culot qui rend écrivain

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2014 4 09 /10 /octobre /2014 16:01
Au château de Fantomas à Moscou!
Au château de Fantomas à Moscou!

Le chef et fondateurs des services de renseignement soviétique revient dans la Russie actuelle et à l'instar de Michel Sardou, crie:"Lénine relèves-toi, ils sont devenus fous!" Chronique drolatique du Moscou et de la Russie post-moderne

Mon nom est Félix, Félix Edmundovitch Dzerjinski http://fr.wikipedia.org/wiki/F%C3%A9lix_Dzerjinski. Comme dirait Luciano Benetton: ´Ma, vous me reconnaissez?´. Oui? Non? Allons, je veux bien croire que les Occidentaux décadents ont une éponge à la place du cerveau et qu'ils sont oublieux de l'histoire et de la géographie, mais tout de même! Je suis le type dont une bande de soudards à fait tomber la statut un jour d'août 1991! Je me suis battu pour une révolution, j'ai extirpé le furoncle capitaliste, je suis la créateur de la Tcheka-GPou-NKVD-MGB-KGB puis du reste. KGB, vous n'avez pas oublié? La guerre froide, c'était quand même pas mal, le monde était plus sûr qu'aujourd'hui, avec tous ces barbus, hipsters ou islamistes j'en perds mon latin, ces invertis... Tous ces gens bizarres... Vous n'avez pas peur, vous? Voilà que je me réveille en 2014, à Moscou, ma ville et qu'est-elle devenue? Une porcherie capitaliste!!!! Comme je le disais si bien, pour nos ennemis, quatre murs, c'est trois de trop!
>
> Si tu le veux bien, ami lecteur, car tu ne le sais pas encore, mais nous sommes amis, c'est sympa d'avoir ses amis mais, hein?, nous allons nous balader ensemble à Moscou. Tu veux bien? Allez, avant de dire oui, va lire ma notice Wikipedia parce qu'en général, c'est ce que font les gens sans culture qui prétendent en avoir une, non? Ce que tu liras, c'est un tissu de conneries!!!! Si je tenais celui qui a écrit ça..., je lui ferai prendre un bon bain.
>
> Me voici désormais dans cette ville-monde cette ville globalisée où le wi-fi (prenons cet exemple, puisqu’il symbolise désormais la modernité), tel un espion du KGB, est partout jusque dans les entrailles du métro, cette ville de l’hypercapitalisme aux nuits folles, qui ne dort jamais, avec ses gagnants et ses perdants.
>
> Les perdants, parlons-en. Ce sont les fameux « gastarbeiter », les travailleurs immigrés, dire qu'avant ils étaient chez eux ici, bon peut-être moins égaux mais tout de même, qui viennent des anciennes républiques soviétiques. La plupart sont Ouzbeks, Tadjiks ou Kirghizes, parfois Géorgiens mais plutôt d’Abkhazie (ayant fui la guerre au mitan des années 1990). Si les rues ou le métro sont si propres, s’il est des commerces, des bars ou des restaurants qui fonctionnent 24/24, s’il est des immeubles qui côtoient les nuages, c’est grâce à eux. Un mégot à terre et pfuuit, voici un Ouzbek pour le ramasser. Ce sont eux qui vous servent dans la plupart des bars et des restaurants, souvent ouvert 24/24. Tiens, ouvert 24/24, même le dimanche ? Oui. Et oui, camarade, toi qui courais croyant laisser le vieux monde derrière toi et bien il t’a méchamment rattrapé et quelque chose me dit qu’il ne te lâchera pas. Moscou, et la Russie, plus généralement, c’est le règne de l’hypercapitalisme, pas de loi défendant le brave salarié ou prenant en charge ses vieux jours... Une protection sociale famélique, des conditions de travail frisant l’esclavage, qui vous ferait passer un représentant du MEDEF pour un dangereux trotskiste et à côté de cela, l’hyper-luxe, clinquant comme il se doit. Moscou n’a rien à envier par rapport à New-York autre ville-phare de la globalisation, Moscou est dans la mondialisation, avec ses excès et sa société qui part en quenouille qui rappellent à bien des égards les sociétés européennes du XIXème siècle, même si une classe moyenne, mais ce concept existe-t-il vraiment a émergé.
>
