Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

10 novembre 2021 3 10 /11 /novembre /2021 16:13

Ce texte est un fragment d'un texte écrit pour un colloque sur l'histoire de la presse locale, qui n'a pu avoir lieu dans ses conditions optimales pour raison de pandémie (Il existe cependant sous la forme de livre avec tous les actes du colloque http://www.aphpo.fr). Mais qui a eu son "digest" par l'intermédiaire du clap ciné Canet et l'animation de Jérôme Quaretti http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2021/08/video-conference-sur-l-etat-et-l-histoire-de-la-presse-locale-au-clap-cine-de-canet.html

Ce qui est dommage, puisque le temps et à la critique de la presse https://lempaille.fr/lindependant-nen-a-que-le-nom-chronique-dune-presse-locale-aux-abois, sans convoquer de débats pour rétablir l'équilibre des fautes entre la presse et ses lecteurs. Le fond de l'histoire, c'est que la disparition de la curiosité de ce qui ne fait pas vibrer l'égo sans truisme des individus, condamne par le truchement des algorythmes des réseaux sociaux à ne lire et ne commenter que les titres. C'est dire, si le serpent a de l'amplitude pour se mordre la queue.

La technologie du net et du numérique en général, a déterminé un changement de paradigme cognitif, dans la construction et la représentation de la production, la diffusion et la perception de l'information. On a désormais la possibilité d'accéder à l'information partout et à tout moment  . Et du terme de presse, en terme d'outil d'information, on est passé directement à "média" qui vient du terme "médium" qui signifie support! Le terme de "presse" venait encore de l'invention du livre , par impression des caractères sur du papier avec de l'encre. Désormais se sont des algorithmes qui font office à la fois de presse, de caractères et d'encre et de journal: on accède à un phénomène de dématérialisation avec sa conséquence directe la déréalisation .

Vers une nouvelle allégorie de la caverne de Platon

Cela impact directement les individus, au prorata de la génération ou de la société dont ils proviennent . Les nouvelles générations des pays où existent et s'étendent ces technologies ont un rapport au monde différent de leur prédécesseurs parce que les outils que nous utilisons tous les jours déterminent et conditionnent  notre représentation mentale  de celui-ci.

 

 

I Le support numérique la plasticité des possibilités

On l'a dit l'évolution technologique a déterminé la création et l'utilisation des supports numériques pour transmettre de l'information . Mais définition la notion d'information avant d'aborder sa mise en modelage numérique. Une information est une donnée, qui met, si elle n'est pas perçue à temps en danger notre univers personnel et au-delà. Par exemple l'information vocale "baisses -toi!" , la seconde d'après une balle siffle . L'information suivie ou pas conditionnait notre vie ou notre mort. Une information peut-être décisive. On  peut diffuser des faits relevés ou des idées qui finiront peut-être par incarner des faits.

Revenons à la presse, le journal papier, puis la radio, puis la télévision on été reste pour parti des supports de l'information . Par eux l'information a été diffusée de manière quasi infinie, jusqu'à ne former qu'un brouhaha , un bruit , un acouphène quasi permanent de la société moderne. Que dire de la société numérique , qui a rajouté une strate supplémentaire  avec la "tourbillonance" de l'information par les réseaux sociaux. On peut diffuser par le "partage" une information ou même de la désinformation (que l'on désigne désormais par l’anglicisme "fake news") auquel répondent ou pas les autres individus (identifiés ou pas) derrière des lignes de code et des écrans pour soutenir ou dénoncer le partage par des émojis, des pouces en l'air ou en bas, voire des commentaires. Et là où dans le monde réel, il y a une hiérarchie de l'information (plus ou moins objective), une verticalité , le monde des réseaux sociaux propose sa subjectivité partial comme "vérité" .

Le voyage informatif sur le net est une ordalie permanente, où le "héros" doit passer au crible l'information ou faire foi de la bonne réputation de la maison qui la lui sert ou de son chef cuisinier!

La multiplicité de l'information ne fait pas sa biodiversité, mais plutôt sa dilution!

"L'ère postmoderne puis les sociétés liquides (depuis 1992) À partir des années 1990, Zygmunt Bauman étudie les sociétés occidentales contemporaines, les qualifiant d'abord de postmodernes puis de liquides. ... Dans la « société liquide », l'unique référence est l'individu intégré par son acte de consommation." Et l'individu est lui-même consommable et consommateur des autres. Comme exposé par le narrateur dans "Fight club" (le roman de Chuck Palahniuk publié en 1996 ou le film américain de David Fincher, sorti en 1999 )

"À chaque nouveau voyage, toute une vie en miniature : sachet de sucre à usage unique, gobelet de crème à usage unique, noix de beurre à usage unique, kit plateau repas cordon bleu micro-ondé, shampooing deux en un, échantillon gratuit de bain de bouche, savonnette miniature. Les gens que je rencontre sur chaque vol sont mes amis à usage unique."


