Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 08:45

 73905 1677073244592 1170322743 1837542 5172493 n

"Objet : Grève interne illimitée  Refleximmo Pyrénées Orientales

Chers clients, chers partenaires, chers tous,

En raison de l’obligation qui nous est faite (voir pièces jointes) et contraire à notre volonté, puisque sans concertations, de céder « partiellement »  notre titre au Groupe Midi Libre, propriété du  Groupe Sud Ouest, nous vous informons que nous cessons immédiatement nous, Equipe Refleximmo,  toutes activités dés envoi de ce courrier.  

Le magazine qui paraîtra mercredi 26 octobre prochain (et contraire à notre charte graphique, voire notre diffusion, malgré nos protestations) sera donc le dernier, que, pour vous servir, nous aurons honoré.

 En voici les raisons : depuis juillet 2010, Sud Ouest et  ses actionnaires, (ceux-ci ayant dénoncés la convention de trésorerie les liant à la SAS Refleximmo) ont privés notre société des moyens financiers qui auraient permis son développement, celui de nos titres, nous contraignant à des conditions de travail déplorables et ayant porté préjudice, tant à l'exercice de nos fonctions, qu’à nos familles, notre santé.

Aujourd’hui, il  nous est imposé, Karine et moi,  de transférer nos contrats de travail au Groupe Midi Libre, dont l’actionnaire principal est ce même Groupe Sud Ouest !       

Nous ne pouvons cautionner l’obligation de réintégrer un Groupe qui a licencié, dés 2009, des milliers de salariés, lors de la liquidation de sa filiale de journaux gratuits S3G, ainsi que plusieurs titres et sociétés liés au nom Refleximmo, (passant de 66 éditions à 7, soit une cinquantaine de « rescapés », bradant dans l’urgence son site www.refleximmo.com)

Sous forme de cession partielle, (Stéphane Michel, Eric Bébert, notre distributeur, étant d'ores et déjà licenciés),  omettant au passage de régler la totalité de la somme fixée par décision du Tribunal de Commerce de Paris, entrainant la cessation de paiements de la Sas Refleximmo (plus de cinquante licenciements), ces mêmes  actionnaires font aujourd’hui leur « marché », pensant nous absorber pour récupérer notre clientèle et bien évidemment le chiffre d’affaire lié à notre activité de ces deux dernières années, ou nous avons fonctionné sous seuls contrôle d’administrateurs judiciaires et experts désignés par Tribunaux de Commerce.

Accepteraujourd’hui de « transférer nos contrats de travail » en effectif réduit, chez ce même Groupe Sud Ouest, aux mains d'argentiers, qui, comme vous le savez (voir plan social L’Indépendant, Midi Libre)  sacrifie  sur l’autel du Dieu Profit, sa masse salariale au détriment de la qualité du service, serait trahir nos confrères licenciés dans les jours et semaines  à venir.

Trahir aussi cette  qualité de service à laquelle  nous nous sommes tant employés durant ces vingt deux mois, ne comptant ni les heures, ni le sacrifice de nos vies personnelles.

Accepterserait vous trahir et trahir nos valeurs professionnelles et morales.

Pour eux, l’être humain, le salarié, n’est plus qu’un instrument, un matricule,  dont ils pensent disposer à leur guise, le client, un chiffre d’affaire, dont seul le profit généré compte.

De par les erreurs manifestes de pseudo-dirigeants (ou savants calculs pour réversion de dividendes), des milliers de salariés (et leurs  familles) se sont vus « remerciés » brutalement, goutant à la précarité, d’autres étant concernés aujourd’hui.  

La SAS Refleximmo, en effet, est déclaré dès aujourd’hui, lundi 24 octobre en cessation de paiements.  

Notre dossier de reprise interne, qui, lui, aurait permis la sauvegarde de tous les emplois, ne nous a pas été autorisé : Bataille du pot de terre contre le pot de fer !!

Des procédures individuelles et collectives de l’ensemble de nos cinquante confrères "rescapés" Sas Refleximmo suivront, à l'encontre de ces pseudos-dirigeants, via Inspection du Travail, Médecine du Travail, Prudhommes, aidés par Syndicats et avocats spécialisés dans le Droit du Travail.  

Nous y adhérons totalement !

Nous espérons que vous comprendrez cette décision, nous excusant de vous prendre en otage de nos actions.

Nous vous tiendrons informés des suites."



 

Partager cet article
Repost0

commentaires