Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 10:54

 

Opera-de-Lyon_imagelarge.jpg

Trouvé sur le site Batiweb http://www.batiweb.com/ une information selon laquelle:"La société Etudes de Design et d'Architecture, ex-Jean Nouvel et associés, a été condamnée à verser 82.000 euros à la Ville de Lyon pour une série de malfaçons constatées après des travaux à l'Opéra, rénové entre 1986 et 1993, a-t-on appris jeudi auprès du tribunal administratif.

La société Etudes de Design et d'Architecture, ex-Jean Nouvel et associés, a été condamnée à verser 82.000 euros à la Ville de Lyon pour des malfaçons sur les accès aux équipements électriques de la scène et sur la machinerie de l’Opéra de Lyon. Ce dernier a en effet connu plusieurs problèmes techniques depuis sa rénovation et avait fermé en février 2000 à cause de cintres du décor défectueux. Une autre fois, une plaque de la verrière du dôme était tombée. La Ville a donc dû effectuer des travaux complémentaires de sécurité ces dernières années. Elle poursuivait cette société chargée de la maîtrise d'oeuvre ainsi que le contrôleur technique des travaux, Socotec, et Hymelec, un des principaux entrepreneurs.

A l'audience, le 21 avril, la Ville avait demandé plus de 1,5 million d'euros de dédommagement à trois entreprises. Le tribunal a rejeté ses deux principales requêtes, de 915.840 euros au titre de l'absence d'un dispositif de détection du mou de câble sur la scène et de 287.393 euros pour une résistance prétendument insuffisante de chaînes de contrepoids, estimant que les entreprises n'avaient commis aucun manquement. La justice administrative avait déjà condamné cinq sociétés  en 2008-2009, dont Etudes de Design et d'Architecture, à verser plus de 100.000 euros à la Ville pour une première série de malfaçons, notamment dans les cuisines du restaurant de l'opéra."

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
<br /> <br /> Nicolas ... bien sûr, l'info est certainement tout à fait véridique ... mais je crois qu'aller chercher de vieilles et lointaines histoires ne sert pas ta cause .<br /> <br /> <br /> Une question : de ma position "professionnelle" (auprès d'artistes du spectacle vivant dont le théatre)  je percois tout à fait le naufrage culturel que risque fort de provoquer<br /> cette super structure  (le TDA, buldozer aux visées hégémoniques).<br /> <br /> <br /> Pourtant, le bâtiment, lui, est bel et bien là : le combat le plus porteur ne sera-t-il pas d'exiger un fonctionnement transparent, une programmation intelligente ? plutôt que de monter<br /> et re-montrer à quel point le projet est mauvais, le chantier couteux, la couleur du grenat vilaine ... à moins qu'il ne s'agisse que d'une intestine guerre politico-perpignanaise ? ... je suis<br /> si naïf parfois ;)<br /> <br /> <br /> Bien cordialement.<br /> <br /> <br /> Steph<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> <br /> on peut toujours exiger de la transparence, mais la réponse sera toujours la même , celle Staline:"Combien de division (blindées)?<br /> <br /> <br /> <br />

Articles Récents