Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

5 février 2018 1 05 /02 /février /2018 15:57


Glocal est un mot-valise dont la genèse a accompagné la mondialisation (globalisation pour les anglo-saxons) ; dans la valise il y a "local" explicitement tandis que "global" est suggéré par analogie à une lettre près. C'est l'extension des activités économiques à la planète qui a incité les multinationales -conformément à leur obligation existentielle de croissance- à décliner leurs produits et services selon les pays et cultures diverses qu'elles se devaient d'investir. Bref il fallait localiser pour mieux vendre.

C'est ainsi qu'on a pu dire qu'à Perpignan le Mammouth (une des premières grandes surfaces) est arrivé en dansant la sardane. Mais rapidement le terme a servi à désigner une entité nouvelle, plus conforme à la formation du mot. C'est dorénavant serait un lieu symbolique de recollement des choses globales existantes avec des choses locales existantes : par exemple, à chanter en anglais sur des rythmes en vogue les beautés et mérites du pays catalan ou, symétriquement à brocarder en catalan, les incartades de tel ou tel président. Glocal a donc gagné en symétrie. C'est ce qui, me semble-t-il, fait aujourd'hui tout son intérêt. C’est un élargissement du cadre qui permet de mieux penser ou repenser les questions locales. C'est sur ce propos que portera mon argument.


Le global c'est la perte d'identité


Tous ceux qui veulent se projeter dans le global doivent, pour y être seulement perçus, pour se donner une chance d'y exister, en adopter les codes. Des interprètes, par exemple, dans quelque domaine artistique que ce soit, doivent s’exprimer dans un anglais acceptable et se produire visuellement dans des codes vestimentaires et capillaires universellement partagés. Le concours de l’Eurovision en est l’illustration canonique. Quelques uns peuvent encore vendre une particularité locale mais alors elle devra retenir l’attention par un exotisme très marqué validable à l’international. L’exemple canonique est ici celui des Gypsy Kings , le groupe français qui a vendu le plus d’albums depuis 1982, qui a fait selon Wikipedia "autant de tours du monde que d’années de carrière", en exploitant allègrement un mélange de flamenco, de pop music et de rumba catalane. Mais c’est au prix "d’une faible reconnaissance dans leur pays d’origine". A la fin de leurs concerts disait le chanteur Nicolas Reyes, on leur demande s’ils sont espagnols ou mexicains (1). Dans tous ces cas l’identité d’origine est soit gommée soit détournée, exfiltrée, pour être vendable. Et perdre son identité c’est tout simplement se perdre.
 

Le local c'est l'enfermement dans un petit périmètre

A l’inverse le local pour se faire accepter dans son périmètre d’origine est contraint de forcer le trait et de justifier en permanence sa pureté socio-culturelle sur l’aire qu’il habite, et commencer par épater sa concierge, s’il en a une. Cela le rend d’autant moins exportable, pour cause d’étrangeté rédhibitoire. La clé presque exclusive de cet enfermement est la notion "d’artiste local" dont j’ai pu constater qu’elle déplaisait souverainement en général à ceux auxquels on l’appliquait. C’est ressenti quasiment comme une assignation à résidence. De plus, ce domaine est un enfer pavé de bonnes intentions tant il est vrai que la promotion acharnée du local et la célébration locale de ses mérites a pour effet de créer dans les esprits un couple oppositif local-global dans lequel chacun exclut radicalement l’autre. Local ou global, il faut choisir. L’artiste local est, de facto un artiste "rétréci" à l'échelle de sa localité. Mais on peut comprendre que cela suffise au bonheur de certains.es, et il serait stupide et injuste de jeter la pierre à quiconque.
 

