Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 17:11

 

 

 

mas-copie-1

L’idée de cette note m'est venue en écoutant le président catalan Artur Mas parler français. Un bon français, je dois dire. Les catalans sous administration espagnole -s'ils sont instruits et d'un certain âge- ont appris, plus ou moins, le français et ils en sont fiers. Tellement fiers qu’ils ne peuvent pas réprimer le besoin de s'exprimer en français quand ils passent la ligne du Perthus. Et n’allez pas leur raconter des histoires sur que la Catalogne va jusqu’à Salses ... pour eux, voir un panneau d'autoroute qui indique "France" et ils sont déjà en train d’aiguiser leur grammaire française, avec son accent approximatif (au fait, quelqu'un devrait dire aux aux profs de français de la Catalogne autonome qu'il serait plus facile de parler français avec l'accent de Toulouse, Marseille ou Perpignan...).Qu’il soit président, entrepreneur, professeur, agent commercial, artiste ou trafiquant de drogue, le sud-catalan qui vient à Perpignan, Céret, Collioure ou Prades il est heureux de parler français. Quand il retourne à Barcelona, Granollers, Reus ou València, il affirme catégorique qu’il “n’y a rien à faire,personne ne parle catalan à Perpignan”. Plus d'une fois j'ai été confronté à des catalans du sud (on les reconnaît, souvent espanyolejen) qui me demandent, dans un français approximatif "com on fé pur alé o Castillé”.Si je leur réponds en catalan je lis la déception dans son visage, ils ont perdu une chance de parler français avec un autochtone. Au mieux, des fois, je vois une certaine gêne... Personnellement je m’en fous, tout le monde fait ce qu’il veut, si pour eux une promenade à Perpignan c’est pareil qu’une promenade à Paris, c’est son problème. Juste une précision, au passage. Certains catalans du nord essaient de parler la langue catalane partout, la faire vivre, qu’elle ne rentre dans la catégorie des “nos chères langues” plus mortes que vives..Et une des raisons pour lesquelles beaucoup de vieux et nouveaux catalans réapprennent la langue est celle de communiquer avec les catalans “de Barcelone”, que le catalan est utile pour travailler ensemble, faire des affaires ou baiser à la catalane si l'occasion se présente. Si le militant de Vic qui vient à l’UCE de Prades en été, et le musicien de Girona embauché à Perpignan, et l'étudiant de Lleida à l’université Via Domitia et aussi le présidents du gouvernement de la Generalitat viennent ici nous montrer qu’ils savent parler français, ils démantèlent et détruisent les longues années de travail acharné pour faire vivre la langue du pays dans ce nord de la Catalogne sous administration française.

"Quatre ringards déconnectés de la réalité», voilà ce que certains pensent des défenseurs du catalan en Catalogne Nord... Aussi “ringards et déconnectés de la réalité»,comme l’étaient, au sud en plein franquisme, ceux qui ont gardé vive la langue et ont passé le flambeau à qui gouverne aujourd’hui à Barcelona, avec le catalan comme langue officielle... et une bonne formation en langue française.

 

      http://blogs.elpunt.cat/aleixrenye/2011/04/18/ecute-come-ye-parle-bien-le-france/

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

V
<br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Le sujet est très intéressant, mais quand on parle de langue, et ici en français, il faut être impeccable<br /> sur l'orthographe et la ponctuation. Sinon, on risque le ridicule. Ce n'est pas la première fois que je vous signale de nombreux manquements de ce genre dans les textes de l'Archipel. C'est<br /> dommage, car les sujets abordés et les personnes interviewés sont généralement de qualité.<br /> <br /> <br /> Evidemment, ne publiez pas mon "commentaire".<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> L’idée de cette note m'est venue en écoutant le président catalan Artur Mas parler français. Un bon français,<br /> je dois dire. Les catalans Catalanssous administration espagnole<br /> -s'ils sont instruits et d'un certain âge- ont appris, plus ou moins, le français et ils en sont fiers. Tellement fiers qu’ils ne peuvent pas réprimer le besoin de s'exprimer en français<br /> quand ils passent la ligne du Perthus. Et n’allez pas leur raconter des histoires sur que incompréhensible (sans doute voulait tu dire « ...des histoire comme « la Catalogne va<br /> jusqu'à... ») la Catalogne va jusqu’à Salses ... pour<br /> Poureux, voir un panneau d'autoroute qui indique "France" et ils sont déjà en train d’aiguiser leur grammaire française,<br /> avec son accent approximatif (au fait, quelqu'un devrait dire aux aux doublonprofs de français de la<br /> Catalogne autonome qu'il serait plus facile de parler français avec l'accent de Toulouse, Marseille ou Perpignan...). espace Qu’il soit président, entrepreneur, professeur, agent commercial, artiste ou trafiquant de drogue, le<br /> sud-catalan Sud-Catalanqui vient à Perpignan,<br /> Céret, Collioure ou Prades il pronom<br /> inutile, le sujet du verbe est le Sud-Catalanest heureux de parler français.<br /> Quand il retourne à Barcelona, Granollers, Reus ou València, il affirme catégorique qu’il “n’y a rien à faire,espacepersonne ne parle catalan à Perpignan”. Plus d'une fois j'ai été confronté à des catalans Catalansdu sud (on les reconnaît, souvent espanyolejen) qui me demandent, dans un français approximatif deux points"com on fé pur alé o Castillé”.espaceSi je<br /> leur réponds en catalan virguleje lis la déception<br /> dans surson leur visage, ils ont perdu une chance de parler français avec un autochtone. Au mieux, des fois, je vois une certaine<br /> gêne... Personnellement je m’en fous, tout le monde fait ce qu’il veut, si pour eux virguleune promenade à Perpignan c’est pareil qu’une promenade à Paris, c’est son leurproblème. Juste une précision, au passage. deux-pointsCertains catalans du nord<br /> essaient de parler la langue catalane partout, la faire vivre, qu’elle ne rentre pas dans la catégorie des “nos chères langues” plus mortes que vives..manquent un troisième point et un espaceEt une des raisons pour lesquelles beaucoup de vieux et nouveaux catalans Catalansréapprennent la langue est celle de communiquer avec les catalans Catalans“de Barcelone”, que le catalan est utile pour travailler ensemble, faire des affaires ou baiser à la<br /> catalane virgule<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre