Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

21 juillet 2019 7 21 /07 /juillet /2019 16:47

Perpignan, la gauche n'a jamais fait grand chose , sauf en 2008, où sous la bannière de Jacqueline Amiel Donat, elle avait su se réunir avec Jean-Codognés , Clotilde Ripoull Modem, les communistes, et même le catalaniste de centre droit Jordi Vera Cependant la fraude à la chaussette a truquer les résultats. Et malgré l'invalidation de l'élection du conseil d'état et une nouvelle élection en 2009 . Les électeurs de gauche reste chez eux et Jean-Paul Alduy est réélu maire. Peu de temps aprés , il nommera maire son premier adjoint maire, Jean-Marc Pujol. Il est toujours maire à ce jour.

On peut dire qu'il y a deux gauches. Une gauche dite de gouvernement qui a eu accédé à des postes ou qui accède encore et une autre plus révolutionnaire que réformiste. Mais les socialistes au pouvoir on sans cesse trahi les idéaux de la gauche ( changer la vie des gens et les émanciper socialement et économiquement)  des 1983 .

"La lutte des classes" s'est alors transformée en "lutte des places" .

Rajouter à cela l’échec de l'URSS et la non nécessité pour les capitalistes, n'ayant plus de contre modèle, de se modérer sur les droits des travailleurs. Une classe laborieuse qui ne se représentait plus comme telle, embourgeoisée par la société de consommation, n'ayant plus de "conscience de classe" ayant abandonner l'idée même de la lutte...

La seconde gauche plus révolutionnaire a pâti de l'amalgame de la gauche dite de gouvernement. Lorsque François dit pendant la campagne  que :" son ennemi s'est la finance"pour ensuite trahir tout , alors aprés ça , on a fait grief à toute la gauche...

Tout cela a laissé des traces dans l'esprit des citoyens qui ne se déplacent de moins en moins jusqu'aux urnes  . Et en local pas moins qu'ailleurs!

Jacques Cresta candidat socialiste sur une liste de gauche unie fait à peine plus de 11% . Mais cela permet au moins à Christian Bourquin de négocier pour Ségoléne Neuville le secrétariat d'état au handicap et à l'exclusion contre le retrait au deuxième tour de la liste Cresta (une ville de plus 120 000 habitants aux mains du front national, cela l'aurait foutu mal, même pour le premier ministre Manuel Valls) . Du coup au conseil municipale , la seule opposition était le Front National!

Du coup dans la gauche locale, c'est le chaos madmaxien !

Même si le conseil départemental est resté de peu à gauche, on ne peut pas dire que ce soit la grande forme ( voir le peu d'engouement que génère son émanation en mouvement "respire" . La France insoumise ne fait pas des scores énormes et le reste est un archipel d'îlots de scission anarcho-trotsko-allo-maman-bobo-non-pas#dansloeil au shaker pas à la cuillère! Ha ya aussi des verts .

Comme personne n'est en position de force, alors on se rencontre!

Le NPA, Nou-S Perpignan, les communistes, la France insoumise, les communistes et les socialistes pour faire liste commune. Mais le NPA et la France Insoumise ne veulent pas des socialistes qui sont pour eux des "sociaux traîtres" . Même si nous considère qu'ils sont devenus assez insignifiants pour qu'ils ne soient qu'une vaccine dans ce pacte...Bref, on a pas les couilles sorties des ronces. D'autant que s'ils réussissent à faire liste commune, ils leur faudra trouver un programme en commun!

Perpignan / Municipales 2020: la gauche se flaire le cul pour faire liste unique! par Nicolas Caudeville
Partager cet article
Repost0
19 juillet 2019 5 19 /07 /juillet /2019 14:02

Gérard Filoche https://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9rard_Filoche se positionne aussi des prisonniers politiques catalan qu'il défend,dont il a signé la pétition pour la libération. " Je suis pour leur libération inconditionnelle et immédiate"  "Je parle pas d'Espagne, mais d'état espagnole. L'histoire de l'Espagne est une fédération de pleins d'états, même si l'état centrale, s'est imposé de manière brutale . Même dans le pays basque, il y a plus d'autonomie d'éléments d'indépendance qu'en Catalogne. On dit que c'est parce que la Catalogne est la plus riche, ça n'a rien à voir du tout. quelle que soit la richesse ou le niveau de développement . il faudrait une constituante , Il faudrait réussir à faire une fédération des différente composante de l'état espagnol de façon à ce que chacun, puisse définir sa place librement. La répression qui est faite , est une répression moyenâgeuse : dire attendez, vous votre indépendance, on va vous arrêter vos élus! Je ne sais même pas, comment c'est tolérable en Europe! Et comment, il peut y avoir en France des complicités avec ça! Mon ami Mélenchon à pris des positions très juste sur la Catalogne" à la 57 minute de l'interview

 

Catalogne/ prisonniers politiques et exilés: Gérard Filoche est pour '' leur libération inconditionnelle et immédiate!''
Partager cet article
Repost0
16 juillet 2019 2 16 /07 /juillet /2019 13:29

Parti ce dimanche, pour aller me baigner au lac de Boadella , qu'elle ne fut pas ma surprise en voyant  qu'un des archétypes de mobilier urbain courant du bord des routes, semblait avoir disparu.

Pas une arpenteuse  , lorsque l'année précédente , on pouvait en compter plus d'une dizaine . Ce n'est sûrement pas le renforcement de la loi catalane contre la prostitution de rue, qui donnerait enfin ses effets, mais plutôt, un des effets des changements climatiques.

Faut-il se réjouir que la canicule moralise l'espace public. Et renvoie ses filles à des espaces climatisés: ce n'est pas à l'archipel contre attaque de juger. Cependant, cette accumulation de symptômes, devrait nous inquiéter, tant elle commence à impacter notre mode de vie au quotidien...Il faut aller au-delà de la conscientisation du problème et enfin agir!

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2019 1 15 /07 /juillet /2019 13:33

C'était dans la nuit du 12 juillet au moment où les policiers étaient occupés par les débordements des supporters de l'Algérie , que des personnes ont recouvert la permanence du député en Marche et candidat à la municipale de Perpignan 2020 Romain Grau , ainsi le siège du Médef 66 . Peut être que ces personnes trouvaient que le soutien officiel n'était que posture . Et qu'il était bon de se rappeler à leur bon souvenir!

Train de fret Perpignan / Rungis:  le député en Marche Romain Grau et le Médef 66 soutiens malgré eux du train! par Nicolas caudeville
Train de fret Perpignan / Rungis:  le député en Marche Romain Grau et le Médef 66 soutiens malgré eux du train! par Nicolas caudeville
Train de fret Perpignan / Rungis:  le député en Marche Romain Grau et le Médef 66 soutiens malgré eux du train! par Nicolas caudeville
Train de fret Perpignan / Rungis:  le député en Marche Romain Grau et le Médef 66 soutiens malgré eux du train! par Nicolas caudeville
Partager cet article
Repost0
9 juillet 2019 2 09 /07 /juillet /2019 21:38

Il vivait en plein centre ville, près de la place des poilus où il avait son atelier, mais ce serait une paella et pas son grand age qui aurait eu raison de de lui. L'archipel contre attaque l'avait rencontré sous les bons offices d'un fan Thierry Grillet, il nous avait parler de lui et du dernier décor qu'il avait peint pour le "cabaret futur" d'Alix Reig. http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2017/10/a-perpignan-le-futur-est-un-cabaret-interview-alix-reig-jean-pierre-duluq-par-nicolas-caudeville.html .

Une de ses derniers exposition avait été faite dans une annexe mairie: en espérant que sa mort lui fasse accéder à une véritable reconnaissance de sa ville aux musée Rigaud! De même que pour le regretté Pierre Guyot...http://metbarran.canalblog.com/archives/2018/06/07/36469344.html

Le fameux critique Met Barran , lui rendait hommage de son son vivant dans un article de 2017  "DULUCQ: Peintre et Prince enchanteur"que nous reproduisons ici http://metbarran.canalblog.com/archives/2017/11/24/35895542.html