Le glocal est un art nouveau

S’évader de cette prison locale par une démarche volontaire est une gageure. Elle a de très fortes chances d'apparaître comme un reniement aux yeux du public local. Le local exacerbé inhibe les désirs libérateurs. Le ressort de la motivation "économique" est certainement contre-productif dans la mesure où il pousse à singer les recettes qui marchent à l'extérieur. L’originalité de la création locale devient alors la pire des recommandations et les talents nouveaux se perdent dans d’improbables et pâles imitations. Je postule donc que les cas d’évasion constatés sont, en quelque sorte, des émergences involontaires inconscientes. On y trouve une aspiration naturelle et spontanée vers le glocal ; elles adviennent sans calcul préalable ; elles ne nécessitent aucune altération de la performance (au sens anglo-saxon de ce terme). Simplement le champ s’ouvre sous les pas de ceux.celles qui mettent en valeur  - parce que c’est aussi leur projet plus ou moins conscient-  des dimensions universelles dans leur pratique. Comment ne pas évoquer ici la carrière de Luis LLach, artiste "glocal" par excellence. Avec l’Estaca il a donné forme artistique à la contestation en Pologne -et dans combien d’autres pays-  avec la seule allégorie du pieu auquel nous sommes tous attachés » ; il a fait un triomphe au Japon en chantant en Catalan les mêmes chansons qu’à Barcelona ou Perpinya, et, revêtu de cette universalité, il est revenu dans ses terres représenter une circonscription au gouvernement de Catalunya. Le chanteur Cali joue dans la même cour : on a pu le voir avec le même naturel au stade Aimé Giral ou sur une tribune politique en période électorale porter l’espérance populaire et universelle du bonheur (2). Dans un autre domaine Barcelone, -ville-monde- constitue un exemple tout aussi convaincant. Le duo de Montserrat Caballé et de Freddy Mercury chantant Barcelona qui devait ouvrir les Jeux Olympiques de 1992 l’illustrent à merveille (illustration ci-dessus).
 

Le local peut-être la grenouille de la fable

On objectera que c’est peut-être l’acharnement au travail, la volonté d’arriver, voire une ambition démesurée qui sont à l’origine du succès "hors les murs". Et l’on n’oubliera pas de parler de talent. Mais qu’est-ce que le talent sinon cette faculté d’appréhender le monde et d’y trouver une place. C’est Jean Giono, qui s'est surnommé lui-même "le voyageur immobile" disait : "je me suis efforcé de décrire le monde non pas comme il est mais comme il est quand je m’y ajoute, ce qui, évidemment, ne le simplifie pas".
S’ajouter sans se renier au monde globalisé, voilà le défi de l’artiste local qui se trouvant à l’étroit sur son aire, sûr de son talent s’attache à cultiver l’universalité dans ses productions les plus personnelles.
Et c’est très compliqué !

NOTES

http://www.parismatch.com/Culture/Musique/Les-Gipsy-Kings-le-temps-des-gitans-549700,  Paris Match, le 21/02/2014, entretien avec Benjamin Locoge.
2 C'est quand le bonheur ?
3 Dans mon blog "Les signes du temps"(http://robertmarty.unblog.fr/) commencé en janvier 2009, les 150 articles sont classés selon les 3 catégories qui font l'objet du présent article.

Partager cet article
Repost0
3 février 2018 6 03 /02 /février /2018 21:12

Dans une période qui s'aseptise, où il y a un parfum de dénégation de lutte des classes pour mettre en avant la lutte des places des premiers de cordée harcelés par les passions tristes de la jalousie de la France d'en bas en sous France, qu'il est bon de réécouter une musique qui savait ce que c'était que la protestation . On pense au rock, au punk, à la folk, mais le jazz a aussi été un vecteur protestataire."Attention l'armée" est la réédition d'un jazz des année 70 qui ne mâchait pas ses mots.

"Et toi .. ! Avec ton char qu'est-ce que tu fous sur mon champ ?". Le ton est donné, le ras-le-bol est général.

