Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

27 novembre 2018 2 27 /11 /novembre /2018 15:39

Ayé, le non événement a eu lieu, le président s'est exprimé après le samedi orageux qu'ont mené à Paris les gilets jaunes. On aurait pu l'écrire avant qu'il le dise." What did you expect ?" A quoi, vous vous attendiez? Il a beau être Picard et amiénois de surcroît, ce n'est pas le général Leclerc à Koufra:

 https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Koufra

Emmanuel Macron est juste là où on l'attend!

Sans surprise, il se pointe dans son costume qu'on peut se payer si on trouve du travaille en traversant la rue, parce que j'ai pas peur de ton T-shirt! 

Il entend la colère, mais il garde le cap !Bref, il veut toujours faire  SCHWEPPES avec nous!

Les français vivent la corrida avec Macron, mais rien ne changera: il compte bien continuer de planter des banderilles, et nous de saigner! Mais combien de temps, ça peu saigner un taureau? Y'a des règles? 

Celui-la ne changera rien jusqu'à ce que la colère qu'il ne fait qu'entendre ne lui fasse mal aux tympans!

Les gilets jeunes doivent mettre la barre encore plus haut . Car comme disait Al Capone “On peut obtenir beaucoup plus avec un mot gentil et un revolver, qu'avec un mot gentil tout seul." 

 

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2018 4 18 /10 /octobre /2018 15:50


"Perpignan : Jean-Marc Pujol "prêt pour le combat des municipales"
Le maire Républicains de Perpignan fait un pas de plus vers une candidature lors des élections municipales de 2020. 
Jean-Marc Pujol sera-t-il candidat lors des élections municipales de 2020 ? Cette question devrait dans les prochaines semaines se transformer en affirmation tant l'hypothèse d'une candidature semble prendre forme. Dans un entretien accordé à L'Indépendant et alors que le premier magistrat s'apprête à réorganiser son cabinet et ses équipes, le maire de Perpignan ne fait guère de mystère sur sa décision. "Je suis prêt pour la bataille. Je mets en place une infrastructure de combat. Je porte des valeurs d'unité et de rassemblement. Je ne suis pas dupe, même en faisant l'union de la droite, du centre et de la LREM, cela sera difficile mais j'assume mes responsabilités". 

Alors que les candidatures du frontiste Louis Aliot et du député LREM Romain Grau ne font plus de mystère, celle de Jean-Marc Pujol, qui pourrait partir en campagne après les élections européennes de mai 2019, rebat les cartes à dix-huit mois du scrutin. 

Julien Marion" 

Perpignan ! Perpignan outragée ! Perpignan brisée ! Perpignan martyrisée ! mais Perpignan encore loin d'être libérée ! Dans une interview de l'excellent confrère de l'indépendant Julien Marion et dans la vidéo le maire Jean-Marc Pujol annonce "qu'il faut toujours être prêt" . Alors prêt à quoi me répondrez-vous avec un regard plein d'anxiété que je saurais comprendre.  Mais à servir "l'intérêt général et Perpignan" pardi ! 

Il rappelle dans la vidéo qu'il est à la fois la droite et le centre . Et en même temps, il a quelque chose en lui de Macron puisque "de nombreux électeurs de Fillon ont voté" Emmanuel 

Et puis des qu'il s'agit de rassembler, de réunir et de servir les perpignanais , il y a toujours, surgi face à la Tramontane, le vrai héros de tous les temps , (non pas Bob Maurane!), Jean-Marc Pujol contre tous chacals, l'aventurier contre tous guerriers! 

Parce que Jean-Marc a su "rester un homme libre par rapport à ses choses là" . Il a su garder "sa liberté de pensée" . Parce que aussi, "les valeurs qu'on peut porter, elle nécessitent qu'on se prépare au combat!"


"Die Werte, die wir tragen können, erfordert, dass wir uns auf den Kampf vorbereiten!"comme ont dit en Allemand.

Oui, parce que Jean-Marc est trop jeune pour faire parti de la France Libre, mais avec d'autre résistants comme le maire Nice Estrosi, ils ont monté " La France audacieuse" qui se tient prête à collaborer avec Emmanuel Macron sur un signe!  

Parce que Jean-Marc, en tant que comptable et maire, il porte des valeurs, comme d'autres portent des valises :sous les yeux !

Ha les valeurs, c'est important ça les valeurs! Oui, les valeurs, mais lesquelles? Les valeurs de la droite, c'est quoi? L'argent, le BTP, la conservation des gravats du patrimoine, fermer l'école des beaux arts, déconstruire le théâtre municipale où la bourse du travail pour des étudiants en droit qui ont peine à arriver au centre ville? C'est l’asphyxie des commerces du cœur de ville ? C'est raser des parcs entiers pour y mettre un mobilier urbain froid et du béton? C'est couper des grands arbres partout pour les remplacer par des arbres faméliques déjà à l'agonie minéralisant un peu plus la ville?Une ville où la flânerie et les airs de repos gratuite, comme les bancs sont impossible  Les valeurs de la droite, c'est une ville sale, une ville insécure ?