"Il n'est pas une ville, Perpignan par exemple, qui n'ait son "peuple" de peintres, sculpteurs & others artworkers comme l'on dit du côté de l'avenue du Lycée. Mais tous ces artworkers n'aiment pas la ville de la même manière, même s'ils en apprécient les collectionneurs qui les ont remarqués, ou les lieux d'art où quelquefois on les invite à se montrer (musée? galerie? café? boutique?). Ainsi va et passe l'aléatoire vie artistique de la cité. Il est des artistes (ou que l'on dit tels sans faire une moue désobligeante) si chevillés à la ville (natale, ou adoptive) et depuis si longtemps épris  d'elle qu'ils la connaissent par tous ses attraits et ses atouts. Tout simplement parce qu'ils en battent le pavé (please pris ici comme synonyme de macadam), qu'ils en regardent les vitrines, qu'ils en fréquentent les terrasses, qu'ils en aiment les gens et vivent au rythme de l'horloge de leur train train quotidien...Avec les chérissant  ce privilège de pouvoir les observer, les étudier, les saisir dans leur décor (oui, une ville est un théâtre, même si toutes les scènes qui le composent n'ont pas le même éclat architectural ou social et si tous les visages des personnages ne sont pas à la fête). Et, ensuite, les "restituer" par le geste et dans le mouvement d'un crayon ou d'un pinceau (et non dans l'instantané d'un clic du "visa pour l'image") sur papier ou toile. Dessins et tableaux, croquis et paysages. Des images-témoins des saisons, des climats, des couleurs. De gens qui y vivent, travaillent, se toisent ou s'évitent. Il est des peintres qui font de leur ville un sujet et un partenaire. Ils lui content fleurette et signent le récit de leur idylle en traits et coloris. Mais de pareils amoureux sont rares, on les reconnaît à leur chevalet, et à leur boîte à couleurs. Il en est un particulièrement reconnu; il s'appelle Jean-Pierre Dulucq; c'est Haget ou Doisneau avec... des pinceaux et des tubes. Avec son atelier-résidence, au coeur de la ville, il en es devenu poète et metteur en scène, il rend en rythmes et vibrations à la rue, à la place, à la terrasse ou à la boutique, ce qu'elles lui ont donné en étonnements et émotions au point du jour à la tombée de la nuit, au plus clair de la vie aussi. Peintre, Dulucq, sa modestie dût-elle en pâtir, déclarons-le: Peintre et Prince enchanteur du Centre de Perpignan. Son talent une nouvelle fois est porté à la vue du grand public grâce à  une exposition qui aura lieu du 4 décembre 2017 au 2 février 2018 dans les locaux de la Mairie de quartier Centre historique, 12 rue Jeanne d'Arc. Le vernissage est prévu le mercredi 6 décembre à 19 h. Mais lorsque l'on est Peintre et Prince enchanteur on est ...bien légitimement courtisé. Ainsi, mais cette fois-ci montrant une autre facette de son talent: le portrait, on pourra l'admirer également à la Maison de la Catalanité , place J.-S. Pons, où comme peintre, il partagera la souveraineté du lieu (du 7 décembre  2017 au 12 janvier 2018) avec la très expressive sculptrice Renée Bouigue pour une exposition appelée "Féminines" (vernissage vendredi 8 décembre à 18 h 30) "

Partager cet article
Repost0
18 juin 2019 2 18 /06 /juin /2019 23:05
 

Le 17 Janvier 1770, Le Tempêtueux, dont j’étais le fier capitaine, fit naufrage.  Mes hommes qui, ce jour-là, comme à leur habitude prenaient leur thé chaussés de ballerines nacrées, perchés sur une corde à linge, se disputèrent violemment : les premiers soutenaient qu’il fallait retirer le linge de la corde avant de prendre le thé, les seconds leur opposaient qu’il était absurde de prendre le thé sur une corde à linge dépouillée et que si c’était comme ça, ils aimaient autant ne pas en boire du tout, tiens, de thé, et ce serait bien fait pour eux, voilà.

Quant aux plus raisonnables, ils sortirent en claquant la porte : prendre le thé sur une corde avec ou sans linge, au fond, pourquoi pas. A condition qu’on ose s’en prendre au véritable problème qui était, selon eux, que le linge fût mouillé ; simple question de bon sens et d’ailleurs ils avaient les chiffres, ils pouvaient le prouver. Cela dit, ils firent rapidement scission car un peu plus de la moitié d’entre eux considéraient que non Môssieur, ce n’est pas seulement une question de bon sens, c’est avant tout une question d’honneur. Les dissidents se placèrent donc à droite du pont, ou à gauche à moins que ce ne fût à droite je ne sais plus (vous savez, dans la Marine, ça ne fait pas grande différence) et tournèrent le dos à leurs détracteurs avec une violence inouïe qui leur fut bientôt reprochée. Le ton monta, les clans se subdivisèrent encore, les partisans du linge à-peine-humide crièrent à l’oppression des minorités, car ils n’étaient qu’un seul, qui fut passé à tabac tout entier, histoire de lui apprendre à marcher avec des talons aiguilles dans la jungle. Les partisans des talons aiguilles se récrièrent à leur tour, c’était eux qui avaient eu l’idée en premier, c’était donc eux qui étaient légitimement la minorité oppressée et ils exigèrent, tapant rageusement de leur pied talonné, qu’on les passe à tabac sans plus tarder. Ce que l’on fit avec un certain entrain. Edentés mais contents, ils pointèrent alors d’un doigt accusateur les véritables responsables de tout ce gâchis, à savoir les partisans de la corde à linge dépouillée, par qui tout avait commencé, eux dont on avait suivi jusqu’à présent les règles sans sourciller ni même penser aux enfants et qui s’en préoccuperait donc enfin ?

Ces derniers s’indignèrent, on voyait bien que les partisans des chaussures à talon étaient devenus le hochet consentant des fascistes,

argument téméraire car le fascisme n’existait pas encore au XVIIIème siècle ou du moins il ne s’appelait pas encore comme ça. Mais il fit mouche : on se rendit compte que ce dernier clan, inventé pour l’occasion, préférait les bottines aux ballerines nacrées, ce qui était d’un impardonnable mauvais goût, surtout en Ardèche. Je ne le mentionne que par souci d’exactitude car, je tiens à le préciser, je n’ai rien contre les Auvergnats, la preuve, j’ai un ami Arabe et j’aime beaucoup le mois de Janvier. La fureur et le bruit des bottines et des ballerines se déchaîna si bien que je perdis les trois quarts de mon équipage dans l’affrontement, dont Jack ; ou John à moins que ce ne fût Jack, je ne suis plus très sûr, en tout cas il était Anglais ou Piémontais mais vous savez, dans la Marine, c’est à peu près la même chose.

Bref, nous le perdîmes lui aussi ce qui fut fâcheux car il savait piloter un navire et il était bien le seul. Pour ma part, je ne supporte pas les bateaux, je leur préfère les géraniums. C’est mon droit, je n’ai pas peur de le dire.

Or sans personne aux commandes, que croyez-vous qu’il arrivât ? Le bateau s’échoua.  

Tous périrent sauf trois et moi, ce qui fait déjà un de trop mais donne bien quatre. Rien d’étonnant à cela puisque le destin aime les partouzes et les chiffres pairs, sauf pour Jésus Christ. C’est un fait, je n’y peux rien. Pour ceux qui en douteraient, je m’empresse d’ajouter que je n’ai rien contre les crucifiés, la preuve j’aime aussi beaucoup le mois de février et j’ai fait installer une Pergola dans mon jardin, chez moi à Saint-Martin-en-laie, petite bourgade riante située au confluent de la Sarthe et du Tech, à 504, 2 kilomètres au Nord-Est de la France, à moins que ce ne soit au Sud-Ouest. Ou au Nord-Ouest. Possiblement au Nord-Est ; disons plutôt au centre élargi du pays, par souci d’exactitude. De toute façon, ce grand con de Marcel n’a jamais su se repérer sur une carte, moi non plus du reste, mais moi au moins je ne fais pas le jeu du club de bridge de Fruneizerheim en soutenant l’épicerie des Gauchot, couple abject de commerçants hétérosexuels résidant au 25 rue de Mulhouse contrairement à Ernest, qui habite au 4.

