Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

6 mars 2020 5 06 /03 /mars /2020 15:28

 

 
Marie Claude Auvergne, directrice de campagne du candidat Grau et grande experte en droit électoral selon lui, qui le défend dans  le magazine  Marianne pour les frais du repas.
 
Pour mémoire lors de la fraude à la chaussette, Marie Claude Auvergne, directrice des ressources humaines de la commune, fait une déclaration à BFM Perpignan pour défendre les élections : "Il est fort possible qu'ici ou là, l'application de la loi n'est pas strictement respectée... C'est très compliqué le code électoral comme malheureusement toute la législation en France..." (http:ffr.youtube.com/watch?v=TWHh90PREY) depuis effacé du site...
 
Déjà, Marie Claude Auvergne s'est illustrée :
 
- en tant que présidente du bureau de vote n°17 lors des dépouillements en menaçant professionnellement un agent communal lors des dépouillements qui soulevait des irrégularités ;
 
- en manifestant avec des maillots, imprimés au frais de la ville, "Fier d'être fonctionnaire à la commune de Perpignan" car elle s'estimait salie par le contentieux électoral.
 
A l'époque, Romain Grau était sur la liste de Codognés, voila tout le paradoxe.
Partager cet article
Repost0
4 mars 2020 3 04 /03 /mars /2020 15:38

"Tel le nain devant l'urinoir, je devais placer la barre très haut !"
Y A T-il Un Flic Pour Sauver Hollywood ? -

Ce matin (en fait , il était près de midi) je me réveillais avec les sirènes: 3 fois trois alertes.

Pour vérifier si si ce n'était pas les murs de Jéricho qui tombaient , je me branchais sur France-Bleu Roussillon pour me renseigner, il diffuser une chanson de Jordi Barre: je n'ai pas su comment l'interpréter !

La veille j'avais regardé avec un ami le débat  des municipales sur la chaîne "Via Occitanie" organisé par l'indépendant à l'indépendant avec le soutien de la radio "100% hit" . Il y avait là tous les candidats (même Romain Grau) en costume , bref on voulait jouer dans la cour des grands. C'est bien un truc des journalistes de province, copier la mise en scène parisienne, "pour faire sérieux", pour oublier au passage le fond et rester dans le grave...Dans un débat qui aura duré 2 heure (ressenti le double) , on retiendra une chambre d'échos de redondances sur la sécurité, le dynamisme économique à coup de millions et de langage techno (toujours pour faire sérieux) et de chiffres (comme disait Audiard père: "Le langage des chiffres a cela de commun avec le langage des fleurs; on lui fait dire ce qu'on veut"). Mais ça couvre le manque d'imagination des questions (On se doute, que Thierry Bouldoire eut été plus à l'aise pour commenter un match de rugby, mais quoi, sans le rosé, sans le rosé la messe nous emmerde)

Romain Grau se sentant en confiance dans un univers où les animateurs ne lui poseraient aucune question qui le mettrait en danger, babillait comme un enfant en faisant des moulinets avec ses mains.

Comme ses enfants qui miment des scènes de combat, s'incarnant dans leurs mots et leurs gesticulations, en héros de leur propre roman https://www.youtube.com/watch?v=0SmcKMQ9FGg .

Louis Aliot quant à lui, jouait la carte du crocodile au bord la rivière, tranquille comme une souche qui flotte: l'art de ne pas en dire trop pour garder la figure "du gendre idéal" .

Jean-Marc pujol, maire, était tassé comme un bon bourbon, avec des airs de Franck Drébin ("Frank" Drebin est un personnage fictif de l'équipe de police! et les films The Naked Gun joués par Leslie Nielsen. En 2008, Drebin a été sélectionné par le magazine Empire comme l'un des 100 plus grands personnages de films de tous les temps) tant dans son allure que dans ses répliques: "vous exagérez sur les coups près d'une école.Et d'ailleurs les coups de feu n'ont pas eut lieu devant l'école, mais derrière!" (C'est toujours dans détail que se niche le diable!)

Clotilde Ripoull était ,elle, flamboyante, rappelant à Romain Grau qu'il avait été longtemps 1er adjoint de Jean-Marc Pujol, avant de renier une fois de plus, un de ses énièmes "pères spirituels"...

Bref, un débat où on a rien appris, et encore rien, c'est quelque chose!

Pour voir une autre idée du débat, voir le débat du 23 janvier dernier au cinéma Castillet avec presque tous les candidats et en l’absence remarquée Romain Grau :

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2020/01/integrale-video-du-debat-des-municipales-de-perpignan-du-23-janvier-au-castillet.html

Partager cet article
Repost0
29 février 2020 6 29 /02 /février /2020 18:55
La campagne, il faut la battre tous les matins. Si tu ne sais pas pourquoi: elle , elle le sait. Le candidat LREM Romain Grau aussi, lui qui harangue les gitans  perpignanais dans un discours "pseudo" émancipateur! #larévolutiondesnems
dans un restaurant chinois le "Wok" . Officiellement, ce n'est pas le candidat qui rince et cela n'entre donc pas dans les comptes de campagnes #lescomptesEASsontilsréglés?
Comme disait Magritte le peintre surréaliste: "ceci n'est du clientélisme communautaire" !
Parce qu'on attire pas les "nounours" qu'avec du miel!
Partager cet article
Repost0
23 février 2020 7 23 /02 /février /2020 22:19
"Je ne suis pas un futur résistant, je suis un guerrier et quand je vais au combat avec mes profondes convictions, je n’épargne aucun effort pour gagner le combat .
Je ne fais pas le choix d’un parti ou d’une idéologie en particulier mais d’un homme, d’une liste et d’un programme .
Pour barrer la route à Pujol au premier tour et gagner contre Aliot Au second tour, j’étais favorable à une liste d’union.
Cette option n’ayant pas été concrétisée, je prends mes responsabilités et je rejoints donc officiellement depuis ce soir la liste de Romain Grau .
Je suis profondément convaincu que le seul scénario où Aliot pourrait perdre cette élection est celui où la liste Romain Grau arrivera seconde devant Pujol , sinon dans tous les autres cas, Aliot triomphera .
Si on gagne, je serai heureux pour Perpignan et je servirai mes concitoyens avec respect et dévouement, et si on perd, je me retirerai Définitivement de la vie politique locale ." Fouzi Bouhadi
 
"'baroud' est un mot qui vient du chleuh (), dialecte berbère du sud du Maroc où 'barud' signifiait "poudre explosive". Passé dans l'argot militaire dès 1924, il désigne un combat, une bataille."
 
"Finir est plus difficile que commencer!" disait "Personne" dans le film de Mario Corbucci "Il mio nome e' Nessuno" . C'est là tout le dilemme du vieux Fouzi Bouhadi, comment sortir par le haut de la vie politique perpignanaise. Il avait déjà traîné ses guêtres au conseil municipal sous Jean-Paul Alduy. Pas représentant communautaire avant l'heure, mais homme intégré par la cravate et le costume, le maillet et le compas. Cependant déjà féru de lancer des anathèmes pour exister comme d'autres lancent des couteaux ou crachent du feu...
 
Il fait feu de tout bois contre Aliot depuis longtemps et semble voir de l'islamophobie partout...Comme le raconte Louis Aliot dans une réponse qu'il lui fait sur le site Ouillade après sa mise en cause, il lui rappelle ses précédente mise en cause dont celle de Romain Grau : "On se souviendra de sa sortie sur l’Agence de développement économique où il mettait en cause Grau ou sa demande d’excuses publiques et la démission de Daniel Mach du poste de secrétaire départemental de l’UMP’66 pour islamophobie ! "
 
Deux heures moins le quart auparavant , il était sur le devant de la liste de Clotilde Ripoull !
 
Il lui avait vendu , les votes des quartiers nord, et de sa communauté en général. Et puis les sondages ne donnaient pas Clotilde en avance, cela sentait les heures sombres de sa place au soleil . On le voit partir à la moitié du débat des candidats du 23 janvier au Castillet http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2020/01/integrale-video-du-debat-des-municipales-de-perpignan-du-23-janvier-au-castillet.html
 
Plus tard, il passe des coup de fil pour dire comment "Clotilde Ripoull n'écoute qu'elle même et son mari!"
Sur les réseaux sociaux il raconte que n'ayant pas réussi à faire fusionner les candidats Grau et Ripoull, "face au danger Louis Aliot" , qu'il préférait partir...Puis , il annonçait son ralliement à Romain Grau...Et là il poste cette photo où il a trouvé sa place au soleil avec Romain Grau. Il faut du renouveau disent-ils. "En Marche" met en branle  toute sa jeunesse pour conquérir le trône de Perpignan . Mais pour le vieux Fouzi, il ne reste que le dernier coup à tirer...Il ferait bien de ne pas rater sa cible!
Partager cet article
Repost0
20 février 2020 4 20 /02 /février /2020 17:06

Approche, assieds-toi près de moi, ne crains rien, je ne suis pas Gabriel Matzneff. Laisse-moi te conter la légende de la naissance de Perpignan, qui va bien au-delà de celle de Rome. Tu le sais, Vénus est né d'un coquillage comme l'a peint Botticelli, mais sais-tu seulement comment est née Perpignan?

Il était une fois deux enfants, Jean-Marc  et Romain, issus de lointaines tribus barbares de Cerdagne. Orphelins de père et de mère, ils furent alors chassés par leur tribu. Ils n'eurent alors pas d'autre choix que de se diriger vers la fertile et généreuse plaine du Roussillon.

Affamés, ils errèrent des jours et des nuits. Puis, ô miracle de la vie, ils furent recueillis par la louve  Ripoll. Elle les nourrit de son lait chaud et sucré comme et miel. Ils grandirent à son contact. Ils apprirent à chasser et à survivre dans un milieu hostile peuplé de prédateurs comme l'Alio et l'Ange Vinus. Ils faisaient leur affaire des autres prédateurs de taille moyenne et sur le déclin à force de consanguinité, qui les enfants, comme vous le savez engendre la dégénérescence.

Mais très vite, Jean-Marc et Romain devinrent rivaux, il y en avait un de trop pour fonder cette ville paradisiaque, véritable vallée de miel. Mais cette rivalité leur masquait une menace que personne ne vit venir. C'était l'arrivée du méchant Tchétchène, à l'affût de fours de boulanger ou de four à pizza pour y cuire borek (sortes de feuilletés fourré au fromage de biquette ou à la viande humaine) et autres lavash (sorte de pain mou). Que va-t-il advenir de cette ville fondée par ces deux géants et génie de la politique digne de Machiavel et de Christophe Castaner?

"Mon petit, dors, le grand méchant tchétchène est en train d'aiguiser son couteau, mais ton papa veille" (Lermontov). Qui sera le papa, Jean-Marc ou Romain, voir un autre prédateur, ce sera à toi de te choisir un prince le 15 mars...

 

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2020 7 26 /01 /janvier /2020 14:34

Ce jeudi 23 janvier,en début de soirée, l’organisation du débat qui rassemblait au cinéma Castillet les candidats aux élections municipales de mars fut en tout point remarquable, de même que sa conduite. S’il fallait le qualifier, ce serait de professionnel ;bien plus d’ailleurs que les débats télévisés, mal maîtrisés, auxquels nous sommes habituellement soumis.

On y trouvait du rythme et de la tenue, et juste ce qu’il fallait d’ironie, de précision et de rigueur.

Chaque candidat ou candidate a pu s’exprimer,développer ses idées et son projet pour Perpignan. Les questions posées étaient précises et variées. Le droit de réponse d’une minute accordé au candidat mis en cause par un autre candidat était une initiative subtile qui évitait la foire d’empoigne.

Candidats et candidates ont vite mesuré leurs propos pour se consacrer au seul développement de leurs programmes respectifs.

Il ne s’agit pas pour moi, ici, d’évaluer en bien ou en mal ces programmes, mais de signaler la qualité du dispositif mis en place. Ce débat auquel assistaient des journalistes du Monde, l'AFP Toulouse et Médiapart était un acte de démocratie,suffisamment rare pour être rapporté et félicité.

Notons que le candidat Romain Grau était absent et que L’Indépendant n’a pas jugé utile d’annoncer l’événement ni même de le commenter dans ses pages papier, ou en ligne.

Cette double absence me semble être un déni de démocratie.