  C'est cela "la société liquide" , c'est une société où rien n'est solide ou rien ni personne n'est préhensible (du coup rien n'est perçu comme "répréhensible")

Dans un tel monde (la société du chaos décrite par le théoricien catalan Jordi Vidal dans son livre "Résistance au chaos" (sorti en 2002) ou dans sa version sériée bientôt sur le net), peuplé de tels individus, le rôle de l'information n'est plus le même. Outil de construction autrefois, il est un outil de consommation réduit à un "flux" (idem Jordi Vidal livre "Servitude et simulacre" livre sous-titré  ."La fin d’une époque – les conditions du vraiL’enjeu des affrontements" sorti en 2007)

Et comme on est ce que l'on mange...

Que devient un individu qui ingère de l'information sous la forme de faits reconstitués ou d'idées, mais de flux permanents? Ils sont des néo-Pangloss, le personnage du roman philosophique de Voltaire: "Pangloss : est le précepteur de Candide , il lui enseigne la » métaphysico-théologo-cosmolonigologie » , qui est un mélange de métaphysique, théologie et cosmologie. Il est le représentant de la philosophie de l'Optimisme.", mais le néo Pangloss a aussi un coté obscurs qu'il s'auto professe , ainsi qu'à l'univers , de l'espace la machine à café, ou sous forme de commentaires néo-expert, néo-érudit sur les réseaux sociaux! 

 Au moment du siècle des lumière, l'exemple humain à atteindre était "candide" (le lecteur de la presse d'avant) , l'homme qui nourrit son jardin intérieur par ses réflexions. Le nouveau objectif humain à atteindre "le post-moderne" Pangloss . Celui qui d’après son nom d'origine grec , signifie "parle toutes les langues"  .

être informé lui parait-il utile, en particulier l'information locale?

S'informer sur internet a évalué au fur et à mesure de la technologie et de son impacte sur la sociologie . "On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve" disait le grec Héraclite . Et notre histoire culturelle personnelle détermine elle aussi notre réaction et notre manière de percevoir l'information . Peut-être qu'à force de réseau mondial , on ne perçoit plus sa réalité comme locale ou localisable. Que l'on se préoccupe plus de la mort d'un koala (parce qu'il est mignon) sur l’île continent  Australie, que de l'élection prochaine du maire de la ville. (et pourtant ce n'est pas le koala qui gère le budget de la ville). L'information qu'il lit et qu'il partage ne sert plus à dire que, qui il est ! Je suis le message et l'information :c'est moi et mon indignation (Hessel relèves-toi, ils sont devenus fou!).


 

II La presse numériques et ses manifestations locales

Comment dire et parler le local, avec un outil global pour des individus qui se perçoivent comme autant de principautés, dont le fait local n'est qu'un décors ou ceux-ci ne perçoivent leur "correspondances" avec celui-ci. Ainsi le poème de Baudelaire ne sonne plus pareil :

"La Nature est un temple où de vivants piliers Laissent parfois sortir de confuses paroles ; L’homme y passe à travers des forêts de symboles Qui l’observent avec des regards familiers."

La presse locale , qui est un émetteur d'information aura-t-elle toujours autant de récepteur d'information, que la majorité des habitants de son territoire (conf la "Société Liquide" de Zygmunt Bauman)

Perpignan: dans un monde connecté, les médias locaux intéressent-ils encore ses habitants? par Nicolas Caudeville
Perpignan: dans un monde connecté, les médias locaux intéressent-ils encore ses habitants? par Nicolas Caudeville
Partager cet article
Repost0
9 novembre 2021 2 09 /11 /novembre /2021 19:22

"Seule la mort est pour rien. Tout le reste se paie! " Bertold Brecht

"Walter Benjamin, c'est l'infini, mis à portée de l'intermittence du spectacle... " Robert Dainar in "Carmaux est une fête !"

"pour avoir les sans dents plus blanches, gargarisez-vous avec la lotion Walter B...Lotion Walter B, pour garder l’Arène fraîche, comme celle de George" publi-cité année 80

"Le vrai est un moment du faux" Censor http://revuepostures.com/fr/articles/bellehumeur-27

Il y a des gens qui se réclament de Walter Benjamin, et lui pris dans un syndrome de Stockholm, ne dit rien . Il ne s'insurge pas qu'on le prenne comme une matière première et qu'on en fasse un produit transformé.

Grace à lui des gens se sont fait des titres, des prix: ils sont devenus les tenanciers d'une boutique de souvenirs, de grigris...

Ils se sont rendus sur la plage de Portbou ,et ont eu une épiphanie. Ils ont été les témoins "d'un moment Walter Benjamin". En Walter Benjamin, we trust !" Ho, ça pour le truster...

Le cas Nathalie Raoux . Elle fait parti du fameux prix "Walter Benjamin" . Même si une pensée n'a pas de prix, il faut quand même, lui en décerner!

Qui est-elle, voilà ce que le bureau dit sur sa "légende" http://centregeorgsimmel.ehess.fr/membres/membres-statutaires/nathalie-raoux/ Et je suis sûr qu'il en manque. Elle revendique dans ses derniers Tweets : "l’enlèvement" du nom Walter Benjamin sur le fronton du centre perpignanais http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2021/11/perpignan-walter-benjamin-est-remort-ici-a-moins-que-ce-soit-un-de-ses-nombreux-sosies-ou-revendiquer-comme-tel-par-nicolas-caudevil. Avec un fameux "not in his name", qu'on pourrait bien lui retourner.

C'est bien, quand le suicide d'un autre vous permet des vacances dans le sud de la France et le nord de la Catalogne...

Puisque qu'elle nous tweet encore: "qu'elle s'amuse comme une petite folle avec son panorama des années d'exil de Benjamin." 

Elle nous montre ici, qu'elle a su intégrer la phrase d'Oscar Wilde (on pourra lui remettre le prix) : "les tragédies des autres sont toujours d'une banalité désespérante ! "

 

8:39 PM · 5 nov. 2021·Twitter Web App

 

Nathalie Raoux

@RaouxNathalie

 

Avant - maintenant Merci à toutes celles et ceux qui se sont mobilisé.e.s (à commencer par les petites filles de W.Benjamin) pour que l'actuelle Mairie de Perpignan ne puisse pas se revendiquer du nom de Walter Benjamin

 

Image

 

 

Image

 

 

Not in his name, c'est aussi simple que cela. Pas besoin d'épiloguer.

 

D'aucuns diront sans doute qu'il aurait fallu attendre et voir - quoi ? Cela m'échappe. D'autres diront que cela aurait pu constituer un pôle de résistance - cela me semble ô combien utopique, voire un peu naïf.

 

Post-scriptum :

Et puis ce 8 novembre, dans la perspective de la Conférence qu'elle doit tenir à Céret, dans le cours de toutes ces cérémonies de remises de prix, juste avant de boucler sa valise on imagine, elle confie à ses followers :
 

 

9:48 AM · 8 nov. 2021·Twitter Web App

 

Nathalie Raoux

@RaouxNathalie

 

<- Personne qui s'amuse comme une petite folle avec son panorama des années d'exil de Benjamin (35 vignettes, 1m30 par vignette). Qui l'aurait cru ? Bonne semaine, Twitter.

 

Il y a encore le titre de "l'indépendant", le journal d'ici, qui annonce la remise du prix Walter Benjamin qui sera remis entre Céret et Carcassone ce mois de novembre et où, on nous annonce "du beau monde" et quelques intermittents du spectacle pour dire des textes. Walter Benjamin, ça donne aussi un statut, mais ya pas de quoi en faire un monument...Finalement, ceux qui lui on rendu le meilleur hommage et pas collatéral, c'est le groupe allemand (ex de l'Est) Rammstein avec leur titre "radio"

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2021 2 09 /11 /novembre /2021 14:48

La Bressola et sa tentative d’achat du monastère Sainte-Claire continue d’agiter le petit monde politique local.

Alors que le référé contre l’opération de préemption lancée par la municipalité passait devant le juge administratif, une empoignade de près d’un quart d’heure sur le sujet a eu lieu entre Chantal Bruzi, d’un côté, et Louis Aliot et André Bonet, de l’autre.

 

 

D’abord on appréciera la technique utilisait par Chantal Bruzi pour faire croire qu’il ne s’agit pas d’un sujet politique. « Si on sort du politique » est sans doute la meilleure méthode pour parler politique.

 

La question sous-tendue de Chantal Bruzi doit être comprise comme étant : « la mairie a-t-elle un projet, ou agit-elle de façon impulsive ? »

Et la réponse est riche d’enseignements.

 

Alors oui, vu de l’extérieur, comme Chantal Bruzi, l’observateur distrait voit un « problème de communication interne ». Mais en écoutant attentivement, on se rend compte que le dossier est géré n’importe comment depuis des années.