La liste des valeurs de la droite serait trop longues

Monsieur Pujol les mauvaises langues racontent: qu' "il y a encore des affaires à faire et du BTP à stimuler!" . Ou alors qu'avec le réchauffement climatique "qu'il fait trop chaud à Marrakech!"

Vous êtes dans la politique et les affaires depuis trop longtemps! Et il ne semble pas que votre règne ait pu apporter bonheur et prospérité à cette ville et ses habitants . Donc, ayez pitié ! Oui, pitié: c'est ce qu'on demande à un prédateur. Il y a d'autres lieux à ravager.   Donc à l'avenir, ayez l'obligeance de vous abattre ailleurs!

Perpignan/Municipales 2020: Jean-Marc Pujol prêt à repartir au combat pour donner à Perpignan ce qu'il y a de meilleur, la patrie et l'intérêt génial, à non général! par Nicolas Caudeville
Perpignan/Municipales 2020: Jean-Marc Pujol prêt à repartir au combat pour donner à Perpignan ce qu'il y a de meilleur, la patrie et l'intérêt génial, à non général! par Nicolas Caudeville
Partager cet article
Repost0
29 septembre 2018 6 29 /09 /septembre /2018 20:33

DES AILES & DES BULLES SAMEDI 22 ET DIMANCHE 23 SEPTEMBRE 2018 AU MAS PALEGRY 
« Des Ailes et des Bulles » avec les dessinateurs :

Stanislas BARTHELEMY (Victor LEVALLOIS, Toutinox… )
Francis NICOLE (Missions Kimono)
Seulement le samedi

Christophe GIBELIN (les ailes de Plomb, Typhoon…)
***

Roman

Michel BARBE

« Quand le vent soufflait dans les haubans »

Histoire

Louis BASSERES

« l’épopée Latécoère et la base aéronavale à Saint Laurent de la Salanque 1924-2015 »

Photographie

Rémy MICHELIN

« de Plumes et de Fer »…

Le taulier Marc Noetinger nous fait la bande annonce . Et comme il nous a présenté Stanislas l'excellent auteur entre autre "du perroquet des Batignoles https://fr.wikipedia.org/wiki/Stanislas_Barth%C3%A9l%C3%A9my

Perpignan: la BD, s'était déjà le week end dernier au Mas Palégry avec '' des ailes et des bulles"! interview de Stanislas et Marc Noetinger par Nicolas Caudeville
Perpignan: la BD, s'était déjà le week end dernier au Mas Palégry avec '' des ailes et des bulles"! interview de Stanislas et Marc Noetinger par Nicolas Caudeville
Perpignan: la BD, s'était déjà le week end dernier au Mas Palégry avec '' des ailes et des bulles"! interview de Stanislas et Marc Noetinger par Nicolas Caudeville
Perpignan: la BD, s'était déjà le week end dernier au Mas Palégry avec '' des ailes et des bulles"! interview de Stanislas et Marc Noetinger par Nicolas Caudeville
Perpignan: la BD, s'était déjà le week end dernier au Mas Palégry avec '' des ailes et des bulles"! interview de Stanislas et Marc Noetinger par Nicolas Caudeville
Perpignan: la BD, s'était déjà le week end dernier au Mas Palégry avec '' des ailes et des bulles"! interview de Stanislas et Marc Noetinger par Nicolas Caudeville
Perpignan: la BD, s'était déjà le week end dernier au Mas Palégry avec '' des ailes et des bulles"! interview de Stanislas et Marc Noetinger par Nicolas Caudeville
Perpignan: la BD, s'était déjà le week end dernier au Mas Palégry avec '' des ailes et des bulles"! interview de Stanislas et Marc Noetinger par Nicolas Caudeville
Perpignan: la BD, s'était déjà le week end dernier au Mas Palégry avec '' des ailes et des bulles"! interview de Stanislas et Marc Noetinger par Nicolas Caudeville
Perpignan: la BD, s'était déjà le week end dernier au Mas Palégry avec '' des ailes et des bulles"! interview de Stanislas et Marc Noetinger par Nicolas Caudeville
Perpignan: la BD, s'était déjà le week end dernier au Mas Palégry avec '' des ailes et des bulles"! interview de Stanislas et Marc Noetinger par Nicolas Caudeville
Perpignan: la BD, s'était déjà le week end dernier au Mas Palégry avec '' des ailes et des bulles"! interview de Stanislas et Marc Noetinger par Nicolas Caudeville
Perpignan: la BD, s'était déjà le week end dernier au Mas Palégry avec '' des ailes et des bulles"! interview de Stanislas et Marc Noetinger par Nicolas Caudeville
Perpignan: la BD, s'était déjà le week end dernier au Mas Palégry avec '' des ailes et des bulles"! interview de Stanislas et Marc Noetinger par Nicolas Caudeville
Perpignan: la BD, s'était déjà le week end dernier au Mas Palégry avec '' des ailes et des bulles"! interview de Stanislas et Marc Noetinger par Nicolas Caudeville
Perpignan: la BD, s'était déjà le week end dernier au Mas Palégry avec '' des ailes et des bulles"! interview de Stanislas et Marc Noetinger par Nicolas Caudeville
Perpignan: la BD, s'était déjà le week end dernier au Mas Palégry avec '' des ailes et des bulles"! interview de Stanislas et Marc Noetinger par Nicolas Caudeville
Perpignan: la BD, s'était déjà le week end dernier au Mas Palégry avec '' des ailes et des bulles"! interview de Stanislas et Marc Noetinger par Nicolas Caudeville
Perpignan: la BD, s'était déjà le week end dernier au Mas Palégry avec '' des ailes et des bulles"! interview de Stanislas et Marc Noetinger par Nicolas Caudeville
Partager cet article
Repost0
15 septembre 2018 6 15 /09 /septembre /2018 20:26