Dessin des candidats fait en direct du débat par Cécile Creixell
Dessin des candidats fait en direct du débat par Cécile Creixell
Dessin des candidats fait en direct du débat par Cécile Creixell
Dessin des candidats fait en direct du débat par Cécile Creixell
Dessin des candidats fait en direct du débat par Cécile Creixell
Dessin des candidats fait en direct du débat par Cécile Creixell
Dessin des candidats fait en direct du débat par Cécile Creixell

Dessin des candidats fait en direct du débat par Cécile Creixell

Perpignan:le grand débat des municipales au Castillet , philosophe Jordi Vidal commente! texte de Jordi Vidal
Partager cet article
Repost0
7 janvier 2020 2 07 /01 /janvier /2020 18:36

 

    "- Qu’est-ce qui est petit et marron ?
    - Un marron !
    - Putain il est fort, ce con."
    Kaamelott, Merlin et Elias de Kelliwic’h.

 

La présidente du conseil départementale socialiste Hermeline Malherbe a du chopper la confiance après sa nomination à la légion d'honneur (de leçons) , elle se sera senti pousser des ailes...

Mais revenons à la légion...Qui peut l’obtenir ?

"Tout citoyen français sans casier judiciaire ayant fait preuve de mérites éminents au service de la nation, à titre militaire ou à titre civil. Il faut avoir au minimum 20 années d’activité pour être distingué dans la Légion d’honneur."

La discrète présidente, n'aura pas laissé affleurer ses  "mérites éminents au service de la nation" pour qu'ainsi jaillisse la surprise de sa nomination. Notez que le maire de Perpignan, Jean-Marc Pujol est légionnaire de l'honneur lui aussi depuis plus longtemps!

https://www.legiondhonneur.fr/fr/page/la-legion-dhonneur-en-10-questions/108

Mais revenons à sa candidature à la mairie de Thuir!

Un vieux maire socialiste René Olive 82ans, ne passe pas la main tout de suite et se représente avec sur sa liste la présidente du conseil départemental: "Indep d'aujourd'hui En rejoignant la liste du maire socialiste de Thuir René Olive, candidat à 82 ans à un nouveau mandat, la présidente du conseil départemental Hermeline Malherbe a jeté le trouble et c'est le moins que l'on puisse dire. "

https://www.lindependant.fr/2020/01/06/p-o-la-presidente-du-departement-hermeline-malherbe-candidate-aux-municipales-a-thuir,8644532.php?fbclid=IwAR0-O59HFtz2PxBY5tTRPUmtMeJ3GSQsNWor8Ya2XtQ_8yDCY-An3Ginm9M

Que faut-il comprendre ?

Devenue sénatrice par la grâce de sa suppléance à la mort de Christian Bourquin en 2014, candidate aux élections sénatoriales de 2017, elle est battue par la liste du candidat Les Républicains Jean Sol à sa propre surprise.

Les socialo-communistes n'avaient conservé le conseil départemental des PO que de justesse grâce au redécoupage du regretté Christian Bourquin. La prochaine départementale de 2021 risque de leur être fatale!

Alors Faisons du "story telling" d'anticipation!

Glissée dans  la liste de Renée Olive le maire socialiste sortant qui a de bonnes chances de se faire réélire , elle pourra se faire donner les clefs de la mairie le jour où René (dire avec l'accent Québecois) voudra prendre une retraite bien méritée. C'est ce qui s'appelle garder une poire pour la soif!

 

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2020 5 03 /01 /janvier /2020 21:51
Mes chers frères et mes chères soeurs de l’an nouveau 2020
La Liste à la Con, par la voix de son ténor enroué, le professeur Shadoko, se devait, comme tout parti politique respectable et respecté, de vous présenter ses vœux à trois mois d’une échéance électorale, digne par son suspense intenable, des pires polars de gare pour cheminots grévistes.On va vite passer sur les voeux de bonheur, santé et prospérité, car seuls les benêts y prêtent une quelconque attention. Mais notre compassion universelle ira, chers concitoyens, à nos futurs candidats. N’ayant rien appris et pris des propositions majestueuses de LALLAC - pourtant gratuites et exonérées de tous impôts - ils continuent dès 2020, sur une diagonale de choix vertigineusement molle des neurones.
 