 

Non, il ne s’agit pas d’un « coup d’humeur », il s’agit juste de la gestion à la « perpignanaise ».

 

La méthode est simple : personne ne se parle, personne n’écoute les techniciens, personne ne va chercher des consultants spécialisés et reconnus. Tout le monde suit sa petite lubie en oubliant un petit détail : le projet devra se réaliser dans le monde réel !

 

On apprend donc qu’en 2019, Jean-Marc Pujol, alors maire de Perpignan, avait demandé une analyse de l’état du couvent au service urbanisme. Il était désireux de l’acquérir, sans avoir un réel projet pour ce bâtiment. Les services avaient répondu que seulement deux solutions étaient envisageables. Le conserver en l’état, sans doute avec les sœurs dedans ?, ou le raser.

 

Non, il est peu probable que ce brave Jean-Marc ait eu l’idée de le raser. Il n’a jamais eu d’idée. Le titre de l’article est juste putaclic.

 

Mais si vous êtes tombé, cher lecteur, dans le panneau, vous ne pouvez vous en prendre qu’à vous-même.

L’installation du collège-lycée étant techniquement impossible dans le couvent, la mairie aurait proposé de racheter l’ancien lycée Al Sol, devenu le GRETA en cours de route, pour y mettre l’école. La proposition date de janvier 2020, si on en croit Louis Aliot. Quelques mois et une défaite électorale plus tard, le projet de rachat s’est retrouvé à l’arrêt.

 

Le manque de communication entre la mairie et la direction de la Bressola est stupéfiant. La demande « d’anonymisation du dossier » par la Bressola est aussi stupéfiant. Ces dernières années la municipalité a montré sa capacité à préempter de façon agressive des biens immobiliers. Les équipes de l’époque Pujol sont toujours en place. Dans les grandes lignes, rien n’a changé.

Et puis, il faut être, en matière d’immobilier, on ne gagne rien à refuser de jouer cartes sur table.

 

Ceux qui ont conseillé la Bressola ont raté leur coup.

 

Et puis, il faut reconnaître que le Conseil départemental, compétent pour les collèges, et le Conseil régional, compétent pour les lycées, n’ont pas l’air d’avoir été très sérieux dans cette affaire.

 

Dans le cas du CD66, on ne sera pas surpris. La gestion du collège Camus, et de son hypothétique transfert, montre, depuis plus de 15 ans, que le CD66 est capable de faire du grand n’importe quoi en matière de politique immobilière.

Louis Aliot propose que la Région cède le lycée Léon Blum, situé au Moulin à Vent. Pourquoi pas, mais là aussi, on sent bien que la Région ne répondra pas.

 

Cette histoire de préemption montre, s’il le fallait encore, qu’à peu près tout le monde dans le département pratique la gestion à la petite semaine. Dans le cas d’un collège-lycée catalan en immersion, c’est folklorique et amusant. Mais dans la plupart des autres sujets, ça fait froid dans le dos.

Et pas qu’un peu !

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2021 7 07 /11 /novembre /2021 15:07

 

Perpignan/ Lundi 8 novembre : salon « Be Ranci ! », rencontres européennes des Vins oxydatifs secs

Michel Castillo, Banyols Marie-Louise, Alain Pottier en l'absence regrettée de Paul Schramm, Jean Lhéritier,...étaient en direct pour l'archipel contre attaque pour présenter le troisième salon des vins oxydatifs d'Europe. Un événement dont vous serez les héros.

"Ces vins particuliers, explique Alain Pottier un des organisateurs du salon, sont élaborés un peu partout autour de la Méditerranée, ce lundi nous compterons parmi les 77 exposants pas moins de 7 pays différents parmi lesquels la Grèce, la Hongrie, l'Italie sans oublier une forte présence de producteurs catalans. On peut dire sans se tromper que c'est le salon le plus important en Europe, consacré uniquement aux oxydatifs. C'est aussi pourquoi nous accueillons autant de connaisseurs et de professionnels qui savent qu'ils auront à disposition une palette incomparable de possibilité de dégustations."

