Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

14 août 2015 5 14 /08 /août /2015 15:23
Enfant géopolitique observant la naissance de l'homme nouveau est une huile sur toile de l'artiste surréaliste espagnol Salvador Dalí réalisée en 1943. Elle représente l'éclosion d'un homme hors d'un œuf sur lequel apparaît une mappemonde.
Enfant géopolitique observant la naissance de l'homme nouveau est une huile sur toile de l'artiste surréaliste espagnol Salvador Dalí réalisée en 1943. Elle représente l'éclosion d'un homme hors d'un œuf sur lequel apparaît une mappemonde.

Dali disait, “La peinture est la face visible de l’iceberg de ma pensée.” derrière le peintre et l’histrion se cachait-il autre chose? Les peintures de Dali alignaient dans le bon ordre, comme les lames du tarot, nous délivrent-elle un message. Pourquoi Salvador Dalí considérait la gare de Perpignan comme le lieu privilégié de son inspiration : « C'est toujours à la gare de Perpignan […] que me viennent les idées les plus géniales de ma vie […] L'arrivée à la gare de Perpignan est l'occasion d'une véritable éjaculation mentale qui atteint alors sa plus grande et sublime hauteur spéculative […] Eh bien, ce 19 septembre, j'ai eu à la gare de Perpignan une espèce d'extase cosmogonique plus forte que les précédentes. J'ai eu une vision exacte de la constitution de l'univers. L'univers qui est l'une des choses les plus limitées qui existe serait, toutes proportions gardées, semblable par sa structure à la gare de Perpignan. » À partir de 1960, Dalí se référa à plusieurs reprises à la gare comme « centre cosmique de l'univers », entre autres formules. La première d'entre elle fut liée, selon le peintre, à l'intuition d'une représentation de la troisième dimension à base de stéréoscopie. Cette citation fut reprise lors d'une conférence en 1983 à propos de La Queue d'aronde avec le mathématicien René Thom qui assura au peintre « que l'Espagne pivote précisément – pas dans la zone de – mais exactement là où se trouve l'actuelle gare de Perpignan ».


En retour, la rénovation de la gare effectuée au début du xxie siècle intègre plusieurs éléments de l'univers du peintre : le plafond du hall est peint dans son style (maquette de Robert d'Hoosche peinte avec Charançonnet sur commande de la SNCF), et le dallage posé devant la station s'inspire du tableau La Gare de Perpignan. Le centre commercial créé à cette occasion a été baptisé el Centre del Món (ce qui signifie « centre du monde » en catalan).

Monique Massot passionnée du Maître tente une théorie , pour ce qui n'avait jamais encore été décrypté!

Perpignan: Salvador Dali annonçait l’avènement de l'homme nouveau! interview Monique Massot par Nicolas Caudeville
Partager cet article
Repost0
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 09:58
Pascal Comelade, à gauche, avec les Liminanas, avec lesquels il y beaucoup de collaborations artistiques et amicales
Pascal Comelade, à gauche, avec les Liminanas, avec lesquels il y beaucoup de collaborations artistiques et amicales

Pascal Comelade (https://fr.wikipedia.org/wiki/Pascal_Comelade), est un musicien qui a conquis l'international par ses musiques (notamment de film) et ses brillantes collaborations (notamment avec la rockeuse anglais PJ Harvey). Il a finit par être connu la où il vit dans la Catalogne Nord.Récemment, il a sorti un coffret de CDs qui réuni la production locale, non rééditée en cassette et en vinyl, d'artistes comme pere Figueres, Gérard Jacquet, les Bella's et lui même:comme une revendication du culture musicale roussillonaise en langue catalane ou pas. Il porte un regard dure sur les lieux culturels et leurs politiques qui ont des prétentions trans-frontalières et qui ne programment finalement qu'en langue française: la roussillonite....On parle aussi de son dernier concert à Lyon avec l'orchestre Bel Canto, le tout dans une niche en pierre du Castillet, deux heure moins le quart avant l'expo du Bdiste normand de Riff...Entretien

Voir aussi:

Le site de Pascal Comelade

http://www.pascal-comelade.fr/

Pascal Comelade, à gauche, le dessinateur Riff, au centre, et le directeur (entre autre) du Festival international du Disc Jean Casagran

Pascal Comelade, à gauche, le dessinateur Riff, au centre, et le directeur (entre autre) du Festival international du Disc Jean Casagran

à la librairie Torcatis, Henri Bes, se transforme Mickey, avec les coffrets des artistes roussillonais de Pascal Comelade

à la librairie Torcatis, Henri Bes, se transforme Mickey, avec les coffrets des artistes roussillonais de Pascal Comelade

Pascal Comelade: Je ne suis jamais passé par les institutions! interview par Nicolas Caudeville
Pascal Comelade: Je ne suis jamais passé par les institutions! interview par Nicolas Caudeville
Pascal Comelade: Je ne suis jamais passé par les institutions! interview par Nicolas Caudeville
Pascal Comelade: Je ne suis jamais passé par les institutions! interview par Nicolas Caudeville
Pascal Comelade: Je ne suis jamais passé par les institutions! interview par Nicolas Caudeville
Partager cet article
Repost0
25 juin 2015 4 25 /06 /juin /2015 22:28
 Perpignan:Place du Puig, une tyrolienne pour désenclaver le quartier gitan! par Sébastien Navarro

Jeudi 25 juin 2015, place Rigaud. Il est un peu moins de 14 heures et j’ai une demi-heure à tuer avant mon rancart. Je m’enfile dans la rue Emile Zola. Dépassant la médiathèque, je reviens sur mes pas par la rue de l’Université. Je marche à l’ombre. Un jeune pilotant un scooter assourdissant fend l’asphalte. Il est bronzé et n’a pas de casque. Un affreux sentiment d’insécurité écrase mon thorax. Quelques respirations enseignées par ma coach en sophrologie suffisent à dissiper le malaise. J’aborde la zone gitane avec une sérénité recouvrée. Rue des Farines, l’immeuble effondré en début d’année dernière laisse une béance inquiétante. En amont, la rue est barrée car d’autres immeubles sont menacés dans leurs fondations. Je suis obligé de rebrousser chemin et de prendre une autre rue. Ce sera celle de l’Anguille. Des coqs chantonnent, des câbles électriques pendent dans les rues, des ordures s’entassent dans le renfoncement des fenêtres. Saint-Jacques : quartier le plus pauvre de France. Quand je pense que bientôt cette enclave de misère va sortir de son isolement, des filaments de félicité me parcourent le ventre.

Deux Gitanes sont assises sur le pas de leur porte, à l’abri du soleil. Elles ne me regardent pas. Moi non plus. Ou bien rapidement, du coin de l’œil. Bientôt, mes belles, nous siroterons ensemble une piña colada sur le quai Vauban. Arrivé place du Puig, un beau brun me hèle discrétos. Je crois qu’il s’agit de mon contact. Hélas, l’homme est représentant en psychotropes. Je décline ses offres alléchantes, ma drogue à moi c’est l’humanisme, la fraternité mondiale, une immense sardane de Seattle à Vladivostok. Rue Villon, une main se pose sur mon épaule. Je sursaute et me retourne : ils sont là. Jean-Paul, Gitan de père en fils depuis des siècles, et Hervé (1), chargé d’études à la DAU (Direction Aménagement et Urbanisme) de la mairie de Perpignan. On parcourt quelques mètres avant de rentrer dans un immeuble de deux étages. Je découvre un appartement coquet, propre et lumineux. Je rejoins Hervé sur le balcon. Son index est pointé sur la place du Puig : « C’est ici que sera implantée la plateforme de départ ». Je dégaine mon smartphone et fais quelques photos haute définition. Hervé me fait une rapide genèse du projet : « L’idée m’est venue alors que nous étions en pleins travaux de la passerelle. » Hervé fait référence à la nouvelle passerelle enjambant la Têt censée permettre aux déshérités du Vernet d’accéder en toute paix et simplicité au cœur historique de la cité. « Une ville moderne comme Perpignan ne peut pas se satisfaire d’un centre-ville aussi fragmenté, récite Hervé en croisant ses doigts fins et délicats. La misère, l’exclusion ne disparaîtront qu’en multipliant les flux. Flux de marchandises et flux humains. Avant d’être sédentaires, les Gitans de Perpignan étaient nomades. Ils avaient déjà tout compris : la vie, c’est le mouvement. »

Du bas de la rue remonte le cri d’enfants. Jean-Paul s’allume une cigarette et me fixe avec ses yeux noisette : « Le Puig, on l’oublie trop souvent, au départ c’est une colline. Or quel moyen de transport est le mieux adapté pour désenclaver ce type de relief ? Un métro ? Un tram ? Jamais la mairie n’investira des millions dans un tel projet. » D’où l’idée d’installer une tyrolienne. Le Gitan déplie un plan de Perpignan sur la table. Ahuri, je découvre le tracé de ce projet censé relier, en moins de 600 mètres de câble galvanisé, la place du Puig à la place de la Victoire. J’imagine la glissade « sur un dénivelé de 3% », le survol des toits de la ville, la caresse de la tramontane dans les cheveux. Les familles de Saint-Jacques en survol pour profiter d’une ballade le long de la Basse. Le peuple catalan enfin réuni. Après le Centre del Món, le Théâtre de l’Archipel, la passerelle sur la Têt : la Tyrolienne du Puig ! Hervé abat soudain sa main sur le plan de la ville et me confie : « Pour l’instant, le projet est en étude de faisabilité. Nous avons déjà établi une première fourchette de financement mais je n’ai pas le droit de communiquer là-dessus. La semaine prochaine, j’ai rendez-vous avec Kanner [ministre de la Ville, ndlr] pour lui présenter le projet et je suis optimiste quant à un engagement conséquent de l’Etat. » Ce qu’oublie de me préciser ce fonctionnaire territorial,

c’est qu’il est de notoriété publique qu’il est un intime de Daniel Zielinski, actuel dircab de Kanner et ancien dircab d’une certaine… Ségolène Neuville. Un homme politique ne survit que grâce à la rentabilité de ses réseaux. A l’échelle locale ou nationale, ce principe vaut viatique.