> Les mœurs ont véritablement évolué. Le Moscovite est un capitaliste, une ordure individualiste comme les autres! A titre d’exemple, le Moscovite éduqué, pas le provincial monté à la capitale pour y trouver sa pitance, est un amateur de café. Et vous verrez, dans les rues, des Moscovites, tout comme des new-yorkais, avec un gobelet de café. Les Shokoladnitsa et autres Kofe House maillent le territoire. Le même Moscovite éduqué adore sortir le soir. La nuit est synonyme d’excès. Moscou ne dort jamais (forcément avec des commerces ouverts 24/24…), tout s’y achète, se vend, s’échange. Il y a de la frénésie, de l’électricité qui cours, qui parcourt les corps. On se coudoie, on se rudoie. Nombreux sont les bars et restaurants, avec toutes les gastronomie du monde, avec une préférence toutefois pour la géorgienne (cela se transmet de générations en générations) et l’italienne, il faut bien nourrir les ventres. Moscou, c’est également ses bars et ses clubs branchés, le dernier en date étant le Château de Fantômas http://www.thevanderlust.com/en/city/moscow/afterdark/151.html, un bel hommage à la France des Lumières… et des lumières, il y en a au Château de Fantômas. Juge plutôt, ami lecteur. Il y a des spectacles avec des nains (rappelle-toi, ami lecteur, c’était en 1993, durant une sévère crise, et cela avait créé un scandale, dans certains night-clubs du Nord de la France, il y avait des lancés de nains !!!), armés de tronçonneuses, qui découpent ainsi les culottes métalliques de jeunes femmes accortes et cela fait des étincelles (partout). Quelle leçon (de bon goût) pour les tristes nuits parisiennes. Le Moscovite est à l’affût de ce qui est branché et éprouve une attirance pour la décadence. A ce propos, tu as vu la créature qui s'appelle Chura qui se dandine dans le clip que mon ami Nicolas a mis en ligne? Est-ce cela votre liberté? Il faut dire que c’est un beau spectacle mais tout de même, quatre murs? C'est trois de trop. Le Moscovite sait qu’il ne vit qu’une fois, il a une conscience aiguisée, dans ses excès, des vanités de ce monde, alors, il va vivre façon intense et surtout vite. Un de mes amis me racontait que lors du krach de 1998, il n’était pas rare de croiser dans les boîtes de nuit un de ces businessman qui avait tout perdu et qui passait sa dernière nuit, avec force petites pépées et alcools forts, et qui finissait par se tirer une balle sur la piste de danse au petit matin, forcément blafard…
>
> J'enrage, avoir fait trembler le monde pour en arriver la!! Tout ça a cause du chauve, zut, comment s'appelle-t-i, cela qui a bradé l'empire, tout ça pour ressembler à ces signes gesticulant occidentaux! Heureusement, celui qui est aux commandes aujourd'hui, le blondin, comme dans ce western capitaliste que j'adooooore, mon collègue quelque part, il assure.
>
> Ami lecteur, tu entendras ou liras dans tes médias de révérence (qui par parenthèse appartiennent à nos oligarques, car nous avons également nos oligarques…) dire que la Russie n’a pas vraiment rompu avec son passé communiste… C’est de la foutaise. Avec notre système social, c’est vous qui passez pour des communistes aux yeux des Russes, et venant de leur part, ce n’est pas vraiment un compliment. Alors oui, tu pourras objecter que quand même, Vladimir Poutine est un ancien officier du KGB, qu’il s’appuie sur les services de sécurité… Oui, oui à tout cela mais je serais tenté de répondre, comme un devoir de Sciences-Po raté (ou réussi, cela dépendra du correcteur), c’est vrai de tout temps. Sous les Tsars, à commencer par le plus terrible d’entre eux, le KGB s’appelait opritchnina, puis quand les tsars se sont civilisés, Okhrana. Ces organes sont la colonne vertébrale de toute société. Ils assurent l'ordre et sans ordre et sans sécurité pas de liberté possible. Oups, pardon, je philosophe comme une ordure déviationniste libérale. D'ailleurs, regarde ton pays, tu trouves qu'il a une colonne vertébrale? Et non, c'est du vide! Regarde ta classe politique, petit Frantsouz, ils sont drôles... Et puisque la post-modernité nous autorise tous les relativismes, trouves-tu plus rassurant d’être fiché par la NSA? Choisis ton camp camarade mais je ne sais pas si aujourd’hui, il reste un camp à choisir… La Russie d’aujourd’hui est un pays ultra-libéral et ultra-capitaliste où il vaut mieux être du bon côté du manche. C’est un vrai foutoir, où règne la corruption, y compris des mœurs et des corps, qui donne l’illusion d’être tenu. Tout se vend, la viande, la chair, les culs! Mais laissons là ces basses considérations et revenons à Moscou, continuons nos pérégrinations dans cette ville fascinante.
>
> Mais qu’est-ce qui fait que Moscou est Moscou ? Je te le dirai bientôt, camarade. Je peux t'appeler camarade?
>

