Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

7 novembre 2021 7 07 /11 /novembre /2021 12:42

La sémantique c'est important ! On voit comment le terme populaire, a glissé sur le terme populiste: comme si c'était le peuple qui avait dérapé et perdu sa "common décency" . En matière de représentation du peuple, il y a à la télévision par la perpétuation de la "télé réalité" une tendance à la réduction de celui-ci aux seules "Marseillais" et autres "Chtis" contre le reste du monde et mis en scène à Dubaï (lieu ultime de la réalisation de soi et du "deviens ce que tu es") . Ces émissions produites par des élytres légitiment le mauvais traitement social de la "classe moyenne déclassée" par le capitalisme mondialisé. C'est parce qu'ils sont de nature vile, qu'on peut les traiter comme tel. Hors comme le disait l'artiste Duchamp à propos de la "pissotière", devenue "fontaine": "c'est le regardant qui fait l'oeuvre !" Ainsi, en posant différemment son regard sur le "peuple", on reprend "populaire" et on fait disparaître le "populisme". C'est le cas des réalisateurs des films du festival social et ouvrier de Carmaux...

Pascal Rabaté https://fr.wikipedia.org/wiki/Pascal_Rabaté était en direct pour l'archipel contre attaque pour présenter en avant première son film "Les sans dents" en clôture du festival du film social et ouvrier de Carmaux http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2021/11/cinema/moment-in-social-et-ouvrier-festival-at-carmaux-interview-michel-cade-et-jerome-quaretti-par-nicolas-caudeville.html. Dessines-moi un sans dent...https://www.unifrance.org/film/48468/les-sans-dents un petit gout de revenez-y "D'affreux ,sales et méchantshttps://www.youtube.com/watch?v=jDjKlXPBSBo

"Les sans-dents sont peut-être affreux et sales mais ils ne sont pas méchants.
En marge du monde civilisé, leur tribu recycle en toute illégalité notre rebut pour s’aménager de manière farfelue un hameau de bric et de broc.
La vie pourrait ainsi couler si une équipe policière ne se mettait sur leurs traces…"

 

Carmaux /Film social et ouvrier:Pascal Rabaté, fait la part belle du populaire en BD et cinéma! interview par Nicolas Caudeville, featuring Jennyfer Galté
Carmaux /Film social et ouvrier:Pascal Rabaté, fait la part belle du populaire en BD et cinéma! interview par Nicolas Caudeville, featuring Jennyfer Galté
Carmaux /Film social et ouvrier:Pascal Rabaté, fait la part belle du populaire en BD et cinéma! interview par Nicolas Caudeville, featuring Jennyfer Galté
Carmaux /Film social et ouvrier:Pascal Rabaté, fait la part belle du populaire en BD et cinéma! interview par Nicolas Caudeville, featuring Jennyfer Galté
Carmaux /Film social et ouvrier:Pascal Rabaté, fait la part belle du populaire en BD et cinéma! interview par Nicolas Caudeville, featuring Jennyfer Galté
Carmaux /Film social et ouvrier:Pascal Rabaté, fait la part belle du populaire en BD et cinéma! interview par Nicolas Caudeville, featuring Jennyfer Galté
Carmaux /Film social et ouvrier:Pascal Rabaté, fait la part belle du populaire en BD et cinéma! interview par Nicolas Caudeville, featuring Jennyfer Galté
Partager cet article
Repost0
3 novembre 2021 3 03 /11 /novembre /2021 17:01

Au Clap Cine Carmaux pour le festival du film social et ouvrier https://www.cinemas-carmaux.fr/festivals/, l'archipel contre attaque à rencontré Gilles Perret Co réalisateur de "Debout les femmes" https://www.youtube.com/watch?v=Ik-Mfy9F98Y avec le député journaliste François Ruffin, après leur "J'veux du soleil "(sur les gilets jaunes ) sur ce nouveau "Lumpen Prolétariat " exploitées, sous payés et un"au service des autres " essentiellement féminin et ce n'est pas pour se donner un genre aides soignantes, ASH... En avant première ce soir à Carmaux et demain aux Clap Ciné de Canet et Leucate. Gilles Perret une filmographie au service de la sociale...