Alain Pottier, Jean Lhéritier, Banyols Marie-Louise, Paul Schramm, Mireia Falques l'agence tout risque du vin oxydatif (extention au domaine de la lutte du rancio sec ) étaient en direct pour l'archipel contre attaque à la maison de la Région au centre del mon à Perpignan pour présenter le livre des vins oxydatifs:" La nouvelles épopée des vins oxydatifs secs"

Perpignan/ Lundi 8 novembre : salon « Be Ranci ! », rencontres européennes des Vins oxydatifs secs
Perpignan/ Lundi 8 novembre : salon « Be Ranci ! », rencontres européennes des Vins oxydatifs secs
Perpignan/ Lundi 8 novembre : salon « Be Ranci ! », rencontres européennes des Vins oxydatifs secs
Perpignan/ Lundi 8 novembre : salon « Be Ranci ! », rencontres européennes des Vins oxydatifs secs
Partager cet article
Repost0
7 novembre 2021 7 07 /11 /novembre /2021 12:42

La sémantique c'est important ! On voit comment le terme populaire, a glissé sur le terme populiste: comme si c'était le peuple qui avait dérapé et perdu sa "common décency" . En matière de représentation du peuple, il y a à la télévision par la perpétuation de la "télé réalité" une tendance à la réduction de celui-ci aux seules "Marseillais" et autres "Chtis" contre le reste du monde et mis en scène à Dubaï (lieu ultime de la réalisation de soi et du "deviens ce que tu es") . Ces émissions produites par des élytres légitiment le mauvais traitement social de la "classe moyenne déclassée" par le capitalisme mondialisé. C'est parce qu'ils sont de nature vile, qu'on peut les traiter comme tel. Hors comme le disait l'artiste Duchamp à propos de la "pissotière", devenue "fontaine": "c'est le regardant qui fait l'oeuvre !" Ainsi, en posant différemment son regard sur le "peuple", on reprend "populaire" et on fait disparaître le "populisme". C'est le cas des réalisateurs des films du festival social et ouvrier de Carmaux...

Pascal Rabaté https://fr.wikipedia.org/wiki/Pascal_Rabaté était en direct pour l'archipel contre attaque pour présenter en avant première son film "Les sans dents" en clôture du festival du film social et ouvrier de Carmaux http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2021/11/cinema/moment-in-social-et-ouvrier-festival-at-carmaux-interview-michel-cade-et-jerome-quaretti-par-nicolas-caudeville.html. Dessines-moi un sans dent...https://www.unifrance.org/film/48468/les-sans-dents un petit gout de revenez-y "D'affreux ,sales et méchantshttps://www.youtube.com/watch?v=jDjKlXPBSBo

"Les sans-dents sont peut-être affreux et sales mais ils ne sont pas méchants.
En marge du monde civilisé, leur tribu recycle en toute illégalité notre rebut pour s’aménager de manière farfelue un hameau de bric et de broc.
La vie pourrait ainsi couler si une équipe policière ne se mettait sur leurs traces…"

 

Carmaux /Film social et ouvrier:Pascal Rabaté, fait la part belle du populaire en BD et cinéma! interview par Nicolas Caudeville, featuring Jennyfer Galté
Carmaux /Film social et ouvrier:Pascal Rabaté, fait la part belle du populaire en BD et cinéma! interview par Nicolas Caudeville, featuring Jennyfer Galté
Carmaux /Film social et ouvrier:Pascal Rabaté, fait la part belle du populaire en BD et cinéma! interview par Nicolas Caudeville, featuring Jennyfer Galté
Carmaux /Film social et ouvrier:Pascal Rabaté, fait la part belle du populaire en BD et cinéma! interview par Nicolas Caudeville, featuring Jennyfer Galté
Carmaux /Film social et ouvrier:Pascal Rabaté, fait la part belle du populaire en BD et cinéma! interview par Nicolas Caudeville, featuring Jennyfer Galté
Carmaux /Film social et ouvrier:Pascal Rabaté, fait la part belle du populaire en BD et cinéma! interview par Nicolas Caudeville, featuring Jennyfer Galté
Carmaux /Film social et ouvrier:Pascal Rabaté, fait la part belle du populaire en BD et cinéma! interview par Nicolas Caudeville, featuring Jennyfer Galté
Partager cet article
Repost0
5 novembre 2021 5 05 /11 /novembre /2021 00:06

"Spécialiste de rien, tout intéressait Walter Benjamin : la ville contemporaine, le langage et ce qu’on appelle les industries culturelles qu’il jaugeait sans les juger. A commencer par la radio…" Jean Lebrun https://www.franceinter.fr/emissions/intelligence-service/intelligence-service-30-janvier-2021

Perpignan: Walter Benjamin est remort ici, à moins que ce soit un de ses nombreux sosies ou revendiquer comme tel? par Nicolas Caudeville Perpignan: Walter Benjamin est remort ici, à moins que ce soit un de ses nombreux sosies ou revendiquer comme tel? par Nicolas Caudeville

Walter Benjamin était-il un philosophe allemand suicider à Portbou en 1940, ou un centre d'art contemporain assassiné en 2021 à Perpignan ?