Je n’avais pas touché du bout de ma planche de salut le seul îlot de terre qui s’offrît à nos yeux que je perdis deux autres de mes hommes.

Ils appartenaient au même clan, celui du thé-devant-être-pris-sur-une-corde-chargée-de-linge, mais s’étaient pourtant engagés dans la plus vive querelle, Lun reprochant à l'autre son manque d’entrain pour la cause tandis que Lautre se débattait pour maintenir sa tête hors de l’eau. Lun trouvait, à juste titre d’ailleurs, l’attitude de l'autre intolérable, car donner des coups dans l’eau quand on devrait mourir pour la cause, ce n’était pas ça la France, ni même l’Angleterre, il le dégoûtait, tiens, lui criait-il depuis la barque où il était assis. Lautre lui rétorqua d’une voix forte quoiqu’inaudible : « mais aide-moi sale cblblbl ». Cette inintelligible phrase, allez savoir pourquoi, eût le don de mettre Lun dans un indescriptible état de rage. Ni une, ni deux, Lun assena à Lautre un grand coup de rame qui l’obligea à prendre son parti une bonne fois pour toute : Lautre coula à pic. Quant à Lun, il rejoignit l’autre au fond, non qu’il eût été emporté par la force de son coup mais parce que là au moins, ils étaient sûrs d’être d’accord.

Revenant de ma stupeur, je constatai que nous étions deux, ce qui me rendit immédiatement courage puisque, je le rappelle, deux est un chiffre pair sauf Jésus Christ.

Hélas, je n’eus pas bien longtemps le loisir de me féliciter de la viabilité de ma théorie. Mon dernier compagnon s’étrangla lui-même avec ce qui lui restait de corde à linge, râlant qu’il était un traitre car il avait perdu l’une de ses ballerines nacrées en tentant d’échapper à la noyade et jamais il ne se le pardonnerait et il ne méritait pas de vivre, ce qui se conçoit tout-à-fait mais en même temps est discutable d’un point de vue éthique au niveau du vécu et de la conjoncture actuelle qui décidément n’épargnera personne cette année, à plus forte raison le jour d’aujourd’hui et peut-être même pas celui d’hier, c’est dire. Quant au jour d’avant-hier, nous finirons bien le revoir, après-demain si ça se trouve (attention je n’ai rien contre les veilles et les lendemains, la preuve, je collectionne les autocollants).  

Je me trouvais donc seul pour aborder cet îlot inexploré (comme quoi, il n’est pas prouvé que le destin ait une préférence pour les sauteries paritaires avec ou sans Jésus Christ) et, sous le regard médusé des 81 ou 53 personnes environ qui se tenaient sur la berge, je plantai un drapeau français dans le sol et sans doute aussi dans l’orteil d’une dame qui cria très fort, même pour une autochtone (qu’on ne se méprenne pas, je n’ai rien contre les autochtones, moi-même il m’arrive de conduire seul).

Dans le brouhaha ambiant, j’eus tout d’abord le plus grand mal à distinguer les sons mais je ne tardais pas à remarquer qu’il s’agissait sans doute d’un système linguistique bisyllabique, à en juger par la fréquence d’émanation du son « a » doublé. « Aha ! » s’exclamaient-ils les uns après les autres, se pointant mutuellement du doigt, sans qu’on eût pu dire s’ils étaient satisfaits ou en colère. L’un d’eux s’avança vers moi, une chaîne autour du cou qui tenait on ne sait trop comment car elle avait été sciée. Je fus très surpris de voir que, bien qu’il ponctuât son discours de « Aha ! » distribués à l’adresse de ses semblables, il parlait parfaitement ma langue. J’appris ainsi que je me trouvais quelque par entre l’océan Pacifique et l’océan Atlantique, plus exactement dans l’océan Indien d’après lui mais savez pour nous autres marins, c’est à peu près la même chose.