"Debout les femmes"le film  à Carmaux,à Canet,à Leucate et partout dans le monde! interview Gilles Perret interview Nicolas Caudeville, featuring Jennyfer Galté
"Debout les femmes"le film  à Carmaux,à Canet,à Leucate et partout dans le monde! interview Gilles Perret interview Nicolas Caudeville, featuring Jennyfer Galté
"Debout les femmes"le film  à Carmaux,à Canet,à Leucate et partout dans le monde! interview Gilles Perret interview Nicolas Caudeville, featuring Jennyfer Galté
"Debout les femmes"le film  à Carmaux,à Canet,à Leucate et partout dans le monde! interview Gilles Perret interview Nicolas Caudeville, featuring Jennyfer Galté
"Debout les femmes"le film  à Carmaux,à Canet,à Leucate et partout dans le monde! interview Gilles Perret interview Nicolas Caudeville, featuring Jennyfer Galté
"Debout les femmes"le film  à Carmaux,à Canet,à Leucate et partout dans le monde! interview Gilles Perret interview Nicolas Caudeville, featuring Jennyfer Galté
Partager cet article
Repost0
27 octobre 2021 3 27 /10 /octobre /2021 13:16

"L'Association Internationale des Jeunes de Casals Catalans - AIJOCC a été fondée à Barcelone en août 1997. C'est une association de jeunesse, de coopération culturelle et au développement, laïque, non gouvernementale et à but non lucratif. AIJOCC opère dans 41 pays en Afrique, Amérique, Europe et Océanie. Il se compose principalement de groupes de jeunes Catalans, de jeunes Catalanophiles et de descendants de Catalans vivant hors de Catalogne. Ils réalisent leurs activités et leurs projets dans des centres sociaux (communément appelés Casal/Centre Català), institutions installées à l'étranger, formées par les communautés catalanes, migration catalane à l'étranger. Ces groupes et organisations se rencontrent et développent des activités civiques, sociales, coopératives et culturelles qui diffusent la langue, la culture et l'identité catalane. L'objectif fondamental de l'AIJOCC est de promouvoir la présence et l'action (activités) des jeunes dans les Casals Catalans, les centres culturels et sociaux en dehors de la Catalogne et d'autres organisations similaires dans le monde . Notre association suit les principes universels de paix, de liberté et d'égalité ; sans distinction géographique, raciale, ethnique, religieuse ou politique." AIJOCC International Executive Office at Associacio Internacional de Joves de Casals Catalans

Au commencement était l'AIJOCC. La création de cette association en 1997 à Barcelone avec le support de la Généralitat de Catalogne du président de l'époque Jordi Pujol, a été le prétexte à la rencontre de jeune du monde entier ayant un lien avec la catalanité, qu'ils soient issue de la "retirada" et que leurs grands-parents aient du fuir en Amérique du Sud, où qu'il vivent dans dans les Pyrénées-Orientales, appelés aussi Catalogne Nord. Plus de 20 pus tard, quel a été le parcours de certains d'entre eux ? 

Voici, le parcours de l'un d'entre eux en particulier: Fernando Ledo i Casablancas https://ci.linkedin.com/in/fernando-ledo-casablancas

Au prétexte d'une rencontre informelle d'anciens membres créateurs de l'AIJOCC à Perpignan, nous l'avons interviewé. De la reprise de ses études d'économie à Barcelone et des petits boulots contigus pour pouvoir vivre, à sa nomination à la African Development Bank Group https://fr.wikipedia.org/wiki/Banque_africaine_de_développement où il est toujours consultant en matière d'élevage, et ses nuits où il joue dans des groupes de rock ou de reggae #tranche de vie d'un enfant gâté  

Le fabuleux destin d'un catalan argentin à la African Development Bank Group! interview par Nicolas Caudeville
Le fabuleux destin d'un catalan argentin à la African Development Bank Group! interview par Nicolas Caudeville
Le fabuleux destin d'un catalan argentin à la African Development Bank Group! interview par Nicolas Caudeville
Le fabuleux destin d'un catalan argentin à la African Development Bank Group! interview par Nicolas Caudeville
Le fabuleux destin d'un catalan argentin à la African Development Bank Group! interview par Nicolas Caudeville
Partager cet article
Repost0
26 octobre 2021 2 26 /10 /octobre /2021 21:14

Faut-il une actualité pour interviewer le peintre, caricaturiste Emile Mustacchi ? Non, il est le logo de Perpignan, la vivante en marche! C'est pourquoi, on ne rend pas à César, ce qui est à Moustacchi.

Qui saura lui proposer enfin une rétrospective de son vivant. Parce que les morts sont tous des braves types . Heureusement qu'il y a André Bonet, l'adjoint à la culture de Louis Aliot . Mais qui ne l'a toujours pas rappelé. Un simple oubli, je suppose qui ne serait tarder à être réparé. Sinon saviez vous qu'Émile était né en Sicile et qu'il avait beaucoup voyagé avant d'arriver à Perpignan, de la Belgique au Maroc. Qu'il avait fait le portrait de la famille royale de Belgique, mais de manière plus douce que Jan Bucquoy. Alors qu'il est plutôt connu et reconnu comme caricaturiste.

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2021 7 10 /10 /octobre /2021 17:00

Quelles sont les ambitions pour une ville en matière de culture? À destination de qui et pour quels objectifs? Une fois cela déterminé comment communiquer sur le sujet et pour qui? C'est le métier d'un directeur de la culture, qui propose et applique une vision de la culture aux élus.

Le jeudi 7 octobre dernier la ville de Canet faisait la présentation de sa saison culturelle 2021/2022 au Clap Ciné . Au-delà du directe que nous avons fait. Nous avons interviewé le directeur de la culture et de la jeunesse, Pascal Ferro et son adjoint pour la jeunesse Rémy Castello sur les enjeux de la politique de la ville et de son impact sur la population jeune et moins jeune.

Canet: les enjeux de la politique culturelle et son impacte sur la création locale ? interview Pascal Ferro, Rémy Castello par Nicolas Caudeville
Canet: les enjeux de la politique culturelle et son impacte sur la création locale ? interview Pascal Ferro, Rémy Castello par Nicolas Caudeville
Canet: les enjeux de la politique culturelle et son impacte sur la création locale ? interview Pascal Ferro, Rémy Castello par Nicolas Caudeville
Canet: les enjeux de la politique culturelle et son impacte sur la création locale ? interview Pascal Ferro, Rémy Castello par Nicolas Caudeville
Canet: les enjeux de la politique culturelle et son impacte sur la création locale ? interview Pascal Ferro, Rémy Castello par Nicolas Caudeville
Partager cet article
Repost0
3 octobre 2021 7 03 /10 /octobre /2021 17:37

 Lors du conseil municipal de septembre 2021, la mairie a acté la création de 160 places de parking payant sur la place Cassanyes et dans les rues adjacentes.

Bruno Nougayrèdes a donc posé la question de l’impact de cette création sur la délégation de service publique (DSP) signée avec Indigo.

La grande question est de savoir si la redevance payée par Indigo va augmenter ou si Indigo va juste gagner de l’argent sans travailler.

 

En réponse à cette question fondamentale, la municipalité a précisé qu’elle va « tenter » en 2022 de renégocier, en position de faiblesse, cette DSP. Gageons que, une fois encore, l’automobiliste perpignanais sera perdant.Bruno Nougayréde semble être le seul leader de l'opposition au conseil municipal face à Louis Aliot. La gauche n'existe plus à Perpignan, il reste la droite au conseil municipal . Qui est ce chef d'entreprise de l'édition (édtion du Rocher https://www.booksquad.fr/bruno-nougayrede-confirme-sa-place-de-president-du-groupe-des-editeurs-de-religion-du-sne/) . Et pourquoi est-il l'un des rares à poser les bonnes questionsNous l'avons interviewé. 

Perpignan:Bruno Nougayréde leader de l'opposition à Louis Aliotfa au conseil municipal  : Qui va toucher l'argent de la place Cassanyes ! interview Nicolas Caudeville et Philippe Poisse
Perpignan:Bruno Nougayréde leader de l'opposition à Louis Aliotfa au conseil municipal  : Qui va toucher l'argent de la place Cassanyes ! interview Nicolas Caudeville et Philippe Poisse
Perpignan:Bruno Nougayréde leader de l'opposition à Louis Aliotfa au conseil municipal  : Qui va toucher l'argent de la place Cassanyes ! interview Nicolas Caudeville et Philippe Poisse
Perpignan:Bruno Nougayréde leader de l'opposition à Louis Aliotfa au conseil municipal  : Qui va toucher l'argent de la place Cassanyes ! interview Nicolas Caudeville et Philippe Poisse
Perpignan:Bruno Nougayréde leader de l'opposition à Louis Aliotfa au conseil municipal  : Qui va toucher l'argent de la place Cassanyes ! interview Nicolas Caudeville et Philippe Poisse
Partager cet article
Repost0
24 septembre 2021 5 24 /09 /septembre /2021 08:21