2 catalans et un allemands, à savoir Jean-Bernard Bassach, Gregory Tuban et Markus Detmer on fait à la fois un travail à la fois historique et musical en retrouvant rééditant cette perle http://www.bornbadrecords.net/releases/bb057-va-mobilisation-generale-protest-and-spirit-jazz-from-france-1970-1976/

Interview Jean-Bernard Bassach 

Perpignan: réédition d'un disque vinyle  par un collectif de catalan 'attention l'armée' ! interview Jean-Bernard Bassach par Nicolas Caudeville
Perpignan: réédition d'un disque vinyle  par un collectif de catalan 'attention l'armée' ! interview Jean-Bernard Bassach par Nicolas Caudeville
Perpignan: réédition d'un disque vinyle  par un collectif de catalan 'attention l'armée' ! interview Jean-Bernard Bassach par Nicolas Caudeville
Perpignan: réédition d'un disque vinyle  par un collectif de catalan 'attention l'armée' ! interview Jean-Bernard Bassach par Nicolas Caudeville
Perpignan: réédition d'un disque vinyle  par un collectif de catalan 'attention l'armée' ! interview Jean-Bernard Bassach par Nicolas Caudeville
Partager cet article
Repost0
22 janvier 2018 1 22 /01 /janvier /2018 09:27

C'est une tendance actuelle, les mots recouvrent de moins en moins le réel . Ce n'est pas tant le fait des mots , mais de leur utilisation voir de leur détournement . C'est le fait le plus souvent du personnel politique élu ou pas, mais de manière générale du personnel institutionnel. Le réel est de plus en plus fardé par la communication qui est là pour transmettre un paysage mental dans l'esprit des communiqués. 

Il faut prendre le réel n'ont pas à bras le corps; et par la force de ses efforts et la force de sa volonté le détourner d'une inéluctabilité désagréable. Mais on peut aussi, considérer que c'est fatigant, qu'il ne faut pas déranger le système ou masquer son inaction ou son incompétence, et poser sur le réel des mots, des phrases, un discours qui le transforme en apparence. Dans le style, il y a l'euphémisme, voir la "Novlangue" décrite par George Orwell dans 1984, mais comme la meilleur défense reste l'attaque, Il y a aussi "l'enflé" . 

Les Pyrénées-Orientales et sa capitale Perpignan en sont le champ de bataille . Le terme est utilisé par le regretté Philippe Muray dans son livre "Festivus Festivus" https://www.babelio.com/livres/Muray-Festivus-Festivus/49906

"La classe culturante se situe très au-dessus des changements de majorité politique parce qu'elle n'entretient avec le réel absolument aucun rapport , et c'est par là qu'elle entretient son hégémonie (...) .Ce qu'elle dit devient des choses (...) ;et, pour que les choses aient un pouvoir d'intimidation et de majesté que l'on ne discutera pas, elle est amenée à enfler le ton. De sorte que la rhétorique de la classe culturante est toujours de l'ordre l'enflure. Cette enflure tient lieu de réalité.Elle est la réalité même.La classe culturante parle enflée.Elle parle l'enflé . Elle ne s'exprime qu'en enflé.C'est son seul idiome .Et c'est par là que l'on peut dire qu'elle vit, elle aussi, dans le régime du narcissisme intégral, pour autant que le narcissisme , bien d'avantage qu'un amour de soi, est surtout une indifférence de fer au réel extérieur. C'est ainsi que ce réel extérieur , chaque fois qu'il se manifeste , peut être balayé par la classe culturante narcissisqe d'un coup d'enflure souveraine, et rejeté, c'est le cas de le dire dans les ténèbres extérieures!" 

Parler de classe "culturante" dans le coin est "enflé" en soi , parlons plutôt de classe régnante, ce sera plus précis. Mais des trompes l’œil pour couvrir les vitrines des commerces du centre ville de Perpignan fermés, en passant par l'hyper communication sur le musée Rigaud (qui ne remplace en rien la disparition de l'école des beaux arts),du bilan à mi-mandat de Jean-Marc Pujol, de l'annonce du retour des étudiants en centre ville, tout cela parle "l'enflé"...