Chronique moscovite‏(épisode 1) par Félix Edmundovitch Dzerjinski.
Partager cet article
Repost0
8 octobre 2014 3 08 /10 /octobre /2014 14:37
Perpignan:Grand « jeu de piste » stop TAFTA (traité transatlantique) dans le centre ville

Samedi 11 octobre 14:00-17:00
Samedi 11-10 journée Européenne contre le GMT, grand « jeu de piste » dans le centre ville de Perpignan.
De 14h à 17h, départ au pied du Castillet, parcours de 10 « stations » qui chacune développera un point important ou un article du traité !!!
(L’intérêt étant de ratisser le maximum de personnes dans la ville et de sensibiliser, même hors du "jeu de piste"...........)Le Castillet / Perpignan

Le 14 juin 2013, la Commission européenne a obtenu mandat de la part de tous les États membres pour négocier avec les États-Unis le Transatlantic Free Trade Area (TAFTA). Cet accord cherche à instaurer un vaste marché de libre-échange entre l’Union européenne et les États-Unis, allant au-delà des accords de l’OMC.

Pour le collectif Stop TAFTA
Ce projet de Grand marché transatlantique vise le démantèlement des droits de douane restants, entre autres dans le secteur agricole, et plus grave encore, la suppression des « barrières non tarifaires » qui amplifierait la concurrence débridée et empêcherait la relocalisation des activités
.

Voir aussi:

Une bonne raison d'aller voter aux européenne:"Le grand marché transatlantique" interview Raoul Marc Jennar par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/04/une-bonne-raison-d-aller-voter-aux-europeenne-le-grand-marche-transatlantique-interview-raoul-marc-jennar-par-nicolas-caudeville.htm

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2014 1 06 /10 /octobre /2014 15:45
La polique municipale est munie d'un silencieux
La polique municipale est munie d'un silencieux

Jean-Marc Pujol ayant changé le nom de "Perpignan la catalane" pour "Perpignan la méditerranéenne", il ne devrait pas s'arrêter en si bon chemin et marquer de son passage toute une série de lieu de la ville. Donner le nom du philosophe Walter Benjamin était une erreur puisque Walter Benjamin n'a jamais mis un pied à Perpignan, alors que James Bond oui !

(voir opération Warlock http://fr.wikipedia.org/wiki/Permis_renouvel%C3%A9)

Un Walter en valant bien un autre! Puisque la catalane vaut bien la méditerranéene, et qu'en matière électorale face à la menace du front national, on peut tout justifier: la fermeture de l'école d'art, faire payer l'entrée du centre d'art...

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2014 6 04 /10 /octobre /2014 17:51
David Nivet: Un paysan biodynamique!
David Nivet: Un paysan biodynamique!

Un domaine vinicole en biodynamie http://fr.wikipedia.org/wiki/Agriculture_biodynamique, se revendiquant de l'alchimie et du dialogue entre le ciel et la terre, bannissant les intrants chimiques, pour une petite production mais de qualité extrême, tant du point de vue du goût que de la santé http://nivet-galinier.over-blog.com/. Le retour à la signification du mot "pagès" paysan, qui dérive du mot païen, du mot agriculture, et du rituel du culte de la terre, voir de certain cultes anciens, celui de la Déesse des récoltes Déméter et de son culte à Eleusis, revue et corrigé par Rudolf Steiner dans les années Vingts http://fr.wikipedia.org/wiki/Rudolf_Steiner

Bienvenu dans la "Masia" de David Nivet à Ponteilla dans les Aspres!

Voir aussi:

Slow food:Celler Nivet-Galinier, la biodinamia en català par Jean Lhéritier! interview par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/10/slow-food-celler-nivet-galinier-la-biodinamia-en-catala-par-jean-lheritier-interview-par-nicolas-caudeville.html

