Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

13 novembre 2021 6 13 /11 /novembre /2021 14:14

 

Le truc chiant quand on est maire, démocratiquement élu, n’en déplaise à certaines candidates cypriano-toulousaines, c’est que de temps à autre il faut bien aller parler au petit peuple. Dans le fond, la dictature ça a du bon, on évite de frayer avec la populace. Enfin, si on est le dictateur.

 

Ainsi donc, le 10 novembre 2021, Loulou Aliot organisait une réunion publique, sans passe sanitaire, à l’Atelier d’Urbanisme, pour parler du quartier Saint-Jacques avec les habitants.

Comme c’était ça ou rester à la maison continuer le travail, très, en retard, on y est allé.

Amis internautes, voici donc un petit compte-rendu-sommaire.

http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2021/11/perpignan/video-reunion-publique-avec-le-maire-louis-aliot-a-saint-jacques-du-10-novembre-2021-images-philippe-poisse.html

 

 

I – Stationnement

 

Ceux qui suivent l’actualité du quartier savent que la place Cassanyes et les rues alentours vont devenir payantes. Évidemment les riverains et les commerçants gueulent.

Bien que les services municipaux aient posé des flyers sur les pare-brises (sic !), peu de gens sont réellement au courant des détails.

Ce problème de communication autour du stationnement étant récurent et fréquent, quelle que soit la ville, on se demande pourquoi personne n’a encore proposé de solution.

Toujours est-il que le stationnement (malgré une pénurie mondiale d’horodateur, et c’est pas une blague) va rester payant dans le quartier encore quelque temps.

 

 

II – Propreté

 

Bon, on ne va pas se cacher derrière notre petit doigt, Perpignan est sale. Alors, oui, comme le dit monsieur le maire, si la ville est sale c’est aussi parce que certaines personnes sont sales. Mais elles ne représentent qu’une infime partie de la population, et, l’absence de politique de réduction des déchets n’encourage personne à faire des efforts.

Il est clair, vu les réactions des habitants, et, vu l’état des rues et des containers, que la gestion de la collecte des déchets est déficiente. Cette gestion relève, depuis 2004, comme cela a été rappelé par le nouveau directeur de la propreté, de la compétence de Perpignan Méditerranée Métropole. Mais la municipalité n’est pas tellement active sur le sujet. Pour l’instant elle botte en touche, se cachant derrière l’état lamentable dans lequel elle a trouvé le service propreté en 2020 et les 400 000 € d’achat de matériel qu’elle a dû réaliser pour remettre le service à l’endroit.

 

Concernant les invasions de blattes américains, notamment rue Louis Béguin, la solution est très simple : votez Éric Zemmour !

Une fois Zézé président, elles seront illico-presto reconduites à la frontière.

Avec Éric Zemmour, dites non au grand remplacement des blattes !

 

 

III – Drogue et sécurité

 

La démolition de Bétriu, si elle a ouvert une perspective sur l’église des Carmes, a surtout poussé les dealers à se déplacer vers la rue du Paradis. Les riverains de la rue se plaignent.

Rappelons que se plaindre est, ontologiquement, la raison d’être d’un riverain. Sans plainte, le riverain ne peut être. Et ne pas être, pour un riverain, cela ne se peut.

La municipalité prétend que le trafic de drogue à Bétriu générait un chiffre d’affaires de 200 000 € par semaine. Ce chiffre paraît excessif. On attendra le communiqué du procureur de la République pour en savoir plus.

En attendant, le nouveau directeur de la police municipale, Philippe Rouch, s’est vanté d’avoir mis fin au trafic de drogue aux HLM Saint-Mathieu et a annoncé travailler en collaboration avec la police nationale sur ces problèmes.

La réunion n’a permis aucune avancée dans le débat et aucune annonce particulière n’a été faite.

 

 

IV – NPNRU, concertation, Campus Mailly, rue Llucia et grands travaux

 

Qui dit Saint-Jacques dit NPNRU !

Le projet de rénovation urbaine étant global, il recouvre, directement ou indirectement, bons nombres de questions.

D’abord il semble clair que l’équipe actuelle a fait le deuil de la méthode Amiel/Pujol. L’échec de la concession pour la partie sud (grosso modo la place Carola) semble avoir poussé la municipalité à revenir à la raison. Le traitement du quartier sera réalisé îlot par îlot.

Comme quoi, une baffe à 30 millions d’euros (ou à peu près), de temps à autre, c’est salutaire.

L’idée de la création de logements traversants a été évoquée, sans recevoir une réponse formelle de la part des élus et des techniciens présents.

Sur la concertation, quelques garanties ont été données. Une refonte du dispositif légal des « conseils citoyens » devrait bien avoir lieu, et des réunions de concertation concernant Saint-Jacques ont été annoncées pour novembre et décembre. Un premier bilan pourra être tiré en janvier.

 

Un projet global, devant pallier aux carences des projets de l’équipe Pujol, et intégrant une requalification de la rue Llucia et le Campus Mailly a été annoncé.

La salle du Pigeonnier, dont personne n’a jamais entendue parler, doit aussi en faire partie.

 

 

V – En vrac

 

Les plafonds peints de la maison du baron de Saint-Marsal, place Miquel Giginta, seront restaurés, mais seulement après la restauration des Dominicains. Les défenseurs du patrimoine ne disant rien à ce sujet, c’est que rien ne presse.

 

Rémi Génis, élu en charge de la propreté et de l’environnement, nous a annoncé que la communauté urbaine allait investir 650 millions d’euros sur 12 ans pour les réseaux d’eaux usées et pour les réseaux d’eau de pluie. Espérons qu’une partie de ces investissements iront à Saint-Jacques et son réseau vétuste.

 

Dès le 25 novembre les éclairages de noël seront installés. Début décembre on pourra faire des safaris photos nocturne dans le quartier, histoire de comparer avec le reste de la ville.

 

Un projet de halles place Cassanyes a été vaguement évoqué. Une étude économique à ce sujet serait de bon aloi.

 

Pour finir, Loulou relance le fantasme du parking souterrain de la place Jean Moulin. Ce projet était déjà dans le NPNRU version 2016, et il s’agissait déjà de la reprise d’une vieille lubie.

 

 

Rendez-vous le 1er décembre pour la réunion quartier Gare.

That’s all folks !

Partager cet article
Repost0

commentaires