A la base Jean-Marc Pujol a beau s'appeler Pujol (petite colline en catalan ) , Jean-Marc se sent plus pieds noirs que catalan http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/article-drapeaux-en-berne-a-la-mairie-jean-marc-pujol-est-il-un-maire-communautariste-par-nicolas-caudevil-116428208.html. Et puis après , il se sens plus comptable que catalan. Et s'il en restait encore, il serait plus basket que catalan, quand il ne donnerait pas tout Perpignan pour du BTP . Jean-Marc , c'est le genre à débouler à Madrid pour chercher des investisseurs et dire au premier représentant local que Franco a beaucoup fait pour l'Espagne.

Parce que oui,  l'autodétermination de la Catalogne ,  ça lui rappelle furieusement l'auto-détermination de l'Algérie. Et si par on ne sait quel débordement, après l'indépendance de la Catalogne sud , les suds catalans annexaient la Catalogne Nord, il cauchemarde à l'idée de se retrouver encore "une main devant, une main derrière", "la valise ou le cerfeuil " . Dans ses nuits les plus tourmentées, il se réveille en sueur au fond de son lit en hurlant , après avoir rêvé que le président Macron, un képi sur la tête lui ait dit : "Je vous ai compris!" 

Mais il est maire de tous les perpignanais.

Et lorsque le directeur de Visa pour l'image a décrété, qu'il n'y aurait pas d'expositions sur les "événements de Catalogne" . Une poignée de catalans insoumis avec pour le plus réactif d'entre eux, le gaulois Ramonfaurix ont mis en place dans la ville toute  une série de contres expos, avec pour sujet, ce qui n'était  que ,d'après Leroy de Visa que: "quelques drapeaux" .Ceci entraînant cela, le président de la Généralitat en fonction a fini par venir à Perpignan pour les visiter (saluant au passage, celles de Ramonfaurix) .

Jean-marc même si c'est pas sa came, les présidents catalans et leur indépendance, il sait que la politique, c'est savoir gérer ses contradictions!

Alors, tout sourire, il a reçu le président Quim Torra, un ruban jaune à la boutonnière pour lui remettre la médaille de la ville"Au nom des solidarités qui nous unissent, j’ai remis la médaille d’Or de la Ville au président de la Generalitat"… http://www.jeanmarcpujol.fr/2018/08/j-ai-remis-la-medaille-d-or-de-la-ville-au-president-de-la-generalitat.html. Il pense que les voix catalanistes , toutes peu nombreuses qu'elles sont, plus celles des sympathisants du rugby, de la cargolade, des randonneurs qui aiment monter au Canigou, de ceux, encore qui aiment le rouge et le jaune (ceux qui aiment le rouge et le noir sont des tenants de Stendhal, voir pour les plus radicalisés de Jeanne Mas) , et ben ça fait assez de voix pour être réélu maire de Perpignan.#ilnefautpasinsulterlavenir  .

Mais là où cela ne devait lui coûter qu'une poignée de main, un sourire figé, une breloque made in china et quelque olives...il tombe sur un ibère rigoureux , son excellence l'ambassadeur d'Espagne!