Vin/Les Aspres: David Nivet un viticulteur biodynamique à Ponteilla! interview par Nicolas Caudeville
Vin/Les Aspres: David Nivet un viticulteur biodynamique à Ponteilla! interview par Nicolas Caudeville
Vin/Les Aspres: David Nivet un viticulteur biodynamique à Ponteilla! interview par Nicolas Caudeville
Vin/Les Aspres: David Nivet un viticulteur biodynamique à Ponteilla! interview par Nicolas Caudeville
Vin/Les Aspres: David Nivet un viticulteur biodynamique à Ponteilla! interview par Nicolas Caudeville
Vin/Les Aspres: David Nivet un viticulteur biodynamique à Ponteilla! interview par Nicolas Caudeville
Vin/Les Aspres: David Nivet un viticulteur biodynamique à Ponteilla! interview par Nicolas Caudeville
Vin/Les Aspres: David Nivet un viticulteur biodynamique à Ponteilla! interview par Nicolas Caudeville
Vin/Les Aspres: David Nivet un viticulteur biodynamique à Ponteilla! interview par Nicolas Caudeville
Vin/Les Aspres: David Nivet un viticulteur biodynamique à Ponteilla! interview par Nicolas Caudeville
Vin/Les Aspres: David Nivet un viticulteur biodynamique à Ponteilla! interview par Nicolas Caudeville
Vin/Les Aspres: David Nivet un viticulteur biodynamique à Ponteilla! interview par Nicolas Caudeville
Vin/Les Aspres: David Nivet un viticulteur biodynamique à Ponteilla! interview par Nicolas Caudeville
Vin/Les Aspres: David Nivet un viticulteur biodynamique à Ponteilla! interview par Nicolas Caudeville
Vin/Les Aspres: David Nivet un viticulteur biodynamique à Ponteilla! interview par Nicolas Caudeville
Dynamiser les intrants par l'eau!
Dynamiser les intrants par l'eau!

Dynamiser les intrants par l'eau!

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 14:30
Ha la belle entrecôtes!
Ha la belle entrecôtes!

A Perpignan, il est encore des endroits où il fait bon vivre! Accueillant, chaleureux, tranquille, le bar, restaurant, tennis Les délices de l'USAP est situé à coté du stade Aimé Giral (Nous allons vous apprendre à aimer Giral!) plus connu pour son rugby. Des platanes mûriers pour faire de l'ombre, des tonneaux un parqué en bois en terrasse. une véranda lumineuse à l'intérieur. Une cuisine simple et efficace: tartare de bœuf, entrecôte frites maison (mais alors l’entrecôte...) le magret de canard, la lotte....Un endroit qui est dans la ville avec la tranquillité de la campagne. Ouvert la journée et le soir pour les groupes. Cerise sur le gâteau, le chat qui sieste en majesté à coté de soi!

Contact:lesdelicesdelusap@gmail.com

tel 04 68 61 01 56

les plaisirs de l'existence à portée de mains!
les plaisirs de l'existence à portée de mains!
les plaisirs de l'existence à portée de mains!

les plaisirs de l'existence à portée de mains!

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 09:21
Jean-Marc Pujol:"La mairie sera toujours à côté de l'intelligence."par Jean-Pierre Bonnel

"La mairie sera toujours à côté de l'intelligence." Jean-Marc Pujol, maire de Perpignan.

Le maire a prononcé cette noble et belle phrase, destinée à rester dans la mémoire historique de la ville de Perpignan.

"A côté"… Comme on dit "à côté de la plaque"…

Le maire a sans doute voulu dire "aux côtés de", ou "au coeur de" l'intelligence…

Un lapsus ou une erreur de vocabulaire : JMP n'est pas un littéraire; c'est un historien (de l'Algérie, des guerres, des colonies, surtout); lors de l'inauguration du CAC WB (Centre d'art contemporain), il avait parlé d'oeuvres "modernes", alors qu'il fallait parler d'oeuvres "contemporaines"...

Mais peu importe, toute cette logomachie n'est que pipi de chat !

En effet, il faut parler d'intelligence ou de lucidité, de cohérence, enfin, à propos du projet d'aménagement de l'ancienne université de Perpignan : rénovation de la salle des actes, aménagement d'un couvent, construction de salles sur l'îlot Font-Nova (en prolongement de la médiathèque, qui ne sera donc pas développée sur ce site, construction qui va détruire la fresque de jeunes artistes : tant pis pour eux, ils savaient que c'était éphémère !).

Tout le monde est content (droite, Medef, le Front national car c'était son projet…l'opposition demeurant encore bien silencieuse), tout le monde est intelligent !!! On peut aujourd'hui enfin annoncer un événement positif à Perpignan !!!

Voir aussi:

Le Pujolisme triomphant fête (encore) la victoire de sa liste Perpignan pour nous au mas Bresson! par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/10/le-pujolisme-triomphant-fete-encore-la-victoire-de-sa-liste-perpignan-pour-nous-au-mas-bresson.html

http://leblogabonnel.over-blog.com/

http://leblogabonnel.over-blog.com/

Partager cet article
Repost0