Partager cet article
Repost0
3 juin 2019 1 03 /06 /juin /2019 12:27

Lorsque vous aurez autant besoin d’oxygène que de vous présenter à la l'élection vous , vous reviendrez nous voir . Et voilà, depuis que Jean-Marc Pujol a été élu maire, tout le monde comme au loto, se dit que 100% des joueurs ont tenté leur chance . Ceux la, ne se disent pas que la raréfaction de l'électeur #abstention est au prorata de la médiocrité de la proposition électorale . Que derrière la silhouette en carton-pâte du candidat, aucune idée ne siège, que l'obsession d'avoir une place pour enfin profiter de la chaleur et des bulles du jacuzzi... 

A Perpignan, ce n'est pas les sujets de réflexions qui manquent pour densifier sa position de candidat:

la misère du centre ville, le train de fret Perpignan / Rungis, le manque d'arbres et de fontaine qui ont fait que l'été dernier, nous humes avec 31 degré, la nuit la plus chaude de France... Non, en balance, pas des réflexions, pas d'idées, on réagit, en se mettant en scène dans des stades pour montrer qu'on soutient le 13 ou le 15. Alors qu'on se moque du tiers comme du quart.

Il fut un temps pour se présenter , il fallait un minimum de sérieux .

On ne se serait pas montrer à poil devant les électeurs. Mais depuis "gazon maudit" et la séquence avec Alain Chabat " Je me balade à poil, je fais ce que je veux, je suis chez moi" , la vocation exhibitionniste a fait flores ! Et tout les "Jean-Claude Duss" aux petits pieds se disent : " Oublies que t'as aucune chance, fonce: on sait jamais, sur un malentendu, ça peut marcher! https://www.youtube.com/watch?v=6KZo-xKxuLY.

Votre argument pour dire que vous vous balader à poil dans l'impudeur de votre manque d'idées

,  comme les gamins " Madame, j'ai peur que mon camarade, i'm copie" . Comme si le niveau de vos idées ou vos solutions étaient du niveau " du projet Manhattan" et que cela aurait le poids du bombe nucléaire . Non, vous, c'est plutôt "Monsieur Manhattan" , le personnage arrogant et Bravache de Benoît Poelvoorde https://www.youtube.com/watch?v=Bp-kXZp9nhU .

En même temps, comme dirait l'autre, les médias vous accordent la facilité de paiement 3 fois sans frais en mots creux...

Mais mettez-y du votre pour le prochain tour, nous sommes de plus en plus affamez de démocratie, pas de son simulacre . Et vous ne ferez bientôt plus , de bons os à ronger!

Partager cet article
Repost0
2 juin 2019 7 02 /06 /juin /2019 20:32

Chronique santorinienne par Félix Edmundovitch Dzerjinski : Tchéka is back !

Salut mon petit Frantsouz. Je te l’avais dit, je te reviendrais sous forme de cartes postales. On se connaît depuis quatre ans et tu sais ce que j’aime le plus après mon pays, la Sainte Russie, c’est vitupérer l’époque et rendre service à Blondin Vova. Bon sang, cette île est émolliente, mais en bon tchékiste, je veille. Un tchékiste ne dors jamais, toujours un œil ouvert.

Je te l’ai dit, il a du mal à comprendre les Frantsouzy et surtout son partenaire de jeu, le jeune Micron, cette sorte d’enfant ; A l’occasion d’une de vos fêtes obscurantistes, vous faites, ce que vous appelez le pont. Eh bien Vova Blondin a découvert que son copinou Micron faisait le pont. Mince alors, Vova Blondin croyait que président c’était  un job à plein temps, toujours à fond, pas le temps de débander, et voilà que Micron lui démontre le contraire. Re-mince, Vova Blondin croyait que la France était menacée par les terroristes barbus et par la subversion jaune, ben, non, faut croire, tu peux te la couler douce. En plus Vova Blondin, il a bien analysé vos élections européennes, il a bien vu que Micron se la jouait, mais qu’en fait, il est tricard. Bon, objectivement Micron sera probablement réélu en 2022 puisqu’il fait tout pour affronter la Marine, qui joue un rôle d’affreux jojo dans l’inconscient collectif de ce peuple moutonnier qu’est devenu le peuple de France. Raaah, êtes-vous révolutionnaires et communards qui avaient inspiré la géniale révolution bolchévique ? Je ne vois que des zombis.