Fernando Carderera-Soler est ambassadeur d'Espagne en France; et il n'est pas du tout content de la réception par le maire de la "fidelissima" ville de Perpignan du président de l'encore "autonomie" catalane, encore fille de l'Espagne et de son roi.https://www.lindependant.fr/2018/09/14/catalogne-ruban-jaune-lambassadeur-despagne-repond-au-maire-de-perpignan,4697545.php. D'autant que le président Macron lui a déjà choisi le camp espagnol du temps de Rajoy pour des raisons à la fois économiques et de diplomatie européenne.

"Fernando Carderera-Soler a rappelé qu'il avait "déploré le port d'un symbole qui divise qui ne représente pas l'opinion de la majorité des Catalans et qui remet en question le caractère démocratique de mon pays".

L'ambassadeur d'Espagne confirme ainsi les reproches faits au maire de Perpignan dans une lettre adressée en date du 4 septembre et dévoilés par L'Indépendant cette semaine.

Dans sa réponse à la réponse à l'ambassadeur d'Espagne, Jean-Marc Pujol a confirmé son acte "de solidarité envers les élus catalans" fait dans un "cadre légal et démocratique".

Et voilà Jean-Marc embarqué malgré lui dans les "chikayas" de la diplomatie ; bien loin de ses colonnes comptables, Héros de la révolution catalane malgré lui!

" Mais que diable allait-il faire dans cette galère ?" comme disait Molière dans la bouche de Géronte. 

"SCAPIN : C'est à vous, Monsieur, d'aviser promptement aux moyens de sauver des fers (115) un fils que vous aimez avec tant de tendresse. GÉRONTE : Que diable allait-il faire dans cette galère ?" Les Fourberies de Scapin de Molière (scène VII) 

Mais voilà, l'opportunisme qu'il croyait sans conséquence s'est retourné contre les lui : adieu , vaches cochons  couvées et investissements à Madrid!

Mais il a désormais le soutien des catalanistes d'ici et comme disait Lafontaine (pas Brice) dans le lion et le rat: "on a toujours besoin d'un plus petit que soi!" 

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2018 7 09 /09 /septembre /2018 19:23

L'artiste plasticien Frédéric Iriarte est de Perpignan https://fr.wikipedia.org/wiki/Fr%C3%A9d%C3%A9ric_Iriarte .Il a fait ses études d'art aux regrettés beaux arts de Perpignan, fermés il y a 2 ans par le maire Jean-Marc Pujol . 

 Il est aussi l'organisateur depuis plusieurs année en Suéde du "Beat poet festival" à Stockholm. Les poêtes du rythme viennent en ville à partir du 12 septembre, il y aura des lectures de Beat Poetry à Stadsbiblioteket à Stockholm à 12h00, par l'international Beat Poets
mettant en vedette BEAT POET LAUREATES de Suède et des États-Unis https://biblioteket.stockholm.se/kalender/stockholm-beat-poetry-festival-p%C3%A5-stadsbiblioteket

Frédéric Iriarte était en direct pour l'archipel contre attaque pour présenter son travail d'aménagement urbain en terme de jardin et de parc et simultanément de création artistique qui ré-enchante la ville et crée, mieux que du "vivre ensemble", du"faire société". Avant la fermeture des beaux-arts de Perpignan, il avait proposé de créer une section" désign touristique". Aucunne réponse de la part de la mairie de Perpignan. Il a aussi dessiné un projet pour le futur musée Cuguhéneim d'Helsinki

Partager cet article
Repost0
19 août 2018 7 19 /08 /août /2018 16:02
Gitans Perpigan dans un article du New-York Time
crédit photo Dmitry Kostyukov

Adam Nossiter le journaliste New-york Time est venu à Perpignan enquêter sur le quartier St Jacques du vendredi 4 août au dimanche 5 avec le photographe Dimitry Kostyukov (voir le magnifique protfolio dans l'article du NYT ) voici ce qu'il a écrit https://www.nytimes.com/2018/08/18/world/europe/catalan-gypsies-perpignan-france.html
 

"Les gitans catalans, uniques et assiégés, résistent à la réduction des habitations"

Ce sont d'abord les 20 vieilles maisons démolies il y a plusieurs années. 13 balcons du 19ème siècle sont tombés en juin, avec des balcons en fer forgé et tout ce qui ne laissait que l'asphalte nu cuire à la chaleur estivale à Perpignan, une ville proche de la frontière espagnole et proche de la côte méditerranéenne.


Enfin, les habitants du vieux quartier Saint-Jacques de la ville avaient suffisamment souffert. Plus de 50 logements dans leur quartier ont été réduits en ruines depuis 2015.


À la fin du mois dernier, ils se sont rassemblés sur l’ancienne place du district, en haut d’une colline, alors qu’une excavatrice de la ville faisait un autre gâchis de briques et de fragments de murs déchiquetés à proximité.