Je pose une dernière question à Jean-Paul : comment l’arrivée de la tyrolienne est-elle perçue dans la communauté gitane ? L’homme éteint sa cigarette dans un cendrier en terre cuite et me sourit : « Tu sais, les Gitans ont fait preuve durant leur longue histoire, d’une grande capacité d’adaptation quelle que soit leur terre d’accueil. Je connais les regards des Français avant de rentrer dans une boutique du centre-ville. Gitan égale voleur, c’est comme ça que vous nous voyez, vous les Payous. Ma conviction est que la tyrolienne, en réduisant les distances entre vous et nous, va rapprocher nos peuples. Dans l’immédiat, mon vrai problème, c’est que j’ai un peu le vertige et l’idée de me retrouver à dix mètres au-dessus du sol ne me rassure pas vraiment. » L’homme éclate de rire et je ne tarde pas à lui emboîter la glotte.

S’il y a bien une ville où la fraternité n’est pas un vain mot, ce n’est pas dans les nouvelles mairies de Madrid ou de Barcelone où la graine gauchiste promet des lunes à des peuples désabusés, mais bien ici, dans ce fief roussillonnais, où hommes politiques visionnaires et industriels philanthropes s’affairent les mains dans le cambouis social. Ailleurs le chant strident d’un coq retentit. Demain n’est plus une impasse.

(1) L’anonymat a été requis

Voir aussi:

Le Qatar sur les startings-blocks pour acheter le Canigou! par Sébastien Navarro

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/05/le-qatar-sur-les-startings-blocks-pour-acheter-le-canigou-par-sebastien-navarro.html

Partager cet article
Repost0
4 juin 2015 4 04 /06 /juin /2015 21:51
Contactez Cavale www.cavale.tk
Contactez Cavale www.cavale.tk

Le projet CAVALE www.cavale.tk est créé en 2011 par Prêle Abelanet qui réunit cinq musiciens autour de ses compositions, pour une musique instrumentale, arrangée collectivement. Alexis Lenoir au saxophone ténor, Arne Wernink à la trompette, Pierre Baradel à la batterie, Olivier Chevoppe à la contrebasse et Prêle Abelanet à l’accordéon, sont réunis pour « raconter » et improviser. La musique de Cavale semble raconter des histoires de vies – graves, joyeuses, mélancoliques, humoristiques, douce-amères, rêveuses - et donne ainsi un ton cinématographique et imaginaire. Cavale se nourrit d’influences puisées dans le jazz, musiques du monde, musique des Balkans, rock, cinéma et univers du cirque, à travers des compositeurs comme Nino Rota, François de Roubaix, la Kumpania Zelwer, Goran Brégovic, Carla Bley, Louis Sclavis, L’Attirail… Une partie des compositions est écrite en mesures impaires ( 5 tps, 7 tps, 9 tps, ) ce qui donne une particularité rythmique qui ouvre des voies d’improvisations larges et inattendues, et des champs d’expression contrastés. Cavale est comme un train en marche, dans lequel l’auditeur est pris, la musique devient le paysage qui défile, et procure le sentiment d’être en partance pour ailleurs. On ne sait où et quand sera le terminus …

Cavale joue son 1er concert aux musicales de l'Agly (Planèzes) en juillet 2011, et a pu approfondir sa création durant les résidences artistiques au Théâtre de Perpignan, et à la Casa Musicale, s'est produit sur les scènes du Théâtre de Perpignan, à ElMediator, au Château de Collioure, aux Jeudis de Perpignan, au Couvent des Minimes, au festival de Planèzes Les Musicales de l'Agly, à Salses-le-château au Portail à Roulettes, à l'Anthropo ... et continue d'explorer des espaces oniriques et poétiques en s'associant avec Thomas Pennanguer (plasticien-vidéaste) et Jérémy Tissier (poète-comédien).

L'archipel contre attaque essayait un nouvel outil, le ketch de Didier Brazeau. Au programme, interview de Prêle Abélanet et Olivier Chevoppe respectivement accordéon et demi contrebasse du groupe Cavale, qui sort un album, "Partir". Alors quoi de mieux qu'un voilier pour nous jouer un morceaux...

Cavale, Album "Partir" l'interview

Cavale album "partir" le show case partie 1

Cavale album "partir" le show case partie 2

La couverture de l'album http://foglia.ultra-book.com/

La couverture de l'album http://foglia.ultra-book.com/

CAVALE musique à imagination libre, sort son nouvel album "Partir" interview Prêle Abelanet,Olivier Chevoppe par Nicolas Caudeville
CAVALE musique à imagination libre, sort son nouvel album "Partir" interview Prêle Abelanet,Olivier Chevoppe par Nicolas Caudeville
CAVALE musique à imagination libre, sort son nouvel album "Partir" interview Prêle Abelanet,Olivier Chevoppe par Nicolas Caudeville
CAVALE musique à imagination libre, sort son nouvel album "Partir" interview Prêle Abelanet,Olivier Chevoppe par Nicolas Caudeville
CAVALE musique à imagination libre, sort son nouvel album "Partir" interview Prêle Abelanet,Olivier Chevoppe par Nicolas Caudeville
CAVALE musique à imagination libre, sort son nouvel album "Partir" interview Prêle Abelanet,Olivier Chevoppe par Nicolas Caudeville
CAVALE musique à imagination libre, sort son nouvel album "Partir" interview Prêle Abelanet,Olivier Chevoppe par Nicolas Caudeville
CAVALE musique à imagination libre, sort son nouvel album "Partir" interview Prêle Abelanet,Olivier Chevoppe par Nicolas Caudeville
Partager cet article
Repost0
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 16:07
Perpignan:Jean-Marc Pujol, un maire qui travaille la ville en bon père de famille,patrie....
Perpignan:Jean-Marc Pujol, un maire qui travaille la ville en bon père de famille,patrie....