Que formuler comme voeux à Agnès Langevine, qui béatement et sourire aux lèvres, derrière ses lunettes à la John Lennon,
 
sert de la soupe aux poireaux dans des gobelets en cartons - « Parce
que c’est mieux pour la planète » - aux quelques bobos admiratifs qui passaient par là ? Que faire devant tant d’intégrité et d’idées forces ? Aller boire de l’Armagnac dans des gobelets en plastiques, les jeter à la mer et regarder crever les dauphins en leur disant : « Désolé, ils sont
vraiment trop cons ».
Que formuler comme voeux à Clotilde Ripoull, qui entourée de trois maquereaux d’un certain âge en blazer,
 
lors d’une conférence de presse, annonce la création d’un stade de 20 000 places, alors que les deux autres sont moribonds et en état de déliquescence avancée, à l’image des résultats des losers qui jouent à la baballe dans ces enceintes à pochtrons. Tant de lobbying, depuis tant d’années, pour accoucher de ça ? Faut arrêter de tendre l’oreille aux vêpres siciliennes et aux idées lumineuses des gambergeurs de foire. De l’innovation que diable !
 
Pourquoi pas une patinoire en pleine sècheresse et en plein mois d’août ? Où une piste de luge au pied du Castillet ?
 
Et la légion d’honneur à Hermeline Malherbe…
 
Quiconque a déjà vu évoluer la dame et écouter pendant des heures ses discours creux et d’une longueur désespérante, prononcés avec l’aplomb
d’une poissonnière, ne peut que se jeter d’une falaise face à la récompense à laquelle elle est promise. C’est dire si le couple Malherbe est trash, son mari se débine sur la liste de Romain Grau. C’est la villa des coeurs brisés à Perpignan.
 
Romain Grau, fait partie de nos soi-disant députés, prêts au combat pour notre République en péril. Sébastien Cazenove, son jeune acolyte, député LREM, ancien rugbyman - il faut le préciser
 
sur un CV, parce que ça fait joli - dont le courage n’a d’égal que son combat face à un maire
EHPAD, bientôt centenaire, pour la mairie de Thuir. Quel valeureux chevalier que ce Cazenove, prêt à pourfendre de sa témérité de demi de mêlée, l’ennemi bientôt sénile. On ne parle même pas de cette pauvre Laurence Gayte, qui se demande toujours comment elle en est arrivée à cette
place honorable. Elle attend impatiemment la fin de son mandat pour retourner cueillir des fèves et préparer le pot au feu.
 
Romain Grau, qui a eu le génie d’installer sa permanence dans un ancien bar à alcoolos Place Rep, pour faire populo, mais qui préfère trinquer sous les ors de la République à l’Assemblée Nationale
 
, plutôt que d’éponger le vomi de ses voisins du Bar and Britz : « Parce que c’est pas propre et que ça pue ». On devine une forte implication dans la vie locale, par ce non geste, pourtant républicain et digne de soutien, et donc de voix à prendre facilement. Sa jolie bouille de premier de la classe, avec barbe de trois semaines impose le respect au peuple. L’incarnation du
nouveau maître, prêt à distribuer les honneurs et les places bientôt vacantes à la mairie, à son entourage admiratif, se reflète dans son regard de teckel pas encore battu. Quelle force visuelle, quel Napoléon.
 
C’est comme Louis Aliot, dit « Loulou la finesse », car tout en finesse, il fait glisser du néant.
 
Aucun programme, il laisse faire les autres, compte les bouffes, part comme un jeune scout pas encore dépucelé en campagne, et mise sur son aura nationale pour écraser la concurrence.
 
Pujol, apprend beaucoup de « Loulou la finesse ». Il glande, sable le champagne à Marrakech, profite
 
encore des avantages d’une fonction qui le fait triquer, et offre des places à Disneyland Paris aux petits gitans, qui n’ont jamais eu autant de tee-shirts Mickey, ornant leurs fières poitrines gonflées aux Big Mac. Les scooters sont dépassés.
 
C’est chouette la fraternité à Perpignan. Que du vrai
bonheur et des idées qui nous tireront, à n’en pas douter, vers les sommets apaisés d’une ville riche d’une splendeur intellectuelle à nulle autre pareille.
 
Le professeur Shadoko et son conseiller aux affaires intérieures, le Devin Plombier, vous
souhaitent une merveilleuse année, aux urnes vierges de tout soupçon.
Nous, nous pompons, mais les autres rament.
 
Le Professeur Shadoko de La Liste à la Con, le 3 janvier au matin, du jour de l’An de Grace 2020
Membre de la Divinité de la Figue
Membre de l’Académie du Temps Libéré
Membre des Arts et des Loisirs
Membre des philosophes Maudits voulant le rester
Membre de l’Absinthe Club de France
Membre du Lupanar Club du Minervois
Membre des Spirites Anonymes
Partager cet article
Repost0
13 décembre 2019 5 13 /12 /décembre /2019 12:41

La campagne est molle. Peut être que parce que son miroir médiatique ne renvoit même pas le reflet d'une alouette...Ces médias et ces communicants qui sont regroupés au sein du "club de la presse et des communicants" . Déjà, ce club est sous l'égide de celui de Montpellier a qui il paie une redevance pour lequel il n'a quasiment aucun retour.  Par adhérent la cotisation est  de  50 euros par an . Avant cela permettait au moins d'avoir un local (rue Jeanne d'arc) et un permanent, maintenant plus rien : la précarité comme dans le métier j'vous dis!

Donc, il est en permanence à se chercher des endroits pour se réunir . Des bars la plupart du temps , mais ce n'est pas le meilleur endroit pour échafauder des plans de reconquête de sa liberté . Un discours au début pour introduire aux libations, et puis jusqu'à ce qu'il n'y ait plus rien à boire et un petit four à manger.

Mais du coup à quoi ça sert, me dirais-vous?

Ben, les dirigeants vous disent qu'entre 2  verres, des journalistes et des communicants, essaient de se caser pour un travail , voir un simple ménage. Mais le marché se réduit comme peau de chagrin alors il faut vendre son droit d’aînesse pour moins cher qu'un plat de lentille avec beaucoup de couleuvres à avaler dedans: that's life !

En tant que réunions d'individus , l'ensemble ne forme pas un collectif , ils ne sont donc d'aucune force et on ne leur doit aucun respect (comme dans leur quotidien) . Mais ils se contentent de dire "qu'ils en sont" et ça suffit à leur représentation sociale (après l'alcool et la vanité font le reste)

Le club de la presse et des communicants pourrait jouer un rôle stimulant dans la société perpignanaise et catalane .

Être une vigie et un porteur d'analyses pour dialoguer avec les dirigeants du territoire. Que chaque soir de club soit comme "une planche tracée" un moyen de tailler la pierre ensemble pour édifier ou consolider "le faire société" . Le cas est d'autant plus pattant en ce moment d'élections municipales où il devrait être le ferment de débats sur les perspectives et prospectives du territoire.

Mais ce n'est pas l'objet de leur quête ... En même temps la population ignore qu'il existe, comme il ignore la population : un presté pour un vomi aurait dit Coluche! En attendant, le club de la presse et des communicants est loin d'être l'une des colonnes du temple de la démocratie, mais plutôt par ses renoncements successifs à celui de la médiocratie...

"J'irai plus dans vos boum, elles sont tristes à pleurer , comme un sourire de clown , comme la pluie sur l'été!" Renaud

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2019 3 11 /12 /décembre /2019 15:43

A 3 mois de son élection principale, "les municipales", pas de dynamique de campagne qui porte une envie aux perpignanais. Le maire Jean-Marc Pujol veut remettre les couverts en nous disant que "lui maire" il réinjectera 4 millions d'Euros pour re-dynamiser le centre ville et mettre en place un tramway ...

C'est incroyable comme au moment du trépas de son mandat on a comme un trop plein d'idée qui vous remonte des entrailles qu'on a envi d'exprimer comme on formulerait des regrets.En attendant la ville est toujours salle, les travaux y sont toujours anarchiques et les bus Sankéo ont toujours un plan de circulation incompréhensible...Toujours place Rigaud, le minibus gratuit qui faisait le tour du centre ville jusqu'à la gare TGV a disparu sans qu'il ait été officiellement enlevé, le minibus qui dessert le campus Mailly, lui, est toujours présent mais toujours désespérément vide...Mais on peu dire que sur le papier ,il y a des bus. Sauf qu'on ne voyage rarement sur le papier.

En théorie, tout va bien , sauf qu'on ne vit pas en théorie , mais à Perpignan. A voir, qui sera le prochain maire "d'en théorie"!

Pour illustrer la situation la photo d'un panneau abandonné par les services travaux de la ville de " la direction cadre de vie". C'est notre cadre de vie qui git par terre. L'autre photo derrière le panneau d'annonce de la future extension universitaire , 4 blocs béton immondes qui prennent de l'espace public à coté de la statue de Rigaud...

 

Perpignan:une ville comme un canard sans tête! par Nicolas Caudeville
Partager cet article
Repost0