Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

3 avril 2015 5 03 /04 /avril /2015 08:23
Aujourd’hui:  apéro de soutien à France bleu Roussillon à 12 heure
Aujourd’hui: apéro de soutien à France bleu Roussillon à 12 heure

Il y a moins de 3 mois, on parlait en France de « l’esprit du 11 janvier », ce jour où « la France entière » défila en deuil pour les morts de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher. Cette France si attachée à la démocratie et à la liberté d’expression. Cette France redevenue solidaire en vertu du principe selon lequel il faut parfois un drame pour réaliser à quel point les choses qu’on aime sont fragiles.

Il y a moins de 3 mois, si peu, si loin… Car qu’est-il advenu du fameux « esprit du 11 janvier » ? Qui en France a pleuré pour les morts du Yémen ? Combien de temps aurons-nous parlé de l’attaque du musée du Bardo ? Moins longtemps que d’une phrase de Zlatan prononcée à la fin d’un match de foot. Moins longtemps que d’un avion qui s’écrase et de son pilote dépressif. Moins longtemps que de l’exploit du PSG à Chelsea. A peine plus longtemps que de Madonna qui se vautre sur scène parce qu’un danseur se prend les pieds dans sa robe…

Il y a moins de 3 mois et nous, Français, avons déjà oublié cette solidarité que nous mettions en avant. Ces deux derniers dimanches, les électeurs ont exprimés à nouveau leur soutien massif au F-Haine. C’est la liberté d’expression, me direz-vous. C’est la démocratie. Chacun est libre de ses opinions. Et peu importe que le vote blanc ne soit pas réellement pris en compte. Peu importe ce que pensent ou ressentent les abstentionnistes, ils n’avaient qu’à aller voter ces faignasses… Finalement, ils ne valent pas mieux que les « assistés » qui ruinent notre pays en touchant des allocs au lieu de bosser… Car bien que le chômage batte des records, le Medef et ses copains continuent de nous dire qu’il y a du boulot pour peu qu’on cherche vraiment… Et qu’il y en aurait encore davantage si on changeait les règles trop « pesantes » du contrat de travail. Oui, ce qui freine les embauches, c’est qu’il est aujourd’hui encore trop coûteux de licencier… Quelle ironie…

Il y a moins de 3 mois et, depuis deux semaines, Radio France est en grève. Radio France, c’est France Inter, France Culture, France Musique, les radios locales France Bleu… Radio France est un service public, donc financé par nos impôts. Nous avons donc le droit de savoir comment est dépensé notre argent. Est-ce dans notre intérêt d’auditeurs ? 100.000 euros pour rénover le bureau de son PDG. Ce n’est pourtant pas lui que nous entendons décrypter l’information, ou nous faire découvrir un écrivain, un musicien, un philosophe… Non, le PDG, c’est celui qui gère notre argent. Celui qui cautionne que, entre 2010 et 2014, le budget ait été amputé de 87,5 millions d’euros, mais qui se fait payer un fauteuil et une moquette plus confortables. 100.000 euros pour un bureau… Alors ce sont les émissions qui trinquent, qui doivent faire des économies. Extrait du communiqué rédigé par les grévistes de Radio France : « Comment continuer à produire de la radio de qualité quand les moyens matériels (studios, salles de montage, camions-régie…) sont constamment rognés ? Comment faire entendre les réalités d’un pays quand la plupart des émissions ne peuvent plus, faute de budget, envoyer de reporters au-delà du périphérique parisien? Comment conserver notre indépendance – celle à laquelle vous avez droit – quand se multiplient sur les antennes des partenariats ou des publicités plus ou moins déguisées ? Si l’on suit la logique actuelle, la radio de demain ce sera : moins de reportages, moins de documentaires, moins de débats vraiment critiques, moins de concerts… Bref, une radio standardisée, calquée sur l’actualité ou sur les goûts majoritaires, une radio au rabais. »

Radio France est avec France Télévision le dernier média qui échappe au secteur privé. Le dernier qui ne soit pas inondé de publicités idiotes (pléonasme). Le dernier sur lequel on ne dit pas que lorsqu’un avion s’écrase, c’est sans doute à cause de terroristes avant de constater qu’en fait non, ça n’a rien à voir… Le dernier sur lequel on écoute de véritables intellectuels et non pas de pseudo-analystes qui débitent une démagogie haineuse. Le dernier sur lequel on flatte nos oreilles avec d’autres musiques que le dernier tube d’un rappeur pour qui la vie se résume à de belles bagnoles, de gros flingues et des fesses qui se trémoussent. Le dernier qui tente de nous faire réfléchir, qui ne nous prend pas pour des idiots, qui fait preuve de cette liberté d’expression à laquelle nous étions si attachés il y a moins de 3 mois…

Serions-nous prêts à défiler pour ces animateurs, reporters, chroniqueurs travaillant bien souvent dans le cadre de contrats saisonniers et précaires pendant que leur PDG contemple son joli nouveau bureau à 100.000 euros ?

Serions-nous prêts à défiler parce que l’Etat a décidé de supprimer 20.000 emplois dans nos hôpitaux ?

Serions-nous prêts à défiler parce que nous ne voulons plus de cette politique libérale soutenue par les trois grandes forces politiques de notre pays (UMP, FN et PS) ?

Serions-nous prêts à risquer notre présent pour que notre avenir soit plus beau ? Comme les Révolutionnaires de 1789 en France, de 1917 en Russie, de 2010 dans les pays arabes, comme les Résistants de la deuxième guerre mondiale, comme certains hommes qui risquèrent leur vie pour un idéal (Salvador Aliende, le Che, Martin Luther-King, Mandela…).

Sommes-nous prêts ?

Aujourd’hui, dans ma ville de Perpignan, les salariés en grève de France Bleu Roussillon invitent à un apéro géant à midi, devant leurs locaux. Pour expliquer pourquoi ils font grève, ce qui est réellement en jeu, pas uniquement pour eux mais aussi et surtout pour nous. A mon immense regret, je ne pourrai pas m’y rendre, mais j’espère que nombreux seront ceux qui iront les écouter. Comme j’espère que nombreux seront ceux qui diront « nous sommes prêts ».

Voir aussi:

Charlie Hebdo: Nous avons tous tué Charlie! par Axel Belliard

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2015/01/charlie-hebdo-nous-avons-tous-tue-charlie-par-axel-belliard.html

Partager cet article
Repost0

commentaires

R
Tes textes titillent de plus en plus nos consciences Axel<br /> Bravo
Répondre
V
Bonjour Axel Belliard, depuis votre article du mois de Janvier 2015 suite à la tragédie de Charlie Hebdo, votre expression reste d'une éloquente lucidité sur l'actualité. Je vous rejoins encore une fois sur le regard que vous portez sur le monde qui nous entoure et plus particulièrement aujourd'hui à notre porte, avec la grève des salariés de France Bleu Roussillon.<br /> <br /> Vous faites partie de ceux qui peuvent dire en reprenant les paroles de Patrick Bruel : ALORS REGARDE, REGARDE UN PEU, JE VAIS PAS ME TAIRE PARCE QUE T'AS MAL AUX YEUX et qui ont le courage de dénoncer les injustices de leur temps, pour mieux réveiller les consciences endormies. <br /> <br /> Merci pour cet article et aussi pour votre retour sur le blog de l'archipel-contre-attaque.
Répondre
L
Merci beaucoup Valérie. Votre message m'encourage à garder les yeux ouverts. En revanche, je chante très mal et les filles ne hurlent pas à mon passage !Axel