"Je suis très inquiet pour l’avenir de cette ville exceptionnelle qu’est Barcelone." Dans un des derniers articles de son blog "officiel" (faut croire qu'il y a des contrefaçons) ,le maire de Perpignan s'inquiète :"après les élections locales qui ont eu lieu dimanche dernier 24 mai, aucune majorité stable ne se dégage. Le pouvoir, quel qu’il soit, va devoir trouver un compromis pour pouvoir gouverner. " Lui, n'aime pas le compromis (la compromission, je ne sais pas) . Il aime le pouvoir pur, ne pas s'encombrer de discussion (voir le cas de l'école des beaux arts) ou d'alliance avec des moins qualifiés que lui (voir le sort qu'il a fait à Romain Grau http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/05/perpignan-ou-sont-passees-les-delegations-renforcees-de-romain-grau-par-nicolas-caudeville.html et à l'héritage alduyste). Ha régner sans partage!

Déjà à Perpignan, cela serait humiliant, mais une grande ville comme Barcelone!

"Le maire sortant, M. Trias (et avant lui M. Maragall), qui a fait de Barcelone l’une des villes comptant parmi les plus belles et la plus avant-gardiste du monde, qui a contribué à faire du port de Barcelone un exemple de dynamisme qui rayonne dans tout le bassin méditerranéen et au-delà, n’est pas jugé sur ses réalisations mais uniquement sur un sentiment de rejet national visant les élites politiques "

Merde, salauds de pauvres, qui ne regardent pas au mérite du travail, mais au rejet de l'élite! Ils ne méritent pas la démocratie.

La démocratie, c'est l'infini, mis à la portée des caniches ( Désormais, non content d'aboyer: ils mordent!)

Ils rejettent l'élites! Que monsieur Pujol ne s'inquiètent pas. Ni ses réalisations, ni le fait qu'il appartienne à l'élite des experts comptables ne le mettent en danger!

"C’est, me semble-t-il, un vote populiste porteur de nuages et peut-être même d’orages qui s’installe dans le ciel de Barcelone. Car le mouvement Podemos n’aura que le choix entre la renonciation à ses promesses et la fuite en avant dans l’application d’un programme qui ne peut que ruiner la ville."

Lorsque des personnes font appellent au peuple, ils ont pour ceux qui ont l'habitude de gouverner sans eux des manières "populistes" . Parce que la vulgarité, c'est la manière dont se comportent les autres. Les pets qu'on fait on toujours bonne odeur, voire celle de la sainteté!

Podémos n'aura pas le choix que la renonciation à ses promesses...Jean-Marc Pujol lui à toujours fait comme ça, pas par incompétence.Mais que comme va s'en apercevoir le nouveau pouvoir à Barcelone, lorsqu'on réalise ses promesses, on est inéluctablement condamné au chaos!

Résumons les propos du pape de la gestion municipale, qui ignore l'existence du sur-moi, parle sans filtre: la démocratie, c'est bien si on continue de voter pour les maîtres, puisque de toutes manières, il est illusoire de faire le bonheur du peuple!

Vivement le retour de Franco en Espagne!

Voir aussi:

Jean-Marc Pujol, le peace-maker! par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/07/jean-marc-pujol-le-peace-maker-par-nicolas-caudeville.html

Perpignan: on a retrouvé le général Tapioca par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/article-perpignan-on-a-retrouve-le-general-tapioca-par-nicolas-caudeville-106306109.html

Partager cet article
Repost0
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 14:57
 Minima Strategia par le théoricien Jordi Vidal

Un petit rappel historique de stratégie militaire.

Chacun peut y puiser et en faire un usage immédiat.

Lorsque Xénophon, le philosophe-stratège, nous instruit de ses victoires et de ses défaites, il nous force à reconsidérer la guerre moderne. Il annonce d’ailleurs Clausewitz quand il différencie, pour mieux les relier, la tactique et la stratégie. Son expérience du combat et de la pensée nous fait pressentir que la tactique est l’emploi des forces dans le combat pour atteindre la victoire, et la stratégie, l’emploi des victoires pour atteindre les objectifs de la guerre. Il préfigure Jomini lorsqu’il note que le chef, qui doit en savoir toujours plus, doit obtenir l’adhésion, le dévouement et l’obéissance de ses soldats par tous les moyens ; même s’il lui faut feindre et dissimuler pour atteindre la victoire. L’issue d’une bataille, puis de la guerre dépend selon Xénophon et Jomini du nombre d’hommes engagés, mais tout autant de leur courage et de leur savoir-faire technique. Une discipline et une cohésion sans faille doivent entretenir leur sentiment de supériorité combative, intellectuelle et morale. Si Xénophon accorde à ses soldats le droit de méditer sur son jugement, s’il les entretient de ses raisons et leur soumet les résultats qu’il pense atteindre, c’est, par une parfaite maîtrise de l’intelligence et de l’affectivité de ses troupes, pour obtenir une obéissance absolue. Être entretenu, même faussement, des raisons de leurs efforts justifie tous les sacrifices. Cette confiance aveugle détermine le choix d’une armée rapide, souple et disciplinée à la manœuvre.

Jomini en s’inspirant de la stratégie napoléonienne conseille de faire vivre l’armée sur le dos du pays à conquérir, alors que les généraux du XVIIIe siècle subordonnaient tout « au calcul des boulangeries ». Il est partisan de déplacements rapides portant la masse de l’armée sur « tous les points de sa ligne ». Il se fait l’avocat de l’offensive et préconise de faire preuve de la plus grande vigueur. Admiratif, il constate : « L’Empereur ne livrait pas bataille pour la gagner simplement ; mais bien pour achever l’anéantissement des corps organisés de l’ennemi ». Il fait dire à Napoléon : « Un général ordinaire se serait contenté à ma place de chercher à battre les ennemis, je portai mes vues plus haut : je résolus de les détruire. » Pour Jomini, le théoricien de la mobilité, une bonne armée doit avoir l’initiative du mouvement et combiner solidité et rapidité dans l’attaque. Sa tactique sera, selon le rapport des forces en présence, d’attaquer le point le plus faible ; d’attaquer les deux extrémités de la ligne ennemie ou de briser et disperser les troupes rivales par de fausses attaques. Pour qu’une telle tactique réussisse, il lui faut connaître les positions ennemies et avoir des troupes convaincues de leur bon droit et bien disciplinées.

Tel Maurice de Saxe encourageant la qualité plutôt que la quantité, Charles Ardant du Picq est favorable à l’armée de métier. Il se méfie « des armées de masse des démocraties » et préconise d’utiliser des « mercenaires, soit, et bien payés ». Il pense la stratégie militaire en termes de psychologie collective et conteste et critique les armées de masse de type napoléonien. Il leur préfère des armées de taille plus modeste, composées de troupes supérieurement entraînées et disciplinées qu’il oppose aux armées de masse « désordonnées ».

Pour Clauzewitz, le concept de la guerre est le mouvement de la violence pure, son absolu. Sa théorie de la guerre se fonde sur l’interprétation des résultats guerriers, mais n’ambitionne pas la réalisation de son concept. Le conflit guerrier, chez Clauzewitz, rentre nécessairement en contradiction avec le présupposé de sa violence, car son origine est subordonnée à la politique. Si l’intérêt politique instrumentalise la violence pure, il ne peut jamais s’y abandonner sous peine d’être emportée par elle. Clausewitz remarque : « Si la guerre appartient à la politique, elle prendra naturellement son caractère. Si la politique est grandiose et puissante, la guerre le sera aussi et pourra être poussée jusqu’aux sommets où elle revêt sa forme absolue. » Autrement dit, la guerre recherche la violence pure mais ne peut s’y maintenir durablement. Cette distinction entre guerre réelle et guerre absolue nous rappelle que la politique contemporaine, ou ce qu’il en reste, est réduite à l’essence de la guerre. Si le langage de l’économie, en tant que langage dominant, est un langage guerrier, c’est que l’économie contemporaine est une économie de guerre. Engels notait déjà, faisant référence à Clauzewitz que c’est au commerce que la guerre ressemblait le plus.

Sun Zi observe que la guerre est la voie de la vie et de la mort, celle qui mène à la survie ou à l’anéantissement, et qu’il est impossible de ne pas l’étudier. Il précise aussitôt que c’est l’art de duper. Celui qui peut doit faire croire qu’il ne peut pas. Celui qui est disposé à combattre doit faire croire qu’il ne l’est pas. Celui qui est proche doit faire croire qu’il est loin, et inversement. Sun Zi constate encore : si l’ennemi présente un intérêt, attirez-le ; s’il est dans le désarroi, emparez-vous en ; si l’ennemi est groupé, protégez-vous en ; s’il est puissant, fuyez ; s’il s’emporte, troublez-le ; s’il est vil, rendez-le arrogant; s’il se repose, harcelez-le ; s’il est uni, divisez-le. Sun Zi conseille d’attaquer l’ennemi lorsqu’il n’est pas prêt, et de tenter une sortie lorsqu’il ne s’y attend pas. Il conclut avec un art ou la subtilité le dispute au cynisme que si tout ceci augmente les chances de victoire du stratège, on ne peut rien dire à l’avance.

Cet art stratégique de la ruse s’attache aux concepts antithétiques tels qu’apparence et réalité, majorité et minorité, force et faiblesse, attaque frontale et guet-apens, avance et retraite. La déduction stratégique, héritière du rôle de l’intuition dans le discours philosophique chinois, est toujours opportuniste et se base sur le principe de non-contradiction, ou du moins sur un principe où la multi-contradiction impose un choix stratégique intégrant l’incertitude. Ce mode de raisonnement s’oriente vers la conduite d’actions indirectes et privilégie le dispositif médiatique de la désinformation qui attise la peste émotionnelle et organise l’agression psychologique (propre à la cyberguerre). Toute action de force est subordonnée à la victoire d’une première attaque indirecte. L’arrière plan logique d’une telle stratégie est de vaincre sans recourir à l’affrontement physique direct, en ménageant la vie des soldats sans pour autant se soucier de la vie des civils.

Parmi les stratagèmes « passifs » se détachent ceux qui dissimulent la réalité et ceux qui la simulent. Parmi les stratagèmes « actifs », ceux qui favorisent l’encerclement de l’ennemi, font prendre l’initiative et donnent un avantage. Cet art stratégique dissimule sa complexité sous une formulation d’une apparente simplicité dont la logique

sémantique renvoie à la pensée héraclitéenne. Elle masque dans la forme, et organise dans les faits, un art du commandement qui subordonne toute prise de décision à une intuition dynamique et complexe.

Assiéger Wei pour sauver Zhao.

Tuer avec un couteau emprunté.

Profiter d’un incendie pour commettre un vol.

Clameur à l’est, attaque à l’ouest.

Créer quelque chose à partir de rien.

Observer l’incendie sur la rive opposée.

Le prunier se dessèche à la place du pêcher.

Emprunter un cadavre pour le retour.

Pour saisir quelque chose, commencer par lâcher.

Jeter une brique pour gagner un morceau de jade.

Pour neutraliser une bande de brigands, capturer d’abord leur chef.

Voir aussi:

Perpignan: Jordi Vidal le directeur de la culture démissionne interview par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/07/perpignan-jordi-vidal-le-directeur-de-la-culture-demissionne-interview-par-nicolas-caudeville.html

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/07/perpignan-jordi-vidal-le-directeur-de-la-culture-demissionne-interview-par-nicolas-caudeville.html

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/article-jordi-vidal-la-societe-du-chaos-est-une-mise-en-scene-inverifiable-interview-partie-2-par-nicolas-111043196.html

Partager cet article
Repost0
27 mai 2015 3 27 /05 /mai /2015 15:06
Avoir un bon copain!
Avoir un bon copain!

Vendredi 29 mai (jour anniversaire des émeutes de Perpignan) à 18 heure à la librairie Torcatis à Perpignan conférence débat:"Béziers – Perpignan : le jumelage le temps d’un soir"

Dans son édition du 3ème trimestre 2014, la revue de géographie et de géopolitique Hérodote revient sur les élections municipales de Béziers et Perpignan de 2014. Dans un article intitulé « Les nouveaux maîtres du Sud », les géographes David Giband et Marie-Anne Lefèvre dressent une cartographie comparative de ces deux villes du sud où l’extrême-droite métastase à la faveur d’une misère sociale grandissante et d’une clique politicienne obnubilée par sa reproduction clanique. « Béziers et Perpignan figurent parmi les villes les plus pauvres de France et se caractérisent par l’ "ultrapaupérisation" des quartiers centraux et par une fragmentation socioéthnique de l’espace urbain. (…) La "souffrance du centre-ville", argument des discours de Ménard et d’Aliot, sert à dénoncer l’inefficacité des équipes municipales en place. Aliot dénonce "les politiques clientélistes éhontées, la situation désastreuse de certains quartiers. On achète la paix sociale". Pendant que Ménard se veut le porte-parole d’un "ras-le-bol généralisé après dix-ans de gestion UMP". Elle alimente une rhétorique antisystème amalgamant insécurité, crise du centre, paupérisation, immigration, pauvreté, clientélisme et communautarisme. » Dans cette configuration de cloaque, les communautés (gitanes, arabes, pied-noires, etc.) sont soit courtisées en tant que réservoir de votes soit stigmatisées et promises au karcher d’une République qui ne s’est jamais remise de l’effondrement de son ancien empire colonial.

Après avoir garni les panneaux publicitaires de Béziers de flingues, « nouveaux amis » de la police municipale, Ménard créé à nouveau le buzz avec ses statistiques ethniques visant à ficher les enfants scolarisés. Jouant la même partition que Le Pen avec son « détail de l’histoire », le communicant Ménard a bien compris qu’une politique dans l’air du temps se construit avant tout sur un savant mélange de faux dérapages et d’habiles provocations. Les périodes de crise ont toujours été propices aux crispations xénophobes. Jouant avec le sifflet d’une cocotte-minute prête à imploser, Ménard enchaîne ses numéros de triste clown et pleurniche son paradis perdu : cette terre d’Algérie où les Français firent tant de merveilles durant plus d’un siècle. « Coloniser c’est mettre en valeur » nous rappelle, à Perpignan, le Centre national de documentation des Français d’Algérie.