Par contre Vova Blondin a été surpris quand le Che, je parle de Chevènement, envoyé spécial pour la Russie nommé par Mhollande et prolongé par Micron, grand ami de mon pays et de mon peuple, lui a apporté une lettre de Micron lui demandant de reprendre des relations normales. Vova Blondin a été un poil surpris que ce Micron lui écrive ça, je parie que tu l’es aussi, non ? Parce que Micron n’a de cesse de critiquer nos médias, Sputnik et RT, et en plus, il ose parler d’influence russe sur les élections européennes. Alors là, on Vova Blondin en a perdu son slavon !! Il m’appelle, me dérange alors que je m’attaquais à un poulpe grillé, arrosé d’un blanc de l’île, et je tente de le rassurer. Je lui dis, tu sais, j’ai passé quelques mois au pays de Micron et ce mecton, en fait, il n’a pas d’idées. Il n’a aucune idée sur rien, c’est un hédoniste, il aime la vie, le luxe…. Et comme le Che, niveau intellectuel, c’est un mastard, il n’a eu aucun mal à convaincre notre Micron, parce que Micron, je te le répète, n’a aucune idée, c’est une page blanche. C’st pas moi qui le dis, c’est mes sources recrutées lors de mon passage par chez, plutôt proches des cercles du pouvoir et toujours sensibles à l’appel du billet ou du cul d’une dévergondée Russienne… Ah, la nature humaine, c’est sur elle que le tchékiste prospère. L’humain, c’est notre matériau, pas question là-dedans d’impératif kantien. Quelle fiotte ce Kant, et dire que sa ville s’appelle Kaliningrad depuis 1945…

Et tiens, tu sais qui vient au forum économique de Saint Pétersbourg ? Non, il n’y aura pas un représentant du gouvernement micronien, ni Micron puisqu’il y était l’année dernière, ce sera Sarko, le nain malfaisant, à la plénière avec le PDG de Total, entre autres. Pas mal non ? Bon, il vient probablement chercher des sous, mais lui, c’est un vrai copain de Vova Blondin qui a su le dresser en 2008, lors d’un G8.

Ah, au fait, c’est qui ce gommeux de Ladislas. Encore une de vos fiottes bobo, incapable de faire et de gagner une guerre. Tu décades, camarade…

Voir aussi:

Les chroniques Moscovites

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/chroniques%20moscovites/

Partager cet article
Repost0
30 mai 2019 4 30 /05 /mai /2019 14:35

Manuel Valls, c'est l'art de rebondir .Manuel Valls retombe toujours sur ses pattes – Légende ou réalité ? À la différence de nos tartines de confiture qui ont le malheurs de toujours tomber du mauvais côté, Manu lui a la capacité de se redresser dans sa chute pour toujours, ou presque, retomber sur ses pattes.

Ce catalan a en effet la possibilité de se redresser lors d’une chute pour retomber sur ses pattes sans trop se faire mal.

Ceci grâce a une colonne vertébrale très mobile où chacun des os sont librement reliés les uns aux autres. Les os de ses membres antérieurs sont également flexibles permettant d’amortir plus facilement une chute et empêcher la détérioration des organes internes. Ses yeux et son oreille interne jouent également un rôle important dans l’action de redressement puisqu’ils permettent à cet homme politique de déterminer où est le haut du bas afin de se tourner face au sol. Celui-ci pourra alors redresser sa tête dans le bon sens et tout son corps suivra pour se retrouver en position pour atterrir.

Ses moustaches vont lui permettre aussi de connaître la distance approximative qui le sépare du sol.

Sa nouvelle pilosité faciale détermine chez lui une optimisation de ses possibilités de captation.

Après l'échec de l'élection municipale de Barcelone, il lui faut une position de replis derrière la frontière!

Totalement bilingue français/catalan , il peut bien faire campagne pour la mairie de Perpignan, prendre la ville dans le chaos des prétendants au trône de fer local . La plupart des candidats n'ont aucune densité, aucun programme, aucun affect quant à la ville, n'y vivent même pas pour certains. Il a donc au moins leurs qualités. Avec en plus l'avantage en plus de s'être fait connaître en luttant de manière active contre l'humoriste "controversé" Dieudonné, ou le philosophe "sulfureux" , Michel Onfray !