Et vous comptez vous vous mettre à cette nouvelle langue vivante pour ville morte?

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2018 7 21 /01 /janvier /2018 22:03

"Les attentats de janvier 2015 ont mis en lumière l’existence, au sein de la société française, d’un courant d’opinion complotiste tangible. Depuis, les inquiétudes sont croissantes quant à la circulation de théories du complot dans l’espace public ou encore de fake news susceptibles d’influer sur le cours d’une élection. Trois ans après ces attaques terroristes, la Fondation et Conspiracy Watch ont mené une étude pour estimer la pénétration du complotisme dans la société et approcher plus finement le profil de ceux qui y adhèrent. C’est l’enquête d’opinion sur le complotisme la plus ambitieuse réalisée à ce jour. " présente l'enquête de la fondation Jean Jaurés https://jean-jaures.org/nos-productions/le-conspirationnisme-dans-l-opinion-publique-francaise qui fait état du fait que d'après son enquête le conspirationnisme entrerait dans la représentation mentale d'un français sur 10! (Tout en mettant en équivalence en théorie du complot des choses qui ne sont pas équivalentes entre elles, comme le fait que la terre soit plate ou que Kennedy ait été assassiné par la CIA...)

Mais ce n'est pas que le privilège du national que de se persuader de complotisme, l'ultra local peut aussi tomber dans ses errances!

Par exemple selon une enquête que l'archipel contre attaque a inventé de bout en bout 1 commerçant du centre ville sur 10 est persuadé que le campus Mailly (relais de l'université de droit au centre ville) ne serait en fait qu'une base d'entraînement pour une mission sur Mars tant il semble que les 500 étudiants promis vivent en vase clos et que les habitants du quartier St Jacques leur paraissent des martiens.L'opération aurait por nom "Major Tom" (inspirée par la chanson de David Bowie et pour lui rendre hommage! https://www.youtube.com/watch?v=v--IqqusnNQ L'arrivée de cette mission d'exploration aurait été précédé (toujours selon ces commerçants du centre ville interrogés)  par l'avant garde du DU photojournalisme/communication et images aériennes pour cartographier les "secteurs de dangerosité de ce territoire afin de réduire au maximum les lieux d'hostilités.

Lorsque le terrain aura été terraformé ....

Les habitants du Campus Mailly pourront tenter une sortie et entrer en contact avec les créatures vivant sur zone. Si l'expérience est réussie, les résultats seront transmis à la NASA et pourront servir de base de données pour une future véritable expédition martienne. https://fr.wikipedia.org/wiki/Chroniques_martiennes
 

Voir aussi:

 

Perpignan/Université: une idée de campagne de promotion pour l'ouverture du campus Mailly! par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2017/12/perpignan/universite-une-idee-de-campagne-de-promotion-pour-l-ouverture-du-campus-mailly-par-nicolas-caudeville.html

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2018 4 18 /01 /janvier /2018 20:27

Gildas Girodeau est un écrivain qui a de la mémoire et le sens de l'histoire . Dans ce troisième roman publié aux éditions "au_delà du raisonnable tenu de mains de maître par Véronique Ducros, il revient à ses premières amour le polar. Un polar qui flirte toujours avec les fantômes de l'histoire, l'histoire de France et celle aussi de son empire défunt, avec toujours son lot de soldats perdus (pas pour tous le monde) . Un mort à Canet, une flic de Perpignan. Un rite yoruba et l'Argentine de la dictature qui lutta contre "les rouges" en filigrane ... La monomanie de Gildas Girodeau faire ré-ouvrir les fosses communes de l'histoire comme dans la Catalogne post-franquiste de "La paix plus de la vérité", pour que les bourreaux n'aient pas le dernier mot..."Xango" avec un Gildas Unchained! interview bande annonce

De Perpignan à l'Argentine sur les traces d'un tueur à la hache , le nouveau roman de Gildas Girodeau! interview par Nicolas Caudeville
Partager cet article
Repost0
17 janvier 2018 3 17 /01 /janvier /2018 10:32

Mauvaise gestion de la ville, agonie du centre ville explosion du coup des parkings, installation aléatoire de l'université à St Jacques , Perpignan va mal et alors? So what? What's the fuck!