Des dizaines de personnes ont défilé jusqu'à la préfecture, le représentant du gouvernement central, demandant à être entendu. L'hôtel de ville a reculé. La pelle a été retirée, les démolitions ont été stoppées

Ce qui a rendu les événements exceptionnels, ce n’est pas seulement la présence d’un des quartiers les plus pauvres de France. C'était également une manifestation d'une population unique, que les médias et les universitaires français appellent universellement les "gitans", ou les gitans.


Les Tsiganes de Perpignan, qui parlent le catalan, semblent être distincts sur le plan culturel de la population plus large des Roms, parfois aussi appelés Tsiganes, mais ils sont à bien des égards non moins décriés et marginalisés en France.Saint Jacques, avec ses 3 000 à 5 000 habitants, est le plus grand quartier gitan de la métropole, une plaie pleine de pauvreté et de chômage.

Pourtant, dans sa lutte contre la destruction de son voisinage, la communauté a trouvé de l’aide auprès des conservateurs locaux et s’est alliée aux voisins nord-africains, avec lesquels elle s’est heurtée par le passé. La communauté a également mobilisé ses jeunes, dont 90 pour cent sont sans emploi et beaucoup d'entre eux traînent dans la rue après le coucher du soleil.


"Si vous donnez un coup de pied à un chien en colère, il vous mordra et il ne lâchera pas", a déclaré Alain Giménez, un dirigeant de la communauté, comme d'autres personnes qui s'étaient rassemblées à la Place du Puig, Catalan, acquiesça de la tête

"Alors, qu'est-ce que nous sommes ici, rien? Ils disent que nous sommes sales », a déclaré M. Giménez, qui s’appelle« Nounourse », ou ours en peluche, se moquant de sa propre portance. "Le problème est qu'ils ne nous parlent pas, ils disent juste que nous sommes sales."


La trêve réalisée avec la ville à la suite des démolitions n'est que temporaire, a déclaré Jean-Bernard Mathon, chef de la société locale de préservation. Au moins 37 autres bâtiments à Saint-Jacques devaient descendre, a-t-il ajouté.


"Ce que nous voulons, c'est la réhabilitation de l'ancien noyau", a déclaré M. Mathon. "Ce qu'ils veulent faire, c'est démolir. Mais ils n'ont rien reconstruit. C'est hideux. "


"Ce que nous voulons, c'est la réhabilitation de l'ancien noyau", a déclaré M. Mathon. "Ce qu'ils veulent faire, c'est démolir. Mais ils n'ont rien reconstruit. C'est hideux. "

M. Bern a écrit sur les réseaux sociaux qu'il était "scandalisé et choqué par les images de destruction dans le centre de Perpignan" et a promis "son soutien et sa solidarité".


Les défenseurs de la préservation  pointent vers les balustrades délicates du balcon, les moulures incisées du toit, la porte de temps en temps vieille de plusieurs siècles et le réseau routier médiéval complexe, et incitent à la rénovation plutôt qu'à la démolition.

Pourtant, dans un pays avec pleins de quartiers historiques à n'en savoir quoi faire ou avec quoi avoir de l'argent, Saint-Jacques est un vilain petit canard.


Le quartier est, frontière dans une frontière - l’Espagne est à seulement 20 miles - est vulnérable et les Tsiganes catalans, historiquement victimes de discrimination, se sentent eux aussi menacés.


Les Tsiganes de Perpignan parlent le catalan depuis le 16ème siècle, mais sont présents en semi-nomades dans cette région depuis le 14ème ou le 15ème siècle, a déclaré M. Mathon, défenseur du patrimoine.

 

Ils ont acquis des domiciles fixes seulement à la fin des années 1930, lorsque les Juifs ont été chassés de ce district pendant la Seconde Guerre mondiale.

M. Mathon a déclaré que les Gitans de Perpignan ne semblent pas avoir un lien ethnique avec les populations roms d'Europe de l'Est. D'autres sont d'accord.

"Les Roms ou les Tsiganes de Roumanie et de Bulgarie ne sont pas venus à Perpignan", a déclaré le principal sociologue de Perpignan, Alain Tarrius, professeur émérite à l'Université de Toulouse.

Dès que vous montez à Saint-Jacques depuis le centre-ville prospère de Perpignan, vous entrez dans un autre pays. Saint-Jacques a été construit au Moyen Age avec une grille étroite de maisons blotties les unes contre les autres.

Aujourd'hui, il manque de gros morceaux de plâtre et de peinture sur les façades. Les volets sont fermés. Des habitations hautes et étroites se rassemblent dans des rues escarpées qui plongent vers l’horizon, avec les Pyrénées au loin.

Le soleil méditerranéen ne peut pas pénétrer l'ombre profonde. La buanderie est suspendue aux fenêtres et des poutres en acier jettent un pont sur les ruelles, soutenant les bâtiments. Les nettoyeurs de rue de Perpignan ne semblent pas se rendre à Saint-Jacques.

