Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 16:33

Dans une édition localisée L'Express (n° 3093) vient de publier un dossier triangle-macs.jpg

signé Jacques Molénat intitulé "Perpignan, le vrai pouvoir des 

francs-maçons". Il y met en lumière l'influence grandissante de la 

maçonnerie ainsi que les dérives affairistes qui l'accompagnent. Au point 

que les "vrais francs-maçons" ont été conduits à prendre leurs distances. Un 

apport précieux pour mieux appréhender la sociologie locale sans sombrer 

dans la théorie du complot. Un phénomène finalement très banal quand on 

l'aborde à partir des trois formes du capital identifiées par Pierre 

Bourdieu : capital social, capital économique, capital culturel.

 

 

Acquérir du capital social

 

Il faut le placer au premier rang parce que c'est de toute évidence ce que 

tout nouvel entrant dans une loge maçonnique est susceptible d'acquérir à 

moindres frais avec un rendement incomparable formidablement supérieur à 

celui que peut offrir tout autre groupe social, hormis peut-être la famille. 

En effet, le capital social d'un individu se compose de toutes les 

ressources réelles ou potentielles liées à son incorporation effective à "un 

réseau durable de relations plus ou moins institutionnalisées de 

connaissances ou de reconnaissances mutuelles (connexions à certains 

individus et groupes)". De ce point de vue, indépendamment de toute 

motivation ou stratégie économique et sociale personnelles, accéder à une 

loge, de quelque obédience qu'elle soit, c'est se connecter à un ensemble 

humain déjà constitué incomparablement riche en ressources de toute nature. 

Pas étonnant alors que l'on y trouve une forte représentation de 

"l'immobilier, le barreau, le notariat, les assurances, les maisons de 

retraite, la Caisse d'Epargne et même l'Usap", toujours selon Jacques 

Molénat qui cite certains noms*. Un avantage concurrentiel déterminant au 

point que l'inflation des adhésions peut être regardée comme le signe d'une 

prise de conscience collective du monde des affaires local qu'il y avait là 

un passage obligé vers la réussite professionnelle. Une concurrence 

exacerbée en a résulté de telle sorte que les plus gros détenteurs de 

capitaux se sont mis à l'abri du menu fretin dans une loge "fermée" à Girona 

(la Toison d'Or, surnommée "la loge peseta"). Dans cette loge on 

s'occuperait plus de l'or que de la Toison selon un franc-maçon critique .

 

Le convertir en capital économique.

 

Le capital économique mesure l'ensemble des ressources économiques d'un 

individu. Il inclut ses revenus et son patrimoine. Dans le système de 

Bourdieu, le capital social peut-être converti en capital économique. Cela 

se conçoit aisément et le classique "piston" en est la forme la plus 

répandue et la plus caricaturale. Plus généralement l'accès à des réseaux 

d'influence pour la plupart des secteurs listés par le journaliste 

conditionne largement l'avenir économique des acteurs concernés. Plus on a 

de concurrents "en loge", plus il est urgent de s'y faire admettre. 

L'accroissement du chiffre d'affaires et des bénéfices des initiés 

perceptible à l'extérieur suscite continûment des "vocations". Dans un 

territoire pauvre en ressources l'espace économique est assez rapidement 

saturé et l'avantage économique se réduit. Le taux de conversion du capital 

social est à la baisse, en raison inverse du flux des entrées. En revanche 

ne pas en être devient de plus en plus un handicap insurmontable. On 

comprend alors la démarche des "vrais maçons" qui créent des loges et ou des 

obédiences séparées. L'un d'eux a même créé un blog*** décrit comme " 

Rassemblement de Frères qui ont quitté la GLNF" et une "Tribune pour 

défendre et rétablir les vraies valeurs de la Franc-Maçonnerie."

 

L'habiller de capital culturel

 

Ce sont des francs-maçons eux-mêmes, et non des moindres- qui prônent un 

retour aux sources en mettant l'accent sur la primauté de l'aspect culturel 

au sens le plus large de la démarche maçonnique. Les "vraies valeurs" qu'ils 

défendent se situent de toute évidence dans le capital culturel et doivent 

transcender les autres formes de capital a priori subalternes. Les "tenues" 

dans les "d'ateliers" -une métaphore significative- sont dédiés à la 

réflexion. On peut conjecturer que la médiocrité globale constante des flux 

de nouveaux entrants et leur peu d'empressement à progresser dans des 

domaines loin de leurs véritables préoccupations sont à l'origine de la 

réaction "puriste". Car l'appartenance à une loge présuppose me semble-t-il 

de posséder un capital culturel minimal pour contribuer même de façon minime 

à l'élaboration d'une pensée collective. Apparemment la côte d'alerte a été 

atteinte et les sortants ont signifié leur refus de cautionner par leur 

présence un habillage culturel pour passe-droits et affairisme 

institutionnalisés dans leurs temples.

 

Gérer son capital symbolique, une gageure ?

 

Par capital symbolique on peut entendre pour chaque individu un composé des 

trois formes de capitaux; Les enseignants, les intellectuels, par exemple, 

sont a priori largement pourvus en capital culturel et pauvres en capital 

économique et leur carrière est une lente conversion du premier dans le 

second, leur capital social jouant à la marge (ce qui n'est pas le cas des 

journalistes). Le "self made man" en revanche en est en général dépourvu 

mais son capital économique est très valorisé dans les sociétés 

néolibérales. Un franc-maçon venu dans une loge à des fins alimentaires 

s'ingéniera donc à parfaire ses accès aux meilleurs réseaux tout en 

accroissant son importance économique. Mais cette synergie risque de mettre 

en lumière, à travers ses faiblesses sur le plan culturel et son peu 

d'empressement à y remédier, les fondements même de sa présence en ces 

lieux. Car la bonne gestion de son capital économique se fait avec des 

outils auxquels seul le capital culturel permet d'accéder .

 

Comme le dit la chanson "la culture c'est comme le riz ; d'abord c'est dur, 

ensuite c'est cuit !"

 

*avec l'accord des personnes citées

 

**par exemple la loge "Phénix" fondée par une figure historique de la 

maçonnerie locale.

 

*** http://www.lemyosotislibre.fr/

 

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/article-interview-de-herve-vigier-par-nicolas-caudeville-52971442.html

Robert Marty

Blog "Signes du temps, enquêtes sur le sens commun" : 

http://robertmarty.unblog.fr/

Tous sites personnels :http://perso.numericable.fr/robert.marty/index.htm 

Partager cet article
Repost0

commentaires

J
<br /> <br /> Que de contre-vérités et de fausses informations dans cet article ...<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre