Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 13:28

La mairie de Perpignan communique beaucoup ces temps-ci. Sa communication est en général inversement proportionnelle à son action: c'est dire dans quel état est la ville . Dernier avatar, une vidéo entre la bande annonce cinéma et les illustrations de la revue des témoins de Jéhovah "réveillez-vous" qui illustre le paradis où l'on vivrait si l'on convertissait à leurs croyances (bon, après un sale moment à passer Armageddon) .

Alors le perpignanais moyen se dit, "je vis dans ce paradis et je ne m'en rends pas compte! Serais-je un monsieur Jourdain du bonheur...qui est heureux tout en l'ignorant"

Le film à l'instar des vidéos sur la destruction d'Alep utilise beaucoup le drone (est-ce que vue de haut le malheur semble plus petit?) 

Le pergnanais plus sourcilleux ,lui, se dit qu'on lui présente une ville la sienne, sous sa forme de "réalité augmentée".

Et qu'il n'y a qu'en portant un écran tactile avec l'application de la ville devant ses yeux que l'on peut voir les mêmes images que dans la vidéo.

Mais, il reste une autre possibilité, qui fait appelle à des théories venues de la physique quantique : la théorie des multivers! 

https://www.lavillebrule.com/catalogue/multivers-mondes-possibles-de-l-astrophysique-de-la-philosophie-et-de-l-imaginaire,54

Et certains de ses univers seraient parallèles http://www.directmatin.fr/espace/2015-10-31/un-scientifique-affirme-avoir-trouve-des-preuves-de-lexistence-dunivers-paralleles, ainsi il y aurait plusieurs Perpignan ayant des destinées et des vies différentes: la vidéo municipale a été tournée dans un univers parallèle! 

Alors, où est le vortex qui permet de passer d'un monde à l'autre?

A-ton besoins d'une machine ou de pouvoirs cachés pour passer de l'un à l'autre? Reste-t-il des micro-particules sur les objets qui sont passés de l'un à l'autre (le drone qui a filmé) qui peuvent servir de preuves? Est-ce que le virus de la grippe de cette année est plus virulent "las-bas" qu'ici ? Et si oui, faut-il une vaccination parallèle?

Une autre question, notre maire (qui êtes aux cieux, que son nom soit sanctifié )Jean-Marc Pujol est-il au courant? 

Ainsi pourrait-on expliquer, sa présence simultanée à Perpignan et Marrakech (du coup, il serait une sorte de docteur Who et la mairie serait son Tardis !)

Espérons que le prochain journal  de la ville nous donnera une plus ample explication ou que le service communication de la mairie, fera un tutto pour savoir comment les perpignanais peuvent se rendre dans ce monde parallèle, ne serait-ce que pour y faire du tourisme le week-end!

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2017 2 24 /01 /janvier /2017 21:36

"Pour ce qui est de l'avenir, il ne s'agit pas de le prévoir, mais de le rendre possible" Antoine de Saint Exupéry

Je suis né au siècle dernier . Ne riez pas! L'époque où vous naissez détermine une partie de votre point de vue . Parce que l'époque vous transmet la grille d'analyse de son temps. Par exemple, née en 1973, j'ai vu la queue de la comète des guerres de décolonisation. Les derniers morceaux d'empire de mon pays, et l'opposition des deux mastodontes issue de la seconde guerre mondiale: les états Unis d'Amérique et l'Union Soviétique.

J'avais de la chance, j'étais né dans le bon camp, celui du bien: "le monde libre"! (Je riait à l'idée que de l'autre coté du mur, derrière le "rideau de fer" , un enfant né dans une patrie communiste, puisse se dire la même chose que moi! Sauf que lui se trompait, puisque c'est nous qui avions raison. Et pour ainsi dire, et reprendre une chanson de Bob Dylan: "Dieu était à nos coté!" Il y avait chez nous les "occidentaux" comme, comme une "destinée manifeste"...

La chute du mur et peu de temps après celle de l'Union Soviétique, sembla nous donner raison . Et puis, s'était le sens de l'histoire comme l'aurait dit Hégel, voir on arrivait à "sa fin" selon Francis Fukayama (non, il n'a rien à voir avec la centrale nucléaire de fukushima, si ce n'est que les deux semblent d'origine japonaise) 

La fin de l'histoire puisque l'économie la démocratie et l'économie de marché allaient s'étendre sur la terre entière. Et aussi, les mille ans de paix et de prospérité qui allait avec (oui, les promesses de paix et de prospérité ont à l'instar du Nazisme et du plutonium, toujours une période de mille ans!) 

Mais contrairement à nos espérances, le temps ne semblait plus porteur de progrès. Même lorsque nous pouvions consommer comme s'était l'injonction (avant dans la Genèse s'était "croissez et multipliez!" les injonctions changent avec le temps et les régimes), nous ne nous sentions pas plein de transcendance . 

Alors ou l'on allait dans une salle de sport ou on prenait des anti-anxiolytiques , de plus en plus et notamment en France (c'est remboursé par la sécurité sociale, ya comme un marché) . Et puis, même pour nous distraire l'esprit (qui semblait-il, s'accablait de plus en plus #videsens) , nous prenions des moeurs exotiques , nous ne nous échappions non pas sur le dos de tapis volants, mais par la grâce plus ou moins coupée du "ashish".

Et plus nous nous perdions, et plus la société qui ne semblait plus nous organiser de manière cohérente pour que chacun trouve sa place, semblait nous dire: "c'est de ta faute looser!" 
Oui, nous ne savions pas nous adapter. Nous étions conservateurs, comme des drogués "addict" à nos "acquis sociaux" (Mon précieuuuuuux!) 

Mais il fallait être "pragmatique", "réaliste", il fallait être adaptatif parce qu'avec "la mondialisation" , la compétition devenait elle-aussi mondiale! 

Il y eu alors de plus en plus de déserteurs du système. Ho, la plupart bien malgré eux. Ils n'avaient pas compris le nouveau modèle en cour, le darwinisme. Pour ainsi dire le retour à l'état de nature (comme si Mowgli retournait dans la jungle: le marché de l'emploi!  Mais un pole emplois sans la panthère Baghéra, ni l'ours Baloo.) 

Ils semblent former une armée qui ne tardera pas à être majoritaire entre pauvres et précaires. Particulièrement dans la ville laboratoire qu'est Perpignan. A tel point que finalement, "le pauvre" est en passe de devenir la principale richesse de Perpignan. Mais, une richesse non exploitée. Le marché du pauvre est parcellisé. Il faut le remembrer pour le transformer en une courroie d'entraînement efficace pour relancer le moteur de l'économie locale.

Afin d'atteindre cet objectif, il faut à Perpignan des "assises des pauvres": parce qu'individuellement ils valent peu, ensemble ils recréent une "plus value" . Aux associations comme "le secours populaire", "le secours catholique", les"restos du coeur" etc,  de se rassembler pour les constituer en force. Force de réflexion bien-entendu . Et à un moment où la présidentielle semble incertaine, ce serait un acte vertébrant pour notre société locale et nationale! 

 

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 13:30

L'art dans l'air la revue des art visuels régional sort un guide des musées de la région (le magazine couvre le territoire de la grande région Occitanie) . L'artiste catalan Jean Philippe Henric http://www.henric.book.fr/ a customisé la couverture en ajoutant ce que les problèmes mémorielles de la présidente Carole Delga nous avez dénié . # parfum de scandale! 

 

Perpignan/vidéo de la conférence:"Pourquoi un magazine artistique centré sur les artistes de la région ?" L'art dans l'air par Anne Devailly,animé par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/11/perpignan-video-de-la-conference-pourquoi-un-magazine-artistique-centre-sur-les-artistes-de-la-region-l-art-dans-l-air-par-anne-deva

 

Vidéo conférence: les revues culturelles papier, ont-elles un futur? Ana Maria Cabéro, Anne Devailly, animé par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2016/10/video-conference-les-revues-culturelles-papier-ont-elles-un-futur-ana-maria-cabero-anne-devailly-anime-par-nicolas-caudeville.html

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 20:13
 

Dimanche dernier, je faisait ma première "Chronique ta mère" en direct du café de la poste pour le nouveau concept de débat citoyen "En Vie de POlitique"

La politique , c'est au sens grec, gouverner la cité; à l'époque où la ville pouvait être simultanément un état à l'instar d’Athènes .
Le terme de gouverner nous viens aussi des grecs, puisque avec le gouvernail on dirige sa navigation au grès des vents et à la force des rameurs . Athènes mère de la démocratie invente simultanément le théâtre pour dire ce qui ne peut être dit à l'assemblée . Ainsi donc , les deux systèmes de représentations sont complémentaires et toutes choses signifiantes peuvent être signifiées .
 
Et puis les choses se sont délitées. Sur une mauvaise interprétation de Machiavel, on s'est mis à croire que "la faim justifiait les moyens!".
Et de la politique d'alors, on bascula dans l'agro-alimentaire. Et les politiciens en batterie se sont mis à faire de la réclame, de la publi-cité !
Alors en guise de discours sur leur conviction et leur vision de la sus_cité, on eut plus droit, qu'à des spots de "story telling" où l'on tentait de démontrer les mérites des éligibles (#tape1) ou des déjà élus (#tape2), jusqu'à ce qu'ils nous paraissent tous éculés. Jusqu'à ce que leurs langues de bois nous paraissent tellement élimées, que nous finissions par être allergique à leurs copeaux...
L'urne qui recueillait les espoirs d'un avenir meilleur, à vu brûler les bulletins dont on la nourrissait par le feu de la convoitise du "pouvoir": elle n'est plus que le réceptacle de leurs cendre .
Parce que, les promesses ne valent, que ce que valent les bulles de savon à barbes quand c'est le jour où qu'on rase gratis!
 
Alors, les maîtres chanteurs se succèdent sur la vie où coulent la scène et des jours pas très heureux. Ceux-là sont des chanteurs à coffres, parfois helvétiques, parfois à Panama, mais c'est nous qui portons le chapeau.
Ils sont prospères youp la boum et krak boum U...z'ont un piège à fric, un joujou extra...
Mais, toutes les bonnes choses ont une fin, et il devient plus facile à un chameau de passer par le fil d'une aiguille, qu'à un politicien de rentrer au royaume des élus.
A force de prendre des lessives pour des lents ternes, on finit par se lasser. Faites abstention, he péricolo sporgési!
Quand la balance pense dans les extrêmes, nous dit-on, il ne fait pas bon descendre les poubelles sans en faire le trie.
 
Et de démocatrie directe , on est passé à la démocatrie représentative et nous sommes désormais à l'age de la démocatrie d'opinion.
Si qu'on a une opinion, c'est qu'on c'est fait sonder. Parfois même, ya des opinions qui se colloscopent! Parce que oui, il en va des opinions comme des trous du cul: tout le monde en a une!
Dis moi, à quoi se parfume la majorité et je te dirai, ce que je croa qu'on doit pencher!
Alors qu'arrive l'élection principale de notre pays, en classe de cinquième république, qu'attendent journalistes, sondeurs, et politiciens comme un enfant riche attend ses cadeaux au pied du sapin , ayant glissé ses souhaits dans ses chaussettes au préalable, le citoyen lui est comme une truie qui doute!
Z'ont à l'esprit comme une envie de tout foutre en l'air, comme une envie de s'casser la voie!
L'homo électus est en phase de pleine lune et sa transformation pourrait bien faire mal !
Partager cet article
Repost0
16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 15:13

Dali et Perpignan , c'est l'histoire d'un long malentendu . Premièrement puisque que le maître à dit lors de son passage à la gare: "lorsque je suis à la gare de Perpignan, c'est le centre du monde!" . C'est donc Salvador Dali qui est un centre du monde ambulant . Et puis Perpignan et ses élytres non jamais vraiment su approprier le personnage à la ville. Il se sont toujours posés en demi-teintes . La gare TGV aurait pu s'appeler Salvador Dali, mais il n'y a bien que la gestion commerciale et immobilière du lieu qui fut surréaliste. 

Dernier avatar de la saga, on ressort une vieille statue des Prichards, faite pour un anniversaire lointain du passage de Salvador à la gare (elle trônait sur le wagon d'où il avait fait son discours) , qui s'est retrouvé plus sur le palmarium puisque, on ne savait qu'en faire . Et la voilà sur une chaise haute place de Catalogne qui s'ennuie dans la solitude de ses grands espaces non peuplés! 