Manuel Valls à Perpignan, seul candidat crédible face à Louis Aliot du RN!

Qui peut battre l’extrême droite pour le camp du bien que Manuel Valls. Qui sait si BHL ne viendra pas le soutenir dans sa campagne ?

De là, il ne renonce pas à Barcelone, et pourrait même envisager de diriger la future grande région de Catalogne (enfin réunie) dans une Europe à la réalité augmentée!

Perpignan pour Manolo Valls, ce n'est que reculer pour mieux sauter . Ce qui était impossible hier , ne le sera pas demain, il suffit juste de travailler à la modification des conditions du réel . Anticiper sur ce veux la logique européenne . Qui aurait penser à l'inutilité des nouvelles grandes régions françaises comme Haut de France ou Occitanie , mais qui ont pourtant eu lieu...contre la volonté des habitants. Ceci n'était qu'un exercice, il est temps de passer aux choses sérieuses et de travailler les territoires au corps comme le docteur Moreaux, ses hybrides dans son île!

Mais Perpignan, n'est pas encore gagnée! Il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant d'attraper le pot de miel pour l’appâter!

Certes, les perpignanais ont de bonnes têtes de vainqueurs, qu'il est facile de berner . Confirme, la succession de maire qui se sont fait élire et leurs politiques à l'ingéniosité qui n'a pas démontré qu'elle pouvait couper l'eau chaude avec un fil !

Mais il faut se méfier du poisson rouge qui dort dans son bocal. Il peut bien surprendre et mordre jusqu'au sang l'impudent qui voudrait le nourrir de promesses coupées au bromure...

réécoutez l'interview de Manolo Valls ici:

https://soundcloud.com/nicolas-caudeville-80909498/recording1-4786

Voir aussi:

 

 

 

Partager cet article
Repost0
29 mai 2019 3 29 /05 /mai /2019 01:21

ils ont assisté aux"imagines les PO" du conseil départemental  http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2019/04/debat-conseil-departmental-au-campus-mailly-pour-hermeline-malherbe-la-presidente-ce-que-j-ai-entendu-ce-soir-me-donne-la-peche-arti, il répond par une poésie

 

Imagine les Pyrénées-Orientales !!!

Pour imaginer
Savoir se lever
Et dire au monde
L’envie de témoigner
qu’un pays du Midi
Est un delà du possible
Ou l’un et l’autre
Sont capables
De survivre aux laisser aller
Pour perdurer la parole
D’une culture défensive « Où rien ne demeurera sans être proféré «

Pour parfaire
Un ordre établi
Ou les représentants du peuple
Ont oublié leur costume d’être
Mais ou les habitants ont mis leurs habits du dimanche
Pour signifier les hauts faits
De leur quotidien
Une accumulation de savoir-faire

Pour vivre
Cet amphithéâtre de la montagne à la mer - Mar i munt
Les hommes et les femmes si sensibles
Créent le jour du soleil
Pour ne pas baisser la tête
Devant leurs maitres
Et inventent le bonheur sans heure
D’un peu plus
De francisation une catalanité séparée
Où les anciens comtés ont gardé
La raison d’être une province de l’esprit
De faits et gestes
Pour être partie prenante

Pour ajouter aux débats
L’heure de se rassembler parler pour crier
Et affirmer un peu plus de son âme
Aux pas du destin inaliénable
Les gens d’ici
Te rappelle aux bons soins
D’un guérisseur de la nature
Ou tu n’a plus qu’à ajuster
Ton programme de projets
Avec des couleurs de sang et or
Ou les montagnes descendent aux rivages
Pour se rassembler
Un instant de certitudes

Fait comme il te plaît
Dialogue comme tu le sens
Programme comme tu le veux
Mais de grâce
Laissez nous faire - Deixeu-nos fer …

Alain Pottier dit alpott , Port-Vendres - Avril 2019

Voir aussi:

Partager cet article
Repost0

Articles Récents