Il y a dix ans éclataient les « émeutes gitano-arabes » de Perpignan. Le 29 mai 2005, Driss Ghaib était assassiné devant chez lui, une semaine après le meurtre de Mohamed Bey Bachir, et la ville s’embrasait. Résumée dans les colonnes du Figaro du 31 mai 2005, la première nuit d’émeute prend des airs de western catalan : « Ils [les Maghrébins] sont très vite des centaines dans la rue. Ils portent des barres de fer, des battes de base-ball, des cocktails Molotov. On verra même des sabres. Et ils déferlent en direction du quartier gitan, saccageant au passage vitrines et abribus, retournant sans distinction voitures et poubelles avant d'embraser le tout. La rue Foch n'est plus qu'un champ de bataille. Place Cassanyes, au pied du quartier gitan assiégé, des coups de feu partent des balcons. Plus de quatre cents policiers et gendarmes sont là pour s'interposer, mais la foule est définitivement incontrôlable. Aux deux compagnies de CRS déjà mobilisées, viendront s'ajouter des renforts venus de tout le Sud. » Pendant une semaine, Perpignan, l’archipel des ghettos, sera quadrillée par un millier de flics. Depuis, on nous l’assure, le calme est revenu. Le 29 mai 2015, nous recevrons une poignée de biterrois animateurs du journal numérique En vie à Béziers qui lutte pied à pied, avec un humour corrosif, contre le verbe « nauséabond » de Ménard. Sous l’égide du site l’Archipel contre-attaque, autre poil à gratter au sein de la presse catalane, on vous propose une petite causerie au sein de la digne librairie Torcatis, à 18h00. La rencontre se veut

avant tout échange : parce que ces villes, nos villes, avant d’être des professions de foi sur papier glacé pour politiciens battant la campagne, naissent dans la bouche des peuples qui les habitent. Parce que mettre des mots sur ce que nous vivons est déjà le début d’une certaine reprise en main.

Voir aussi:

Perpignan: le 29 mai prochain, on fêtera les 10 ans des émeutes! interview Sébastien Navarro par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2015/05/perpignan-le-29-mai-prochain-on-fetera-les-10-ans-des-emeutes-interview-sebastien-navarro-par-nicolas-caudeville.html

Des images:de la grande manif après la mort de Bay Béchir, les échauffourées de la place Cassanyes, les incendies de la rue Foch

Partager cet article
Repost0
24 mai 2015 7 24 /05 /mai /2015 20:09
école des beaux-arts en lutte, une étudiante de 3éme année Isabelle Ernest — avec Isabelle Ernest.
école des beaux-arts en lutte, une étudiante de 3éme année Isabelle Ernest — avec Isabelle Ernest.

Quatrième jour d'occupation pour les étudiants des beaux-arts de Perpignan, en lutte contre la fermeture de l'école par le maire Jean-Marc Pujol.. Les soutiens des perpignanais commencent à affluer, nourriture par les maraîchers et les commerçants du centre ville, des signatures des citoyens. Isabelle Ernest étudiante de troisième année raconte.Pour les soutenir financièrement https://www.leetchi.com/c/projet-du-comite-doccupation-de-la-heart

Voir aussi:

Perpignan: les beaux arts contre attaque/un manifeste et un blog! par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2015/05/perpignan-les-beaux-arts-contre-attaque-un-manifeste-et-un-blog-par-nicolas-caudeville.html

Partager cet article
Repost0
15 mai 2015 5 15 /05 /mai /2015 14:55
Marianne Stokes - La jeune fille et la mort, 1900
Marianne Stokes - La jeune fille et la mort, 1900

Au moment où l'on va recruter un directeur pour l'école, qui n'aura pour but que de l'euthanasier, c'est la grande débandade pour élèves et professeurs qui préparent l'avenir: le leur! C'est dire, s'ils quittent le navire. Pourquoi ne défendent-ils pas l'école, me direz-vous? C'est que élèves, comme professeurs sont issus de la société de consommation:ils ont un rapport utilitariste à l'école d'art. Tant qu'ils pensent pouvoir en tirer quelques choses, ils font semblant de la défendre (à base d'actions inefficaces qui n'ont pour but que de mettre en avant leurs égos et être devant la caméra, là où ils auraient du être derrière!) , mais lorsqu'il leur semble que tout est perdu ( grâce à leur lâcheté,leur paresse et leur inaction): il leur semble légitime de passer à autre chose!

Ces petits bourgeois, feront leur gras ailleurs, trouveront une autre activité prétexte pour masquer leur oisiveté.

Mais l'art existe malgré eux, la mauvaise image qu'ils en donnent ,et les prétextes qu'ils fournissent au maire de Perpignan, Jean-Marc Pujol pour fermer l'école!

Mais ceux n'est pas parce qu'eux, ont renoncé que le citoyen Perpignanais et du département des Pyrénées-Orientales doive renoncer. On lui a déjà retiré tant de choses.