Ho, le magnifique prétexte à inauguration et à se mettre en scène pour le maire Jean-Marc Pujol et son équipe municipale qui a l'air de s'ennuyer loin des palmiers de la Mare à sketch! 

Une crise de "paranoïa critique" , ou peut-être un discours sous un Dali transformé pour la circonstance en arbitre de tennis du haut de sa chaise, à moins que celle-ci ne soit trouée et qu'il s'agisse d'un caganer pour une crèche tardive...

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2017 7 15 /01 /janvier /2017 21:02

Le Macron nouveau est arrivé.

Et cette année il a un goût de banane pour ceux qui s'en enivreraient . Il est servi en filet et au vin blanc. C'est un candidat à chair et programme maigre "ni droite ni gauche":le philosophe Alain considérait qu'on était de droite si on affirmait que gauche et droite n'existaient pas!

Il est l'incarnation de la phrase de Lampédusa dans "le Guépard" :" il fallait tout changer pour que rien ne change!" . 

C'est à  dire, une doctrine du 18 ième siècle, "le libéralisme" avec les effets spéciaux de la jeunesse du candidat et du 3.0 

Mais celui qui veut faire l'ange est toujours la bête de la finance, un de ceux qui n'a pas peur des T.shirts , et qui sait que, lorsqu'on veut un beau costard "il faut bosser" 

Il est dans la droite ligne de ce proverbe quelque peu détourné:" le monde appartient à ceux qui font se lever les autres tôt!"

Parce que lorsque se sont les autres qui travaillent pour soi, on ne supporte pas la procrastination. La plus valu du travail est pour les dividendes pas pour le travailleur.

Si Manu Macron avait vécu en Louisiane au temps de l'esclavage, il aurait convaincu les noirs des champs de coton, qu'ils étaient tous des auto-entrepreneurs, travaillant dans des open-spaces !

Parce que l'ultra-libéralisme, c'est faire croire aux moutons, qu'ils peuvent hurler avec les loups.Puisqu'ils n'y a plus de lutte des classes et que chacun à ses chances lorsque la concurrence est libre et non faussée! 

Et puis, cette insistance à vouloir nous le vendre est suspect.

"Un candidat des partis" , que plébiscitent les sondages et les médias qui font mines de commenter une prédiction auto-créatrice . Macron, c'est le grand Babu, parce que y'a qu'lui qu'a la bonne odeur https://www.youtube.com/watch?v=eLg2zHEkbAQ

C'est signé Furax! 

On ne parlera pas de de ses multiples déclarations sur les pauvres, qui sont ou analphabètes ou alcooliques...

Mais on reconnait un homme a ses lois, même lorsqu'on les renomme El Khomri...

Il prétend nous faire marcher...alors marchons, marchons...

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2016 4 29 /12 /décembre /2016 22:19

Alors que le froid s'installe doucement sur la ville et que les crèves la faim aimeraient être aussi désirés, autant que le père Noël et les cadeaux dans les chaussettes au pied du sapin, monsieur le maire de Perpignan, Jean-Marc Pujol se fait poète et comme monsieur Jourdain (#lebourgeoisgentilhomme) fait de la prose à propos de la ville qu'il est sensé gérer!

Le poème s'intitule "La ville comme nous l'aimons!"

 "HO! muse prête-moi ta lyre,
Afin qu'en vers je puisse dire
Un des combats les plus fameux,
Qui s'est déroulé sous les cieux."

Non ça ce n'est pas le début du texte sur le "blog officiel de Jean-Marc Pujol (je serais curieux de lire le blog non-officiel, à moins que ce ne soit que quelques colonnes comptables parallèles?) ça c'est le début de "De profondis morpionibus" 

Non le poème en prose du petit Jean-Marc commence comme ça :"

Tout le monde rêve d’une ville dynamique, prospère, sûre, agréable à vivre… Tout le monde souhaite vivre dans une ville où justement il fait bon vivre, une ville accueillante, innovante, attractive, une ville dans laquelle se faufile un air du temps respectueux de l’environnement, de l’architecture reçue en héritage, d’une identité suffisamment puissante pour servir de repère."

