Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

14 avril 2015 2 14 /04 /avril /2015 11:39
LE PENSEUR DES POMPES FUNÈBRES par l'écrivain Henri Lhéritier

Quelle ne fut pas ma surprise en m’asseyant dans ce train de me trouver à côté de ce soi-disant penseur, philosophe du déclin, qui pérore partout qu’on est foutu, que l’on va dans le mur. Il avait installé, autour de lui, des Figaros et autres journaux aussi insipides, que je lui tendis, du bout de mes doigts pincés, comme du linge sale, afin de récupérer ma place.

Ce type, agité de tics, affiche sur tous les écrans où il passe l’air désespéré d’un entrepreneur des pompes funèbres en train de déposer son bilan, bavant sur notre époque, exprimant en substance l’idée que pour revivre une époque dorée, il suffirait de se débarrasser des enseignants, des jeunes, des immigrés et d’une manière générale de tous les humanistes. Mais à quoi servirait donc une résurgence de la nation, telle qu’on la considérait avant, sinon à indisposer nos voisins ? Serait-on enchanté d’entendre les Allemands retrouver leur vieux fond gothique, ou les Anglo-saxons leur roi Arthur et leur table ronde, chacun plaidant pour dire ce que le monde leur doit, ce qui fait qu’ils sont meilleurs que nous, et en tout cas que nous ne les valons pas ?
Alors que défilaient devant nous d’admirables paysages français qui curieusement ne m’envahissaient pas de la nostalgie d’un passé révolu mais au contraire d’un futur à édifier, je lui fis part, même s’il ne me demandait rien, de mon refus absolu d’une identité créée par lui de toutes pièces et dont le tri tout personnel exclue le siècle des Lumières, la Révolution, la Commune, c’est à dire toutes les idées émancipatrices au profit des pires pulsions sectaires et claniques de toutes les restaurations.
J’ajoutai, ses tics commençaient à s’accentuer, qu’en dehors des faits divers, je ne voyais nulle part, ce qu’il croyait voir, cette dégradation d’une culture et d’une société, dont il nous rebat les oreilles, mais les faits divers ne sont qu’une aubaine pour les télévisions et les philosophes en mal d’imprécations.
Tout tremblant, il me regarda avec rage, comme si je le suspectais de ne pas quitter sa télé et son canapé (à la vérité c’est ce que je crois fermement), sur lequel, s’excitant tout seul il établissait ses funestes théories de Cassandre illuminé, prédisant le déclin et même la fin de la société française.
Par rapport à ce que la jeunesse d’aujourd’hui sait et fait, enfonçai-je le clou, nous sommes mal placés et trop ignorants, pour des leçons de morale.
Il se leva, furieux, ramassa ses Figaros et ses sous-produits de presse et s’installa au fond du wagon (incroyable journée de malchance pour lui !) au milieu de jeunes Français, de toutes origines, et de toutes conditions, rejoignant une Ong humanitaire en Afrique.

Le tout meilleur d'Henri Lhéritier ici

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/henri%20lheritier/

Partager cet article
Repost0

commentaires

V
On aime ou on aime pas Alain Finkielkraut.<br /> <br /> Il m'est déjà arrivé de l'écouter lors de ses passages télévisés (plutôt à des heures d'écoute tardives) et parfois de lire certains de ses ouvrages. <br /> <br /> Je ne porte pas de jugement de valeur sur les propos souvent sombres c'est vrai de ce philosophe, mais en ce qui concerne l'homme, on pourrait dire de lui qu'il n' a pas guéri de son enfance. <br /> <br /> Il y a des blessures dont on garde les cicatrices à vie (pour certains, dont les plaies ne se referment jamais, appelés communément des écorchés vifs) et sa biographie parle d'elle-même.<br /> <br /> L'article de M. Lhéritier est cependant intéressant dans son approche du personnage.
Répondre

Articles Récents