Tard dans la nuit, alors que la ville en dessous dort sous ses toits de tuiles oranges, les rues de Saint-Jacques sont vivantes avec des enfants, des grands-mères vêtues de noir assises sur des chaises en plastique et des hommes à la taille en été.


Les habitants vous préviennent de ne pas les déranger avant 18h. parce que la plupart vont dormir.

Les démolitions ont marqué le quartier avec des carrés "inutiles" - le mot de M. Mathon - mais son tissu social est intact.

"Regardez, il y avait une école là-bas", a déclaré Josiana Cargol, en montrant une place maintenant vide. "Ils coupent toutes les maisons. Est-ce correct? S'il y a plus de démolition, ils vont tous nous expulser. 

L'argument de la ville pour les démolitions est simple et tourne autour des chiffres. Soixante pour cent de la population du district vit en dessous du seuil de pauvreté. Quarante pour cent des logements sont vacants. Le chômage global est de 70%. Beaucoup d'enfants sautent l'école. Il est moins coûteux de reconstruire que de rénover.


"Vous ne pouvez pas laisser les gens vivre dans des conditions insalubres, simplement parce que c'est pittoresque", a déclaré Olivier Amiel, responsable de la reconstruction de Saint-Jacques, pour lequel 100 millions d'euros, soit environ 113 millions de dollars, avaient été fixés. de côté. "Compte tenu de l'urgence des conditions, nous ne pouvons pas attendre que ces débats esthétiques aient lieu", a-t-il déclaré.

"Ce programme est une dernière chance pour la communauté", a déclaré M. Amiel, qui a ajouté que plus de 50 réunions avaient eu lieu avec des représentants de la communauté. "Vous pouvez avoir de la conservation sans geler les choses", a-t-il déclaré, soulignant l'effondrement dangereux de plusieurs bâtiments.


M. Amiel a indiqué que 588 logements devaient être démolis, "restructurés" ou remis en état et que 312 nouveaux logements seraient construits. Mais M. Mathon dit qu'il n'y a pas eu de nouvelle construction où les maisons ont été démolies.


"Ils pensent que nous voulons les chasser du district, mais cela n’a jamais été notre intention", a déclaré le vice-maire, Pierre Parrat, dans son bureau à l’hôtel de ville, un élégant édifice du XIVe siècle situé en aval de Saint-Jacques.

"Ils ne vivent pas comme nous", a poursuivi M. Parrat. "Ils ont une notion différente de l'espace public", a-t-il déclaré, mettant en cause l'introduction du revenu minimum garanti de la France pour les problèmes du quartier. "Ils ont dit:" D'accord, nous n'allons pas travailler. "Et cela s'est retourné contre eux."


Les habitants du quartier, a-t-il dit, constituent un groupet attrayant, mais ils ont tendance à s’énerver pour rien».

La peur est réelle, cependant. Les Tziganes de Perpignan sentent l’université en expansion en contrebas se presser contre eux.

Les fonctionnaires veulent faire tomber le quartier, a déclaré Valérie Cargol, devant sa maison impeccablement entretenue dans une rue escarpée de Saint-Jacques. "Mais ils ne doivent pas."

Les fonctionnaires remettent en cause l'hygiène des gitans, mais la cuisine de Mme Cargol était étincelante.

"Il est là depuis 150 ans. Alors pourquoi casser le tout? "Demanda-t-elle. "Pause, pour quelle raison?"


Paul Orell, 34 ans et sans emploi, a déclaré qu'il était impatient de participer à la reconstruction du quartier. "Ces maisons étaient habitées par nos grands-parents", a-t-il déclaré. "Nous avons été abandonnés."


Avec les nouvelles ruines de la place du Puig derrière lui - «Beyrouth», comme certains l’appellent - Nick Giménez, un des anciens de la communauté, a déclaré: «Nous sommes nés ici. S'ils nous expulsent, nous sommes morts. "

.

 

Voir aussi:

Perpignan: dans le silence de la chaleur de l'été la mairie de Perpignan détruit du patrimoine bâti et l'identité gitane roussillonnaise au quartier St Jacques! interviews d'habitans gitans et un payou par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2018/08/perpignan-dans-le-silence-de-la-chaleur-de-l-ete-la-mairie-de-perpignan-detruit-du-patrimoine-bati-et-l-identite-gitane-roussillonnaise.html

Perpignan/ St Jacques: lorsqu'on veut abattre le patrimoine, on ne dit pas qu'il a la rage, mais qu'il est ''insalubre''! interview Jean-Bernard Mathon

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2018/08/perpignan/st-jacques-lorsqu-on-veut-abattre-le-patrimoine-on-ne-dit-pas-qu-il-a-la-rage-mais-qu-il-est-insalubre-interview-jean-bern

