Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

22 décembre 2020 2 22 /12 /décembre /2020 18:30
"L'égoïste s'attendrit à l'aspect d'un naufrage en songeant qu'il aurait pu se trouver sur le navire. »

"L'épanorthose, du grec ἐπανόρθωσις / epanorthosis, de orthos, est une figure de style qui consiste à corriger une affirmation jugée trop faible en y ajoutant une expression plus frappante et énergique. Elle appartient à la classe des corrections, proche de la palinodie."

"Une palinodie est la partie d'un texte — en général la conclusion — dans laquelle l'auteur révoque volontairement tout ce qu'il s'est efforcé de démontrer dans le développement. Cet effet est utilisé en littérature, théâtre ou poésie. Un texte entier est une palinodie s'il contredit un premier texte du même auteur."

Ce qui est courant, est vulgaire. Je crois que l'épanorthose est la chose la plus courante que je connaisse à Perpignan et en Catalogne Nord (après la guerre civile, oui, une guerre civile, c'est comme une guerre urbaine, c'est un conflit à coup de politesse... pour peu qu'on y rajoute "fort" : c'est une guerre fort civile, c'est une guerre fort urbaine, mais après vous !", "non, je n'en ferais rien". Après la guerre civile disais-je, on a séparé la Catalogne en deux parties,  nord et sud).

Est-ce des ce moment que le nord c'est emparé de l'épanorthose ? Etait-ce même là, un objectif de guerre, voire, même, un objectif de guerre principal ? En rouvrant les archives les historiens, tel Nicolas Lebourg, ou qui sait même Nicolas Marty, relateront les faits en la manière même où, ils se sont disposés. Peut-être même qu'à ce moment le cinéma saura arracher au passé cette histoire fabuleuse et lui rendre la puissance et la gloire d'alors.

Mais ne nous écartons pas du sujet, qu'il ne faudrait pas, par trop, étouffer ou étoffer, par des détails de mémorialistes aux rabais de feuilles de choux quotidiennes.

L'épanothose donc, faisait corps avec l'art de vivre d'ici (comme le rugby et la cargolade : la riz golade, étant une sorte de riz cuit sur des sarments ardents, comme la "galet" jade, etc). Revenir sur, le dit et le redit, en y rajoutant une couche, tout en prétendant ne s'être pas dédit. Et transformant à force de couches  le territoire en palimpseste ! Vous comprenez bien pourquoi la géographie semble ainsi réécrite et prend cette allure parcheminée.

J'espère, que dis-je ? Je suis sûr qu'on me rendra justice.

Je sens bien, qu'il n'est point temps pour ce type de révélation. Que vous prêtez plus l'oreille aux ragouts de petites cuisines, transformant nos vies en d'absurdes séquences pleines de Covid enfin démasquées, puisque sans fard ! Contrairement au lapin, qui lui est aveuglé par la vérité crue des phares d'une voiture. Ha, le voilà bien cuit.

L'histoire, si elle ne me donne pas Thor (parce que marteau, pas à travers), me rendra raison !

On ne nait jamais prophète en son pays, mais ce n'est pas parce que je suis né d'ailleurs, qu'on doive me discriminer ici ! Et c'est parce que les nords catalans, n'ont pas voulu m'intégrer dans leur épanorthose, que je ne ferais pas partie de leur histoire...

C'est dit, et je n'y reviendrai pas

 

Partager cet article
Repost0

commentaires