"Tu connais pas ta force, barres toi pendant que tu te contrôles encore ! " https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Métamorphose_des_cloportes_(film)La métamorphose des cloportes https://www.youtube.com/watch?v=JPrYYc54nKs

Et soudain surgit face au vent mauvais de la déprime commercial du centre ville "un manager", "un développeur de centre vil " , une sorte de machine à cash, un génie du commerce venu du "carré d'or" (le centre commercial face à Carrefour route de Canet, qui semble ne s'être toujours pas réveillé. À la question est-ce que le carré dort? L'hypoténuse n'a toujours pas donné de réponse! ) http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2014/08/perpignan-commercants-du-centre-ville-la-manifestation-et-les-politiques-interview-bruno-delmas-par-nicolas-caudeville.html dont le journal l'indépendant brosse le portrait du pressenti : Stéphane Roussel créateur de l'agence SR immobilier, implantée au cours Palmarole à Perpignan. Sur le site de la société, l'expérience de "vingt ans dans la rénovation et l’immobilier d’investissement

https://www.lindependant.fr/2021/09/20/perpignan-un-cadre-du-carre-dor-pressenti-comme-futur-developpeur-du-centre-ville-9801494.php

Pourquoi on a pas mise sur le coup André Bonet , le monsieur "Je suis partout " de Louis Aliot ? Et que fait la maire de centre ville Isabelle Bertran, ou encore l'adjoint au commerce Frédéric Guillaumon . Eest-ce la punition (divine ?) pour ne pas avoir su résoudre l'énigme de la terrasse du restaurant "les 3 journées" ?

Jean Roure, Aliénor Ramounoulou et Véronique Souloy était en direct de la Terrasse du Figuier pour dénoncer une absurdité administrative faisant que le restaurant Les Trois Journées, situé place Baudoin de Bois Mortier, soit réduit à fermer parce qu'un décret municipal réduise sa terrasse à juste 2 tables. 2 tables ?, me dirait vous ?! Oui, parce 2 autres voisines commerçantes, une coiffeuse et une boutique de décoration revendique d'avoir aussi la leure (pendant le confinement la boutique de décoration à obtenu par la mairie d'avoir une licence pour faire du thé et du café à emporter). Vient de s'ouvrir un salon de thé qui lui aussi à besoin d'une terrasse. La logique voudrait que les commerces de bouche soient prioritaire sur la place. Mais pour le moment l'adjoint aux commerces de Perpignan, ne veut pas changer l'arrêté. Faudra-t-il pour lever l' absurdité que le maire Louis Aliot siffle la fin de la récréation ? En attendant, Jean Roure, le patron du restaurant le Figuier explique ce qu'oblige ce type de décision sur l'économie, le commerce et l'emploi pour un centre ville ravagé économiquement avant, pendant et après le Covid. Les 3 Journées ont 6 ans d'existence, une clientèle qui, c'est faite petit, une image. Le restaurant précédent tenu par l'excellent chef Sebastien Ausseil avait eu les mêmes problèmes avec les mêmes personnes. Il serait temps que la parole revienne au sens commun...

LE RESTAURANT EST DÉSORMAIS FERMÉ! Avec ce texte sur le facebook

 

"Chères clientes, chers clients, c'est avec tristesse que je vous annonce la fermeture momentanée du restaurant.
En effet, ma nouvelle demande de terrasse pour la fin de l'été et pour la période de Visa pour l'image a été refusée par la mairie.
Vous avez été nombreux à nous soutenir, notamment en signant la pétition, je vous en remercie, mais cela ne suffit malheureusement pas.
De plus, contrôler les clients pour le pass sanitaire ne me tente guère pour l'instant.
Je vous dis à bientôt, j'espère cet automne, dans notre charmante petite salle à l'étage.
D'ici là, portez-vous bien."
Partager cet article
Repost0
20 septembre 2021 1 20 /09 /septembre /2021 15:12
Perpignan / exilés: "l'art de bien vivre ensemble" selon Corinne Grillet! interview par Nicolas Caudeville

Corinne Grillet, photographe domiciliée à Pia, a répondu au Budget Participatif intitulé « Occitanie, ouverte sur le monde » de la Région Occitanie/Pyrénées-Méditerranée. Son travail photographique sur des migrants venus, notamment d’Afghanistan, a été retenu. Ce dernier s’intitule « L’art du bien vivre ensemble dans les Pyrénées-Orientales ».

L’exposition “L’art de bien vivre ensemble dans les Pyrénées-Orientales” de Corinne Grillet est à voir à la Maison de Ma Région, 35 bd Saint-Assiscle, à Perpignan, jusqu’au 24 septembre (de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h00 du lundi au vendredi). Renseignements au 04 68 68 24 66.

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2021 5 17 /09 /septembre /2021 05:46

Certains matins, tu préférerais rester au lit. T’as trouvé une Bene Geserit https://www.youtube.com/watch?v=04aw2ymZedw pour te faire des massages thaïlandais, avec ses petits pieds. De toute façon la météo est pourrie, vaut mieux rester au chaud, à écouter des mantras.

Et puis le téléphone sonne.

– Salut Leto, c’est Shaddam IV à l’appareil. Ça te dirait d’aller sur Arrakis, histoire de récolter de l’épice ?

Évidemment, t’es pas réveillé, t’as pas eu tes deux thermos de café, t’as pas les yeux en face des trous, alors tu réponds :

– Bien sûr !

Et là, t’es bien dans la merde.

Parce qu’entre les Harkonnen et les Fremen, le coin, c’est pas jojo. Et puis le commerce interplanétaire, c’est un vrai métier.

Et de toute façon, pour paraphraser Homère et Simone Weil, le héros c’est juste un cadavre, traîné dans le sable, à l’arrière d’un char.

Si vous avez de la chance, vous serez mort avant d’avoir la gueule enfoncée dans la boue.

 

À Perpignan, on fait pas trop dans l’épice, mais on a des trucs à moissonner. Notamment dans l’immobilier. Et puis ici, les élus, les candidats aux élections, et toutes les choses qui gravitent autour, façon scathophagidae, n’ont ni idées ni programmes, juste des lubies. Alors Jean-Marc Pujol, en 2014, eut une lubie. Le retour de la faculté de Droit en centre-ville !

Le président de l’université d’alors, un beau gosse doublé d’un bolos, ne fut pas dur à convaincre. Jean-Marc Pujol n’eut qu’à lui dire : « je vire les Harkonnen et les Fremen, heu…, pardon, les habitants je voulais dire ; la mairie paye pour tout, y compris le ménage, pendant 99 ans ; et avec la gentrification, on va toucher gros. »

À la fac, tout le monde a trouvé l’idée géniale. Ils ne savaient juste pas pourquoi.

On est à Perpignan, après tout, la ville où plus c’est stupide, plus ça plaît à l’élite locale.

 

L’astuce résidait dans le fait que la mairie finançait le projet dans le cadre du Contrat de Ville et du NPNRU. En clair, le bousin coûte dans les 30 millions d’euros, mais la mairie ne participe au financement qu’à hauteur de 10 ou 15 %. L’ANRU finance le gros des dépenses.

La combine est simple, les partenaires publics payent les lubies du maire, et l’université peut frimer avec un campus tout neuf.

Sur le papier tout le monde y gagne.

Sur le papier seulement.

Parce que le Contrat de Ville et le NPNRU, c’est d’abord du social. Surtout à Saint-Jacques !

L’ANRU et l’État imposent des obligations en termes de politiques sociales.

Et là, ça coince.

Sérieusement !

 

De 2014 à 2020, le discours de la municipalité d’alors est passé d’un optimisme imbécile à la méthode Coué résignée. En 2014, lors de la campagne municipale, le retour en centre-ville allait sauver Perpignan. En 2015-2016, on déclarait que l’on allait mettre en place des partenariats avec les commerces, histoire que les étudiants y dépensent leur argent. En 2017 on affirmait que 10 millions ça n’était pas assez, alors on lança une Phase 2, en injectant 20 millions de plus. En 2018 on paniqua face à la révolte des habitants qui, de façon prévisible, réclamaient leurs parts, et, surtout, du respect. En 2019 et 2020, on en était rendu à des « une fois les travaux terminés, le quartier sera transformé et les conditions de vie s’amélioreront. »

Le duo Pujol/Amiel fut balayé en 2020 par les Sardaukars de Louis Aliot.

Louis Aliot repris alors le dossier, sans vraiment proposer de changements majeurs, faute de connaître la situation et d’avoir une vision claire pour la ville.

En août 2021, lors d’une réunion publique, houleuse, Louis Aliot finit par lâcher qu’il ne voyait pas comment le Campus Mailly pouvait avoir un effet social positif sur le quartier. L’absence de projet social, connu de tous les intervenants depuis 2016, était enfin assumée en public.