Perpignan / destruction du centre ancien: ''Ce n'est pas en charcutant la ville que l'on va résoudre les problèmes des quartiers'' interview Olivier Poisson par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2018/06/perpignan/destruction-du-centre-ancien-ce-n-est-pas-en-charcutant-la-ville-que-l-on-va-resoudre-les-problemes-des-quartiers-intervie

Perpignan/destruction du patrimoine de St Jacques:le pourquoi du comment du Bern'out d'Olivier Amiel et la discrétion de Jean-Marc Pujol! par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2018/06/perpignan/destruction-du-patrimoine-de-st-jacques-le-pourquoi-du-comment-du-bern-out-d-olivier-amiel-et-la-discretion-de-jean-marc-p

Partager cet article
Repost0
2 août 2018 4 02 /08 /août /2018 15:58

Jean-Bernard Mathon est président de l'ASPAR auparavant directeur du centre de conservation et de restauration du département (CD66) et conservateur des antiquités et objets d'art des P-O. il a cessé toutes ces fonctions depuis le 1er janvier 2018. , il ne lacha pas la rampe et il est pour les habitants du quartier St Jacques de Perpignan dont le patrimoine bâti est menacée, une personne ressource . Parce que bien que le Maire LR de Perpignan Jean-Marc Pujol ait l'air de l'oublier , tant en matière d'urbanisme, qu'en matière de patrimoine: il y a des règles, voir même des lois. Et on ne fait pas n'importe quoi selon les caprices du prince et les intérêts du BTP.Interview de Jean-Bernard Mathon en vidéo plus bas

 

 

"Perpignan / Saint-Jacques : une révolte pour la dignité.
La démolition de l'îlot Place du Puig a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Vendredi après-midi, les habitants du quartier, dans leur diversité (et donc pas que les gitans) se sont levés spontanément et ont bloqué le chantier de démolition. C'est la 1ère fois depuis longtemps (depuis jamais) que l'on n'avait pas vu un tel mouvement pour dénoncer le mépris, l'absence de considération, d'information, de concertation. Et contrairement à ce qui a été affirmé ici ou là, ils ne sont manipulés par personne. J'aurai tendance à dire que ce qui se passe est historique.
Face au blocage de la situation le préfet a décidé d'organiser une réunion, en présence du maire pour recevoir une délégation hier soir. 
La délégation, composée de 12 personnes, a été désignée par l'assemblée réunie place du Puig hier à 17h30. Elle s'est rendue à la préfecture, accompagnée de dizaines d'habitants de Saint-Jacques.
Les membres de la délégation ont exposé de façon très claire la situation du quartier, ont dénoncé le manque d'information et de concertation,ont dénoncé les pratiques de la municipalité, fait part de leur refus des démolitions, exigé une vraie réhabilitation et que les habitants soient relogés sur place.
Le maire s'est défendu en déclarant qu'il fallait démolir pour reconstruire, que la réhabilitation ça coutait trop cher et que si on ne poursuivait pas la démolition engagée on perdrait les subventions de l'Etat.
En définitive il a été reconnu par le préfet (et un peu par le maire) qu'il y avait eu manque d'information et de concertation (ce que l'on répète depuis des mois !).
En conclusion il a été décidé que la démolition de l'îlot Puig est suspendue dans l'attente d'une réunion des services de la préfecture et de la mairie avec des représentants du quartier pour exposer, dans le détail ce qui est déjà acté avec l'ANRU et ce qui sera négociable. 
Donc, rien n'est joué, mais un petit pas a été fait. Il faut que les habitants de Saint-Jacques restent mobilisés et qu'une dynamique de propositions se mette en place pour contrer les projets de démolition."

Perpignan/ St Jacques: lorsqu'on veut abattre le patrimoine, on ne dit pas qu'il a la rage, mais qu'il est ''insalubre''! interview Jean-Bernard Mathon
Perpignan/ St Jacques: lorsqu'on veut abattre le patrimoine, on ne dit pas qu'il a la rage, mais qu'il est ''insalubre''! interview Jean-Bernard Mathon
Perpignan/ St Jacques: lorsqu'on veut abattre le patrimoine, on ne dit pas qu'il a la rage, mais qu'il est ''insalubre''! interview Jean-Bernard Mathon
Partager cet article
Repost0
8 juillet 2018 7 08 /07 /juillet /2018 20:38

Au moment où pour les prochaines élections municipales de Perpignan,  semble vouloir se mettre en marche (sauf le Rassemblement National ) , que reste-t-il de la gauche ?