Jean-Marc Pujol maire, c'est le charisme du comptable mis au service du BTP. Parce qu'il y a une activité qu'il encourage c'est le BTP . Jean-Marc, est plus fort qu'Hercule ou Astérix, il a largement dépassé les 12 travaux ! La ville s'en étouffe à en ralentir la circulation, à en mettre la tête comme un chaudron aux Perpignanais avec les bruits de marteau-piqueur ou de tractopelle . Lorsque les habitants grondent ou la seule opposante regimbe . Jean-Marc bonhomme, répond "j'assume" . On a l'impression que dans la foulée il se sert un Jack Daniels et s'allume un cigare en pensant :" j'adore lorsqu'un plan se passe sans accroc" . Parce qu'il y a de l'Hannibal Smith chez lui! Et sa politique, c'est "l'agence tout risque" pour les perpignanais!

Mais en même temps, ils le méritent.Face au pujolisme triomphant , ils ne répondent que par le "létargisme" .

Ils se planquent l'esprit affalé dans le canapé de leur cerveau en attendant que ça passe. Mais en 2020, quand bien même la bête enhardie par ses triomphes d'usures, n'en remettrait pas un mandat de plus, (Il lui suffira de prononcer la formule magique:" je fais barrage de mon corps face au front national!" , il pourrait encore perpétuer!)  , les prétentieux qui veulent lui succéder , heu excusez-moi les prétendants, ne valent pas mieux! La plupart ont déjà eu des mandats, où ils n'ont brillé que dans des médias complaisants. Même les plus jeunes qui se veulent brillants sont à peine lustrés . Il n'y a plus de débat public, d'assemblée citoyenne, qu'une basse cour d'où ne surgira jamais aucun miracle: la basse cour des mirages de l'insultant de la mare à sketch! 

A l'entrée de Perpignan, on devrait mettre un panneau avec l'exorde de l'enfer de Dante:" Toi qui pénètres ici (mets un préservatif) et perds toutes espérances!" 

La lâcheté , car quoi d'autre, empêche les habitants de rendre la monnaie de sa mauvaise pièce au maire, fait conseiller à Perpignan de ne pas s'agiter parce que, comme dans des sables mouvants, plus on s'agite, plus on s'enfonce. Alors cette Gotham city sans Batman, aurait besoin d'un entarteur pour la venger de l'humiliation quotidienne et du coté aux-secours de la farce dans laquelle, elle s'enfonce chaque jour!

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2018 1 08 /01 /janvier /2018 08:23

Perpignan, capitale des Pyrénées-Orientales où tout serait possible si la majorité de ses habitants n'admettait plus l’inadmissible: la reconduction de l'incompétence et de ses sectateurs .

Ils sont toujours les mêmes et pareilles à eux mêmes, ou une anamorphose d'un même archétype . Et le seul pouvoir qu'ils ont, est celui que vous leur attribuez. Ils ne sont forts que de vos faiblesses. A force de rinçage de votre temps de cerveau disponible, ils ont réussi à vous faire croire "que le temps s'était de l'argent", alors que le temps c'est surtout votre vie qui passe! Et ses personnes personnes qui gagnent leur vie à faire perdre votre temps , c'est votre vie qu'ils grignotent . Une fois cela compris, il faut admettre que le risque majeur a été déjà pris et qu'on ne risque pas grand chose  à se débarrasser d'eux .

Mais pourquoi triomphent-ils? 

C'est que les premiers à vanter "l'individualisme" se sont organisés pour faire triompher leur réussite personnel .  Ils jouent sur le fait que vous êtes persuader que votre égoïsme fait votre force et que chacun devrait céder à celui-ci: parce que la vulgarité c'est la manière dont se comportent les autres!.

Nous admettons des situations parce que nous pensons un jour pouvoir en profiter à notre tour. Mais,nous nous mentons à nous même pour que la sensation de vertige du vide ne soit pas trop insupportable. Pour le reste, il y a les selfis et les piscines de rosée...Autant dire que nous nous comportons de plus en plus en "lotophages". Les "lotophages" ne sont pas les consommateurs de loteries en tous genres qui attendraient plus du hasard ou du destin plus que ce qu'ils ne sont capables de construire eux-mêmes, mais bien ceux qui, à l'instar de ces personnages que croise Ulysse dans l'Odyssée, qui consomment des fleurs de loto pour oublier et ne plus avoir à penser https://fr.wikipedia.org/wiki/Lotophages."Après avoir combattu les Cicones, Ulysse et ses compagnons naviguèrent pendant neuf jours et arrivèrent le dixième jour chez les Lotophages*. Ulysse envoya trois de ses compagnons en éclaireurs pour s'informer des habitants de l'île. Ils rencontrèrent les Lotophages, qui leur offrirent des fleurs de Lotus."

A Perpignan, la consommation de drogues fait florès et même économie.

Ainsi les cocaïnomanes ont-ils l'impression de vivre à 200 kilomètres heures dans une ville qui méandre à 30. Mais il y a une distance qui se creuse de plus en plus entre la perception de ceux qui se droguent et le ressenti de ceux qui ne se droguent pas. Comme pour le bilan à mi-mandat de la ville. Les uns et les autres ne voient pas les mêmes choses. Et pour que les uns et les autres s'accordent, il faudrait que ou les uns arrêtent de prendre certaines substances, ou que les autres les prissent ! 

Gare TGV, Théâtre de l'archipel, impréparation de l'installation du Campus Mailly et tant de choses à Perpignan ont démontré cette phrase d'Albert Einstein

:"La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent. " 

Ainsi, en ce mois de Janvier (moi de Janus ou mois des portes) , au moment où chacun y va aller des vœux et particulièrement les politiques qui vous feront croire qu'ils vous offrent une galettes  que vous avez déjà payé par vos impôts, 2018: faites vos vœux, mais c'est comme à la roulettes, impair et passe 

Voir aussi:

Perpignan: depuis l'inauguration du 'campus Mailly' , les commerçants du centre ville n'ont toujours pas vu la queue d'un étudiant (ni en droit,ni de travers)! par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2017/11/perpignan-depuis-l-inauguration-du-campus-mailly-les-commercants-du-centre-ville-n-ont-toujours-pas-vu-la-queue-d-un-etudiant-ni-en

Perpignan: l'office pour la langue catalane lancé par la région Occitanie, sera-t-il la dernière messe pour le catalanisme? interview Ramon Faura par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2017/12/perpignan-l-office-pour-la-langue-catalane-lance-par-la-region-occitanie-sera-t-il-la-derniere-messe-pour-le-catalanisme-interview-r

 

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2017 7 17 /12 /décembre /2017 20:21


 
Nooon, j’y crois pas, t’as vu ce qu’ont fait ces cochons de Russes à 4 jours avant le One Planet Summit d’Emmanuel, notre Dieu qui guérit ? Et bien, ils ont inauguré un projet qui s’appelle Yamal LNG qui consiste à faire voyager du gaz liquéfié à bord de méthaniers pour aller dans les quatre coins du monde, au plus offrant.