 

Si du côté de la mairie on assume un possible échec, on rappelle aussi que l’université doit mettre en œuvre des programmes d’actions sociales visant à favoriser l’intégration du Campus Mailly et de ses étudiants dans le quartier Saint-Jacques.

Interrogé, lors de sa conférence de presse de rentrée de septembre 2021, sur la question de l’action sociale en direction des habitants de Saint-Jacques, Yvan Auguet, le nouveau président de l’université, n’a pas su répondre sur le fond. Nous serons d’accord avec lui sur le fait qu’il est difficile de lancer des projets tant que les étudiants ne sont pas arrivés en ville. Mais le projet a été lancé en 2014 ; il a failli capoter en 2018 lorsque la tentative de démolition de l’îlot Puig, manquant

de provoquer des émeutes urbaines ; depuis 2019 les travaux de la Phase 2 sont en cours. Depuis plus de 7 ans personne n’a été capable de proposer quoi que ce soit pour répondre au premier et principal objectif qui a guidé ce projet à 30 millions d’euros : redynamiser le centre-ville !

 

Si l’incurie de la mairie de Perpignan ne surprend plus personne depuis bien longtemps, l’incapacité de réfléchir sur les problèmes sociaux locaux de l’université surprend encore. À croire que tous ces braves gens ont eu leurs diplômes dans des pochettes surprises.

 

Ouais, certains matins, faut rester au lit !

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2021 2 14 /09 /septembre /2021 16:36
Alberto  Marquardt de prisonnier politique, à réalisateur de documentaire, un œil sur un monde de combattants!  interviews et vidéos par Nicolas Caudeville

"Nous ne nous considérons pas comme des victimes. Nous étions et nous sommes toujours des hommes engagés dans l'action  . Nous voulions des changements de fond, pour lesquels nous luttons. Nos récits témoignent d'une profonde souffrance,mais l'humour y est souvent présent car il est une arme fatale contre nos bourreaux."

COLLECTIF ( El Periscopio)

"Ni fous, ni morts: prisonniers politiques sous la dictature argentine Coronda (1974-1979) témoignages éditions de l'Aire

 

Le 11 septembre est un triple anniversaire: 1714, 1973 ou 2001 . Dans les trois, il y eu du tragique et des innocents y ont laissé leur vie. C'est pourquoi le 11 septembre dernier, le 11 septembre dernier, le Clap Ciné de Canet avait programmé le documentaire d'Alberto Marquardt https://fr.wikipedia.org/wiki/Alberto_Marquardt : " Afghanistan, histoire d'une vengeance" .

Un film de circonstance après la récente chute de Kaboul . Une mise en perspective et une énonciation des causes et conséquences, au cours du temps, qui causèrent cette chute. 

J'avais rencontré le jour précédent Alberto et sa compagne Danièla par le truchement de l'ami Hamilton. Autour d'un café, nous avions retracé leurs parcours . Le couple était argentin, tous les 2, avait été prisonniers politiques tous les 2. Alberto avait fait carrière dans le cinéma et le documentaire (il avait notamment réalisé le fameux documentaire sur la Nueve, le commandant d'élite des espagnols dans la 2iéme DB de Leclerc https://www.youtube.com/watch?v=AAfhrmiFZjs&t=558s. Danièla était sage-femme et travaillait pour Médecin sans frontière (elle avait été à l'origine de la maternité de Kaboul https://www.msf.fr/actualites/a-kaboul-nous-refusons-qu-un-massacre-dans-une-maternite-soit-un-risque-ordinaire

Avant la projection, après la projection au Clap Ciné, nous étions en direct sur internet : interview, présentation et débat à la suite et en vidéos....

Alberto  Marquardt de prisonnier politique, à réalisateur de documentaire, un œil sur un monde de combattants!  interviews et vidéos par Nicolas Caudeville
Alberto  Marquardt de prisonnier politique, à réalisateur de documentaire, un œil sur un monde de combattants!  interviews et vidéos par Nicolas Caudeville
Alberto  Marquardt de prisonnier politique, à réalisateur de documentaire, un œil sur un monde de combattants!  interviews et vidéos par Nicolas Caudeville
Alberto  Marquardt de prisonnier politique, à réalisateur de documentaire, un œil sur un monde de combattants!  interviews et vidéos par Nicolas Caudeville
Partager cet article
Repost0