Chez les "insoumis" locaux, on a deux personnes identifiables qui semblent être seuls dans le collectif pour se présenter. Chez les communistes, le soutient à Françoise Fiter semble un murmure. Les socialistes ont carrément disparu . Et verts comme Agnés Langevine ne se positionnent pas sur Perpignan, alors qu'elle en est pour le moins une habitante , comme son mari Jean Codognés . 

Alors reste une gauche visible à Perpignan . Une gauche citoyenne semble s'être rassemblée sous la bannière de "Nou s Perpignan" (avec un jeu de mots , le mot nou , "nouveau" en catalan)

Incarnés dans cette vidéo par Caroline Forgues issue de la profession libérale de l'environnement et l'association citoyenne "vélo en têt" , Nicolas Berjoan professeur d'histoire à l'université de Perpignan, et Timéa handicapée visuelle fortement investi dans les mouvements contre la précarité

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2018 5 06 /07 /juillet /2018 15:07

L'affaire des vignerons natures japonais prend de l'ampleur par sa médiatisation qui a dépassé le simple cadre des Pyrénées-Orientales et même national . Les soutiens de personnes politiques se sont multipliés eux aussi, tant la situation semblait ridicule.

Et elle est même remontée à l'ambassade du Japon en France, qui a fait passer le message suivant : s'il n'y avait pas régularisation de la situation de la situation du couple nippon, l'ambassade du Japon se chargerait de faire remonter l'information , en invitant ledit couple à Paris à la garden party de l’Élisée à laquelle sont conviés les ambassadeurs chaque 14 juillet! 

L'affaire est donc réglée, les japonais ne seront pas expulsé! #banzaÏ

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2018 3 04 /07 /juillet /2018 15:59

Dans les Pyrénées-Orientales, et particulièrement à la préfecture: on se souvient toujours de ce qu'on fait les japonais (même si ce n'était pas en France) ! Rien à foutre de Goldorak et du club Dorothée: un japonais reste un japonais! 

Alors lorsque le dossier d'un couple de vignerons natures arrive sur le bureau d'un des employés de la représentation de l'état en Roussillon, l'affaire pour lui est clair, et sa réponse immédiate: allez voir au pays du soleil levant si j'y suis ! 

 Rié et Hirofumi sont-ils les nouveaux époux Rosenberg?

"Ethel Rosenberg et son époux Julius Rosenberg sont un couple de new-yorkais communistes arrêtés pour espionnage au profit de l’URSS. Julius est arrêté le 17 juillet 1950 et Ethel le 11 août. Ils sont jugés coupables le 5 avril 1951 et exécutés sur la chaise électrique le 19 juin 1953 dans la prison de Sing Sing.

Cette affaire d’espionnage a lieu durant la Guerre froide. En 1945, les États-Unis ont l'exclusivité de la bombe atomique mais l’URSS peut se doter dès 1949 de cette technologie, en partie grâce à l'espionnage. Le sénateur Joseph McCarthy lance ce qui fut appelé le maccarthysme, une « chasse aux sorcières » qui dura de 1950 à 1953 et qui visait les sympathisants, militants ou agents communistes, qui étaient poursuivis par le House Un-American Activities Committee (HUAC).

La condamnation à mort des époux Rosenberg pour espionnage, alors qu’ils avaient toujours clamé leur innocence, attire des appels internationaux à la clémence et une campagne très médiatisée parlant d'un complot et d'une erreur judiciaire. Les époux Rosenberg sont d’ailleurs les seules personnes condamnées à mort puis exécutées pour espionnage dans le monde occidental après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Différentes sources postérieures au jugement, dont des témoignages soviétiques, confirment l’espionnage de Julius au profit de l’URSS.1. Son épouse Ethel n'aurait été qu'une auxiliaire sans grande initiative. Les derniers partisans des Rosenberg soulèvent toujours le caractère injuste d’un jugement qu'ils estiment politique."

L'avocat Jean Codognés se met à prendre leur défense et dans la foulée l'intrépide journaliste de l'indépendant Julien Marion sort l'affaire https://www.lindependant.fr/2018/06/30/un-couple-de-vignerons-japonais-installe-a-banyuls-est-frappe-par-une-obligation-prefectorale-de-quitter-le-territoire,4641657.php tournant même une vidéo dans une cave obscure à ses risques et périls ! https://www.lindependant.fr/2018/06/30/un-couple-de-vignerons-japonais-installe-a-banyuls-est-frappe-par-une-obligation-prefectorale-de-quitter-le-territoire,4641657.php

Alors les soutiens au japonais se multiplient , jusqu'au député Rassemblement National Louis Aliot dont ce n'est pas l'habitude pourtant de défendre les étrangers!

Des professionnels du vin, des élus, des citoyens, le monde est vent debout face à ce qui semble être une absurdité , Jean Lhéritier le président de slow food raconte l'histoire

Partager cet article
Repost0