Ha ça l'a pas tort Totor, c'est vrai con, on en rêve . "i have a dream" comme a dit un pasteur noir qui s'est fait descendre peu de temps après (pourtant sa famille a juré ses grands dieux qu'il ne faisait pas partie de celle de JFK !) #maisjem'égare 

Bref, les rêves c'est comme l'huile palme, c'est dangereux faut pas trop en consommer (fermer les rangs et point à la ligne) 

Mais le petit Jean-Marc de cinquième C continue ainsi: "

Pour en arriver là, avec l’équipe municipale que je préside, et en fonction des besoins et des attentes de chaque Perpignanaise et Perpignanais, nous essayons de coller au plus près du quotidien de toutes et de tous."

Ouais, pour coller il colle le terrain, ça ya pas à dire. Mais pas pour les raisons invoquées.

Mais attends gentil lecteur, l'animal s'enhardit et fait dans l'anecdote signifiante, comme s'il voulait à mon instar édifier son auditorat .

"La semaine dernière, alors que je me baladais sur le quai Vauban, dans l’ambiance festive des illuminations de Noël et des traditionnelles fêtes de fin d’année, j’ai été accosté par une habitante de Cabestany qui est venue presque se jeter sur moi pour me féliciter avec des mots qui me vont droit au cœur, pour saluer les décorations mises en place. Ce fut un témoignage d’autant plus fort que cette personne m’a avoué ne pas partager ni mes convictions politiques ni adhérer à certains de mes projets pour la métropole. Nous avons eu une discussion franche, engagée, puis cette personne n’a pu s’empêcher de lâcher : « Avec toutes ces illuminations vous nous faites rêver, continuez car nous en avons bien besoin ». Et elle a conclu : « Perpignan ressemble enfin à une grande ville ! ».

Comme dirait l'autre, "viens là que  j'te congratule, ça te démangera moins!" 

Ben voui!

Faut arrêter d'avoir d'la merde dans ché noeils (comme disait mon arrière grand-mère Georgette qui avait garder le franc parlé picard (pas le surgelé) et une haine tenace aussi contre "ché boch" #z'onbombardaientmavache (un point commun avec Jean-Marc qui trouve que "les allemands sont excessifs en tout!")

Faut bien r'connaître comme disait l'habitante d'une des dernières villes communistes du monde (et oui, il est bien mort Fidel Castro) , donc une habitante de Cabestany:

« Perpignan ressemble enfin à une grande ville ! ».

Donc du coup et pour quasi conclure le poème il s'en adresse une juteuse parce qu'il le vaut bien!

"Ce témoignage, ce compliment, je le dédie à tout le personnel municipal, à toute l’équipe qui m’entoure..." 

Et parce qu'on est pas élu sans le vote des électeurs,dans la foulée, il félicite tout le monde. Il est un peu Jacques Martin et Perpignan, c'est un peu l'école des fans: tout le monde a gagné! 

"(...)plus particulièrement aux commerçants et aux riverains du centre-ville, à tous les Perpignanais bien sûr, car sans eux cela fût « mission impossible ». Mes collègues maires savent combien et comment de telles initiatives ne peuvent aboutir sans un soutien populaire ainsi que des forces économiques."

Bref, plus que des illuminations à Perpignan, il semble qu'il y ait des illuminés (pas de Bavière) qui croient nous aveugler sur l'état réel de la ville . Et passées les fêtes, comme passé minuit pour Cendrillon, la ville reprendra sa forme routinière et les habitants ne pourront que s'étouffer avec les éclats de la pantoufle de verve!

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2016 3 28 /12 /décembre /2016 13:56

L'école des beaux arts de Perpignan, l'école des beaux arts humiliée, mais l'école des beaux arts libérée de ses étudiants et de ses professeurs au mois de juin dernier. Et désormais son bâtiment est déclassé et peut être mis en vente par la mairie de Perpignan 

M. Jean-Marc
PUJOL
8.02 - 3, Rue Maréchal Foch -Déclassement d'un immeuble du
domaine public communal:c'est passé comme une lettre à la poste au dernier Conseil Municipal le 2 rue FOCH c'est notre ancienne école des Beaux Arts
 
Pour comprendre ce qu'est un déclassement cliquer ici http://www.9-nancy.notaires.fr/documents/droit/182469183477DP02DECLASSEMENT.pdf
 
La procédure fait paraître une volonté délibérée de ne pas ré-affecter le bâtiment communal...pourquoi? pour qui?
On suivra la suite pour vous, le futur prix de vente et l'acheteur!
 