L'histoire du philosophe allemand Walter Benjamin ne s'arrête pas à sa mort à Portbou en 1940. Il est à la philosophie, ce que Mozart est à la musique. Et on le sait, des silences de Mozart, se sont encore des moments mozartiens ! Alors lorsqu'une bande de progressistes intiment au nouveau maire de Perpignan Louis Aliot réputé "fasciste" de faire retirer le nom de "Walter Benjamin" au centre d'art créé par Jordi Vidal et inauguré par l'ancien maire Jean-Marc Pujol: celui-ci s'exécute.http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2021/03/perpignan-face-a-louis-aliot-le-nom-de-walter-benjamin-efface-par-les-progressistes-interview-jordi-vidal-par-nicolas-caudeville.htm

Et exécute au passage la mémoire de Walter Benjamin. 

Faire disparaître le nom et la mémoire de Walter Benjamin au prétexte de contrôler la "trade mark" et le retour sur investissement des "goodies", il fallait le faire...

Ceux qui sont derrière tout évolue dans un monde dans laquelle la pensée de Walter Benjamin n'a pas cours, mais les bénéfices sur celle-ci , oui. Tout à son prix, même Walter Benjamin. Et celui-ci a été attribuer cette année encore https://prixwb.hypotheses.org 

En attendant, la mairie de Perpignan à fait changer la plaque inaugurale du bâtiment. Comme sur les photos au début de l'article, sur la plaque à frises bleues inaugurée, elle en octobre 2013, le nom Walter Benjamin et Jean-Marc Pujol figurent tous les 2. Alors que dans la nouvelle, ne figure plus que le nom de Jean-Marc Pujol...Vive la cancel kulture invoquée par les nouveauveaux éveillés, qu'ils soient des Albéres ou du café de Flore...

 

 

Perpignan: Walter Benjamin est remort ici, à moins que ce soit un de ses nombreux sosies ou revendiquer comme tel? par Nicolas Caudeville
Partager cet article
Repost0
3 novembre 2021 3 03 /11 /novembre /2021 17:01

Au Clap Cine Carmaux pour le festival du film social et ouvrier https://www.cinemas-carmaux.fr/festivals/, l'archipel contre attaque à rencontré Gilles Perret Co réalisateur de "Debout les femmes" https://www.youtube.com/watch?v=Ik-Mfy9F98Y avec le député journaliste François Ruffin, après leur "J'veux du soleil "(sur les gilets jaunes ) sur ce nouveau "Lumpen Prolétariat " exploitées, sous payés et un"au service des autres " essentiellement féminin et ce n'est pas pour se donner un genre aides soignantes, ASH... En avant première ce soir à Carmaux et demain aux Clap Ciné de Canet et Leucate. Gilles Perret une filmographie au service de la sociale...

&quot;Debout les femmes&quot;le film  à Carmaux,à Canet,à Leucate et partout dans le monde! interview Gilles Perret interview Nicolas Caudeville, featuring Jennyfer Galté
&quot;Debout les femmes&quot;le film  à Carmaux,à Canet,à Leucate et partout dans le monde! interview Gilles Perret interview Nicolas Caudeville, featuring Jennyfer Galté
&quot;Debout les femmes&quot;le film  à Carmaux,à Canet,à Leucate et partout dans le monde! interview Gilles Perret interview Nicolas Caudeville, featuring Jennyfer Galté
&quot;Debout les femmes&quot;le film  à Carmaux,à Canet,à Leucate et partout dans le monde! interview Gilles Perret interview Nicolas Caudeville, featuring Jennyfer Galté
&quot;Debout les femmes&quot;le film  à Carmaux,à Canet,à Leucate et partout dans le monde! interview Gilles Perret interview Nicolas Caudeville, featuring Jennyfer Galté
&quot;Debout les femmes&quot;le film  à Carmaux,à Canet,à Leucate et partout dans le monde! interview Gilles Perret interview Nicolas Caudeville, featuring Jennyfer Galté
Partager cet article
Repost0
31 octobre 2021 7 31 /10 /octobre /2021 18:32
http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2021/10/video-conference-de-presse-festival-du-cinema-social-et-ouvrier-2021-de-carmaux-avec-jan-bucquoy-jordi-vidal-et.html

Le festival du film social et ouvrier a eu lieu à Carmaux http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2021/10/video-conference-de-presse-festival-du-cinema-social-et-ouvrier-2021-de-carmaux-avec-jan-bucquoy-jordi-vidal-et.html.De belles rencontres, de beaux films qui pourraient inspirer une gauche en mal d'idée, mais candidats, élus de gauche ne sont pas venu parce qu'il ne faut pas prendre le risque de sortir de sa zone de confort . Il est faitgant de sortir de sa posture, se confronter au réel aux travers d’œuvres, de documentaires et de ceux qui les ont réalisé. Alors vous qui êtes dans le signifié de la gauche, sans vous sentir obligés de vous nourrir de signifiant et d'en assurer une large diffusion, quitte à rester chez vous, faites donc silence. Et qu'on puisse enfin entendre ceux qui ont fait un travail sur le réel et l’émancipation et ses moyens .

