Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

25 mai 2018 5 25 /05 /mai /2018 15:47

Je ne suis pas du matin. Les gens qui me connaissent le savent. Pire encore, si je n'ai pas un café dans cornet. La veille, on m'avait appelé avant 10 heure du matin pour m'inviter à une conférence de presse. Je suis autant conférence de presse; que je suis du matin (et sans café, je ne vous dis pas) .

Parce que s'il y a bien un truc qu'on apprend dans une conférence de presse, et ben, c'est bien rien . Si le dossier de presse est bien fait, on peut bien vous l'envoyer par courriel, parce que, ce qui sera dit à la tribune, est la même chose que ce qui est dans le dossier de presse à la virgule prés . Ce qui se joue sur la tribune et aux pupitres , n'est en général que la mise en scène de l'autosatisfaction et de l'auto-congratulation qui s'en suit (parce que l'auto-congratulation rend sourd!) .

Donc, ce matin 11 heure, c'était la Casa de la Généralitat qui convoquait en association avec la mairie de Perpignan. 

Je passe les portes , salue des gens en francés i català , si us plau. J'avise le premier rang (pas parce que je suis fayot, c'est quand même plus pratique pour filmer , en direct ou pas) et, je vois que les deux premières rangées sont marquées réservées ( c'est pas pratique, des chaises qui ont de la pudeur dans une conf de presse! )

Je m'assoie donc au troisième rang. Les gens qui commencent à remplir la salle outre le directeur de la casa de la Généralitat le molt honorable senior Puigvert et son équipe, des membres de la mairie de Perpignan dont l'adjoint à la culture Michel Pinell et la directrice des affaires catalanes qui a le même nom que le théâtre municipal qui va devenir un amphithéâtre de droit en 2020 (dit-on) , aussi des représentants d'associations catalanes subventionnées (je suppose, sans quoi, pourquoi se déplacer, ha peut être le buffet?) , foin de Ramon Faura...

Depuis mon troisième rang , pour m'égayer avant que cela commence, je consulte mon fil d'actualité sur Face Book. Et là qu'elle n'est pas surprise de trouver un article de l'Indépendant signé de l'ami Julien Marion qui me "spoïlait" le contenu de la conférence de presse (il avait eu l'information la veille au conseil municipale) .

https://www.lindependant.fr/2018/05/25/perpignan-un-opera-sera-projete-sur-la-place-gambetta-depuis-barcelone,3993056.php

Histoire de faire un bon mot, j'attire l'attention de l'ouvreuse qui place les gens dans la salle par ordre d'importance ,pour lui signifier en catalan ma trouvaille sur Facebook. Je ne sais pas si alors, elle m'avait adressé un regard de mépris ou pas de regard du tout pour me renvoyer à mon insignifiance, toujours est-il que n'ayant pas accès à du café (Les bédouins yéménites eux, en guise d'hospitalité offre un excellent café à la cardamome ) et connaissant le contenu et l'information, je me suis dit que ma présence n'avait aucune utilité et qu'il me fallait d'urgence boire mon café aux épicuriens.

D'une, je ne comprends pas que, avec ma réputation on me convoque pour ce type représentation, toute catalane qu'elle fut , tant il y a longtemps que j'ai remisé ma perruque poudrée et mon tabac à priser. 

Deux, ce soutient à la diffusion sud catalane, hors Sant Jordi, ne saurait me faire oublier que le meilleur service à rendre à la Catalogne menacée, eut-été que le festival de photojournalisme Visa pour l'image consacra au moins une exposition sur les événements de Catalogne . Ce qui aurait donner aux catalans un point de mire aux appareils photo des reporters du monde entier .

https://www.lindependant.fr/2018/05/18/pas-de-reportage-sur-la-catalogne-a-visa-pour-limage,3991060.php

Mais c'est à cela que l'on reconnait un festival parisien en province, avec de l'argent local, il n'est là que pour organiser la goberge alcoolisée d'un entre-soi qui ne souhaite mourir pour ses idées, que de mort lente! C'est bien facile de dénoncer la Russie et le Venezuela, parce que pour paraphraser Nixon, se sont des salopards, mais pas les nôtres...  

Visa pour l'image, c'est la France, ses banques (les mêmes qui ont investi dans le sauvetage des banques espagnoles) et pour ses raisons , comme pour la Grèce, il ne s'agit plus de démocratie, de liberté d'expression, de devoir d'informer etc. Et déjà qu'ils n'aiment pas le mot "peuple", alors si vous y rajoutez le mot "catalan" : alors là! 

Partager cet article
Repost0

commentaires