Partager cet article
Repost0
14 décembre 2016 3 14 /12 /décembre /2016 11:49

“Ils sont des symboles. Mais que faire avec des symboles sinon y appliquer l'imagination inspirée, attachée à trouver leurs sens par une volonté obéissante aux lois de la cohérence intrinsèque et de la conformité aux faits de l'expérience extérieure et intérieure, matérielle et spirituelle ?” 
(auteur anonyme, au sujet des arcanes majeurs du Tarot)

Ben J. Gross, né à Londres en 1976 et diplômé en littérature à Leeds en 1999, est artiste-peintre et musicien installé dans le Roussillon depuis 2000. Ses peintures figuratives trouvent leur inspiration dans la mythologie, la littérature et ses influences (Marc Chagall, Jerome Bosch, Francis Bacon...) Depuis 2010 il consacre une grande partie de son travail à larecherche iconographique et à la reproduction des images du Tarot. Se limitant aux 22 arcanes majeurs du jeu divinatoire, il emploie des techniques diverses (huiles, acryliques, enluminure, encres ... )

A travers trois séries bien distinctes de 22 tableaux nous sommes invités à suivre l'évolution initiatique de l'artiste. Il met en scène et en lumière ces archétypes, il les situe dans des paysages, s'appuyant sur l'architecture préexistante de chaque lame. À mesure des séries, il accentue les traits des lames traditionnelles du Tarot dit “de Marseille”. Le peintre figuratif montre que les arcanes fournissent une sorte de lexicographie visuelle , un vocabulaire symbolique qui s'enrichie et se multiplie par les interactions entre chaque arcane.

“Le dessin, que d'un autre nom nous appelons trait, est ce qui constitue la source et le corps de la peinture, de l'architecture et de tous les autres genres d'art; c’est la racine de toutes les sciences.” 
Michel-Ange

Pascal Fouquet, né en 1958, est un dilettante de la poésie, vivant en Charente-Maritime qui, en 2015 a publié un recueil de 22 poèmes inspirés du Tarot. Son écriture varie de la forme classique, à la forme néo-classique, rigoureuse, chargée de sens et de sonorité, parcimonieuse et précise. Ses strophes sont le reflet des traits de chaque arcane, chacun d’eux étant investi de qualités multiples et parfois contradictoires. À la recherche d'un illustrateur pour son recueil, il découvre “Major Arcana Revisited”, la deuxième série de Ben J. Gross - et une collaboration entre poète et peintre voit le jour. 

Leur deux oeuvres se trouvent associées dans “Poésie des Arcanes de Tarot Divinatoire” . Deux disciplines artistiques puisant dans une même source iconographique et symbolique. 22 archétypes qui se manifestent grâce à l'alchimie de mots, de traits et de couleurs. Leur art conjugué révèlent et affirment le Tarot comme oeuvre poétique, philosophique et artistique. Ils partagent la volonté de comprendre le Tarot comme outil de création, lequel exige de la tempérance dans l'imaginaire et de la rigueur dans la technique. La contrainte pour le poète s'impose dans la syllabe et la mesure, pour le peintre dans le trait et l'espace. 

"l'importance des contraintes dans l'oeuvre ... l'application méticuleuse des règles du jeu très strictes, le recours aux procédés combinatoires, la création d'oeuvres nouvelles en utilisant des matériaux préexistants".
Italo Calvino, dans l'introduction de son récit tarotique “Le Château des Destins Croisés”

Poète et peintre rassemblés dans un défi créateur; la poésie, pour Pascal Fouquet, comme la peinture pour Ben J. Gross, sont des véhicules artistiques d'une réconciliation entre le haut et le bas, l'individu et l'univers, le sacré et le profane, le matériel et le spirituel, entre le monde tangible des formes et le monde invisible des idées.
Ange modération, l'harmonie est mon chant.
D'une cruche à l'autre, les forces s'équilibrent,
S'écoulent apaisées. En moi soyez confiant
Car de toute chose tant d'influences vibrent...
Extrait de “Tempérance” de Pascal Fouquet

Liens :
http://www.benjosephgross.net/
http://www.librairietorcatis.com/
http://www.thebookedition.com/fr/poesie-du-tarot-divinatoire
http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/ben%20gross/
Vernissage le mardi 13 décembre à 18h, avec présentation et lectures d’une sélection de poèmes de Pascal Fouquet par Nicolas Caudeville, Laurent Battist et Ben J. Gross.