En direct du Clap Cine Carmaux, Jérôme Quaretti et Michel Cadé nous parlent de la programmation du Festival du cinéma social et ouvrier. Retrouvez nous dans quelques instants, en direct avec Gilles Perret, réalisateur du film "Debout les femmes!"

Cinéma/ moment in social et ouvrier festival at Carmaux! Interview Michel Cadé et Jérôme Quaretti par Nicolas Caudeville
Cinéma/ moment in social et ouvrier festival at Carmaux! Interview Michel Cadé et Jérôme Quaretti par Nicolas Caudeville
Cinéma/ moment in social et ouvrier festival at Carmaux! Interview Michel Cadé et Jérôme Quaretti par Nicolas Caudeville
Cinéma/ moment in social et ouvrier festival at Carmaux! Interview Michel Cadé et Jérôme Quaretti par Nicolas Caudeville
Cinéma/ moment in social et ouvrier festival at Carmaux! Interview Michel Cadé et Jérôme Quaretti par Nicolas Caudeville
Cinéma/ moment in social et ouvrier festival at Carmaux! Interview Michel Cadé et Jérôme Quaretti par Nicolas Caudeville
Cinéma/ moment in social et ouvrier festival at Carmaux! Interview Michel Cadé et Jérôme Quaretti par Nicolas Caudeville
Partager cet article
Repost0
28 octobre 2021 4 28 /10 /octobre /2021 23:59

“Céder une fois à la foule, c'est lui donner conscience de sa force et se condamner à lui céder toujours. ” Psychologie des foules" Gustave Le Bon

 

 

 

Durant l’automne 2021, Loulou a décidé de découvrir Perpignan. Et, accessoirement, les perpignanaises et les perpignanais. Faut dire, quand on est maire d’une petite ville, c’est mieux d’en faire le tour. C’est plutôt utile de connaître la ville, surtout si on veut être réélu.

Il est possible de gagner une fois, une fois seulement, sur un coup de pot. Mais une réélection, ça nécessite de bosser les dossiers.

Travailler plus pour gagner plus, comme dirait le hongrois.

 

Donc Loulou organise des réunions de quartiers. Le public est majoritairement âgé et plutôt européano-centré. Bon, ça n’a pas été le cas à toutes les réunions, mais on sent bien que les EHPAD du coin profitent de l’occasion pour organiser des sorties détente.

Outre l’habitant « statistiquement » moyen, madame et monsieur tout le monde grosso merdo, les vrais absents ce sont les leaders autoproclamés de l’opposition. Certes, lors de la réunion à Saint-Matthieu, on a bien vu une simili opposante passer la tête par la porte-fenêtre, mais ça n’est pas allé plus loin. Un rapide acte de présence, sans plus. Mais comme le disait, l’autre jour, une de mes personnalités multiples à un de mes amis imaginaires : l’exil à Céret, y’a que ça de vrai !

 

Alors les gens, acquis à la cause faut dire, viennent se plaindre des crottes de chien.

 

Alors les gens, acquis à la cause faut dire, viennent se plaindre du trafic de drogues, de la petite délinquance et des incivilités.

 

Alors les gens, acquis à la cause faut dire, viennent se plaindre des déchets qui pullulent sur la voie publique.

De temps à autre, quelqu’un pose une question un peu plus sérieuse. Un problème de mobilité, un problème de logement insalubre, un problème économique. Il existe à Perpignan, même s’ils sont rares, des gens qui voient plus loin que les crottes de chiens. Malheureusement, ou pas, ils ne sont pas engagés dans le milieu militant pour la plupart. Logique, ils sont malins.

 

Loulou répond à toutes les questions. De temps en temps, il associe aussi son équipe aux réponses. Et les réponses sont toujours insipides.

 

Mise à part quelques réponses techniques à des problèmes techniques, le « technique » fait partie du boulot des élus et des « techniciens » salariés de la mairie, faut dire ce qui est, ce n’est que de la parlote. Rien de plus.