Bon, ça, j’ai rien contre, le plus offrant, c’est toujours forcément le meilleur d’entre nous. Le problème est que ce Yamal, qui fait du mal, ben il est situé en Arctique. Du coup, dans le coin, t’as plus un ours blanc, t’as plus un renne et les populations locales, les Nenets, elles sont obligées d’aller chercher très loin leur nourriture, les rennes.

Bref, ce projet est un désastre écologique et humain et ça, y a personne pour le dire. J’ai envie de crier face à tant d’injustice.

Parce qu’en plus, aujourd’hui , le Russe, il se vante. Déjà, il se vante d’avoir pu faire le projet Yamal (Y a pas bien) alors qu’il y avait les sanctions américaines et européennes et en plus il se vante d’avoir restaurer la paix en Syrie !!! Vraiment, ces Russes, ils étaient pas sympas avant, et ils ne sont pas sympas aujourd’hui. Le seul moment où ils sont été sympas et accueillants, surtout leurs femmes et leurs filles, c’était dans les année 90. J’en ai les larmes aux yeux, je m’ne souviens comme si c’était hier. Tu pouvais tout acheter, tout se vendait, surtout les culs et les matières premières, remarque, c’est la même chose. Et aujourd’hui, tout est devenu plus difficile, l’étranger n’est plus le bienvenu, même blanc comme toi et moi… Et puis, tu as vu leur président qui se présente pour un nouveau mandat !!! Franchement, tout ça a des relents de fascisme et de dictature et en plus leurs services secrets sont hyper actifs : Brexit, élection de Trump, indépendance de la Catalogne… Et la liste est longue. Franchement, ces gens là me font un peu froid dans le dos, ils ne respectent rien, ni la vie humaine (bon, quand c’est la leur, moi, ça m’est égal), ni la vie animale, ni la flore… Ils sont très, très méchants !!!

Chronique d’un citoyen concerné 7, par Ladislas C. : Saleté de Russes !
Chronique d’un citoyen concerné 7, par Ladislas C. : Saleté de Russes !
Chronique d’un citoyen concerné 7, par Ladislas C. : Saleté de Russes !
Chronique d’un citoyen concerné 7, par Ladislas C. : Saleté de Russes !
Chronique d’un citoyen concerné 7, par Ladislas C. : Saleté de Russes !
Chronique d’un citoyen concerné 7, par Ladislas C. : Saleté de Russes !
Chronique d’un citoyen concerné 7, par Ladislas C. : Saleté de Russes !
Chronique d’un citoyen concerné 7, par Ladislas C. : Saleté de Russes !
Partager cet article
Repost0
8 décembre 2017 5 08 /12 /décembre /2017 11:27
excellent détournement par Gabriella Manzoni

La mort de Jhonny a été un choc pour les français, bien loin derrière le passage de la loi travail . Les français sont tristes, les français ont perdu quelqu'un de leur famille. Certains propose même le sacrifice d'un de leurs enfants pour peu que Jhonny revienne pour une dernière chanson .La ferveur Jhonny est d'autant plus forte qu'ils ne vont plus à la messe. Parce que Jhonny c'est plus qu'un chanteur, c'est l'art de vivre à la française. Le président de la république Emmanuel Macron le reconnaissait lui-même "c'est un héros français!" 

Alors, évidemment, il y a la cohorte des pisses froid, de ceux qui salissent tout, qui font de l'ironie sur le sujet au prétexte d'une "overdose Jhonny" , avec des phrase du style "si pas trop fan de Jhonny, est-on déchu de sa nationalité"  (un politologue médiatique dont je tairai le nom) , "On vient de perdre un grand chanteur belge, mais il nous reste Annie Cordy !
Vive Tata Yoyo" (phrase d'un blogguer locale) ou bien encore "La france est un pays laïque, l'étalage du culte de Jhonny jusque dans la grande prière de rue(hommage national) qui se prépare soutenu par l'état, choque ma morale athée!" (pensée sans impertinence d'un intermittent du journalisme) .  