Permanence de l’artiste les samedis 10 et 17 décembre.

Perpignan/Vidéo:Vernissage et Lectures Arcanes à la librairie Torcatis, avec Ben Gross, Laurent Battist et Nicolas Caudeville
Perpignan/Vidéo:Vernissage et Lectures Arcanes à la librairie Torcatis, avec Ben Gross, Laurent Battist et Nicolas Caudeville
Perpignan/Vidéo:Vernissage et Lectures Arcanes à la librairie Torcatis, avec Ben Gross, Laurent Battist et Nicolas Caudeville
Partager cet article
Repost0
13 décembre 2016 2 13 /12 /décembre /2016 16:25

Fonds du Centre Internacional de Música Popular (CIMP)

 

Contenu inventorié

Musique écrite (718)
Instrument (203)
Archive video (116)
Image (69)
Périodique (31)
Ouvrage (29)
Archive sonore (27)
Affiche-brochure (25)
Son édité (21)
Article (5)

La collection préexistante trouve son origine dans la collaboration de la Fédération Sardaniste du Roussillon* (F.S.R.) et de l'Institució Músical Popular d'Europa Mediterrània (IMPEM)** qui ont travaillé à la constitution d’une collection d’instruments ainsi que d'un fonds documentaire sur les musiques de l'Europe Méditerranéenne (collectage, conservation, archivage, diffusion) avant de la confier au C.I.M.P. à sa création.

Au fil des années, instruments traditionnels catalans, dont ceux de la cobla, instruments d'harmonies - fanfares, ont été collectés. Des opportunités, des rencontres ont également permis que des instruments issus des traditions musicales de la Méditerranée mais aussi des duplications d'instruments de musique ancienne viennent enrichir les fonds du CIMP. Sur l'ensemble de ce fonds, il semble bon de souligner la présence de pièces du plus grand intérêt organologique et ethnomusicologique, des pièces historiques qui illustrent l'évolution de la facture instrumentale et de la musique en Europe : serpent d'Eglise "Baudouin" (18ème s.), serpent militaire "Forveille" (déb. 19ème s.), Ophicléide "Martin" (19ème s.), saxophone baryton système Georges, etc.

Paul Macé son directeur converse avec nous

Le musée est plus un musée anthropologique dont l'instrument de musique fait outil de rituel et est le fil rouge

Le musée de Céret fait partie d'un réseau mondial 

Possède 700  anches seule partie de l'instrument qui forme la vibration et le son  

 

Adresse : 14 Rue Pierre Rameil, 66400 Céret

Horaires : 

Ouvert aujourd'hui · 10:00–17:30

Téléphone : 04 68 87 40 40

Création : 2013

 

 

Céret: le musée de l'instrument de musique, un outil d'anthropologie à l'écoute du monde! interview Paul Macé par Nicolas Caudeville
Céret: le musée de l'instrument de musique, un outil d'anthropologie à l'écoute du monde! interview Paul Macé par Nicolas Caudeville
Céret: le musée de l'instrument de musique, un outil d'anthropologie à l'écoute du monde! interview Paul Macé par Nicolas Caudeville
Céret: le musée de l'instrument de musique, un outil d'anthropologie à l'écoute du monde! interview Paul Macé par Nicolas Caudeville
Céret: le musée de l'instrument de musique, un outil d'anthropologie à l'écoute du monde! interview Paul Macé par Nicolas Caudeville
Céret: le musée de l'instrument de musique, un outil d'anthropologie à l'écoute du monde! interview Paul Macé par Nicolas Caudeville
Partager cet article
Repost0

Articles Récents