« Stratégie » est un mot qui revient souvent dans la bouche du maire et de ces directeurs de service. Sans jamais que les stratégies ne soient expliquées. « On y travaille » revient souvent aussi. C’est vrai qu’on imagine mal un élu déclarait : « le sujet est important, je vous le concède bien volonté. Mais on va pas le bosser. Pourquoi ? Parce que vos problèmes, on s’en fout ! ». Ça serait honnête, ça ne serait pas très bon pour les prochaines échéances électorales.

Et puis, il y a l’éternel « c’est pas ma faute à moi ! ». Un grand classique de la réunion publique. Sans lui, tout le monde serait déçu.

 

Alors oui, si Perpignan n’a pas d’éducateur de rue c’est parce que le Conseil départemental, clairement à droite, refuse de financer des actions sociales dans les Quartiers Politique de la Ville.

 

Mais à un moment, il faut être lucide. Oui, la Police Nationale manque d’effectif. Oui, le tribunal est totalement vétuste. Oui, la prison connaît un taux d’occupation de près de 200 %. Oui, les services de la mairie ramassent 490 tonnes de déchets dans la rue chaque mois. Oui, dans certains quartiers, les lave-linges sont balancés par la fenêtre. Oui, il manque cruellement de structures d’accueil pour les SDF.

Mais, blâmer l’État, dénoncer les manquements du Conseil départemental, critiquer des députes, certes à côté de la plaque, ce n’est finalement qu’un réflexe puéril qui cache un manque total d’ambition.

 

Non, Loulou ne nous parle jamais de sa vision de la ville. Non, Loulou ne nous dit jamais où il veut aller. Non, Loulou n’explique jamais comment il compte contourner les bâtons que l’État, les collectivités territoriales, les députés imbéciles, lui mettent dans les roues.

Non, Loulou ne nous dit jamais en quoi il est l’homme de la situation.

 

Il faut être lucide, en un peu plus d’un an de mandat municipal, Loulou est devenu « mollasson ». Il est moins incisif, il est moins punchy. Il est devenu consensuel. Limite, il a sombré « social-démocrate ».

 

On va finir par regretter de ne pas avoir voté Alexandre Bolo ou Olivier Amiel, parce que, quitte à avoir des mecs d’extrême droite qui racontent n’importe quoi, autant en avoir un qui est rigolo.

 

 

PS : je n’ai plus de télé depuis 2007 ;)

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2021 4 28 /10 /octobre /2021 20:17
&quot;Nous dansons sur un volcan&quot; de Jordi Vidal hier à Carmaux, demain à Argeles en avant première à 20h30!

Nous dansons sur un volcan !

Un  film documentaire de Jordi VIDAL

À partir de l’histoire de la sardane républicaine, Nous dansons sur un volcan ! interroge d’un point de vue humaniste, ce que sont devenus nos rapports sociaux qui, à force d’être privatisés, ne sont même plus privés. Ce film entend défendre l’histoire et la pratique d’une petite danse régionale qui nous enseigne, comme par défaut, ce que pourrait être notre rapport au monde, à l’autre, à l’éthique, à la solidarité, à la liberté, à l’égalité et à la fraternité.

 

En co-production avec Kalimago Films

Dimanche dernier dans le cadre du festival social et ouvrier de Carmaux http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2021/10/video-conference-de-presse-festival-du-cinema-social-et-ouvrier-2021-de-carmaux-avec-jan-bucquoy-jordi-vidal-et.html eut lieu l'avant première en public (nombreux) . Demain vendredi, il en sera de même au Cinéma d'Argeles à 20h30 https://www.coupdoeil66.fr/36-e-rencontres-cinemaginaire-du-29-octobre-au-1er-novembre/

Il en sera de même au Girona festival le 13 novembre prochain en Catalogne sud https://www.gironafilmfestival.com/film/nous-dansons-sur-un-volcan/

Mais en attendant, voici des morceaux de lave arrachés à la mine de Carmaux et son cinéma...

&quot;Nous dansons sur un volcan&quot; de Jordi Vidal hier à Carmaux, demain à Argeles en avant première à 20h30!
&quot;Nous dansons sur un volcan&quot; de Jordi Vidal hier à Carmaux, demain à Argeles en avant première à 20h30!
&quot;Nous dansons sur un volcan&quot; de Jordi Vidal hier à Carmaux, demain à Argeles en avant première à 20h30!
&quot;Nous dansons sur un volcan&quot; de Jordi Vidal hier à Carmaux, demain à Argeles en avant première à 20h30!
&quot;Nous dansons sur un volcan&quot; de Jordi Vidal hier à Carmaux, demain à Argeles en avant première à 20h30!

Voir aussi: la série de Jordi Vidal "La société du chaos" http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/tag/la%20societe%20du%20chaos/

Partager cet article
Repost0