Mais il y a pire, il y a ceux qui rappellent qu'il avait des problèmes avec le fisc d'où sa résidence Gstaad en Suisse, lorsqu'il n'était pas Los Angeles aux USA . Ils osent même rajouter que la seule part de France chez lui, c'était les bénéfices de la ventes de ses disques, de ses concerts et autres merchandizzing...

Mais revenons au drame et à ses conséquences. On eut bien été tenté de crier "santo subito" comme à la mort de Jean-Paul 2, tant Jhonny était pour nous plus qu'un pape de la chanson , mais dans l'absence de miracle immédiat et en attendant le stade alternatif de "bienheureux" , le président de la république Emmanuel Macron a décidé de changer l'hymne de la république française , "La marseillaise" par une chanson de Jhonny. Pour que le processus soit démocratique, le choix de la chanson passera non pas par voix d'ordonnance, mais par voix référendaire! 

 

Johnny Hallyday, Charles Aznavour, Zazie… Le scandale des subventions

http://www.lepoint.fr/culture/johnny-hallyday-charles-aznavour-zazie-le-scandale-des-subventions-21-07-2016-2056041_3.php

 

Lorsque l'information n'est qu'un flux, elle n'est plus qu'une petite musique qui tintinnabule dans notre tête comme une berceuse! Par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2017/12/lorsque-l-information-n-est-qu-un-flux-elle-n-est-plus-qu-une-petite-musique-qui-tintinnabule-dans-notre-tete-comme-une-berceuse-par

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2017 2 05 /12 /décembre /2017 16:17

Le jeune et dynamique président de l'université, revendique une nouvelle manière de communiquer l'image de l'université:plus sportive, énergique, plus déglingo.

C'est que l'université de Perpignan devenue "autonome" doit attirer des étudiants et des investisseurs. 

Il avait déjà tenté une campagne de communication basé sr le concept "d'auto-dénigrement" , sur le principe machiavélien de "Si tu ne veux pas la révolution, fais la toi-même" . Avec pour slogan "Université de Perpignan égale échec assuré, avec le #université sans préjugé, il avait mis l'effervescence dans le landernau d'ici. Une semaine plus tard, il menait prestement une conférence de presse à l'université même, pour dire quand faite s'était le contraire, d'après une étude du ministère, Via Domitia au pro rata de sa taille serait plutôt bien classée!

Mais voilà que le projet d'université au centre ville commence à s'incarner (pas comme un ongle) au quartier St Jacques et son extension, cependant sans l'enthousiasme de certains étudiants en droit, de leurs familles qui ont des préventions quant à la population chamarrée et bigarrée qui s'y trouve.Et les défenseurs du théâtre municipale, qui ne veulent pas qu'il devienne un amphi. Il faut reprendre tout ça en main et ne pas essayer de convaincre mais de persuader. Ainsi quoi de mieux qu'une autre campagne d'affichage plus "punchy" que celle diffusée par la maire de Perpignan

Une campagne à l'image de la figure de proue de cette institution, cassant les codes "what's the fac koa!" et campée par le Belmondo de l'enseignement supérieure, un truc qui en jette: une réinterprétation de l'affiche du film de Phillippe de Broca, "Le Magnifique"! 

Car enfin Fabrice Lorente, c'est un peu notre Bob Sinclar à nous!

 

Perpignan/Université: la campagne de dénigrement n'était que le premier volet pour une campagne de promotion anti-préjugés pour l'image de la fac! interview Fabrice Lorente par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2017/05/perpignan/universite-la-campagne-de-denigrement-n-etait-que-le-premier-volet-pour-une-campagne-de-promotion-anti-prejuges-pour-l-ima

 

Perpignan:une campagne publique de dénigrement de l'université, à qui profite la pub! par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2017/05/perpignan-une-campagne-publique-de-denigrement-de-l-universite-a-qui-profite-la-pub-par-nicolas-caudeville.html

Partager cet article
Repost0