Voir aussi:

Perpignan école des Beaux-Arts: on transférera les cendres à l'université dans une urne dite Master! par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2015/04/perpignan-ecole-des-beaux-arts-on-transferera-les-cendres-a-l-universite-dans-une-urne-dite-master.html

Serge Fauchier, dernier directeur de l'école des beaux-arts de Perpignan, libéré de son devoir de réserve! interview par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2015/04/serge-fauchier-dernier-directeur-de-l-ecole-des-beaux-arts-de-perpignan-libere-de-son-devoir-de-reserve-par-nicolas-caudeville.html

Perpignan: Si le FN voulait fermer l'école des beaux arts, vous auriez hurlé! par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/08/perpignan-si-le-fn-voulait-fermer-l-ecole-des-beaux-arts-vous-auriez-hurle-par-nicolas-caudeville.html

Partager cet article
Repost0
2 mai 2015 6 02 /05 /mai /2015 22:07
Jean Plouzennec  sera demain après-midi à Arles sur Tech pour une dégustation de viandes des races locales avec Jean Lhéritier au Festivarles
Jean Plouzennec sera demain après-midi à Arles sur Tech pour une dégustation de viandes des races locales avec Jean Lhéritier au Festivarles

Jean Plouzennec , maître cuisiner de France et président des Toques Blanches du Roussillon, ex du restaurant les Feuillants à Céret, contributeur avec Éliane Thibaut Comelade, Jean Lhéritier, Michel Molins, Jacques Paloc Dictionnaire gourmand des saveurs catalanes de Pierre Torrés, auteur du livre de cuisine "Faire chanter la cuisine du Roussillon", propose des ateliers cuisines au domaine des Arbouses à Céret dans les Pyrénées-Orientales. http://les-arbousiers.fr/ateliers-de-cuisine/. Dans le cadre fantastique du domaine des Arbousiers à Céret. Univers créé par Monsieur Jean-Pierre entre palais arabo-andalou et palais normand de Sicile(cet endroit peut être louer pour des mariages...et fait aussi chambres d'hôtes).

Jean Plouzennec sera demain après-midi à Arles sur Tech pour une dégustation de viandes des races locales avec Jean Lhéritier au Festivarles (inscrivez vous, il n'y a que 30 places!)

Voir aussi:

Dictionnaire Gourmand des Saveurs Catalanes de Pierre Torrès! interview de Jean Lhéritier par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/11/dictionnaire-gourmand-des-saveurs-catalanes-de-pierre-torres-interview-de-jean-lheritier-par-nicolas-caudeville.html

Gastronomie: Fredrik Andersson le fameux chef suédois est le voisin de Shakira à Montferrer! interview par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/article-gastronomie-fredrik-andersson-le-fameux-chef-suedois-est-le-voisin-de-shakira-a-montferrer-intervi-121550345.html

Jean Plouzennec/ maître cuisinier: propose des ateliers cuisine au domaine des Arbouses à Céret ! interview par Nicolas Caudeville
Jean Plouzennec/ maître cuisinier: propose des ateliers cuisine au domaine des Arbouses à Céret ! interview par Nicolas Caudeville
Jean Plouzennec/ maître cuisinier: propose des ateliers cuisine au domaine des Arbouses à Céret ! interview par Nicolas Caudeville
Jean Plouzennec/ maître cuisinier: propose des ateliers cuisine au domaine des Arbouses à Céret ! interview par Nicolas Caudeville
Jean Plouzennec/ maître cuisinier: propose des ateliers cuisine au domaine des Arbouses à Céret ! interview par Nicolas Caudeville
Jean Plouzennec/ maître cuisinier: propose des ateliers cuisine au domaine des Arbouses à Céret ! interview par Nicolas Caudeville
Jean Plouzennec/ maître cuisinier: propose des ateliers cuisine au domaine des Arbouses à Céret ! interview par Nicolas Caudeville
Jean Plouzennec/ maître cuisinier: propose des ateliers cuisine au domaine des Arbouses à Céret ! interview par Nicolas Caudeville
Jean Plouzennec/ maître cuisinier: propose des ateliers cuisine au domaine des Arbouses à Céret ! interview par Nicolas Caudeville
Jean Plouzennec/ maître cuisinier: propose des ateliers cuisine au domaine des Arbouses à Céret ! interview par Nicolas Caudeville
Jean Plouzennec/ maître cuisinier: propose des ateliers cuisine au domaine des Arbouses à Céret ! interview par Nicolas Caudeville
Jean Plouzennec/ maître cuisinier: propose des ateliers cuisine au domaine des Arbouses à Céret ! interview par Nicolas Caudeville
Jean Plouzennec/ maître cuisinier: propose des ateliers cuisine au domaine des Arbouses à Céret ! interview par Nicolas Caudeville
Jean Plouzennec/ maître cuisinier: propose des ateliers cuisine au domaine des Arbouses à Céret ! interview par Nicolas Caudeville
Jean Plouzennec/ maître cuisinier: propose des ateliers cuisine au domaine des Arbouses à Céret ! interview par Nicolas Caudeville
Jean Plouzennec/ maître cuisinier: propose des ateliers cuisine au domaine des Arbouses à Céret ! interview par Nicolas Caudeville
Jean Plouzennec/ maître cuisinier: propose des ateliers cuisine au domaine des Arbouses à Céret ! interview par Nicolas Caudeville
http://les-arbousiers.fr/ateliers-de-cuisine/

http://les-arbousiers.fr/ateliers-de-cuisine/

Partager cet article
Repost0